Infections par la COVID-19 parmi les travailleurs de la santé et les autres personnes travaillant dans les établissements de soins de santé

Télécharger le format de rechange
(Format PDF, 622 Ko, 15 pages)

Organisation: Agence de la santé publique du Canada

Publiée: 2021-03-03

Sur cette page

Encadré 1. Principaux messages

  1. Dans l’ensemble, 20 % des cas de COVID-19 sont répertoriés chez les personnes travaillant dans les établissements de soins de santé (PTESS), bien que cette proportion ait diminué depuis un pic enregistré en mai 2020.
  2. Des données supplémentaires sont nécessaires pour évaluer l’exposition à la COVID-19 parmi les PTESS.
  3. Les PTESS infectées sont généralement des femmes et sont plus jeunes que les personnes infectées dans la population générale.
  4. Les PTESS ont été touchées par la COVID-19 dans toutes les provinces.
  5. Les conséquences de l’infection sont moins graves chez les PTESS que chez celles n’y travaillant pas, comme en témoigne le nombre d’hospitalisations et de décès.

Les personnes travaillant dans les établissements de soins de santé (PTESS) sont en première ligne de la pandémie de COVID-19, donc exposées à de nombreux facteurs de vulnérabilité, dont au risque d’exposition à la COVID-19, à des milieux de travail stressants, à de longues heures de travail et à la fatigue qui en découle, à la possibilité de souffrir d’épuisement professionnel et, dans certains cas, à la stigmatisation et à la discrimination Note de bas de page 1, en plus des facteurs de diversité qui peuvent aggraver les vulnérabilités telles que l’ethnicité/la culture, les capacités et d’autres facteurs socio-économiques et démographiques. Il importe par conséquent de comprendre l’incidence de la pandémie de COVID-19 sur les PTESS étant donné le rôle primordial qu’elles jouent dans les efforts d’intervention Note de bas de page 2. Ces personnes représentent un vaste éventail d’individus, y compris les professionnels de la santé tels qu’infirmiers/infirmières, dentistes et pharmaciens/pharmaciennes, ainsi que le personnel de soutien comme les travailleurs des services alimentaires, le personnel d’entretien ménager et les administrateurs de bureau. L’expression « personnes travaillant dans les établissements de soins de santé » (PTESS) est une désignation utilisée par des personnes qui se sont identifiées comme telles, et son interprétation peut varier d’un individu à un autre, et d’une administration à une autre.

Le présent rapport résume ce que l’on sait déjà sur l’infection par la COVID-19 parmi les PTESS au Canada grâce au système national de surveillance de la COVID-19, traite des limites de ces données (encadré 2) et décrit les travaux réalisés en vue de combler les lacunes cernées en matière de données (encadré 3) afin de mieux comprendre l’incidence de la COVID-19 sur cette population. Le système national de surveillance de la COVID-19 a d’abord défini les caractéristiques cliniques et épidémiologiques de la COVID-19, mais n’a pas été conçu dans le but de recueillir de l’information sur des emplois et risques d’exposition particuliers parmi les PTESS Note de bas de page 3. Au fur et à mesure que nous en avons appris davantage au sujet de la COVID-19, les objectifs de notre système national de surveillance se sont élargis, et de nouvelles stratégies sont en cours d’élaboration en vue de recueillir de l’information portant particulièrement sur la COVID-19 chez les PTESS (encadré 3), ce qui contribuera à orienter les interventions auprès de cette importante catégorie de travailleurs.

La maladie COVID-19 est causée par le virus SARS-CoV-2. Dans le présent rapport, le terme « COVID‑19 » est utilisé pour désigner tant le virus que la maladie.   

20 % des cas de COVID-19 sont répertoriés chez les PTESS, mais ces personnes ne contractent pas nécessairement la maladie dans les établissements de soins de santé

En 2019, Statistique Canada estimait que les travailleurs de la santé et des services sociaux représentaient approximativement 13 % de la main-d’œuvre et environ 7 % de tous les Canadiens Note de bas de page 4. Parmi les 117 820 cas de COVID-19 signalés au Canada au 14 septembre 2020 pour lesquels nous disposions de données relatives à l’emploi, 20 % (n=23 087) des personnes infectées se considéraient comme des PTESS. Cela porte à croire que les PTESS reçoivent un résultat positif à la COVID-19 plus souvent que la population générale canadienne. Diverses raisons peuvent expliquer cet état de choses. Bien que les PTESS puissent être plus fréquemment exposées à la COVID-19 en tant que travailleurs de première ligne, elles peuvent également être plus enclines à se soumettre à des tests de dépistage en raison de leur meilleure connaissance de la COVID-19, de leur facilité d’accès aux tests de dépistage sur leur lieu de travail ou des exigences particulières de leur employeur en matière de tests de dépistage dans le cadre de ses lignes directrices relatives à la prévention et au contrôle des infections.

La proportion de tous les cas de COVID-19 répertoriés chez les PTESS a changé au fil du temps

La proportion de l’ensemble des cas de COVID-19 signalés chez les PTESS a constamment diminué d’environ 23 % de tous les cas depuis un pic enregistré en mai 2020. De janvier 2020 à juillet 2020, la proportion de tous les cas enregistrés parmi les PTESS était beaucoup plus élevée que leur représentation au sein de la population; cependant, après un pic en mai 2020, cette proportion a considérablement diminué, soit jusqu’à 6,5 %, portant à croire que, plus récemment, les PTESS ne sont pas plus à risque d’être infectées par la COVID-19 que la population générale (tableau 1). Il convient de noter que les proportions sont fondées sur le sous-ensemble de cas pour lesquels l’emploi est connu et que les rapports sur les emplois ont constamment diminué depuis le mois de juin 2020.

Tableau 1. Nombre et pourcentage de cas au Canada en 2020 Note de bas de page a dans la population générale, par mois
Mois Nombre de cas parmi les PTESS Nombre total de cas de COVID-19 (où l’emploi est connu) Pourcentage du nombre total de cas
Janvier à février 28 293 9,6 %
Mars 506 2 619 19,3 %
Avril 3 663 19 052 19,2 %
Mai 14 436 62 253 23,2 %
Juin 2 949 16 419 18,0 %
Juillet 843 9 019 9,3 %
Août 435 4 666 9,3 %
Septembre (au 14 septembre) 227 3 499 6,5 %
Note de bas de page a

Source : Base de données de l’ASPC au 14 septembre 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page a

Des données supplémentaires sont nécessaires pour évaluer l’exposition à la COVID-19 parmi les PTESS

Comme tous les Canadiens, les PTESS peuvent être exposés à la COVID-19 lors de leurs interactions dans la collectivité, lors de leurs déplacements ou sur leur lieu de travail (figure 1). Étant donné leur rôle en tant que travailleurs de première ligne et la probabilité qu’ils entrent en contact avec une personne infectée, il importe qu’ils comprennent bien l’exposition professionnelle des PTESS. Parmi les personnes infectées par la COVID-19 qui se sont identifiées comme des travailleurs de la santé et qui disposaient de l’information disponible sur l’exposition au virus (n=23 087) :

Figure 1. Nombre de cas de COVID-19 répertoriés au Canada en 2020 Note de bas de page c chez les PTESS, par date d’apparition de la maladie Note de bas de page a et catégorie d’exposition (n=23 087 Note de bas de page b)
Figure 1 - Notes de bas de page
Note de bas de page a

Si la date d’apparition de la maladie n’était pas disponible, la première des dates suivantes a été retenue aux fins d’estimation : date de prélèvement des échantillons et date des analyses en laboratoire.

Retour à la référence de la note de bas de page a

Note de bas de page b

37 cas ont été exclus de ce tableau en raison de dates manquantes, pour un total de 23 050 cas retenus.

Retour à la référence de la note de bas de page b

Note de bas de page c

Source : Base de données de l’ASPC au 14 septembre 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page c

Tableau 2. Nombre de cas de COVID-19 répertoriés au Canada en 2020 Note de bas de page c chez les PTESS, par mois d’apparition de la maladie Note de bas de page a et catégorie d’exposition  (n=23 087 Note de bas de page b)
Date d’apparition de la maladie Voyage à l’étranger Infection au pays – Contact avec un voyageur Infection au pays – Contact avec une personne atteinte de la COVID-19 Infection au pays – Source inconnue En attente d’information
Février 6 0 19 2 0
Mars 332 33 1 525 649 13
Avril 72 48 8 509 2 502 12
Mai 7 18 4 688 1 840 0
Juin 4 3 1 082 385 5
Juillet 5 10 486 239 3
Août 2 18 222 220 6
Septembre 0 1 55 29 0
Note de bas de page a

Si la date d’apparition de la maladie n’était pas disponible, la première des dates suivantes a été retenue aux fins d’estimation : date de prélèvement des échantillons et date des analyses en laboratoire.

Retour à la référence de la note de bas de page a

Note de bas de page b

37 cas ont été exclus de ce tableau en raison de dates manquantes, pour un total de 23 050 cas retenus.

Retour à la référence de la note de bas de page b

Note de bas de page c

Source : Base de données de l’ASPC au 14 septembre 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page c

L’identification de la source d’exposition la plus probable peut s’avérer difficile étant donné que les gens peuvent avoir été exposés à plus d’une source et que les données sont parfois manquantes ou incomplètes dans certains cas. Sur les 16 612 travailleurs de la santé (72 %) qui ont signalé avoir été exposés à un cas confirmé de COVID-19, 7 165 d’entre eux (43 %) avaient indiqué le lieu d’exposition. De ce nombre, 87 % (n=6 323) ont signalé avoir été exposés soit sur leur lieu de travail, soit dans un établissement de soins de santé. Ces données devraient être interprétées avec grande prudence puisqu’elles ne représentent que trois provinces. De plus, aucun détail sur le lieu d’exposition n’a été communiqué par une province ou un territoire entre le mois de juillet 2020 et le jour de l’extraction des données, en septembre 2020. Par conséquent, l’information ne peut faire l’objet d’une généralisation ni en étendue à l’échelle du pays, ni en temps. Notamment, les circonstances particulières de ces expositions ne sont pas disponibles dans les données de surveillance, et rien n’indique si l’exposition concerne les patients, d’autres membres du personnel ou des visiteurs, ni si le contact s’est produit avec ou sans équipement de protection individuelle.

Bien que les données sur l’exposition soient incomplètes dans près de la moitié des cas, les preuves disponibles jusqu’à maintenant indiquent qu’une exposition sur le lieu de travail est une importante source de transmission de la COVID-19 chez les PTESS. Cependant, les PTESS qui ont été infectées par le virus n’ont pas toutes contracté la maladie au travail. Il existe des preuves de foyers signalés où certaines PTESS ont été contaminées à l’extérieur de leur lieu de travail parce qu’elles ont été en contact avec des personnes infectées dont le cas était connu (p. ex. rassemblements sociaux, rencontres familiales). Des améliorations continues visant à normaliser la collecte de données sur les lieux et conditions d’exposition permettront de mieux évaluer la contribution relative de l’exposition professionnelle au risque de transmission dans son ensemble, et de déterminer si le risque de transmission de la COVID-19 est différent d’un type de PTESS à un autre.

Les PTESS infectées sont généralement des femmes et sont pour la plupart en âge de travailler

En moyenne, les personnes infectées à la COVID-19 qui travaillent dans les établissements de soins de santé sont plus jeunes que les personnes n’y travaillant pas. Alors que la plupart des cas d’infection recensés chez les PTESS concernent des individus âgés entre 20 et 59 ans, les cas répertoriés chez les personnes ne travaillant pas dans les établissements de soins de santé sont davantage répartis entre tous les groupes d’âge (figure 2). Parmi les PTESS qui ont été infectées par la COVID-19 et dont le sexe est connu, 79 % sont des femmes. C’était prévisible compte tenu que la majorité des travailleurs de la santé sont des femmes (83,4 %) Note de bas de page 5. De même, la plupart des personnes infectées qui travaillent dans les établissements de soins de santé étaient en âge de travailler (89 % sont âgées entre 20 et 59 ans, comparativement à 53 % chez les personnes qui n’y travaillent pas). Des travaux sont en cours pour obtenir plus de renseignements sur les personnes infectées par la COVID-19 qui travaillent dans les établissements de soins de santé, y compris des précisions sur leur emploi, leur race/ethnicité et leur identité de genre, grâce au système national actualisé de surveillance de la COVID-19.

Figure 2. Répartition par âge des cas de COVID-19 parmi les PTESS (n=23 087 Note de bas de page a) par rapport aux personnes infectées par la COVID-19 ne travaillant pas dans les établissements de soins de santé au Canada au 14 septembre 2020 Note de bas de page b (n=94 733 Note de bas de page a)
Figure 2 - Notes de bas de page
Note de bas de page a

Huit cas ont été exclus parmi les PTESS et 106 parmi les personnes n’y travaillant pas, en raison de l’absence de mention de leur groupe d’âge. Les totaux représentés dans ce tableau sont par conséquent les suivants : 23 079 PTESS et 94 627 n’y travaillant pas.

Retour à la référence de la note de bas de page a

Note de bas de page b

Source : Base de données de l’ASPC au 14 septembre 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page b

Tableau 3. Répartition par âge des cas de COVID-19 parmi les PTESS (n=23 087 Note de bas de page a) par rapport aux personnes ne travaillant pas dans les établissements de soins de santé (n=94 733 Note de bas de page a) au Canada au 14 septembre 2020 Note de bas de page b
Groupe d’âge Personnes travaillant dans les établissements de soins de santé Personne ne travaillant pas dans les établissements de soins de santé
0 à 19 ans 314 (1 %) 9 203 (10 %)
20 à 29 ans 4 239 (18 %) 14 283 (15 %)
30 à 39 ans 5 132 (22 %) 12 041 (13 %)
40 à 49 ans 6 084 (26 %) 11 735 (12 %)
50 à 59 ans 5 420 (23 %) 11 977 (13 %)
60 à 69 ans 1 771 (8 %) 9 327 (10 %)
70 à 79 ans 102 (<1 %) 7 917 (8 %)
80 ans et plus 17 (<1 %) 18 144 (19 %)
Note de bas de page a

Huit cas ont été exclus parmi les PTESS et 106 parmi les personnes n’y travaillant pas, en raison de l’absence de mention de leur groupe d’âge. Les totaux représentés dans ce tableau sont par conséquent les suivants : 23 079 PTESS et 94 627 n’y travaillant pas.

Retour à la référence de la note de bas de page a

Note de bas de page b

Source : Base de données de l’ASPC au 14 septembre 2020

Retour à la référence de la note de bas de page b

Puisque les PTESS font, par définition, partie de la population active, il est plus pertinent de comparer la répartition par âge des cas avec le sous‑ensemble des cas de COVID-19 recensés dans les groupes d’âge les plus susceptibles de faire partie de la population active. Si l’on retire les groupes d’âge les plus jeunes et les plus âgés, la répartition par âge des PTESS et celle des personnes n’y travaillant pas se ressemblent beaucoup plus, affichant un pourcentage plus élevé de cas chez les personnes ne travaillant pas dans les établissements de soins de santé, à chaque extrémité des groupes d’âge (figure 3).

Tableau 4. Répartition par âge corrigée des cas de COVID-19 parmi les PTESS (n=22 646) par rapport aux personnes ne travaillant pas dans les établissements de soins de santé (n=59 363) au Canada en 2020 Note de bas de page a
Groupe d’âge Personnes travaillant dans les établissements de soins de santé Personne ne travaillant pas dans les établissements de soins de santé
20 à 29 ans 4 239 (19 %) 14 283 (24 %)
30 à 39 ans 5 132 (23 %) 12 041 (20 %)
40 à 49 ans 6 084 (27 %) 11 735 (20 %)
50 à 59 ans 5 420 (24 %) 11 977 (20 %)
60 à 69 ans 1 771 (8 %) 9 327 (16 %)
Note de bas de page a

Source : Base de données de l’ASPC au 14 septembre 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page a

Figure 3. Répartition par âge corrigée des cas de COVID-19 parmi les PTESS (n=22 646) par rapport aux personnes ne travaillant pas dans les établissements de soins de santé (n=59 363) au Canada en 2020 Note de bas de page a
Figure 3 - Notes de bas de page
Note de bas de page a

Source : Base de données de l’ASPC au 14 septembre 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page a

PTTESS ont été touchées par la COVID-19 dans toutes les provinces

Bien que les PTESS aient été affectées dans toutes les provinces, la majorité des cas d’infection enregistrés dans ce groupe ont été signalés en Ontario et au Québec. Ces deux provinces ont également signalé un nombre plus élevé de cas en général. Au 14 septembre 2020, aucun cas parmi les PTESS n’a été répertorié dans les Territoires du Nord.

Les éclosions ont constitué un facteur important de transmission de la COVID-19. Au 14 septembre 2020, on a signalé au moins 1 400 éclosions dans des établissements de soins de longue durée ou de soins actifs où le virus aurait été transmis au personnel travaillant dans les établissements de soins de santé. Des données supplémentaires sur les éclosions, y compris sur le type d’établissement (de soins de santé ou communautaire), ainsi que sur leur durée et sur le nombre de PTESS qui ont été touchées par chaque éclosion seront recueillies au cours des prochains mois, ce qui contribuera à déterminer l’incidence des éclosions sur les PTESS.

Les conséquences de l’infection sont moins graves chez les PTTES que chez celles n’y travaillant pas dans les établissements de soins de santé, même si l’on tient compte de leur âge plus jeune

Il est rare que les PTESS meurent de la COVID‑19. Chez celles d’entre elles qui ont été infectées par le virus, moins de 1 % en meurent; elles représentent seulement 3 % (27/8 645) de tous les décès causés par la COVID-19 signalés au Canada depuis le 14 septembre 2020.

Les cas d’hospitalisation au Canada concernent des individus souvent plus âgés que ceux dont le cas ne nécessite pas d’hospitalisation Note de bas de page 6 ; les hommes présentent des symptômes plus graves et doivent donc être hospitalisés plus souvent que les femmes Note de bas de page 7. Parmi les cas non corrigés pour inclure ceux dont la source a été identifiée comme étant le lieu de travail, 10,8 % des cas concernant des personnes ne travaillant pas dans les établissements de soins de santé ont nécessité une hospitalisation, et seulement 2,8 % des PTESS ont nécessité ce niveau de soins (tableau 5). Puisque les PTESS sont souvent des femmes plus jeunes, cela peut contribuer à expliquer pourquoi elles doivent être hospitalisées moins souvent que les autres patients.

Bien que moins de PTESS doivent être hospitalisées, si leur état exige qu’elles le soient, les données montrent qu’elles sont légèrement plus jeunes et qu’un nombre un peu plus élevé d’entre elles doivent être admises à l’unité de soins intensifs (USI), comparativement à tous les autres patients atteints de la COVID-19 qui ne travaillent pas dans les établissements de soins de santé (tableau 5). De plus, parmi toutes les PTESS qui ont été infectées par le virus et qui ont été admises à l’USI, 78 % d’entre elles étaient âgées entre 20 et 59 ans, comparativement à 37 % chez les personnes ne travaillant pas dans les établissements de soins de santé. Les raisons expliquant un tel écart ne sont pas claires, mais il serait peut-être attribuable aux artéfacts en matière d’établissement de rapports, puisque des données plus exhaustives sur les hospitalisations sont disponibles en ce qui concerne les PTESS, comparativement à d’autres types de patients.

Alors que la population visée par la comparaison se limite aux individus âgés entre 20 et 69 ans, les PTESS demeurent beaucoup moins susceptibles d’être hospitalisées que les personnes n’y travaillant pas (7,3 % chez les personnes ne travaillant pas dans les établissements de soins de santé, comparativement à 2,8 % chez les personnes y travaillant); toutefois, on observe une proportion d’admissions à l’USI semblable dans les deux groupes (28,1 % chez les personnes ne travaillant pas dans les établissements de soins de santé et 30,3 % chez celles y travaillant) (tableau 6). Alors que la proportion de cas qui mènent au décès chez les personnes ne travaillant pas dans les établissements de soins de santé est encore 10 fois plus élevée que chez les personnes y travaillant (1,5 % comparativement à 0,1 %), cette différence est beaucoup moindre que dans les données non corrigées relatives à la population, où la proportion de décès parmi les personnes ne travaillant pas dans les établissements de soins de santé est 90 fois plus élevée que chez les personnes y travaillant (tableau 6). 

Aucune donnée n’est actuellement disponible sur les autres conséquences de l’infection par la COVID‑19, par exemple les dommages causés aux poumons ou à d’autres organes qui auraient été signalés par certaines personnes. Alors que la surveillance n’est peut-être pas le mécanisme le plus approprié pour explorer les séquelles à long terme de l’infection par la COVID-19, des recherches devraient être entreprises pour évaluer l’incidence globale de cette nouvelle maladie, et plus particulièrement ses répercussions sur les PTESS.

Tableau 5. Comparaison de l’issue des cas de COVID-19 après hospitalisation des PTESS (n=23 087 Note de bas de page a) par rapport aux personnes ne travaillant pas dans les établissements de soins de santé (n=94 733 Note de bas de page a) au Canada en 2020 Note de bas de page b
Issue Personnes travaillant dans les établissements de soins de santé Personnes ne travaillant pas dans les établissements de soins de santé
Hospitalisées 2,8 % (n=651/23 087 Note de bas de page c) 10,8 % (10 249/94 733 Note de bas de page c)
Admises à l’USI 30,7 % (200/651) 19,4 %  (1 991/10 249)
Décédées 0,1 % (27/23 087 Note de bas de page d) 9,3 % (8 766/94 733 Note de bas de page d)
Note de bas de page a

Ce tableau inclut les cas pour lesquels la situation d’emploi est connue.

Retour à la référence de la note de bas de page a

Note de bas de page b

Source : Base de données de l’ASPC au 14 septembre 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page b

Note de bas de page c

4 369 cas chez les PTESS et 35 122 chez les personnes n’y travaillant pas n’indiquaient aucune hospitalisation connue; ils ont donc, aux fins de la présente analyse, été considérés comme n’ayant nécessité aucune hospitalisation.

Retour à la référence de la note de bas de page c

Note de bas de page d

Chez 693 PTESS et 7 596 personnes n’y travaillant pas, il n’était fait aucune mention de leur état (p. ex. décédé(e), malade, rétabli(e), stable); ces personnes ont donc, aux fins de la présente analyse, été considérées comme n’étant pas décédées.

Retour à la référence de la note de bas de page d

Tableau 6. Comparaison de l’issue des cas de COVID-19 après hospitalisation des PTESS (n=22 646 Note de bas de page a) par rapport aux personnes ne travaillant pas (n=59 363 Note de bas de page a) dans les établissements de soins de santé âgées entre 20 et 69 ans au Canada en 2020 Note de bas de page b
Issue Personnes travaillant dans les établissements de soins de santé Personnes ne travaillant pas dans les établissements de soins de santé
Hospitalisées 2,8 % (n=628/22 646 Note de bas de page c) 7,3 % (4 341/59 363 Note de bas de page c)
Admises à l’USI 30,3 % (190/628) 28,1 %  (1 221/4 341)
Décédées 0,1 % (25/22 646 Note de bas de page d) 1,5 % (880/59 363 Note de bas de page d)
Note de bas de page a

Ce tableau inclut les cas pour lesquels la situation d’emploi est connue.

Retour à la référence de la note de bas de page a

Note de bas de page b

Source : Base de données de l’ASPC au 14 septembre 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page b

Note de bas de page c

4 271 cas chez les PTESS et 20 456 chez les personnes n’y travaillant pas n’indiquaient aucune hospitalisation connue; ils ont donc, aux fins de la présente analyse, été considérés comme n’ayant nécessité aucune hospitalisation.

Retour à la référence de la note de bas de page c

Note de bas de page d

Chez 677 PTESS et 5 260 personnes n’y travaillant pas, il n’était fait aucune mention de leur état (p. ex. décédé(e), malade, rétabli(e), stable); ces personnes ont donc, aux fins de la présente analyse, été considérées comme n’étant pas décédées.

Retour à la référence de la note de bas de page d

Encadré 2. Sources et limites des données

L’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) reçoit des données portant sur les cas signalés par les provinces et territoires (P/T) par le biais de formulaires de déclaration des cas.

Le système national de surveillance de la COVID-19 a d’abord été élaboré pour définir les caractéristiques cliniques et épidémiologiques de la COVID-19 afin de mieux orienter les efforts de prévention et de contrôle; il n’a pas été conçu pour recueillir expressément de l’information sur les expositions parmi les personnes travaillant dans les établissements de soins de santé.

Les PTESS ont peut-être été infectées lors d’un voyage à l’extérieur du pays, dans la collectivité ou sur le lieu de travail.

  • Il est difficile d’établir avec précision l’endroit et la façon dont les PTESS infectées par la COVID-19 ont été exposées au virus :
    • de l’information restreinte ou aucune information sur le lieu d’exposition n’est recueillie;
    • les PTESS peuvent avoir été exposées dans de multiples endroits et circonstances, par exemple auprès de patients, d’autres PTESS, ou au sein de la collectivité;
    • aucune information n’est recueillie quant à savoir si les PTESS portaient de l’équipement de protection individuelle au moment de l’exposition au virus;
    • les PTESS ont également signalé avoir voyagé ou avoir été en contact avec des personnes atteintes dans la collectivité.
  • Des renseignements portant sur l’exposition sur le lieu de travail/dans un établissement de soins de santé n’ont été fournis que par trois provinces; ils ne peuvent donc être généralisés à l’ensemble du pays.

Les provinces et territoires recueillent de l’information sur l’emploi des individus et en font rapport avec plus ou moins de précision et d’exhaustivité :

  • l’information est disponible uniquement dans les cas où les individus ont déclaré être des personnes travaillant dans les établissements de soins de santé;
  • la définition de « personnes travaillant dans les établissements de soins de santé » peut varier d’une province et d’un territoire à l’autre, et peut inclure des individus qui ont ou non des contacts directs avec les patients;
  • ce ne sont pas toutes les provinces et tous les territoires qui recueillent systématiquement des données sur l’emploi des individus;
  • les rapports sur l’emploi des individus ont varié avec le temps.

Les PTESS comprennent un vaste éventail d’individus et de rôles au sein du secteur des soins de santé :

  • professionnels de la santé (médecins, infirmiers/infirmières, dentistes, pharmaciens/pharmaciennes, physiothérapeutes, etc.);
  • employés de soutien (aides-soignant(e)s, préposé(e)s aux soins à domicile, travailleurs des services alimentaires, personnel de nettoyage et d’entretien, administrateurs de bureau, bénévoles, etc.);
  • l’absence de définition normalisée du terme « surveillance » entraîne une variabilité quant aux rôles indiqués dans les rapports des provinces et territoires;
  • on pourrait ajouter « actuellement », « précédemment » et « à la retraite » pour apporter plus de précisions quant à la situation d’emploi des PTESS.

Encadré 3. Combler les lacunes

Plusieurs stratégies en cours d’élaboration renforceront les données sur la COVID-19 chez les personnes travaillant dans les établissements de soins de santé :

  1. Une révision de l’ensemble de données nationales sur la COVID-19 permettra de :
    • disposer de renseignements plus détaillés et normalisés sur les sources les plus probables d’exposition et d’acquisition chez les PTESS, ainsi que sur les cas asymptomatiques, en vue de mieux comprendre où et comment la transmission et les expositions se produisent;
    • assurer une normalisation et une catégorisation plus pointue des rôles des PTESS afin de comprendre les différences en matière de risque par emploi et par secteur, et de permettre une comparaison de cas chez les personnes travaillant dans d’autres milieux;
    • établir des paramètres d’exposition précis en vue de permettre une meilleure évaluation de l’exposition en milieu de travail par rapport à d’autres types d’exposition (p. ex. déplacements, contacts étroits avec une personne infectée à l’extérieur du lieu de travail).
  2. La collecte de données sur des questions propres aux travailleurs de la santé et à leur milieu de travail visant à reconnaître et à appuyer la prise de décisions concernant les inégalités et les résultats au sein de ce groupe de travailleurs par la conduite d’enquêtes particulières auprès des PTESS contribuera à :
    • évaluer l’incidence de la COVID-19 et des changements apportés en milieu de travail qui y sont associés sur la santé générale et le bien-être des personnes travaillant dans les établissements de soins de santé;
    • comprendre l’expérience des PTESS en ce qui concerne l’équipement de protection individuelle et les pratiques de prévention des infections sur leur lieu de travail, le soutien organisationnel mis à leur disposition, ainsi que le niveau de risque perçu de contracter la COVID-19;
    • fournir des détails sur les enjeux intersectoriels tels que le rôle de la race et de l’ethnicité par rapport aux travailleurs de la santé et au niveau de risque;
    • explorer les effets à long terme de l’infection par la COVID-19 dans la population générale et chez les PTESS;
    • faciliter l’élaboration de politiques et la prise de décisions au sein d’installations de soins de santé en particulier.
  3. Le fait de procéder à un séquençage génétique en même temps qu’à la collecte de données épidémiologiques aura pour effet de :
    • faciliter la recherche des contacts et la lutte contre les éclosions parmi les PTESS;
    • obtenir des renseignements quant à savoir si les PTESS se sont retrouvées dans les mêmes lieux ou situations d’exposition;
    • estimer avec précision le nombre de personnes infectées au sein de la population afin d’évaluer l’incidence et le fardeau de la COVID-19 sur les PTESS.

Références

Note de bas de page 1

Kisley S, Warren N, McMahon L, Dalais C, Henry I, Siskind D. Occurrence, prevention, and management of the psychological effects of emerging virus outbreaks on healthcare workers: rapid review and meta-analysis. BMJ. 5 mai 2020;369:m1642. doi: 10.1136/bmj.m1642. PMID: 32371466; PMCID: PMC7199468.

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Note de bas de page 2

Organisation mondiale de la Santé. Mars 2020. Coronavirus disease (COVID-19) outbreak: rights, roles and responsibilities of health workers, including key considerations for occupational safety and health.

Retour à la référence de la note de bas de page 2

Note de bas de page 3

Gouvernement du Canada. Ligne directrices nationales provisoires en matière de surveillance de l’infection humaine par la maladie à coronavirus (COVID-19). 10 février 2020. Disponible à l’adresse https://www.canada.ca/fr/santé-publique/services/maladies/2019-nouveau-coronavirus/directives-provisoires-surveillance-infection-humaine.html

Retour à la référence de la note de bas de page 3

Note de bas de page 4

Statistique Canada. Tableau 14-10-0023-01 Caractéristiques de la main-d’œuvre par industrie, annuel (x 1000). Disponible à l’adresse https://www150.statcan.gc.ca/t1/tbl1/fr/tv.action?pid=1410002301&request_locale=fr

Retour à la référence de la note de bas de page 4

Note de bas de page 5

Statistique Canada. Enquête sur la population active, 2019. Tableau 14-10-0027-01 Emploi selon la catégorie de travailleur, données annuelles (x 1000). Disponible à l’adresse https://doi.org/10.25318/1410002701-fra

Retour à la référence de la note de bas de page 5

Note de bas de page 6

Gouvernement du Canada. Maladie à coronavirus de 2019 (COVID-19) : Mise à jour quotidienne sur l’épidémiologie. 6 août 2020. Disponible à l’adresse https://sante-infobase.canada.ca/covid-19/resume-epidemiologique-cas-covid-19.html#a7

Retour à la référence de la note de bas de page 6

Note de bas de page 7

Maleki Dana P, Sadoughi F, Hallajzadeh J, Asemi Z, Mansournia MA, Yousefi B, Momen-Heravi, M. An Insight into the Sex Differences in COVID-19 Patients: What are the Possible Causes? Prehosp Disaster Med. Août 2020;35(4):438-441. doi: 10.1017/S1049023X20000837. Epub 18 juin 2020. PMID: 32600476; PMCID: PMC7327162.

Retour à la référence de la note de bas de page 7

Note de bas de page 8

Chou R, Dana T, Buckley DI, Selph S, Fu R, Totten AM. Update Alert 3: Epidemiology of and Risk Factors for Coronavirus Infection in Health Care Workers. Ann Intern Med. 15 septembre 2020;173(6):W123-W124. doi: 10.7326/L20-1005. Epub 3 août 3 2020. PMID: 32744870; PMCID: PMC7418491.

Retour à la référence de la note de bas de page 8

Note de bas de page 9

Verbeek, JH, Ijaz S, Mischke C, Ruotsalainen JH, Mäkelä E, Neuvonen K, Edmond MB, Sauni R, Kilinc Balci FS, Mihalache RC. Personal protective equipment for preventing highly infectious diseases due to exposure to contaminated body fluids in healthcare staff. Cochrane Database Syst Rev. 19 avril 2016;4:CD011621. doi: 10.1002/14651858.CD011621.pub2. Mise à jours dans : Cochrane Database Syst Rev. 1er juillet 2019;7:CD011621. PMID: 27093058.

Retour à la référence de la note de bas de page 9

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :