Investissement dans la prévention de la violence familiale: Projets actuellement financés

Contribuer à la santé des survivants de violence familiale

La violence familiale, y compris la maltraitance des enfants, la violence conjugale et l'exposition des enfants à la violence conjugale, peut avoir des effets importants et durables sur la santé physique et mentale d'une personne.

L'Investissement dans la prévention de la violence familiale de l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) est un programme national de subventions et de contributions axé sur la prévention et la réduction des effets de la violence familiale sur la santé.

Les projets actuellement financés par l'entremise de ce programme offrent et évaluent des interventions de promotion de la santé conçues pour améliorer les résultats de santé des survivants de la violence familiale. Le programme soutient également des projets qui renforcent la capacité des professionnels de la santé et des services sociaux à travailler de manière sûre et efficace auprès de survivants de la violence familiale. Cet investissement sert les enfants, les jeunes et les familles qui sont touchés par la violence ainsi que les professionnels et les fournisseurs de services tout en favorisant l'échange de connaissances et des pratiques efficaces dans ce domaine émergent.

Les sommes de cet investissement sont pour l'instant toutes affectées.

Obtenez de plus amples renseignements sur la violence familiale.

Projets actuellement financés

Centre de connaissances : optimisation des effets en liant la recherche et la pratique dans la promotion de la santé tenant compte des traumatismes

Le projet de Centre de connaissances, dirigé par le Centre for Research & Education on Violence Against Women & Children (CREVAWC) de l'Université Western, relie et améliore les travaux menés par l'ensemble des projets de recherche sur les interventions communautaires financés par le Fonds de prévention de la violence familiale de l'ASPC. Le Centre de connaissances, en partenariat avec la communauté de pratique tenant compte des traumatismes et de la violenceNote de bas de page 1, facilite la collaboration et l'échange de connaissance, appuie l'application des connaissances et les efforts de mobilisation et améliore la capacité de recherche dans le domaine de la promotion de la santé à la suite de traumatismes au Canada.

Tenir compte des traumatismes : Faire une différence dans la vie des enfants et des jeunes

Le Sheldon Kennedy Child Advocacy Centre (seulement disponible en anglais) conçoit et évalue actuellement un programme de formation sur les liens entre la maltraitance des enfants, le développement du cerveau, l'abus de substance et la santé mentale dans une perspective qui tient compte des traumatismes. Des modules de formation en ligne et interactifs permettront d'aider les fournisseurs de service à avoir des interactions avec les enfants et les jeunes de l'Alberta afin de répondre de manière plus sûre et plus efficace aux besoins d'enfants ayant vécu de la maltraitance. Le projet vise également à promouvoir une pratique intégrée entre les secteurs afin de mieux soutenir les enfants et les jeunes touchés par la maltraitance des enfants et par des traumatismes.

Projet Bounce Back League (BBL)

Reconnaissant l'effet de la violence familiale sur le cerveau et le corps des enfants et des jeunes, les Repaires jeunesse du Canada travaillent actuellement à l'élaboration et à l'évaluation d'un nouveau programme sportif. Le Bounce Back League vise à améliorer les résultats de la santé mentale et la santé physique des membres des Repaires jeunesse du Canada. Le Bounce Back League est un programme sportif pour les jeunes de 8 à 12 ans qui prend le côté positif et amusant du sport (par exemple les exercices, la compétition agréable, des ligues et des tournois) ainsi que le sentiment de bien-être de faire partie d'une équipe, afin d'outiller les jeunes à mieux répondre face aux oscillations de la vie. Le programme est basé sur une approche qui tient compte des traumatismes et qui prend les meilleurs pratiques des mondes académiques et cliniques, et les adapte pour la culture et les organismes des Repaires jeunesse.

Le projet fournit également de la formation pour le personnel afin de créer une culture inclusive et sûre qui tient compte des traumatismes au sein de tous les programmes des organismes. Ce projet ciblera les enfants et les jeunes de 13 Repaires jeunesse au Canada.

Créer des liens : Groupe d'intervention pour les mères et les enfants qui vivent de la violence relationnelle

Par l'entremise de ce projet, la Canadian Mothercraft Society aide les mères qui vivent de la violence familiale à découvrir les effets de la violence sur leurs aptitudes parentales et sur le développement de leurs enfants tout en renforçant leur estime d'elle-même, leurs compétences parentales et leurs aptitudes à l'égard de relations saines. Le projet sera offert et évalué partout au Canada par le biais des sites du Programme d'action communautaire pour les enfants (PACE), du Programme canadien de nutrition prénatale (PCNP) et du Programme d'aide préscolaire aux Autochtones dans les collectivités urbaines et nordiques (PAPACUN). La formation du personnel permet d'augmenter les connaissances de ce dernier, de renforcer ses capacités et de rehausser son degré d'assurance afin qu'il puisse mieux comprendre et mieux soutenir les besoins des familles aux prises avec un problème de violence.

Développer la résilience intérieure grâce aux chevaux

Le Kawartha Sexual Assault Centre (seulement disponible en anglais) travaille à l'élaboration et à l'évaluation d'une intervention qui combine l'apprentissage assisté par les chevaux à des ateliers d'art expressif et de psychoéducation à Peterborough, en Ontario. Le but de cette intervention est de bâtir la résilience et de développer les aptitudes à la vie quotidienne de survivantes de maltraitance durant l'enfance qui ont de 13 à 18 ans. Les participantes doivent sortir de leur zone de confort par leur interaction avec les chevaux. Cette expérience les aide à acquérir plus de confiance et à développer leur conscience d'elles-mêmes.

Des approches collaboratrices afin d'appuyer les survivantes de l'excision/ mutilation génitale féminine

Women's Health in Women's Hands Community Health Centre (seulement disponible en anglais) s'engage à travailler avec des survivantes d'excision/mutilation génitale féminine (E/MGF), des leaders communautaires,  des intervenants et les médias dans la région du grand Toronto, afin d'éduquer, de sensibiliser et d'accroître le soutien aux survivantes et celles qui risquent de subir l'E/MGF. Par l'entremise d'ateliers basés sur l'art, les survivantes auront l'occasion de partager leurs expériences et d'identifier les services dont elles ont besoin dans le contexte canadien. Les apprentissages de ces ateliers informeront le développement de ressources et de  formations pour les médias et les professionnels de la santé, afin de mieux les outiller dans leur travail auprès les survivantes. De plus, ce projet établira un réseau de « champions communautaires »  comprenant des membres des communautés impliqués, des leaders religieux, et des intervenants, qui aideront  à sensibiliser leurs réseaux et communautés aux des enjeux associés à l'E/MGF.

Projet iHeal : Détermination de l'efficacité d'une intervention de promotion de la santé pour les femmes qui ont subi de la violence par un partenaire intime

L'Université Western, en partenariat avec l'Université de la Colombie-Britannique et l'Université du Nouveau-Brunswick, travaille à l'élaboration et à l'évaluation d'une intervention de promotion de la santé visant à appuyer les femmes pendant la période de transition après leur séparation d'un partenaire abusif. Le projet iHEAL (seulement disponible en anglais) est offert par du personnel infirmier spécialisé en santé communautaire qui travaillent en partenariat avec des femmes pendant six mois. Le partenariat aide les femmes à développer leur assurance, leurs connaissances et leurs aptitudes en matière de sécurité, de santé, de relations, de liens communautaires et de ressources élémentaires. Cette intervention est dirigée par les femmes et est axée sur ses priorités et sa communauté avec un focus sur l'amélioration des services déjà en place et des soutiens. Ce projet appuie aussi l'intégration d'approches tenant compte des traumatismes dans les programmes communautaires et provinciaux afin d'améliorer les services offerts aux survivants de la violence familiale.

Projet de soins des enfants et des jeunes tenant compte de traumatismes liés à la santé mentale d'interRAI

Le laboratoire d'interRAI de l'Université Western (seulement disponible en anglais) évalue actuellement l'effet d'une pratique améliorée qui tient compte des traumatismes sur les enfants et les jeunes ayant subi de la violence familiale et qui recourt à un ensemble novateur d'outils destinés à évaluer les besoins en santé chez des jeunes de 4 à 18 ans. Favorisant l'utilisation d'interventions communautaires fondées sur des données probantes, ce projet a pour but d'améliorer les connaissances et les pratiques qui tiennent compte des traumatismes tout en favorisant l'échange de renseignements, la collaboration et l'intégration des services au sein des organismes. L'objectif général de cette initiative est d'améliorer les soins de santé mentale offerts aux enfants et aux jeunes ayant connu de la violence familiale.

Programme Inunnguiniq sur le rôle parental

Le Qaujigiartiit Health Research Centre (seulement disponible en anglais) au Nunavut travaille actuellement à l'adaptation et à l'évaluation du programme d'éducation des enfants Inunnguiniq destiné aux parents et aux gardiens à risque élevé qui ont eu des démêlés avec le système de justice pénale, qui ont accédé à des services sociaux ou qui suivent un traitement de toxicomanie. L'intervention travaille à redonner vie aux sentiers inuits vers le bien-être à partir des valeurs sociales inuites et de l'importance des liens familiaux et d'éduquer les enfants d'après une approche générale fondée sur leurs forces. L'intervention s'attaque aux causes fondamentales de la violence familiale, y compris les traumatismes intergénérationnels et la rupture du lien parent-enfant résultant d'expériences traumatiques liées à l'époque des colonies et des pensionnats.

Projet MindUPMC pour les jeunes

L'Université Western travaille actuellement à la mise en place et à l'évaluation d'une intervention axée sur l'apprentissage social et émotionnel dans un cadre tenant compte des traumatismes à London, en Ontario, pour les enfants d'âge préscolaire au sein d'une commission scolaire locale et d'un organisme communautaire qui sert les enfants ayant un vécu de la violence familiale. Les éducateurs et le personnel de soutien de l'école ont tous reçu une formation sur les soins tenant compte des traumatismes. Le projet MindUP (seulement disponible en anglais) enseigne aux enfants des stratégies liées à l'attention, à l'autonomie ainsi qu'aux sphères sociales et émotionnelles de leur vie. Il a été démontré que le projet réduisait le stress et améliorait la prise de perspective, le rendement scolaire, l'empathie et la gentillesse chez les enfants. L'intervention dont il est question ici évalue l'efficacité de MindUP et d'un cadre tenant compte des traumatismes dans l'amélioration des résultats de santé chez les jeunes ayant un vécu de la violence familiale.

Projet Nato-we ho win (ou l'art de l'autoguérison)

La Provincial Association of Transition Houses and Services of Saskatchewan (PATHS) (seulement disponible en anglais) travaille à l'élaboration et à l'évaluation d'une intervention axée sur les arts, culturellement adaptée et tenant compte des traumatismes qui a cours à Moose Jaw, à Regina et à Prince Albert pour les femmes autochtones survivantes de violence familiale. L'objectif de cette intervention est de développer chez ces femmes une résilience, des stratégies d'adaptation saines et des réseaux de soutien par une participation hebdomadaire à des activités culturelles et créatives, comme la mise en récit, les formes d'art traditionnel (telles que la broderie perlée, le travail du cuir) et d'art intuitif, les médecines traditionnelles et les pratiques d'autogestion des soins ainsi que des stratégies traditionnelles de survie, comme la récolte et la préservation d'aliments naturels.

Projet P.E.A.C.E. : Peer Education and Connection through Empowerment

L'organisme Covenant House Toronto (seulement disponible en anglais), en partenariat avec le Centre de toxicomanie et de santé mentale, travaille à l'élaboration et à l'évaluation d'un programme de promotion de la santé mené par des pairs destiné à des femmes de 16 à 24 ans qui ont connu de la violence fondée sur le sexe, dont la violence physique, émotionnelle, sexuelle, économique et psychologique. Les participantes explorent leurs forces et leurs buts, acquièrent des techniques d'autoguérison, apprennent à planifier leur sécurité et ont accès à des occasions d'exercer leur leadership. Les activités proposées sont diverses : pleine conscience, arts de la scène, science, sports, nutrition, entrepreneuriat et action communautaire. L'efficacité est évaluée en fonction de l'application, par les participantes, des activités du programme dans la vie quotidienne.

Projet Reaching out with Yoga

Mené par la Society of Transition Houses de la Colombie-Britannique en partenariat avec Yoga Outreach (seulement disponible en anglais), ce projet offre un programme de yoga qui tient compte des traumatismes dans les maisons de transition de la C.-B. afin d'étudier l'influence de ce style de yoga sur la santé physique et mentale des femmes et des enfants ayant connu de la violence familiale. Le personnel des maisons de transition reçoit également de la formation pour utiliser les techniques de yoga dans leur pratique professionnelle et dans les soins qu'ils peuvent s'autoadministrer pour traiter des traumatismes vécus par personne interposée.

Projet Safe and Understood : Aider les enfants qui connaissent de la violence familiale

Mené par le Child Development Institute, le projet Safe and Understood (seulement disponible en anglais) est une initiative sur cinq ans qui vise à mettre en place et à évaluer deux programmes existants, à savoir Caring Dads et Mothers in Mind. Le programme Caring Dads est une intervention de 17 semaines fondée sur des données empiriques destinée à des pères biologiques et des beaux-pères ayant maltraité leurs enfants.
Le programme Mother in Mind est une intervention de 10 semaines, menée en groupe et qui réunit des mères et leurs enfants, auprès de mères ayant connu de mauvais traitements et des traumatismes interpersonnels (p. ex. mauvais traitements durant l'enfance, négligence ou agression sexuelle).

Les interventions visent à améliorer les compétences des parents (p. ex. la gestion du stress, l'estime de soi et l'éducation des enfants) afin qu'ils puissent soutenir la santé sociale, émotionnelle et développementale de leur enfant. Le but du projet est d'améliorer la situation des enfants (de moins de quatre ans) qui sont à risque en raison d'une exposition à la violence conjugale ou à la violence familiale.

Le projet inclut plusieurs partenaires issus du milieu de la recherche clinique de l'Ontario, du Nouveau-Brunswick, du Québec et de l'Alberta et englobe plusieurs communautés (p. ex. rurales, francophones et autochtones).

Projet Sole Expression : Intervention destinée aux jeunes qui exploite la danse et qui tient compte des traumatismes

Le Boost Child and Youth Advocacy Centre (seulement disponible en anglais) de Toronto, en Ontario, travaille à l'élaboration et à l'évaluation d'une intervention à base de danse hip-hop et tenant compte des traumatismes pour les jeunes qui ont connu de mauvais traitements ou qui ont été exposés à la violence. Les participants font l'exploration et l'expérience du mouvement pour se soulager de la tension accumulée et pour reprendre le contrôle de leur corps et de leur esprit, ce qui contribue à réduire les symptômes physiques et psychologiques découlant d'un traumatisme.

Projet Shape your Life : de la boxe pour les survivants de la violence familiale

L'Université Brock orchestre la mise en place et l'évaluation du programme de boxe Shape Your Life (seulement disponible en anglais), qui tient compte des traumatismes et qui est destiné aux femmes et aux survivants trans de violence familiale à Toronto, en Ontario. Cette approche fondée sur la boxe et l'activité physique est conçue pour aider les femmes à reprendre le contrôle de leur corps tout en améliorant leur santé mentale et physique.

Projet STEP : Soutenir la transition et l'engagement dans la parentalité chez les adultes ayant vécu de mauvais traitements au cours de leur enfance

Ce projet, mené par le Centre d'études interdisciplinaires sur le développement de l'enfant et de la famille (CEIDEF) à l'Université du Québec à Trois-Rivières, développe et évalue une intervention de groupe pour les futurs parents ayant vécu de mauvais traitements au cours de leur enfance.Ce projet, unique au pays, vise à soutenir ces adultes dans l'exercice de leur rôle parental, à prévenir la violence intergénérationnelle et à améliorer la santé physique et mentale des futurs parents ainsi que celle de leurs enfants.

Programme FOXY : Renforcer la santé des jeunes issus des collectivités autochtones et du Nord qui vivent de la violence dans leurs fréquentations adolescentes dans les Territoires du Nord-Ouest

Relevant de Fostering Open eXpression among Youth (FOXY) (seulement disponible en anglais), cette intervention menée en milieu scolaire et qui vise les adolescentes autochtones et du Nord des Territoires du Nord-Ouest, vise à prévenir la violence dans les fréquentations chez les adolescents et à promouvoir les relations saines, la santé sexuelle et la santé mentale. À travers le théâtre, les arts visuels, la broderie perlée sur peau d'orignal, le tambour à main traditionnel, la photographie, la mise en récit numérique et la musique, l'intervention vise l'enseignement et la discussion entourant des enjeux touchant les jeunes du Nord.

Projet TransFormed

Le Metropolitan Action Committee on Violence Against Women and Children (METRAC) en partenariat avec des organisations multisectorielles, des personnes bi-spirituelles, non binaires et trans de la région du Grand Toronto seront invitées à examiner et à résoudre les problèmes, les défis et les obstacles actuels en matière de soutien social et à la santé pour les membres de la communauté touchés par la violence entre partenaires. Ce projet vise à mieux faire comprendre la façon dont les individus bispirituels, non-binaires et transsexuels subissent la violence conjugale, à élaborer des approches d'intervention par les pairs et à développer des outils et une formation permettant aux prestataires de services de santé et de services sociaux de fournir des soins et un soutien efficaces et équitables.

Projet TIDE (Trauma Informed Education and Development)

Le projet TIDE (seulement disponible en anglais) appuie un changement à l'échelle de l'organisation vers une pratique tenant compte des traumatismes au sein du YWCA de Toronto, une organisation multiservices de grande envergure dédiée à améliorer la vie des femmes et des filles dans la région de Toronto. Ce changement de culture et de pratique vise à améliorer la santé et le bien-être des femmes qui accèdent aux services du YWCA de Toronto, et plus particulièrement de celles qui ont connu de la violence familiale. Le projet permettra également d'améliorer le soutien des membres du personnel qui ont survécu à la violence familiale ou qui vivent des traumatismes par personne interposée.

Projet VEGA (Violence Evidence, Guidance and Action) : Intervention de la santé publique face à la violence familiale

Collaborant avec 22 organisations professionnelles nationales en santé et en services sociaux, le projet VEGA (seulement disponible en anglais) met au point des lignes directrices et un programme de formation sur la santé publique de portée nationale à partir de données probantes pour mieux équiper les fournisseurs de soins de première ligne afin qu'ils reconnaissent les signes de violence familiale et qu'ils interviennent adéquatement.

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

La pratique tenant compte des traumatismes et de la violence est un modèle axé sur le client qui repose sur la connaissance de l'impact de la violence et des traumatismes sur la vie et la santé des gens. Elle vise à créer une sécurité pour les clients / patients en comprenant les effets du traumatisme et ses liens étroits avec la santé et le comportement.

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :