Des cadres sains pour les jeunes du Canada – De quelle manière les jeunes se blessent-ils?

De quelle manière les jeunes se blessent-ils?

Les jeunes se blessent en pratiquant un grand nombre d’activités différentes. Les figures 6.8 à 6.10 présentent l’éventail des activités associées à la survenue de blessures chez les élèves de 6e, 8e et 10e année respectivement. Il est évident que les sports sont une cause majeure de blessures, peu importe l’année d’études et le sexe.

Figure 6.8: Activités associées à la survenue d'une blessure chez les élèvesde 6e année

Équivalent textuel - Figure 6.8

Même si les blessures découlant d’altercations physiques sont relativement peu fréquentes, comparativement à celles résultant de la pratique d’un sport (figures 6.8 à 6.10), la violence peut indubitablement avoir, sur divers aspects de la santé, une incidence durable dont les ramifications dépassent l’empoignade ou la blessure corporelle qui pourrait survenir. Les blessures résultant d’activités liées au travail sont également peu fréquentes, même si leur nombre augmente chez les jeunes plus âgés à mesure qu’ils intègrent la population active.

Figures 6.9 et 6.10: Activités associées à la survenue d'une blessure chez les élèves de 8e and 10e années
Figure 6.11: Activités organisées et activités non-organisées associées à la survenue d'une blessure

Équivalent textuel - Figure 6.11

On peut voir à la figure 6.11 que le pourcentage de blessures qui surviennent durant des activités organisées tend à augmenter au fil des années d’études. Ces pourcentages élevés témoignent de la plus grande place qu’occupent les activités organisées dans la vie des jeunes en général à mesure qu’ils grandissent et se développent. Les recherches ont révélé que les sports interviennent pour une forte proportion des activités organisées au cours desquelles les jeunes subissent des blessures.

Endroit où se produisent les blessures

Le tableau 6.12 montre que, dans le cas des jeunes, la très grande majorité des blessures surviennent dans un complexe sportif (16 à 43 %), à la maison ou dans la cour (17 à 35 %) ou à l’école durant la récréation ou à l’heure du lunch (10 à 19 %). Chez les élèves des niveaux supérieurs, on constate une augmentation marquée du nombre de blessures survenues dans un complexe sportif ou sur un terrain de jeu et une diminution des blessures survenues à la maison ou à l’école.

6.12 Endroit où se trouvaient les élèves lorsqu’ils se sont blessés, selon l’année d’études et le sexe (%)
  6e année 7e année 8e année 9e année 10e année
Garçons Filles Garçons Filles Garçons Filles Garçons Filles Garçons Filles
Maison ou cour 27 35 19 32 19 24 17 21 17 21
Complexe sportif ou terrain de jeu 24 16 27 18 33 30 42 35 43 37
École (récréation ou lunch) 18 19 17 19 16 16 10 16 13 13
École (après les heures de classe) 4 2 4 6 4 6 5 6 4 6
Rue ou stationnement 10 8 11 9 12 8 10 6 10 5
Autre 17 20 23 18 16 16 17 16 14 18

Endroit où les élèves ont reçu des soins médicaux

Les jeunes ayant subi des blessures ont reçu des soins médicaux dans divers endroits. Le plus souvent, comme l’indiquent, selon l’année d’études, les figures 6.13 à 6.15, ils ont été soignés dans un cabinet de médecin ou une clinique. Vient ensuite l’urgence. Chez les élèves des niveaux supérieurs, le nombre de blessures soignées dans des urgences augmente, alors que celui des blessures nécessitant un séjour d’au moins une nuit à l’hôpital diminue. Pour l’ensemble des années d’études, les visites au service de santé de l’école pour y faire soigner des blessures sont rares, ce qui s’explique vraisemblablement par la pénurie d’infirmières dans bien des écoles au Canada. En règle générale, les tendances étaient assez persistantes selon le sexe pour l’ensemble des années d’études.

Figure 6.13: Endroit où les élèves de 6e année ont été soignés par un médecin ou une infirmière
Figures 6.14 et 6.15: Endroit où les élèves de 8e et de 10e années ont été soignés par un médecin ou une infirmière
Figures 6.16 et 6.17: Blessures nécessitant un séjour d'au moins une nuit à l'hôpital ou des soins médicaux importants

Équivalent textuel - Figures 6.16 et 6.17

La figure 6.16 indique le nombre d’élèves ayant subi des blessures qui ont nécessité un séjour d’au moins une nuit à l’hôpital et ce, pour trois années d’enquête. En règle générale, aucune tendance nette ne se dégage en ce qui a trait à ces blessures plus graves.

La figure 6.17 montre les activités à l’origine de blessures nécessitant vraisemblablement des soins médicaux importants, dont les accidents d’automobile, les bagarres et le cyclisme. Selon la définition de l’Enquête HBSC, les soins médicaux importants sont ceux qui nécessitent un plâtre, des points de suture, une chirurgie ou un séjour à l’hôpital. Chose étonnante, même si les sports sont la principale cause de blessures chez les jeunes (voir les figures 6.8 à 6.10), il y a moins de chances que les blessures résultant de la pratique d’un sport nécessitent des soins médicaux importants.

Les données sur la violence entre camarades et le port d’armes sont présentées au chapitre 5 portant sur l’intimidation et les bagarres.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :