Résumé : La santé des jeunes Canadiens: un accent sur la santé mentale

Résumé

L'Enquête sur les comportements de santé des jeunes d'âge scolaire ou Enquête HBSC (Health Behaviour in School-aged Children) est une enquête permanente multinationale menée en collaboration avec le Bureau régional de l'Europe de l'OMS, à laquelle pas moins de 43 pays et régions d'Amérique du Nord et d'Europe participent maintenant. Elle vise à faire acquérir de nouvelles connaissances sur la santé et le bien-être des jeunes (âgés de 11 à 15 ans) ainsi que sur leurs comportements liés à la santé. La base de données de l'Enquête HBSC est la seule base de données d'envergure nationale sur la promotion de la santé auprès de ce groupe d'âge. Le gouvernement fédéral appuie la mise en œuvre du volet canadien de l'Enquête HBSC depuis 1988.

Les principales constatations faites dans le cadre du cycle 2010 de l'Enquête HBSC sont présentées dans le présent rapport. On y accorde une place importante aux priorités de l'heure du système de santé publique au Canada. On y met aussi l'accent sur le contexte et le milieu social en tant que déterminants possibles de la santé, facteurs qui occupent depuis le début une place importante dans l'Enquête HBSC. Enfin, la question de la santé mentale des jeunes au Canada constitue le point de mire de ce rapport.

Outre notre analyse des résultats de l'Enquête menée auprès de 26 000 élèves, le présent rapport s'appuie sur les conclusions d'un atelier de discussion misant sur la participation des jeunes. Cet atelier visait à faire connaître le point de vue d'un groupe représentatif des jeunes du pays sur les principales constatations de l'Enquête concernant la santé mentale. Cette idée d'intégrer le point de vue des jeunes directement dans le rapport, d'une part, répondait à une volonté explicite de donner de l'importance aux opinions et aux observations des jeunes et, d'autre part, s'inscrivait dans l'engagement qu'a pris le gouvernement fédéral de promouvoir la participation des jeunes en signant la Convention relative aux droits de l'enfant des Nations Unies. Il s'agit d'un nouveau volet de l'Enquête HBSC au Canada, volet qui étoffe l'interprétation des constats du rapport national.

La santé mentale des jeunes au Canada

Principales observations

  • Beaucoup de problèmes de santé mentale sont propres à chaque sexe; on observe des différences importantes quant aux profils de santé mentale entre les garçons et les filles.
  • Beaucoup de problèmes de santé mentale sont également propres à l'âge; on observe un important déclin à mesure que les jeunes vieillissent.
  • Quelle que soit la perspective, positive ou négative, dans laquelle on examine la santé mentale, on constate qu'il faut porter une attention particulière aux mêmes groupes de jeunes.
  • Il est clair que les états de santé mentale des jeunes, qu'ils soient positifs ou négatifs, ont de nombreuses causes possibles. Même si les conclusions exposées dans le présent rapport ne permettent pas d'établir de relations de cause à effet, on a pu associer divers facteurs liés au milieu et aux comportements aux quatre résultats sur le plan de la santé mentale étudiés.
  • Les résultats positifs sur le plan de la santé mentale sont associés aux milieux favorables ainsi qu'à une bonne communication avec les adultes et les camarades dans ces milieux. Ces résultats positifs coïncident en outre avec des choix sains concernant les comportements à risque, chez les jeunes interrogés eux-mêmes ou chez leurs camarades.
  • Les résultats négatifs sur le plan de la santé mentale sont associés à des milieux défavorables ou socialement défavorisés ainsi qu'à un manque de communication. Ces résultats négatifs coïncident avec de mauvais choix concernant les comportements liés à la santé.
  • D'une manière générale, bien que les liens entre ces éléments varient, la qualité des contextes sociaux, les choix et les normes de comportement ainsi que la qualité des relations sont les principaux déterminants des résultats tant positifs que négatifs sur le plan de la santé mentale.
  • En ce qui concerne l'état de santé mentale des jeunes, les relations interpersonnelles jouent un rôle important.

Constats positifs concernant l'état de santé mentale

  • La plupart des jeunes ont évalué à 8 ou plus sur une échelle normalisée de 10 points leur degré de satisfaction à l'égard de leur vie.
  • Moins de 10 % des jeunes ont indiqué que « cela leur ressemblait assez ou beaucoup » d'adopter un comportement problématique.
  • Assez peu de jeunes (environ 25 % des garçons et 30 % des filles) ont indiqué qu'ils souhaiteraient être quelqu'un d'autre.

Constats négatifs concernant l'état de santé mentale

  • Les résultats négatifs sur le plan de l'équilibre affectif s'observent plus souvent chez les filles que chez les garçons.
  • Les résultats négatifs sur le plan de la santé mentale comportementale s'observent plus souvent chez les garçons que chez les filles.
  • La santé mentale des jeunes se détériore entre la 6e et la 10e année, surtout chez les filles; on observe un recul selon les indicateurs positifs et une progression selon les indicateurs négatifs.
  • Environ le cinquième des garçons et le tiers des filles ont indiqué qu'ils étaient déprimés ou qu'ils avaient le cafard au moins une fois par semaine.

Lien avec la santé mentale : constats positifs

  • La très grande majorité des jeunes, et particulièrement les garçons, ont un milieu familial favorable, facteur associé à une santé mentale positive.
  • Les milieux scolaires favorables et un bon soutien offert par les enseignants sont associés à une santé mentale positive.
  • Les jeunes qui ont indiqué que leurs amis avaient des comportements positifs ont généralement une meilleure santé mentale.
  • Les caractéristiques économiques ne sont pas nécessairement liées aux indicateurs, positifs ou négatifs, de la santé mentale.
  • L'accroissement de l'activité physique, une réduction des comportements sédentaires et les bonnes habitudes alimentaires comportent tous un lien positif avec l'amélioration de la santé mentale.

Lien avec la santé mentale : constats négatifs

  • Plus les jeunes vieillissent, moins ils sont attachés à l'école, à l'étape de leur vie où ils sont les plus vulnérables sur le plan affectif.
  • La fréquentation de camarades qui se livrent à des activités à risque est associée aux risques relatifs à plusieurs résultats négatifs sur le plan de la santé mentale.
  • Les jeunes qui ont indiqué qu'il leur était difficile de parler à leurs amis sont plus susceptibles d'avoir des problèmes affectifs.
  • Les jeunes qui vont à l'école dans des quartiers où existent des tensions sociales sont plus susceptibles d'avoir des problèmes de comportement.
  • Il existe un lien étroit entre le fait de présenter des problèmes de santé mentale et celui d'avoir subi des blessures pendant les bagarres.
  • L'activité physique, les comportements sédentaires et les mauvaises habitudes alimentaires sont tous associés aux problèmes de santé mentale.
  • Les jeunes qui font de l'embonpoint ou qui sont obèses, particulièrement les filles, sont plus susceptibles d'avoir des problèmes de santé mentale.
  • La consommation d'alcool et de drogues et les autres comportements à risque sont associés à divers problèmes de santé mentale.
  • L'intimidation et la violence sont étroitement associées aux problèmes affectifs et comportementaux.

Les contextes sociaux et la santé

La famille

  • La plupart des jeunes ont déclaré qu'ils avaient de bonnes relations avec leurs parents et qu'ils demeuraient dans une famille heureuse.
  • Les trois quarts ou plus tant des garçons que les filles, dans tous les groupes d'âge, ont indiqué qu'il était facile pour eux de parler à leur mère des choses qui les tracassent vraiment.
  • On observe une amélioration récente quant aux relations des jeunes avec leurs parents.
  • Environ le tiers des jeunes estiment que les attentes de leurs parents sont trop élevées, tant d'une manière générale qu'en ce qui a trait à leurs résultats scolaires.
  • Les résultats obtenus pour les filles sont moins positifs que ceux obtenus pour les garçons pour beaucoup de paramètres de mesure des relations dans le milieu familial.

L'école

  • Une forte majorité de jeunes estiment que leur école les soutient et éprouvent un sentiment d'appartenance à leur école.
  • En revanche, l'école n'est pas un milieu positif pour une faible, mais non moins négligeable, proportion de jeunes.
  • Les jeunes sont de plus en plus nombreux à déclarer un faible rendement scolaire et leur satisfaction à l'égard de l'école est à la baisse.

Les camarades

  • Une forte majorité de jeunes ont indiqué qu'ils avaient un(e) meilleur(e) ami(e) et qu'ils pouvaient parler à leurs camarades des choses qui les tracassent vraiment.
  • Plus de 85 % des jeunes ont des amis qui s'adonnent à des activités positives, par exemple à des activités sportives, qui aident les autres, qui s'entendent bien avec leurs parents et qui réussissent bien à l'école.
  • Une proportion restreinte mais néanmoins importante de jeunes ont indiqué qu'ils fréquentent des amis qui s'adonnent à des activités à risque.

Les quartiers

  • Les milieux fortement urbains ou fortement ruraux ou en régions éloignées posent des difficultés particulières pour la santé des jeunes.
  • Des proportions importantes d'administrateurs scolaires, surtout ceux qui s'occupent d'écoles intermédiaires et qui exercent leurs fonctions dans des collectivités rurales ou éloignées, ont signalé l'existence de tensions sociales et de problèmes de sécurité dans les quartiers où les écoles sont situées.
  • Bien que la plupart des écoles qui ont participé à l'Enquête HBSC soient à distance de marche de parcs, les jeunes ne profitent pas toujours de cette proximité, parfois parce qu'ils ne s'y sentent pas en sécurité.

Les principaux aspects de la santé des jeunes

Les blessures

  • Les blessures demeurent l'une des principales causes du mauvais état de santé des jeunes partout au pays.
  • Les blessures chez les jeunes continuent de se produire majoritairement durant la pratique d'un sport ou à l'entraînement. Ces blessures sont un effet secondaire négatif d'une catégorie d'activités qui ont généralement des effets positifs sur la santé des jeunes.
  • La plupart des élèves les plus jeunes (6e année) ont apparemment pris l'habitude de porter un casque protecteur.
  • Beaucoup de jeunes adoptent des comportements à risque même s'ils savent que ces comportements peuvent causer des blessures graves, et même si les conséquences néfastes possibles de ces comportements sont connues d'à peu près tout le monde.

Les modes de vie sains

  • On observe, dans les cycles récents de l'Enquête HBSC, quelques améliorations notables dans les habitudes alimentaires des jeunes. Par exemple, ils mangent plus souvent des fruits, tandis que leur consommation de sucreries et de boissons gazeuses sucrées a diminué.
  • Même si beaucoup de jeunes fréquentent régulièrement les restaurants-minute, le tiers d'entre eux n'y mangent que rarement ou n'y vont jamais.
  • Moins d'un jeune sur cinq fait suffisamment d'activités physiques pour se conformer aux nouvelles recommandations du Canada en la matière (60 minutes d'une activité physique modérée à vigoureuse tous les jours).
  • Les jeunes passent énormément de temps devant des écrans, surtout les garçons du secondaire. Plus de la moitié de ces derniers regardent la télévision au moins deux heures par jour, se servent de l'ordinateur dans leurs temps libres au moins deux heures par jour et passent au moins deux heures par jour à jouer à des jeux vidéo.
  • Environ la moitié des jeunes ne mangent pas de fruits ou de légumes au moins une fois par jour.

Le poids santé

  • La prévalence de l'obésité n'a pas augmenté entre les cycles 2006 et 2010 de l'Enquête HBSC, ce qui semble indiquer que l'augmentation de l'obésité observée au cours des deux dernières décennies a plafonné.
  • Environ un garçon sur quatre fait de l'embonpoint ou est obèse, selon les déclarations des intéressés concernant leur taille et leur poids. Selon le même critère, environ une fille sur six fait de l'embonpoint ou est obèse.
  • Une proportion importante des jeunes qui font de l'embonpoint (24 %) et qui sont obèses (30 %) indiquent qu'ils font quelque chose pour perdre du poids.
  • Seulement les deux tiers des jeunes qui ont un poids santé sont satisfaits de leur poids et de leur taille.

La consommation d'alcool et de drogue et les comportements à risque

  • Les pourcentages de jeunes qui fument sont à leurs niveaux les plus bas depuis le début des enquêtes HBSC. En 2010, 7 % des garçons et 6 % des filles de 10e année fumaient des cigarettes tous les jours.
  • L'alcool et le cannabis sont les substances psychoactives les plus populaires chez les jeunes. Un pourcentage important de jeunes ont indiqué qu'ils avaient consommé de l'alcool et du cannabis au moins une fois avant d'atteindre la 10e année d'études.
  • Entre 1990 et 2010, la prévalence de la consommation de cannabis au cours de la vie chez les élèves de 9e et de 10e année est passée de 25 % à 38 %.
  • Bien que beaucoup de jeunes aient fait l'expérience du cannabis, moins de 20 % des élèves de 9e et de 10e année en avaient consommé au cours des 30 derniers jours.
  • La plupart des jeunes sont conscients des graves conséquences que la consommation d'alcool et de drogues ainsi que les autres comportements à risque peuvent avoir pour la santé.

L'intimidation et les bagarres

  • La proportion de jeunes qui se livrent à des actes d'intimidation envers leurs camarades est apparemment à la baisse.
  • La fréquence des bagarres a diminué depuis l'Enquête HBSC de 2006.
  • Des pourcentages plus élevés de jeunes ont déclaré avoir été victimes d'actes de violence sous la forme d'intimidation.
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :