Pratiques de base et précautions additionnelles visant à prévenir la transmission des infections dans les milieux de soins

Partie C : Caractéristiques de transmission et précautions

Tableau 4 : Caractéristiques de transmission et précautions selon la maladie ou le tableau clinique. Une fois l'étiologie connue, consulter le tableau 5.
Maladie
ou tableau clinique
Agents pathogènes
potentiels
Précautions Matière infectieuse Voie de transmission Durée des
précautions
Remarques
Abcès
Consulter plaie exsudative
           
Angine de Vincent, bouche des tranchées Bactéries multiples Pratiques de base        
Arthrite purulente H. influenzae de type B possible chez les enfants non immunisés âgés < 2 ans; S. aureus, Streptococcus pneumoniae, Streptococcus de groupe A, N gonorrhoea, autres bactéries ADULTES : pratiques de base
ENFANTS : précautions contre la transmission par gouttelettes si le virus H. influenzae de type B est la cause possible; sinon, pratiques de base
Sécrétions respiratoires pour le virus H. influenzae de type B Grosses gouttelettes, contact direct pour le virus H. influenzae de type B Après un traitement antimicrobien approprié de 24 heures ou jusqu'à l'exclusion du virus H. influenzae de type B  
Bronchiolite Virus respiratoire syncytial, métapneumovirus humain, virus para-influenza, grippe, adénovirus Précautions contre la transmission par gouttelettes et par contact Sécrétions respiratoires Grosses gouttelettes, contact direct et indirect Durée des symptômes Éviter de placer le patient dans la même chambre que des patients à risque élevé.
Brûlures infectées
Consulter plaie exsudative
           
Cellulite
Exsudat : consulter plaie exsudative
Périorbitaire chez les enfants âgés < 5 ans sans porte d'entrée
H. influenzae de type B chez les enfants non immunisés âgés < 2 ans; Streptococcus pneumoniae, Streptococcus du groupe A, S. aureus, autres bactéries Précautions contre la transmission par gouttelettes si le virus H. influenzae de type B est la cause possible; sinon, pratiques de base Sécrétions respiratoires Grosses gouttelettes, contact direct Après un traitement antimicrobien approprié de 24 heures ou si le virus H. influenzae de type B est exclu  
Colite pseudomembraneuse C. difficile Précautions contre la transmission par contact Fèces Contact direct et indirect (fécal et oral) Durée des symptômes Jusqu'à 72 heures après des selles normales.
Conjonctivite Adénovirus, entérovirus, chlamydia, Neisseria gonorrhea, autres agents microbiens Précautions contre la transmission par contactTableau 4 - Note a Écoulement oculaire Contact direct et indirect Jusqu'à l'exclusion d'une étiologie virale; durée des symptômes, jusqu'à 14 jours si l'infection est virale
Tableau 4 – Note a

Pratiques de base si l'infection n'est pas virale.

Retour à la référence de la note a du tableau 4

Croup Virus para-influenza, grippe, métapneumovirus humain, virus respiratoire syncytial, adénovirus Précautions contre la transmission par gouttelettes et par contact Sécrétions respiratoires Grosses gouttelettes, contact direct et indirect Durée des symptômes ou jusqu'à l'exclusion d'une cause infectieuse Éviter de placer le patient dans la même chambre que des patients à risque élevé.
Dermatite
Consulter plaie exsudative
Nombreux (bactéries, virus, champignon) Précautions contre la transmission par contact Pus Contact direct et indirect Jusqu'à l'exclusion d'une étiologie infectieuse S'il pouvait s'agir de la gale, prendre les précautions appropriées en attendant le diagnostic.
Desquamation étendue
Consulter plaie exsudative
S. aureus Précautions contre la transmission par contact Pus Contact direct et indirect Jusqu'à ce qu'elle soit contenue ou que l'infection ait été exclue  
Diarrhée
Consulter gastro-entérite
Diarrhée aiguë d'origine probablement infectieuse
           
Encéphalite Multiples agents microbiens, y compris le virus herpès simplex, l'entérovirus, l'arbovirus (virus du Nil occidental) ADULTES : pratiques de baseTableau 4 - Note b
ENFANTS : précautions contre la transmission par contactTableau 4 - Note b
Fèces, sécrétions respiratoires Contact direct et indirect (fécal et oral) Jusqu'à l'établissement de l'étiologie ou l'exclusion de l'entérovirus
Tableau 4 – Note b

Peut être associé à d'autres agents, y compris la rougeole, les oreillons, la varicelle. Si l'étiologie est déterminée, prendre les précautions appropriées pour la maladie en question.

Retour à la référence de la note b du tableau 4

Endométrite Streptococcus de groupe A; nombreuses autres bactéries Pratiques de base, à moins de signes de choc toxiqueTableau 4 - Note c      
Tableau 4 – Note c

Précautions contre la transmission par contact et par gouttelettes pendant les premières 24 heures du traitement antimicrobien si une infection invasive par Streptococcus de groupe A est présumée.

Retour à la référence de la note c du tableau 4

Entérocolite
Consulter diarrhée
           
Entérocolite nécrosante Inconnus, probablement de nombreux organismes Pratiques de baseTableau 4 - Note d     Durée des symptômes
Tableau 4 – Note d

On ne sait pas si cette maladie est transmissible.
Prendre des précautions en cas d'éclosion présumée.

Retour à la référence de la note d du tableau 4

Épiglottite
Chez les enfants âgés < 5 ans
H. influenzae de type B; possible chez les enfants non immunisés âgés < 2 ans; Streptococcus de groupe A, S. aureus Précautions contre la transmission par gouttelettes si le virus H. influenzae de type B est la cause possible; sinon, pratiques de base Sécrétions respiratoires Grosses gouttelettes, contact direct Après un traitement antimicrobien approprié de 24 heures ou jusqu'à l'exclusion du virus H. influenzae de type B  
Éruption cutanée compatible avec la gale Sarcoptes scabiei Précautions contre la transmission par contact Acariens Contact direct et indirect Si l'infection est confirmée, 24 heures après le début d'un traitement approprié. Pour la gale typique, pratiques de base (utiliser des gants et une blouse que pour les contacts directs avec les patients).
Consulter gale, tableau 5.
Éruption cutanée (maculopapulaire) avec fièvre et soit coryza, soit conjonctivite, soit toux Rougeole Précautions contre la transmission par voie aérienne Sécrétions respiratoires Voie aérienne Si l'infection est confirmée, 4 jours après l'apparition de l'éruption cutanée. Consulter rougeole, tableau 5.
Éruption cutanée (pétéchiale ou purpurique) avec fièvre Neisseria meningitidis Précautions contre la transmission par gouttelettes si une infection par N. meningitidis est présumée; sinon, pratiques de base Sécrétions respiratoires Grosses gouttelettes, contact direct Discontinuées si Neisseria meningitidis est exclue.
Si l'infection par N. meningitidis est confirmée, après 24 heures d'un traitement antimicrobien appropriée.
 
Éruption cutanée (vésiculaire) avec fièvre Varicelle Précautions contre la transmission par contact et voie aérienne Sécrétions respiratoires, exsudat de lésions cutanées Voie aérienne, contact direct et indirect Si l'infection est confirmée, jusqu'à ce que toutes les lésions soient sèches. Consulter varicelle, tableau 5.
Éruption cutanée vésiculaire ou pustulaire en situation épidémiologique appropriée jusqu'à l'exclusion de la variole, de la vaccine disséminée et de l'orthopoxvirose simienne Variole, vaccine disséminée, orthopoxvirose simienne Précautions contre la transmission par contact, par gouttelettes et par voie aérienne Lésions et sécrétions respiratoires (orthopoxvirose simienne) exsudat de lésions cutanées, sécrétions oropharyngées (petite vérole, vaccine dissiminée)      
Érysipèle
Exsudat : consulter plaie exsudative
Streptococcus de groupe A Pratiques de base        
Escarre de décubitus (plaie de pression, exsudat)
Consulter plaie exsudative
           
Fièvre hémorragique acquise dans une zone endémique ou épidémique appropriée Ebola, de Lassa, de Marburg, de Crimée-Congo et autres Précautions contre la transmission par contact et par gouttelettes
Interventions médicales générant des aérosolsTableau 4 - Note e
Sang et liquides organiques; sécrétions respiratoires; peau en présence d'Ebola et urine en présence de Lassa Contact direct et indirect; peut-être aérosols en cas de pneumonie
Lassa : contacts sexuels
Durée des symptômes ou jusqu'à l'exclusion d'une fièvre hémorragique Les autorités locales en matière de santé publique devraient être immédiatement informées.
Tableau 4 – Note e

Si l'intervention médicale générant des aérosols est nécessaire, consulter les stratégies visant à réduire la production d'aérosols, consulter la partie B, section IV, sous-section iii, 1b.

Retour à la référence de la note e du tableau 4

Fièvre sans foyer (grave, chez les enfants) Entérovirus et autres pathogènes ADULTES : pratiques de baseTableau 4 - Note f
ENFANTS : précautions contre la transmission par contact
Fèces, sécrétions respiratoires Contact direct ou indirect (fécal et oral) Durée des symptômes ou jusqu'à l'exclusion d'une infection à entérovirus
Tableau 4 – Note f

Si les résultats indiquent une infection transmissible précise, prendre les précautions pour cette infection en attendant le diagnostic.

Retour à la référence de la note f du tableau 4

Furoncles
Consulter plaie exsudative
S. aureus          
Gangrène gazeuse
Exsudat : consulter plaie exsudative
Clostridium spp.          
Gastro-entérite Diarrhée ou vomissements dus à une infection ou à une toxine ADULTES : précautions contre la transmission par contactTableau 4 - Note g
ENFANTS : précautions contre la transmission par contact
Fèces Contact direct et indirect (fécal et oral) Durée des symptômes pour C. difficile, norovirus, rotavirus, jusqu'à l'exclusion. Chez les enfants, jusqu'à ce que les selles soient normales ou jusqu'à l'exclusion d'une étiologie infectieuse
Tableau 4 – Note g

Prendre des précautions contre la transmission par contact jusqu'à l'exclusion de C. difficile, du norovirus, du rotavirus.
Envisager de prendre des précautions contre la transmission par contact chez les adultes incontinents s'il est impossible de contenir les selles ou si les patients ont une mauvaise hygiène et peuvent contaminer leur environnement.
Les précautions contre la transmission par contact s'appliquent aux enfants incontinents ou incapables de respecter les mesures d'hygiène.
Consulter le tableau 5 pour les étiologies précises.

Retour à la référence de la note g du tableau 4

Gingivostomatite Virus de l'herpès simple, autres causes, notamment la radiothérapie, la chimiothérapie, les causes idiopathiques (aphteuse) Précautions contre la transmission par contact en cas d'infection primaire ou étendue associée au virus herpès simplex
Sinon, pratiques de base
Lésions des muqueuses Contact direct Pendant que les lésions sont présentes  
Hépatite d'étiologie inconnue Virus de l'hépatite A, B, C, E, virus Epstein-Barr et autres ADULTES : pratiques de baseTableau 4 - Note h
ENFANTS : précautions contre la transmission par contact
Fèces; sang et certains liquides organiques Exposition des muqueuses ou exposition percutanées aux liquides organiques infectieux.
Transmission par voie sexuelle.
Transmission verticale; de la mère à l'enfant
Contact direct et indirect (fécal et oral) pour l'hépatite A et E.
Jusqu'au septième jour suivant l'apparition de la jaunisse ou jusqu'à l'exclusion de l'hépatite A et E du point de vue épidémiologique
Tableau 4 – Note h

Envisager de prendre des précautions contre la transmission par contact chez les adultes incontinents s'il est impossible de contenir les selles ou si les patients ont une mauvaise hygiène, à moins que l'hépatite A et E soit exclue du point de vue épidémiologique.
Les précautions contre la transmission par contact s'appliquent aux enfants incontinents ou incapables de respecter les mesures d'hygiène.

Retour à la référence de la note h du tableau 4

Herpangine Entérovirus ADULTES : pratiques de base
ENFANTS : précautions contre la transmission par contact
Fèces, sécrétions respiratoires Contact direct et indirect (fécal et oral) Durée des symptômes Les précautions contre la transmission par contact s'appliquent aux enfants incontinents ou incapables de respecter les mesures d'hygiène.
Impétigo
Consulter plaie exsudative
Streptococcus de groupe A, S. aureus          
Infection cutanée
Consulter cellulite
           
Infection d'une plaie
Consulter plaie exsudative
           
Infection urinaire Nombreux Pratiques de baseTableau 4 - Note i      
Tableau 4 – Note i

Précautions contre la transmission par contact en cas de microorganismes résistants aux antibiotiques

Retour à la référence de la note i du tableau 4

Intoxication alimentaire Bacillus cereus, Clostridium perfringens, S. aureus, Salmonelle, Vibrio parahaemolyticus, Escherichia coli O157, Listeria et autres ADULTES : pratiques de baseTableau 4 - Note j
ENFANTS : précautions contre la transmission par contact
Aliments; fèces dans le cas de Salmonelle ou d'Escherichia coli O157 D'origine alimentaire, ou contact direct et indirect (fécal et oral)  
Tableau 4 – Note j

Envisager de prendre des précautions contre la transmission par contact chez les adultes incontinents s'il est impossible de contenir les selles ou si les patients ont une mauvaise hygiène et peuvent contaminer leur environnement.
Les précautions contre la transmission par contact s'appliquent aux enfants incontinents ou incapables de respecter les mesures d'hygiène.

Retour à la référence de la note j du tableau 4

Maladie de Kawasaki (syndrome cutanéo-muqueux et ganglionnaire) Inconnus Pratiques de base       N'est pas transmissible selon les connaissances actuelles.
Maladie respiratoire fébrile
Présence générale de symptômes de fièvre plus élevée que 38 °C et toux ou essoufflement récents ou empirant
Large éventail d'infections respiratoires à propagation par gouttelettes, comme le rhume, la grippe, le syndrome pseudogrippal et la pneumonie Précautions contre la transmission par contact et par gouttelettes Sécrétions respiratoires     Remarque : Il se peut que les personnes âgées et immunovulnérables ne manifestent pas de réaction fébrile à une infection respiratoire.
Consulter Pratiques exemplaires en matière de prévention de la transmission des infections aiguës des vois respiratoires pour tous les établissements de soins de santé de l'Ontario.
Maladie respiratoire grave
Consulter maladie respiratoire fébrile
           
Méningite Bactérienne : Neisseria meningitidis, H. influenzae de type B possible chez les enfants non immunisés âgés < 2 ans, Streptococcus pneumoniae, Streptococcus de groupe B, Listeria monocytogenes, E. coli et autres bacilles Gram négatif ADULTES : précautions contre la transmission par gouttelettes jusqu'à l'exclusion de Neisseria meningitidis; sinon, pratiques de base
ENFANTS : précautions contre la transmission par gouttelettes et par contactTableau 4 - Note k
Sécrétions respiratoires Grosses gouttelettes, contact direct Après 24 heures d'un traitement antimicrobien approprié
Tableau 4 – Note k

Enfants : précautions contre l'infection bactérienne et l'infection virale jusqu'à l'établissement de l'étiologie. Précautions contre la transmission par gouttelettes en cas d'étiologie virale établie.
Les précautions contre la transmission par contact s'appliquent aux enfants incontinents ou incapables de respecter les mesures d'hygiène.

Retour à la référence de la note k du tableau 4

Mycobacterium tuberculosis Pratiques de baseTableau 4 - Note l      
Tableau 4 – Note l

Exclure la tuberculose respiratoire connexe.

Retour à la référence de la note l du tableau 4

Virale : entérovirus, arbovirus ADULTES : pratiques de baseTableau 4 - Note m
ENFANTS: précautions contre la transmission par contactTableau 4 - Note m
Fèces, sécrétions respiratoires Contact direct ou indirect Jusqu'à l'exclusion de l'entérovirus
Tableau 4 – Note m

Peut être associé à la rougeole, aux oreillons, à la varicelle, au virus herpès simplex. Si l'étiologie est déterminée, prendre les précautions appropriées pour la maladie en question.

Retour à la référence de la note m du tableau 4

Champignon Pratiques de base        
Ostéomyélite H. influenzae de type B possible chez les enfants non immunisés âgés < 2 ans; S. aureus, autres bactéries ADULTES : pratiques de base
ENFANTS : précautions contre la transmission par gouttelettes si le virus H. influenzae de type B est la cause possible; sinon, pratiques de base
    Après un traitement antimicrobien efficace de 24 heures ou jusqu'à l'exclusion du virus H. influenzae de type B  
Otite exsudative
Consulter plaie exsudative
           
Pharyngite Streptococcus de groupe A, virale, Corynebacterium diphtheriae Précautions contre la transmission par gouttelettes et par contact Sécrétions respiratoires Grosses gouttelettes, contact direct et indirect Durée des symptômes; en cas de Streptococcus de groupe A, après 24 heures de traitement antimicrobien En cas de diphtérie présumée, consulter le tableau 5.
Plaie exsudative S. aureus, Streptococcus de groupe A, nombreuses autres bactéries Pratiques de base
Précautions contre la transmission par contact : Tableau 4 - Note n Grande plaie, précautions contre la transmission par gouttelettesTableau 4 - Note c
Pus Contact direct et indirect Durée de l'exsudation
Tableau 4 – Note n

Grande plaie : exsudat non contenu par un pansement

Retour à la référence de la note n du tableau 4

Pleurodynie Entérovirus ADULTES : pratiques de base
ENFANTS : précautions contre la transmission par contact
Fèces, sécrétions respiratoires Contact direct et indirect (fécal et oral) Durée des symptômes Les précautions contre la transmission par contact s'appliquent aux enfants incontinents ou incapables de respecter les mesures d'hygiène.
Pneumonie Virus, coqueluche, Mycoplasma, Streptococcus pneumoniae, H. influenzae de type B, S. aureus, Streptococcus de groupe A, bacilles entériques Gram négatif, Chlamydia, Legionella, Pneumocystis, autres champignons, autres agents ADULTES : pratiques de baseTableau 4 - Note o
ENFANTS : précautions contre la transmission par gouttelettes et par contact
Sécrétions respiratoires Grosses gouttelettes, contact direct et indirect Jusqu'à l'établissement de l'étiologie, puis selon l'organisme; aucune précaution spéciale pour la pneumonie à moins qu'il ne s'agisse d'un microorganisme résistant aux antibiotiques; dans ce cas, prendre des précautions contre la transmission par contact
Tableau 4 – Note o

Pratiques de base pour les adultes, à moins que des données cliniques, épidémiologiques ou microbiologiques exigent des précautions contre la transmission par contact et par gouttelettes (c.-à-d. contact et gouttelettes pour les étiologies virales).
Réduire au minimum l'exposition des patients immunovulnérables, des patients atteints de troubles cardiaques chroniques ou d'une maladie chronique des poumons, et des nouveau-nés.

Retour à la référence de la note o du tableau 4

Rhume Rhinovirus, virus respiratoire syncytial, métapneumovirus humain, virus para-influenza, adénovirus, coronavirus Précautions contre la transmission par gouttelettes et par contact Sécrétions respiratoires Grosses gouttelettes, contact direct et indirect Durée des symptômes Éviter de placer le patient dans la même chambre que des patients à risque élevé.
Syndrome de choc toxique S. aureus, Streptococcus de groupe A Précautions contre la transmission par gouttelettesTableau 4 - Note p
Pratiques de base
     
Tableau 4 – Note p

Précautions contre la transmission par gouttelettes pendant les premières 24 heures du traitement antimicrobien si une infection invasive aux streptocoques de groupe A est présumée.
Consulter plaie exsudative en cas d'exsudat ou de pus.

Retour à la référence de la note p du tableau 4

Syndrome de Guillain-Barré Certains cas associés à une infection (p. ex. campylobactérie) Tableau 4 - Note q        
Tableau 4 – Note q

Prendre les précautions appropriées contre l'infection associée connue ou présumée.

Retour à la référence de la note q du tableau 4

Syndrome de Lyell
(Maladie de Ritter)
  Pratiques de base        
Syndrome de Reye Peut être associé à une infection virale, en particulier la grippe ou la varicelle         Précautions contre l'infection virale connexe connue ou présumée.
Syndrome hémolytique et urémique Certains cas associés à E. coli O157 ADULTES : pratiques de baseTableau 4 - Note r
ENFANTS : précautions contre la transmission par contact
Fèces Contact direct et indirect (fécal et oral) Jusqu'à l'exclusion d'E. coli O157
Tableau 4 – Note r

Envisager de prendre des précautions contre la transmission par contact chez les adultes incontinents s'il est impossible de contenir les selles ou si les patients ont une mauvaise hygiène et peuvent contaminer leur environnement.
Les précautions contre la transmission par contact s'appliquent aux enfants incontinents ou incapables de respecter les mesures d'hygiène.

Retour à la référence de la note r du tableau 4

Syndrome pieds-mains-bouche Entérovirus ADULTES : pratiques de base
ENFANTS : précautions contre la transmission par contact
Fèces, sécrétions respiratoires Contact direct et indirect (fécal et oral) Durée des symptômes Les précautions contre la transmission par contact s'appliquent aux enfants incontinents ou incapables de respecter les mesures d'hygiène.
Syndrome grippal Grippe, autres virus des voies respiratoires Précautions contre la transmission par contact et par gouttelettes Sécrétions respiratoires Grosses gouttelettes, contact direct et indirect Durée des symptômes ou jusqu'à l'exclusion d'une étiologie infectieuse  
Toux, fièvre, infection aiguë des voies respiratoires supérieures Rhinovirus, virus respiratoire syncytial, métapneumovirus humain, virus para-influenza, grippe, adénovirus, coronavirus, coqueluche Précautions contre la transmission par gouttelettes et par contact Sécrétions respiratoires Grosses gouttelettes, contact direct et indirect Durée des symptômes ou jusqu'à l'exclusion d'une étiologie infectieuse Considérer la fièvre et l'asthme chez les enfants âgés < 2 ans comme une infection virale.
Éviter de placer le patient dans la même chambre que des patients à risque élevé.
Toux, fièvre, infiltrat pulmonaire chez une personne susceptible de contracter la tuberculose Mycobacterium tuberculosis Précautions contre la transmission par voie aérienne Sécrétions respiratoires Voie aérienne Jusqu'à l'exclusion de la tuberculose infectieuse
Après un traitement efficace de 2 semaines qui permet d'améliorer l'état clinique du patient et après des résultats négatifs d'analyse des bacilles acido-alcoolo-résistants pour 3 frottis d'expectoration consécutifs prélevés à intervalles de 8 à 24 h
En cas de tuberculose multirésistante aux antibiotiques, jusqu'à ce que les cultures d'expectoration donnent des résultats négatifs
La tuberculose chez les jeunes enfants est rarement transmissible.
Dépister la toux chez les membres de la famille qui visitent le patient.
http://www.phac-aspc.gc.ca/tbpc-latb/pubs/tb-canada-7/index-fra.php.
Toux paroxystique, coqueluche présumée Bordetella pertussis, Bordetella parapertussis Précautions contre la transmission par gouttelettes Sécrétions respiratoires Grosses gouttelettes Jusqu'à l'exclusion de la coqueluche ou trois semaines après l'apparition de la toux paroxystique, si elle n'est pas traitée, ou après cinq jours de traitement antimicrobien Il se peut que les contacts étroits (ménage et travailleurs de la santé) nécessitent une chimioprophylaxie ou une immunisation, voire les deux.
Si l'immunisation des travailleurs de la santé n'est pas à jour, les orienter vers les services de santé au travail ou le délégué.
Se reporter au Guide canadien d'immunisation pour obtenir des renseignements précis, à l'adresse :
https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/guide-canadien-immunisation.html.
 
Tableau 5 : Caractéristiques de transmission et précautions selon l'étiologie préciseNote de bas de page 15, Note de bas de page 492, Note de bas de page 497
Microorganisme Tableau
clinique
Précautions Matière
infectieuse
Voie de
transmission
Période
d'incubation
Période de
contagion
Durée des
précautions
Remarques
5e maladie de l'enfant
Consulter parvovirus
               
Actinomycose
(Actinomyces sp.)
Infection cervico-faciale, thoracique ou abdominale Pratiques de base     Variable Pas interhumaine   Flore normale; infection suivant généralement un traumatisme.
Adénovirus
Souches respiratoires
Infection des voies respiratoires (pneumonie) Précautions contre la transmission par gouttelettes et par contact Sécrétions respiratoires Grosses gouttelettes; contact direct et indirect De 1 à 10 jours Commence juste avant l'apparition des symptômes et dure jusqu'à leur disparition Durée des symptômes Souches différentes responsables de la maladie respiratoire et de la maladie gastro-intestinale.
Éviter de placer le patient dans la même chambre que des patients à risque élevé.
Réduire au minimum l'exposition des patients immunovulnérables, des patients atteints de troubles cardiaques chroniques ou d'une maladie chronique des poumons, et des nouveau-nés.
Les symptômes peuvent se prolonger chez les patients immunovulnérables.
  Conjonctivite Précautions contre la transmission par contact Écoulement oculaire Contact direct et indirect De 5 à 12 jours Commence à la fin de la période d'incubation et dure jusqu'à 14 jours après le début de la maladie Durée des symptômes, jusqu'à 14 jours Porter un soin particulier à la technique aseptique et au retraitement du matériel ophtalmologique pour prévenir la kératoconjonctivite épidémique.
Adénovirus
Souches entérique
Diarrhée ADULTES : pratiques de baseTableau 5 - Note a
ENFANTS : précautions contre la transmission par contact
Fèces Contact direct et indirect (fécal et oral) De 3 à 10 jours Jusqu'à la disparition des symptômes Durée des symptômes
Tableau 5 – Note a

Envisager de prendre des précautions contre la transmission par contact chez les adultes incontinents s'il est impossible de contenir les selles ou si les patients ont une mauvaise hygiène et peuvent contaminer leur environnement.
Les précautions contre la transmission par contact s'appliquent aux enfants incontinents ou incapables de respecter les mesures d'hygiène.

Retour à la référence de la note a du tableau 5

Amibiase (Entamoeba histolytica) Dysenterie et abcès du foie ADULTES : pratiques de baseTableau 5 - Note b
ENFANTS : précautions contre la transmission par contact
Fèces Contact direct et indirect (fécal et oral) De 2 à 4 semaines Période d'excrétion des kystes Durée des symptômes
Tableau 5 – Note b

Envisager de prendre des précautions contre la transmission par contact chez les adultes incontinents s'il est impossible de contenir les selles ou si les patients ont une mauvaise hygiène et peuvent contaminer leur environnement.
Les précautions contre la transmission par contact s'appliquent aux enfants incontinents ou incapables de respecter les mesures d'hygiène.

Retour à la référence de la note b du tableau 5

Angine de Vincent
(bouche des tranchées)
  Pratiques de base            
Ankylostome
(Necator americanus, Ancyclostoma duodenale)
Généralement asymptomatique Pratiques de base   Percutanée; fécale ou orale De quelques semaines à plusieurs mois Pas interhumaine   Les larves doivent éclore dans le sol pour devenir infectieuses.
Ascaridiase
(Ascaris lumbricoides)
(ver rond)
Généralement asymptomatique Pratiques de base       Pas interhumaine   Les œufs doivent éclore dans le sol pour devenir infectieux.
Aspergillose
(Aspergillus spp.)
Infection de la peau, des poumons, d'une plaie ou du système nerveux central Pratiques de base       Pas interhumaine   Spores présentes dans la poussière; les infections contractées par les personnes immunovulnérables pourraient être associés à la construction.
Astrovirus Diarrhée ADULTES : pratiques de baseTableau 5 - Note c
ENFANTS : précautions contre la transmission par contact
Fèces Contact direct et indirect (fécal et oral) De 3 à 4 jours Durée des symptômes  
Tableau 5 – Note c

Envisager de prendre des précautions contre la transmission par contact chez les adultes incontinents s'il est impossible de contenir les selles ou si les patients ont une mauvaise hygiène et peuvent contaminer leur environnement.
Les précautions contre la transmission par contact s'appliquent aux enfants incontinents ou incapables de respecter les mesures d'hygiène.

Retour à la référence de la note c du tableau 5

Aviaire Infection des voies respiratoires, conjonctivite Précautions contre la transmission par gouttelettes et par contact Excréments d'oiseaux malades, peut-être sécrétions des voies respiratoires humaines         Pour obtenir des renseignements à jour au sujet de la grippe aviaire, consulter Problèmes de santé humaine liés à l'influenza aviaire au Canada, accessible à l'adresse :
http://www.phac-aspc.gc.ca/publicat/daio-enia/9-fra.php
et
http://canadiensensante.gc.ca/diseases-conditions-maladies-affections/disease-maladie/flu-grippe/index-fra.php?_ga=1.15627378.597691948.1466010303.
Babésiose   Pratiques de base Sang Transmission par les tiques   Pas interhumaine, sauf dans de rares cas par transfusion de sang provenant de donneurs parasitémiques asymptomatiques    
Bacillus cereus Intoxication alimentaire
Nausée, vomissements, diarrhée, crampes abdominales
Pratiques de base   D'origine alimentaire        
Blastomycose
(Blastomyces dermatitidis)
Pneumonie, lésions cutanées Pratiques de base       Pas interhumaine   Acquise à partir de spores présentes dans le sol.
Bocavirus Infection des voies respiratoires   Précautions contre la transmission par gouttelettes et par contact           Groupement par cohortes possible si les patients sont infectés par le même virus.
Éviter de placer le patient dans la même chambre que des patients à risque élevé.
Botulisme
(Clostridium botulinum)
Paralysie flasque; paralysies des nerfs crâniens Pratiques de base   D'origine alimentaire   Pas interhumaine    
Brucellose
(Brucella sp.)
Fièvre ondulante, fièvre de Malte ou fièvre méditerranéenne
Maladie bactérienne systémique d'apparition aiguë ou insidieuse Pratiques de base     Semaines à mois Pas interhumaine, sauf dans de rares cas par des spermatozoïdes en banque et par contacts sexuels   Acquise par contact avec des animaux infectés ou par ingestion d'aliments contaminés, principalement des produits laitiers.
La Brucella est dangereuse pour les personnes qui travaillent en laboratoire. Aviser le laboratoire si ce diagnostic est présumé.
Prophylaxie nécessaire après une exposition en laboratoire.
Lésions exsudatives MINEUR : pratiques de base
MAJEUR : précautions contre la transmission par contactTableau 5 - Note d
Exsudat de lésions ouvertes Peut-être par contact direct     Durée de l'exsudation
Tableau 5 – Note d

MAJEUR : Les précautions contre la transmission par contact ne sont nécessaires que si l'exsudat ne peut être contenu par un pansement.

Retour à la référence de la note d du tableau 5

Burkholderia cepacia Exacerbation de la maladie pulmonaire chronique chez les patients atteints de fibrose kystique Précautions contre la transmission par contactTableau 5 - Note e         Jusqu'à ce que l'organisme soit éliminé, conformément aux directives du professionnel en prévention des infections
Tableau 5 – Note e

B.cepacia peut entraîner une colonisation ou une infection des voies respiratoires chez les patients atteints de fibrose kystique.

Retour à la référence de la note e du tableau 5

Tableau 5 – Note g

Si d'autres patients atteints de fibrose kystique sont présents dans l'unité.
Il faudrait éviter toute interaction avec les autres patients atteints de fibrose kystique.

Retour à la référence de la note g du tableau 5

Calicivirus
Consulter norovirus
               
Campylobactérie Gastro-entérite ADULTES : pratiques de baseTableau 5 - Note f
ENFANTS : précautions contre la transmission par contact
Aliments contaminés, fèces Contact direct et indirect (fécal et oral) De 2 à 5 jours Durée de l'excrétion
Transmission interhumaine rare
Durée des symptômes
Tableau 5 – Note f

Envisager de prendre des précautions contre la transmission par contact chez les adultes s'il est impossible de contenir les selles ou si les patients ont une mauvaise hygiène et peuvent contaminer leur environnement.
Le traitement par un agent antimicrobien efficace raccourcit la période d'infectiosité.
Les précautions contre la transmission par contact s'appliquent aux enfants incontinents ou incapables de respecter les mesures d'hygiène.

Retour à la référence de la note f du tableau 5

Candidose
(Candida sp.)
Nombreux Pratiques de base           Flore normale
Chancre mou
(Haemophilus ducreyi)
Ulcération génitale Pratiques de base   Transmission par voie sexuelle De 3 à 5 jours Jusqu'à la guérison et aussi longtemps que l'agent infectieux persiste dans la lésion d'origine    
Charbon
(Bacillus anthracis)
Cutané, pulmonaire Pratiques de base     De 1 à 7 jours; pourrait durer jusqu'à 60 jours Pas interhumaine   Acquis par contact avec des animaux et des produits pour animaux infectés.
Le charbon pulmonaire peut survenir en raison d'une exposition professionnelle à des spores d'anthrax ou en raison d'activités de bioterrorisme.
Une décontamination et une prophylaxie post-exposition sont nécessaires en cas d'exposition à des aérosols en laboratoire ou en cas de bioterrorisme.
Chlamydia pneumoniae Pneumonie Pratiques de base Sécrétions respiratoires Inconnue Inconnue Inconnue   Rares éclosions de pneumonie dans les populations vivant en institution.
Chlamydia (Chlamydophila) psittac
Psittacose, ornithose)
Pneumonie, fièvre indifférenciée Pratiques de base Oiseaux infectés   De 7 à 14 jours Pas interhumaine   Acquise par inhalation de déjections desséchées, de sécrétions et de poussière provenant d'oiseaux infectés.
Chlamydia trachomatis Urétrite, cervicite, atteintes inflammatoires pelviennes, conjonctivite néonatale, pneumonie chez les nouveau-nés, trachome Pratiques de base Sécrétions conjonctivales et génitales Transmission par voie sexuelle
De la mère à l'enfant à la naissance
Trachome : contact direct et indirect
Variable Tant que l'organisme est présent dans les sécrétions    
Choléra
(Vibrio cholerae 01, 0139)
Diarrhée ADULTES : pratiques de baseTableau 5 - Note g
ENFANTS : précautions contre la transmission par contact
Fèces Contact direct et indirect (fécal et oral) De 2 à 3 jours Durée de l'élimination du virus Durée des symptômes
Tableau 5 – Note g

Envisager de prendre des précautions contre la transmission par contact chez les adultes s'il est impossible de contenir les selles ou si les patients ont une mauvaise hygiène et peuvent contaminer leur environnement.
Les précautions contre la transmission par contact s'appliquent aux enfants incontinents ou incapables de respecter les mesures d'hygiène.

Retour à la référence de la note g du tableau 5

Clostridium difficile Diarrhée, colite pseudomembraneuse Précautions contre la transmission par contact Fèces Contact direct et indirect (fécal et oral) Variable Durée de l'élimination du virus Durée des symptômes Les spores bactériennes persistent dans l'environnement.
Veiller à ce que l'environnement soit nettoyé conformément au calendrier.
Pendant les éclosions, il faudrait accorder une attention particulière au nettoyage; il se peut qu'on doive utiliser des solutions d'hypochlorite de sodium en cas de transmission continuelle.
Consulter l'annexe VI . 3. Gastro-entérite virale.
Matériel de soins aux patients désigné.
Les rechutes sont fréquentes.
Clostridium perfringens Intoxication alimentaire Practiques de base   D’origine alimentaire De 6 à 24 heures Pas interhumaine    
Gangrène gazeuse, abcès, myonécrose Practiques de base     Variable Pas interhumaine   Présent dans le microbiote intestinal normal, dans le sol ; infection associée à des tissus dévitalisés
Coccidioïdo-mycose
(Coccidioides immitis)
Pneumonie, lésions exsudatives Pratiques de base     De 1 à 4 semaines Pas interhumaine   Acquise à partir de spores dans le sol ou la poussière dans les zones endémiques.
Contact avec la varicelle ou le zona Contact réceptif Précautions contre la transmission par voie aérienne Sécrétions respiratoires Voie aérienne De 10 à 21 jours Potentiellement contagieuse pendant les deux derniers jours de la période d'incubation Du huitième jour après le premier contact jusqu'au vingt et unième jour après le dernier contact avec l'éruption cutanée, qu'un vaccin post-exposition ait été administré ou non (28 jours en cas d'administration d'immunoglobuline antivaricelleuse-antizostérienne) Il faudrait prendre des précautions contre la transmission par voie aérienne à l'égard des nouveau-nés nés de mères chez qui la varicelle est apparue < 5 jours avant l'accouchement.
Les travailleurs de la santé, les compagnons de chambre et les fournisseurs de soins devraient être immunisés contre la varicelle.
Coqueluche
(Bordetella pertussis, Bordetella parapertussis)
Toux coquelucheuse, infection des voies respiratoires non spécifique chez les enfants, les adolescents et les adultes Précautions contre la transmission par gouttelettes Sécrétions respiratoires Grosses gouttelettes En moyenne de 9 à 10 jours; fourchette de 6 à 20 jours Sans traitement, jusqu'à 3 semaines suivant l'apparition des paroxysmes Sans traitement, jusqu'à 3 semaines suivant l'apparition des paroxysmes, ou après 5 jours d'un traitement antimicrobien approprié Il se peut que les contacts étroits (ménage et travailleurs de la santé) nécessitent une chimioprophylaxie ou une immunisation, voire les deux.
Si l'immunisation des travailleurs de la santé n'est pas à jour, les orienter vers les services de santé au travail ou le délégué.
Se reporter au Guide canadien d'immunisation pour obtenir des renseignements précis, accessible à l'adresse :
https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/guide-canadien-immunisation.html.
Coronavirus (CoV)
(autre que CoV-syndrome respiratoire aigu sévère SRAS)
Pour SRAS-CoV, consulter syndrome respiratoire aigu sévère
Rhume banal Précautions contre la transmission par gouttelettes et par contact Sécrétions respiratoires Contact direct et indirect
Éventuellement grosses gouttelettes
De 2 à 4 jours Jusqu'à la disparition des symptômes Durée des symptômes Groupement par cohortes possible si les patients sont infectés par le même virus.
Éviter de placer le patient dans la même chambre que des patients à risque élevé.
Cryptococcose
(Cryptococcus neoformans)
Pneumonie, méningite, adénopathie Pratiques de base     Inconnue Pas interhumaine    
Cryptosporidiose
(Cryptosporidium parvum)
Diarrhée ADULTES : pratiques de baseTableau 5 - Note h
ENFANTS : précautions contre la transmission par contact
Fèces Contact direct et indirect (fécal et oral) De 1 à 12 jours De l'apparition des symptômes à plusieurs semaines après la résolution Durée des symptômes
Tableau 5 – Note h

Envisager de prendre des précautions contre la transmission par contact chez les adultes incontinents s'il est impossible de contenir les selles ou si les patients ont une mauvaise hygiène et peuvent contaminer leur environnement.
Les précautions contre la transmission par contact s'appliquent aux enfants incontinents ou incapables de respecter les mesures d'hygiène.

Retour à la référence de la note h du tableau 5

Cysticercose
(larves de Taenia solium)
Kystes larvaires de T. solium dans divers organes Pratiques de base Œufs dans les fèces Contact direct (fécal et oral) De mois à années Tant que les œufs sont présents dans les fèces   Transmissible seulement à partir d'humains dont le tractus gastrointestinal contient le ver solitaire adulte T. solium (auto-infection).
Cytomégalovirus Généralement asymptomatique; infection congénitale, rétinite, mononucléose, pneumonie, infection disséminée chez un hôte immunovulnér-able Pratiques de base Salive, sécrétions génitales, urine, lait maternel, organes greffés ou cellules souches, produits sanguins DirecteTableau 5 - Note i
Transmission par voie sexuelle; transmission verticale de la mère à l'enfant pendant la gestation, à la naissance ou par le lait maternel
Transfusion, greffe
Inconnue Virus éliminé dans l'urine, la salive, les sécrétions génitales, le lait maternel pendant plusieurs mois; peut persister ou être épisodique pendant toute la vie   Aucune précaution additionnelle pour les travailleuses de la santé enceintes.
Tableau 5 – Note i

Pour qu'il y ait transmission, il faut un contact personnel direct étroit.
La maladie est souvent due à la réactivation chez le patient plutôt qu'à la transmission de l'infection.

Retour à la référence de la note i du tableau 5

Dengue
(arbovirus)
Fièvre, arthralgie, éruption cutanée Pratiques de base   Transmission par les moustiques De 3 à 14 jours Pas interhumaine    
Dermatomycose
Consulter teigne
               
Dermatophytose
Consulter teigne
               
Diphtérie
(Corynebacter-
ium diphtheriae)
Cutanée (lésions ulcéreuses caractéristiques) Précautions contre la transmission par contact Lésion exsudative Contact direct ou indirect De 2 à 5 jours Non traitée, deux semaines à plusieurs mois Jusqu'à ce que deux culturesTableau 5 - Note j de lésions cutanées soient négatives
Tableau 5 – Note j

Les cultures devraient être prélevées à intervalles d'au moins 24 heures et au moins 24 heures après l'arrêt du traitement antimicrobien.
Les contacts étroits devraient recevoir une prophylaxie antimicrobienne, conformément aux recommandations les plus récentes du CCNI, accessibles à l'adresse :
https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/guide-canadien-immunisation.html.

Retour à la référence de la note j du tableau 5

Pharyngée (membrane adhérente de couleur grisâtre) Précautions contre la transmission par gouttelettes Sécrétions nasopharyng-
iennes
Grosses gouttelettes De 2 à 5 jours Non traitée, deux semaines à plusieurs mois Jusqu'à ce que deux culturesTableau 5 - Note k prélevées dans le nez et la gorge soient négatives
Tableau 5 – Note k

Les cultures devraient être prélevées à intervalles d'au moins 24 heures et au moins 24 heures après l'arrêt du traitement antimicrobien.
Les contacts étroits devraient recevoir une prophylaxie antimicrobienne.

Retour à la référence de la note k du tableau 5

Ebola
Consulter fièvres hémorragiques virales
               
Échinococcose
(hydatidose)
(E. granulosis,
E. multilocularis)
Kystes dans divers organismes Pratiques de base     De mois à années Pas interhumaine   Acquise par contact avec des animaux infectés.
Échovirus
Consulter Infections entérovirales
               
Ecthyma contagieux
(poxvirus)
Lésions cutanées Pratiques de base     Généralement de 3 à 6 jours Pas interhumaine   Acquis à partir d'animaux infectés.
Encéphalopathie spongiforme transmissible
Consulter maladie de Creutzfeld-Jacob
               
Entérite à Vibrio parahaemoly-ticus Diarrhée, intoxication alimentaire Pratiques de base Aliments contaminés, en particulier les fruits de mer D'origine alimentaire Entre 12 et 24 heures; fourchette de 4 à 30 heures      
Entérocoques résistant à la vancomycine Infection ou colonisation de tout site corporel Précautions contre la transmission par contact Sécrétions infectées ou colonisées, excrétions Contact direct et indirect Variable Durée de la colonisation Conformément aux directives du professionnel en prévention des infections Les entérocoques persistent dans l'environnement; accorder une attention particulière au nettoyage.
Consulter l'annexe VI , 2. MRA.
Escherichia coli
(souches entéropatho-gènes et entérohémorra-
giques)
Diarrhée; intoxication alimentaire; syndrome hémolytique et urémique; purpura thrombocyto-
pénique thrombotique
ADULTES : pratiques de baseTableau 5 - Note l
ENFANTS : précautions contre la transmission par contact
Fèces Contact direct et indirect (fécal et oral)
D'origine alimentaire
De 1 à 8 jours Durée de l'élimination du virus Durée des symptômes
En cas de syndrome hémolytique et urémique : jusqu'à ce que deux selles soient négatives à l'égard d'E. coli O157:H7 ou après le 10e jour suivant le début de la diarrhée
Tableau 5 – Note l

Envisager de prendre des précautions contre la transmission par contact chez les adultes incontinents s'il est impossible de contenir les selles ou si les patients ont une mauvaise hygiène et peuvent contaminer leur environnement.
Les précautions contre la transmission par contact s'appliquent aux enfants incontinents ou incapables de respecter les mesures d'hygiène.

Retour à la référence de la note l du tableau 5

Espèces d'entérocoques (résistantes à la vancomycine seulement)
Consulter entérocoques résistants à la vancomycine
               
Fièvre à tiques du Colorado
Consulter Dengue (arbovirus)
Fièvre Pratiques de base   Transmission par les tiques De 3 à 6 jours Pas interhumaine    
Fièvre de Crimée-congo
Consulter fièvres hémorragiques virales
               
Fièvre de Lassa
Consulter fièvres hémorragiques virales
               
Fièvre des tranchées
(Bartonella quintana)
Rechutes de fièvre, éruption cutanée Pratiques de base Fèces des poux de corps humains Transmission par les poux De 7 à 30 jours Pas interhumaine en l'absence de poux    
Fièvres hémorragiques virales
(virus de Lassa, Ebola, de Marburg, de Crimée-Congo)
Fièvre hémorragique Précautions contre la transmission par contact et par gouttelettes
Interventions médicales générant des aérosolsTableau 5 - Note m
Sang et liquides organiques ensanglantés, sécrétions respiratoires
Lassa : urine
Contact direct et indirect
Lassa : contacts sexuels
Lassa : de 1 à 3 semaines
Ebola : de 2 à 21 jours
Inconnue, peut-être plusieurs semaines
Le virus de Lassa peut être éliminé dans l'urine pendant 3 à 9 semaines après l'apparition
Jusqu'à la résolution des symptômes Les autorités locales en matière de santé publique devraient être immédiatement informées.
Tableau 5 – Note m

Pour les interventions médicales générant des aérosols nécessaires, consulter les stratégies visant à réduire la production d'aérosols à la partie B, section IV, sous-section iii, 1b.

Retour à la référence de la note m du tableau 5

Fièvre pourprée des montagnes Rocheuses
Rickettsia rickettsii
Fièvre, éruption pétéchiale, encéphalite Pratiques de base   Transmission par les tiques De 3 à 14 jours Pas de transmission interhumaine, sauf rarement en cas de transfusion    
Fièvre Q
(Coxiella burnetii)
Pneumonie, fièvre Pratiques de base Animaux infectés, lait Contact direct avec des animaux infectés; lait cru
Par voie aérienne à partir de la poussière contaminée transformée en aérosols
De 14 à 39 jours Pas interhumaine   Acquise par contact avec des animaux infectés ou par ingestion de lait cru.
Fièvre récurrente
(Borellia recurrentis, autres espèces de Borellia)
Fièvres récurrentes Pratiques de base   Agent pathogène à vecteur   Pas interhumaine   Propagée par les tiques ou les poux.
Fièvre typhoïde/
paratyphoïde
Consulter Salmonelle
               
Gale
(Sarcoptes scabiei)
Éruption cutanée qui démange Précautions contre la transmission par contact Acariens Contact direct et indirect Sans exposition antérieure, de 2 à 6 semaines; de 1 à 4 jours après une nouvelle exposition Jusqu'à ce que les acariens et les œufs soient détruits par le traitement, généralement après 1 ou quelquefois
2 séries de traitement à 1 semaine d'intervalle
24 heures après le début d'un traitement approprié Appliquer le scabicide selon le mode d'emploi figurant sur l'étiquette.
Laver les vêtements et la literie à l'eau chaude ou par nettoyage à sec, ou les mettre dans un sac en plastique et les entreposer pendant 1 semaine.
Les contacts familiaux devraient être traités.
Giardia
(parasite lamblia)
Diarrhée ADULTES : pratiques de baseTableau 5 - Note n
ENFANTS : précautions contre la transmission par contact
Fèces Contact direct et indirect (fécal et oral) De 3 à 25 jours Durant toute la période d'infection; souvent pendant des mois Durée des symptômes
Tableau 5 – Note n

Envisager de prendre des précautions contre la transmission par contact chez les adultes incontinents s'il est impossible de contenir les selles ou si les patients ont une mauvaise hygiène et peuvent contaminer leur environnement.
Les précautions contre la transmission par contact s'appliquent aux enfants incontinents ou incapables de respecter les mesures d'hygiène.

Retour à la référence de la note n du tableau 5

Granulome inguinal
(donovanose)
(Calymmatobac-terium granulomatis)
Ulcérations génitales indolores, ulcères inguinaux, nodules Pratiques de base   Transmission par voie sexuelle Inconnue; probablement entre 1 et 16 semaines Inconnue; probablement pendant la durée des lésions ouvertes sur la peau ou les muqueuses    
Grippe aviaire
Consulter grippe
               
Grippe
saisonnière
Infection des voies respiratoires Précautions contre la transmission par gouttelettes et par contact Sécrétions respiratoires Grosses gouttelettes, contact direct et indirect De 1 à 3 jours Généralement de 3 à 7 jours suivant l'apparition clinique de la maladie
L'élimination du virus peut être prolongée chez les personnes immunovulnér-ables
Durée des symptômes Si aucune chambre privée n'est disponible, envisager de grouper les patients par cohortes pendant les éclosions.
Éviter de placer le patient dans la même chambre que des patients à risque élevé.
Envisager l'administration d'un antiviral aux compagnons de chambre exposés.
Consulter les Lignes directrices : Mesures de prévention et de contrôle des infections à l'intention des travailleurs de la santé dans les établissements de soins actifs et les établissements de soins de longue durée à l'adresse :
http://www.phac-aspc.gc.ca/nois-sinp/guide/pubs-fra.php.
Pour obtenir de plus amples renseignements au sujet de tous les types de grippe, consulter le site :
http://canadiensensante.gc.ca/diseases-conditions-maladies-affections/disease-maladie/flu-grippe/index-fra.php?_ga=1.16676850.597691948.1466010303.
Haemophilus influenzae de type B (infections invasives) Pneumonie, épiglottite, méningite, bactériémie, arthrite septique, cellulite, ostéomyélite chez l'enfant ADULTES : pratiques de base
ENFANTS : précautions contre la transmission par gouttelettes
Sécrétions respiratoires Grosses gouttelettes, contact direct Variable Période la plus infectieuse pendant la semaine précédant l'apparition des symptômes et pendant la manifestation des symptômes jusqu'à ce que ces derniers soient traités Après 24 heures d'un traitement antimicrobien approprié Il se peut que les contacts étroits âgés < 48 mois et ceux qui ne sont pas immunisés aient besoin d'une chimioprophylaxie.
Les contacts familiaux de ces enfants devraient également recevoir une prophylaxie.
Hantavirus
(syndrome pulmonaire à Hantavirus)
Fièvre, pneumonie Pratiques de base Excréments des rongeurs Transmission présumée par aérosols à partir des excréments des rongeurs De quelques jours à 6 semaines Pas bien définie; la transmission interhumaine est rare (documentée pour les souches de l'Amérique du Sud)   Infection acquise à partir de rongeurs
Helicobacter pylori Gastrite, affection due à un ulcère duodénal Pratiques de base   Ingestion probable d'organismes; transmission fécale/orale ou orale/orale présumée De 5 à 10 jours Inconnue    
Hépatite A, E Hépatite, symptômes fébriles aigus anictériques ADULTES : pratiques de baseTableau 5 - Note p
ENFANTS : précautions contre la transmission par contact
Fèces Contact direct et indirect (fécal et oral) A : de 28 à 30 jours
E : De 26 à 42 jours
A : de 2 semaines avant l'apparition de la jaunisse à 1 semaine après
L'élimination du virus est prolongée chez le nouveau-né
E : inconnue; au moins 2 semaines avant l'apparition des symptômes
1 semaine après l'apparition de la jaunisse; durée de l'hospitalisation pour les nouveau-nés
Tableau 5 – Note p

Envisager de prendre des précautions contre la transmission par contact chez les adultes incontinents s'il est impossible de contenir les selles ou si les patients ont une mauvaise hygiène et peuvent contaminer leur environnement.
Les précautions contre la transmission par contact s'appliquent aux enfants incontinents ou incapables de respecter les mesures d'hygiène.
Une prophylaxie post-exposition est indiquée pour les contacts familiaux non immunisés en cas d'exposition importante à l'hépatite A si cette dernière s'est produite il y a moins de 2 semaines.
Se reporter au Guide canadien d'immunisation pour obtenir des renseignements précis, à l'adresse :
https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/guide-canadien-immunisation.html.
Les éclosions du virus de l'hépatite A chez les travailleurs de la santé ont été associées à la consommation d'aliments et de boissons dans les zones de soins aux patients.

Retour à la référence de la note p du tableau 5

Hépatite
(Virus de l’) 
B, C, D, G
Hépatite, souvent asymptoma-tique; cirrhose, cancer hépatique Pratiques de base Sang, sécrétions génitales et certains autres liquides organiques Exposition des muqueuses ou exposition percutanées aux liquides organiques infectieux
Transmission par voie sexuelle; transmission verticale de la mère à l'enfant
B : de 2 à 3 mois
C : de 2 semaines à 6 mois
D : de 2 à 8 semaines
B : toutes les personnes qui ont des antigènes de surface de l'hépatite B sont infectieuses
C : indéfinie
D : indéfinie
Se reporter au Guide canadien d'immunisation pour obtenir des renseignements précis, accessible à l'adresse :
https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/guide-canadien-immunisation.html.
Prendre contact avec le service de la santé au travail ou le délégué si le travailleur de la santé a connu une exposition percutanée ou une exposition de la peau non intacte ou des muqueuses.
Se reporter aux recommandations en matière de dialyse du CDC, accessible à l'adresse :
http://www.cdc.gov/mmwr/preview/mmwrhtml/rr5005a1.htm (en anglais seulement).
Herpès zoster
Consulter varicelle (zona)
               
Herpèsvirus humain de type 6 (HHV-6)
Consulter roséole
               
Histoplasmose
(Histoplasma capsulatum)
Pneumonie, lymphadéno-
pathie, fièvre
Pratiques de base     De 3 à 17 jours Pas interhumaine   Acquise à partir de spores présentes dans le sol.
Infections entérovirales
Échovirus
Virus Coxsackie A
Virus Coxsackie B
Entérovirus
Poliovirus - Consulter poliomyélite
Symptômes fébriles aigus, méningite à liquide clair, encéphalite, pharyngite, herpangine, éruption cutanée, pleurodynie, syndrome pieds-mains-bouche ADULTES : pratiques de base
ENFANTS : précautions contre la transmission par contact
Fèces, sécrétions respiratoires Contact direct et indirect (fécal et oral) De 3 à 5 jours   Durée des symptômes
En cas de poliovirus, consulter poliomyélite
Les précautions contre la transmission par contact s'appliquent aux enfants incontinents ou incapables de respecter les mesures d'hygiène.
Conjonctivite Précautions contre la transmission par contact Écoulement oculaire Contact direct et indirect De 1 à 3 jours   Durée des symptômes  
Légionelle
(Legionella spp.)
Maladie du légionnaire
Pneumonie, maladie du légionnaire, fièvre de Pontiac Pratiques de base     De 2 à 10 jours Pas interhumaine   Acquise de sources d'eau contaminées (inhalation, pas ingestion).
Lèpre
(maladie de Hansen)
(Mycobacterium leprae)
Affection chronique de la peau, des nerfs, de la muqueuse nasopharyn-
gienne
Pratiques de base Sécrétions nasales, lésions cutanées Contact direct De 9 mois à 20 ans     Transmission interhumaine uniquement par contact personnel étroit très prolongé.
Il faudrait évaluer les contacts familiaux et peut-être leur donner une prophylaxie.
Leptospirose
(Leptospira sp.)
Fièvre, jaunisse, méningite à liquide clair Pratiques de base     De 2 à 30 jours Transmission interhumaine directe rare   Acquise par contact avec des animaux.
Listériose
(Listeria monocytogenes)
Fièvre, méningite
Infection congénitale ou néonatale
Pratiques de base   D'origine alimentaire; transmission verticale de la mère à l'enfant pendant la gestation ou à la naissance 21 jours en moyenne; de 3 à 70 jours à la suite d'une exposition unique à un produit alimentaire impliqué     Les femmes enceintes et les personnes immunovulnérables devraient éviter de manger du fromage à base de lait non pasteurisé, de la charcuterie et des produits carnés crus, y compris les hot-dogs.
Listeria se développe bien à basses températures et peut se multiplier dans les aliments réfrigérés contaminés.
On a signalé dans les pouponnières des éclosions nosocomiales dues à un matériel ou à des matières contaminées.
Lymphogranulomatose vénérienne
(sérotypes L1, L2, L3 de C. trachomatis)
Ulcérations génitales, adénopathie inguinale Pratiques de base   Transmission par voie sexuelle Fourchette de 3 à 30 jours pour une lésion primaire      
Maladie à prion
Consulter maladie de Creutzfeldt-Jakob
               
Maladie de Creutzfeld-Jakob Encéphalo-pathie chronique Pratiques de baseTableau 5 - Note q Instruments de neurochirurgie contaminés; greffes de tissu provenant de donneurs infectés        
Tableau 5 – Note q

Les lignes directrices de l'Agence de la santé publique du Canada relatives aux interventions chirurgicales et autres interventions sont accessibles à l'adresse :
http://www.phac-aspc.gc.ca/nois-sinp/guide/pubs-fra.php.
Il faut signaler tout cas de maladie de Creutzfeld-Jakob présumé ou diagnostiqué au système de surveillance de la maladie de Creutzfeld-Jakob (1-888-489-2999).

Retour à la référence de la note q du tableau 5

Maladie de Hansen
Consulter lèpre
               
Maladie de Lyme (Borrelia burgdorferi) Fièvre, arthrite, éruption cutanée, méningite Pratiques de base   Transmission par les tiques Jusqu'à l'éruption cutanée initiale : de 3 à 32 jours; en moyenne, de 7 à 10 jours Pas interhumaine    
Maladie des griffes de chat
(Bartonella henselae)
Fièvre, lymphadéno-
pathie
Pratiques de base     De 16 à 22 jours Pas interhumaine   Acquise par des animaux (chats et autres).
Maladie du Streptobacillus moniliformis
Consulter sodoku
               
Malaria
(Plasmodium sp.)
Fièvre Pratiques de base Sang Transmission par les moustiques; transmission transplacen-taire rare de la mère au fœtus; transfusion sanguine Variable; de 9 à 14 jours pour P. falciparum Généralement pas interhumaine   Peut être transmise par transfusion sanguine.
Marburg (virus de) Consulter fièvres hémorragiques
virales
               
Mégalérythème épidémique
Consulter parvovirus B19
               
Mélioïdose
(Pseudomonas pseudomallei)
Pneumonie, fièvre Pratiques de base Sol contaminée   Variable     Organisme dans le sol en Asie du Sud-Est.
La transmission interhumaine n'a pas été prouvée.
Méningocoque
(Neisserria meningitidis)
Éruption cutanée (pétéchiale ou purpurique) avec fièvre
Méningococ-cémie, méningite, pneumonie
Précautions contre la transmission par gouttelettes Sécrétions respiratoires Grosses gouttelettes, contact direct Généralement de 2 à 10 jours   Après 24 heures d'un traitement antimicrobien efficace Les contacts étroits peuvent avoir besoin d'une prophylaxie antimicrobienne, conformément aux recommandations les plus récentes du CCNI, accessibles à l'adresse :
http://www.phac-aspc.gc.ca/naci-ccni/index-fra.php
et
http://canadiensensante.gc.ca/publications/healthy-living-vie-saine/4-canadian-immunization-guide-canadien-immunisation/index-fra.php?page=13.
Métapneumovirus humain Infection des voies respiratoires Précautions contre la transmission par gouttelettes et par contact Sécrétions respiratoires Grosses gouttelettes; contact direct et indirect De 3 à 5 jours   Durée des symptômes Groupement par cohortes possible si les patients sont infectés par le même virus.
Éviter de placer le patient dans la même chambre que des patients à risque élevé.
Microorganismes résistants aux antibiotiques
Comprend Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline, les entérocoques résistants à la vancomycine, les bacilles Gram négatif résistants et les autres organismes, selon le professionnel en prévention des infections
Infection ou colonisation
(c.-à-d. personne asymptoma-tique) de tout site corporel
Précautions contre la transmission par contactTableau 5 - Note r Sécrétions infectées ou colonisées, excrétions Contact direct et indirect Variable Variable Conformément aux directives du professionnel en prévention des infections
Tableau 5 – Note r

Précautions contre la transmission par contact pour les soins de courte durée (aux fins du présent document, les soins de courte durée comprennent les milieux de soins ambulatoires, comme les services des urgences des hôpitaux, et les interventions chirurgicales (ambulatoires) ou autres interventions ambulatoires invasives autonomes ou associées à un établissement [p. ex. les unités d'endoscopie, d'hémodialyse, les unités de soins ambulatoires pour blessés]).
Lorsque les personnes sont symptomatiques, les précautions devraient être déterminées au cas par cas, conformément aux directives du professionnel en prévention des infections.
Lorsque les personnes sont asymptomatiques, les précautions ne sont pas nécessaires dans les milieux de soins de longue durée, de soins ambulatoires, de soins préhospitaliers et de soins à domicile.
Consulter l'annexe VI, 2. MRA.
Consulter les mesures de prévention et de contrôle des infections à l'intention des travailleurs de la santé dans tous les établissements de soins de santé - Bacille Gram négatif résistant aux carbapénèmes, à l'adresse :
http://www.phac-aspc.gc.ca/nois-sinp/guide/pubs-fra.php.

Retour à la référence de la note r du tableau 5

Molluscum contagiosum Papules ombiliquées Pratiques de base Contenu des papules Contact direct De 2 semaines à 6 mois Inconnue   Pour qu'il y ait transmission, il faut un contact personnel direct étroit.
Mononucléose infectieuse
Consulter virus Epstein-Barr
               
Mucormycose
(phycomycose)
(Mucor, zygomycètes)
Infection de la peau, d'une plaie, infection rhinocérébrale, pulmonaire, gastro-intestinale, disséminéeTableau 5 - Note s Pratiques de base Spores fongiques dans la poussière et le sol Inhalation ou ingestion des spores fongiques Inconnue Pas interhumaine Inconnue Acquise à partir de spores présentes dans la poussière et le sol
Tableau 5 – Note s

Infections chez les patients immunovulnérables.

Retour à la référence de la note s du tableau 5

Mycobacterium non TB (atypique) Lymphadénite; pneumonie; maladie disséminée chez un hôte immunovulnér-able Pratiques de base     Inconnue Pas interhumaine   Acquis à partir du sol, de l'eau, des animaux, des réservoirs.
Mycobacterium tuberculosis
y compris M. tuberculosis subsp. canetti, M. bovis, M. bovis BCG, M. africanum, M. caprae, M. microti et M. pinnipedii
Tuberculose respiratoire confirmée ou présumée (y compris pleurale et laryngienne) Précautions contre la transmission par voie aérienneTableau 5 - Note t Sécrétions respiratoires Voie aérienne De semaines à années Tant que les organismes sont viables dans les expectorations Jusqu'à ce que l'on juge que le patient n'est plus contagieux
Si le diagnostic est confirmé, après un traitement efficace de 2 semaines qui permet d'améliorer l'état clinique du patient et après des résultats négatifs d'analyse des bacilles acido-alcoolo-résistants pour 3 frottis d'expectoration consécutifs prélevés à intervalles de 8 à 24 h, un échantillon au moins ayant été prélevé tôt le matin.
En cas de tuberculose multirésistante aux antibiotiques, jusqu'à ce que les cultures d'expectoration donnent des résultats négatifs.
La tuberculose chez les jeunes enfants est rarement transmissible, en raison de l'absence de maladie cavitaire et d'une toux faible.
Dépister la toux chez les membres de la famille qui visitent le patient.
Pour plus ample informations, consulter les Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse :
http://www.phac-aspc.gc.ca/tbpc-latb/pubs/tb-canada-7/index-fra.php.
Tableau 5 – Note t

Pour effectuer une intervention médicale générant des aérosols, consulter les stratégies visant à réduire la production d'aérosols Partie B, Section IV, sous-section iii, 1b.

Retour à la référence de la note t du tableau 5

Non pulmonaire : méningite, infection osseuse ou articulaire sans exsudat Pratiques de base           La plupart des patients atteints de la maladie non pulmonaire ne sont pas contagieux; il est important d'évaluer le patient pour déceler toute tuberculose pulmonaire concomitante.
Non pulmonaire: lésions exsudatives de la peau ou des tissus mous Pratiques de base, précautions contre la transmission par voie aérienneTableau 5 - Note u Exsudat transformé en aérosols       Tant que les microorganismes viables sont présents dans l'exsudat
Tableau 5 – Note u

Prendre des précautions contre la transmission par voie aérienne s'il faut effectuer des interventions qui peuvent transformer l'exsudat en aérosols.

Retour à la référence de la note u du tableau 5

Test à la tuberculine PPD positif, sans signe de maladie pulmonaire concomitante Pratiques de base   Non transmissible        
Mycoplasma pneumoniae Pneumonie Précautions contre la transmission par gouttelettes Sécrétions respiratoires Grosses gouttelettes De 1 à 4 semaines Inconnue Durée des symptômes
Neisseria gonorrhoeae Urétrite, cervicite, atteintes inflammatoires pelviennes, arthrite, conjonctivite suppurée du nouveau-né, conjonctivite Pratiques de base   Transmission par voie sexuelle, de la mère à l'enfant à la naissance
Rarement : contact direct et indirect
De 2 à 7 jours Sans traitement, peut se prolonger pendant des mois    
Neisseria meningitidis
Consulter méningocoque
               
Nocardiose (Nocardia sp.) Fièvre, infection pulmonaire ou infection du SNC ou maladie disséminée Pratiques de base     Inconnue Pas interhumaine   Acquise à partir d'organismes présents dans la poussière et le sol
Norovirus
(agents semblables à Norwalk, calicivirus)
Nausée, vomissements, diarrhée Précautions contre la transmission par contact Fèces Contact direct et indirect (fécal et oral) Généralement de 24 à 48 heures; fourchette de 10 à 50 heures Durée de l'excrétion virale; généralement 48 heures après la disparition de la diarrhée 48 heures après la résolution de la maladie Pendant les éclosions, il faudrait accorder une attention particulière au nettoyage; il se peut qu'on doive utiliser des solutions d'hypochlorite de sodium en cas de transmission continuelle.
Consulter l'annexe VI . 3. Gastro-entérite virale.
Oreillons Oedème des glandes salivaires, orchite, méningite Précautions contre la transmission par gouttelettes Salive Grosses gouttelettes, contact direct Généralement de 16 à 18 jours; fourchette de 14 à 25 jours L'excrétion virale est la plus forte de 2 jours avant à 5 jours après l'apparition de la parotidite Jusqu'à 5 jours après l'apparition de la parotidite Les précautions contre la transmission par gouttelettes devraient être prises à l'égard des patients et des travailleurs de la santé réceptifs exposés 10 jours après le premier contact et se poursuivre jusqu'au 26ème jour suivant la dernière exposition.
Pour les éclosions, consulter :
http://www.phac-aspc.gc.ca/publicat/ccdr-rmtc/10vol36/36s1/index-fra.php.
Orthopoxvirose simienne Ressemble à la variole; la lymphadéno-pathie est une caractéristique plus prédominante Précautions contre la transmission par contactTableau 5 - Note v par gouttelettes et par voie aérienne Lésions et sécrétions respiratoires Contact avec des animaux infectés; transmission aérienne possible des animaux aux humains    
Tableau 5 – Note v

Contact : jusqu'à ce que les lésions soient recouvertes d'une croûte

Retour à la référence de la note v du tableau 5

La transmission dans les milieux hospitaliers est peu probable. Consulter http://www.cdc.gov/ncidod/monkeypox (en anglais seulement) pour consulter les recommandations les plus récentes.
Oxyures
Consulter entérobius
               
Oxyurose, oxyure (Enterobius vermicularis) Démangeaisons périanales Pratiques de base Œufs dans les fèces, région périanale Contact direct ou indirect Le cycle de vie dure de 2 à 6 semaines Aussi longtemps que les femelles gravides pondent des œufs sur la peau périanale; les œufs restent infectieux à l'intérieur pendant environ 2 semaines   Transfert direct des œufs infectieux par la main, de l'anus à la bouche d'une même personne ou d'une personne à l'autre; indirectement par les vêtements, la literie ou d'autres articles contaminés.
Il se peut que les contacts familiaux étroits aient besoin d'un traitement.
Pandémie
Nouveaux virus de la grippe
Infection des voies respiratoires Précautions contre la grippe pandémiqueTableau 5 - Note o Identiques à celles de la grippe saisonnière Identique à celle de la grippe saisonnière Inconnue; peut-être de 1 à 7 jours Inconnue; peut-être jusqu’à 7 jours Durée des symptômes
Tableau 5 – Note o

Consulter l'annexe F – Prévention et contrôle de la grippe durant une pandémie pour tous les milieux de soins, disponibles à l'adresse :
http://www.phac-aspc.gc.ca/cpip-pclcpi/index-fra.php.
Se reporter au site Web de l'Agence de la santé publique du Canada pour consulter les documents d'orientation précis. Accessible à l'adresse
http://www.phac-aspc.gc.ca/nois-sinp/guide/pubs-fra.php
et le site web du gouvernement du Canada pour consulter les renseignements au sujet de la grippe
http://canadiensensante.gc.ca/diseases-conditions-maladies-affections/disease-maladie/flu-grippe/index-fra.php?_ga=1.154540156.597691948.1466010303.

Retour à la référence de la note o du tableau 5

Parvovirus B-19
Parvovirus humain
Mégalérythème épidémique (5e maladie de l'enfant), myélose aplasique ou érythrocytaire Pratiques de base : 5e maladie de l'enfant
Précautions contre la transmission par gouttelettes : myélose aplasique ou infection chronique chez les patients immuno-vulnérables
Sécrétions respiratoires Grosses gouttelettes, contact direct
Transmission verticale de la mère au fœtus
De 4 à 21 jours jusqu'à l'apparition de l'éruption cutanée 5e maladie de l'enfant : n'est plus contagieuse au moment de l'apparition de l'éruption cutanée
Myélose aplasique : jusqu'à 1 semaine après le début de la crise
Patients immunovulnér-ables atteints d'une infection chronique : de mois à années
Myélose aplasiques ou érythrocytaire : 7 jours
Infection chronique chez un patient immunovulnérable : durée de l'hospitalisation
 
Pédiculose
Consulter pou
               
Peste
(Yersinia pestis)
Bubonique
(lymphadénite)
Pratiques de base Rongeurs et leurs puces   De 1 à 7 jours      
Pneumonique (toux, fièvre, hémoptysie) Précautions contre la transmission par gouttelettes Sécrétions respiratoires Grosses gouttelettes De 1 à 4 jours Après 48 heures d'un traitement antimicrobien approprié Après 48 heures d'un traitement antimicrobien approprié Les contacts étroits et les travailleurs de la santé exposés peuvent avoir besoin d'une prophylaxie.
Petite vérole
(virus de la variole)
Vaccine généralisée, eczéma vaccinal
Consulter vaccine pour la prise en charge des personnes vaccinées
Fièvre vésiculaire ou pustulaire dans un contexte épidémiologique approprié Précautions contre la transmission par gouttelettes, par contact et par voie aérienne Exsudat de lésions cutanées, sécrétions oropharyngées Voie aérienne, contact direct et indirect De 7 à 10 jours Apparition des lésions des muqueuses jusqu'à ce que toutes les lésions cutanées soient recouvertes d'une croûte Jusqu'à ce que toutes les croûtes aient séché et soient tombées (de 3 à 4 semaines) L'immunisation des travailleurs de la santé a été abandonnée en 1977.
Se reporter au Guide canadien d'immunisation pour obtenir des renseignements au sujet des vaccins, à l'adresse :
https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/guide-canadien-immunisation.html.
Déclaration du CCNI sur la vaccination antivariolique,
http://www.phac-aspc.gc.ca/publicat/ccdr-rmtc/02vol28/index_f.html.
Les soins devraient être de préférence dispensés par des travailleurs de la santé immunisés; les travailleurs de la santé non vaccinés ne devraient pas dispenser de soins si des travailleurs de la santé immunisés sont disponibles.
Tout le monde doit porter un appareil de protection respiratoire, quel que soit le statut de vaccination.
Pneumocystis jiroveci (carinii) Pneumonie chez un hôte immunovulnér-able Pratiques de base   Inconnue Inconnue     S'assurer que les compagnons de chambre ne sont pas immunovulnérables.
Poliomyélite
Paralysie infantile
Fièvre, méningite à liquide clair, paralysie flasque Précautions contre la transmission par contact Fèces, sécrétions respiratoires Contact direct et indirect De 3 à 35 jours Environ 1 semaine pour le virus dans la gorge et de 3 à 6 semaines pour le virus dans les fèces Jusqu'à 6 semaines après l'apparition des symptômes ou jusqu'à ce que les résultats des cultures virales des fèces soient négatifs Contagion la plus élevée pendant les jours qui précèdent et suivent l'apparition des symptômes.
Les contacts étroits non immunisés devraient recevoir une immunoprophylaxie.
Poux (pédiculose)
Tête
Corps
Pubis (pou du pubis)
(Pediculus capitas, Pediculus corporis, Pediculus humanus, Phthirus pubis)
Démangeaisons du cuir chevelu ou du corps, éruption cutanée qui démange Pratiques de base, plus port de gants pour les contacts directs avec les patients seulement Pou Pou de tête et de corps : contact direct et indirect
Pou du pubis : généralement contacts sexuels
De 6 à 10 jours Jusqu'à ce qu'un traitement efficace tue les poux et les œufs 24 heures après l'application d'un pédiculaire approprié; prises selon les directives Appliquer les pédiculicides selon le mode d'emploi figurant sur l'étiquette. Si des poux vivants sont découverts après le traitement, répéter ce dernier.
Pou de tête : laver les chapeaux, les peignes, les taies d'oreiller, les serviettes à l'eau chaude ou par nettoyage à sec, ou les mettre dans un sac en plastique et les entreposer pendant 10 jours.
Pou de corps : comme ci-dessus pour la literie et tous les vêtements exposés.
Psittacose
Consulter Chlamydia psittace
               
Punaises
(Cimex lectularius)
Réactions allergiques et zébrures qui démangent Pratiques de base           N'est pas transmissible selon les connaissances actuelles.
Si nécessaire, consulter un professionnel de la lutte antiparasitaire pour éliminer l'infestation.
Pour obtenir de plus amples renseignements, consulter :
https://www.epa.gov/bedbugs (en anglais seulement).
Rage Encéphalomyéli-te aiguë Pratiques de base Salive Exposition des muqueuses ou exposition percutanée à la salive; greffe de la cornée, de tissus et d'organes Généralement de 3 à 8 semaines; rarement aussi courte que 9 jours ou aussi longue que 7 ans La transmission interhumaine est théoriquement possible, mais elle est rare et peu documentée   Acquise par contact avec des animaux infectés.
Une prophylaxie post-exposition est recommandée en cas d'exposition des muqueuses ou d'exposition percutanée à la salive d'un animal ou d'un patient qui a la rage.
Rhinovirus Infection des voies respiratoires, rhume banal Précautions contre la transmission par contact et par gouttelettes Sécrétions respiratoires Contact direct et indirect, peut-être grosses gouttelettes De 2 à 3 jours Jusqu'à la disparition des symptômes Durée des symptômes Groupement par cohortes possible si les patients sont infectés par le même virus.
Éviter de placer le patient dans la même chambre que des patients à risque élevé.
Rickettsiose vésiculaire
(Rickettsia akari)
Fièvre, éruption cutanée Pratiques de base   Transmission par les acariens De 9 à 14 jours Pas interhumaine   Transmise par les acariens de la souris.
Roséole
Exanthème subit (HHV-6)
Éruption cutanée, fièvre Pratiques de base Salive Contact direct 10 jours Inconnue   Pour qu'il y ait transmission, il faut un contact personnel direct étroit.
Rotavirus Diarrhée Précautions contre la transmission par contact Fèces Contact direct et indirect (fécal et oral) De 1 à 3 jours Durée de l'élimination du virus Durée des symptômes  
Rougeole Fièvre, toux, coryza, conjonctivite, éruption cutanée maculopopulaire Précautions contre la transmission par voie aérienne Sécrétions respiratoires Voie aérienne De 7 à 18 jours jusqu'à l'apparition de la fièvre; rarement aussi longue que 21 jours De 5 jours avant l'apparition de l'éruption cutanée (de 1 à 2 jours avant l'apparition des symptômes initiaux) jusqu'à 4 jours après l'apparition de l'éruption (plus longtemps chez les patients immunovulnér-ables) 4 jours après le début de l'éruption cutanée; durée des symptômes chez les patients immunovulnérables Seuls les travailleurs de la santé, les fournisseurs de soins et les visiteurs immunisés devraient entrer dans la chambre.
Les personnes non immunisées qui doivent entrer dans la chambre devraient porter un appareil de protection respiratoire.
Il faudrait prendre des précautions à l'égard des nouveau-nés dont la mère a la rougeole au moment de la naissance.
Une immunoprophylaxie est indiquée pour les contacts réceptifs.
Se reporter au Guide canadien d'immunisation pour obtenir des renseignements précis, accessible à l'adresse :
https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/guide-canadien-immunisation.html.
Contact réceptif Précautions contre la transmission par voie aérienne Sécrétions respiratoires Voie aérienne   Potentiellement contagieuse pendant les deux derniers jours de la période d'incubation À partir du cinquième jour suivant la première exposition, jusqu'au vingt et unième jour suivant la dernière exposition, qu'une prophylaxie post-exposition ait été administrée ou non. Seuls les travailleurs de la santé, les fournisseurs de soins et les visiteurs immunisés devraient entrer dans la chambre.
Les personnes non immunisées qui doivent entrer dans la chambre devraient porter un appareil de protection respiratoire.
Il faudrait prendre des précautions à l'égard des nouveau-nés dont la mère a la rougeole au moment de la naissance.
Une immunoprophylaxie est indiquée pour les contacts réceptifs.
Rubéole acquise Fièvre, éruption cutanée maculopapulaire Précautions contre la transmission par gouttelettes Sécrétions respiratoires Grosses gouttelettes, contact direct De 14 à 21 jours Pendant environ 1 semaine avant et après l'apparition de l'éruption cutanée Jusqu'à 7 jours après l'apparition de l'éruption cutanée Seuls les travailleurs de la santé, les fournisseurs de soins et les visiteurs immunisés devraient entrer dans la chambre.
Les travailleuses de la santé enceintes ne devraient pas dispenser de soins aux patients atteints de rubéole, quel que soit leur état immunitaire.
S'il est essentiel qu'une personne non immunisée entre dans la chambre, une protection du visage devrait être portée.
Il faudrait maintenir les précautions contre la transmission par gouttelettes à l'égard des patients réceptifs exposés du septième jour suivant le premier contact au vingt et unième jour suivant le dernier contact.
Administrer un vaccin aux personnes non enceintes réceptives exposées dans les 3 jours suivant l'exposition.
Se reporter au Guide canadien d'immunisation pour obtenir des renseignements précis, accessible à l'adresse :
https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/guide-canadien-immunisation.html.
Interdire aux travailleurs de la santé réceptifs de se présenter au travail du septième jour suivant la première exposition au vingt et unième jour suivant la dernière exposition, qu'un vaccin post-exposition ait été administré ou non.
Rubéole congénitale Syndrome de rubéole congénitale Précautions contre la transmission par gouttelettes et par contact Sécrétions respiratoires, urine Grosses gouttelettes, contact direct et indirect   Élimination du virus prolongée dans les voies respiratoires et dans l'urine; peut aller jusqu'à 1 an Jusqu'à ce que le patient soit âgé de 1 an, à moins que les résultats des cultures nasopharyngées et d'urine effectuées au moins 3 mois après la naissance ne soient négatifs Comme la rubéole, acquise.
S. aureus résistant à la vancomycine
Théorique; aucune infection signalée à ce jour
Infection ou colonisation de tout site corporel Précautions contre la transmission par contact Sécrétions infectées ou colonisées, excrétions Contact direct et indirect Variable Durée de la colonisation Conformément aux directives du professionnel en prévention des infections Les autorités locales en matière de santé publique devraient être immédiatement informées.
Consulter l'annexe VI, 2. MRA.
Salmonelle
(y compris Salmonella Typhi)
Diarrhée, fièvre entérique, fièvre typhoïde, intoxication alimentaire ADULTES : pratiques de baseTableau 5 - Note w
ENFANTS : précautions contre la transmission par contact
Fèces Contact direct et indirect (fécal et oral); d'origine alimentaire De 6 à 72 heures Variable Durée des symptômes
Tableau 5 – Note w

Envisager de prendre des précautions contre la transmission par contact chez les adultes incontinents s'il est impossible de contenir les selles ou si les patients ont une mauvaise hygiène et peuvent contaminer leur environnement.
Les précautions contre la transmission par contact s'appliquent aux enfants incontinents ou incapables de respecter les mesures d'hygiène.

Retour à la référence de la note w du tableau 5

Scarlatine
Consulter Streptococcus de groupe A
               
Schistosomiase (bilharziose)
(Schistosoma sp.)
Diarrhée, fièvre, éruption cutanée qui démange
Hépatosplénomégalie, hématurie
Pratiques de base       Pas interhumaine   Contact avec les larves dans l'eau contaminée.
Shigella Diarrhée ADULTES : pratiques de baseTableau 5 - Note x
ENFANTS : précautions contre la transmission par contact
Fèces Contact direct et indirect (fécal et oral) De 1 à 3 jours Sans traitement, généralement 4 semaines Durée des symptômes
Tableau 5 – Note x

Envisager de prendre des précautions contre la transmission par contact chez les adultes incontinents s'il est impossible de contenir les selles ou si les patients ont une mauvaise hygiène et peuvent contaminer leur environnement.
Les précautions contre la transmission par contact s'appliquent aux enfants incontinents ou incapables de respecter les mesures d'hygiène.
Le traitement par un agent antimicrobien efficace raccourcit la période d'infectiosité.

Retour à la référence de la note x du tableau 5

Sodoku
Actinobacillus
(anciennement Streptobacillus moniliformis)
Spirillum minus
Fièvre, arthralgie Pratiques de base Salive des rongeurs infectés; lait contaminé Morsure de rongeurs, ingestion de lait contaminé A. monilifor-mis : de 3 à 10 jours, rarement plus longue; S. minus : de 1 à 3 semaines Pas interhumaine   A. moniliformis : rats et autres animaux, lait contaminé.
S. minus : rats et souris uniquement.
Sporotrichose
(Sporothrix schenckii)
Lésions cutanées disséminées Pratiques de base     Variable Rarement interhumaine   Acquise à partir de spores présentes dans le sol et la végétation.
Staphylococcus aureus
(en cas de résistance à la méthicilline, consulter également microorganismes résistants aux antibiotiques)
Infection de la peau (furoncle, impétigo), d'une plaie ou d'une brûlure; abcès, syndrome de Lyell, ostéomyélite MINEUR : pratiques de base
MAJEUR : précautions contre la transmission par contactTableau 5 - Note y
Exsudat, pus Contact direct et indirect Variable Aussi longtemps que l'organisme est présent dans l'exsudat Jusqu'à ce que l'exsudat soit résolu ou contenu par un pansement
Tableau 5 – Note y

MAJEUR : exsudat non contenu par un pansement

Retour à la référence de la note y du tableau 5

Endométrite Pratiques de base            
Intoxication alimentaire Pratiques de base   D'origine alimentaire        
Pneumonie ADULTES : pratiques de base
ENFANTS : précautions contre la transmission par gouttelettes
Sécrétions respiratoires Grosses gouttelettes, contact direct Variable   Après 24 heures d'un traitement antimicrobien approprié  
Syndrome de choc toxique Pratiques de base            
Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline
Consulter MRA
               
Streptococcus pneumoniae Pneumonie, méningite et autres Pratiques de base     Variable     Flore normale.
Streptocoque, groupe A
(Streptococcus pyogenes)
Infection de la peau
(p. ex. érysipèle, impétigo), d'une plaie ou d'une brûlure
MINEUR : pratiques de base
MAJEUR : précautions contre la transmission par contactTableau 5 - Note z
Exsudat, pus Contact direct et indirect De 1 à 3 jours, rarement plus longtemps Aussi longtemps que l'organisme est présent dans l'exsudat Après 24 heures d'un traitement antimicrobien approprié
Tableau 5 – Note z

MAJEUR : exsudat non contenu par un pansement.

Retour à la référence de la note z du tableau 5

Scarlatine, pharyngite, chez les enfants ADULTES : pratiques de base
ENFANTS : précautions contre la transmission par contact et par gouttelettes
Sécrétions respiratoires Grosses gouttelettes De 2 à 5 jours Sans traitement, de 10 à 21 jours Après 24 heures d'un traitement antimicrobien approprié  
Endométrite à streptocoque de groupe A (fièvre puerpérale) Pratiques de base            
Choc toxique par streptocoque de groupe A, maladie invasive (y compris la fasciite nécrosante, la myosite, la méningite, la pneumonie) Précautions contre la transmission par gouttelettes et par contact Sécrétions respiratoires, exsudat Grosses gouttelettes, contact direct ou indirect     Après 24 heures d'un traitement antimicrobien approprié Une chimioprophylaxie peut être indiquée pour les contacts étroits de patients atteints d'une maladie invasive ou d'un syndrome de choc toxique.
Pour obtenir de plus amples renseignements, consulter :
http://www.phac-aspc.gc.ca/publicat/ccdr-rmtc/06vol32/32s2/index-fra.php.
Streptocoque, groupe B
(Streptococcus agalactiae)
Sepsie à streptocoque du groupe B chez les nouveau-nés, pneumonie, méningite Pratiques de base   De la mère à l'enfant à la naissance Apparition précoce : de 1 à 7 jours après la naissance; apparition tardive : de 7 jours à 3 mois après la naissance     Flore normale
Strongylose (Strongyloides stercoralis) Généralement asymptomatique Pratiques de base Larves dans les fèces   Inconnue Rarement interhumaine   Larves infectieuses dans le sol
Peut causer une maladie disséminée chez les patients immunovulnérables.
Syndrome de choc toxique
Consulter S. aureus, streptocoque du groupe A
               
Syndrome pieds-mains-bouche
Consulter infections à entérovirus
               
Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) (coronavirus de syndrome respiratoire aigu sévère) Malaise, myalgie, maux de tête, fièvre, symptômes respiratoires (toux, essoufflement qui empire), pneumonie, SRAS Précautions contre la transmission par contact et par gouttelettesTableau 5 - Note aa
Interventions médicales générant des aérosols
Sécrétions respiratoires, selles Gouttelettes, contact direct et indirect
Aérosols produits pendant les interventions médicales générant des aérosols
De 3 à 10 jours Pas encore déterminée; on pense qu'elle est inférieure à 21 jours 10 jours après la résolution de la fièvre, si les symptômes respiratoires se sont également résolus
Tableau 5 – Note aa

Pour les interventions médicales générant des aérosols, consulter les stratégies visant à réduire la production d'aérosols, à la partie B, section IV, sous-section iii, 1b.
Groupement par cohortes possible si les patients sont infectés par le même virus.
Éviter de placer le patient dans la même chambre que des patients à risque élevé.

Retour à la référence de la note aa du tableau 5

Syphilis (Treponema pallidum) Lésions génitales, cutanées ou sur les muqueuses, maladie disséminée, affection neurologique ou maladie cardiaque; infection latente Pratiques de base
Gants pour les contacts directs avec les lésions cutanées
Sécrétions génitales, exsudats des lésions Contact direct avec l'exsudat ou les lésions infectieux
Transmission par voie sexuelle, intra-utérine ou intrapartum, de la mère à l'enfant
De 10 à 90 jours; généralement 3 semaines En présence de lésions humides muco-cutanées de la syphilis primaire et secondaire    
Teigne
(dermatophytose)
Trichophyton sp., Microsporom sp., Epidermophyton sp., Malassezia furor
Dermatomycose (peau, barbe, cuir chevelu, aine, région périanale); pied d'athlète; pityriasis versicolor Pratiques de base Organisme dans la peau ou les cheveux Contact direct peau contre peau Variable; de 4 à 14 jours Pendant que les lésions sont présentes   Peut être acquise à partir d'animaux, et de peignes, brosses, vêtements, chapeaux, draps, cabines de douche partagés par plusieurs personnes.
Tétanos
(Clostridium tetani)
Tétanos Pratiques de base     De 1 jour à plusieurs mois Pas interhumaine   Acquis à partir de spores présentes dans le sol qui germent dans les plaies et les tissus dévitalisés.
Toux coquelucheuse
Consulter coqueluche
               
Toxocarose
(Toxocara canis, Toxocara cati)
Fièvre, respiration sifflante, éruption cutanée, éosinophilie Pratiques de base Œufs dans les fèces de chien ou de chat   Inconnue Pas interhumaine   Acquise par contact avec des chats ou des chiens.
Toxoplasmose
(Toxoplasma gondii)
Asymptoma-tique, fièvre, lymphadéno-pathie; rétinite, encéphalite chez les hôtes immunovulnér-ables; infection congénitale Pratiques de base   Transmission intra-utérine de la mère au fœtus ; greffe de cellules souches ou d'organes De 5 à 23 jours     Acquise par contact avec des félins infectés ou du sol contaminé par des félins, par consommation de viande crue, de légumes crus contaminés ou d'eau contaminée.
Trachome
Consulter Chlamydia trachomatis
               
Trichinose
(Trichinella spiralis)
Fièvre, éruption cutanée, diarrhée Pratiques de base Viande infectée D'origine alimentaire De 5 à 45 jours Pas interhumaine   Acquise par consommation de viande infectée.
Trichocéphale
Consulter trichurose
               
Trichomonase
(Trichomonas vaginalis)
Vaginite Pratiques de base   Transmission par voie sexuelle De 4 à 20 jours Durée de l'infection    
Trichurose
(trichocéphale)
(Trichuris trichiura)
Douleur abdominale, diarrhée Pratiques de base     Inconnue Pas interhumaine   Les œufs doivent éclore dans le sol pour être infectieux.
Tuberculose
Consulter Mycobacterium tuberculosis
               
Tularémie
(Francisella tularensis)
Fièvre, lymphadéno-pathie, pneumonie Pratiques de base     De 1 à 14 jours Pas interhumaine   Acquise par contact avec des animaux infectés.
F. tularensis est dangereux pour les travailleurs en laboratoire; aviser le laboratoire en cas de diagnostic présumé.
Typhus exanthématique
(Rickettsia typhi) Typhus endémique à puces
Fièvre, éruption cutanée Pratiques de base Puces de rat Transmission par les puces De 1 à 2 semaines, fréquemment de 12 jours Pas interhumaine    
(Rickettsia prowazekii) Typhus épidémique à poux Fièvre, éruption cutanée Pratiques de base Poux de corps humain Transmission par les poux De 1 à 2 semaines     Transmission interhumaine par contact personnel étroit; aucune transmission en l'absence de poux.
Vaccine Éventail de réactions indésirables au vaccin contre la variole (p. ex. eczéma vaccinal, vaccinie généralisée ou évolutive, autre) Précautions contre la transmission par contact Exsudats cutanés Contact direct et indirect De 3 à 5 jours Jusqu'à la résolution de toutes les lésions cutanées et jusqu'à ce que les croûtes soient tombées Jusqu'à ce que toutes les lésions cutanées soient sèches et aient formé des croûtes et jusqu'à ce que les croûtes soient tombées La vaccine peut se propager en touchant un site de vaccination avant qu'il ne soit guéri ou en touchant des pansements ou des vêtements qui pourraient avoir été contaminés par le virus vivant à partir du site de vaccination contre la variole.
L'immunisation des travailleurs de la santé a été abandonnée en 1977.
Se reporter au Guide canadien d'immunisation pour obtenir des renseignements au sujet des vaccins, à l'adresse : https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/guide-canadien-immunisation.html.
Déclaration du CCNI sur la vaccination antivariolique,
http://www.phac-aspc.gc.ca/publicat/ccdr-rmtc/02vol28/index_f.html.
Ver rond
Consulter ascaridiase
               
Ver solitaire
(Hymenolepsis nana)
Généralement asymptomatique Pratiques de base Œufs dans les fèces des rongeurs et les fèces humaines Contact direct (fécal et oral) De 2 à 4 semaines Tant que les œufs sont présents dans les fèces    
Ver solitaire
(Taenia saginata, Taenia solium, Diphyllobothrium latum)
Généralement asymptomatique Pratiques de base Larves dans les aliments D'origine alimentaire Variable Pas interhumaine   Consommation de larves dans le bœuf ou le porc cru ou mal cuit ou dans le poisson cru; les larves passent au stade de ver solitaire adulte dans le tractus gastro-intestinal.
Les personnes qui ont le ver solitaire adulte T. solium peuvent transmettre la cysticercose.
Virus Coxsackie
Consulter infections à entérovirus
               
Virus de la chorioméningite lymphocytaire Méningite à liquide clair Pratiques de base Urine des rongeurs   De 6 à 21 jours Pas interhumaine   Acquise par contact avec des rongeurs.
Virus de l'immunodéficience humaine (VIH) Asymptomatique; plusieurs tableaux cliniques Pratiques de base Sang, sécrétions génitales, lait maternel et certains autres liquides organiques Exposition des muqueuses ou exposition percutanées aux liquides organiques infectieux
Transmission par voie sexuelle; transmission verticale de la mère à l'enfant
De semaines à années Depuis le début de l'infection   Prendre immédiatement contact avec le service de la santé au travail ou le délégué si le travailleur de la santé a connu une exposition percutanée ou une exposition de la peau non intacte ou des muqueuses.
Virus de Marburg
Consulter fièvres hémorragiques virales
               
Virus dont les vecteurs sont des arthropodesTableau 5 - Note bb
(arbovirus)
Encéphalite, fièvre, éruption cutanée, arthralgie, méningite Pratiques de base Sang, tissus Agents pathogènes à vecteur (moustiques, tiques) De 3 à 21 jours (varie selon l'arbovirus) Pas interhumaine, sauf dans de rares cas par transfusion de sang ou greffe d'organe  
Tableau 5 – Note bb

Plus de 100 virus différents, la plupart étant circonscrits dans une région géographique définie
En Amérique du Nord : le virus du Nil occidental est le plus courant; les autres virus comprennent le virus de l'encéphalite de Californie, le virus de l'encéphalite de Saint-Louis, le virus de l'encéphalite équine de l'Ouest, le virus de l'encéphalite équine de l'Est, le virus Powassan, le virus de la fièvre à tiques du Colorado, le virus Snowshoe hare, le virus de Jamestown Canyon.

Retour à la référence de la note bb du tableau 5

Virus du lymphome humain à cellules T, virus T-lymphotrope humain (HTLV-I, HTLV-II) Généralement asymptomatique, paraparésie spastique tropicale, lymphome Pratiques de base Lait maternel, sang et certains autres liquides organiques Transmission verticale de la mère à l'enfant; exposition des muqueuses ou exposition percutanée à des liquides organiques infectieux De semaines à années Indéfinie    
Virus du Nil occidental
Consulter arbovirus
               
Virus Epstein-Barr Mononucléose infectieuse Pratiques de base Salive, organes greffés ou cellules souches Voie oropharyngée directe par la salive; greffe De 4 à 6 semaines Prolongée; l'excrétion pharyngée ne peut être intermittente ou persistante pendant des années    
Virus herpès simplex Encéphalite ADULTES : pratiques de base
ENFANTS : précautions contre la transmission par contact
           
Infection chez le nouveau-né Précautions contre la transmission par contact Lésions cutanées ou lésions des muqueuses; peut-être toutes les sécrétions et excrétions organiques Contact direct De la naissance à l'âge de 6 semaines   Durée des symptômes Des précautions contre la transmission par contact sont également indiquées pour les bébés nés par voie vaginale (ou par césarienne si les membranes ont subi une rupture de plus de 4 à 6 heures) de femmes atteintes d'infections génitales actives par le virus Herpès simplex, jusqu'à l'exclusion de l'infection du nouveau-né par le virus Herpès simplex.
Infection muco-cutanée : disséminée ou primaire et importante (gingivo-stomatite, eczéma herpétique) Précautions contre la transmission par contact Lésions cutanées ou lésions des muqueuses
Transmission par voie sexuelle
De la mère à l'enfant à la naissance
Contact direct De 2 jours à 2 semaines Pendant que les lésions sont présentes Jusqu'à ce que les lésions soient sèches et recouvertes d'une croûte  
Infection récurrente Pratiques de base            
Virus para-influenza Infection des voies respiratoires Précautions contre la transmission par gouttelettes et par contact Sécrétions respiratoires Grosses gouttelettes, contact direct et indirect De 2 à 6 jours De 1 à 3 semaines Durée des symptômes Groupement par cohortes possible si les patients sont infectés par le même virus.
Éviter de placer le patient dans la même chambre que des patients à risque élevé.
Virus respiratoire syncytial Infection des voies respiratoires Précautions contre la transmission par gouttelettes et par contact Sécrétions respiratoires Grosses gouttelettes, contact direct et indirect De 2 à 8 jours Peu avant la maladie évolutive et pendant toute la durée de cette dernière Durée des symptômes Groupement par cohortes possible si les patients sont infectés par le même virus.
Éviter de placer le patient dans la même chambre que des patients à risque élevé.
Virus varicelle-zona
Varicelle
Fièvre avec éruption vésiculaire Précautions contre la transmission par contact et par voie aérienne Exsudat de lésions cutanées, sécrétions respiratoires Voie aérienne, contact direct et indirect De 10 à 21 jours De 1 à 2 jours avant l'éruption cutanée et jusqu'à ce que les lésions cutanées aient formé des croûtes
Peut être prolongée chez les patients immunovulnér-ables
Jusqu'à ce que toutes les lésions aient formé des croûtes et séché Les travailleurs de la santé, les compagnons de chambre et les fournisseurs de soins devraient être immunisés contre la varicelle.
Aucune précaution additionnelle pour les travailleuses de la santé enceintes.
Les personnes non immunisées qui doivent entrer dans la chambre devraient porter un appareil de protection respiratoire.
Les contacts réceptifs à haut risque devraient recevoir de l'immunoglobuline antivaricelleuse-antizostérienne dès que possible, au moins dans les 96 heures suivant l'exposition.
L'immunoglobuline antivaricelleuse-antizostérienne peut prolonger la période d'incubation jusqu'à 28 jours.
Se reporter au Guide canadien d'immunisation pour obtenir des renseignements précis, accessible à l'adresse :
https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/guide-canadien-immunisation.html.
Yersinia enterocolitica;
Y. pseudotubercu-losis
Diarrhée, adénite mésentérique ADULTES : pratiques de baseTableau 5 - Note cc
ENFANTS : précautions contre la transmission par contact
Fèces Contact direct et indirect (fécal et oral); d'origine alimentaire De 3 à 7 jours, généralement moins de 10 jours Durée de l'excrétion dans les fèces Durée des symptômes
Tableau 5 – Note cc

Envisager de prendre des précautions contre la transmission par contact chez les adultes incontinents s'il est impossible de contenir les selles ou si les patients ont une mauvaise hygiène et peuvent contaminer leur environnement.
Les précautions contre la transmission par contact s'appliquent aux enfants incontinents ou incapables de respecter les mesures d'hygiène.

Retour à la référence de la note cc du tableau 5

Zona
Consulter virus varicelle-zona
               
Zona disséminé Lésions cutanées vésiculaires Précautions contre la transmission par contact et par voie aérienne Liquide vésiculaire, sécrétions respiratoires Voie aérienne, contact direct et indirect   Jusqu'à ce que toutes les lésions aient formé des croûtes et séché Jusqu'à ce que toutes les lésions aient formé des croûtes et séché Les travailleurs de la santé, les compagnons de chambre et les fournisseurs de soins devraient être immunisés contre la varicelle.
Les personnes non immunisées qui doivent entrer dans la chambre devraient porter un appareil de protection respiratoire.
Les contacts réceptifs à haut risque devraient recevoir de l'immunoglobuline antivaricelleuse-antizostérienne dès que possible, au moins dans les 96 heures suivant l'exposition.
L'immunoglobuline antivaricelleuse-antizostérienne peut prolonger la période d'incubation jusqu'à 28 jours.
Zona localisé
Hôte immunovulnérable
Lésions cutanées vésiculaires distribuées par dermatome Précautions contre la transmission par contact et par voie aérienne Liquide vésiculaire Contact direct et indirect, voie aérienne   Jusqu'à ce que toutes les lésions aient formé des croûtes et séché et jusqu'à l'exclusion de l'infection disséminée Après 24 heures de traitement antiviral; ensuite, comme pour le zona localisé chez un hôte normal S'il n'est pas traité, le zona localisé peut se disséminer chez un hôte immunovulnérable.
Les travailleurs de la santé, les compagnons de chambre et les fournisseurs de soins devraient être immunisés contre la varicelle.
Les contacts réceptifs à haut risque devraient recevoir de l'immunoglobuline antivaricelleuse-antizostérienne dès que possible, au moins dans les 96 heures suivant l'exposition.
L'immunoglobuline antivaricelleuse-antizostérienne peut prolonger la période d'incubation jusqu'à 28 jours.
Zona localisé
Hôte normal
Lésions cutanées vésiculaires distribuées par dermatome Pratiques de base
Précautions contre la transmission par contactTableau 5 - Note dd et par voie aérienne
Liquide vésiculaire Contact direct et indirect, peut-être voie aérienne   Jusqu'à ce que toutes les lésions aient formé des croûtes et séché Jusqu'à ce que toutes les lésions aient formé des croûtes et séché
Tableau 5 – Note dd

Envisager des précautions contre transmission par contact et par voie aérienne pour le zona localisé important impossible à couvrir, en présence de patients ou de travailleurs de la santé réceptifs à la varicelle.

Retour à la référence de la note dd du tableau 5

Zygomycose
(phycomycose)
Consulter mucormycose
               
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

.

Date de modification :