Rapport sur les infections transmissibles sexuellement au Canada : 2013-2014

Télécharger le format de rechange
(Format PDF, 1,845 Mo, 46 pages)

Organisation : Agence de la santé publique du Canada

Date publiée : 2017-04-

Table des matières

Avant-propos

Le Centre de la lutte contre les maladies transmissibles et les infections, Agence de la santé publique du Canada (l'Agence), est heureux de vous présenter l'édition 2013-2014 du Rapport sur les infections transmissibles sexuellement au Canada. Le présent rapport vise à fournir de l'information sur les tendances de cas déclarés d'infections transmissibles sexuellement (ITS) à tous ceux qui sont préoccupés par leurs incidences sur la santé publique (gestionnaires de programmes, responsables des politiques, chercheurs, etc.). Le présent rapport renferme des données détaillées sur les ITS à déclaration obligatoire au Canada pour les années 2013 et 2014 et comprend des comparaisons par rapport à certains taux déclarés au cours des 10 dernières années. Un rapport distinct sur les ITS à déclaration obligatoire au Canada pour l'année 2013 n'est pas publié en raison de la disponibilité de données mises à jour. Les données du présent rapport remplacent les données présentées dans les éditions précédentes des années 2005 à 2012.

Le Rapport sur les infections transmissibles sexuellement au Canada est basé sur les rapports de surveillances présentés à l'Agence par les unités épidémiologiques provinciales et territoriales; les données sont résumées selon l'âge, le sexe, et la province ou le territoire. Le rapport comporte trois chapitres, qui traitent des trois principales ITS à déclaration obligatoire au Canada : l'infection à Chlamydia trachomatis, l'infection gonococcique et la syphilis. Des notes techniques et des détails explicatifs se rapportant précisément aux données de surveillance provinciales ou territoriales se trouvent à la fin du présent rapport.

L’Agence s’efforce de faire part des renseignements les plus exacts et les plus à jour possible; les données présentées dans le présent rapport sont les plus récentes disponibles au moment de la rédaction. Toutefois, en raison de la nature évolutive de la surveillance des maladies transmissibles, on peut s’attendre à ce que le nombre de cas signalés par les provinces et territoires soit mis à jour en raison du nettoyage des données ou de la reclassification de cas, à mesure que les déclarations de cas sont reçues. Ces changements peuvent également se refléter dans le Système canadien de surveillance des maladies à déclaration obligatoire (SCSMDO) à mesure que les provinces et les territoires avisent l’Agence des changements. Lorsqu’il y a un écart entre les données présentées par l’Agence et celles présentées individuellement par les provinces et les territoires, ce sont les données provinciales et territoriales qui prévalent, car elles sont plus à jour. En outre, les taux peuvent varier légèrement d’un rapport annuel à l’autre en raison de la mise à jour des projections de la population et de l’analyse des résultats du recensement. Cependant, les mises à jour devraient être mineures et elles ne devraient pas modifier les tendances nationales générales.

Tous les commentaires et toutes les suggestions susceptibles d'améliorer les publications à venir sont les bienvenus. Nous vous invitons d'ailleurs à les adresser au personnel du Centre de la lutte contre les maladies transmissibles et les infections, Agence de la santé publique du Canada, à l'adresse ccdic-clmti@phac-aspc.gc.ca

Remerciements

La publication du présent rapport n'aurait pas été possible sans les données fournies par l'ensemble des provinces et territoires. Nous leur sommes très reconnaissants de leur contribution continue à la surveillance nationale des ITS. Les auteurs sont également reconnaissants envers le Réseau de surveillance des infections transmissibles par le sang pour son expertise et sa contribution, et pour avoir passé en revue le présent rapport.

Ce rapport a été préparé par le Centre de la lutte contre les maladies transmissibles et les infections de la Direction générale de la prévention et du contrôle des maladies infectieuses de l'Agence de la santé publique du Canada.

Résumé

Les infections transmissibles sexuellement (ITS) demeurent un problème de santé publique important au Canada. Les taux déclarés d'infection à Chlamydia trachomatis, d'infection gonococcique et de syphilis infectieuse ne cessent d'augmenter depuis les années 2000. Le présent rapport décrit les tendances de ces trois ITS à déclaration obligatoire au Canada, en mettant l'accent sur la dernière décennie (de 2005 à 2014) et comprend des renseignements détaillés sur les années 2013 et 2014 (aucune publication distincte visant les données de 2013 n'est en cours de préparation).

Infection à Chlamydia trachomatis

L'infection à Chlamydia trachomatis continue d'être l'ITS la plus couramment signalée au Canada. De 2005 à 2014, les taux de cas déclarés d'infection à Chlamydia trachomatis ont augmenté de 49,3%, passant de 206,0 à 307,4 cas pour 100 000 habitants, la plus forte augmentation relative du taux, près de 65 %, étant observée chez les hommes. En 2014, le taux de cas déclarés d'infection à Chlamydia trachomatis chez les femmes (382,5 cas pour 100 000 habitants) était 1,7 fois plus élevé que chez les hommes (230,5 cas pour 100 000 habitants). Chez les hommes comme chez les femmes, les taux d'infection à Chlamydia trachomatis les plus élevés ont été observés chez les personnes âgées de 20 à 24 ans, ce qui constitue la tendance observée au cours de la dernière décennie.

Infection gonococcique

De 2005 à 2014, les taux de cas déclarés d'infection gonococcique ont augmenté de 61,2%, passant de 28,4 à 45,8 cas pour 100 000 habitants. Au cours de la même période, les taux ont connu une hausse plus marquée chez les hommes (64,2 %) que chez les femmes (55,9 %). En 2014, comme pour les années précédentes, le taux de cas déclarés d'infection gonococcique était plus élevé chez les hommes que chez les femmes (58,8 cas contre 32,9 cas pour 100 000 habitants). C'est chez les femmes âgées de 15 à 24 ans et les hommes âgés de 20 à 29 ans que les taux d'infection gonococcique les plus élevés ont été signalés en 2014.

Syphilis infectieuse

Les taux de cas déclarés de syphilis infectieuse ont augmenté de 95,1 % entre 2005 et 2014, passant de 3,4 à 6,6 cas pour 100 000 habitants. Au cours de cette période, les taux de syphilis infectieuse ont augmenté de 115,5 % chez les hommes et ont diminué de 18,2 % chez les femmes. En 2014, comme pour les années précédentes, le taux de cas déclarés de syphilis infectieuse était considérablement plus élevé chez les hommes que chez les femmes (12,5 cas contre 0,9 cas pour 100 000 habitants). Chez les hommes, les taux de syphilis infectieuse étaient plus élevés dans le groupe d'âge de 25 à 29 ans, alors que chez les femmes, ils étaient plus élevés dans le groupe d'âge de 20 à 24 ans.

Taux et cas déclarés (pour 100,000 habitants) d’infection à Chlamydia trachomatis, d’infection gonococcique et de syphilis infectieuse selon le sexe, 2014, Canada
Sexe Infection à Chlamydia trachomatis Infection Gonococcique Syphilis infectieuse
Nombre de cas Taux
pour 100 000 habitants
Nombre de cas Taux
pour 100 000 habitants
Nombre de cas Taux
pour 100 000 habitants
Femmes 68 525 382,5 5 892 32,9 155 0,9
Hommes 40 624 230,5 10 362 58,8 2 198 12,5
Total 109 263 307,4 16 285 45,8 2 357 6,6
Taux et cas déclarés (pour 100,00 habitants) d’infection à Chlamydia trachomatis, d’infection gonococcique et de syphilis infectieuse selon le sexe, 2013, Canada
Sexe Infection à Chlamydia trachomatis Infection Gonococcique Syphilis infectieuse
Nombre de cas Taux pour 100 000 habitants Nombre de cas Taux pour 100 000 habitants Nombre de cas Taux pour 100 000 habitants
Femmes 66 696 376,3 5 806 32,8 142 0,8
Hommes 38 482 220,8 8 394 48,2 2 038 11,7
Total 105 274 299,5 14 227 40,5 2 182 6,2

Les taux d'ITS à déclaration obligatoire ont augmenté en dépit de nombreuses interventions de santé publique visant à accroître la sensibilisation et à prévenir, à diagnostiquer et à traiter les infections. Divers facteurs peuvent expliquer ces observations, notamment une réelle augmentation de l'incidence, l'utilisation de méthodes diagnostiques améliorées et des méthodes plus efficaces de recherche de contacts et de dépistage des cas. La surveillance continue des taux d'ITS et l'étude des raisons de l'évolution observée aideront à orienter et à évaluer l'intervention en santé publique pour lutter contre les ITS au Canada.

1.0 Méthodologie

Au Canada, la surveillance des maladies infectieuses à déclaration obligatoire incombe à l'Agence de la santé publique du Canada (l'Agence) en coordination avec les gouvernements provinciaux et territoriaux, qui fournissent volontairement des données non nominatives à l'Agence. La responsabilité de la collecte de données primaires sur les maladies à déclaration obligatoire relève habituellement des autorités de santé publique locales en vertu des lois provinciales et territorialesNote de bas de page 1.

L’Agence recueille et gère les données communiquées par les provinces et les territoires par l’intermédiaire du Système canadien de surveillance des maladies à déclaration obligatoire (SCSMDO). Le personnel du SCSMDO valide les données déclarées par une province ou un territoire au cours du traitement des données pour résoudre les erreurs ou les incohérences et maximiser l’exactitude des données. Les provinces et territoires fournissent des données sur les variables suivantes : âge au moment du diagnostic, année du diagnostic, province ou territoire où le diagnostic a été posé et sexe. Par conséquent, les rapports nationaux sont limités à l’analyse de ces variables. Les données extraites du SCSMDO servent de base aux rapports nationaux de surveillance; le présent rapport est fondé sur les données extraites en juillet 2016. Les données pour les trois ITS à déclaration obligatoire (infection à Chlamydia trachomatis, infection gonococcique et syphilis infectieuse) étaient disponibles dans l’ensemble des provinces et territoires entre 2005 et 2014. Il convient de noter que les cas d’infection à Chlamydia trachomatis signalés par Terre-Neuve-et-Labrador en 2007 n’étaient pas répartis selon l’âge et le sexe.

Définitions de cas

Les définitions de cas pour les trois ITS à déclaration obligatoire sont présentées à l'annexe A. Tous les cas signalés d'infection à Chlamydia trachomatis et d'infection gonococcique sont inclus dans les analyses à l'échelle nationale; seules les données sur les cas de syphilis infectieuse (primaire, secondaire, latente précoce, neurosyphilis infectieuse) sont présentées dans ce rapport.

Analyse des données

Une analyse descriptive des cas déclarés d'infection à Chlamydia trachomatis, d'infection gonococcique et de syphilis infectieuse par année, par groupe d'âge et par sexe a été menée à partir des données déclarées au SCSMDO. Les caractéristiques démographiques d'âge et de sexe ont été examinées pour les cas déclarés en 2013 et en 2014 afin de fournir un aperçu plus détaillé des données accessibles les plus récentes. Les taux sont indiqués pour 100 000 habitants. Les tendances observées au fil du temps doivent être interprétées avec prudence, car les taux basés sur de petits nombres de cas sont plus susceptibles de fluctuer au fil du temps. L'amélioration des capacités diagnostiques, une meilleure élimination des doublons, des délais de déclaration plus courts et des changements dans les pratiques de déclaration à l'échelle des provinces et des territoires peuvent également entraîner des changements.

Les taux de cas déclarés pour 100 000 habitants ont été calculés en utilisant les données du SCSMDO en tant que numérateurs et les estimations de la population de Statistique Canada en tant que dénominateurs. Les taux de syphilis congénitale ont été calculés pour 100 000 naissances d'enfant vivant en utilisant les données sur les naissances d'enfant vivant de Statistique CanadaNote de bas de page 2. Étant donné que les données sur les dénominateurs de la population ont été mises à jour, les taux peuvent différer de ceux présentés dans les rapports précédents; toutefois, les différences sont probablement mineures.

Pour 2007, les taux nationaux d'infection à Chlamydia trachomatis ont été ajustés pour tenir compte de l'absence de répartition par âge et par sexe des données déclarées par Terre-Neuve-et-Labrador cette année-là.

2.0 L'infection à chlamydia trachomatis

2.1 Introduction

La chlamydia est une infection causée par la bactérie Chlamydia trachomatis dont la déclaration est obligatoire au Canada depuis 1991. Les infections sont souvent asymptomatiques chez les hommes et chez les femmes, et peuvent donc ne pas être diagnostiquées en l'absence de dépistage et ainsi contribuer à la propagation de l'infection parmi les personnes sexuellement activesNote de bas de page 3.

L'atteinte inflammatoire pelvienne est l'une des complications les plus courantes associées à l'infection à Chlamydia trachomatis non traitée et récurrente chez les femmes, et elle peut être à l'origine de douleurs pelviennes chroniques, de grossesses ectopiques et de cas de stérilité. Chez les femmes enceintes, l'infection à Chlamydia trachomatis non traitée peut être transmise au bébé à l'accouchement et causer une conjonctivite ou une pneumonie néonatales. Chez les hommes, les complications sont plus rares, mais comprennent les infections des organes génitaux et des cas de stérilité. Comme c'est le cas pour les autres ITS, l'infection à Chlamydia trachomatis a un effet de synergie avec le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) et accroît le risque de transmission du VIH, ainsi que la gravité de l'infectionNote de bas de page 4Note de bas de page 5.

On estime que plus de 50 % des hommes infectés et 70 % des femmes infectées n'ont pas de symptômes et ignorent qu'ils sont atteints de la maladieNote de bas de page 6.

2.2 Tendances nationales

La tendance sur 10 ans, de 2005 à 2014, des taux de cas déclarés d'infection à Chlamydia trachomatis est à l'augmentation constante, à l'exception d'une légère diminution en 2013 (figure 1). En 2014, 109 263 cas d'infection à Chlamydia trachomatis ont été déclarés, ce qui correspond à un taux de 307,4 pour 100 000 habitants, soit une hausse de 49,2 % par rapport au taux de 206,0 cas pour 100 000 habitants en 2005. Chez les hommes, les taux ont augmenté de 64,6 %, passant de 140,0 à 230,5 cas pour 100 000 habitants; chez les femmes, ils ont augmenté de 41,4 %, passant de 270,4 à 382,5 cas pour 100 000 habitants.

Figure 1: Taux de cas déclarés d'infection à Chlamydia trachomatis dans l'ensemble et selon le sexe (pour 100 000 habitants), de 2005 à 2014, Canada
Figure 1 - Description textuelle
Taux de cas déclarés d'infection à Chlamydia trachomatis dans l'ensemble et selon le sexe (pour 100 000 habitants), de 2005 à 2014, Canada
Sexe 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Total 206,0 212,9 224,8 248,8 259,6 278,5 295,1 302,8 299,5 307,4
Femmes 270,4 278,2 295,4 326,8 341,0 364,6 384,3 388,6 376,3 382,5
Hommes 140,0 146,0 156,7 168,9 176,1 190,4 203,5 215,1 220,8 230,5

En général, les taux globaux de cas déclarés d'infection à Chlamydia trachomatis chez les femmes sont considérablement plus élevés que les taux correspondants chez les hommes; en 2014, le taux de cas déclarés d'infection à Chlamydia trachomatis était 1,7 fois plus élevé chez les femmes que chez les hommes (figure 1). Toutefois, le rapport des taux d'infection à Chlamydia trachomatis entre les sexes varie selon le groupe d'âge. En 2014, le taux chez les femmes était 3,8 fois plus élevé que chez les hommes; de même, le taux était presque deux fois plus élevé chez les femmes que chez les hommes pour les personnes de 20 à 24 ans. Dans les groupes plus âgés, l'écart entre les sexes est moins prononcé et s'est même inversé; les taux de cas déclarés étaient plus élevés chez les hommes que chez les femmes dans les groupes d'âge de 40 à 59 ans et de 60 ans et plus (figure 2). Les personnes âgées de 15 à 29 ans représentent près de 80 % des cas déclarés d'infection à Chlamydia trachomatis en 2014. Les taux les plus élevés chez les hommes et les femmes ont été déclarés chez les personnes de 20 à 24 ans (figure 2). Des tendances similaires ont été observées au cours de l'année 2013 (figure 3).

Figure 2: Taux de cas déclarés d'infection à Chlamydia trachomatis selon le sexe et le groupe d'âge, 2014, Canada
Figure 2 - Description textuelle
Figure 2 : Taux de cas déclarés d'infection à Chlamydia trachomatis selon le sexe et le groupe d'âge, 2014, Canada
Âgés de moins de 10 ans De 10 à 14 ans De 15 à 19 ans De 20 à 24 ans De 25 à 29 ans De 30 à 39 ans De 40 à 59 ans 60+
Total 1,7 58,7 1 740,7 2 150,8 1 006,1 353,8 57,2 3,1
Femmes 0,4 3,4 458,3 1 125,1 777,4 320,7 72,8 9,2
Hommes 1,0 30,3 1 081,9 1 627,6 891,8 337,4 65,1 5,9
Figure 3 : Taux de cas déclarés d'infection à Chlamydia trachomatis selon le sexe et le groupe d'âge, 2013, Canada
Figure 3 - Description textuelle
Taux de cas déclarés d'infection à Chlamydia trachomatis selon le sexe et le groupe d'âge, 2013, Canada
Sexe Âgés de moins de 10 ans De 10 à 14 ans De 15 à 19 ans De 20 à 24 ans De 25 à 29 ans De 30 à 39 ans De 40 à 59 ans 60+
Femmes 1,4 60,55 1 761,00 2 111,96 944,54 332,12 53,66 2,43
Hommes 0,72 5,62 451,79 1 090,85 742,81 297,52 66,91 7,68
Total 1,05 32,32 1 088,14 1 592,66 843,46 315,12 60,32 4,86

Dans l'ensemble, entre 2005 et 2014, les taux de cas déclarés d'infection à Chlamydia trachomatis ont augmenté de 68 % dans le groupe d'âge des 25 à 29 ans, comparativement à des augmentations de 43 % et 27 % observées dans les groupes d'âge de 20 à 24 ans et de 15 à 19 ans, respectivement (figure 4). La tendance sur 10 ans chez les femmes est à l'augmentation des taux de cas déclarés d'infection à Chlamydia trachomatis pour tous les groupes d'âge; cependant, on observe une légère tendance à la baisse depuis 2011 dans le groupe d'âge de 15 à 19 ans (figure 5). Cette tendance à la baisse chez les femmes est à l'origine de la diminution du taux d'ensemble pour les deux sexes dans ce groupe d'âge (figure 4). Chez les hommes, les taux de cas déclarés d'infection à Chlamydia trachomatis ont augmenté dans tous les groupes d'âge entre 2005 et 2014 (figure 6). Chez les hommes comme chez les femmes, on enregistrait invariablement les taux les plus élevés de cas déclarés d'infection à Chlamydia trachomatis dans le groupe d'âge de 20 à 24 ans sur la période totale de 10 ans.

Figure 4 : Taux de cas déclarés d'infection à Chlamydia trachomatis dans l'ensembleNote de bas de page 1, par groupe d'âge, de 2005 à 2014, Canada

Footnotes

Footnote 1

Le total comprend les cas pour lesquels le sexe n'est pas précisé.

Return to footnote 1 referrer

Figure 4 - Description textuelle
Taux de cas déclarés d'infection à chlamydia trachomatis dans l'ensemble, par groupe d'âge, de 2005 à 2014, Canada
Âge 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
< 10 ans 0,81 1,24 1,04 0,92 1,21 1,01 0,78 0,43 1,05 1,04
10 à 14 ans 26,50 23,45 25,22 27,55 30,09 30,57 32,95 30,13 32,32 30,29
15 à 19 ans 841,51 838,48 878,14 999,61 1 052,01 1 097,39 1 143,17 1 107,51 1 088,14 1 081,87
20 à 24 ans 1 133,24 1 164,08 1 218,60 1 345,61 1 391,78 1 498,53 1 605,62 1 602,69 1 592,66 1 627,60
25 à 29 ans 529,16 557,23 588,54 650,57 675,57 731,06 773,39 819,43 843,46 891,76
30 à 39 ans 169,50 186,18 197,41 223,85 236,64 263,60 285,33 301,85 315,12 337,36
40 à 59 ans 29,77 32,82 34,90 40,03 43,68 48,98 53,45 58,23 60,32 65,08
60+ 4,68 5,56 6,02 4,91 6,34 4,16 4,41 4,60 4,86 5,92
Figure 5 : Taux de cas déclarés d'infection à Chlamydia trachomatis chez les femmes, par groupe d'âge, de 2005 à 2014, Canada
Figure 5 - Description textuelle
Taux de cas déclarés d'infection à Chlamydia trachomatis chez les femmes, par groupe d'âge, de 2005 à 2014, Canada
Âge 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
< 10 ans 1,09 1,97 1,05 0,97 1,53 1,34 0,88 0,71 1,40 1,71
10 à 14 ans 51,95 45,30 47,92 51,30 56,07 56,86 62,60 57,21 60,55 58,68
15 à 19 ans 1 428,59 1 408,11 1 461,94 1 659,35 1 728,89 1 803,05 1 874,28 1 829,27 1 761,00 1 740,67
20 à 24 ans 1 543,21 1 583,05 1 646,34 1 811,90 1 874,42 2 017,58 2 146,22 2 173,82 2 111,96 2 150,84
25 à 29 ans 601,59 650,13 676,62 764,72 788,16 853,33 894,69 947,36 944,54 1 006,07
30 à 39 ans 171,12 189,59 205,77 241,40 261,94 287,95 317,69 337,14 332,12 353,79
40 à 59 ans 23,48 26,43 28,23 34,46 40,06 47,35 50,56 55,53 53,66 57,24
60+ 1,42 1,69 1,79 1,44 2,19 2,31 3,01 3,13 2,43 3,12
Figure 6 : Taux de cas déclarés d'infection à Chlamydia trachomatis chez les hommes, par groupe d'âge, de 2005 à 2014, Canada
Figure 6 - Description textuelle
Taux de cas déclarés d'infection à Chlamydia trachomatis chez les hommes, par groupe d'âge, de 2005 à 2014, Canada
Âge 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
< 10 ans 0,55 0,55 1,05 0,87 0,91 0,69 0,68 0,36 0,72 0,41
10 à 14 ans 2,21 2,52 3,50 4,99 5,46 5,66 4,97 6,49 5,62 3,44
15 à 19 ans 286,62 299,02 320,53 365,98 401,83 422,11 445,58 463,72 451,79 458,27
20 à 24 ans 741,01 764,04 808,45 895,37 924,04 992,17 1 077,36 1 088,76 1 090,85 1 125,10
25 à 29 ans 457,30 464,62 500,86 536,66 562,27 609,05 651,18 713,36 742,81 777,44
30 à 39 ans 167,83 182,69 188,82 206,21 210,92 238,85 252,51 276,10 297,52 320,68
40 à 59 ans 36,07 39,19 41,54 45,46 47,13 50,58 56,01 62,24 66,91 72,83
60+ 3,98 4,71 5,12 4,16 4,95 6,35 6,06 6,33 7,68 9,16

2.3 Tendances provinciales

En 2014, comme au cours de l'année précédente, le taux le plus élevé de cas déclarés d'infection à Chlamydia trachomatis a été observé au Nunavut (3 509,6 cas pour 100 000 habitants), suivi des Territoires du Nord-Ouest (1 893,5 cas pour 100 000 habitants). Au cours de la dernière décennie, ces deux territoires ont invariablement connu les taux les plus élevés par rapport aux autres provinces et territoires. Des taux d'infection à Chlamydia trachomatis supérieurs à la moyenne nationale de 307,4 cas pour 100 000 habitants ont également été observés en Alberta, au Manitoba, en Saskatchewan et au Yukon (tableau 1 et figure 7).

Les provinces et territoires où l'on a observé la plus forte augmentation des taux d'infection à Chlamydia trachomatis de 2005 à 2014 étaient les suivants : le Québec (69,5 %), l'Ontario (50,1 %), la Nouvelle-Écosse (49,9 %), le Manitoba (48,4 %) et la Colombie-Britannique (34,6 %) [figure 7]. Les taux du Québec ont montré une tendance constante à l'augmentation entre 2005 et 2014. Le Yukon et le Nunavut ont connu des tendances variables au cours des 10 dernières années, période pendant laquelle on a observé des diminutions de 4,4 % et 3,7 % de 2005 à 2014 (de 601,8 cas à 575,2 cas pour 100 000 habitants et de 3 643,5 cas à 3 509,6 cas pour 100 000 habitants), respectivement.

Tableau 1 : Cas déclarés et taux correspondants d'infection à Chlamydia trachomatis, par province/territoire, 2014, Canada
Province Femmes Hommes TotalBas de page 1
Nombre de cas Taux
pour 100 000 habitants
Nombre de cas Taux
pour 100 000 habitants
Nombre de cas Taux
pour 100 000 habitants
1

Le total comprend les cas pour lesquels le sexe n'est pas précisé.

Retour au footnote 1 referrer

Canada 68 525 382,5 40 624 230,5 109 263 307,4
C.-B. 8 263 354,4 5 175 225,0 13 452 290,5
Alb. 10 350 510,9 6 266 299,0 16 618 403,2
Sask. 3 775 676,8 2 031 357,8 5 807 516,0
Man. 4 023 624,1 2 271 356,3 6 294 490,9
Ont. 21 908 314,7 14 005 208,5 35 933 262,7
Qc 15 003 363,0 8 262 202,4 23 340 284,1
N.-B. 1 176 308,5 570 152,9 1 746 231,6
N.-É. 1 783 371,0 843 182,4 2 628 278,8
Î.-P.-É. 182 215,2 72 101,0 254 173,6
T.-N.-L. 575 215,2 296 113,9 871 165,3
Yn 124 695,6 86 460,3 210 575,2
T.N.-O. 512 2 390,9 314 1 413,9 826 1 893,5
Nt 851 4 829,2 433 2 283,4 1 284 3 509,6
Tableau 2 : Cas déclarés et taux correspondants d'infection à Chlamydia trachomatis, par province/territoire, 2013, Canada
Province Femmes Hommes TotalBas de page 1
Nombre de cas Taux pour 100 000 habitants Nombre de cas Taux pour 100 000 habitants Nombre de cas Taux pour 100 000 habitants
1

Le total comprend les cas pour lesquels le sexe n'est pas précisé.

Retour au footnote 1 referrer

Canada 66 696 376,3 38 482 220,8 105 274 299,5
C.-B. 7 736 335,5 4 497 197,5 12 244 267,2
Alb. 9 959 505,2 6 117 300,5 16 077 401,2
Sask. 3 804 692,7 1 967 353,1 5 771 521,7
Man. 4 165 654,1 2 255 358,7 6 420 507,4
Ont. 21 280 308,6 13 318 200,1 34 614 255,4
Qc 14 498 353,2 7 721 190,7 22 287 273,3
N.-B. 1 182 309,4 588 157,4 1 770 234,2
N.-É. 1 727 359,4 737 159,4 2 464 261,3
Î.-P.-É. 156 208,9 86 121,4 242 166,3
T.-N.-L. 533 199,1 268 102,9 801 151,7
Yn 143 802,9 96 517,4 239 657,2
T.N.-O. 559 2 609,7 311 1 387,1 870 1 984,4
Nt 954 5 581,6 521 2 840,5 1 475 4 162,7
Figure 7 : Taux de cas de déclarés d'infection à Chlamydia trachomatis chez les deux sexes, par province/territoire, de 2005 à 2014
Figure 7 - Description textuelle
Taux de cas de déclarés d'infection à Chlamydia trachomatis chez les deux sexes, par province/territoire, de 2005 à 2014
Province 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
C.-B. 215,8 218,9 234,7 248,1 253,8 265,9 261,5 273,3 267,2 290,5
Alb. 265,8 305,5 318,6 335,2 368,3 351,3 373,1 403,6 401,2 403,2
Sask. 391,9 428,9 439,0 511,3 468,1 481,2 520,8 526,1 521,7 516,0
Man. 330,7 358,9 469,7 577,8 520,3 521,7 544,9 526,9 507,3 490,9
Ont. 175,0 177,3 182,7 203,8 221,3 254,9 274,0 272,3 255,4 262,7
Qc 167,6 168,4 175,3 193,7 202,8 218,5 239,1 249,3 273,3 284,1
N.-B. 200,3 177,8 159,2 166,3 210,1 249,0 255,6 255,3 234,2 231,6
N.-É. 186,0 187,8 191,2 217,1 212,3 237,3 260,9 276,6 261,3 278,8
Î.-P.-É. 132,6 122,5 124,9 113,9 144,4 150,3 152,7 176,9 166,3 173,6
T.-N.-L. 126,4 107,2 100,2 116,5 103,5 123,4 131,2 164,0 151,6 165,3
Yn 601,8 523,6 728,0 716,3 631,4 661,9 590,4 486,6 657,2 575,2
T.N.-O. 1 677,5 1 611,2 1 754,5 2 006,9 2 356,9 2 100,4 1 896,5 2 190,7 1 984,4 1 893,5
Nt 3 643,5 3 665,7 3 914,6 4 123,3 3 730,1 4 185,5 3 860,1 3 904,5 4 162,7 3 509,6

2.4 Comparaison internationale

Comparativement à des pays comme les États-Unis, l'Angleterre et l'Australie, le Canada affichait des taux plus bas de cas déclarés d'infection à Chlamydia trachomatis de 2012 à 2014 (figure 8). Comme au Canada, les infections à Chlamydia trachomatis touchent davantage les femmes que les hommes dans les quatre pays. Les écarts dans les taux observés parmi les pays sont probablement attribuables à une combinaison de différences dans les exigences en matière de déclaration, les pratiques de dépistage et les interventions en matière de santé publique.

Figure 8 : Taux de cas déclarés d'infection à Chlamydia trachomatis, dans l'ensemble et selon le sexe, au Canada et dans d'autres pays de 2012 à 2014
Figure 8 - Description textuelle
Taux de cas déclarés d'infection à Chlamydia trachomatis, dans l'ensemble et selon le sexe, au Canada et dans d'autres pays de 2012 à 2014
Pays 2012 2013 2014
Total Femmes Hommes Total Femmes Hommes Total Femmes Hommes
Canada 388,6 215,1 302,8 376,3 220,8 299,5 382,5 230,5 307,4
É.-U. 638,7 260,6 453,3 619,0 260,6 443,5 627,2 287,4 456,1
Australie 435,9 303,4 367,8 428,3 300,6 362,3 436,0 310,0 370,8
Angleterre 445,8 326,1 391,3 445 324,8 389 440,0 320,5 384,1

2.5 Conclusion

De 2005 à 2014, les taux de cas déclarés d'infection à Chlamydia trachomatis ont augmenté au Canada en dépit de nombreuses interventions de santé publique visant à prévenir, à diagnostiquer et à traiter ces infections. L'augmentation des taux observée peut s'expliquer par divers facteurs, notamment une réelle augmentation de l'incidence et la mise en œuvre de méthodes améliorées de recherche des cas, telles que le test d'amplification des acides nucléiques (TAAN) plus sensible lancé au milieu des années 1990. En fait, ce changement dans la pratique diagnostique coïncide avec le début de l'augmentation des taux déclarés d'infection à Chlamydia trachomatis. Le TAAN permet l'utilisation d'échantillons d'urine ou de prélèvements à l'aide d'un écouvillon; la collecte d'urine est plus facile et plus acceptable pour les patients. Par conséquent, le nombre de personnes qui se soumettent à un test a probablement augmenté, surtout chez les hommes. Un dépistage plus efficace et des pratiques de recherche de contacts peuvent également avoir contribué à l'augmentation observée dans le taux d'incidence des cas signalésNote de bas de page 7 Note de bas de page 8 Note de bas de page 9.

Aux États-Unis, on observe chez les femmes un taux d'infection à Chlamydia trachomatis près de deux fois plus élevé que chez les hommes, mais au cours de la période de 2010 à 2014, les taux d'infection à Chlamydia trachomatis chez les hommes ont augmenté à un taux beaucoup plus élevé (22 %) que chez les femmes (6 %)Note de bas de page 10. L'Australie a signalé que depuis 2011, les taux d'infection à Chlamydia trachomatis sont restés stables, mais la chlamydia demeure l'ITS la plus souvent déclaréeNote de bas de page 11. En 2013, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) a également déclaré avoir constaté une stabilisation des taux au cours des cinq dernières années, la majorité des cas ayant été observés chez les femmesNote de bas de page 12.

Le taux général de cas déclarés d'infection à Chlamydia trachomatis a toujours été plus élevé chez les femmes que chez les hommes, et cette différence est plus prononcée chez les groupes d'âge les plus jeunes. Les taux plus élevés chez les jeunes femmes peuvent être attribuables à une plus grande sensibilité biologique à l'infection à Chlamydia trachomatis que les hommes en raison d'une prévalence plus élevée d'ectopie cervicaleNote de bas de page 13Note de bas de page 14. En outre, les femmes sont plus susceptibles que les hommes de passer un test de dépistage des ITSNote de bas de page 15Note de bas de page 16Note de bas de page 17.

Des différences de comportements en matière de dépistage des ITS entre les provinces et territoires du Canada peuvent également contribuer à la variation des taux d'infection à Chlamydia trachomatis entre les zones géographiques. Par exemple, il existe des données probantes montrant que le taux de dépistage de la chlamydia au Yukon pourrait être plus élevé que le taux dans les autres provinces et territoires, ce qui pourrait contribuer à élever le taux de cas signalés au YukonNote de bas de page 16.

On a formulé une hypothèse selon laquelle le diagnostic et le traitement précoces des infections à Chlamydia trachomatis peuvent en fait empêcher le déclenchement d'une réponse immunitaire efficace. Selon l'hypothèse, les sujets traités qui n'ont pas développé de réponse immunitaire sont susceptibles d'être réinfectés en retournant à leur réseau de partenaires sexuelsNote de bas de page 18. Si cette hypothèse se confirme, elle pourrait également expliquer en partie l'augmentation des taux d'infection à Chlamydia trachomatisNote de bas de page 19Note de bas de page 20.

Au Canada, le cycle 2 de l'Enquête canadienne sur les mesures de la santé (ECMS)Note de bas de page 21 a estimé la prévalence des infections à Chlamydia trachomatis dans la population générale en utilisant des échantillons d'urine recueillis chez un échantillon représentatif de répondants âgés de 14 à 59 ans dans des centres mobiles d'examen. La prévalence estimée était de 0,7 % (intervalle de confiance à 95 %, de 0,4 % à 1,3 %), une estimation nationale pondérée de 158 000 personnes infectéesNote de bas de page 22. Des mesures répétées de la prévalence des infections à Chlamydia trachomatis lors des cycles futurs de l'ECMS faciliteront l'interprétation des données de surveillance de routine reçues et pourraient contribuer à expliquer les facteurs favorisant une croissance continue du nombre de cas signalés.

En résumé, il est difficile de savoir quels facteurs sont les plus responsables des récentes tendances des taux d'infection à Chlamydia trachomatis observés au Canada. Il s'agit probablement d'une combinaison d'éléments, et la possibilité d'une réelle augmentation de l'incidence ne peut être écartée. Une surveillance continue des taux d'infection à Chlamydia trachomatis et l'étude des raisons de l'évolution observée aideront à évaluer les interventions de santé publique pour lutter contre les ITS au Canada. Les lignes directrices nationales sur la prévention et la prise en charge des cas d'infection à Chlamydia trachomatis sont actualisées à mesure que de nouvelles données se dégagent afin de fournir aux utilisateurs l'information la plus juste possible sur les ITS au CanadaNote de bas de page 4Note de bas de page 23.

3.0 L'infection gonococcique

3.1 Introduction

La gonorrhée est une infection bactérienne causée par Neisseria gonorrhoeae dont la déclaration est obligatoire au Canada depuis 1924. Elle est la deuxième ITS la plus couramment signalée au Canada. Les infections non traitées peuvent entraîner une infection génitale haute chez les femmes, ce qui peut causer des douleurs pelviennes chroniques, des grossesses ectopiques et la stérilité. Chez les hommes, les infections non traitées peuvent entraîner des infections des organes sexuels et la stérilité dans de rares cas. Bien que cette complication soit peu fréquente chez les deux sexes, l'infection gonococcique peut se propager à la circulation sanguine et aux articulationsNote de bas de page 24. Comme les autres ITS, l'infection gonococcique fait augmenter le risque de contracter et de transmettre l'infection au VIHNote de bas de page 5.

3.2 Tendances nationales

De 2005 à 2014, outre une légère baisse autour des années 2009-2010, le taux général de cas déclarés d'infection gonococcique au Canada a augmenté de 61,3 %, passant de 28,4 cas pour 100 000 habitants en 2005 à 45,8 cas pour 100 000 habitants (figure 9). La tendance sur 10 ans révèle une augmentation du taux de 64,2 % chez les hommes et de 55,9 % chez les femmes de 2013 à 2014; le taux général de cas déclarés d'infection gonococcique a augmenté de 13,2 %, principalement en raison de l'augmentation des taux observés chez les hommes (22,1 %).

Figure 9 : Taux de cas déclarés d'infection gonococcique, dans l'ensemble et selon le sexe, de 2005 à 2014, Canada
Figure 9 - Description textuelle
Taux de cas déclarés d'infection gonococcique, dans l'ensemble et selon le sexe, de 2005 à 2014, Canada
Sexe 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Total 28,4 34,7 36,1 38,0 33,2 33,5 34,9 37,5 40,5 45,8
Femmes 21,1 27,2 29,9 33,5 29,6 29,1 29,6 32,4 32,8 32,9
Hommes 35,8 42,3 42,4 42,6 36,8 37,9 40,2 42,6 48,2 58,8

En 2014, les taux généraux de cas déclarés d'infection gonococcique étaient plus élevés dans le groupe d'âge de 20 à 24 ans, suivi du groupe d'âge de 25 à 29 ans (figure 10). Les taux étaient plus élevés chez les femmes que chez les hommes pour les personnes de moins de 20 ans; en revanche, chez les adultes âgés de 20 ans et plus, les taux étaient plus élevés chez les hommes. Des résultats semblables ont été observés en 2013 (figure 11).

Figure 10 : Taux de cas déclarés d'infection gonococcique selon le sexe et par groupe d'âge, 2014, Canada
Figure 10 - Description textuelle
Taux de cas déclarés d'infection gonococcique selon le sexe et par groupe d'âge, 2014, Canada
Sexe Âgés de moins de 10 ans De 10 à 14 ans De 15 à 19 ans De 20 à 24 ans De 25 à 29 ans De 30 à 39 ans De 40 à 59 ans 60+
Total 0,5 3,5 101,8 180,4 140,9 72,2 23,5 3,0
Femmes 0,9 6,7 134,9 161,4 90,1 38,1 8,3 0,6
Hommes 0,2 0,5 70,3 198,2 190,5 106,2 38,6 5,6
Figure 11 : Taux de cas déclarés d'infection gonococcique selon le sexe et par groupe d'âge, 2013, Canada
Figure 11 - Description textuelle
Taux de cas déclarés d'infection gonococcique selon le sexe et par groupe d'âge, 2013, Canada
Sexe Âgés de moins de 10 ans De 10 à 14 ans De 15 à 19 ans De 20 à 24 ans De 25 à 29 ans De 30 à 39 ans De 40 à 59 ans 60+
Femmes 0,4 10,5 150,9 155,3 87,4 34,7 6,9 0,4
Hommes 0,1 1,5 67,3 168,5 152,4 84,5 29,9 4,2
Total 0,2 5,8 107,9 162,2 120,3 59,6 18,4 2,1

De 2005 à 2014, les taux de cas déclarés d'infection gonococcique ont augmenté dans la plupart des groupes d'âge, par rapport à la période de 2005 à 2008. Les taux ont diminué jusqu'en 2012, pour ensuite remonter à nouveau (figure 12). L'augmentation relative la plus élevée chez les femmes a été observée chez les femmes âgées de 40 à 59 ans (219 %, passant de 2,6 à 8,3 cas pour 100 000 habitants), suivies par le groupe d'âge des 30 à 39 ans (151,2 %, passant de 15,2 à 38,1 cas pour 100 000 habitants) [figure 13]. Chez les hommes, on enregistrait invariablement les taux les plus élevés dans le groupe d'âge de 20 à 24 ans, pour l'ensemble de cette période, suivi des hommes de 25 à 29 ans, qui présentaient la plus forte augmentation relative des taux (91 %), passant de 99,7 à 190,5 cas pour 100 000 habitants (figure 14).

Figure 12 : Taux de cas déclarés d'infection gonococcique dans l'ensembleBas de page 1, par groupe d'âge, de 2005 à 2014, Canada

Footnotes

Footnote 1

Le total comprend les cas pour lesquels le sexe n'est pas précisé.

Return to footnote 1 referrer

Figure 12 - Description textuelle
Taux de cas déclarés d'infection gonococcique dans l'ensemble, par groupe d'âge, de 2005 à 2014, Canada
Âge 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
< 10 ans 0,1 0,4 0,4 0,4 0,4 0,4 0,1 0,3 0,2 0,5
10 à 14 ans 4,7 4,3 4,5 4,7 4,0 4,6 4,5 4,5 5,8 3,5
15 à 19 ans 84,7 103,0 110,6 118,2 103,3 101,4 100,4 105,2 107,9 101,8
20 à 24 ans 114,9 135,7 153,6 165,8 147,0 141,4 146,9 157,2 162,2 180,4
25 à 29 ans 71,8 88,2 93,4 101,3 87,5 92,2 96,9 110,9 120,3 140,9
30 à 39 ans 39,1 47,0 46,1 48,8 41,3 42,9 45,6 50,7 59,6 72,2
40 à 59 ans 12,7 16,6 15,5 14,8 13,4 14,1 16,0 16,1 18,4 23,5
60+ 3,2 4,6 3,9 3,7 3,1 2,3 2,2 2,1 2,1 3,0
Figure 13 : Taux de cas déclarés d'infection gonococcique chez les femmes, par groupe d'âge, de 2005 à 2014, Canada
Figure 13 - Description textuelle
Taux de cas déclarés d'infection gonococcique chez les femmes, par groupe d'âge, de 2005 à 2014, Canada
Âge 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
< 10 ans 0,3 0,6 0,9 0,5 0,7 0,7 0,2 0,5 0,4 0,9
10 à 14 ans 9,0 8,4 8,1 8,0 7,2 7,2 7,1 7,3 10,5 6,7
15 à 19 ans 116,2 141,2 150,8 166,6 146,2 143,7 140,5 150,3 150,9 134,9
20 à 24 ans 107,3 129,8 151,6 165,2 149,2 142,0 144,8 159,2 155,3 161,4
25 à 29 ans 43,2 61,2 67,8 80,6 70,4 70,4 76,5 85,3 87,4 90,1
30 à 39 ans 15,2 22,7 26,2 29,8 26,6 26,3 27,0 31,5 34,6 38,1
40 à 59 ans 2,6 4,7 3,9 5,2 4,4 5,1 5,7 6,3 6,9 8,3
60+ 0,3 0,4 0,4 0,4 0,4 0,5 0,5 0,7 0,3 0,6
Figure 14 : Taux de cas déclarés d'infection gonococcique chez les hommes, par groupe d'âge, de 2005 à 2014, Canada
Figure 14 - Description textuelle
Taux de cas déclarés d'infection gonococcique chez les hommes, par groupe d'âge, de 2005 à 2014, Canada
Âge 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
< 10 ans 0,0 0,2 0,0 0,2 0,1 0,1 0,0 0,1 0,1 0,2
10 à 14 ans 0,6 0,5 1,1 1,5 0,9 2,1 2,1 1,8 1,5 0,5
15 à 19 ans 54,9 66,9 72,2 71,7 61,9 60,9 62,0 62,5 67,3 70,3
20 à 24 ans 121,9 141,1 155,5 166,3 144,5 140,6 148,7 154,8 168,5 198,2
25 à 29 ans 99,7 114,7 118,6 121,6 104,3 113,7 117,0 136,1 152,4 190,5
30 à 39 ans 62,6 70,8 65,6 67,6 55,9 59,4 64,1 69,8 84,5 106,2
40 à 59 ans 22,9 28,5 27,1 24,3 22,4 23,0 26,1 25,9 29,9 38,6
60+ 3,6 5,1 4,2 4,0 3,2 4,3 4,2 3,7 4,2 5,6

3.3 Tendances provinciales

En 2014, le taux de cas déclarés d'infection gonococcique au Nunavut était bien plus élevé (891,1 cas pour 100 000 habitants) que dans les autres provinces et territoires. Des taux dépassant la moyenne nationale de 45,8 cas pour 100 000 habitants ont également été observés en Alberta (46,2 cas pour 100 000 habitants), en Saskatchewan (110,2 cas pour 100 000 habitants), au Manitoba (86,4 cas pour 100 000 habitants), au Yukon (134,2 cas pour 100 000 habitants) et dans les Territoires du Nord-Ouest (561,6 cas pour 100 000 habitants (tableau 3).

Tableau 3 : Cas déclarés et taux correspondants d'infection gonococcique, par province/territoire, 2014, Canada
Province Femmes Hommes TotalFootnote 1
Nombre de cas Taux pour 100 000 habitants Nombre de cas Taux pour 100 000 habitants Nombre de cas Taux pour 100 000 habitants
Footnote 1

Le total comprend les cas pour lesquels le sexe n'est pas précisé.

Return to footnote 1 referrer

Canada 5 892 32,9 10 362 58,8 16 285 45,8
C.-B. 522 22,4 1 505 65,4 2 031 43,9
Alb. 782 38,6 1 123 53,6 1 906 46,2
Sask. 635 113,8 604 106,4 1 240 110,2
Man. 598 92,8 509 79,9 1 107 86,4
Ont. 2 022 29,1 3 807 56,7 5 838 42,7
Qc 911 22,0 2 385 58,4 3 312 40,3
N.-B. 12 3,2 32 8,6 44 5,8
N.-É. 34 7,1 80 17,3 114 12,1
Î.-P.-É. S. O. S. O. S. O. S. O. 7 4,8
T.-N.-L. 25 9,4 41 15,8 66 12,5
Yn 21 117,8 28 149,9 49 134,2
T.N.-O. 131 611,7 114 513,3 245 561,6
Nt 195 1 106,6 131 513,3 326 891,1
Tableau 4 : Cas déclarés et taux correspondants d'infection gonococcique par province/territoire, 2013, Canada
Province Femmes Hommes TotalFootnote 1
Nombre de cas Taux pour 100 000 habitants Nombre de cas Taux pour 100 000 habitants Nombre de cas Taux pour 100 000 habitants
Footnote 1

Le total comprend les cas pour lesquels le sexe n'est pas précisé.

Return to footnote 1 referrer

Canada 5 806 32,8 8 394 48,2 14 227 40,5
C.-B. 532 23,1 1 303 57,2 1 841 40,2
Alb. 895 45,4 1 119 55,0 2 014 50,3
Sask. 681 124,0 532 95,5 1 213 109,7
Man. 681 107,0 536 85,3 1 217 96,2
Ont. 1 682 24,4 2 847 42,8 4 536 33,5
Qc 888 21,6 1 741 43,0 2 642 32,4
N.-B. 14 3,7 33 8,8 47 6,2
N.-É. 38 7,9 59 12,8 97 10,3
Î.-P.-É. S. O. S. O. S. O. S. O. 6 4,1
T.-N.-L. 19 7,1 22 8,5 41 7,8
Yn 9 50,5 1 5,4 10 27,5
T.N.-O. 61 284,8 36 160,6 97 221,3
Nt 302 1 766,9 163 888,7 466 1 315,1

La période de surveillance de 10 ans montre que les taux d'infection gonococcique ont considérablement augmenté dans la plupart des provinces et territoires (figure 15). La plus forte augmentation relative de taux a été observée à Terre-Neuve-et-Labrador, où les taux étaient de 0,2 cas pour 100 000 habitants en 2005 et de 12,5 cas pour 100 000 habitants en 2014. Les taux du Yukon ont révélé des fluctuations au cours des 10 dernières années, et les taux dans les Territoires du Nord-Ouest et du Nunavut sont invariablement élevés.

Figure 15 : Taux de cas déclarés d'infection gonococcique, par province/territoire, de 2005 à 2014
Figure 15 - Description textuelle
Taux de cas déclarés d'infection gonococcique, par province/territoire, de 2005 à 2014
Province 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
C.-B. 28,1 25,3 29,8 33,2 30,6 30,6 36,7 31,3 40,2 43,9
Alb. 46,1 62,8 62,4 59,2 42,0 31,7 39,8 54,1 50,3 46,2
Sask. 72,5 96,2 103,1 131,1 84,6 72,6 71,1 93,6 109,7 110,2
Man. 99,7 133,3 124,8 114,0 84,7 80,4 85,5 107,9 96,2 86,3
Ont. 26,5 30,4 31,1 30,1 27,2 30,2 31,6 30,6 33,5 42,7
Qc 11,8 16,6 18,3 21,3 23,9 25,9 23,3 27,4 32,4 40,3
N.-B. 3,1 4,3 4,8 3,7 6,9 8,5 8,5 5,0 6,2 5,8
N.-É. 11,1 10,6 7,7 15,3 13,5 10,6 10,8 12,6 10,3 12,1
Î.-P.-É. 1,4 0,0 2,2 2,9 0,7 0,0 7,6 5,5 4,1 4,8
T.-N.-L. 0,2 1,6 3,5 0,0 1,9 2,3 5,0 3,0 7,8 12,5
Yn 65,8 34,1 52,2 51,4 44,5 89,6 17,0 24,9 27,5 134,2
T.N.-O. 327,2 419,0 511,8 689,7 558,5 506,0 328,7 440,0 221,3 561,6
Nt 187,9 331,2 484,2 1 116,3 1 570,6 1 942,9 1 740,0 1 290,0 1 315,1 891,1

3.4 Comparaison internationale

En 2014, le Canada affichait les taux les plus bas de cas déclarés d'infection gonococcique par rapport aux États-Unis, à l'Angleterre et à l'Australie, et cette tendance a également été observée en 2013 et 2012 (figure 16). Comme au Canada, les hommes étaient davantage infectés que les femmes dans ces pays au cours de la même période, à l'exception de 2012, où les taux étaient légèrement plus élevés chez les femmes aux États-Unis. Encore une fois, les écarts entre les taux observés dans ces pays pourraient être attribuables, en partie, à des différences dans les exigences de déclaration, les pratiques de dépistage, les programmes de sensibilisation et les interventions en matière de santé publique.

Figure 16 : Taux de cas déclarés d'infection gonococcique, dans l'ensemble et selon le sexe, au Canada et dans d'autres pays de 2012 à 2014
Figure 16 - Description textuelle
Taux de cas déclarés d'infection gonococcique, dans l'ensemble et selon le sexe, au Canada et dans d'autres pays de 2012 à 2014
Pays 2012 2013 2014
Femmes Hommes Total Femmes Hommes Total Femmes Hommes Total
Canada 32,4 42,6 37,5 32,76 48,16 40,5 32,9 58,8 45,8
É.-U. 107,9 105 106,7 101,7 108,7 105,3 101,3 120,1 110,7
Australie 40,7 86,2 63,5 39,9 91,2 65,7 37,8 98,6 68,5
Angleterre 28,3 72,8 50,2 30,9 85,5 57,8 33,7 103,9 68,3

3.5 Conclusion

Bien que les taux de cas déclarés d'infection gonococcique au Canada soient considérablement plus faibles que ceux d'infection à Chlamydia trachomatis, les taux pour les deux infections semblent augmenter au fil du temps. L'augmentation des taux d'infection gonococcique depuis la fin des années 1990 pourrait s'expliquer, du moins en partie, par des facteurs qui semblent avoir une incidence sur les taux d'infection à Chlamydia trachomatis, notamment le passage à des méthodes de dépistage plus sensibles et l'amélioration de la recherche de casNote de bas de page 8.

Contrairement à l'infection à Chlamydia trachomatis, les taux d'infection gonococcique observés étaient plus élevés chez les hommes. Les taux étaient beaucoup plus élevés chez les femmes que chez les hommes dans les groupes d'âge plus jeunes, mais le contraire a été observé chez les personnes âgées de 25 ans et plus. Les taux d'infection gonococcique plus élevés chez les hommes peuvent être expliqués en partie par le fait qu'ils sont plus susceptibles que les femmes d'avoir des infections symptomatiques; la présence de symptômes influençant probablement les comportements quant à l'obtention de soins de santé et contribuant peut-être au plus grand nombre de cas détectés chez les hommesNote de bas de page 25. En outre, l'augmentation de certaines pratiques sexuelles chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes a été associée à une hausse des taux d'infection gonococcique au sein de cette populationNote de bas de page 26Note de bas de page 27 Les chercheurs ont observé chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes l'adoption croissante de nouvelles pratiques visant à diminuer le risque d'infection par le VIH (comme avoir des rapports sexuels avec des personnes qui semblent être de la même sérologie VIH), mais ces pratiques comportent toujours le risque d'infection par d'autres ITSNote de bas de page 28. Dans des pays comme les États-Unis, l'Angleterre et l'Australie, des taux d'infection gonococcique plus élevés ont aussi été observés chez les hommesNote de bas de page 29Note de bas de page 30Note de bas de page 31, une situation en partie attribuable aux taux disproportionnellement élevés observés dans la population des hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommesNote de bas de page 11Note de bas de page 12.

4.0 Syphilis infectieuse

4.1 Introduction

La syphilis infectieuse est une infection causée par la bactérie Treponema pallidum dont la déclaration est obligatoire au Canada depuis 1924. Si elle n'est pas traitée, elle se développe en phases évolutives : primaire, secondaire, latence et tertiaire. Après plusieurs années (voire décennies) sans traitement, la syphilis tertiaire peut se développer, causant potentiellement des dommages au système nerveux central, au système cardiovasculaire, aux yeux, à la peau et à d'autres organes internes, ce qui peut être mortelNote de bas de page 32. Les personnes infectées par la syphilis infectieuse sont aussi plus à risque de contracter le VIH, et les personnes co-infectées par les deux agents pathogènes sont plus susceptibles de transmettre le VIH à leurs partenaires sexuels (5). Chez les personnes co-infectées, le risque est plus grand de voir une progression rapide vers des conséquences graves comme la neurosyphilis, une infection bactérienne du cerveau ou de la moelle épinière, alors même que ces personnes sont encore contagieusesNote de bas de page 33Note de bas de page 34Note de bas de page 35.

Tandis que toutes les phases de la syphilis doivent être signalées à l'échelle nationale, seuls les stades primaire, secondaire et de latence précoce (moins d'un an après le point d'infection), et la neurosyphilis infectieuse sont considérés comme infectieux, d'où l'importance de cette maladie du point de vue de la santé publique. Le présent rapport renferme des données sur la syphilis infectieuse au Canada.

4.2 Tendance nationales

Les taux généraux de cas déclarés de syphilis infectieuse étaient très faibles (moins de 1 cas pour 100 000 habitants) chez les deux sexes jusqu'à l'année 2001, où les taux ont commencé à grimper, surtout chez les hommes. En 2005, le taux général de cas déclarés était de 3,4 cas pour 100 000 habitants. Cette tendance s'est maintenue jusqu'en 2014; 2 357 cas de syphilis infectieuse ont été déclarés cette année-là, ce qui correspond à un taux de 6,63 cas pour 100 000 habitants. Il y a eu une augmentation de 95 % des taux de 2005 à 2014 (figure 17) et au cours de cette période, les taux chez les hommes ont augmenté de 115,5 % (de 5,8 à 12,5 cas pour 100 000 habitants), alors qu'à l'inverse, les taux chez les femmes ont diminué de 18,2 % (passant de 1,1 à 0,9 cas pour 100 000 habitants) [figure 18].

Figure 17 : Taux de cas déclarés de syphilis infectieuse dans l'ensemble, de 2005 à 2014, Canada
Figure 17 - Description textuelle
Taux de cas déclarés de syphilis infectieuse dans l'ensemble, de 2005 à 2014, Canada
Infection 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Syphilis infectieuse 3,4 4,1 3,8 4,2 4,7 5,0 5,1 5,8 6,2 6,6
Figure 18 : Taux de cas déclarés de syphilis infectieuse dans l'ensemble et selon le sexe, de 2005 à 2014, Canada
Figure 18 - Description textuelle
Taux de cas déclarés de syphilis infectieuse dans l'ensemble et selon le sexe, de 2005 à 2014, Canada
Infection 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Femmes Hommes Femmes Hommes Femmes Hommes Femmes Hommes Femmes Hommes Femmes Hommes Femmes Hommes Femmes Hommes Femmes Hommes Femmes Hommes
Syphilis Infectieuse 1,1 5,8 1,1 7,2 1 6,7 1,1 7,3 0,9 8,6 0,9 9,2 0,7 9,6 0,6 11,1 0,8 11,7 0,9 12,5

La syphilis infectieuse est beaucoup plus commune chez les hommes que chez les femmes au Canada. En 2013 et 2014, 93 % de tous les cas déclarés ont été signalés chez les hommes, le taux chez les hommes étant près de 18 fois plus élevé que le taux chez les femmes. En 2014, les taux de syphilis infectieuse signalés étaient les plus élevés chez les hommes âgés de 25 à 29 ans, suivis des 30 à 39 ans (25,1 et 24,2 cas pour 100 000 habitants, respectivement) [figure 19]. Chez les femmes, les taux de cas déclarés de syphilis infectieuse étaient considérablement plus faibles; les taux les plus élevés chez les femmes ont été observés dans le groupe de 20 à 24 ans, suivi du groupe de 25 à 29 ans (3,4 et 2,2 cas pour 100 000 habitants, respectivement). Les taux de cas déclarés de syphilis infectieuse observés en 2013 étaient semblables (figure 20). Les cas signalés chez des personnes de moins de 15 ans sont extrêmement rares et ne sont pas présentés ici.

Figure 19 : Taux de cas déclarés de syphilis infectieuse, selon le sexe et par groupe d'âge, 2014, Canada
Figure 19 - Description textuelle
Taux de cas déclarés de syphilis infectieuse, selon le sexe et par groupe d'âge, 2014, Canada
Sexe De 15 à 19 ans De 20 à 24 ans De 25 à 29 ans De 30 à 39 ans De 40 à 59 ans 60+
Total 3 11,7 13,7 12,9 9,2 1,3
Femmes 1,8 3,4 2,2 1,6 0,5 0,05
Hommes 4 19,6 25,1 24,2 17,9 2,8
Figure 20 : Taux de cas déclarés de syphilis infectieuse, selon le sexe et par groupe d'âge, 2013, Canada
Figure 20 - Description textuelle
Taux de cas déclarés de syphilis infectieuse, selon le sexe et par groupe d'âge, 2013, Canada
Sexe De 15 à 19 ans De 20 à 24 ans De 25 à 29 ans De 30 à 39 ans De 40 à 59 ans 60+
Femmes 2 3,2 2,1 1,4 0,4 0,1
Hommes 3,8 20,7 24,8 21,7 15,8 3,3
Total 2,9 12,1 13,5 11,5 8,1 1,6

De 2005 à 2014, les taux généraux de cas déclarés de syphilis infectieuse ont augmenté au fil du temps dans tous les groupes d'âge, à l'exception du groupe de 60 ans et plus, dont le taux est demeuré relativement stable (figure 21). Chez les femmes, les taux montrent surtout une tendance à la fluctuation en raison du petit nombre de cas, mais les taux semblent avoir diminué dans le groupe d'âge des 25 à 29 ans (figure 22). La plus forte augmentation relative des taux a été observée chez les hommes âgés de 15 à 19 ans (300 %, passant de 1,0 à 4,0 cas pour 100 000 habitants), suivis des hommes âgés de 20 à 24 ans (215,7 %, passant de 6,2 à 19,6 cas pour 100 000 habitants) [figure 23].

Figure 21 : Taux de cas déclarés de syphilis infectieuse dans l'ensemble, par groupe d'âge, de 2005 à 2014, Canada
Figure 21 - Description textuelle
Taux de cas déclarés de syphilis infectieuse dans l'ensemble, par groupe d'âge, de 2005 à 2014, Canada
Âge 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
15 à 19 ans 1,4 1,1 1,3 1,6 2,2 2,7 3,1 3,9 2,9 2,9
20 à 24 ans 4,7 5,5 4,3 6,4 8,1 8,2 9,2 11,8 12,1 11,7
25 à 29 ans 6,3 5,5 6,6 8,1 10,0 9,1 10,8 11,6 13,5 13,7
30 à 39 ans 7,1 9,1 8,1 7,9 9,0 8,7 9,2 10,5 11,5 12,9
40 à 59 ans 4,8 6,0 5,6 6,1 6,5 7,4 7,1 7,7 8,1 9,2
60+ 1,2 1,8 1,5 1,6 1,5 1,2 1,0 1,3 1,6 1,3
Figure 22 : Taux de cas déclarés de syphilis infectieuse chez les femmes, par groupe d'âge, de 2005 à 2014, Canada
Figure 22 - Description textuelle
Taux de cas déclarés de syphilis infectieuse chez les femmes, par groupe d'âge, de 2005 à 2014, Canada
Âge 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
15 à 19 ans 1,8 1,3 1,4 2,1 0,9 1,5 1,6 1,5 2,0 1,8
20 à 24 ans 3,1 3,3 2,4 3,6 3,3 3,3 2,1 2,2 3,2 3,4
25 à 29 ans 3,7 2,5 3,2 3,0 2,9 2,6 1,9 1,1 2,1 2,2
30 à 39 ans 1,7 2,5 1,9 2,1 1,6 1,5 1,2 1,0 1,4 1,6
40 à 59 ans 0,7 0,9 0,8 0,8 0,7 0,6 0,4 0,5 0,4 0,5
60+ 0,1 0,1 0,0 0,1 0,1 0,1 0,0 0,0 0,1 0,0
Figure 23 : Taux de cas déclarés de syphilis infectieuse chez les hommes, par groupe d'âge, de 2005 à 2014, Canada
Figure 23 - Description textuelle
Taux de cas déclarés de syphilis infectieuse chez les hommes, par groupe d'âge, de 2005 à 2014, Canada
Âge 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
15 à 19 ans 1,0 0,9 1,2 1,2 3,4 3,9 4,4 6,1 3,8 4,0
20 à 24 ans 6,2 7,6 6,2 9,0 12,7 12,9 16,1 21,0 20,7 19,6
25 à 29 ans 8,9 8,5 9,9 13,1 17,0 15,4 19,8 21,9 24,8 25,1
30 à 39 ans 12,4 15,6 14,2 13,6 16,4 15,9 17,3 20,1 21,6 24,2
40 à 59 ans 8,9 11,3 10,5 11,4 12,3 14,2 13,6 14,8 15,8 17,9
60+ 1,4 2,1 1,8 1,9 1,7 2,6 2,1 2,8 3,3 2,8

4.3 Tendances provinciales

En 2014, le taux le plus élevé de cas déclarés de syphilis infectieuse a été observé au Nunavut (224,1 cas pour 100 000 habitants), suivi de la Colombie-Britannique (9,3 cas pour 100 000 habitants) et du Manitoba (7,8 cas pour 100 000 habitants.). Dans toutes les provinces et tous les territoires, le taux était considérablement plus élevé chez les hommes que chez les femmes, à l'exception du Nunavut, où le taux d'incidence était légèrement plus élevé chez les femmes que chez les hommes (255,4 cas par rapport à 195,1 cas pour 100 000 habitants) [tableau 5]. Des taux semblables ont été observés en 2013 (tableau 6).

Tableau 5 : Cas déclarés et taux correspondants de syphilis infectieuse, par province/territoire, 2014, Canada
Provinces Femmes Hommes TotalFootnote 1
Nombre de cas Taux pour 100 000 habitants Nombre de cas Taux pour 100 000 habitants Nombre de cas Taux pour 100 000 habitants
Footnote 1

Le total comprend les cas pour lesquels le sexe n'est pas précisé.

Return to footnote 1 referrer

Canada 155 0,9 2 198 12,5 2 357 6,6
C.-B. 18 0,8 413 18,0 432 9,3
Alb. 12 0,6 137 6,5 149 3,6
Sask. 0 0,0 28 4,9 28 4,9
Man. 11 1,7 89 14,0 100 7,8
Ont. 31 0,5 825 12,3 858 6,3
Qc 33 0,8 550 13,5 584 7,1
N.-B. 1 0,3 26 7,0 27 3,6
N.-É. 3 0,6 61 13,2 64 6,8
Î.-P.-É. 1 1,33 8 11,2 9 6,2
T.-N.-L. 0 0,0 24 9,2 24 4,6
Yn 0 0,0 0 0,0 0 0,0
T.N.-O. 0 0,0 0 0,0 0 0,0
Nt 45 255,4 37 195,1 82 224,1
Tableau 6 : Cas déclarés et taux correspondants de syphilis infectieuse, par province/territoire, 2013, Canada
Provinces Femmes Hommes TotalFootnote 1
Nombre de cas Taux pour 100 000 habitants Nombre de cas Taux pour 100 000 habitants Nombre de cas Taux pour 100 000 habitants
Footnote 1

Le total comprend les cas pour lesquels le sexe n'est pas précisé.

Return to footnote 1 referrer

Canada 142 0,80 2 038 11,69 2 182 6,21
C.-B. 6 0,26 447 19,64 454 9,91
Alb. 24 1,22 99 4,86 123 3,07
Sask. 5 0,91 12 2,15 17 1,54
Man. 5 0,79 47 7,48 52 4,11
Ont. 42 0,61 678 10,19 720 5,31
Qc 28 0,68 602 14,87 631 7,74
N.-B. 1 0,26 33 8,83 34 4,50
N.-É. 3 0,62 80 17,30 83 8,80
Î.-P.-É. 0 0,0 0 0,0 0 0,0
T.-N.-L. 1 0,37 7 2,69 8 1,51
Yn 2 11,23 2 10,78 3 8,25
T.N.-O. 0 0,0 0 0,0 0 0,0
Nt 26 152,12 31 169,01 57 160,86

Les taux généraux de cas déclarés de syphilis infectieuse ont augmenté dans la plupart des provinces et territoires depuis 2005 et il y a eu plusieurs grandes fluctuations des taux attribuables à des situations d'éclosion dans certaines provinces (figure 24).

Figure 24 : Taux de cas déclarés de syphilis infectieuse, par province/territoire, de 2005 à 2014
Figure 24 - Description textuelle
Taux de cas déclarés de syphilis infectieuse, par province/territoire, de 2005 à 2014
Province 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
C.-B. 6,9 7,8 7,0 5,4 2,9 2,1 2,8 5,9 9,9 9,3
Alb. 4,1 6,4 7,1 6,8 7,6 4,6 2,5 3,3 3,1 3,6
Sask. 0,2 1,7 1,0 1,2 2,0 3,4 2,2 0,6 1,5 2,5
Man. 4,3 2,2 2,3 1,1 0,4 1,4 1,3 2,0 4,1 7,8
Ont. 2,8 2,9 3,2 3,5 5,5 5,9 5,8 6,0 5,3 6,3
Qc 3,4 4,9 3,2 4,9 4,8 6,9 7,9 8,3 7,7 7,1
N.-B. 0,1 0,0 0,3 0,8 1,2 4,5 6,6 2,8 4,5 3,6
N.-É. 0,2 0,2 0,1 0,0 2,6 1,9 3,8 6,7 8,8 6,8
Î.-P.-É. 0,0 0,0 0,7 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 3,4 6,2
T.-N.-L. 0,4 0,0 0,8 1,6 0,6 0,8 1,0 1,7 1,5 4,6
Yn 3,1 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 2,8 2,8 8,3 0,0
T.N.-O. 0,0 0,0 0,0 108,4 76,5 6,9 0,0 4,6 0,0 0,0
Nt 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 83,5 160,9 224,1

4.4 Comparaison internationale

Les taux de syphilis infectieuse semblent être à la hausse au Canada, aux États-Unis, en Australie et en Angleterre. Les taux aux États-Unis étaient les plus faibles de ces pays au cours de la période de 2012 à 2014, une situation qui s'explique vraisemblablement en partie par le fait que les États-Unis ne déclarent que les cas de syphilis primaire et secondaire. En 2014, le Canada affichait des taux plus bas de syphilis infectieuse en comparaison à l'Australie et à l'Angleterre (figure 25). Tous les pays montrent des taux nettement plus élevés chez les hommes.

Figure 25 : Taux de cas déclarés de syphilis infectieuse dans l'ensemble et selon le sexe, au Canada et dans d'autres paysFootnote 1 de 2012 à 2014

Footnotes

Footnote 1

Les cas et taux signalés aux États-Unis reflètent uniquement la syphilis primaire et secondaire.

Return to footnote 1 referrer

Figure 25 - Description textuelle
Taux de cas déclarés de syphilis infectieuse dans l'ensemble et selon le sexe, au Canada et dans d'autres pays de 2012 à 2014
Pays 2012 2013 2014
Femmes Hommes Total Femmes Hommes Total Femmes Hommes Total
Canada 0,6 11,1 5,8 0,8 11,7 6,2 0,9 12,9 6,6
É.-U. 0,9 9,2 5 0,9 10,2 5,5 1,1 11,7 6,3
Australie 1,4 12,3 6,8 1,4 14,1 7,7 1,5 15,9 8,7
Angleterre 1 10,4 5,6 1,1 11,3 6,2 1,1 18,6 9,7

4.5 Syphilis congénitale

La syphilis congénitale est causée par la transmission de Treponema pallidum d'une femme enceinte infectée à son fœtus. La majorité des nourrissons atteints de la syphilis congénitale sont infectés in utero, mais ils peuvent également la contracter par contact avec une lésion génitale active au moment de l'accouchement. Le risque de transmission chez une femme non traitée varie selon le stade de la maladie : le risque est de 70 à 100 % aux stades primaire et secondaire, de 40 % au stade de latence précoce et de 10 % dans le cas d'une syphilis latente tardiveNote de bas de page 32. Les conséquences pour les enfants nés vivants infectés peuvent être graves et comprennent l'infirmité motrice cérébrale, l'hydrocéphalie, la surdité de perception et des difformités musculo-squelettiques, toutes des affections qu'il est possible d'éviter par un traitement en temps opportun pendant la grossesseNote de bas de page 36. Le dépistage prénatal systématique de la syphilis et le traitement rapide de l'infection sont des moyens importants de prévention de la syphilis congénitale, et l'absence de soins prénatals appropriés constitue le principal facteur lié au développement d'une syphilis congénitaleNote de bas de page 37Note de bas de page 38.

Les taux de cas déclarés de syphilis congénitale ont commencé à augmenter en 2005, atteignant un sommet de 2,6 cas pour 100 000 naissances d'enfant vivant en 2009. Les données semblent indiquer que l'augmentation du nombre de cas de syphilis congénitale signalés au cours de cette période était liée à des éclosions de syphilis infectieuse chez les hétérosexuelsNote de bas de page 39. Depuis 2009, les cas de syphilis congénitale ont diminué; en 2014, aucun cas de syphilis congénitale n'a été signalé au Canada (tableau 7).

Alors que les taux de syphilis congénitale ont diminué au Canada au cours des dernières années, les États-Unis ont signalé une hausse de 27,5 % des cas de 2013 à 2014 (passant de 359 à 458 cas, respectivement)Note de bas de page 10 et l'Australie a également signalé une augmentation du nombre de cas, de 3 cas en 2009 à 5 cas en 2014, bien que le nombre de cas soit encore plus faible que les 16 cas observés en 2005Note de bas de page 11.

Tableau 7 : Cas déclarés et taux correspondants de syphilis congénitale précoce confirmés, de 2004 à 2014, Canada
Année Total des cas signalésFootnote 1 Taux pour 100 000 naissances vivantesFootnote 2
2004 1 0,3
2005 9 2,6
2006 6 1,7
2007 7 1,9
2008 5 1,3
2009 10 2,6
2010 4 1,1
2011 4 1,1
2012 3 0,8
2013 1 0,3
2014 0 0,0
Footnote 1

Comprend les cas codés en tant que syphilis congénitale chez les nourrissons de moins de 2 ans.

Return to footnote 1 referrer

Footnote 2

Les données concernant les années 2012 et 2013 n'étaient pas disponibles au Nunavut; les calculs des taux ont donc été ajustés pour exclure les naissances d'enfant vivant de cette province du dénominateur

Return to footnote 2 referrer

4.6 Conclusion

Après des années d'incidence quasi nulle de syphilis infectieuse, en 2001, les taux de syphilis infectieuse ont amorcé une hausse radicale, qui se maintient à ce jour. Cette augmentation est principalement attribuable à l'augmentation des taux d'ITS chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes dans de nombreux pays occidentaux. Les causes de ces augmentations sont complexes et comprennent les changements dans les attitudes sexuelles et les contextes sociaux liés aux comportements sexuels à risque, la consommation de drogues à usage récréatif qui désinhibent et qui nuisent à la capacité de prendre des décisions au cours de l'activité sexuelle, ainsi que la recherche de partenaires sexuels sur Internet et dans des endroits associés à des risques plus élevés d'ITSNote de bas de page 40Note de bas de page 41Note de bas de page 42Note de bas de page 43Note de bas de page 44Note de bas de page 45Note de bas de page 46. Certaines études établissent un lien entre l'augmentation des taux de syphilis et d'autres ITS chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes d'une part, et le sérotriage, c'est-à-dire le fait de choisir des partenaires sexuels qui ont la même sérologie VIH que soi, d'autre partNote de bas de page 47Note de bas de page 48Note de bas de page 49.

Bien que les taux de syphilis infectieuse signalés chez les femmes soient faibles, l'infection chez les femmes en âge de procréer est préoccupante en raison du risque de syphilis congénitale chez les nourrissons exposés à T. pallidum durant la période prénatale ou au moment de l'accouchement. Le dépistage de la syphilis dans le cadre de soins prénatals complets pour toutes les femmes enceintes est essentiel à la prévention de la syphilis congénitale.

Références

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

Agence de la santé publique du Canada. Système de surveillance des maladies à déclaration obligatoire, rapport canadien 2005-2008. 2012

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Note de bas de page 2

Statistique Canada. Tableau CANSIM 053-0001 : Estimations des naissances, décès et mariages, Canada, provinces et territoires. 2015. Accès : http://www5.statcan.gc.ca/cansim/a26?id=0530001&pattern=&p2=-1&tabMode=dataTable&p1=1&stByVal=1&csid=&retrLang=fra&lang=fra (consulté le 28 octobre 2015).

Retour à la référence de la note de bas de page 2

Note de bas de page 3

Stamm WE. Chlamydia trachomatis infections of the adult. In: Holmes KK, Sparling PF, Mardh P, Lemon SM, Stamm WE, Piot P, et al., editors. Sexually transmitted diseases. 3rd ed. New York: McGraw-Hill; 1999. p. 407-422.

Retour à la référence de la note de bas de page 3

Note de bas de page 4

Groupe de travail d'experts pour les lignes directrices canadiennes sur les infections transmissibles sexuellement. Infections à Chlamydia. In: Wong, T., Latham-Carmanico, C. (éd.) Lignes directrices canadiennes sur les infections transmissibles sexuellement. Édition 2010. Ottawa : Agence de la santé publique du Canada; 2010.

Retour à la référence de la note de bas de page 4

Note de bas de page 5

Fleming DT, Wasserheit JN. From epidemiological synergy to public health policy and practice: the contribution of other sexually transmitted diseases to sexual transmission of HIV infection. Sex Transm Infect 1999 Feb; 75(1):3-17.

Retour à la référence de la note de bas de page 5

Note de bas de page 6

Navarro C, Jolly A, Nair R, Chen Y. Risk factors for general chlamydial infection. The Canadian journal of infectious diseases 2002; 13(3):195-207.

Retour à la référence de la note de bas de page 6

Note de bas de page 7

McKay A, Barrett M. Rising reported rates of chlamydia among young women in Canada: what do they tell us about trends in the actual prevalence of the infection? The Canadian Journal of Human Sexuality 2008; 17(1-2):61-69.

Retour à la référence de la note de bas de page 7

Note de bas de page 8

Rekart ML, Brunham RC. Epidemiology of chlamydial infection: are we losing ground? Sex Transm Infect 2008 Apr; 84(2):87-91.

Retour à la référence de la note de bas de page 8

Note de bas de page 9

Tuite AR, Jayaraman GC, Allen VG, Fisman DN. Estimation of the burden of disease and costs of genital Chlamydia trachomatis infection in Canada. Sex Transm Dis 2012 Apr; 39(4):260-267.

Retour à la référence de la note de bas de page 9

Note de bas de page 10

Centers for Disease Control and Prevention. Sexually Transmitted Disease Surveillance 2014. 2015.

Retour à la référence de la note de bas de page 10

Note de bas de page 11

The Kirby Institute. HIV, viral hepatitis and sexually transmissible infections in Australia Annual Surveillance Report 2015. 2015.

Retour à la référence de la note de bas de page 11

Note de bas de page 12

Centre européen de prévention et de contrôle des maladies. Sexually Transmitted Infections in Europe 2013. 2015.

Retour à la référence de la note de bas de page 12

Note de bas de page 13

Lee V, Tobin JM, Foley E. Relationship of cervical ectopy to chlamydia infection in young women. J Fam Plann Reprod Health Care 2006 Apr; 32(2):104-106.

Retour à la référence de la note de bas de page 13

Note de bas de page 14

Junior JE, Giraldo PC, Goncalves AK, do Amaral RL, Linhares IM. Uterine cervical ectopy during reproductive age: cytological and microbiological findings. Diagn Cytopathol 2014 May; 42(5):401-404.

Retour à la référence de la note de bas de page 14

Note de bas de page 15

Riera-Montes M, Velicko I. The chlamydia surveillance system in Sweden delivers relevant and accurate data: results from the system evaluation, 1997-2008. Euro Surveill 2011 Jul 7; 16(27):19907.

Retour à la référence de la note de bas de page 15

Note de bas de page 16

Machalek K, Hanley B, Kajiwara J, Pasquali P, Stannard C. Chlamydia screening practices among physicians and community nurses in Yukon, Canada. International journal of circumpolar health 2013; 72(22447).

Retour à la référence de la note de bas de page 16

Note de bas de page 17

Galdas PM, Cheater F, Marshall P. Men and health help-seeking behaviour: literature review. J Adv Nurs 2005 Mar; 49(6):616-623.

Retour à la référence de la note de bas de page 17

Note de bas de page 18

Brunham RC, Rekart ML. The arrested immunity hypothesis and the epidemiology of chlamydia control. Sex Transm Dis 2008 Jan; 35(1):53-54.

Retour à la référence de la note de bas de page 18

Note de bas de page 19

Brunham RC, Pourbohloul B, Mak S, White R, Rekart ML. The unexpected impact of a Chlamydia trachomatis infection control program on susceptibility to reinfection. J Infect Dis 2005 Nov 15; 192(10):1836-1844.

Retour à la référence de la note de bas de page 19

Note de bas de page 20

Lyytikainen E, Kaasila M, Koskela P, Lehtinen M, Patama T, Pukkala E, et al. Chlamydia trachomatis seroprevalence atlas of Finland 1983-2003. Sex Transm Infect 2008 Feb; 84(1):19-22.

Retour à la référence de la note de bas de page 20

Note de bas de page 21

Statistique Canada. Guide de l'utilisateur des données de l'Enquête canadienne sur les mesures de la santé (ECMS) : Cycle 2. Avril 2013.

Retour à la référence de la note de bas de page 21

Note de bas de page 22

Rotermann, M., Langlois, K.A., Severini, A., Totten, S. Prévalence de Chlamydia trachomatis et du virus de l'herpès simplex de type 2 : résultats de l'Enquête canadienne sur les mesures de la santé, 2009 à 2011. Rapports sur la santé, vol. 24, no 4, p. 8 à 14, avril 2013.

Retour à la référence de la note de bas de page 22

Note de bas de page 23

Agence de la santé publique du Canada. Lignes directrices canadiennes pour l'éducation en matière de santé sexuelle. Ottawa : Agence de la santé publique du Canada; 2008.

Retour à la référence de la note de bas de page 23

Note de bas de page 24

Hook EW, Handsfield HH. Gonococcal infections in the adult. In: Holmes KK, Sparling PF, Mardh P, Lemon SM, Stamm WE, Piot P, et al., editors. Sexually transmitted diseases. 3rd ed. New York: McGraw-Hill; 1999. p. 451-466.

Retour à la référence de la note de bas de page 24

Note de bas de page 25

Gilbert M, Rekart ML. Recent trends in chlamydia and gonorrhea in British Columbia. BCMJ 2009 Dec; 51(10):435.

Retour à la référence de la note de bas de page 25

Note de bas de page 26

Rietmeijer CA, Patnaik JL, Judson FN, Douglas JM,Jr. Increases in gonorrhea and sexual risk behaviors among men who have sex with men: a 12-year trend analysis at the Denver Metro Health Clinic. Sex Transm Dis 2003 Jul; 30(7):562-567.

Retour à la référence de la note de bas de page 26

Note de bas de page 27

Mayer KH. Sexually transmitted diseases in men who have sex with men. Clin Infect Dis 2011 Dec; 53 Suppl 3:S79-83.

Retour à la référence de la note de bas de page 27

Note de bas de page 28

Cassels S, Katz DA. Seroadaption among men who have sex with men: emerging research themes. Current HIV/AIDS reports 2013; 10(4):305-313.

Retour à la référence de la note de bas de page 28

Note de bas de page 29

Centers for Disease Control and Prevention. Sexually Transmitted Disease Surveillance 2013. 2014.

Retour à la référence de la note de bas de page 29

Note de bas de page 30

The Kirby Institute. HIV, viral hepatitis and sexually transmitted infections in Australia Annual Surveillance Report 2014. Sydney NSW 2052: The Kirby Institute, UNSW; 2014.

Retour à la référence de la note de bas de page 30

Note de bas de page 31

Public Health England. Table 1: STI diagnoses & rates in England by gender, 2004 - 2013. 2014; Accès : https://www.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/340430/Table_1_STI_diagnoses_and_rates_in_England_by_gender.pdf (consulté le 16 décembre 2014).

Retour à la référence de la note de bas de page 31

Note de bas de page 32

Groupe de travail d'experts pour les lignes directrices canadiennes sur les infections transmissibles sexuellement. Syphilis. In: Wong, T., Latham-Carmanico, C. (éd.) Lignes directrices canadiennes sur les infections transmissibles sexuellement. Édition 2010. Ottawa : Agence de la santé publique du Canada; 2010.

Retour à la référence de la note de bas de page 32

Note de bas de page 33

Buchacz K, Patel P, Taylor M, Kerndt PR, Byers RH, Holmberg SD, et al. Syphilis increases HIV viral load and decreases CD4 cell counts in HIV-infected patients with new syphilis infections. AIDS 2004 Oct 21; 18(15):2075-2079.

Retour à la référence de la note de bas de page 33

Note de bas de page 34

Pialoux G, Vimont S, Moulignier A, Buteux M, Abraham B, Bonnard P. Effect of HIV infection on the course of syphilis. AIDS Rev 2008 Apr-Jun; 10(2):85-92.

Retour à la référence de la note de bas de page 34

Note de bas de page 35

Narula T, Kamboj S, Martinez J, Engel LS. Co-infection: HIV and the great mimic syphilis. HIV Clin 2010 Spring; 22(2):7-10.

Retour à la référence de la note de bas de page 35

Note de bas de page 36

Wendel GD Jr, Sheffield JS, Hollier LM, Hill JB, Ramsey PS, Sanchez PJ. Treatment of syphilis in pregnancy and prevention of congenital syphilis. Clin Infect Dis 2002 Oct 15; 35(Suppl 2):S200-9.

Retour à la référence de la note de bas de page 36

Note de bas de page 37

Genc M, Ledger WJ. Syphilis in pregnancy. Sex Transm Infect 2000 Apr; 76(2):73-79.

Retour à la référence de la note de bas de page 37

Note de bas de page 38

Walker DG, Walker GJ. Prevention of congenital syphilis--time for action. Bull World Health Organ 2004 Jun; 82(6):401.

Retour à la référence de la note de bas de page 38

Note de bas de page 39

Singh AE, Sutherland K, Lee B, Robinson JL, Wong T. Resurgence of early congenital syphilis in Alberta. CMAJ 2007 Jul 3; 177(1):33-36.

Retour à la référence de la note de bas de page 39

Note de bas de page 40

Fenton KA, Imrie J. Increasing rates of sexually transmitted diseases in homosexual men in Western europe and the United States: why? Infect Dis Clin North Am 2005 Jun; 19(2):311-331.

Retour à la référence de la note de bas de page 40

Note de bas de page 41

Avery AK, Zenilman JM. Sexually Transmitted Diseases and Travel: From Boudoir to Bordello. Microbiol Spectr 2015 Oct; 3(5):10.1128/microbiolspec.IOL5-0011-2015.

Retour à la référence de la note de bas de page 41

Note de bas de page 42

de Vries HJ. Sexually transmitted infections in men who have sex with men. Clin Dermatol 2014 Mar-Apr; 32(2):181-188.

Retour à la référence de la note de bas de page 42

Note de bas de page 43

D'Angelo-Scott H, Cutler J, Friedman D, Hendriks A, Jolly AM. Social network investigation of a syphilis outbreak in Ottawa, Ontario. Can J Infect Dis Med Microbiol 2015 Sep-Oct; 26(5):268-272.

Retour à la référence de la note de bas de page 43

Note de bas de page 44

Deiss RG, Leon SR, Konda KA, Brown B, Segura ER, Galea JT, et al. Characterizing the syphilis epidemic among men who have sex with men in Lima, Peru to identify new treatment and control strategies. BMC Infect Dis 2013 Sep 10; 13:426-2334-13-426.

Retour à la référence de la note de bas de page 44

Note de bas de page 45

Grov C, Breslow AS, Newcomb ME, Rosenberger JG, Bauermeister JA. Gay and bisexual men's use of the Internet: research from the 1990s through 2013. J Sex Res 2014; 51(4):390-409.

Retour à la référence de la note de bas de page 45

Note de bas de page 46

Marti-Pastor M, Garcia de Olalla P, Barbera MJ, Manzardo C, Ocana I, Knobel H, et al. Epidemiology of infections by HIV, Syphilis, Gonorrhea and Lymphogranuloma Venereum in Barcelona City: a population-based incidence study. BMC Public Health 2015 Oct 5; 15(1):1015-015-2344-7.

Retour à la référence de la note de bas de page 46

Note de bas de page 47

Bruce D, Harper GW, Suleta K. The Adolescent Medicine Trials Network for HIV/AIDS Interventions. Sexual risk behavior and risk reduction beliefs among HIV-positive young men who have sex with men. AIDS Behav 2013; 17(4):1515-1523.

Retour à la référence de la note de bas de page 47

Note de bas de page 48

Jin F, Prestage GP, Templeton DJ, Poynten IM, Donovan B, Zablotska I, et al. The impact of HIV seroadaptive behaviors on sexually transmissible infections in HIV-negative homosexual men in Sydney, Australia. Sex Transm Dis 2012 Mar; 39(3):191-194.

Retour à la référence de la note de bas de page 48

Note de bas de page 49

Marcus U, Schmidt AJ, Hamouda O. HIV serosorting among HIV-positive men who have sex with men is associated with increased self-reported incidence of bacterial sexually transmissible infections. Sex Health 2011 Jun; 8(2):184-193.

Retour à la référence de la note de bas de page 49

Annexe A: Définition de cas

Tableau 1. Définitions des cas d'infection à chlamydia trachomatis utilisées dans le cadre de la déclaration des cas au SCSMDO
Stade de l'infection Définition de cas
Cas confirmé Preuve de laboratoire d'infection des échantillons génito-urinaires :
  • détection de C. trachomatis par culture
    OU
  • détection d'acides nucléiques de C. trachomatis OU
  • détection d'antigène de C. trachomatis
Cas confirmé - Infections extra-génitales Preuve en laboratoire d'infection du rectum, de la conjonctive, du pharynx et d'autres sites extra-génitaux :

  • détection de C. trachomatis par culture
    OU
  • détection d'acides nucléiques de C. trachomatis OU
  • détection d'antigène de C. trachomatis
Cas confirmé - Infections contractées pendant la période périnatale Preuve en laboratoire de l'infection :

  • Détection et confirmation de C. trachomatis dans des échantillons nasopharyngiens ou d'autres échantillons des voies respiratoires provenant d'un nourrisson chez lequel une pneumonie s'est développée pendant les six premiers mois de vie :
    • isolement de C. trachomatis par culture
      OU
    • démonstration d'acides nucléiques de C. trachomatis
      OU
    • démonstration d'antigènes de C. trachomatis
      OU
  • détection et confirmation de C. trachomatis dans des échantillons de la conjonctive provenant d'un nourrisson chez lequel une conjonctivite s'est développée pendant le premier mois de vie :
    • isolement de C. trachomatis par culture
      OU
    • démonstration d'acides nucléiques de C. trachomatis
      OU
    • démonstration d'antigènes de C. trachomatis
Tableau 2. Définitions des cas d'infection gonococcique utilisées dans le cadre de la déclaration des cas au SCSMDO
Stade de l'infection Définition de cas
Cas confirmé - Infections génitales

Preuve de laboratoire d'infection des échantillons génito-urinaires :

  • détection de Neisseria gonorrhoeae par culture
    OU
  • détection d'acides nucléiques de N. gonorrhoeae
Cas confirmé - Infections extra-génitales

Confirmation en laboratoire d'infection du pharynx, du rectum, des articulations, de la conjonctive, du sang et d'autres sites extra-génitaux :

  • détection de N. gonorrhoeae par culture
    OU
  • détection d'acides nucléiques de N. gonorrhoeae
Cas confirmé - Infections contractées pendant la période périnatale

Confirmation en laboratoire d'infection du nouveau-né au cours des quatre premières semaines de vie menant à un diagnostic de conjonctivite gonococcique, d'abcès du cuir chevelu, de vaginite, de bactériémie, d'arthrite, de méningite ou d'endocardite :

  • détection de N. gonorrhoeae par culture
    OU
  • détection d'acides nucléiques de N. gonorrhoeae
Tableau 3. Définitions des cas de syphilis infectieuse utilisées dans le cadre de la déclaration des cas au SCSMDO
Stade de l'infection Définition de cas
Footnote *

Comprend toute manifestation de la syphilis congénitale selon l'examen physique (p. ex. hépatosplénomégalie), toute manifestation de la syphilis congénitale sur les radiographies des longs os, tout résultat réactif au test LCR-LRMV, toute numération cellulaire élevée dans le LCF ou tout niveau élevé de protéines dans le LCR sans autre cause.

Return to footnote * referrer

Cas confirmé - Syphilis congénitale précoce (dans les deux ans suivant la naissance) Confirmation en laboratoire de l'infection :
  • identification de Treponema pallidum par microscopie à fond noir, anticorps fluorescent ou examen équivalent de matière provenant des sécrétions nasales, des lésions cutanées, du placenta, du cordon ombilical ou de matière d'autopsie d'un nouveau-né (jusqu'à quatre semaines)
    OU
  • résultat réactif au test sérologique (non tréponémique et tréponémique) à partir de sang veineux (pas de sang de cordon ombilical) chez un nourrisson/enfant présentant des signes cliniques ou des éléments de laboratoire ou radiographiques prouvant une syphilis congénitaleFootnote * dont la mère n'a pas de preuve documentée d'un traitement adéquat
    OU
  • détection de l'ADN T. pallidum dans un échantillon clinique approprié
Cas confirmé - Syphilis primaire Confirmation en laboratoire de l'infection :
  • identification de T. pallidum par microscopie à fond noir, anticorps fluorescent, tests d'acides nucléiques ou examen équivalent de matière provenant d'un chancre ou d'un ganglion lymphatique régional
    OU
  • présence d'une ou de plusieurs lésions types (chancres) et un résultat réactif au test sérologique tréponémique, peu importe la réactivité du test non tréponémique, chez les personnes sans antécédents de syphilis
    OU
  • présence d'une ou de plusieurs lésions types (chancres) et une augmentation de la concentration par un facteur de quatre ou plus par rapport au dernier test non tréponémique connu chez les personnes ayant des antécédents de traitement de la syphilis
Cas confirmé - Syphilis secondaire Preuve en laboratoire de l'infection :
  • identification de T. pallidum par microscopie à fond noir, anticorps fluorescent, tests d'acides nucléiques ou examen équivalent de lésions muco-cutanées, condylomes plats et résultat réactif au test sérologique (non tréponémique et tréponémique)
    OU
  • présence de signes ou symptômes types de la syphilis secondaire (p. ex. lésions muco-cutanées, alopécie, perte des cils et du tiers latéral des sourcils, iritis, lymphadénopathie généralisée, fièvre, malaises ou splénomégalie) ET résultat réactif au test sérologique (non tréponémique et tréponémique OU augmentation par un facteur de quatre ou plus par rapport au dernier test non tréponémique connu
Cas confirmé - Syphilis latente précoce (moins d'un an après l'infection) Confirmation en laboratoire de l'infection :
  • patient asymptomatique présentant un résultat réactif au test sérologique (tréponémique ou non tréponémique) qui, au cours des 12 derniers mois, a présenté l'un des éléments suivants :
    • résultat non réactif au test sérologique
    • symptômes évocateurs d'un cas de syphilis primaire ou secondaire
    • exposition à un partenaire sexuel atteint de syphilis primaire, secondaire ou latente précoce
Cas confirmé - Neurosyphilis infectieuse (moins d'un an après l'infection) Confirmation en laboratoire de l'infection :
  • correspond aux critères de la syphilis primaire, secondaire OU latente précoce ci-dessus ET à l'un des éléments suivants :
  • résultat réactif au test LCR-LRMV dans le liquide céphalorachidien non sanglant (LCR)
  • manifestations cliniques de la neurosyphilis ET niveau élevé de leucocytes dans le LCR OU niveau élevé de protéines dans le LCR en l'absence d'une autre cause connue
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :