Le programme canadien de surveillance des infections nosocomiales (PCSIN) : Rapport sommaire sur les données de surveillance des infections associées aux soins de santé (IASS), la résistance aux antimicrobiens (RAM) et l’utilisation des antimicrobiens (UAM) du 1er janvier 2013 au 31 décembre 2017

couverture

Télécharger le format de rechange
(Format PDF, 3,45 Mo, 48 pages)

Organisation: Agence de la santé publique du Canada

Publiée : mai 2019

Cat. : HP37-30F-PDF

ISBN : 2562-5659

Pub. : 190007

Table des matières

Introduction

Le présent rapport, intitulé Programme canadien de surveillance des infections nosocomiales (PCSIN) : Rapport sommaire des données de surveillance des infections associées aux soins de santé (IASS), la résistance aux antimicrobiens (RAM) et l’utilisation des antimicrobiens (UAM) du 1er janvier 2013 au 31 décembre 2017, a été créé par le Centre de la lutte contre les maladies transmissibles et les infections (CLMTI) de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC). Le rapport fournit un examen des données accessibles sur les IASS, RAM et UAM au sein du milieu canadien des soins de santé.

L’ASPC recueille des données nationales sur diverses infections associées aux soins de santé et sur l’UAM par l’intermédiaire du programme canadien de surveillance des infections nosocomiales (PCSIN), d’un effort de collaboration du CLMTI, du Laboratoire national de microbiologie (LNM) et d’hôpitaux sentinelles canadiens membres du Comité canadien d’épidémiologistes hospitaliers (CCEH), un sous-comité de l’Association pour la microbiologie médicale et l’infectiologie (AMMI) Canada. Nous sommes reconnaissants de leur contribution continue à la surveillance des IASS à l’échelle nationale.

Le CLMTI coordonne la collecte des données, en plus d’être responsable de la gestion des données, de l’analyse et de la production de rapports associés au présent rapport sommaire. Le CLMTI est favorable à l’utilisation de ces données pour éclairer la santé publique et les actions politiques.

La surveillance du PCSIN permet d’obtenir des renseignements fondamentaux qui serviront à établir des programmes et des politiques fédéraux, provinciaux, territoriaux et locaux de prévention et de contrôle des infections et de gestion des antimicrobiens. Lorsqu’elle est effectuée de façon uniforme, la surveillance permet de mesurer le fardeau de la maladie, d’établir des points de référence en vue d’une comparaison interne et externe, de cerner les facteurs de risque potentiels et d’évaluer des interventions précises. La surveillance des IASS est considérée comme étant un élément important de la qualité des soins dispensés aux patients.

Méthodes

Ce rapport fournit le nombre de cas et les taux basés sur les données recueillies du 1er janvier 2013 au 31 décembre 2017. Tous les taux présentés dans ce rapport représentent les infections ou les colonisations décelées chez les patients admis (patients hospitalisés) dans les hôpitaux du PCSIN. Dans la mesure du possible, les taux sont fournis par région et incluent les régions de l'Ouest (Colombie-Britannique, Alberta, Saskatchewan et Manitoba), du Centre (Ontario et Québec) et de l'Est (Nouvelle-Écosse, Nouveau-Brunswick, Île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve-et-Labrador). Les territoires ne soumettent actuellement aucunes données à l'ASPC.

Les taux d'infection nationaux et régionaux sont fondés sur le nombre total de cas déclarés diviser par le nombre total d’hospitalisations (multiplié par 1 000) ou par le nombre total de jours-patients (multiplié par 10 000). La caractérisation moléculaire et les tests de résistance aux antimicrobiens sont effectués par le Laboratoire national de microbiologie (LNM) sur tous les isolats liés aux patients reçus pour ICD, SARM, ERV, EPC et APC pour lequel une sélection des résultats sont présentés dans ce rapport. Les définitions de cas et les critères d'admissibilité pour 2017 pour ces programmes de surveillance sont fournis à l'annexe C.

Le présent rapport remplace les données des rapports précédents du PCSIN. La version la plus récente du rapport doit être considérée comme étant la plus précise. Les données de surveillance sont dynamiques et les résultats peuvent changer à mesure que des données plus actualisées sont mises à disposition par les hôpitaux participants. Il convient de noter que pour l’ensemble des années, seuls les hôpitaux ayant soumis un numérateur et un dénominateur ont été pris en compte pour le calcul des taux.

Si vous avez des questions ou souhaitez obtenir de plus amples renseignements sur ces méthodes, taux, ou encore pour obtenir un exemplaire du rapport de surveillance le plus récent, veuillez contacter le PCSIN par courriel à l’adresse suivante : phac.cnisp-pcsin.aspc@canada.ca.

Faits saillants

Infection à Clostridioides difficile (ICD)

  • De 2013 à 2017, les taux d’ICD associés aux soins de santé (ICD-SS)Note de bas de page 1 ont considérablement diminué de 25%.
  • Environ un tiers des cas d'ICDsNote de bas de page2 de 2015 à 2017 étaient associés à la communauté.
  • Le nombre de décès attribuable à l'ICD au cours de la période d'étude de deux mois variait chaque année de 12 (3,0 % en 2016) à 22 (4,3 % en 2014)Note de bas de page 3.
  • Parmi les souches ICD associées aux soins de santé de 2013 à 2017, le NAP1 a diminué de manière significative par 44%, tandis que le NAP4 et le NAP11 continuent d'augmenter de 17,4 % à 21,6 % et de 6,4 % à 13,7 % respectivement. Une tendance similaire est observée de 2015 à 2017 parmi les souches de C. difficile associées à la communauté.
  • Une proportion significativement plus grande de souches NAP1 sont identifiées parmi les isolats ICD-SS (50,6 %) par rapport aux isolats ICD-AC (9,9 %).

Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM)

  • Il y a eu une augmentation graduelle mais significative des taux d'infection à SARM total (incluant les infections sanguines et non sanguines) depuis 2013. Cette augmentation des taux total est principalement due à l'augmentation des taux d'infections à SARM d'origine communautaire (SARM-AC). Les taux d’infection associés aux soins de santé (SAR-HA) ont continué à diminuer progressivement depuis 2013.
  • Depuis 2015, le type de souche SARMC10 (la souche associée au SARM d'origine communautaire) est le type de souche prédominant identifié. Avant 2015, SARMC2 (la souche associée au SARM-AC) représentait la plus grande proportion des types de souche identifiés.
  • Il y a eu une diminution significative de la mortalité toutes causes confondues chez les patients identifiés avec une bactériémie SARM de 26% en 2013 à 16 % en 2017.
  • De 2013 à 2017, il y a eu une diminution significative de la résistance à la clindamycine (84 % à 42 %) parmi tous les isolats de SARM testés (sanguins et non sanguins).

Entérocoques résistants à la vancomycine (ERV)

  • De 2015 à 2017, les taux de bactériémies à ERV ont augmenté de manière constante mais néanmoins significative (environ 28 % par an), la plus forte augmentation ayant été enregistrée dans la région du centre du Canada.
  • De 2016 à 2017, on a observé une augmentation significative du nombre d'isolats de bactériémies ERV non-typable à l'aide de MLST (de 9,8 % à 62,1 %).
  • Parmi les isolats liés aux bactériémies ERV, une augmentation significative de la résistance à la nitrofurantoïne (18,7 % à 44,8 %) et à la Gentamicine-niveau élevé (17,3 % à 38,8 %) a été identifiée de 2013 à 2017.

Entérobactéries productrices de carbapénémases (EPC) et Acinetobacter producteur de carbapénémases (APC)

  • Les taux d'infection par les ECP ont restés stables de 2013 à 2017 (0,03 par 10 000 jours-patients). Cependant, les taux de colonisation par les EPC ont considérablement augmenté de 2014 (0,03 par 10 000 jours de patients) à 2017 (0,14 par 10 000 jours de patients), cette augmentation totale est principalement attribuée à une augmentation de nombre de cas de colonisation dans le centre du Canada.
  • Les taux d’APC au Canada demeurent extrêmement bas, à l'exception d'une épidémie de 2013 attribuée à un hôpital de la région centrale.
  • Parmi les EPC, le KPC et le NDM continue à être les carbapénémases prédominantes tandis que l'OXA-23 continue à être la carbapénémase prédominante d’APC.

Antibiogramme sur la bactérie E. coli

  • En 2015, le PCSIN a lancé un projet pilote visant à évaluer la faisabilité de la collecte de données d'antibiogramme hospitalier pour Escherichia coli (E. coli). En 2016, une surveillance utilisant une collecte de données d'antibiogramme normalisée a été réalisée. Ces données sont présentées pour la première fois dans ce présent rapport et indiquent des changements minimes dans les profils de résistance à E. coli entre 2015 et 2016.

Utilisation des antimicrobiens (UAM)

  • L'utilisation d'antimicrobiens chez les patients adultes hospitalisés dans les unités de soins intensifs est considérablement plus élevée que l'utilisation d'antimicrobiens dans les autres services hospitaliers; les doses journalières définies d'antibiotiques sont 2,5 à 3 fois plus élevées dans les unités de soins intensifs que dans les unités de soins non-intensifs.
  • Parmi les patients adultes hospitalisés, les céphalosporines constituaient la classe d'antibiotiques la plus courante et représentaient environ le quart de toutes les doses quotidiennes définies.

Résultats

1. Infection à Clostridioides difficile (ICD)

1a. Infection à Clostridioides difficile aux soins de santé (ICD-SS)

Tableau 1.1 Nombre de cas d'ICD-SS selon les hôpitaux répondants du PCSIN uniquementNote de bas de page 1, et taux d'incidence pour 1 000 hospitalisations et 10 000 jours patients
  2013 2014 2015 2016 2017
National
Nombre de cas d’ICD-SS 3 160 2 870 2 895 2 814 2 721
Taux pour 1 000 hospitalisations 3,99 3,43 3,30 3,13 2,99
Taux pour 10 000 jours-patients 5,19 4,39 4,28 4,05 3,85
Nombre d’hôpitaux répondants 54 60 62 63 64
Ouest
Nombre de cas d’ICD-SS 1 198 1 121 1 303 1 254 1 180
Taux pour 1 000 hospitalisations 3,61 3,10 3,31 3,10 2,91
Taux pour 10 000 jours-patients 4,82 4,10 4,36 4,05 3,82
Centre
Nombre de cas d’ICD-SS 1 732 1 506 1 3382 1 290 1 237
Nombre de cas d’ICD-SS 4,56 3,89 3,39 3,22 3,00
Taux pour 10 000 jours-patients 6,07 5,13 4,56 4,35 3,97
Est
Nombre de cas d’ICD-SS 230 243 254 270 304
Taux pour 1 000 hospitalisations 2,86 2,75 2,89 2,90 3,27
Taux pour 10 000 jours-patients 3,07 2,81 3,03 3,07 3,57
Graphique 1.1 Nombre de cas d'ICD-SS selon les hôpitaux répondants du PCSIN uniquementNote de bas de page 1, taux nationaux et régionaux d'incidence pour 10 000 jours-patients
Figure 1.1
Figure 1.1 - Équivalent du texte
Graphique 1.1 Description écrite
Année Région Taux
2013 Ouest 4,82
2013 Centre 6,07
2013 Est 3,07
2013 National 5,19
2014 Ouest 4,10
2014 Centre 5,13
2014 Est 2,81
2014 National 4,39
2015 Ouest 4.36
2015 Centre 4,56
2015 Est 3,03
2015 National 4,28
2016 Ouest 4,05
2016 Centre 4,35
2016 Est 3,07
2016 National 4,05
2017 Ouest 3,82
2017 Centre 3,97
2017 Est 3,57
2017 National 3,85
Tableau 1.2 Taux de mortalité attribuable 30 jours après la date du premier test positif pour l'ICD chez les adultes atteints d'une ICD-SS selon les hôpitaux répondants du PCSIN uniquementNote de bas de page1
Année Nombre de décèsNote de bas de page 4 Taux de mortalité (%)
2013 21 3,9
2014 22 4,3
2015 16 3,8
2016 12 3,0
2017 14 3,2
Tableau 1.3 Nombre et proportion de certaines souches NAP Note de bas de page 5de C. difficile responsables d'ICD-SS selon les hôpitaux participant au PCSIN seulementNote de bas de page 1
Type de souche 2013 2014 2015 2016 2017
  Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%)
NAP4 90 (17,5) 92 (19,1) 103 (20,6) 91 (20,1) 107 (21,6)
NAP1 152 (29,6) 114 (23,6) 115 (23,0) 53 (11,8) 83 (16,7)
NAP11 33 (6,4) 62 (12,9) 50 (10,0) 73 (16,2) 68 (13,7)
Autres types de la souche NAPNote de bas de page 6 91 (17,8) 84 (17,4) 94 (18,8) 72 (16,0) 88 (17,7)
Autre, non déterminé 147 (28,7) 130 (27,0) 138 (27,6) 162 (35,9) 150 (30,2)
Total 513 482 500 451 496
Tableau 1.4 Résistance aux antimicrobiens des isolatsNote de bas de page 5 d'ICD-SS selon les hôpitaux répondants du PCSIN uniquementNote de bas de page1
Antibiotiques 2013 2014 2015 2016 2017
  Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%)
Clindamycine 156 (30,5) 209 (43,1) 122 (24,4) 99 (22,0) 104 (21,0)
Moxifloxacine 166 (32,4) 137 (28,2) 138 (27,6) 72 (16,0) 89 (17,9)
Rifampicine 13 (2,5) 5 (1,0) 10 (2,0) 7 (1,6) 13 (2,6)
Total des isolats analysés 512 482 500 451 496

Remarque: Toutes les souches de C. difficile soumises au LNM de 2013 à 2017 étaient sensibles au métronidazole, à la tigécycline et à la vancomycine.

1b. Infection à Clostridioides difficile acquise dans la collectivité (ICD-AC)

Tableau 1.5 Nombre de cas d'ICD-ACNote de bas de page7 et taux d'incidence pour 1 000 hospitalisations et 10 000 jours patients
  2013 2014 2015 2016 2017
National
Nombre des cas d'ICD-AC N/A N/A 1 035 961 1 053
Taux pour 1 000 hospitalisations N/A N/A 1,56 1,39 1,49
Taux pour 10 000 jours-patients N/A N/A 2,03 1,81 1,91
Nombre d'hôpitaux répondants N/A N/A 49 51 53
Ouest
Nombre des cas d'ICD-AC N/A N/A 254 243 287
Taux pour 1 000 hospitalisations N/A N/A 1,15 1,07 1,24
Taux pour 10 000 jours-patients N/A N/A 1,55 1,44 1,65
Centre
Nombre des cas d'ICD-AC N/A N/A 675 613 634
Taux pour 1 000 hospitalisations N/A N/A 1,91 1,64 1,65
Taux pour 10 000 jours-patients N/A N/A 2,57 2,22 2,18
Est
Nombre des cas d'ICD-AC N/A N/A 106 105 132
Taux pour 1 000 hospitalisations N/A N/A 1,20 1,15 1,45
Taux pour 10 000 jours-patients N/A N/A 1,27 1,19 1,55
Tableau 1.6 Nombre et proportion de certaines souches NAPNote de bas de page5 de C. difficile acquis dans la collectivitéNote de bas de page7
Type de souche 2013 2014 2015 2016 2017
  Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%)
NAP4 N/A N/A 49 (17,4) 49 (19.,4) 48 (22,7)
NAP11 N/A N/A 40 (14,2) 28 (11,1) 37 (17,5)
NAP1 N/A N/A 35 (12,4) 25 (9,9) 14 (6,6)
Autres types de la souche NAPNote de bas de page6 N/A N/A 50 (17,7) 51 (20,2) 32 (15,2)
Autre, non déterminé N/A N/A 108 (38,3) 99 (39,3) 80 (37,9)
Total N/A N/A 282 252 211
Tableau 1.7 Résistance aux antimicrobiens des isolatsde C. difficileNote de bas de page 7 acquis dans la collectivitéNote de bas de page 5
Antibiotiques 2013 2014 2015 2016 2017
  No.(%) No. (%) No. (%) No. (%) No. (%)
Clindamycine N/A N/A 73 (25,9) 60 (23,8) 40 (19,0)
Moxifloxacine N/A N/A 40 (14,2) 25 (9,9) 18 (8,5)
Rifampine N/A N/A 3 (1,1) 1 (0,4) 1 (0,5)
Total des isolats analysés N/A N/A 282 252 211

2. Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM)

Tableau 2.1 Nombre totalNote de bas de page 8 d’infections à SARM et taux d’incidence pour 1 000 hospitalisations et 10 000 jours-patients
  2013 2014 2015 2016 2017
National
Nombre d’infections à SARM 1 849 1 969 2 049 2 237 2 313
Taux pour 1 000 hospitalisations 2,12 2,12 2,18 2,30 2,35
Taux pour 10 000 jours-patients 2,83 2,89 2,93 3,11 3,17
Nombre d’hôpitaux répondants 53 58 59 61 62
Ouest
Nombre d’infections à SARM 898 949 1 117 1 268 1 303
Taux pour 1 000 hospitalisations 2,48 2,33 2,63 2,88 2,95
Taux pour 10 000 jours-patients 3,40 3,29 3,54 3,90 4,06
Centre
Nombre d’infections à SARM 739 801 732 784 851
Taux pour 1 000 hospitalisations 1,79 1,91 1,75 1,82 1,94
Taux pour 10 000 jours-patients 2,48 2,68 2,47 2,60 2,68
Est
Nombre d’infections à SARM 212 219 200 185 159
Taux pour 1 000 hospitalisations 2,15 2,19 2,03 1,77 1,53
Taux pour 10 000 jours-patients 2,34 2,33 2,24 1,98 1,74
Graphique 2.1 TotalNote de bas de page 8 des taux nationaux et régionaux d’incidence des infections à SARM pour 10 000 jours-patients
Figure 2.1
Figure 2.1 - Équivalent du texte
Graphique 2.1 Description écrite
Année Région Taux
2013 Ouest 3,40
2013 Centre 2,48
2013 Est 2,34
2013 National 2,83
2014 Ouest 3,29
2014 Centre 2,68
2014 Est 2,33
2014 National 2,89
2015 Ouest 3,54
2015 Centre 2,47
2015 Est 2,24
2015 National 2,93
2016 Ouest 3,90
2016 Centre 2,60
2016 Est 1,98
2016 National 3,11
2017 Ouest 4,06
2017 Centre 2,68
2017 Est 1,74
2017 National 3,17
Tableau 2.2 Nombre d’infections à SARM associées aux soins de santé (SS)Note de bas de page 9 et taux d’incidence pour 1 000 hospitalisations et 10 000 jours-patients
  2013 2014 2015 2016 2017
National
Nombre d’infections à SARM-SS 1 141 1 171 1 193 1 206 1 202
Taux pour 1 000 hospitalisations 1,31 1,26 1,27 1,24 1,22
Taux pour 10 000 jours-patients 1,75 1,72 1,70 1,67 1,65
Nombre d’hôpitaux répondants 53 58 59 61 62
Ouest
Nombre d’infections à SARM-SS 554 535 631 676 637
Taux pour 1 000 hospitalisations 1,53 1,31 1,48 1,54 1,44
Taux pour 10 000 jours-patients 2,10 1,86 2,00 2,07 1,99
Centre
Nombre d’infections à SARM-SS 404 459 405 381 447
Taux pour 1 000 hospitalisations 0,98 1,09 0,97 0,89 1,02
Taux pour 1 000 hospitalisations 1,36 1,53 1,37 1,26 1,41
Est
Nombre d’infections à SARM-SS 183 177 157 149 118
Taux pour 1 000 hospitalisations 1,85 1,77 1,59 1,43 1,14
Taux pour 10 000 jours-patients 2,02 1,89 1,76 1,59 1,29
Tableau 2.3 Nombre d'infections à SARM acquises dans la collectivité (AC) et taux d’incidence pour 1 000 hospitalisations et 10 000 jours-patients Note de bas de page 10
  2013 2014 2015 2016 2017
National
Nombre d’infections à SARM-AC 547 653 729 921 993
Taux pour 1 000 hospitalisations 0,63 0,70 0,77 0,94 1,01
Taux pour 10 000 jours-patients 0,84 0,96 1,04 1,28 1,36
Nombre d’hôpitaux répondants 53 58 59 61 62
Ouest
Nombre d’infections à SARM-AC 321 380 449 569 637
Taux pour 1 000 hospitalisations 0,89 0,93 1,06 1,29 1,44
Taux pour 10 000 jours-patients 1,21 1,32 1,42 1,75 1,99
Centre
Nombre d’infections à SARM-AC 205 241 245 322 324
Taux pour 1 000 hospitalisations 0,50 0,57 0,59 0,75 0,74
Taux pour 10 000 jours-patients 0,69 0,81 0,83 1,07 1,02
Est
Nombre d’infections à SARM-AC 21 32 35 30 32
Taux pour 1 000 hospitalisations 0,21 0,32 0,35 0,29 0,31
Taux pour 10 000 jours-patients 0,23 0,34 0,39 0,32 0,35
Tableau 2.4 Nombre de bactériémies à SARM et taux d'incidence pour 1 000 hospitalisations et 10 000 jours-patients
  2013 2014 2015 2016 2017
National
Nombre de bactériémies à SARM 365 450 490 605 608
Taux pour 1 000 hospitalisations 0,42 0,48 0,52 0,62 0,62
Taux pour 10 000 jours-patients 0,56 0,66 0,70 0,84 0,83
Nombre d’hôpitaux répondants 53 58 59 61 62
Ouest
Nombre de bactériémies à SARM 131 166 215 278 282
Taux pour 1 000 hospitalisations 0,36 0,41 0,51 0,63 0,64
Taux pour 10 000 jours-patients 0,50 0,58 0,68 0,85 0,88
Centre
Nombre de bactériémies à SARM 191 240 224 281 278
Taux pour 1 000 hospitalisations 0,46 0,57 0,54 0,65 0,63
Taux pour 10 000 jours-patients 0,64 0,80 0,76 0,93 0,88
Est
Nombre de bactériémies à SARM 43 44 51 46 48
Taux pour 1 000 hospitalisations 0,44 0,44 0,52 0,44 0,46
Taux pour 10 000 jours-patients 0,48 0,47 0,57 0,49 0,52
Graphique 2.2 Taux nationaux et régionaux d'incidence de bactériémies à SARM pour 10 000 jours-patients
Figure 2.2
Figure 2.2 - Équivalent du texte
Graphique 2.2 Description écrite
Année Région Taux
2013 Ouest 0,50
2013 Centre 0,64
2013 Est 0,48
2013 National 0,56
2014 Ouest 0,58
2014 Centre 0,80
2014 Est 0,47
2014 National 0,66
2015 Ouest 0,68
2015 Centre 0,76
2015 Est 0,57
2015 National 0,70
2016 Ouest 0,85
2016 Centre 0,93
2016 Est 0,49
2016 National 0,84
2017 Ouest 0,88
2017 Centre 0,88
2017 Est 0,52
2017 National 0,83
Tableau 2.5 Taux de mortalité toutes causes confondues 30 jours après la date de culture positive, pour 100 cas de bactériémies à SARM
Année Nombre de décèsNote de bas de page 11 Taux de mortalité toutes causes confondues pour 100 cas de bactériémies à SARM
2013 93 25,5
2014 103 24,4
2015 95 20,3
2016 111 19,0
2017 99 16,3
Tableau 2.6 Nombre et proportion de certaines souches de SARM identifiéesNote de bas de page 12
Type de souche 2013 2014 2015 2016 2017
  Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%)
SARM 10 214 (36,5) 266 (38,7) 303 (42,3) 408 (46,2) 398 (45,2)
SARM 2 278 (47,4) 302 (43,9) 266 (37,2) 279 (31,6) 284 (32,3)
SARM 7 24 (4,1) 41 (6,0) 48 (6,7) 72 (8.1) 68 (7,7)
Autres types de soucheNote de bas de page 13 65 (11,1) 70 (10,2) 76 (10,6) 92 (10,4) 88 (10,0)
Non déterminée 6 (1,0) 9 (1,3) 23 (3,2) 33 (3,7) 42 (4,8)
Total 587 688 716 884 880
Tableau 2.7 Résistance aux antimicrobiens des isolats de SARMNote de bas de page 12
Antibiotiques 2013 2014 2015 2016 2017
  Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%)
Érythromycine 495 (88,7) 535 (84,4) 576 (80,9) 624 (78,0) 689 (79,8)
Ciprofloxacine 479 (85,8) 228 (84,1)Note de bas de page 14 85 (81,7)Note de bas de page 14 609 (76,1) 659 (76,3)
Clindamycine 349 (83,5)Note de bas de page 15 374 (65,4)Note de bas de page 15 385 (54,1) 335 (41,9) 361 (41,8)
Acide fusidique 57 (10,2) 91 (14,4) 126 (17,7) 148 (18,5) 174 (20,1)
Mupirocine – résistance élevée 15 (2,7) 30 (4,7) 40 (6,6)Note de bas de page 16 Aucun test en 2016 Aucun test en 2016
Tétracycline 25 (4,5) 34 (5,4) 37 (5,2) 54 (6,8) 56 (6,5)
TMP/SMX 25 (4,5) 14 (2,2) 14 (2,0) 20 (2,5) 12 (1,4)
Rifampicine 3 (0,5) 3 (0,5) 3 (0,4) 10 (1,3) 10 (1,2)
Tigécycline 25 (4,5) 17 (2,7) 6 (0,8) 0 (0,0) 0 (0,0)
Daptomycine 2 (0,4) 2 (0,3) 5 (0,7) 5 (0,6) 5 (0,6)
Total 558 634 712 800 864

3. Entérocoques résistants à la vancomycine (ERV)

Tableau 3.1 Nombre d'infections total à ERV et taux d'incidence pour 1 000 hospitalisations et 10 000 jours-patients
  2013 2014 2015 2016 2017
National
Nombre d’infections à ERV 322 297 271 299 387
Taux pour 1 000 hospitalisations 0,39 0,33 0,30 0,32 0,42
Taux pour 10 000 jours-patients 0,52 0,45 0,41 0,43 0,57
Nombre d’hôpitaux répondants 48 56 53 56 56
Ouest
Nombre d’infections à ERV 154 153 142 146 181
Taux pour 1 000 hospitalisations 0,52 0,45 0,40 0,40 0,51
Taux pour 10 000 jours-patients 0,72 0,65 0,56 0,54 0,71
Centre
Nombre d’infections à ERV 161 143 127 145 201
Taux pour 1 000 hospitalisations 0,37 0,32 0,29 0,31 0,42
Taux pour 10 000 jours-patients 0,51 0,44 0,41 0,45 0,61
Est
Nombre d’infections à ERV 7 1 2 8 5
Taux pour 1 000 hospitalisations 0,08 0,01 0,02 0,08 0,05
Taux pour 10 000 jours-patients 0,08 0,01 0,02 0,09 0,05
Graphique 3.1 Taux nationaux et régionaux d'incidence des infections total à ERV pour 10 000 jours-patients
Figure 3.1
Figure 3.1 - Équivalent du texte
Graphique 3.1 Description écrite
Année Région Taux
2013 Ouest 0,72
2013 Centre 0,51
2013 Est 0,08
2013 National 0,52
2014 Ouest 0,65
2014 Centre 0,44
2014 Est 0,01
2014 National 0.45
2015 Ouest 0,56
2015 Centre 0,41
2015 Est 0,02
2015 National 0,41
2016 Ouest 0,54
2016 Centre 0,45
2016 Est 0,09
2016 National 0,43
2017 Ouest 0,71
2017 Centre 0,61
2017 Est 0,05
2017 National 0,57
Tableau 3.2 Nombre d'infections à ERV associées aux soins de santéNote de bas de page 17 et taux d'incidence pour 1 000 hospitalisations et 10 000 jours-patients
  2013 2014 2015 2016 2017
National
Nombre d’infections à ERV N/A 274 258 272 356
Taux pour 1 000 hospitalisations N/A 0,31 0,29 0,29 0,38
Taux pour 10 000 jours-patients N/A 0,42 0,39 0,39 0,52
Nombre d’hôpitaux répondants N/A 56 53 56 56
Ouest
Nombre d’infections à ERV N/A 143 138 131 165
Taux pour 1 000 hospitalisations N/A 0,42 0,39 0,35 0,47
Taux pour 10 000 jours-patients N/A 0,61 0,54 0,48 0,64
Centre
Nombre d’infections à ERV N/A 130 118 133 186
Taux pour 1 000 hospitalisations N/A 0,29 0,27 0,28 0,39
Taux pour 10 000 jours-patients N/A 0,40 0,38 0,41 0,56
Est
Nombre d’infections à ERV N/A 1 2 8 5
Taux pour 1 000 hospitalisations N/A 0,01 0,02 0,08 0,05
Taux pour 10 000 jours-patients N/A 0,01 0,02 0,09 0,05

De 2014 à 2017, 94,3 % des infections à ERV ont été signalées comme étant associées aux soins de santé, tandis que seulement 5,7 % étaient des infections associées à la communauté.

Tableau 3.3 Nombre de bactériémies à ERV et taux d'incidence pour 1 000 hospitalisations et 10 000 jours-patients
  2013 2014 2015 2016 2017
National
Nombre de bactériémies à ERV 98 94 89 121 157
Taux pour 1 000 hospitalisations 0,12 0,10 0,10 0,13 0,17
Taux pour 10 000 jours-patients 0,16 0,14 0,14 0,18 0,23
Nombre d’hôpitaux répondants 48 56 53 56 56
Ouest
Nombre de bactériémies à ERV 31 36 35 45 48
Taux pour 1 000 hospitalisations 0,11 0,10 0,10 0,12 0,14
Taux pour 10 000 jours-patients 0,15 0,15 0,14 0,17 0,19
Centre
Nombre de bactériémies à ERV 67 58 53 75 108
Taux pour 1 000 hospitalisations 0,15 0,13 0,12 0,16 0,23
Taux pour 10 000 jours-patients 0,21 0,18 0,17 0,23 0,33
Est
Nombre de bactériémies à ERV 0 0 1 1 1
Taux pour 1 000 hospitalisations 0,00 0,00 0,01 0,01 0,01
Taux pour 10 000 jours-patients 0,00 0,00 0,01 0,01 0,01
Graphique 3.2 Taux nationaux et régionaux d'incidence de bactériémies à ERV pour 10 000 jours-patients
Figure 3.2
Figure 3.2 - Équivalent du texte
Graphique 3.2 Description écrite
Année Région Taux
2013 Ouest 0,15
2013 Centre 0,21
2013 Est 0,00
2013 National 0.16
2014 Ouest 0,15
2014 Centre 0,18
2014 Est 0,00
2014 National 0,14
2015 Ouest 0,14
2015 Centre 0,17
2015 Est 0,01
2015 National 0,14
2016 Ouest 0,17
2016 Centre 0,23
2016 Est 0,01
2016 National 0,18
2017 Ouest 0,19
2017 Centre 0,33
2017 Est 0,01
2017 National 0,23
Tableau 3.4 Nombre et pourcentage des principaux types d’isolats d’ERV détectés ayant causé une bactériémie
Type d’isolat 2013 2014 2015 2016 2017
  Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%)
vanA, Enterococcus faecium 72 (96,0) 70 (100,0) 75 (100,0) 88 (96,7) 111 (95,7)
vanB, Enterococcus faecium 3 (4,0) 0 (0,0) 0 (0,0) 3 (3,3) 5 (4,3)
Total 75 70 75 91 116
Tableau 3.5 Distribution des principaux typages génomiques multilocus (MLST) parmi les isolats d'ERV responsable de bactériémies identifié en E. faecium.
Typage génomique 2013 2014 2015 2016 2017
  Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%)
ST117 26 (34,7) 16 (22,9) 13 (17,3) 23 (25,3) 11 (9,5)
ST18 15 (20,0) 20 (28,6) 11 (14,7) 14 (15,4) 3 (2,6)
ST412 14 (18,7) 7 (10,0) 12 (16,0) 12 (13,2) 5 (4,3)
ST203 1 (1,3) 5 (7,1) 6 (8,0) 5 (5,5) 7 (6,0)
ST734 4 (5,3) 2 (2,9) 13 (17,3) 4 (4,4) 8 (6,9)
AutresNote de bas de page 18 13 (17,3) 20 (28,6) 16 (21,3) 23 (25,3) 10 (8,6)
Non typable 2 (2,7) 0 4 (5,3) 10 (11,0) 72 (62,1)
Total 75 70 75 91 116
Tableau 3.6 Résistance aux antimicrobiens des isolats d'ERV ayant causé une bactériémie
Antibiotiques 2013 2014 2015 2016 2017
  Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%)
Ampicillin 75 (100) 70 (100) 75 (100) 91 (100) 116 (100)
Lévofloxacine 75 (100) 70 (100) 75 (100) 91 (100) 116 (100)
Pénicilline 75 (100) 70 (100) 75 (100) 91 (100) 116 (100)
VancomycineNote de bas de page19 75 (100) 70 (100) 74 (98,7) 88 (96,7) 111 (95,7)
Gentamicine - Niveau élevé 13 (17,3) 7 (10,0) 6 (8,0) 13 (14,3) 45 (38,8)
Streptomycine - Niveau élevé 28 (37,3) 29 (41,4) 27 (36,0) 32 (35,2) 39 (33,6)
Nitrofurantoïne 14 (18,7) 15 (21,4) 25 (33,3) 35 (38,5) 52 (44,8)
Chloramphénicol 0 (0,0) 0 (0,0) 0 (0,0) 2 (2,2) 11 (9,5)
DaptomycineNote de bas de page20 5 (6,7) 0 (0,0) 0 (0,0) 7 (7,7) 10 (8,6)
Linezolide 1 (1,3) 0 (0,0) 0 (0,0) 1 (1,1) 0 (0,0)
Tigécycline 0 (0,0) 2 (2,9) 0 (0,0) 0 (0,0) 0 (0,0)
Total des isolats analysés 75 70 75 91 116

4. Entérobactéries productrices de carbapénémases (EPC) et Acinetobacter producteur de carbapénémases (APC)

Tableau 4.1 Nombre d’infections par les EPC et taux d’incidence pour 1 000 hospitalisations et 10 000 jours-patients
  2013 2014 2015 2016 2017
National
Nombre d’infections par les EPC 19 22 17 20 17
Taux pour 1 000 hospitalisations 0,02 0,02 0,02 0,02 0,02
Taux pour 10 000 jours-patients 0,03 0,03 0,03 0,03 0,03
Nombre d’hôpitaux répondants 45 58 58 58 59
Ouest t
Nombre d’infections par les EPC 9 10 10 6 11
Taux pour 1 000 hospitalisations 0,03 0,03 0,03 0,02 0,03
Taux pour 10 000 jours-patients 0,05 0,04 0,03 0,02 0,04
Centre
Nombre d’infections par les EPC 9 12 5 14 5
Taux pour 1 000 hospitalisations 0,02 0,03 0,01 0,03 0,01
Taux pour 10 000 jours-patients 0,03 0,04 0,02 0,04 0,02
Est
Nombre d’infections par les EPC 1 0 2 0 1
Taux pour 1 000 hospitalisations 0,01 0,00 0,02 0,00 0,01
Taux pour 10 000 jours-patients 0,01 0,00 0,02 0,00 0,01
Tableau 4.2 Nombre de colonisations EPC et taux d'incidence pour 1 000 hospitalisations et 10 000 jours-patients
  2013 2014 2015 2016 2017
National
Nombre de colonisations EPC 23 20 33 69 92
Taux pour 1 000 hospitalisations 0,03 0,02 0,04 0,07 0,10
Taux pour 10 000 jours-patients 0,04 0,03 0,05 0,10 0,14
Nombre d'hôpitaux répondants 45 58 58 58 59
Ouest
Nombre de colonisations EPC 12 2 9 15 18
Taux pour 1 000 hospitalisations 0,05 0,01 0,02 0,04 0,05
Taux pour 10 000 jours-patients 0,06 0,01 0,03 0,05 0,07
Centre
Nombre de colonisations EPC 11 18 24 54 74
Taux pour 1 000 hospitalisations 0,03 0,04 0,06 0,12 0,16
Taux pour 10 000 jours-patients 0,04 0,06 0,08 0,17 0,23
Est
Nombre de colonisations EPC 0 0 0 0 0
Taux pour 1 000 hospitalisations 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00
Taux pour 10 000 jours-patients 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00
Graphique 4.1 Taux nationaux d'incidence d'infection et colonisation par les EPC pour 10 000 jours-patients
Figure 4.1
Figure 4.1 - Équivalent du texte
Graphique 4.1 Description écrite
Année Classification Taux
2013 Infection 0,03
2013 Colonisation 0,04
2014 Infection 0,03
2014 Colonisation 0,03
2015 Infection 0,03
2015 Colonisation 0,05
2016 Infection 0,03
2016 Colonisation 0,10
2017 Infection 0,03
2017 Colonisation 0,14
Tableau 4.3 Nombre d’infections à APC et taux d’incidence pour 1 000 hospitalisations et 10 000 jours-patients
  2013 2014 2015 2016 2017
National
Nombre d’infections à APC 9 3 2 9 3
Taux pour 1 000 hospitalisations 0,012 0,003 0,002 0,010 0,003
Taux pour 10 000 jours-patients 0,016 0,005 0,003 0,013 0,004
Nombre d’hôpitaux répondants 45 58 58 58 59
Ouest
Nombre d’infections à APC 0 1 2 2 3
Taux pour 1 000 hospitalisations 0,000 0,003 0,005 0,005 0,008
Taux pour 10 000 jours-patients 0,000 0,004 0,007 0,007 0,011
CentreNote de bas de page 21
Nombre d’infections à APC 9 2 0 7 0
Taux pour 1 000 hospitalisations 0,022 0,005 0,000 0,016 0,000
Taux pour 10 000 jours-patients 0,030 0,006 0,000 0,022 0,000
Est
Nombre d’infections à APC 0 0 0 0 0
Taux pour 1 000 hospitalisations 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000
Taux pour 10 000 jours-patients 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000
Tableau 4.4 Nombre de colonisations APC et taux d'incidence pour 1 000 hospitalisations et 10 000 jours-patients
  2013 2014 2015 2016 2017
National
Nombre de colonisations APC 17 0 3 5 7
Taux pour 1 000 hospitalisations 0,022 0,000 0,003 0,005 0,007
Taux pour 10 000 jours-patients 0,029 0,000 0,004 0,007 0,010
Nombre d'hôpitaux répondants 45 58 58 58 59
Ouest
Nombre de colonisations APC 2 0 3 0 2
Taux pour 1 000 hospitalisations 0,008 0,000 0,008 0,000 0,005
Taux pour 10 000 jours-patients 0,010 0,000 0,010 0,000 0,008
CentreNote de bas de page21
Nombre de colonisations APC 15 0 0 5 5
Taux pour 1 000 hospitalisations 0,036 0,000 0,000 0,011 0,011
Taux pour 10 000 jours-patients 0,050 0,000 0,000 0,016 0,015
Est
Nombre de colonisations APC 0 0 0 0 0
Taux pour 1 000 hospitalisations 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000
Taux pour 10 000 jours-patients 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000
Tableau 4.5 Taux de mortalité toutes causes confondues 30 jours après la date de culture positive, pour 100 cas d'infection par les EPC et à APC chez les patients hospitalisés
Année Nombre de décèsNote de bas de page 22 Taux de mortalité toutes causes confondues
pour 100 cas d'infection
2013 6 21,4
2014 5 20,0
2015 4 22,2
2016 3 10,7
2017 5 20,8
Tableau 4.6 Nombre et proportion des principaux agents pathogènes des EPC et de l'APC décelésNote de bas de page 23
Agent Pathogène 2013 2014 2015 2016 2017
  Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%)
Klebsiella pneumoniae 27 (28,4) 27 (38,0) 30 (35,7) 49 (35,8) 44 (26,7)
Escherichia coli 5 (5,3) 11 (15,5) 22 (26,2) 24 (17,5) 42 (25,5)
Complexe Enterobacter cloacaeNote de bas de page 24 4 (4,2) 12 (17,0) 10 (11,9) 23 (16,8) 37 (22,4)
Acinetobacter baumannii 37 (39,0) 8 (11,3) 9 (10,7) 17 (12,4) 14 (8,5)
Serratia marcescens 11 (11,6) 6 (8,5) 3 (3,6) 3 (2,2) 3 (1,8)
AutresNote de bas de page25 11 (11,6) 7 (9,9) 10 (11,9) 21 (15,3) 25 (15,2)
Total 95 71 84 137 165
Tableau 4.7 Nombre et proportion de la résistance à des antimicrobiens particuliers décelés pour les EPCNote de bas de page 23
Antibiotiques 2013 2014 2015 2016 2017
  Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%)
Piperacillin-Tazobactam 52 (91,2) 56 (88,9) 69 (92,0) 91 (76,5) 126 (96,9)Note de bas de page 26
Céfotaxime 46 (80,1) 56 (88,9) 68 (90,1) 113 (95,0) 140 (92,7)
Méropénème 53 (93,0) 59 (93,7) 66 (88,0) 106 (89,1) 139 (92,1)
Ceftazidime 46 (80,1) 56 (88,9) 66 (88,0) 109 (91,6) 137 (90,7)
Trimethoprim-sulfamethoxazole 39 (68,4) 42 (66,7) 57 (76,0) 79 (66,4) 94 (62,3)
Ciprofloxacine 29 (50,1) 35 (55,6) 49 (65,3) 75 (63,0) 93 (61,6)
Tobramycine 29 (50,9) 40 (63,5) 41 (54,7) 62 (52,1) 67 (44,4)
Gentamicine 26 (45,6) 32 (50,8) 39 (53,4) 51 (42,9) 55 (36,4)
Amikacine 18 (31,6) 17 (27,0) 23 (30,7) 44 (37,0) 32 (21,2)
Tigécycline 10 (17,5) 11 (17,5) 13 (17,3) 28 (23,5) 18 (11,9)
Total des isolats analysés 57 63 75 119 151

Tous les isolats étaient résistants à l'ampicilline et tous sauf un à la céfazoline. Tous les isolats d'OPC ont été criblés pour le gène de type mcr qui est un gène acquis associé à la résistance à la colistine

Tableau 4.8 Nombre et proportion de la résistance à des antimicrobiens particuliers décelés pour les APCNote de bas de page 27
Antibiotiques 2013 2014 2015 2016 2017
  Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%)
Céfotaxime 35 (92,1) 8 (100) 9 (100) 16 (88,9) 13 (92,9)
Ceftazidime 36 (94,7) 8 (100) 9 (100) 16 (88,9) 13 (92,9)
Ciprofloxacine 36 (94,7) 8 (100) 9 (100) 16 (88,9) 13 (92,9)
Piperacilline-Tazobactam 37 (97,4) 8 (100) 9 (100) 18 (100) 13 (92,9)
Méropénème 36 (94,7) 8 (100) 9 (100) 18 (100) 12 (85,7)
Trimethoprim-sulfamethoxazole 35 (92,1) 8 (100) 7 (77,8) 15 (83,3) 11 (78,6)
Gentamicine 34 (89,5) 8 (100) 7 (77,8) 14 (77,8) 10 (71,4)
Tobramycine 32 (84,2) 5 (62,5) 7 (77,8) 12 (66,7) 9 (64,3)
Tigécycline 0 (0,0) 0 (0,0) 0 (0,0) 0 (0,0) 1 (7,1)
Amikacine 5 (13,1) 0 (0,0) 3 (33,3) 12 (66,7) N/A
Total des isolats analysés 38 8 9 18 14

Tous les isolats étaient résistants à l’ampicilline, à l’amoxicilline/acide clavulanique, à la céfazoline et à la céfoxitine.

N/A = non applicable
Tous les isolats étaient résistants à l'ampicilline et tous sauf un à la céfazoline. Tous les isolats d'OPC ont été criblés pour le gène de type mcr qui est un gène acquis associé à la résistance à la colistine

Tableau 4.9 Nombre et proportion de types de carbapénémases décelés pour les EPCNote de bas de page 28
Carbapénémase 2013 2014 2015 2016 2017
  Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%)
KPC 30 (52,6) 31 (49,2) 26 (34,7) 62 (52,1) 69 (45,7)
NDM 14 (24,6) 17 (27,0) 29 (38,7) 38 (31,9) 55 (36,4)
OXA-48 6 (10,5) 7 (11,1) 14 (18,7) 17 (14,3) 23 (15,2)
NMC/IMI 1 (1,8) 2 (3,2) 0 (0,0) 2 (1,6) 4 (2,6)
VIM 0 (0,0) 1 (1,6) 1 (1,3) 1 (0,8) 3 (2,0)
SME Note de bas de page 29 6 (10,5) 5 (7,9) 3 (4,0) 1 (0,8) 2 (1,3)
GES-5 1 (1,8) 1 (1,6) 3 (4,0) 0 (0,0) 0 (0,0)
IMP 0 (0,0) 1 (1,6) 0 (0,0) 0 (0,0) 0 (0,0)
Total des isolats analysés 57Note de bas de page 30

63Note de bas de page 30 75Note de bas de page 30 119Note de bas de page 30 151Note de bas de page 30
Tableau 4.10 Nombre et proportion de types de carbapénémases identifiés pour l'APCNote de bas de page 27
Carbapénémase 2013 2014 2015 2016 2017
  Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%) Nombre (%)
OXA-23 5 (13,2) 5 (62,5) 8 (88,9) 6 (33,3) 11 (78,6)
NDM 0 (0,0) 0 (0,0) 1 (11,1) 0 (0,0) 2 (14,3)
OXA-24 4 (10,5) 0 (0,0) 0 (0,0) 3 (16,7) 1 (7,1)
OXA-235 0 (0,0) 0 (0,0) 0 (0,0) 9 (50,0) 0 (0,0)
OXA-58 0 (0,0) 0 (0,0) 1(11,1) 0 (0,0) 0 (0,0)
OXA-237 29 (76,3) 3 (37,5) 0 (0,0) 0 (0,0) 0 (0,0)
IMP 0 (0) 0 (0) 0 (0) 0 (0) 0 (0)
Total des isolats analysés 38 8 9Footnote 31 18 14

5. Antibiogramme sur la bactérie E. coli

Tableau 5.1 Nombre d'isolats d’E. coli testés et pourcentage non sensible
National
Tous types de patients et échantillionsNote de bas de page 32 2015Note de bas de page 33 2016
Antibiotiques Nombre
d'isolates
testés (N)
% non
sensible
Nombre
d'isolates
testés (N)
% non
sensible
Pénicillines et combinaisons de pénicilline
Ampicilline 66 756 43,7 47 411 43,6
Amoxicilline/Clavulanate 56 200 16,8 40 174 16,5
Pipéracillin-tazobactame 59 085 5,3 45 177 4,7
Céphalosporines
Céphalothine N/A   17 504 46,9
Cefazolin (pour usage systémique) 40 291 19,1 23 048 25,2
Cefazolin (marqueur à usage oral) N/A   19 300 22,7
Cefuroxime N/A   496 7.0
Céfoxitin N/A   26 162 9,4
Ceftriaxone 57 215 8,5 40 269 8,9
Céfotaxime (Pédiatrique) N/A   1 205 9,6
Carbapenems
Ertapenem N/A   34 088 0,4
Imipenem N/A   28 845 0,2
Méropénem 44 299 0,5 37 212 0,1
Fluoroquinolones
Ciprofloxacine 64 548 18,4 47 404 18,6
Lévofloxacine N/A   10 550 19,4
Les aminosides
Gentamicine 51 714 7,7 47 419 7,9
Tobramycine 40 654 7,4 44 102 8,9
Amikacin N/A   34 679 0,1
Autres
TMP-SMX 66 760 22,3 43 884 22,8
Nitrofurantoïn 62 020 4,9 35 820 2,8
Nombre d'hôpitauxNote de bas de page 34 21  42  

N/A Aucuns données collectées en 2015

Graphique 5.1 Pourcentage de tous les isolats d’E. coli non sensible analysés pour 10 antibiotiques sélectionnés
Figure 5.1
Figure 5.1 - Équivalent du texte
Graphique 5.1 Description écrite
  2015 2016
Antibiotique % d'isolats E. coli
non sensible
% d'isolats E. coli
non sensible
Ampicilline 43,7 43,6
TMP-SMX 22,3 22,8
Ciprofloxacine 18,4 18,6
Amoxicilline Clavulanate 16,8 16,5
Ceftriaxone 8,5 8,9
Tobramycine 7,4 8,9
Pipéracillin-tazobactame 5,3 4,7
Nitrofurantoïn 4,9 2,8
Ertapenem 0 0,4
Méropénem 0,5 0,1

6. Utilisation des antimicrobiens (UAM)

Tableau 6.1 Doses journalières définies (DJD) et DJD pour 1 000 jours-patientsNote de bas de page 35
  2014Note de bas de page 36 2015 2016
National
DJD 1,681,652 1 680 080 1 925 259
DJD pour 1 000 jours-patients 534 482 555
Nombre d'hôpitaux répondants 21 21 22
Ouest
DJD 631 443 692 567 726 943
DJD pour 1 000 jours-patients 570 492 594
Nombre d'hôpitaux répondants 5 7 6
Centre
DJD 852 196 809 677 1 020 994
DJD pour 1 000 jours-patients 587 567 682
Nombre d'hôpitaux répondants 12 11 13
Est
DJD 198 013 177 835 177 322
DJD pour 1 000 jours-patients 453 466 453
Nombre d'hôpitaux répondants 4 3 3
USINote de bas de page 37
DJD 196 371 208 147 215 543
DJD pour 1 000 jours-patients 1 282 1 320 1 353
Nombre d'hôpitaux répondants 18 18 19
Non-USINote de bas de page 37
DJD 1 485 281 1 471 930 1 597 835
DJD pour 1 000 jours-patients 496 442 514
Nombre d'hôpitaux répondants 21 21 21
Graphique 6.1 Doses journalières définies (DJD) par 1000 jours-patients, globalement et par type de service Note de bas de page 38, Note de bas de page 39,Note de bas de page 40
Figure 6.1
Figure 6.1 - Équivalent du texte
Graphique 6.1 Description écrite
DJD par 1 000 jours-patients 2014 2015 2016
Total 534 482 555
Non-USI 496 442 514
USI 1 282 1 320 1 353
Graphique 6.2 Dix principales classes d'antibiotiques en 2016 - doses journalières définies (DJD) par 1 000 jours-patients par classe d'antibiotiqueNote de bas de page 38, Note de bas de page 41, Note de bas de page 42,Note de bas de page 43
Figure 6.2
Figure 6.2 - Équivalent du texte
Graphique 6.2 Description écrite
Classe d’antibiotique 2014 DJD 2015 DJD 2016 DJD 2014
jours-patients
2015
jours-patients

jours-patients
2014
taux
2015
taux
2016
taux
Céphalosporines 446084 466860 494387 3149830 3485875 3470454 141,62 133,93 142,46
Inhibiteurs de la
pénicilline et de la β-lactamase
(combinaison)
206871 210913 280422 3149830 3485875 3470454 65,68 60,51 80,80
Fluoroquinolones 262753 245481 250603 3149830 3485875 3470454 83,42 70,42 72,21
Pénicillines 204612 210983 243192 3149830 3485875 3470454 64,96 60,53 70,08
Glycopeptide 126769 126221 141992 3149830 3485875 3470454 40,25 36,21 40,91
Carbapénèmes 69611 76064 102828 3149830 3485875 3470454 22,10 21,82 29,63
Dérivés de
nitroimidazole
113109 99782 92120 3149830 3485875 3470454 35,91 28,62 26,54
Macrolide 67543 67149 82297 3149830 3485875 3470454 21,44 19,26 23,71
Tétracyclines 34891 37696 65850 3149830 3485875 3470454 11,08 10,81 18,97
Sulfamides et
triméthoprime
(combinaison)
60819 57689 65196 3149830 3485875 3470454 19,31 16,55 18,79

Annexe A : Hôpitaux participant au Programme canadien de surveillance des infections nosocomiales (PCSIN), en date de décembre 2017

Hôpitaux participants dans la région de l’Ouest

  • Vancouver General Hospital, Vancouver, BC
  • Richmond General Hospital, Richmond, BC
  • UBC Hospital, Vancouver, BC
  • Lions Gate Hospital, Vancouver, BC
  • Powell River Hospital, Powell River, BC
  • Sechelt Hospital, Sechelt, BC
  • Squamish Hospital, Squamish, BC
  • Children’s and Women’s Health Centre, Vancouver, BC
  • Royal Jubilee, Victoria, BC
  • Nanaimo Regional General Hospital, Nanaimo, BC
  • Victoria General Hospital, Victoria, BC
  • Kelowna Hospital, Kelowna, BC
  • University of Northern BC, Prince George, BC
  • Peter Lougheed Hospital, Calgary, AB
  • Rockyview General Hospital, Calgary, AB
  • Foothills Hospital, Calgary, AB
  • South Health Campus, Calgary, AB
  • Alberta Children’s Hospital, Calgary, AB
  • University of Alberta Hospital, Edmonton, AB
  • Stollery Children’s Hospital, Edmonton, AB
  • Royal University Hospital, Saskatoon, SK
  • St. Paul’s Hospital, Saskatoon, SK
  • Regina General Hospital, Regina, SK
  • Pasqua Hospital, Regina, SK
  • Health Sciences Centre, Winnipeg, MB
  • Children’s Hospital, Winnipeg, MB

Hôpitaux participants dans la région du Centre

  • Children’s Hospital of Western Ontario, London, ON
  • Victoria Hospital, London, ON
  • University Hospital, London, ON
  • Toronto Western Hospital, Toronto, ON
  • Toronto General Hospital, Toronto, ON
  • Princess Margaret Hospital, Toronto, ON
  • North York General Hospital, Toronto, ON
  • The Hospital for Sick Children, Toronto, ON
  • Mount Sinai Hospital, Toronto, ON
  • Bridgepoint Active Healthcare, Toronto, ON
  • Sunnybrook Health Sciences Centre, Toronto, ON
  • Kingston General Hospital, Kingston, ON
  • Hamilton Health Sciences Centre, McMaster, Hamilton, ON
  • Hamilton Health Sciences Centre, Juravinski Site, Hamilton, ON
  • Hamilton Health Sciences Centre, General Site, Hamilton, ON
  • St Joseph’s Healthcare, Hamilton, ON
  • The Ottawa Hospital, Civic Campus, Ottawa, ON
  • The Ottawa Hospital, General Site, Ottawa, ON
  • The Ottawa Hospital, Heart Institute, Ottawa, ON
  • Children’s Hospital of Eastern Ontario, Ottawa, ON
  • Health Sciences North, Sudbury, ON
  • Jewish General Hospital, Montréal, QC
  • Montréal Children’s Hospital, Montréal, QC
  • Maisonneuve-Rosemont Hospital, Montréal, QC
  • Montréal General Hospital, Montréal, QC
  • Royal Victoria Hospital, Montréal, QC
  • Montréal Neurological Hospital, Montréal, QC
  • Hôtel-Dieu de Québec de CHUQ, Québec, QC

Hôpitaux participants dans la région de l’Est

  • The Moncton Hospital, Moncton, NB
  • Queen Elizabeth Hospital, Charlottetown, PEI
  • Prince County Hospital, PEI
  • QE II Health Sciences Centre, Halifax, NS
  • IWK Health Centre, Halifax, NS
  • Health Sciences Centre General Hospital, St. John’s, NL
  • Janeway Children's Health and Rehabilitation Centre, St. John’s, NL
  • St. Clare's Mercy Hospital, St. John’s, NL
  • Burin Peninsula Health Centre, Burin, NL
  • Carbonear General Hospital, Carbonear, NL
  • Dr. G.B. Cross Memorial Hospital, Clarenville, NL
  • Western Memorial Regional Hospital, NL

Nous tenons à souligner la contribution des médecins, des épidémiologistes, des professionnels en prévention des infections et du personnel des laboratoires de chacun des hôpitaux participants, ainsi que du personnel de l’Agence de la santé publique au sein du Centre de la lutte contre les maladies transmissibles et les infections et du Laboratoire national de microbiologie de Winnipeg.

Annexe B : Résumé des hôpitaux participant au PCSIN, 2017

Annexe B : Résumé des hôpitaux participant au PCSIN, 2017
Région Ouest Centre Est National
Nombre total d'hôpitaux 26 28 12 66
Par type d'hôpital        
AdulteNote de bas de page 44 11 17 4 32
Mixtes 12 7 7 26
Pédiatrique 3 4 1 8
Pair taille d'hôpital        
Petit (1-200 beds) 7 6 5 18
Moyen (201-499 beds) 13 16 6 35
Grand (500+ beds) 6 6 1 13
Nombre total de lits 8 840 9 610 3 097 21 547
Nombre total d'admissions 452 390 475 375 103 644 1 031 409
Nombre total de jours-patients 3 261 626 3 460 831 914 818 7 637 275

La surveillance des IASS dans les hôpitaux participants est considérée comme relevant du mandat des programmes hospitaliers de prévention et de contrôle des infections et ne constitue pas une recherche humaine. La possibilité pour un hôpital de participer à la surveillance des IASS du PCSIN dépend du financement, de la capacité du site en matière de collecte de données, de l’accès aux services de laboratoire de l’hôpital et de sa capacité opérationnelle de participer au cours d’une année donnée. Par conséquent, la variation du nombre d'hôpitaux déclarants chaque année reflète l'évolution du nombre d'hôpitaux participants, qui a généralement augmenté avec le temps.

Annexe C : Définitions de cas et critères d’inclusion utilisés pour la surveillance de 2017

1. Infection à Clostridioides difficile (ICD)

Un épisode « primaire » d’ICD est défini comme étant le premier épisode d’ICD que connaît le patient ou un nouvel épisode d’ICD qui survient plus de huit (8) semaines après le précédent cas d’ICD confirmé chez le même patient.

Un patient est dit atteint d’une ICD :

  • s’il présente une diarrhée* ou de la fièvre, des douleurs abdominales et/ou un iléus ET une confirmation en laboratoire de résultat positif pour C. difficile à un essai de détection des toxines ou à une réaction en chaîne de la polymérase (PCR) (sans preuves raisonnables d’une autre cause de diarrhée);

OU

  • s’il a un diagnostic de pseudomembranes à la sigmoïdoscopie ou à la colonoscopie (ou après la colectomie) ou un diagnostic histologique/pathologique d’ICD;

OU

  • s’il a reçu un diagnostic de mégacôlon toxique (patients adultes uniquement).

* La diarrhée est définie par l’une ou l’autre manifestation suivante :

  • Six (6) selles liquides ou plus sur une période de 36 heures;
  • Trois (3) selles non moulées ou plus sur une période de 24 heures, si c’est nouveau ou inhabituel pour le patient (chez les patients adultes uniquement).

Exclusion

  • Tous patients âgés de moins d’un an.
  • Tous les patients pédiatriques (âgés de 1 an à moins de 18 ans) présentant une autre cause de diarrhée trouvée (rotavirus, norovirus, lavement, médicaments, etc.) sont exclus, même si le résultat du test de diagnostic du C. difficile est positif.

Classification des cas ICD

Lorsque l’ICD est détectée chez un patient, le cas est considéré comme un cas associé aux soins de santé ou acquis dans la collectivité selon le meilleur jugement clinique du professionnel de la santé ou du professionnel en prévention et contrôle des infections et à partir des critèresNote de bas de page 45 suivants :

Définition de cas d’ICD associé aux soins de santé (des hôpitaux répondants du PCSIN uniquement)

  • Relatif à l’hospitalisation en cours
    • Les symptômes de l’ICD apparaissent dans votre établissement de santé trois jours ou plus (ou ≥ 72 heures) après l’admission du patient.
  • Lié à une hospitalisation antérieure
    • Patients hospitalisés : les symptômes d’ICD du patient se manifestent moins de 3 jours après l’admission actuelle (ou moins de 72 heures) ET le patient avait déjà été hospitalisé dans votre établissement de soins de santé et avait reçu son congé dans les 4 semaines précédentes.
    • Patients ambulatoires : le patient présente des symptômes d'ICD à votre salle d'urgence ou à l'urgence et le patient a déjà été hospitalisé dans votre établissement de soins de santé et a obtenu son congé dans les 4 semaines précédentes.
  • Lié à une précédente exposition à des soins de santéNote de bas de page 47 dans votre établissement
    • Patients hospitalisés : les symptômes d’ICD du patient apparaissent moins de 3 jours après l’admission actuelle (ou moins de 72 heures) ET le patient a déjà été exposé à des soins de santé dans votre établissement au cours des 4 semaines précédentes.
    • Patients ambulatoires : le patient présente des symptômes d'ICD à votre salle d'urgence ou à l'ambulatoireNote de bas de page 46 ET le patient a déjà été exposé à des soins de santéNote de bas de page 47

    Définition de cas d’ICD acquise dans la collectivité

    • Patients hospitalisés : les symptômes d’ICD du patient se manifestent moins de 3 jours (ou moins de 72 heures) après l’admission, sans antécédents d’hospitalisation ni d’exposition à des soins de santéNote de bas de page 47 au cours des 12 semaines précédentes.
    • Patients ambulatoires : le patient présente des symptômes d'ICD à votre salle d'urgence ou à votre service ambulatoire sans antécédents d'hospitalisation ou de toute autre exposition aux soins de santé Note de bas de page 47 au cours des 12 semaines précédentes.

2. Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM)

Critères d’inclusion pour la surveillance du SARM

Définition de cas de SARM :

  • Isolement de Staphylococcus aureus quel que soit le siège du prélèvement;

ET

  • Résistance de l’isolat à l’oxacilline;

ET

ET

  • Il s’agit d’un « cas récemment identifié de SARM » dans un hôpital du PCSIN au moment de l’admission du patient à l’hôpital ou d’un cas déterminé pendant l’hospitalisation

Plus précisément :

  • Les infections à SARM diagnostiquées pour la première fois pendant cette hospitalisation
  • Les infections déjà diagnostiquées dans d’autres hôpitaux non affiliés au PCSIN (puisque nous nous intéressons aux cas de SARM récemment diagnostiqués aux hôpitaux du PCSIN)
  • Les infections déjà diagnostiquées dans votre établissement, mais qui constituent de nouveaux cas. Ces infections peuvent uniquement être déterminées si l’infection précédente découlait d’une souche différente. Autrement dit, le patient a de nouveau été exposé au SARM et a été infecté par une nouvelle souche d’une source différente (un nouveau code d’identification du patient doit être attribué uniquement lorsqu’on conforme qu’il s’agit d’une souche différente)
  • Infection à SARM identifiée sur un nouveau site (différent) chez un patient atteint d'une infection à SARM identifiée au cours d'une année de surveillance (civile) antérieureNote de bas de page 49

ET

  • Le cas répond aux critères d'infection à SARM tels que déterminés à l'aide des définitionsNote de bas de page 50 de surveillance du CDC / NHSN de janvier 2017 pour des infections particulières et conformément au meilleur jugement du professionnel de santé ou du professionnel en prévention et contrôle des infections.

Critères d’exclusion pour la surveillance du SARM :

  • Les cas de SARM déjà diagnostiqués dans d’autres établissements affiliés au PCSIN
  • Les cas provenant de l’urgence, de cliniques et les patients traités à l’externe qui ne sont pas admis à l’hôpital
  • Les cas de SARM réhospitalisés (à moins qu’il ne s’agisse d’une nouvelle souche/nouveau site (différent).

Définition des cas associés aux soins de santé (SS) :

Lorsque le SARM est détecté chez un patient, le cas est considéré comme un cas associé aux soins de santé selon le meilleur jugement clinique du professionnel de la santé ou du professionnel en prévention des infections et à partir des critères suivants :

  • Exposition à un milieu de soins de santé (y compris les établissements de soins de longue durée ou les cliniques) au cours des douze derniers moisNote de bas de page 51

OU

Définition des cas acquis dans la collectivité :

  • SARM détecté lors de l’admission à l’hôpital (jour civil 1 = jour de l’admission à l’hôpital) ou le lendemain de l’admission (jour 2)

ET

  • Aucun antécédent de portage de l’organisme

ET

AND

  • Aucune utilisation signalée de dispositifs médicaux.

Infection clinique à SARM

L'infection SARM est déterminée à l'aide des définitions de surveillance 2017 du CDC / NHSN pour des infections spécifiques et conformément au jugement des praticiens des soins de santé et / ou de l'IPC (PDF: 960 Ko, en analis seulement). Les critères d’infection CDC / NHSN peuvent être consultés à l’adresse  

L’infection à SARM serait considérée comme étant associée aux soins de santé si tous les éléments des critères d’infection propres aux lieux du NHSN des CDC étaient présents à partir du troisième jour civil après l’admission à l’établissement (le jour d’admission à l’hôpital étant le premier jour civil). L’infection à SARM serait considérée comme étant acquise dans la collectivité si tous les éléments des critères d’infection propres aux lieux du NHSN des CDC étaient présents au cours des deux jours civils précédant le jour de l’admission, le premier jour de l’admission (jour 1) ou le lendemain de l’admission (jour 2) et sont consignés dans le dossier médical.

Infection du sang à SARM (bactériémie)

Pour que l’infection soit considérée comme étant une bactériémie à SARM, une culture positive pour le SARM (confirmée par laboratoire) doit avoir été détectée dans au moins une hémoculture.

3. Entérocoques résistants à la vancomycine (ERV)

Définition d’un cas d’infection à ERV :

  • Isolement de la bactérie Enterococcus faecalis ou faecium

ET

  • Concentration minimale inhibitrice de vancomycine > 8 μg/ml

ET

  • Patient admis à l’hôpital

ET

  • Il s’agit d’un cas « récemment » déterminé d’infection à ERV dans un établissement du PCSIN au moment de l’admission du patient à l’hôpital ou d’un cas déterminé pendant l’hospitalisation.

L’infection à ERV est déterminée au moyen des définitions et des critères de janvier 2017 relatifs aux infections établis par le National Healthcare Safety Network (NHSN) des Centers for Disease Control and Prevention (CDC), ainsi que conformément au meilleur jugement du professionnel en prévention et contrôle des infections. Ces critères doivent être remplis au moment de la culture qui a produit l’ERV ou dans les 72 heures qui suivent la culture.

Définitions de surveillance 2017 du CDC / NHSN pour des infections spécifiques et conformément au jugement des praticiens des soins de santé et / ou de l'IPC (PDF: 960 Ko, en analis seulement)

Critères d’exclusion :

  • Cas déjà déterminés dans d’autres établissements affiliés au PCSIN (afin d’éviter qu’ils soient signalés en double au PCSIN)
  • Cas déterminés au service des urgences, en clinique ou dans d’autres services externes
  • Cas d’ERV réhospitalisés (À MOINS qu’il ne s’agisse d’une nouvelle souche)

Les soins de santé associés sont définis comme des patients hospitalisés répondant aux critères suivants et conformes au meilleur jugement clinique du praticien de la santé et / ou de la prévention et du contrôle des infections:

  • Exposition à un milieu de soins de santé (y compris les établissements de soins de longue durée ou les cliniques) au cours des douze derniers moisNote de bas de page 53

OU

4. Carbapenemase-Producing Enterobacteriaceae (CPE) and Carbapenem-Producing Acinetobacter (CPA)

Tout patient admis dans un hôpital participant au PCSIN pour lequel il y a eu confirmation par le laboratoire de l’hôpital (et une confirmation ultérieure par le LNM) d’un résultat positif du test ou du dépistage pour au moins un bacille Enterobacteriaceae et Acinetobacter spp., présentant potentiellement une sensibilité réduite aux carbapénèmes, de tout siège du prélèvement qui remplit les critères du Clinical and Laboratory Standards Institute (CLSI) suivants.Note de bas de page 55

4.1 Critères selon CLSI pour les Entérobactéries et Acinetobacter

Tableau 4.1a. Critères selon CLSI pour les Entérobactéries
Au moins UN des
suivants :
Enterobacteriaceae :
CMI
(μg/ml)
Diffusion avec
disque (mm)
Imipénème ≥ 4 ≤ 19
Méropénème ≥ 4 ≤ 19
Doripénème ≥ 4 ≤ 19
Ertapénème ≥ 2 ≤ 18

Diffusion avec disque en utilisant un disque de 10 µg de l’antimicrobien approprié.

Tableau 4.1b. Critères selon CLSI pour Acinetobacter
Au moins UN des
suivants :
Acinetobacter :
CMI
(μg/ml)
Diffusion avec
disque (mm)
Imipénème ≥ 8 ≤ 18
Méropénème ≥ 8 ≤ 14
Doripénème ≥ 8 ≤ 14

Les carbapénèmes constituent une catégorie de bêta-lactamines à spectre large recommandés pour le traitement de première intention des infections graves causées par certains organismes Gram négatif, ainsi que pour le traitement dirigé des organismes résistants aux antibiotiques à spectre étroit.

La résistance aux carbapénèmes peut être attribuable à des changements de la perméabilité de l’organisme à l’antibiotique, à la régulation positive des systèmes de sortie qui « pompent » l’antibiotique hors de la cellule, en général concordante avec la présence d’une bêta-lactamase à spectre étendu (BLSE) acquise ou de l’enzyme AmpC, ou encore à l’hyperproduction de bêta-lactamases intrinsèques dans un chromosome. Plus récemment, la résistance est de plus en plus attribuable à l’acquisition d’enzymes qui décomposent les carbapénèmes : les carbapénémases (p. ex., NDM-1, OXA-48, KPC, VIM, IMP, etc.). Les organismes résistants à ces derniers sous-ensembles sont appelés organismes producteurs de carbapénémases (OPC) et sont en raison de concerne puisque la résistance peut être facilement transférée à différents genres et espèces de bactéries. Ils sont rapidement devenus un problème de santé publique, non seulement en raison de la capacité à causer des infections associées aux soins de santé, mais également en raison de la capacité potentielle de colonisation des patients hospitalisés et des patients externes à cause de la transmissibilité facile, créant ainsi un réservoir de résistance bactérienne.

Les données présentées dans ce rapport incluent Enterobacteriaceae spp. et Acinetobacter spp. qui sont résistants aux carbapénèmes par la production d'une carbapénémase. Le premier isolat positif provenant d'un patient hospitalisé identifié comme étant colonisé ou infecté par les EPC ou  APC est éligible. Les isolats positifs ultérieurs provenant du même patient au cours de la même année civile sont éligibles si le patient présente un résultat positif pour une carbapénémase différente. Si le patient a été initialement colonisé et qu'il développe par la suite une infection avec le même gène, au cours de la même année civile, seule l'infection peut être incluse dans la surveillance. Les données des années précédentes incluses dans ce rapport ont été ajustées pour refléter ce changement.

5. Antibiogramme sur la bactérie E. coli

Admissibilité à participer

  1. Hôpitaux faisant partie du réseau du PCSIN ou affiliés à un site du PCSIN (et donc contribuant aux données antibiogrammes annuelles de cet établissement)
  2. Possibilité de soumettre des données d'antibiogramme annuel pour l'organisme cible E. coli (isolats de spécimens ne faisant pas l'objet d'un dépistage)
  3. Capable d'indiquer si les données d'antibiogramme appartiennent à l'une des catégories suivantes:
    1. Patients hospitalisés et ambulatoires combinés, c.-à-d. Patients hospitalisés et patients vus dans des cliniques hospitalières ou à l'urgence, qui pourraient avoir été admis ou non
    2. Patients hospitalisés seulement
    3. Patients Ambulatoires seulement
  4. Peut indiquer le type d’échantillon de données d’antibiogramme «Tous les types d’échantillon» ou «Toute l’urine».

Critères d’inclusion

  • Tous les isolats bactériens d’E. coli (isolats d’échantillons de dépistage non triés dont les doublons ont été retirés) inclus dans les données annuelles de l’antibiogramme
  • Un minimum de 30 isolats par antibiotique rapporté est requis pour pouvoir soumettre des données d'antibiogramme.

6. Utilisation des antimicrobiens (UAM)

Les hôpitaux participants fournissent une utilisation totale d'antimicrobiens pour adultes en milieu hospitalier, séparés par service ou par catégorie de service. Les données sur l'UAM chez l'adulte sont collectées à des doses journalières définies (DJD). Les hôpitaux fournissent en outre des données sur le dénominateur des jours-patients ventilées par catégories de services.

Critères d’inclusion :

  • L'utilisation antibiotique aiguë chez les patients adultes comprend tous les antibactériens systémiques (J01), le métronidazole par voie orale (code ATC: P01AB01) et la vancomycine par voie orale (code ATC: A07AA10).
  • Seuls les antibiotiques utilisés par des unités médicales, chirurgicales, combinées (médico-chirurgicales), en USI ou autres, composés de patients hospitalisés, sont inclus.

Variables collectées pour l'UMA chez les patients hospitalisés adultes:

  • Nom du médicament générique - selon les critères d'inclusion
  • Forme posologique ou voie d'administration (parentérale, orale ou par inhalation)
  • Nombre total d’unités DJD ou DJD (c.-à-d. grammes, milligrammes ou millions d’unités)
  • Jours de thérapie (DOT) si possible
  • Programme, paroisse ou catégorie de paroisse

Calcul des doses journalières définies :

Pour l'UMA adulte, les quantités de DJD nationales, régionales et spécifiques aux quartiers (catégorie de service) ont été calculées par classe d'antibiotiques et d'antibiotiques. L'utilisation totale d'antibiotiques a été calculée. Les taux standardisés pour 1 000 jours-patients ont été calculés. Lorsque le site de l'hôpital ne fournissait pas de DJD, l'indice ATC / DJD 2016 de l'OMS était utilisé pour convertir les grammes en équivalents de DJD.

Les antimicrobiens suivants sont des cas spéciaux:

  • Pour le co-trimoxazole (J01EE01), également appelé sulfaméthoxazole-triméthoprime, 1,6 g par DJD a été utilisé pour la conversion selon la base de données sur les produits pharmaceutiques de Santé Canada (l'OMS ne fournit pas de conversion de DJD).
  • Pour la benzylpénicilline (J01ECE01), également appelée pénicilline G, et benzathine benzylpénicilline (J01CE08), les données reçues en millions d'unités (MU) ont été converties en grammes (où 0,6 g = 1 MU), avant d'être converties en DJD en utilisant les valeurs de l'OMS.

Annexe D: Antibiotiques inclus dans les catégories de classe d'antibiotiquesNote de bas de page 56Note de bas de page57

Appendix D.a) Antibiotiques inclus dans les catégories de classe d'antibiotiques
Céphalosporines Combinaison d'inhibiteurs de
la pénicilline et de la β
-lactamase
Fluoroquinolones Pénicillines Glycopeptides
Cefaclor Amoxicilline et acide
clavulanique
Ciprofloxacine Amoxicilline Vancomycine
Cefadroxil Amoxicilline et autre
inhibiteur d'enzymes
Lévofloxacine Ampicilline  
Cefazolin Ampicilline et inhibiteur
d'enzymes
Moxifloxacine Combinaisons
d'ampicilline
Cefixime Pipéracilline et inhibiteur
d'enzymes
Norfloxacine Cloxacilline  
Céfotaxime Pipéracilline et tazobactam Ofloxacine Pénicilline g  
Cefotetan Ticarcilline et acide
clavulanique
  Pénicilline v  
Céfoxitine Ticarcilline et inhibiteur
d'enzymes
  La pipéracilline  
Cefprozil     Ticarcillin  
Ceftazidime        
Ceftobiprole        
Ceftriaxone        
Ceftriaxone combinations        
Cefuroxime        
Cephalexin        
Appendix D.b) Antibiotiques inclus dans les catégories de classe d'antibiotiques
Carbapénèmes Dérivés de nitroimidazole Macrolides Tétracyclines Comprimés sulfamides et triméthoprime
Doripénème Métronidazole Azithromycine Combinaisons de tétracyclines Sulfadiazine et tétroxoprim
Ertapenem   Clarithromycine Déméclocycline Sulfadiazine et triméthoprime
imipénème   Érythromycine Doxycycline Sulfadimidine et triméthoprime
Imipénème et cilastatine   Éthylsuccinate d'érythromycine Minocycline Sulfaméthoxazole et triméthoprime
Méropénem     Tétracycline Sulfamétrole et triméthoprime
      Tigécycline Sulfamétrole et triméthoprime
      Sulfamétrole et triméthoprime

Notes de bas de page

Note de bas de page 1

ICD associées aux soins de santé (ICD-SS) selon les hôpitaux répondants du PCSIN uniquement : comprennent tous les cas détectés et potentiellement contractés dans un hôpital du PCSIN. ICD associée aux soins de santé conformément à la définition de cas à l'annexe C.

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Note de bas de page 2

Proportion calculée à partir des hôpitaux qui ont déclaré les deux cas, ICD associées aux soins de santé et ICD associées à la communauté.

Retour à la référence de la note de bas de page 2

Note de bas de page 3

Données collectées en mars et avril de 2013 à 2017

Retour à la référence de la note de bas de page 3

Note de bas de page 4

Décès liés directement ou indirectement à une ICD, 30 jours après la date du premier échantillon de laboratoire ou histopathologie positif. Les données sur la mortalité sont recueillies durant une période de deux mois (mars et avril chaque année) pour les adultes (âgés de 18 ans et plus) et toute l'année pour les enfants (âgés d'un an à moins de 18 ans). Chez les patients pédiatriques, aucun décès attribuable à une ICD-SS n'a été noté.

Retour à la référence de la note de bas de page 4

Note de bas de page 5

Les isolats d'ICD sont recueillis durant une période de deux mois (mars et avril de chaque année) pour les adultes (âgés de 18 ans et plus) et toute l'année pour les enfants (âgés d'un an à moins de 18 ans uniquement chez les patients admis).

Retour à la référence de la note de bas de page 5

Note de bas de page 6

Les autres types de la souche NAP comprennent NAP2, NAP3, NAP5, NAP6, NAP7, NAP8, NAP9, NAP10 et NAP12.

Retour à la référence de la note de bas de page 6

Note de bas de page 7

ICD-AC selon les hôpitaux répondants du PCSIN uniquement à la définition de cas à l'annexe C.

Retour à la référence de la note de bas de page 7

Note de bas de page 8

Comprend les infections décelées dans le sang ET les isolats cliniques, ainsi que les cas associés aux soins de santé et acquis dans la collectivité détectés chez les patients admis.

Retour à la référence de la note de bas de page 8

Note de bas de page 9

Infections à SARM-SS : comprennent les cas décelés et potentiellement contractés dans les hôpitaux du PCSIN ou par une autre forme d’exposition aux soins de santé (hôpitaux non associés au PCSIN, cliniques, établissements de soins de longue durée, etc.) conformément à la définition à l’annexe C.

Retour à la référence de la note de bas de page 9

Note de bas de page 10

Infections à SARM-AC comprennent tous les cas détectés chez les patients admis avec aucune antécédent de portage de l'organisme et aucune hospitalisation ou aucun séjour dans un établissement de soins de longue durée au cours des douze derniers mois et aucune utilisation signalée de dispositifs médicaux conformément à la définition de cas à l'annexe C.

Retour à la référence de la note de bas de page 10

Note de bas de page 11

Le taux de mortalité toutes causes confondues est fondé sur le nombre de cas avec des données connexes sur les résultats après 30 jours.

Retour à la référence de la note de bas de page 11

Note de bas de page 12

Les isolats de SARM provenant d’échantillons non sanguins (urine, voies respiratoires, plaie et site opératoire) sont recueillis de janvier à mars chaque année, tandis que les isolats provenant d’échantillons sanguins sont recueillis toute l’année.

Retour à la référence de la note de bas de page 12

Note de bas de page 13

Les autres souches de 2013 à 2017 comprennent les suivantes : SARMC-1, SARMC-3/6, SARMC-4, SARMC-5, SARMC-8, ST72, ST88, ST97, ST398, ST772, ainsi que les souches américaines 700, 1000 et 1100 et des souches européennes.

Retour à la référence de la note de bas de page 13

Note de bas de page 14

Nombre total d'isolats testés pour la ciprofloxacine = 271 (2014) 104 (2015)

Retour à la référence de la note de bas de page 14

Note de bas de page 15

Nombre total d'isolats testés pour la clindomycine = 418 (2013), 572 (2014)

Retour à la référence de la note de bas de page 15

Note de bas de page 16

Nombre total d'isolats testés pour la Mupirocine - résistance élevée = 608 (2015)

Retour à la référence de la note de bas de page 16

Note de bas de page 17

Infections à ERV associées aux soins de santé : Comprennent tous les cas repérés par les hôpitaux participant au PCSIN et attribuable à une exposition dans tout autre milieu de soins de santé (hôpital ne participant pas au PCSIN, clinique, établissement de soins de longue durée, etc.), conformément à la définition de cas à l'annexe C.

Retour à la référence de la note de bas de page 17

Note de bas de page 18

Les autres comprennent les suivants: ST16, ST17, ST78, ST80, ST154, ST252, ST262, ST282, ST414, ST494, ST584, ST664, ST665, ST734, ST736, ST772, ST787, ST835, ST836, ST912, ST982, ST983, ST984, ST992, ST1032, ST1112, ST1113, ST1265.

Retour à la référence de la note de bas de page 18

Note de bas de page 19

Certains isolats sont sensibles ou modérément sensibles à la vancomycine, mais ils contenaient tous vanA ou vanB.

Retour à la référence de la note de bas de page 19

Note de bas de page 20

La daptomycine n’a pas de point de cassure en ce qui concerne être modérément sensible ou résistante. Par conséquent, ces isolats ne sont pas sensibles.

Retour à la référence de la note de bas de page 20

Note de bas de page 21

Le plus grand nombre d’infections déclaré dans la région du Centre est en grande partie attribué à un seul hôpital en 2013 et à un autre hôpital en 2016.

Retour à la référence de la note de bas de page 21

Note de bas de page 22

Les taux de mortalité sont fondés sur les cas d’infection lorsque des données sur les résultats et la classification étaient accessibles.

Retour à la référence de la note de bas de page 22

Note de bas de page 23

Comprennent les données pour tous les isolats soumis

Retour à la référence de la note de bas de page 23

Note de bas de page 24

Le complexe Enterobacter cloacae comprend Enterobacter cloacae et autres Enterobacter spp., sauf E. aerogenes

Retour à la référence de la note de bas de page 24

Note de bas de page 25

Les autres comprennent les suivants : Acinetobacter spp., Citrobacter spp., Klebsiella oxytoca, Kluyvera cryocrescens, Morganella morganii, Providencia rettgeri, Raoutella spp.

Retour à la référence de la note de bas de page 25

Note de bas de page 26

Le dénominateur de cette antibiotique était de 130 car les valeurs de CMI n'étaient pas fournies dans tous les cas en raison des algorithmes vitek Tous les isolats étaient résistants à l'ampicilline et tous sauf un à la céfazoline.

Retour à la référence de la note de bas de page 26

Note de bas de page 27

Comprennent les données pour tous les isolats APC soumis

Retour à la référence de la note de bas de page 27

Note de bas de page 28

Comprennent les données pour tous les isolats EPC soumis

Retour à la référence de la note de bas de page 28

Note de bas de page 29

On trouve cet enzyme uniquement dans Serratia marcescens

Retour à la référence de la note de bas de page 29

Note de bas de page 30

Un isolat en 2013, deux isolats en 2014, un isolat en 2015, deux isolats en 2016 et 5 isolats en 2017 contenaient à la fois NDM et OXA-48

Retour à la référence de la note de bas de page 30

Note de bas de page 31

Un isolat en 2015 contenait OXA-58 et NDM

Retour à la référence de la note de bas de page 31

Note de bas de page 32

Tous les types de patients incluent les patients hospitalisés et les patients ambulatoires, tous les types de spécimens comprennent l'urine, le sang et toute autre source par ex. plaie et respiratoire etc.

Retour à la référence de la note de bas de page 32

Note de bas de page 33

La collecte de données sur l'antibiogramme était un projet pilote en 2015

Retour à la référence de la note de bas de page 33

Note de bas de page 34

Comprennent les hôpitaux qui participent ou non au PCSIN

Retour à la référence de la note de bas de page 34

Note de bas de page 35

Comprend uniquement les DJD et les jours-patients adultes

Retour à la référence de la note de bas de page 35

Note de bas de page 36

Dans un hôpital, les données soumises pour 2014 proviennent de l'exercice financier. Dans un hôpital, seules des données disponibles sur 9 mois étaient disponibles

Retour à la référence de la note de bas de page 36

Note de bas de page 37

Les comptes qui combinent des USI et non-USI ont été exclus

Retour à la référence de la note de bas de page 37

Note de bas de page 38

Comprend uniquement les jours DJD adultes et les jours-patients adultes.

Retour à la référence de la note de bas de page 38

Note de bas de page 39

Les comptes des hôpitaux qui ne séparent pas les USI et non-USI ont été exclus des types de services USI et non-USI.

Retour à la référence de la note de bas de page 39

Note de bas de page 40

En 2014: sur un site, les données soumises pour 2014 proviennent de l'exercice financier; sur un site, seulement 9 mois de données étaient disponibles.

Retour à la référence de la note de bas de page 40

Note de bas de page 41

Les classes d'antibiotiques présentées représentent 94 à 95 % des DJD annuelles. La classification par classe d'antibiotiques est basée sur le système de classification anatomique, thérapeutique et chimique établi par le Centre collaborative de l’OMS 2016; voir l'annexe D pour les antimicrobiens inclus dans chaque catégorie.

Retour à la référence de la note de bas de page 41

Note de bas de page 42

En 2014: sur un site, les données soumises pour 2014 proviennent de l'exercice financier; sur un site, seulement 9 mois de données étaient disponibles.

Retour à la référence de la note de bas de page 42

Note de bas de page 43

Pour les glycopeptides et les dérivés de nitroimidazole, la classe d’antibiotiques ne comprend qu’un seul antibiotique (vancomycine et métronidazole, respectivement).

Retour à la référence de la note de bas de page 43

Note de bas de page 44

Sept hôpitaux classés adultes sont des hôpitaux pour adultes dotés d'une USIN

Retour à la référence de la note de bas de page 44

Note de bas de page 45

Adapté à partir des pratiques exemplaires recommandées par SHEA/IDSA « Strategies to Prevent Clostridium difficile Infections in Acute Care Hospitals: 2014 Update », qu’on trouve à l’adresse http://www.jstor.org/stable/10.1086/676023?origin=JSTOR-pdf

Retour à la référence de la note de bas de page 45

Note de bas de page 46

Ceci inclut toutes vos cliniques externes (oncologie [y compris chimiothérapie ou radiothérapie], dialyse, chirurgie d'un jour, hôpital de jour, clinique de transfusion, radiologie interventionnelle), mais peut ne pas être exhaustif.

Retour à la référence de la note de bas de page 46

Note de bas de page 47

Exposition liée aux soins de santé: le patient a eu au moins deux visites à l’un des endroits suivants (oncologie [y compris chimiothérapie ou radiothérapie], dialyse, chirurgie d’un jour, hôpital de jour, centre de transfusion, radiologie interventionnelle ou service d’urgence) OU a effectué une seule visite à l’urgence qui a durée plus de ou égal à 24 heures.

Retour à la référence de la note de bas de page 47

Note de bas de page 48

Comprend les urgences et les patients ambulatoires dont le test de dépistage du SARM a été positif, puis admis par la suite ou admis, mais toujours aux urgences en attente d'un lit dans un pavillon.

Retour à la référence de la note de bas de page 48

Note de bas de page 49

Par exemple, patient identifié en 2014 avec une infection respiratoire à SARM. Même patient admis en 2017 et identifié avec une infection à SARM ISO. Le patient serait considéré comme une nouvelle infection en 2017

Retour à la référence de la note de bas de page 49

Note de bas de page 50

L'infection SARM est déterminée à l'aide des définitions de surveillance 2017 du CDC / NHSN pour des infections spécifiques et conformément au jugement des praticiens des soins de santé et / ou de l'IPC. Les critères d’infection CDC / NHSN peuvent être consultés à l’adresse https://www.cdc.gov/nhsn/PDFs/pscManual/17pscNosInfDef_current.pdf.

Retour à la référence de la note de bas de page 50

Note de bas de page 51

Il faut tenir compte de la fréquence et de la nature de l’exposition dans un milieu de soins de santé. Par exemple, les patients pédiatriques qui ont visité une clinique au cours des douze derniers mois peuvent être considérés ou non comme des cas associés aux soins de santé.

Retour à la référence de la note de bas de page 51

Note de bas de page 52

Le premier jour civil est le jour de l’admission à l’hôpital.

Retour à la référence de la note de bas de page 52

Note de bas de page 53

Il faut tenir compte de la fréquence et de la nature de l'exposition dans un établissement de santé. Par exemple, les patients pédiatriques ayant eu des visites à la clinique pour otite moyenne, asthme, bébé en bonne santé, etc. au cours des 12 derniers mois peuvent être considérés ou non comme des AH, alors que les patients pédiatriques ayant des visites à la clinique impliquant des procédures invasives ou une chirurgie d'un jour risquent davantage être considéré comme HA.

Retour à la référence de la note de bas de page 53

Note de bas de page 54

Le premier jour du calendrier est le jour de l'admission à l'hôpital.

Retour à la référence de la note de bas de page 54

Note de bas de page 55

Clinical and Laboratory Standards Institute. 2016. Performance standards for antimicrobial susceptibility testing; 25th informational supplement, M100-S27 (December 2016). Clinical and Laboratory Standards, Wayne, PA.

Retour à la référence de la note de bas de page 55

Note de bas de page 56

Source: Indice ATC / DJD de l'OMS 2016

Retour à la référence de la note de bas de page 56

Note de bas de page 57

Le tableau ne comprend que les dix principales classes d'antibiotiques en 2016

Retour à la référence de la note de bas de page 57

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

.

Date de modification :