ARCHIVÉ - Programmes organisés de dépistage du cancer du sein au Canada - Rapport sur la performance des programmes en 2003 et en 2004

 

Sommaire

Le cancer du sein est le type de cancer le plus fréquent et la deuxième cause de mortalité par cancer chez les Canadiennes. En 2008, nous avons estimé 22 400 nouveaux cas de cancer du sein et 5 300 décès (1). L’incidence du cancer du sein a continué d’augmenter jusqu’en 1999, moment où elle s’est stabilisée; depuis, nous avons même remarqué quelques baisses non-significatives. La mortalité causée par le cancer du sein a chuté de 25 % depuis les vingt dernières années (2). Bien que le cancer du sein puisse survenir chez les femmes de tous âges, près de la moitié des nouveaux cas apparaît chez les femmes de 50 à 69 ans. La détection précoce grâce à des programmes organisés de dépistage, combinée à un traitement efficace, reste le meilleur outil dont on dispose pour continuer à réduire la mortalité par cancer du sein chez les femmes de ce groupe d’âge. Toutefois, la prévention primaire par le biais de certains facteurs de risques modifiables s’annonce prometteuse.

La surveillance et l’évaluation des programmes organisés de dépistage du cancer du sein permettent d’apprécier leur impact sur la mortalité et la morbidité associées au cancer du sein, de même que les effets indésirables potentiels du dépistage. L’évaluation systématique des programmes organisés nous aide à s’assurer que les Canadiennes aient accès à des services de dépistage de grande qualité. Le présent rapport présente une évaluation de la performance des programmes organisés sur le dépistage du cancer du sein au Canada pour les années 2003 et 2004, en fonction de données issues des 10 provinces et d’un territoire, et versées dans la Base de données canadienne sur le dépistage du cancer du sein.

Les bienfaits sociétaux attribuables au dépistage du cancer du sein dépendent de la présomption que 70 % des femmes éligibles font l’objet d’une mammographie tous les deux ans. Toutefois, cet objectif demeure inatteignable pour les programmes organisés à l’échelle nationale. Bien que plusieurs programmes continuent de voir augmenter la participation des femmes, quelques programmes avancés semblent avoir plafonné à un taux de participation légèrement au-dessus de 50 %. Les Premiers Ministres ont reconnu l’importance de l’accès à l’imagerie diagnostique en temps opportun en 2004 dans leur Plan décennal pour consolider les soins de santé. Ce plan a permis l’élaboration de «garantie sur le délais d’attente» pour les mammographies dans plusieurs juridictions (3).

L’objectif principal des programmes organisés de dépistage du cancer du sein est de détecter les cas de cancers le plus tôt possible afi n de minimiser les traitements requis et réduire les probabilités de décès. Les indicateurs de succès des programmes incluent la proportion des cancers de petite taille et la proportion de ceux qui sont limités au sein. Selon l’information disponible, tous les programmes canadiens rencontrent leurs objectifs en ce qui a trait à la taille des tumeurs et à l’envahissement ganglionnaire, ce qui indique que les femmes peuvent grandement bénéficier de leur participation aux programmes.

La majorité des Canadiennes entre 50 et 69 ans qui participent aux programmes de dépistage le font de façon bisannuelle. Toutefois, cela peut varier en fonction de plusieurs caractéristiques : le fait qu’il s’agisse ou non d’un dépistage initial, le fait qu’il y ait eu un faux positif dans le passé, les antécédents familiaux de cancer du sein et le programme provincial dont il s’agit. Il serait fort intéressant d’étudier les associations entre ces caractéristiques et les résultats des épisodes de dépistage en vue d’une analyse éventuelle.

Au cours des années à venir, les programmes organisés de dépistage continueront d’offrir aux Canadiennes un dépistage du cancer du sein de grande qualité. Les programmes visent à réduire la morbidité et la mortalité associées au cancer du sein grâce à l’évaluation des programmes, à la recherche et à l’adaptation des politiques de programme au fur et à mesure de la disponibilité de données probantes récentes et de nouvelles technologies. L’Initiative canadienne sur le cancer du sein, qui donne son appui à la production du présent rapport, offre un forum permettant un partage d’information en vue de surmonter les défis auxquels font face les programmes de dépistage. L’information qui se trouve dans ce rapport est utilisée par les gouvernements, les agences de lutte contre le cancer, les gestionnaires de programmes de dépistage, les professionnels de la santé et les autres intervenants en matière de cancer du sein pour améliorer la performance des programmes de dépistage dans l’ensemble du Canada.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :