Maladies chroniques au Canada

Maladies chroniques au Canada - couverture

Volume 28, no 4, 2008

Version PDF intégrale (873 KB)

Le numéro intégral et tous les articles sont téléchargeables en version PDF. Télédéchargement de documents en format PDF

Table des matières

Les articles de fond :

1. Facteurs de risque de chutes chez les aînés vivant dans la communauté et ayant recours aux services de soutien à domicile : modèle de risques élargi avec covariables dépendantes du temps et événements récurrents
Voir résumé

BS Leclerc, C Bégin, É Cadieux, L Goulet, N Leduc, M-J Kergoat, P Lebel

version PDF 179 KB

2. L’usage du tabac selon le sexe chez les immigrants éthiopiens vivant à Toronto
Voir résumé
I Hyman, H Fenta, S Noh

version PDF 142 KB

3. Ethnicité et santé mentale : Conceptualisation, défi nition et opérationnalisation de l’ethnicité dans le contexte canadien
Voir résumé

DE Clarke, A Colantonio, AE Rhodes, M Escobar

version PDF 458 KB

4. Association des troubles de l’humeur concomitants et des maladies chroniques avec l’incapacité et la qualité de vie en Ontario, Canada
Voir résumé

T Gadalla

version PDF 146 KB

5. Évaluation des coûts associés aux troubles anxieux et aux troubles de l’humeur au moyen d’une enquête téléphonique
Voir résumé
SB Patten,; JVA Williams, C Mitton

version PDF 145 KB

Maladies chroniques au Canada (MCC) est une revue scientifi que trimestrielle mettant au point les données probantes actuelles sur la prévention et la lutte contre les maladies chroniques (c.-à-d. non transmissibles) et les traumatismes au Canada. Selon une formule unique et depuis 1980, la revue publie des articles soumis à l'examen par les pairs des auteurs et provenant des secteurs tant public que privé et comprenant des recherches effectuées dans des domaines tels que l'épidémiologie, la santé publique ou communautaire, la biostatistique, les sciences du comportement, et l'économie ou les services de la santé. Tous les articles de fond sont soumis à l'examen par les pairs des auteurs; les autres types d'articles ne le sont pas. Les auteurs demeurent responsables du contenu de leurs articles, et les opinions exprimées ne sont pas forcément celles du Comité de rédaction de MCC, ni celles de l'Agence de la santé publique du Canada.

Résumés des articles de fond Maladies chroniques au Canada, volume 29, no 1, 2008

Article 1 : Facteurs de risque de chutes chez les aînés vivant dans la communauté et ayant recours aux services de soutien à domicile : modèle de risques élargi avec covariables dépendantes du temps et événements récurrents

Auteurs : BS Leclerc, C Bégin, É Cadieux, L Goulet, N Leduc, M-J Kergoat, P Lebel

Résumé :

Dans les études longitudinales, il devient diffi cile de déterminer les facteurs de risque
de chutes, car l’exposition varie durant la période de suivi et les sujets peuvent subir
un événement plus d’une fois. Or, les analystes font peu de cas de ces considérations et
n’utilisent pas nécessairement les bonnes méthodes statistiques. En règle générale, on se
concentre sur la proportion des personnes ayant fait une chute ou le temps écoulé jusqu’à
la première chute. Dans un cas comme dans l’autre, on fait abstraction de l’hypothèse
fondamentale de l’indépendance des événements et on écarte par le fait même des données
pertinentes. Dans le présent article, nous examinons les méthodes en usage actuellement
et nous proposons une extension du modèle de risques de Cox. Nous illustrons cette version
étendue du modèle par une étude des facteurs de risque susceptibles d’être associés à des
chutes parmi un groupe de 959 personnes âgées. Enfi n, nous comparons les résultats
obtenus avec la méthode de Wei, Lin et Weissfeld (ci-après désignés WLW) et ceux
obtenus avec plusieurs autres méthodes. Les facteurs d’exposition étudiés qu’ils soient
fi xes ou variables dans le temps comprennent les caractéristiques socio-démographiques,
l’indice de masse corporelle (IMC), le risque nutritionnel, la consommation d’alcool, les
dangers de l’environnement domiciliaire, la démarche et l’équilibre, et la consommation
de médicaments. Notre étude révèle que les méthodes utilisées couramment pour analyser
les facteurs de risque de chutes sont inadéquates, car elles créent un biais appréciable
comparativement au modèle de WLW, qui utilise des covariables dépendantes du temps.
Les résultats de notre étude montrent également qu’il peut être vain de modéliser la
première survenue d’un événement, étant donné que le risque de survenue varie entre
les chutes.

Article 2 : L’usage du tabac selon le sexe chez les immigrants
éthiopiens vivant à Toronto

Auteurs : I Hyman, H Fenta, S Noh

Résumé :

Cet article présente des données descriptives sur l’usage du tabac chez les immigrants
éthiopiens selon le sexe à Toronto (Canada). Il se fonde sur un plan d’enquête
épidémiologique transversale (N = 342) et les résultats sont principalement établis à
partir de mesures touchant les fumeurs actuels (réguliers ou occasionnels), les fumeurs
quotidiens et les anciens fumeurs. De façon globale, 20,8 % des personnes incluses dans
l’échantillon fumaient au moment de l’étude et 15,7 % faisaient quotidiennement usage
de tabac. Même si la proportion de fumeurs (actuels et quotidiens) était beaucoup plus
élevée chez les hommes que chez les femmes, près de deux fois plus de femmes que
d’hommes fumant quotidiennement déclaraient avoir commencé à fumer après la
migration (60,0 % contre 30,2 %). De plus, 80,0 % des femmes qui fumaient
quotidiennement affirmaient fumer plus depuis leur migration, comparativement à
environ 56 % des hommes. Une proportion beaucoup plus importante d’hommes que de
femmes étaient d’anciens fumeurs quotidiens (17,8 % comparativement à 4,4 %). Les
résultats de l’étude constituent un défi pour les spécialistes en santé publique, puisqu’ils
amènent à se demander comment prévenir l’adoption du tabac par les femmes éthiopiennes
et comment faciliter l’abandon du tabac chez les hommes éthiopiens. Les corrélations
avec l’usage du tabac au moment de l’étude donnent à penser que les programmes de
prévention du tabagisme et de renoncement au tabac dans les collectivités de nouveaux
immigrants pourraient être améliorés s’ils tenaient compte des contextes social,
économique et religieux qui influent sur la vie des nouveaux arrivants selon leur sexe.

Article 3 : Ethnicité et santé mentale : Conceptualisation, défi nition et opérationnalisation de l’ethnicité dans le contexte canadien

Auteurs : DE Clarke,; A Colantonio, AE Rhodes, M Escobar

Résumé :

La présente étude fournit un compte rendu critique des études canadiennes sur l’ethnicité et la santé mentale pour ce qui est de la définition, de la conceptualisation et de l’opérationnalisation de l’ethnicité. Elle constitue un article fondateur sur les problèmes de méthodologie liés à ces facteurs et leurs répercussions, dans le but de guider la recherche future et de rendre possible la comparabilité des résultats entre les différentes études. Les bases de données Sociological Abstracts, PsycINFO, MEDLINE et CINAHL ont servi à répertorier les articles canadiens pertinents publiés entre janvier 1980 et décembre 2004. Ce compte rendu met en évidence un certain nombre de questions importantes que les futurs chercheurs devront prendre en considération, telles que la nécessité : 1) d’expliquer clairement pourquoi l’ethnicité est importante dans le cadre de leur recherche; 2) de fournir une définition claire de l’ethnicité, qui influe sur sa conceptualisation et son opérationnalisation; 3) de présenter une conceptualisation de l’ethnicité fondée sur la théorie, qui doit être reliée à la question sur laquelle porte la recherche et 4) de donner des justifications claires pour ce qui est des décisions prises au sujet de la source de données utilisée, de l’opérationnalisation de l’ethnicité et des catégories ethniques incluses dans leurs études.

Article 4 : Association des troubles de l’humeur concomitants et des maladies chroniques avec l’incapacité et la qualité de vie en Ontario, Canada

Auteur : T Gadalla

Résumé :

La prévalence des troubles de l’humeur est plus élevée chez les personnes atteintes d’une maladie physique chronique comparativement aux personnes ne souffrant pas d’une telle maladie. Ces troubles augmentent le degré d’incapacité associé à l’affection physique et exercent un effet défavorable sur l’évolution de cette dernière, contribuant ainsi aux difficultés professionnelles, à une perturbation des relations familiales et interpersonnelles, à un mauvais état de santé et au suicide. La présente étude est fondée sur les données recueillies dans l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, cycle 3.1 (2005); elle vise à examiner les facteurs associés aux troubles de l’humeur concomitants et à évaluer leur association avec la qualité de vie des personnes vivant en Ontario. Les résultats ont indiqué que les sujets atteints du syndrome de fatigue chronique, de fibromyalgie, d’un trouble intestinal ou d’ulcères gastriques ou intestinaux présentaient les taux les plus élevés de troubles de l’humeur. La probabilité de présenter un trouble de l’humeur concomitant était plus élevée chez les femmes, les célibataires, les démunis, les personnes nées au Canada et les personnes âgées de 30 à 69 ans. La présence de troubles de l’humeur concomitants était associée de manière significative à l’incapacité de courte durée, au besoin d’aide pour exécuter les activités instrumentales de la vie quotidienne et à l’idéation suicidaire. Il convient d’encourager les dispensateurs de soins à dépister de façon proactive les troubles de l’humeur chez les patients atteints d’une maladie chronique, particulièrement dans les sous-groupes considérés comme étant à risque élevé de présenter de tels troubles.

Article 5 : Évaluation des coûts associés aux troubles anxieux et aux troubles de l’humeur au moyen d’une enquête téléphonique

Auteur : SB Patten, JVA Williams, C Mitton

Résumé :

Les études de coûts sont essentielles aux décisions stratégiques en matière de santé. Les estimations de coûts disponibles concernant les troubles anxieux et les troubles de
l’humeur au Canada ne sont, cependant, peut-être plus à jour. Dans la présente étude,
nous avons estimé un ensemble de coûts directs liés aux soins de santé, en utilisant les
données recueillies au moyen d’une enquête téléphonique provinciale portant sur les
troubles anxieux et les troubles de l’humeur en Alberta. L’enquête a fait appel à la
méthode de composition aléatoire afin de joindre un échantillon de 3 394 résidants de
ménages âgés de 18 à 64 ans. L’entrevue téléphonique comprenait des questions permettant
d’évaluer les coûts, sans indiquer si ces coûts étaient engagés par le répondant, le
gouvernement ou un régime de santé. L’entrevue intégrait également la mini-entrevue
diagnostique neuropsychiatrique (Mini Neuropsychiatric Diagnostic Interview [MINI]).
Les coûts associés aux antidépresseurs semblent avoir augmenté depuis la publication des
dernières estimations de coûts disponibles. Étonnamment, la majeure partie des coûts des
antidépresseurs étaient engagés par les répondants ne présentant aucun trouble décelé.
De plus, contre toute attente, une proportion importante des coûts des médicaments se
rapportaient aux médicaments psychotropes autres que les antidépresseurs et les
anxiolytiques-sédatifs-hypnotiques. De tels résultats laissent croire que les coûts associés
au traitement antidépresseur ont subi des changements notables. Il est possible que les
données disponibles sur les coûts de la maladie ne soient plus à jour et que certaines
hypothèses émises dans des études précédentes ne soient plus valables aujourd’hui.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :