Relevé des maladies transmissibles au Canada

décembre 2008

Volume 34
numéro 12

Rapport mensuel

Enfants hospitalisés pour cause de grippe durant la saison 2006-2007 : rapport du progamme canadien de surveillance active des effets secondaires associés aux vaccins (IMPACT)

C Burton, MD (1), W Vaudry, MD (1), D Moore, MD (2), D Scheifele, MD (3), J Bettinger, PhD (3), S Halperin, MD (4), T Tam, MD (5), B Law, MD (6) pour le Programme canadien de surveillance active des effets secondaires associés aux vaccins (IMPACT)

  1. Division des maladies infectieuses, Département de pédiatrie, Université de l'Alberta, Stollery Children's Hospital, Edmonton (Alberta)
  2. Division des maladies infectieuses, L'Hôpital de Montréal pour enfants, Centre universitaire de santé McGill, Montréal (Québec)
  3. Université de la Colombie-Britannique, Division des maladies infectieuses et immunologiques, Département de pédiatrie, Vancouver (Colombie- Britannique)
  4. IWK Health Centre, Département de pédiatrie, Université Dalhousie, Halifax (Nouvelle-Écosse)
  5. Centre de mesures et d'interventions d'urgence, Direction générale des maladies infectieuses et des mesures d'urgence, Agence de la santé publique du Canada, Ottawa (Ontario)
  6. Centre de l'immunisation et des infections respiratoires, Agence de la santé publique du Canada, Ottawa (Ontario)

Introduction

Les infections grippales sont monnaie courante chez les enfants et s'accompagnent d'une morbidité importante. Bien que, dans la majorité des cas, les enfants atteints de la grippe présentent des symptômes respiratoires et de la fièvre, le virus grippal peut aussi causer des complications touchant le foie, les reins, le coeur et le système nerveux central (SNC)(1-7) . Durant la saison grippale, le taux d'hospitalisation motivée par une affection cardio-respiratoire chez les jeunes enfants en bonne santé, surtout chez les < 6 mois, avoisine celui des adultes à haut risque(8-10) . C'est chez les très jeunes enfants que le fardeau associé à la grippe est le plus élevé; selon les études récentes, les taux d'hospitalisation imputable à une grippe confi rmée en laboratoire se situent entre 2,5 et 4,5 pour 1 000 chez les enfants âgés de < 6 mois et entre 0,9 et 1,2 pour 1 000 chez les enfants de 6 à 23 mois(11-16) . Ces taux sont encore plus élevés chez les jeunes enfants atteints d'affections sous-jacentes à haut risque; dans leur cas, ils sont estimés à 19 pour 1 000 chez les enfants âgés de < 1 an et à 8 pour 1 000 chez les 12 à 35 mois(17) . La déclaration du Conseil consultatif national de l'immunisation (CCNI) sur la vaccination antigrippale pour la saison 2006-2007 recommandait de cibler les groupes qui sont à haut risque de souffrir d'une infection grippale grave, notamment tous les enfants âgés de 6 à 23 mois et les enfants souffrant de certaines affections chroniques. Comme aucun vaccin antigrippal n'est actuellement homologué pour usage chez les enfants de < 6 mois, le CCNI a recommandé de vacciner les contacts familiaux et les femmes enceintes devant accoucher durant la saison grippale(18) .

Le Programme canadien de surveillance active des effets secondaires associés aux vaccins (IMPACT) est un réseau de surveillance, implanté dans des hôpitaux pédiatriques, qui collecte les renseignements sur les maladies évitables par la vaccination et les effets secondaires suivant l'immunisation. Le réseau IMPACT surveille les hospitalisations pédiatriques imputables à la grippe au Canada depuis 2003. Il offre un outil intégré de surveillance des profi ls de morbidité et des programmes de vaccination au Canada en fournissant en temps réel le nombre total de cas ainsi que des renseignements cliniques. Le présent rapport résume les données collectées durant la quatrième année de cette surveillance de la grippe (2006-2007). Ses buts sont les suivants : rendre compte des caractéristiques démographiques et cliniques des enfants hospitalisés pour la grippe au Canada; documenter l'état vaccinal des enfants à l'égard de la grippe; repérer les groupes à haut risque qui peuvent ne pas être inclus dans les recommandations concernant la vaccination antigrippale. Ce résumé sera suivi d'une comparaison avec les données d'IMPACT des années précédentes.

 

Méthodes

La surveillance active des hospitalisations imputables à une grippe confi rmée en laboratoire chez les enfants de 0 à 16 ans a été effectuée par le réseau de surveillance IMPACT, dont les 12 centres sont les hôpitaux qui reçoivent les cas de toutes les provinces et de tous les territoires et qui représentent plus de 90 % des lits de soins tertiaires dans les hôpitaux pour enfants au Canada. Les cas retenus dans l'étude sont les patients qui ont été admis dans un centre IMPACT pour une infection grippale confi rmée en laboratoire. Chaque hôpital du réseau IMPACT pratique systématiquement des tests pour diagnostiquer les infections virales chez tous les enfants hospitalisés présentant des symptômes respiratoires. Les hospitalisations pédiatriques pour cause de grippe ont été identifi ées d'après les rapports d'analyses des laboratoires de virologie et/ou les dossiers d'hospitalisation. Les données de laboratoire acceptables pour déterminer la présence d'une infection grippale sont des résultats positifs à une culture virale, au dosage immunologique ou aux analyses moléculaires de l'acide nucléique. Lorsqu'un cas est repéré, des infi rmières surveillantes spécialement formées examinent le dossier du patient pour déterminer le motif de son admission à l'hôpital. Seuls les enfants qui ont été hospitalisés parce qu'ils souffraient de la grippe ou d'une complication de la grippe ont été retenus comme « patients-cas ». Les cas nosocomiaux ont été écartés.

Les données sur les caractéristiques démographiques, les affections sous-jacentes, l'état vaccinal, les méthodes employées pour diagnostiquer la grippe, les manifestations cliniques, le traitement, le déroulement de l'hospitalisation et les données sur l'issue de l'hospitalisation ont été recueillis à l'aide d'un formulaire de déclaration de cas normalisé. L'état vaccinal a été déterminé à partir des mentions portées dans le dossier d'hospitalisation ou communiquées par le vaccinateur. Pour les besoins de la présente analyse, on a considéré qu'un enfant âgé de ≤ 9 ans était complètement vacciné s'il avait reçu deux doses pendant sa première saison grippale ou une dose pendant sa deuxième saison, et si la dernière dose avait été administrée > 28 jours avant l'infection. Les formulaires de déclaration de cas détaillés ont été remplis et envoyés chaque mois au centre de données du réseau IMPACT à Vancouver, en Colombie- Britannique. Les données ont été analysées à l'aide du système SAS v8.1 (SAS Institute, Cary, Caroline du Nord).

Résultats

En tout, 371 enfants ont été hospitalisés pour cause de grippe durant la saison grippale 2006-2007. La distribution géographique et temporelle de ces cas a été décrite dans un rapport précédent(19). Les pics d'hospitalisation se sont produits simultanément dans les centres de l'Est et de l'Ouest. Le centre IMPACT de Québec a reçu le plus grand nombre de cas (n = 90), suivi de Montréal (n = 61), Toronto (n = 39) et Vancouver (n = 38) (tableau 1).

Tableau 1. Distribution géographique des enfants hospitalisés pour une grippe, selon le nombre et le type de virus

Centre IMPACT Type A Type B Type A+B TOTAL
n % n % n % n %
St. John's 11 100 0 0.0 0 0 11 3.0
Halifax 21 100 0 0.0 0 0 21 5.7
Québec 66 73.3 21 23.3 3 3.3 90 24.3
Montréal A 21 53.8 18 46.2 0 0 39 10.5
Montréal B 15 68.2 7 31.8 0 0 22 5.9
Ottawa 36 97.3 1 2.7 0 0 37 10.0
Toronto 36 92.3 3 7.7 0 0 39 10.5
Winnipeg 21 100 0 0.0 0 0 21 5.7
Saskatoon 4 100 0 0.0 0 0 4 1.1
Edmonton 35 94.6 2 5.4 0 0 37 10.0
Calgary 12 100 0 0.0 0 0 12 3.2
Vancouver 33 86.8 5 13.2 0 0 38 10.2
TOTAL 311 83.8 57 15.4 3 0.8 371 100

Type du virus

La grippe A a représenté 311 cas (83,8 %) et la grippe B, 57 cas (15,4 %). Trois enfants (0,8 %) ont été infectés simultanément par les grippes A et B. Le nombre le plus élevé d'hospitalisations imputables à la grippe A s'est produit durant la semaine 9 (fi n février/début mars); dans le cas de la grippe B, il s'est produit durant la semaine 14 (mi-avril). Tous les centres IMPACT ont reçu plus de cas de grippe A que de cas de grippe B (tableau 1). Les hospitalisations imputables à la grippe B ont été beaucoup plus nombreuses dans les trois centres IMPACT du Québec que dans tout autre centre au Canada. Aucun cas de grippe B n'a été signalé à St. John's, à Halifax, à Winnipeg, à Saskatoon ou à Calgary. Le tableau 2 indique la distribution des cas selon l'âge ainsi que les caractéristiques démographiques. La majorité des enfants hospitalisés étaient âgés de < 5 ans (297/371, soit 80,1 %) : 49,5 % avaient < 2 ans, 30,5 % étaient âgés de 2 à 5 ans et 19,9 % avaient m 6 ans. Tous les cas de grippe B signalés étaient des enfants âgés de < 11 ans. Les garçons ont représenté 227 admissions (61,2 %).

Tableau 2. Caractéristiques démographiques et état vaccinal des enfants hospitalisés pour cause de grippe selon l'âge, et type de virus, 2006-2007

Age Sexe État de santé Type de virus État vaccinal à l'égard de la grippe Total des cas
Garçons/
fi lles
Bonne
santé
Mauvaise santé       Non vacciné/ incomplètement vacciné Complètement vacciné**
Total - mauvaise santé Vaccination indiquée* Vaccinationbr /> non indiquée A B A+B
n n n n n n n n n n n(%)
< 3 mois 30/20 43 7 2 5 44 6 0 50 0*** 50 (13.5)
3-5 mois 19/5 13 11 6 5 20 4 0 24 0*** 24 (6.5)
6-23 mois 66/44 57 53 37 16 98 11 1 103 7 110 (29.6)
2-5 ans 70/43 53 60 45 15 86 26 1 97 16 113 (30.5)
6-12 ans 30/23 14 39 35 4 43 10 0 45 8 53 (14.3)
> 12 ans 12/9 3 18 17 1 20 0 1 15 6 21 (5.7)
Total 227/144 183 188 142 46 311 57 3 334 37 371 (100)
* Selon la déclaration du CCNI pour la saison 2006-2007, les aff ections constituant des indications de la vaccination sont les aff ections cardiaques chroniques, les aff ections pulmonaires chroniques, le diabète sucré et d'autres maladies métaboliques, le cancer, l'immunodéfi cience, l'immunodépression, la néphropathie chronique, l'anémie, l'hémoglobinopathie, les aff ections nécessitant la prise d'acide acétylsalicylique pendant de longues périodes, la vie en établissement et les aff ections qui compromettent l'évacuation des sécrétions respiratoires et qui sont associées à une augmentation du risque de fausse route18. ** Comprend : Enfants > 9 ans qui ont reçu 1 dose de vaccin antigrippal, enfants < 9 ans qui ont reçu 1 dose de vaccin antigrippal cette saison, mais qui ont reçu le vaccin antigrippal lors d'une saison précédente, et enfants < 9 ans qui ont reçu 2 doses de vaccin antigrippal cette saison. Pour que la vaccination soit considérée complète, la dernière dose doit avoir été administrée > 28 jours avant l'hospitalisation. *** Aucun vaccin contre la grippe n'est actuellement homologué au Canada pour usage chez l'enfant de moins de 6 mois

 

État de santé antérieur

Des 371 cas déclarés, 183 (49,3 %) étaient des enfants jusque-là en bonne santé. La proportion des enfants en bonne santé au moment où ils ont contracté la grippe diminuait avec l'âge : 56/74 (75,7 %) < 6 mois, 57/110 (51,8 %) de 6 à 23 mois, 53/113 (46,9 %) de 2 à 5 ans et 17/74 (23,0 %) ≥ 6 ans étaient auparavant en bonne santé (figure 1).

État de santé par groupe d'âge

Les 188 enfants (50,7 %) qui n'étaient pas auparavant en bonne santé cumulaient 294 affections chroniques diagnostiquées (tableau 3). De ce nombre, 142 enfants (75,5 %) souffraient d'affections constituant des indications de vaccination antigrippale et 46 (24,5 %) enfants présentaient d'autres affections. Les états pathologiques sous-jacents les plus courants étaient la maladie pulmonaire chronique (18,3 % de tous les cas) et les troubles neurologiques ou du développement (12,4 % des cas). Parmi les 46 enfants qui souffraient d'un trouble neurologique ou du développement sous-jacent, 15 n'avaient pas d'indication pour la vaccination, 26 souffraient de problèmes médicaux qui constituaient des indications de la vaccination et cinq n'avaient pas d'autres problèmes médicaux, mais étaient âgés de 6 à 23 mois. Chez 14 de ces 26 enfants, la vaccination était indiquée à cause de troubles neurologiques susceptibles d'altérer leur fonction respiratoire et les 12 autres présentaient d'autres affections chroniques à haut risque. Dix enfants présentaient un retard du développement. Quinze enfants avaient des antécédents de crises convulsives; trois d'entre eux avaient connu des accès de convulsions fébriles simples.

Tableau 3. Aff ections sous-jacentes chez les enfants hospitalisés pour une grippe, selon les recommandations du CCNI sur la vaccination antigrippale, 2006-2007(18)

Affection sous-jacente Nombre / % d'enfants atteints de l'aff ection*
Affections constituant une indications de la vaccination** (n = 180) n %
Affection cardiaque chronique 18 4.9
Affection pulmonaire chronique 68 18.3
Diabète sucré ou autre maladie métabolique 12 3.2
Cancer 18 4.9
Immunodéfi cience, acquise ou héréditaire 4 1.1
Immunodépression 14 3.8
Néphropathie 5 1.3
Anémie 6 1.6
Hémoglobinopathie 10 2.7
Affections qui peuvent altérer la fonction respiratoire 25 6.7
Affections ne constituant pas une indication de la vaccination*** (n = 114)
Trouble neurologique ou du développement 46 12.4
Trouble génito-urinaire 4 1.1
Trouble gastro-intestinal ou hépatique 13 3.5
Trouble nutritionnel 4 1.1
Affection des os, des articulations ou du tissue conjonctif 6 1.6
Trouble ou syndrome multisystémique 6 1.6
Infection aiguë concomitante 14 3.8
Prématurité, admission pendant la première année de vie 14 3.8
Autre 7 1.8
* Les enfants peuvent être atteints de > 1 aff ection; le % est le nombre d'enfants souff rant de l'aff ection rapporté au nombre total d'enfants hospitalisés (371). ** Selon la déclaration du CCNI pour la saison 2006-2007, les aff ections constituant des indications de la vaccination sont les aff ections cardiaques chroniques, les aff ections pulmonaires chroniques, le diabète sucré ou d'autres maladies métaboliques, le cancer, l'immunodéfi cience, l'immunodépression, la néphropathie chronique, l'anémie, l'hémoglobinopathie, les aff ections nécessitant la prise d'acide acétylsalicylique pendant de longues périodes, la vie en établissement et les aff ections qui compromettent l'évacuation des sécrétions respiratoires et qui sont associées à une augmentation du risque de fausse route18. *** Certains de ces enfants sont également atteints d'aff ections qui sont des indications de la vaccination.

Situation des enfants à l'égard de la vaccination antigrippale

Au moment de leur admission, 276/371 (74,4 %) des enfants n'avaient pas été vaccinés, 25 (6,7 %) étaient réputés « à jour » dans leurs vaccinations, mais sans autres détails et, au sujet de 18 enfants (4,9 %), il n'existait aucune donnée sur les vaccins. Seulement 52 enfants (14,0 %) avaient reçu le vaccin antigrippal et seulement 37 enfants (10,0 %) étaient complètement vaccinés. Des 15 enfants qui étaient incomplètement vaccinés, 12 étaient âgés de < 9 ans et avaient reçu une dose de vaccin, et trois avaient reçu le vaccin < 28 jours avant l'admission. La vaccination antigrippale était indiquée dans 207/371 cas; 110 enfants étaient âgés de 6 à 23 mois; 97 avaient > 23 mois et présentaient un état de santé justifi ant une recommandation de vaccination antigrippale. De ces 207 enfants, 32 (15,5 %) étaient complètement vaccinés au moment de leur admission; seulement 7/110 (6 %) de tous les enfants âgés de 6 à 23 mois étaient suffi samment vaccinés, dont deux qui étaient antérieurement en bonne santé. Les raisons de la non-vaccination étaient fournies pour 134 cas et les plus courantes étaient l'exclusion due à l'âge (n = 74), l'ignorance quant à l'indication de la vaccination (n = 24), le fait que l'enfant était trop malade (n = 12) et le refus des parents (n = 8). Il y avait d'autres raisons, comme la vaccination déconseillée par un fournisseur de soins de santé (n = 4) et le manque de vaccin disponible (n = 2).

Tableau clinique

La fièvre et la toux étaient les manifestations cliniques les plus courantes et étaient présentes dans 88,7 % (329/371) et 79,5 % (295/371) des cas respectivement. Les autres symptômes étaient la détresse respiratoire (n = 155), la respiration siffl ante (n = 69), la pneumonie (n = 63), le croup (n = 12) et l'apnée (n = 6). De nombreux enfants souffraient aussi de diarrhée, de vomissements ou de déshydratation (n = 139). L'otite moyenne a été signalée chez neuf cas. Quelques enfants étaient atteints de myosite (n = 8); ils étaient tous des cas d'infection par la grippe B.

Les manifestations neurologiques incluaient les convulsions (n = 34), l'encéphalite (n = 6) et la méningite aseptique (n = 1). Sur les 34 enfants qui présentaient des convulsions, 32 (94,1 %) étaient âgés de 6 mois à 5 ans et 16 (47,1 %) souffraient de troubles neurologiques ou de développement sous-jacents. Les autres manifestations graves incluaient un cas de myocardite et quatre cas d'hépatite.

Le déroulement de l'hospitalisation des enfants admis en raison d'une grippe est résumé dans les tableaux 4, 5 et 6. La durée globale médiane de l'hospitalisation était de 3 jours; la durée médiane la plus courte (2 jours) était observée chez les enfants âgés de < 6 mois et la plus longue (6 jours) chez les enfants âgés de > 12 ans. Chez les enfants auparavant en bonne santé, ceux qui présentaient seulement des troubles pour lesquels le vaccin antigrippal n'était pas indiqué et ceux atteints d'affections sous-jacentes qui étaient des indications de vaccination antigrippale, les durées médianes de l'hospitalisation étaient de 2, 3,5 et 4,5 jours, respectivement.

Tableau 4. État vaccinal et déroulement de l'hospitalisation des enfants hospitalisés pour une grippe, selon l'état de santé, 2006-2007

Renseignements cliniques Bonne santé Mauvaise santé Condition Total
Vaccination
indiquée*
Vaccination
non indiquée
n (%) n (%) n (%) n (%)
Complètement vacciné* 6 (3.3) 29 (20.4) 2 (4.3) 37 (10.0)
Non vacciné/Incomplètement vacciné 177 (96.7) 113 (79.6) 44 (95.7) 334 (90.0)
Durée médiane d'hospitalisation
(jours)
2 4.5 3.5  
Complications        
Infection bactérienne confi rmée 17 (9.3) 4 (2.8) 6 (13.0) 27 (7.3)
Admission à l'unité de soins intensifs 20 (10.9) 14 (9.9) 8 (17.4) 42 (11.3)
Ventilation mécanique 8 (4.4) 6 (4.2) 6 (13.0) 20 (5.4)
Issue        
Rétablissement, sans pronostic de séquelles de longue durée 179 (97.8) 140 (98.6) 45 (97.8) 364 (98.1)
Rétablissement, avec pronostic de séquelles de longue durée 3 (1.6) 1 (0.7) 1 (2.2) 5 (1.3)
Décès imputable à l'infection déclarée 1 (0.5) 1 (0.7) 0 (0.0) 2 (0.5)
Total 183 142 46 371
* Selon la déclaration du CCNI pour la saison 2006-2007, les aff ections constituant des indications de la vaccination sont les aff ections cardiaques chroniques, les aff ections pulmonaires chroniques, le diabète sucré et d'autres maladies métaboliques, le cancer, l'immunodéfi cience, l'immunodépression, la néphropathie chronique, l'anémie, l'hémoglobinopathie, les aff ections nécessitant la prise d'acide acétylsalicylique pendant de longues périodes, la vie en établissement et les aff ections qui compromettent l'évacuation des sécrétions respiratoires et qui sont associées à une augmentation du risque de fausse route18.
** Comprend : Enfants > 9 ans qui ont reçu 1 dose de vaccin antigrippal, enfants < 9 ans qui ont reçu 1 dose de vaccin antigrippal cette saison, mais qui ont reçu le vaccin antigrippal lors d'une saison précédente, et enfants < 9 ans qui ont reçu 2 doses de vaccin antigrippal cette saison. Pour que la vaccination soit considérée complète, la dernière dose doit avoir été administrée > 28 jours avant l'hospitalisation.

 

Tableau 5. Déroulement de l'hospitalisation des enfants admis pour une grippe, selon l'âge, 2006-2007

Age Total des cas Durée de l'hospitalisation (jours) Admission à l'USI Ventilation mécanique Traite- ment antiviral Antivbiothérapie Infection bactérienne confi rmée
n (%) Médiane
(fourchette)
Médiane Dév. st. n (%) n n n (%) n
< 3 mois 50 (13.5) 2 (1-21) 4.2 4.7 5 (10) 2 0 43 (86) 5
3-5 mois 24 (6.5) 2 (1-18) 4.4 4.7 2 (8.3) 0 0 14 (58.3) 1
6-23 mois 110 (29.6) 3 (1-37) 4.8 5.5 13 (11.8) 7 7 77 (70) 9
2-5 ans 113 (30.5) 3 (1-58) 3.9 6.0 17 (15) 9 7 81 (71.7) 10
6-12 ans 53 (14.3) 4 (1-94) 6.1 12.7 5 (9.4) 2 11 40 (75.5) 1
> 12 ans 21 (5.7) 6 (1-13) 5.8 3.7 0 0 5 16 (76.2) 1
Total 371 (100) 3 (1-94) 4.7 6.9 42 (11.3) 20 30 271 (73) 27

 

Tableau 6. Déroulement de l'hospitalisation des enfants atteints de troubles neurologiques ou du développement sous-jacents qui ont été hospitalisés pour une grippe, selon l'âge, 2006-2007

Age Total Affection sous-jacente constituant une indication de la vaccination* Affection sousjacente ne
constituant pas une indication de la vaccination**
Vaccination complète*** Durée médiane d'hospitalisation (fourchette) Admission à l'unité de soins intensifs
  n (%) n (%) n (%) n Median n
< 3-5 mois 3 (6.5) 1 (33.3) 2 (66.7) 0 1 (1-9) 0
6-23 mois 9 (19.6) 4 (44.4) 5 (55.6) 1 7 (4-14) 1
2-5 ans 19 (41.3) 9 (47.4) 10 (52.6) 5 4 (1-11) 7
6-12 ans 14 (30.4) 11 (78.6) 3 (21.4) 4 4.5 (1-12) 1
> 12 ans 1 (2.2) 1 (100) 0 (0.0) 0 6 0
Total 46 (100) 26 (56.5) 20 (43.5) 10 4.5 (1-14) 9
* Enfants présentant des aff ections neurologiques ou du développement considérées comme étant des indications de la vaccination contre la grippe, selon la déclaration du CCNI pour la saison grippale 2006-200718.
** Ces patients présentent des aff ections neurologiques ou du développement et peuvent avoir d'autres états pathologiques sous-jacents qui ne sont pas considérés comme des indications de la vaccination contre la grippe.
*** Comprend : Enfants > 9 ans qui ont reçu 1 dose de vaccin antigrippal, enfants < 9 ans qui ont reçu 1 dose de vaccin antigrippal cette saison, mais qui ont reçu le vaccin antigrippal lors d'une saison précédente, et enfants < 9 ans qui ont reçu 2 doses de vaccin antigrippal cette saison. Pour que la vaccination soit considérée complète, la dernière dose doit avoir été administrée > 28 jours avant l'hospitalisation.

 

Complications bactériennes

Vingt-sept enfants étaient atteints d'une infection bactérienne confi rmée en laboratoire, dont trois enfants qui en avaient deux simultanément. Les infections de l'appareil urinaire étaient les infections bactériennes documentées les plus nombreuses (n = 9) et Escherichia coli était l'organisme le plus fréquemment isolé (n = 6). On a dénombré six épisodes de bactériémie, deux pneumonies bactériennes, un cas d'empyème, trois cas de pharyngite, trois cas de trachéite et un cas chacun de cellulite, de diarrhée, d'otite moyenne et de sinusite. On a aussi relevé deux cas de méningite, l'un dû à Neisseria meningitidis et l'autre à Klebsiella pneumoniae, une infection à Staphylococcus aureus et deux infections à Streptococcus pneumoniae. Des antibiotiques ont été administrés dans 73,0 % des cas (271/371). La fréquence de l'antibiothérapie était comparable chez les enfants qui étaient bien portants avant leur hospitalisation et chez ceux qui souffraient d'états pathologiques sous-jacents (rapport de cotes = 0,96; intervalle de confi ance à 95 % de 0,6 à 1,6). Trente enfants (8 %) ont été traités par l'oseltamivir; aucun autre antiviral n'a été utilisé.

Soins hospitaliers intensifs

Au total, 42 (11,3 %) enfants ont dû être admis à l'unité de soins intensifs (USI); près de la moitié (n = 20) étaient en bonne santé jusque-là. Sur les 22 enfants qui n'étaient pas en bonne santé, neuf (40,9 %) souffraient de troubles neurologiques ou du développement. La proportion des enfants ayant dû être admis à l'USI était la plus élevée dans le groupe des 2 à 5 ans (17/113, soit 15,0 %), suivi du groupe des 6 à 23 mois (13/110, soit 11,8 %). L'intubation et la ventilation assistée ont été requises chez 20 enfants (5,4 %). La majorité des intubations a intéressé des enfants de 2 à 5 ans (n = 9), suivis des 6 à 23 mois (n = 7). Une proportion légèrement plus élevée d'enfants intubés avaient des états pathologiques sous-jacents (12/20, soit 60,0 %). Quarante-cinq pour cent (9/20) des enfants qui ont eu besoin d'une ventilation mécanique présentaient des crises convulsives. Des infections bactériennes ont été documentées chez seulement cinq des 42 enfants admis à l'ISI, dont trois qui ont été intubés. Un enfant a dû être placé sous oxygénation extracorporelle.

Mortalité

Deux enfants sont décédés. Le cas A était une fi llette de 5 ans en bonne santé jusque-là, qui s'était présentée avec de la fièvre, des symptômes gastro-intestinaux et une encéphalite. Le virus de la grippe A a été isolé et une analyse du sous-groupe a révélé qu'il s'agissait d'une souche H1N1. Elle n'avait pas reçu de vaccin antigrippal. Elle avait été placée sous ventilation mécanique à l'USI et avait reçu des antibiotiques, mais pas des antiviraux. Elle a succombé 2 jours après son admission. Le cas B était un garçon de 5 ans souffrant de multiples problèmes chroniques, dont une maladie pulmonaire chronique, une encéphalopathie ischémique hypoxique, un trouble épileptique et un syndrome de malabsorption consécutif à une perforation intestinale. Il présentait de la fièvre, de la toux, de la détresse respiratoire et des convulsions. Le virus de la grippe B a été isolé. Il était complètement vacciné au moment de son admission. Il a passé 4 jours en tout à l'hôpital, dont 2 à l'USI, et a dû être placé sous ventilation. Il avait reçu un traitement antibiotique, mais n'avait pas reçu d'antiviraux. Aucune infection bactérienne n'a été documentée dans l'un et l'autre cas.

Tous les autres enfants se sont remis de leur infection et ont reçu leur congé de l'hôpital. Des séquelles de longue durée étaient pronostiquées chez cinq enfants : trois qui étaient bien portants avant leur hospitalisation, un qui souffrait de maladie pulmonaire chronique et un qui était né à 32 semaines de gestation et n'avait que 41 semaines en âge corrigé lorsqu'il a été hospitalisé. Tous les enfants atteints de séquelles étaient âgés de < 3 ans à leur admission et aucun n'avait été vacciné. Des infections bactériennes ont été documentées chez deux de ces enfants et un syndrome néphrotique a été diagnostiqué chez un enfant durant son hospitalisation. Trois de ces enfants ont été admis à l'USI, dont deux ont présenté des convulsions.

Analyse

L'infection grippale est la maladie évitable par la vaccination qui est la plus courante chez les enfants canadiens. Le réseau IMPACT saisit les données sur le type de virus grippal en circulation (A ou B), le profi l d'âge des patients hospitalisés, le spectre des manifestations cliniques et la gravité de l'infection grippale chez les enfants hospitalisés. Le réseau IMPACT permet de repérer plus facilement les groupes à haut risque qui devront être ciblés dans les programmes de vaccination futurs. La grippe A a représenté 83,8 % des hospitalisations d'enfants associées à la grippe durant la saison 2006-2007. Le groupe des 2 à 5 ans est le groupe d'âge (30,5 %) qui a connu le plus haut taux d'hospitalisation au Canada, suivi de près du groupe des 6 à 23 mois (29,6 %). La recommandation concernant la vaccination de tous les enfants de 6 à 23 mois avait été émise dans le courant de la saison 2004-2005. La durée médiane de l'hospitalisation a été de 3 jours et a été la plus courte pour les enfants très jeunes et pour ceux qui étaient atteints d'affections sous-jacentes. La proportion des enfants admis à l'USI a été de 11,3 %, parmi lesquels certains enfants auparavant en bonne santé.

Le recours fréquent aux antibiotiques (66,7 %) s'explique probablement par la diffi culté qu'il y a à distinguer les causes virales des causes bactériennes de la symptomatologie, surtout chez les jeunes enfants. Quant au faible recours à l'oseltamivir (6,5 %), il peut résulter du retard dans l'établissement du diagnostic de grippe, de la présentation des patients à un stade avancé de l'infection et d'une atténuation rapide des symptômes sans traitement. Quand il est administré par voie orale < 48 heures après l'apparition des symptômes, l'oseltamivir s'est révélé efficace pour ce qui est d'abréger la durée des symptômes de l'infection grippale chez les enfants âgés de ≥ 1 an, mais on dispose de peu de données sur l'emploi de cet antiviral chez des enfants plus jeunes et chez des patients hospitalisés(20,21) .

On sait que la grippe prédispose aux infections à S. aureus et à pneumocoque, mais dans notre série, les infections bactériennes documentées ont été rares(4,6,22) . Durant la saison 2006-2007, un enfant a été atteint d'une bactériémie imputable à S. pneumoniae et, chez un enfant atteint d'une laryngotrachéite, on a isolé concurremment S. pneumoniae et S. aureus dans les aspirats trachéaux. Nous sommes conscients qu'un certain nombre d'infections bactériennes ont pu ne pas être déclarées, car la confi rmation en laboratoire de l'étiologie bactérienne nécessite des procédures effractives qui ne sont pas toujours pratiquées chez les enfants avant la mise en route d'une antibiothérapie.

Bien que la vaccination soit le moyen le plus efficace de prévenir ou d'atténuer l'infection grippale chez les personnes à haut risque de souffrir de complications liées à la grippe, les taux de vaccination demeurent faibles(18) . L'innocuité et l'effi cacité du vaccin antigrippal, qu'il soit inactivé ou vivant, ont été démontrées chez les enfants âgés de > 2 ans(23-27) , mais les données sont moins abondantes en ce qui concerne les enfants plus jeunes. Dans le groupe des enfants pour lesquels la vaccination est indiquée, la proportion de ceux qui étaient effectivement vaccinés au moment de leur hospitalisation était plutôt faible, soit 32/207 (15,5 %). Il est possible que le groupe des enfants complètement vaccinés soit sous-représenté dans la population des enfants hospitalisés puisqu'ils sont protégés contre l'infection grave et l'hospitalisation. Étant donné le fardeau de l'infection grippale dans ce groupe d'âge et les recommandations actuelles en matière de vaccination, il serait tout indiqué de mener des recherches supplémentaires sur l'innocuité et l'effi cacité des vaccins antigrippaux chez les enfants âgés de < 2 ans.

Les troubles neurologiques et du développement viennent au deuxième rang des états pathologiques sous-jacents les plus souvent notés chez les enfants admis dans les centres IMPACT. Le fardeau de la grippe chez les enfants atteints d'affections neurologiques et neuromusculaires a été décrit dans d'autres études; ces affections ont été identifi ées comme des facteurs de risque des complications suivantes : insuffi sance respiratoire, hospitalisation prolongée et complications neurologiques associées à la grippe(11,12,28,29) . Un des deux décès déclarés dans le système IMPACT cette année était celui d'un enfant souffrant d'une affection neurologique sous-jacente. Cette donnée fait écho à celles de la saison grippale 2003-2004 aux États- Unis où des affections neurologiques ou neuromusculaires ont été relevées chez un tiers des 153 cas de décès consécutifs à la grippe(6) .

La grippe est aussi une cause importante de convulsions fébriles chez des enfants jusque-là en bonne santé et chez des enfants sans antécédents de convulsions fébriles. Les enfants qui présentent des convulsions fébriles pendant la grippe risquent davantage d'être admis à l'hôpital, car certaines études ont montré qu'ils sont plus prédisposés aux convulsions fébriles atypiques(7,30) . Dans notre série, 34 enfants présentaient des convulsions à leur arrivée à l'hôpital durant la saison 2006-2007, et neuf d'entre eux ont nécessité une ventilation mécanique. Au Canada et aux États-Unis, les enfants souffrant de troubles neurologiques ou du développement ne sont pas expressément désignés comme un groupe à haut risque pour lequel la vaccination antigrippale est systématiquement recommandée, sauf si l'on juge que leurs troubles risquent de compromettre la gestion des sécrétions respiratoires et d'élever le risque d'aspiration(18,32) . Sur les 46 enfants atteints d'un trouble neurologique ou du développement sous-jacent qui ont été hospitalisés durant la saison 2006-2007, 15 n'avaient pas d'affection constituant une indication de la vaccination et 10 souffraient d'un retard du développement. Il serait probablement bon d'élargir les recommandations actuelles en matière de vaccination antigrippale pour inclure les enfants présentant des troubles neurologiques ou du développement, y compris ceux qui ont des antécédents de convulsions fébriles et un retard du développement isolé.

Notre étude présente certaines limites. Il est probable que les données présentées ici sous-estiment l'incidence de l'hospitalisation imputable à la grippe, car les enfants qui présentaient des manifestations cliniques inhabituelles ou des complications tardives de la grippe à leur arrivée à l'hôpital peuvent ne pas avoir fait l'objet d'épreuves de dépistage ou avoir obtenu des résultats négatifs. Les pratiques de dépistage varient selon les centres et le dépistage de la grippe n'est pas toujours effectué chez les enfants qui se présentent avec de la fièvre mais sans troubles respiratoires. Il est possible que le fardeau associé à la grippe soit surestimé dans le groupe des nourrissons, surtout ceux qui sont âgés de < 6 mois, car les nourrissons présentant une fièvre font plus souvent l'objet d'un dépistage viral que les enfants plus âgés et ils sont donc plus susceptibles d'être hospitalisés pour des infections moins graves. Une autre limite de l'étude vient de ce que l'on ne dispose pas de données suffi santes sur les populations pour pouvoir calculer l'incidence des hospitalisations imputables à la grippe en fonction de l'âge. Les diffi cultés rencontrées pour établir l'état vaccinal des patients résultent des pratiques inadéquates de consignation des données sur les vaccinations (p. ex. « À jour » seulement). Il faudrait insister sur la nécessité de noter tous les renseignements sur les vaccins administrés, dont ceux contre la grippe le cas échéant, pour améliorer la collecte de données sur l'état vaccinal et fournir aux fournisseurs de services de santé l'occasion de parler des indications de la vaccination antigrippale avec les parents.

Conclusions

Les infections grippales continuent de représenter un fardeau de morbidité important chez les enfants au Canada, surtout chez les enfants âgés de < 5 ans et ceux qui souffrent d'affections sousjacentes à haut risque. Il apparaît que les enfants atteints de troubles neurologiques ou du développement sont à risque de contracter des formes graves de la grippe et de souffrir de complications; il faudrait les considérer comme un groupe à risque et les cibler dans les futurs programmes de vaccination contre la grippe. Il importera d'exercer une surveillance prospective active continue, par l'intermédiaire des hôpitaux du réseau IMPACT, pour suivre les profi ls de morbidité et les effets des programmes de vaccination antigrippale au Canada.

Remerciements

Nous tenons à remercier les infi rmières surveillantes, les infi rmières chargées de la liaison et le personnel du centre des données du réseau IMPACT. Nous adressons un merci tout particulier à S. Fan, Département de pédiatrie, Centre d'évaluation des vaccins, de l'Université de la Colombie-Britannique à Vancouver, qui a procédé à l'analyse statistique. Le fi nancement de ce projet a été fourni par l'Agence de la santé publique du Canada. Le réseau IMPACT est administré par la Société canadienne de pédiatrie.

Participants au réseau IMPACT

Les enquêteurs et les centres qui font partie du réseau IMPACT sont les suivants : le Dr S. Halperin (IWK Health Centre, Halifax, Nouvelle-Écosse); le Dr R. Morris (Dr Charles A. Janeway Child Health Centre, St. John's, Terre-Neuve); le Dr P. Déry (Centre mèreenfant de Québec, Sainte-Foy, Québec); le Dr M. Lebel (Hôpital Sainte-Justine, Montréal, Québec); la Dre D. Moore (Hôpital de Montréal pour enfants, Québec) : la Dre N. Le Saux (Hôpital pour enfants de l'est de l'Ontario, Ottawa, Ontario); le Dr D. Tran (Hospital for Sick Children, Toronto, Ontario); le Dr J. Embree (Winnipeg Children's Hospital, Manitoba); le Dr B. Tan (Royal University Hospital, Saskatoon, Saskatchewan); le Dr T. Jadavji (Alberta Children's Hospital, Calgary, Alberta); le Dr W. Vaudry (Stollery Children's Hospital, Edmonton, Alberta); le Dr D. Scheifele, la Dre J. Bettinger (British Columbia Children's Hospital, Vancouver, Colombie-Britannique).

Références

  1. Wootton S, Mozel M, Vaudry W et al. for IMPACT investigators. The epidemiology of Influenza in children hospitalized in Canada, 2004-2005, in Immunization Monitoring Program B Active (IMPACT) Centres. CCDR 2006;32(7):65-74.
  2. Moore D, Vaudry W, Scheifele D et al. Surveillance for Influenza admissions among children hospitalized in Canadian Immunization Monitoring Program Active Centres, 2003-2004. Pediatrics 2006;118(3):610-19.
  3. Vaudry W, Roth A, Lee B et al. Active surveillance for Influenza infection in children; Stollery Children's Hospital, 2003-2004 season. CCDR 2004;30:157-64.
  4. Podewils L, Liedtke L, McDonald C et al. A national survey of severe Influenza-associated complications among children and adults, 2003-2004. Clin Infect Dis 2005;40:1693-96.
  5. Peltola V, Ziegler T, Ruuskanen O. Influenza A and B virus infections in children. Clin Infect Dis 2003;36:299-305.
  6. Bhat N, Wright D, Broder K. Influenza-associated deaths among children in the United States, 2003-2004. N Engl J Med 2005;353(24):2559-67.
  7. Kwong K, Lam S, Que T et al. Influenza A and febrile seizures in childhood. Pediatr Neurol 2006;35:395-99.
  8. Izurieta H, Thompson W, Kramarz P et al. Influenza and the rates of hospitalization for respiratory disease among infants and young children. N Engl J Med 2000;342:232-39.
  9. Neuzil K, Mellen B, Wright P et al. The effect of Influenza on hospitalizations, outpatient visits, and courses of antibiotics in children. N Engl J Med 2000;342:225-31.
  10. Thompson W, Shay D, Weintraub E et al. Influenzaassociated hospitalizations in the United States. JAMA 2004;292:1333-40.
  11. Ampofo K, Gesteland P, Bender J et al. Epidemiology, complications, and cost of hospitalization in children with laboratory-confi rmed Influenza infection. Pediatrics 2006;118(6):2409-17.
  12. Coffin S, Zaoutis T, Wheeler Rosenquist A et al. Incidence, complications, and risk factors for prolonged stay in children hospitalized with community-acquired Influenza. Pediatrics 2007;199(4):741-48.
  13. Poehling K, Edwards K, Weinberg G et al. The underrecognized burden of Influenza in young children. N Engl J Med 2006;355:31-40.
  14. Griffin M, Walker F, Iwane M et al. Epidemiology of respiratory infections in young children: Insights from the New Vaccine Surveillance Network. Pediatr Infect Dis J 2004;23(11):S188-92.
  15. Schrag S, Shay D, Gershman K et al. Multistate surveillance for laboratory-confi rmed, Influenza-associated hospitalizations in children 2003-2004. Pediatr Infect Dis J 2006;25:395-400.
  16. Neuzil K, Zhu Y, Griffi n M et al. Burden of interpandemic Influenza in children younger than 5 years: A 25-year prospective study. J Infect Dis 2002;185:147-52.
  17. Neuzil K, Wright P Mitchel E et al. The burden of Influenza illness in children with asthma and other chronic medical conditions. J Pediatr 2000;137:856-64.
  18. National Advisory Committee on Immunization (NACI). Statement on Influenza vaccination for the 2006-2007 season. CCDR 2006;32(ACS 7):1-27.
  19. Reyes F, Aziz S, Li Y et al. Influenza in Canada: 2006- 2007 season. CCDR 2008;34(3):1-25.
  20. Whitley, R, Hayden F, Reisinger K et al. Oral oseltamivir treatment of Influenza in children. Pediatr Infect Dis J 2001;20(2):127-33.
  21. Nicholson K, McNally T, Silverman M et al. Rates of hospitalization for Influenza, respiratory syncytial virus and human metapneumovirus among infants and young children. Vaccine 2006;24:102-08.
  22. CDC Health Advisory: Influenza-associated pediatric mortality and Staphylococcus aureus co-infection. CDCHAN-00268: 2008, 30 Jan.
  23. Smith S, Demicheli V, Di Pietrantonj C et al. Vaccines for preventing Influenza in healthy children. Cochrane Database of Systematic Reviews 2006, Issue 1. Art. No.: CD004879. DOI: 10.1002/14651858.CD004879.pub2.
  24. Shuler C, Iwamoto M, Bridges C. et al. Vaccine effectiveness against medically attended, laboratory-confi rmed Influenza among children aged 6 to 59 months, 2003- 2004. Pediatrics 2007;119(3):e587-95.
  25. Manzoli L, Schioppa F, Boccia A et al. The efficacy of Influenza vaccine for healthy children: A meta-analysis evaluating potential sources of variation in efficacy estimates including study quality. Pediatr Infect Dis J 2007;26(2):97-106.
  26. Jefferson T, Smith S, Demicheli V et al. Assessment of the efficacy and effectiveness of Influenza vaccines in healthy children: Systematic review. Lancet 2005;365:773-80.
  27. Belsche R, Edwards K, Vesikari T et al. Live attenuated versus inactivated Influenza vaccine in infants and young children. N Engl J Med 2007;356(7):685-96.
  28. Newland J, Laurich M, Rosenquist A et al. Neurologic complications in children hospitalized with Influenza: Characteristics, incidence, and risk factors. J Pediatr 2007;150:306-10.
  29. Keren R, Zaoutis T, Bridges C et al. Neurological and neuromuscular disease as a risk factor for respiratory failure in children hospitalized with Influenza infection. JAMA 2005;294(17):2188-94.
  30. Chiu S, Tse C, Lau Y et al. Influenza A infection is an important cause of febrile seizures. Pediatrics 2001;108(4):1-7.
  31. Centers for Disease Control and Prevention. Prevention and control of Influenza: Recommendations of the Advisory Committee on Immunization Practices (ACIP), 2007. MMWR 2007;56(No. RR-6):1-60.
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :