Santé des Canadiens 2019 : Vidéodescription

Transcription

Transcription

(Une feuille d’érable flotte au-dessus d’un dégradé de points multicolores.)

Dre Theresa Tam :

Dans l’ensemble, les Canadiens sont en bonne santé.

(Zoom sur la feuille d’érable et les mots « espérance de vie » apparaissent.)

L’espérance de vie au Canada est l’une des plus élevées au monde. Aujourd’hui, en moyenne, une femme canadienne peut espérer vivre jusqu’à 84, et un homme, 80. 

(Cercles avec un symbole féminin et un symbole masculin apparaissent. Dans le cercle du symbole féminin, les chiffres augmentent rapidement et s’arrêtent à 84. Dans le cercle du symbole masculin, les chiffres s’arrêtent à 80.)

Nous sommes plus éduqués que jamais.

(Un chapeau de collation des grades apparaît puis s’estompe. Des pois multicolores remplissent le cercle. Une ligne apparaît à travers du cercle avec une icône du signe de dollar à une extrémité et un panier d’épicerie à l’autre. Environ un tiers du cercle est en dessous de la ligne.)

Et nous sommes de moins en moins nombreux à vivre sous le seuil de pauvreté. Mais ce n’est pas tout.

(La ligne se décale vers le bas. Environ un quart du cercle se trouve en dessous de la ligne.)

Je m’appelle Theresa Tam et je suis l’administratrice en chef de la santé publique du Canada.

(Une photo de Dre Theresa Tam, l’administratrice en chef de santé publique, apparaît.)

Chaque année, je publie un portrait national de la santé des Canadiens. 

(La scène change. Une mer de pois mouvants recouvre l’écran. Ils s’organisent pour former le drapeau du Canada.)

Ce portrait décrit les tendances en matière de santé de notre pays, de même que les priorités les plus pressantes.

(Les mots « tendances prometteuses » et « priorités urgentes » y apparaissent superposés.)

Presque la moitié de l’ensemble des Canadiens adultes vivent avec au moins un problème de santé chronique.

(La scène change. Neuf icônes circulaires apparaissent. Une icône d’un moniteur cardiaque et de pression artérielle est accompagnée de la mention « hypertension ». Une icône d’articulation du genou est accompagnée de la mention « arthrose ». Une icône d’os avec des trous est accompagnée de la mention « ostéoporose ». Une icône de poumons est accompagnée de la mention « MPOC ». Une tête humaine avec une icône d’inhalateur est accompagnée de l’acronyme « asthme ». Une icône de doigt avec une gouttelette de sang est accompagnée de la mention « diabète ». Une icône de cœur est accompagnée de la mention « maladie cardiaque ». Une icône de cellule tumorale est accompagnée de la mention « cancer ». Une tête humaine avec des points d’interrogation est accompagnée de la mention « démence ».)

Les maladies chroniques représentent le plus grand fardeau pour la population canadienne. Mais il y a de bonnes nouvelles.

(Les mots « asthme », « MPOC », « diabète », « hypertension », « maladie du cœur » et « accident vasculaire cérébral » apparaissent en liste de mots verticale.)

Selon des données récentes, le développement des maladies chroniques les plus communes est devenu moins fréquent. Je pense que c’est prometteur, parce qu’une petite diminution du taux de maladies chroniques peut avoir un grand impact à long terme.

(Au bas, une ligne diagonale est tracée vers le bas et se déplace lentement de gauche à droite et finit par devenir une ligne pointillée.)

Par contre, j’ai certaines inquiétudes. Les taux de vaccination de nos enfants sont en baisse depuis près d’une décennie.

(La scène change. Un cercle s’affiche arborant une icône de seringue et accompagné de la mention « Couverture nationale du vaccin contre la rougeole ». Une ligne horizontale au bas du cercle est accompagnée de la mention « 90 % actuelle » et une ligne horizontale en haut du cercle est accompagnée de la mention « cible 95 % ». Une cible au bout de cette ligne palpite.)

Si nous continuons avec des taux de vaccination aussi bas, les maladies tout à fait évitables, telles que la rougeole, peuvent réapparaitre.

(Une grande carte du Canada apparaît avec plusieurs points multicolores. Ces points se dilatent soudainement. En même temps, de nouveaux petits points apparaissent partout sur la carte. La carte se floute et s’estompe.)

Cela mettrait à risque les personnes les plus vulnérables.

(Trois cercles apparaissent sur en haut. L’un des cercles contient une icône représentant un jeune enfant, l’autre, une icône représentant le visage d’une femme âgée et l’autre icône, un patient dans une civière avec une perfusion intraveineuse.)

Les antibiotiques sont des médicaments dont nous dépendons pour sauver des vies. Mais les bactéries résistantes aux médicaments modifient déjà notre santé.

(La scène change.)

Texte sur l’écran : En 2018, 15 décès par jour étaient liés à des infections résistantes aux médicaments (adapté du Conseil des académies canadiennes 2019).

Dre Theresa Tam :

Si nous ne changeons pas rapidement la façon dont nous utilisons les antibiotiques, nous risquons de perdre notre capacité de traiter les infections courantes. Nous risquons aussi notre capacité de fournir des traitements essentiels qui permettent de sauver des vies, comme des chirurgies et la chimiothérapie.

Texte sur l’écran : Plus de 50 % de toutes les infections de gonorrhée sont résistantes à au moins un antibiotique. Les infections de staph résistant aux médicaments (SARM) ont augmenté de 60 % depuis 2012.

Dre Theresa Tam :

De plus, les taux d’infections transmissibles sexuellement sont en hausse.

(La scène change. Trois cercles apparaissent et l’année 2007. Le cercle le plus grand contient le texte « 73 937 cas de chlamydia ». Le cercle de taille moyenne contient le texte « 11 874 cas de gonorrhée ». Le cercle le plus petit contient le texte « 1 250 cas de syphilis ».)

Les cas de syphilis ont presque triplé.

(L’année passe à 2016. Chaque cercle s’agrandit en prenant une couleur différente. Le cercle de la chlamydia est maintenant accompagné de la mention « 121 244 cas » et d’une flèche ascendante à côté de « 49 % ». Le cercle de la gonorrhée est maintenant accompagné de la mention « 23 708 cas » et d’une flèche ascendante à côté de « 81 % ». Le cercle de la syphilis est maintenant accompagné de la mention « 3 829 cas » et d’une flèche ascendante à côté de « 178 % ». Une ligne rouge est tracée plusieurs fois autour du graphique de la syphilis.)

La consommation de substances peut être nocive. 

(La scène change. Un grand cercle apparait avec des images de pilules, une seringue, une cigarette et un verre de vin rempli.)

Je suis préoccupée parce que de nombreux Canadiens sont à risque, surtout les jeunes.

(Le contour d’une bouteille en verre.)

Quatre Canadiens adultes sur cinq boivent de l’alcool, et 1 de ces 5 est un grand buveur.

(Cinq cercles bleus apparaissent dans la bouteille. Quatre des cercles deviennent jaunes. Un des quatre cercles jaunes devient transparent et son contour devient blanc.)

Plus de la moitié des adolescents canadiens déclarent qu’ils boivent de l’alcool.

(Les 5 cercles disparaissent. La bouteille se remplit à plus de la moitié de petits points.)

Beaucoup plus de jeunes vapotent, alors que nous apprenons que le vapotage a des effets graves sur la santé qui sont tout à fait évitables.

(Un cercle avec la mention « Vapotage chez les adolescents » apparaît. Au-dessus, « 74 % » est affiché à côté d’une flèche ascendante. Les mots « 2017 vs 2018 » sont au-dessus. Une icône de cigarette électronique est en dessous.)

Les décès liés aux opioïdes sont toujours une préoccupation particulièrement pressante.

(La scène change. Un grand cercle remplit presque le cadre. Il contient le texte « 12 décès par jour ». Un petit cercle foncé arborant des icônes de pilules apparaît en bas à droite du cercle précédent. Deux cercles de taille moyenne apparaissent à gauche et à droite du cadre. Un des cercles contient le texte « 90 % étaient âgés entre 20 et 59 » et l’autre cercle devient un symbole masculin et contient le texte « 3/4 des décès étaient des hommes ». Le chiffre « 12 » a un soulignement pulsant.)

L’année dernière, 12 personnes au Canada sont décédées chaque jour. Les drogues de rue sont largement responsables.

Texte sur l’écran : 80% des surdoses accidentelles sont causées par du fentanyl toxique.

Dre Theresa Tam :

Et pour la première fois en 4 décennies, l’espérance de vie au Canada a plafonné chez les hommes et les femmes. C’est surtout en raison du nombre élevé, et du jeune âge, des décès attribuables aux opioïdes.

(La scène change. Deux lignes courbes courtes, inégales et presque parallèles apparaissent. La ligne verte en haut a un symbole féminin à l’extrémité gauche. La ligne jaune en dessous a le symbole masculin à l’extrémité gauche. Les deux lignes sont inégales et se rapprochent à mesure qu’elles sortent du cadre de gauche à droite. Le cadre suit les lignes. Les lignes plafonnent au moment où elles atteignent un grand cercle rempli d’icônes de pilule, de capsule, de comprimé et de seringue. Un panoramique s’arrête sur le grand point. Un point d’interrogation remplace les icônes précédentes.)

Ce nombre serait sans doute plus élevé si les mesures de santé publique n’étaient pas déjà en place.

(Le cadre fait un panoramique arrière et zoom arrière jusqu’à ce qu’une carte du Canada remplisse l’arrière-plan. Les mots « prévention », « traitement » et « réduction des méfaits » se superposent.)

Même si les Canadiens dans l’ensemble sont en bonne santé, certains groupes sont en plus mauvaise santé que d’autres.

(La scène change.)

Texte sur l’écran : Les adultes canadiens noirs, d’origine sud-asiatique, africaine et caribéenne sont 2 fois plus susceptibles d’avoir le diabète que les adultes caucasiens.

Dre Theresa Tam :

Souvent en raison de facteurs qu’ils ne peuvent pas contrôler. Ces différences sont provoquées par un traitement injuste de la société, par l’économie, et par des raisons historiques.

Texte sur l’écran : Les femmes bisexuelles et lesbiennes sont près de 2 fois plus susceptibles d’être des buveuses excessives que les femmes hétérosexuelles.

Dre Theresa Tam :

Afin de faire baisser ces nombres, nous devons aller plus loin que simplement viser de changer le comportement des gens.

(La scène change. Un graphique à barres horizontales empilées apparaît et est intitulé « Espérance de vie des Autochtones versus la moyenne canadienne ». Une barre a un symbole féminin en bas et l’autre, un symbole masculin. Les sections de couleur sont liées à une légende colorée pour « Moyenne des Inuits, des Premières Nations et des Métis, et du Canada ». La barre des hommes indique que l’espérance de vie des hommes Inuits, des Premières Nations et Métis est respectivement de 66, 68 et 72 ans et que la moyenne canadienne pour les hommes est de 80 ans. La barre des femmes indique que l’espérance de vie des femmes Inuits, des Premières Nations et Métisses est respectivement 73, 74 et 78 ans et que la moyenne canadienne pour les femmes est de 84 ans.)

Dre Theresa Tam :

Nous devons changer nos institutions, nos quartiers et l’ensemble de notre société.

(La scène change. Un petit cercle apparaît avec une icône d’humain. Trois cercles concentriques de couleurs différentes de taille ascendante apparaissent autour d’elle.)

Nous devons également accorder une attention accrue aux menaces à la santé, liées au changement climatique.

(La scène change. Une carte du Canada apparaît avec des cercles et des icônes. Une icône de feu apparaît au-dessus de la Colombie-Britannique. Une icône de gerbe de blé apparaît au-dessus des Prairies. Une icône de caribou apparaît au-dessus du Nord. Une icône de tique apparaît au-dessus du sud de l’Ontario. Une icône de thermomètre apparaît au-dessus du Québec. Un nuage d’orage apparaît au-dessus de la région de l’Atlantique.)

Un climat changeant peut révéler de nouveaux risques. Ou aggraver des problèmes de santé auxquels nous sommes déjà exposés.

(La gerbe de blé, le nuage d’orage et la tique changent de couleur brièvement. Le feu, le caribou et le thermomètre changent de couleur brièvement.)

En tant que différentes régions feront face à différents problèmes, nous devrons travailler ensemble pour nous y adapter. Nous avons tous un rôle à jouer pour améliorer la santé des Canadiens.

(Zoom arrière pour montrer le drapeau du Canada sur un globe.)

En mettant en application ces priorités, tout comme d’autres, qui sont dans mon rapport, nous pouvons aider tous les Canadiens à être en aussi bonne santé que possible, maintenant et dans le futur.

(La couverture d’un rapport apparaît.)

Texte sur l’écran : Lutte contre la stigmatisation : Vers un système de santé plus inclusif.  Rapport de l’administratrice en chef de la santé publique sur l’état de la santé publique au Canada 2019.

(Le rapport s’ouvre comme un livre et s’efface.)

Texte sur l’écran : Canada.ca/rapportACSP. L’Agence de la santé publique.

(La scène change. Un logo du gouvernement du Canada apparaît avec un drapeau canadien animé.)

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :