Comment les changements rapides en Arctique se répercutent-ils sur les caribous?

caribou

Pour ce qui est de la harde Bluenose-est, qui se trouvent dans l'ouest du Nunavut et dans les Territoires du Nord-Ouest, on estime qu'elle dénombrait 104 000 animaux en 2000, et sa population a diminué à près de 19 000 en 2018. On croit que le nombre de caribous de la harde a un peu augmenté en 2021.

Photo : John Nagy/GTNO

Comment est-ce que les hardes de caribous du Canada se débrouillent-elles face au réchauffement climatique et aux autres changements rapides dans le Nord? Que nous réserve l'avenir? Deux groupes d'experts sur les caribous – les chasseurs autochtones et les biologistes de la faune – ont mis en commun leurs connaissances pour fournir des réponses dans le cadre du projet d'évaluation collaborative de Savoir polaire Canada.

Les Inuit et les autres peuples autochtones du Nord ont toujours dépendu du caribou. La viande de caribou est hautement nutritive, et les vêtements en peau de caribou ont gardé des générations d'Inuit au chaud dans le froid glacial et les vents forts d'un nombre incalculable d'hivers arctiques.

Les peuples autochtones du Nord peuvent dépendre du caribou parce qu'il y en a habituellement assez pour répondre à leurs besoins. Ils savent toutefois pertinemment que ce n'est pas toujours le cas. Les récits oraux inuits parlent de périodes où la migration des caribous ne s'est pas produite comme prévu. Il y a des personnes encore vivantes aujourd'hui qui se souviennent des famines dévastatrices qui ont suivi. Il y a un lien important entre la santé et l'abondance des hardes de caribous et la santé et le bien-être de nombreuses communautés nordiques.

Les hardes de caribous augmentent et diminuent en nombre naturellement sur des périodes de 30 à 65 ans. Leurs prédateurs – tels que les loups, les grizzlis et les ours noirs – augmentent et diminuent en nombre tout comme eux. Dans les dernières années, de nombreuses hardes de caribous ont connu un déclin. D'autres maintiennent une taille modérée, et la harde de la Porcupine dans l'ouest de l'Arctique s'est développée.

Les caribous doivent faire face à de nouveaux défis causés par les humains, notamment les changements climatiques, le développement industriel et les techniques de chasse modernes, pour n'en nommer que quelques-uns. Ces défis peuvent empêcher ou ralentir le rétablissement des hardes, ou entraîner une diminution plus importante du nombre de caribous. Les biologistes spécialistes des caribous ont recueilli une grande quantité de données sur la façon dont les caribous d'adaptent à leur environnement, principalement au moyen d'un suivi par collier émetteur. Un modèle informatique, le modèle des effets cumulatifs sur le caribou, utilise cette information pour montrer comment le climat et le développement industriel se répercutent sur les caribous.

Les aînés inuits ont décrit comment, lorsque les caribous diminuent en nombre et que la nourriture est rare, les animaux se déplacent à la recherche de meilleures zones pour trouver de la nourriture. Quelques-uns ont réussi à trouver des endroits où ils peuvent survivre et reprendre des forces. Les caribous retournent éventuellement dans leur habitat initial une fois que la végétation se régénère, ce qui peut prendre environ 20 ans. Il est important d'utiliser les connaissances autochtones pour trouver, cartographier et protéger ces zones pour aider les hardes de caribous à se rétablir.

Les caribous retournent éventuellement dans leur habitat initial une fois que la végétation se régénère, ce qui peut prendre environ 20 ans. Il est important d'utiliser les connaissances autochtones pour trouver, cartographier et protéger ces zones pour aider les hardes de caribous à se rétablir.

Les organisations communautaires de chasseurs et de trappeurs ont souvent pris des mesures liées à la conservation du caribou durant les périodes de pénurie. Certains ont interdit la chasse sportive et commerciale, mais permettent la chasse de subsistance. Les conseils de gestion des caribous ont limité les prises et recommandent d'exiger davantage de déclarations des prises. Certains gouvernements ont imposé des interdictions de chasse jusqu'à ce que des mesures de conservation à long terme puissent être élaborées. Les autres ont établi des réserves naturelles dans des zones importantes pour les voies migratoires du caribou et les étapes cruciales du cycle de vie du caribou telles que la mise bas. Il s'agit d'étapes positives, mais il y a encore beaucoup à faire.

Des mesures de conservation plus rigoureuses, élaborées grâce à la cogestion, peuvent protéger les hardes de caribous et leur habitat. Les méthodes de chasse autochtones traditionnelles sont durables sur le plan écologique et sont un excellent point de départ pour élaborer de nouveaux systèmes de cogestion. Des décisions sur l'utilisation des terres et la chasse peuvent soit aider soit nuire à la santé des caribous. Les plans de gestion des caribous doivent protéger les caribous des perturbations, surtout en période de mise bas et après la mise bas.

Des mesures de conservation plus rigoureuses, élaborées grâce à la cogestion, peuvent protéger les hardes de caribous et leur habitat. Les méthodes de chasse autochtones traditionnelles sont durables sur le plan écologique et sont un excellent point de départ pour élaborer de nouveaux systèmes de cogestion.

Les individus, les communautés, les Autochtones, les détenteurs de connaissances, les organisations et les gouvernements souhaitent tous que les hardes de caribous soient en santé. La coopération est essentielle pour conserver le lien vital entre les caribous et les communautés nordiques en santé.

Savoir polaire Canada

Pour toutes demandes concernant les médias, contactez:
343-548-5456
communications@polar.gc.ca

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :