Document d’information

L’ouverture officielle du campus de la Station canadienne de recherche dans l’Extrême-Arctique (SCREA) à Cambridge Bay, au Nunavut, marque le début d’un nouveau chapitre pour le leadership canadien en matière de recherche polaire.

Le campus de la Station canadienne de recherche dans l’Extrême-Arctique (SCREA) est une installation de recherche arctique de calibre mondial qui offre une capacité de recherche et d’analyse accrue dans le Nord du Canada. Les laboratoires de recherche et les installations technologiques à la fine pointe fourniront l’espace, l’équipement et la capacité d’analyse nécessaires aux chercheurs et aux scientifiques invités pour mener des activités scientifiques dans le Nord.

  • Le campus de la SCREA comprend trois composantes principales :
    • Bâtiment de recherche principal : Ce bâtiment comprend des laboratoires de recherche, des centres de développement technologique et de partage du savoir, des bureaux ainsi que des locaux réservés à l’enseignement, à la formation et à la participation communautaire.
    • Bâtiment de recherche sur le terrain et d’entretien : Ce bâtiment abrite des services de soutien technique. On y trouve notamment un garage d’entretien et des salles d’entreposage de l’équipement.
    • Logements sur le campus : Deux triplex sont disponibles et peuvent accueillir environ 45 chercheurs et scientifiques.

Le projet du campus de la SCREA a reçu un investissement de 204 millions de dollars du gouvernement du Canada pour la conception architecturale, la construction, l’équipement et le mobilier du campus. De plus, un investissement de 46 millions de dollars a été prévu pour la mise en œuvre du programme initial de sciences et technologie sur cinq ans.

Planification et construction

De vastes consultations et discussions avec la collectivité de Cambridge Bay ont été amorcées en 2010 et se sont poursuivies tout au long de la construction, qui a débuté en 2014.

La conception du campus de la SCREA a été inspirée par des consultations avec les membres du conseil de hameau, le comité directeur local de la SCREA, les aînés, les jeunes et d’autres intervenants, par les commentaires des intervenants autochtones, universitaires, industriels, territoriaux et gouvernementaux du Nord et par les résultats d’une évaluation des exigences scientifiques de l’installation.

L’architecture intègre de nombreuses références à la culture inuite, notamment des éléments inspirés de l’igloo et de l’utilisation historique du cuivre naturel par les Inuits de l’ouest du Nunavut dans la fabrication des outils. L’art inuit est un élément important à l’intérieur, et l’installation comprend des aires accessibles au public et qui peuvent être utilisées pour des événements communautaires.

Installations et services de recherche

Cette installation à la fine pointe optimisera l’innovation dans les sciences et les technologies de l’Arctique, accueillera les visiteurs et fournira aux chercheurs l’hébergement et les services techniques dont ils ont besoin. Le campus permet de répondre à un large éventail de besoins en matière de recherche – de la surveillance des écosystèmes aux analyses d’ADN – et est un endroit où l’on reconnaît l’importance fondamentale du savoir autochtone dans la création conjointe de nouvelles connaissances.

Certification LEED

Le campus de la SCREA est conçu pour la certification de niveau Or du programme Leadership in Energy and Environmental Design (LEED). Les éléments inspirés du programme LEED comprennent notamment des panneaux solaires pour faciliter les essais photovoltaïques dans l’Arctique, des appareils sanitaires à faible débit, une gestion novatrice des eaux usées et des déchets, une réduction de la pollution lumineuse, une technologie de conservation d’énergie et plus encore.

Avantages de la construction
  • La construction du campus de la SCREA s’est traduite par :
    • près de 246 000 heures d’emploi pour les Inuits, évaluées à plus de 8 millions de dollars;
    • des activités de développement des compétences, d’une valeur de plus de 800 000 $ dollars;
    • Plus de 65 millions de dollars en contrats de construction accordés à des entreprises du groupe Nunavut Tunngavik Inc.

Le Plan d’embauche des Inuits de POLAIRE oriente ses efforts de dotation et de renforcement des capacités afin d’accroître la représentation des Inuits du Nunavut dans tous les groupes et niveaux d’emploi, comme l’exige l’article 23 de l’Accord du Nunavut. Le personnel inuit est actuellement impliqué dans toutes les fonctions de POLAIRE, notamment les opérations sur le terrain, la recherche, l’administration, les partenariats et la gestion des connaissances et de la mobilisation.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :