Appendice C1 - Postes repères par fonction - Recherche

Poste repère du groupe de la direction - Numéro : 10-F-1

Titre du poste : Sous-ministre adjoint, Recherche

Responsabilités générales

Assurer l'orientation stratégique et le leadership des programmes et des activités de recherche du Ministère.

Structure organisationnelle

Ce poste est l'un des 12 postes de direction qui relèvent du sous-ministre. Les autres postes sont les suivants : sous-ministre adjoint, Services à l'industrie et aux marchés; sous-ministre adjoint, Politiques stratégiques; sous-ministre adjoint, Programmes financiers pour l'agriculture; sous-ministre adjoint, Gestion intégrée; sous-ministre adjoint, Communications et Consultations; sous-ministre adjoint, Ressources humaines; directeur général, Vérification et évaluation; directeur général, Administration du rétablissement agricole des Prairies, directeur exécutif, Secrétariat rural et coopératives; directeur exécutif, Coordination du portefeuille; secrétaire du Ministère et adjoint exécutif du sous-ministre.

Les fonctions particulières des postes de direction qui relèvent du sous-ministre, Recherche, sont les suivantes :

Le directeur général, Systèmes de production durable, (1 085 employés) est responsable d'assurer le leadership, la gestion et l'orientation relatifs au programme scientifique national des systèmes de production durable de recherche et de développement scientifique.

Le directeur général, Santé de l'environnement, (751 employés) est responsable d'assurer le leadership, la gestion et l'orientation relatifs au programme de recherche national sur la santé de l'environnement de recherche et de développement scientifique.

Le directeur général, Bioproduits et des bioprocédés, (450 employés) est responsable d'assurer le leadership, la gestion et l'orientation relatifs au programme scientifique national des bioproduits et des bioprocédés de recherche et de développement scientifique.

Le directeur général, Salubrité et qualité des aliments, (270 employés) est responsable d'assurer le leadership, la gestion et l'orientation relatifs au programme scientifique national de la salubrité et de la qualité des aliments de recherche et de développement scientifique.

Le directeur général, Secrétariat des sciences, (65 employés) est responsable d'assurer la gestion et la coordination des processus de planification ainsi que d'établissement des priorités, d'élaboration des politiques et des stratégies de la Direction générale de la recherche; d'évaluer des études; d'élaborer des stratégies de recherche; et de planifier et de négocier des initiatives spéciales de recherche et développement (R-D).

Le directeur, Gestion de l'innovation, de la commercialisation et de la propriété intellectuelle, (29 employés) est responsable d'élaborer et de mettre en oeuvre les stratégies et les approches visant à faire progresser le programme d'innovation du Ministère à l'aide d'un cadre de gestion intégrée qui incorpore diverses activités scientifiques, financières, juridiques et commerciales.

Nature et portée des fonctions

Le mandat du Ministère consiste à promouvoir le développement, l'adaptation et la compétitivité du secteur agricole et agroalimentaire et à aider le secteur à maximiser sa contribution aux objectifs économiques, sociaux et environnementaux du Canada par la prestation d'information, de recherche et de technologie et de politiques et de programmes qui assurent l'innocuité de la production alimentaire, la santé environnementale et l'innovation de la croissance. Le portefeuille agricole et agroalimentaire du Ministère est complexe et très diversifié, et sa responsabilité englobe 37 lois et 6 commissions, agences et sociétés d'État.

Le sous-ministre adjoint, Recherche, formule la vision stratégique de la Direction générale et établit, met en valeur, défend et élargit ses fondements philosophiques pour les activités scientifiques du Ministère. Le titulaire définit les paramètres d'exploitation généraux des quatre programmes scientifiques nationaux : la santé environnementale, les systèmes de production durable, les bioproduits et bioprocédés, et la salubrité et la qualité des aliments. Le sous-ministre adjoint (SMA) doit relever l'important défi de déterminer, de rajuster et de réorienter la priorité de recherche de la Direction générale en réponse aux facteurs comme la mondialisation du secteur de l'agriculture et de l'agroalimentaire; l'évolution biotechnologique et l'utilisation de la génétique pour modifier la croissance et la production des animaux et des cultures; l'urbanisation des terres agricoles conventionnelles; le transfert de technologie pour rehausser le bien-être économique du secteur de l'agriculture et de l'agroalimentaire; le débat sur l'agriculture durable et les conséquences corrélatives sur l'environnement; la nature fluctuante des sciences et de la technologie et son incidence sur la recherche scientifique agricole et agroalimentaire; et les préoccupations du public sur les effets des pratiques agricoles sur la santé de la population.

Le SMA établit les cadres d'élaboration et de mise en oeuvre des politiques, des objectifs et des programmes de recherche, d'élaboration de plans stratégiques pluriannuels et des stratégies de ressources subséquentes, de la répartition des ressources approuvées conformément aux objectifs et aux plans d'activités de la Direction générale et de la gestion de la surveillance et du contrôle des ressources et de la prestation des programmes.

Le SMA gère la cohérence et l'uniformité des stratégies et des activités par rapport à celles du programme ministériel et du secteur agricole et agroalimentaire et d'autres programmes connexes du gouvernement, comme l'utilisation des politiques agricoles et agroalimentaires à titre d'instruments servant à faire progresser les intérêts internationaux du Canada. Le titulaire doit en plus relever le défi de respecter les objectifs du gouvernement visant à rehausser la collaboration et le partage des coûts avec les ministères et organismes fédéraux qui oeuvrent dans les sciences collégiales, les provinces, le secteur privé et les universités, et ce, tout en veillant à ce que la position et l'intégrité nationale et internationale de la recherche agricole et agroalimentaire canadienne ne soient pas compromises en raison, entre autres, des pressions commerciales, juridictionnelles ou législatives.

Le SMA doit relever l'important défi de veiller à ce que la Direction générale comprenne les tendances et les développements de la recherche agricole et agroalimentaire à l'échelle mondiale. Pour relever ce défi, le titulaire doit établir et entretenir des relations avec les experts scientifiques des principaux pays en matière de R-D, notamment les États-Unis, le Royaume-Uni et la France, aux fins de coordination des efforts de recherche entre ces nations et d'établissement d'ententes axées sur le partage de données et de connaissances scientifiques relatives à la recherche agricole et agroalimentaire. En plus, le SMA veille à l'établissement de relations scientifiques avec d'autres pays avec lesquels le Canada pourrait profiter d'un partage et d'une collaboration de recherche. Le titulaire exerce une influence sur l'accent et l'orientation de la recherche scientifique d'autres pays afin de servir les intérêts du Canada et l'avancement du niveau de connaissances scientifiques.

Le SMA contribue à la formulation des politiques et des stratégies du Ministère pour promouvoir la croissance et la compétitivité internationale du secteur agricole et agroalimentaire canadien. À titre de conseiller scientifique qui fait autorité sur la recherche agricole et agroalimentaire, le titulaire est un collaborateur principal ou une collaboratrice principale des politiques et des stratégies du Ministère. Le sous-ministre adjoint doit connaître la diversité et la complexité du secteur agricole et agroalimentaire et ses besoins souvent conflictuels, divergents, incompatibles et assujettis aux caprices du marché et au goût du consommateur, et doit composer avec des pressions souvent contradictoires relatives au développement et à la justification continus du programme de recherche.

Le SMA doit relever l'important défi de promouvoir et de faire avancer la compréhension du rôle crucial joué par la recherche, en assurant et en rehaussant l'avantage concurrentiel du Canada auprès de tous les ordres de gouvernement et de l'industrie, des universités, des organisations agricoles et d'autres associations intéressées par les activités et les pratiques agricoles et agroalimentaires. Le titulaire est membre du comité interministériel des SMA chargés du domaine scientifique, responsable de conseiller le Cabinet sur les politiques et les priorités de recherche.

Le SMA consulte les hauts fonctionnaires des autres ministères et organismes sur les questions agricoles et agroalimentaires, notamment les ressources terrestres, l'énergie dans l'agriculture, la nutrition et la salubrité des aliments. Le titulaire consulte les doyens et les présidents d'université, les hauts fonctionnaires des ministères provinciaux et les représentants du secteur privé pour discuter de questions et de préoccupations d'intérêt commun et de leur atténuation par l'application de résultats scientifiques et techniques et pour préciser et solidifier les relations et les partenariats en recherche scientifique.

Étendue des responsabilités (en dollars constants)
ETP : 2 650
Budget de fonctionnement : 45,3 millions $

Responsabilités particulières

  1. Appliquer la recherche et la technologie scientifiques pour améliorer la production agricole et agroalimentaire, la transformation des aliments, la qualité et la salubrité du développement des produits et pour améliorer la croissance et la compétitivité nationale et internationale du secteur agricole et agroalimentaire.
  2. Formuler la vision stratégique et la philosophie de la Direction générale et en établir les paramètres d'exploitation, y compris l'encouragement des partenariats de recherche scientifique avec le secteur agricole et agroalimentaire en fonction du partage des coûts et avec d'autres ordres de gouvernement et les universités.
  3. Assurer que les études, les programmes et les activités appuient l'orientation stratégique et les objectifs du gouvernement et contribuer au développement durable du secteur agricole et agroalimentaire.
  4. Gérer les relations, les politiques et les ententes en matière de recherche scientifique avec d'autres pays chefs de file en recherche et avec les autres pays qui effectuent des recherches qui peuvent avoir une éventuelle importance pour le secteur agricole et agroalimentaire canadien.
  5. Coordonner la réponse du Ministère relative aux préoccupations de la population sur la salubrité des aliments et les pratiques agricoles lorsque les connaissances scientifiques agricoles et agroalimentaires peuvent aider à atténuer ces préoccupations.
  6. Conseiller le Cabinet sur les politiques et les priorités scientifiques dans ses fonctions de membre du comité interministériel des SMA chargés du domaine scientifique.

Exposé raisonné de l'évaluation

Sous-ministre adjoint, Recherche

Compétence

G
Maîtrise des interrelations entre les priorités et les programmes du gouvernement en matière de sciences naturelles liées à la recherche agricole et agroalimentaire, dont la botanique, la chimie, la biologie, les sciences physiques, la zoologie, les sciences animales, des cultures et terrestres, la génétique et la génomique; connaissances approfondies des industries et de l'économie agricoles et agroalimentaires du Canada et de leurs besoins en recherche; connaissances approfondies des responsabilités et des intérêts fédéraux, provinciaux et territoriaux relatifs au secteur agricole et agroalimentaire canadien.
IV
Intégration d'importantes activités de recherche très diversifiées liées à tous les aspects du secteur agricole et agroalimentaire et d'une importante organisation décentralisée, par l'établissement de priorités fondées sur le financement, les besoins de l'industrie et du producteur et les priorités gouvernementales.
3
L'atteinte des objectifs dépend de la capacité du ou de la titulaire du poste à établir et à entretenir des relations interpersonnelles efficaces pour influencer les décisions et l'élaboration de politiques qui concernent la conciliation des intérêts divergents des hauts fonctionnaires, du personnel, de l'industrie et des collectivités de recherche nationales et internationales.
1056
La cote élevée représente l'exigence de maîtriser des priorités et des objectifs du gouvernement dans le secteur agricole à l'égard d'un domaine scientifique complexe et diversifié à l'échelle nationale et internationale.

Initiative créatrice/réflexion

G
Réflexion dans le cadre des politiques générales, des principes et des priorités globales du gouvernement pour orienter la recherche agricole afin d'atteindre les objectifs et les buts du Ministère, par une application des sciences et de la technologie axée sur l'amélioration de la production agricole, de la transformation des aliments et du développement de la production au Canada.
4
Faculté de réflexion constructive et évaluative nécessaire pour évaluer et analyser les contraintes majeures au sein du système agricole et agroalimentaire, le rôle des sciences et de la technologie, les conséquences de la mondialisation sur les industries.
(66) 700
Le pourcentage plus élevé reflète le défi de réflexion plus complexe requis pour composer avec une recherche divergente et parfois nouvelle et non périodique qui requiert des approches imaginatives.

Finalité/prise de décisions

G
Le titulaire du poste, qui relève du sous-ministre, reçoit une orientation générale et est responsable de conseiller et d'orienter le ministre et le sous-ministre sur les buts que le Ministère doit viser, sur la façon dont l'organisation de recherche peut mieux soutenir la réalisation de ces objectifs et de coordonner subséquemment les activités qui mèneront à l'atteinte des objectifs.
4P
Impact dominant sur les résultats du programme de recherche du Ministère. L'indicateur choisi pour représenter ces activités est le budget de 45,3 millions de dollars (en dollars constants).
800
La cote intermédiaire reflète les responsabilités du poste relatives à l'établissement de la vision et de l'orientation d'un programme de recherche et de développement scientifique qui a une incidence sur les secteurs agricoles et agroalimentaires à l'échelle nationale et internationale.

Résumé

GIV3 1056
G4(66) 700
G4P 800
Total = 2 556 A1
Sous-ministre adjoint, Recherche - Numéro: 10 - F - 1
Organigramme du Sous-ministre  adjoint, Recherche
Figure : 10 – F – 1 - Version textuelle

Numéro du poste repère : 10 – F – 1

Sous-ministre adjoint, Recherche

Le poste en cause est au premier niveau de gestion qui relève de l’administrateur général, et il existe 11 postes de même niveau hiérarchique occupés par des pairs.

Il y a 5 directeurs généraux et 1 directeur qui relèvent du Sous-ministre adjoint, Recherche.

Organigramme linéaire :

Sous-ministre (Administrateur général ministériel)

  • Sous-ministre adjoint, Services à l'industrie et aux marchés
  • Sous-ministre adjoint, Politiques stratégiques
  • Sous-ministre adjoint, Programmes financiers pour l'agriculture
  • Sous-ministre adjoint, Gestion intégrée
  • Sous-ministre adjoint, Communications et Consultations
  • Sous-ministre adjoint, Ressources humaines
  • Directeur général, Vérification et évaluation
  • Directeur général, Administration du rétablissement agricole des Prairies
  • Directeur exécutif, Secrétariat rural et coopératives
  • Directeur exécutif, Coordination du portefeuille
  • Secrétaire du Ministère et adjoint exécutif du sous-ministre
  • Sous-ministre adjoint, Recherche
    • 5 Directeurs généraux pour :
      • Systèmes de production durable
      • Santé de l'environnement
      • Bioproduits et des bioprocédés
      • Salubrité et qualité des aliments
      • Secrétariat des sciences
    • Directeur, Gestion de l'innovation, de la commercialisation et de la propriété intellectuelle

Poste repère du groupe de la direction - Numéro : 8-F-1

Titre du poste : Directeur général, Programme scientifique national des bioproduits et des bioprocédés

Responsabilités générales

Directeur général, Programme scientifique national des bioproduits et des bioprocédés

Structure organisationnelle

Ce poste est l'un des six postes au deuxième niveau de gestion qui relèvent du sous-ministre adjoint, Recherche. Les autres postes sont les suivants : directeur général, Systèmes de production durable; directeur général, Santé de l'environnement; directeur général, Salubrité et qualité des aliments; directeur général, Secrétariat des sciences; directeur, Gestion de l'innovation, de la commercialisation et de la propriété intellectuelle.

Les fonctions particulières des postes qui relèvent du directeur général, Programme scientifique national des bioproduits et des bioprocédés, sont les suivantes :

Le directeur, Produits et procédés d'origine biologique, (120 employés) est responsable d'assurer le leadership, la gestion et l'orientation de l'élaboration, de l'organisation, de la conduite, du suivi et de l'évaluation des programmes de recherche scientifique et des études connexes visant à découvrir et à développer des spécialités, des produits de base et des produits chimiques intermédiaires, des matériaux ainsi que des produits microbiens.

Le directeur, Génomique, bio-informatique et autres produits de bio-information, (330 employés) est responsable d'assurer le leadership, la gestion et l'orientation de l'élaboration, de l'organisation, de la conduite, du suivi et de l'évaluation des programmes de recherche scientifique et des études connexes visant à découvrir et à développer des technologies habilitantes et des connaissances en génomique, en protéomique et en bio-informatique.

Nature et portée des fonctions

Le mandat du Ministère consiste à promouvoir le développement, l'adaptation et la compétitivité du secteur agricole et agroalimentaire et à aider le secteur à maximiser sa contribution aux objectifs économiques, sociaux et environnementaux du Canada par la prestation d'information, de recherche et de technologie ainsi que de politiques et de programmes qui mènent à l'innocuité de la production alimentaire, à la santé environnementale et à l'innovation de la croissance. Le portefeuille agricole et agroalimentaire du Ministère est complexe et très diversifié, et sa responsabilité englobe 37 lois et 6 commissions, organismes et sociétés d'État.

Le Ministère remplit son mandat scientifique grâce à un réseau de 19 centres de recherche répartis dans tout le pays. Le travail accompli dans les centres est lié aux quatre programmes scientifiques nationaux : la santé environnementale, les systèmes de production durable, les bioproduits et bioprocédés, et la salubrité et la qualité des aliments. C'est dans ce contexte que le directeur général, Programme scientifique national des bioproduits et bioprocédés, est chargé de jouer un rôle de leadership à l'égard du programme pluridisciplinaire national de recherche et développement (R-D) aux fins de l'élaboration et de la mise en oeuvre de stratégies, d'approches et d'initiatives pour définir, analyser et aborder une vaste gamme de questions scientifiques découlant du programme national du Ministère, afin de promouvoir et de faire avancer les intérêts nationaux par la découverte et le développement de connaissances, de technologies, de produits et de procédés d'origine biologique qui contribueront au développement durable et à la viabilité économique du secteur.

Le directeur général gère l'établissement d'un cadre stratégique pour le programme scientifique de R-D des bioproduits et des bioprocédés, qui permet de définir et d'aborder les questions, les priorités et les possibilités, ainsi que les stratégies et les initiatives opérationnelles en matière de politique et de programme pour s'attaquer à un large éventail de questions scientifiques et économiques touchant le rôle de l'agriculture pour l'avancement de la bioéconomie par la découverte et la mise au point de produits et de procédés d'origine biologique et la progression de la recherche thématique en sciences biologiques dans les domaines nouveaux que sont la génomique, la protéomique et la bio-informatique. Pour relever ce défi, le titulaire doit s'assurer que les objectifs et les initiatives en matière de programme sont intégrés à l'approche globale en ce qui touche la R-D scientifique, et que le programme soutient les objectifs stratégiques et les buts opérationnels globaux du Ministère et en facilite l'atteinte. Le titulaire doit relever certains défis importants, notamment l'élaboration d'un nouveau programme sans pouvoir s'appuyer sur une structure de base solide ou conventionnelle; la gestion d'un programme diversifié et réparti à grande échelle; la consolidation de la collaboration dans les quatre programmes scientifiques nationaux, la collaboration interministérielle, avec les provinces, le milieu universitaire et l'industrie; la découverte de nouvelles ressources pour prendre de l'expansion dans certains domaines clés comme la protéomique, les bioprocédés, la bioénergie, la génomique animale; ainsi que le maintien de la capacité et l'optimisation de l'investissement dans les activités prioritaires actuelles.

Le directeur général veille à la formulation efficace des principales priorités de recherche du Ministère et des produits escomptés du programme des bioproduits et des bioprocédés. Le titulaire joue un rôle essentiel dans la planification préalable stratégique pour déterminer l'orientation future à donner aux programmes scientifiques du Ministère, et participe à la prévision des besoins en matière de ressources afin de rajuster les programmes pour qu'ils puissent donner suite aux priorités nouvelles qui surgissent. Le titulaire prend l'initiative de l'établissement et de l'analyse des besoins et des possibilités qui permettront de faire avancer les objectifs à court et à long terme du programme scientifique national, et veille à ce que la formulation de ces besoins et des produits escomptés concorde avec les politiques globales du gouvernement et les objectifs essentiels du Ministère sur les plans environnemental, social et économique.

Le directeur général veille à ce qu'il existe une consultation et une collaboration efficaces avec un large éventail d'intervenants à l'égard des questions touchant les sciences liées aux bioproduits et aux bioprocédés. Le titulaire joue un rôle de leadership au sein du Ministère pour définir les questions, planifier, diriger et coordonner les activités de recherche, et conseiller la haute direction du Ministère en ce qui touche les problèmes et les résultats escomptés quant à l'incidence des initiatives de recherche entreprises dans le domaine des bioproduits et des bioprocédés.

Le directeur général élabore et applique des approches de travail et des initiatives horizontales afin d'établir et d'entretenir des liens à l'échelle du Ministère et en collaboration avec un vaste réseau réunissant d'autres ministères du gouvernement et un large éventail de partenaires des gouvernements provinciaux, des associations industrielles et d'organisations non gouvernementales, pour définir les questions liées à la recherche et s'y attaquer. Le titulaire veille à ce que d'autres ministères fédéraux, les gouvernements provinciaux et territoriaux ainsi que des hauts représentants de l'industrie et d'autres associations clientes, et d'autres groupes d'intérêts soient consultés, et à ce que leurs intérêts et leurs préoccupations soient considérés dans le cadre de la conception des programmes de recherche. Son défi consiste à faire accepter les programmes de recherche du Ministère à l'échelle de l'organisation et dans le milieu des groupes clients et des intervenants, et à obtenir leur appui.

Le directeur général assure le leadership pour l'élaboration et la mise en oeuvre des stratégies et des approches visant à mettre en place et à soutenir la capacité du réseau de programmes, pour faire un bon usage des ressources existantes et nouvelles, rationaliser les opérations commerciales, et établir et suivre de près des plans de gestion axés sur le risque et des mécanismes de contrôle et de rapport. Le titulaire dirige l'élaboration et la mise en oeuvre de stratégies et d'approches visant à fournir de l'information et des instruments de travail aux gestionnaires et aux employés, pour améliorer la gestion stratégique et opérationnelle des activités et des questions. Le titulaire dirige et coordonne l'établissement des initiatives et des possibilités qui optimisent les ressources en matière de programme et offrent les meilleures chances de réussite. Le titulaire fait partie d'un comité de révision qui recommande l'affectation d'un programme de fonds de contrepartie à la R-D du gouvernement et de l'industrie pour donner suite aux priorités en matière de programme.

Le directeur général communique fréquemment avec les gestionnaires supérieurs du Ministère pour discuter des questions liées à l'élaboration des politiques et des stratégies pour la gestion du programme scientifique national des bioproduits et des bioprocédés. Le titulaire communique également avec les cadres supérieurs des gouvernements provinciaux et territoriaux pour défendre les intérêts du Ministère en ce qui touche l'élaboration et l'exécution du programme de recherche sur les bioproduits et les bioprocédés. Le titulaire rencontre également de façon régulière les représentants du milieu universitaire, de gouvernements étrangers (par exemple, le ministère de l'Agriculture des États-Unis), d'organisations internationales, d'associations industrielles et d'autres collectivités d'intérêts pour expliquer les priorités et les programmes de recherche du Ministère.

Étendue des responsabilités (en dollars constants)
ETP :

450

Budget de fonctionnement :

7,1 millions $

Responsabilités particulières

  1. Assurer un leadership professionnel et de gestion pour amorcer et promouvoir l'établissement et l'analyse des besoins et des possibilités qui permettront d'atteindre les objectifs à court et à long terme du programme scientifique.
  2. Formuler les priorités du programme scientifique et les besoins en matière de ressources et les faire concorder avec les objectifs stratégiques et ministériels, établir la priorité d'affectation des ressources et formuler des recommandations à cet égard. Assurer que les objectifs du programme scientifique correspondent au programme global du Ministère et du portefeuille.
  3. Établir et entretenir des réseaux fonctionnels d'équipes de recherche nationales intégrées et interdisciplinaires. Veiller à ce que les projets liés aux thèmes du programme scientifique national des bioproduits et des bioprocédés soient pertinents et convenables, et y apporter des rajustements au besoin.
  4. Collaborer avec les responsables des autres programmes scientifiques nationaux pour assurer l'intégration des programmes scientifiques. Diriger les discussions et les négociations avec les collectivités de clients et de partenaires scientifiques à l'échelle nationale et internationale pour établir des initiatives, en déterminer la priorité et y donner suite, et pour les mettre en oeuvre le cas échéant, sous forme de projets scientifiques coopératifs et d'autres activités entreprises conjointement.
  5. Fournir des conseils scientifiques d'expert au ministre, aux cadres supérieurs du Ministère ainsi qu'à d'autres ministères et organismes à vocation scientifique.
  6. Définir et poursuivre les possibilités d'aborder les questions horizontales interministérielles et les initiatives coopératives novatrices avec d'autres ministères et organismes à vocation scientifique, pour faire avancer le programme environnemental et socio-économique du gouvernement.
  7. Contribuer, à titre de membre du comité de gestion de la recherche, à l'établissement de la pertinence et du bien-fondé des investissements scientifiques.

Exposé raisonné de l'évaluation

Directeur général, Programme scientifique national des bioproduits et des bioprocédés

Compétence

G
Maîtrise des interrelations entre une vaste gamme de sciences naturelles et appliquées, dont la chimie, la biologie, la botanique, les sciences touchant les animaux, les récoltes et les sols, pour diriger un vaste programme diversifié de recherche agricole; connaissance professionnelle approfondie des politiques, des principes et des pratiques qui régissent la recherche au sein de l'administration fédérale; connaissance professionnelle approfondie de l'état des connaissances et des technologies nationales et internationales dans les sciences de l'agriculture et de l'agroalimentaire; connaissance professionnelle des pratiques de gestion, des droits de propriété intellectuelle, des marchés, des ressources humaines, des règlements et des pratiques concernant la gestion financière et la gestion du matériel au sein de l'administration fédérale; solide compréhension des marchés nationaux et internationaux du Canada pour ce qui est des produits agricoles et agroalimentaires.
III
Gestion conceptuelle et opérationnelle des activités d'un segment vaste, diversifié et très décentralisé du domaine global de la recherche, qui travaille largement en partenariat avec d'autres organismes de recherche nationaux et internationaux pour déterminer les secteurs prioritaires du point de vue de la recherche et pour coordonner les initiatives et les activités de recherche avec d'autres secteurs compétents du Ministère et avec des secteurs de recherche d'autres ministères et organismes fédéraux, y compris les gouvernements étrangers.
3
L'atteinte des objectifs exige d'établir et d'entretenir des relations basées sur la collaboration avec les hauts dirigeants de l'industrie et des gouvernements étrangers, et à négocier des mécanismes de financement à l'appui de la recherche ou de la collaboration pour la conduite des travaux de recherche et le partage de l'information. L'atteinte des objectifs exige également de solides compétences en matière de communication et de relations interpersonnelles, pour diriger et motiver le personnel.
800
La cote élevée représente la maîtrise quasi exceptionnelle des domaines spécialisés en matière scientifique, alliée au besoin d'assurer une coordination ferme de la gestion pour obtenir une recherche et une orientation scientifique cohérente dans un domaine scientifique important et en pleine évolution.

Initiative créatrice / réflexion

F
Réflexion dans le cadre des politiques et des objectifs globaux du Ministère et de la Direction de la recherche pour définir les besoins et exécuter les programmes de recherche qui contribuent à la consolidation des industries agricoles et agroalimentaires du Canada (p. ex., définition des mécanismes permettant de réduire ou d'éliminer les effets néfastes des phénomènes naturels sur les productions agricoles).
4
Niveau élevé de réflexion analytique pour reconnaître et élaborer des stratégies permettant de réduire les effets des phénomènes naturels sur les productions agricoles, de renforcer les attributs et la capacité de récupération des produits agricoles et d'améliorer l'efficience des systèmes de production et de traitement agricole et agroalimentaire.
(57) 460
Le pourcentage plus élevé représente le cadre de raisonnement scientifique et technologique créatif, l'aspect nouveau et non récurrent des questions de recherche qui se posent et la tâche délicate consistant à intégrer et à réconcilier des questions scientifiques et pragmatiques dans le cadre de l'élaboration des plans et des stratégies de recherche.

Finalité / prise de décisions

F
Le pourcentage plus élevé représente le cadre de raisonnement scientifique et technologique créatif, l'aspect nouveau et non récurrent des questions de recherche qui se posent et la tâche délicate consistant à intégrer et à réconcilier des questions scientifiques et pragmatiques dans le cadre de l'élaboration des plans et des stratégies de recherche.
3P
Impact dominant sur les politiques scientifiques ainsi que les travaux de recherche et les initiatives en matière de programme. L'indicateur choisi pour représenter ces activités est le budget de 7,1 millions de dollars (en dollars constants).
400
La cote intermédiaire reflète le niveau d'autorité décisionnelle à l'intérieur d'un secteur professionnel d'activités sous la direction d'un poste de supervision du même secteur d'activités, la taille du budget et le leadership du programme scientifique national de la recherche et du développement scientifique.

Résumé

GIII3 800
F4(57) 460
F3P 400
Total = 1 660 P1
Directeur général, Programme scientifique national des bioproduits et des bioprocédés - Numéro : 8 - F - 1
Organigramme du Directeur  général, Programme scientifique national des bioproduits et des bioprocédés
Figure : 8 – F – 1 - Version textuelle

Numéro du poste repère : 8 – F – 1

Directeur général, Programme scientifique national des bioproduits et des bioprocédés

Le poste en cause est au deuxième niveau de gestion qui relève du sous-ministre adjoint, Recherche, et il existe 5 postes de même niveau hiérarchique occupés par des pairs.

Il y a 2 directeurs qui relèvent du Directeur général, Programme scientifique national des bioproduits et des bioprocédés.

Organigramme linéaire :

Sous-ministre adjoint, Recherche

  • Directeur général, Systèmes de production durable
  • Directeur général, Santé de l'environnement
  • Directeur général, Salubrité et qualité des aliments
  • Directeur général, Secrétariat des sciences
  • Directeur, Gestion de l'innovation, de la commercialisation et de la propriété intellectuelle
  • Directeur général, Programme scientifique national des bioproduits et des bioprocédés
    • 2 Directeurs pour :
      • Produits et procédés d'origine biologique
      • Génomique, bio-informatique et autres produits de bio-information

Poste repère du groupe de la direction - Numéro : 7-F-1

Titre du poste : Directeur général, Centre de foresterie du Nord

Responsabilités générales

Exercer un leadership de recherche pour les initiatives nationales et promouvoir la gestion durable des forêts afin de renforcer la capacité des régions de contribuer au développement durable des forêts du Canada et renforcer la compétitivité internationale du secteur forestier au moyen de l'information scientifique.

Structure organisationnelle

Ce poste est l'un des 11 postes au deuxième niveau de gestion qui relèvent du sous-ministre adjoint du Service canadien des forêts (SCF). Les autres postes sont les suivants : directeur général, Politiques, planification et affaires internationales; directeur général, Sciences; directeur général, Industrie, économie et programmes; directeurs généraux, Centres de foresterie régionaux (Pacifique, Grands Lacs, Laurentides, Atlantique); directeur, Services de gestion; directeur, Communications et services à la haute direction; gestionnaire, Unité des ressources humaines du Service canadien des forêts.

Les fonctions particulières des postes qui relèvent du directeur général, Centre de foresterie du Nord sont les suivantes :

Le directeur, Division des sciences socio-économiques, des systèmes et des programmes nationaux, (85 employés) est responsable de gérer et de mettre en oeuvre les activités de transfert de technologie et de recherche en matière de programmes; de gérer la planification opérationnelle, le processus de budgétisation et la présentation de rapports sur les initiatives ministérielles ainsi que les programmes de foresterie opérationnelle nationaux et régionaux dans les régions.

Le directeur, Division de la biologie forestière et de la recherche, (77 employés) est responsable de diriger et de mettre en oeuvre les activités de recherche ainsi que de gérer les composantes du programme de recherche sur le comportement des feux et l'environnement des incendies du Réseau de la recherche sur les changements climatiques et les feux de forêt.

Le gestionnaire, Programmes de soutien scientifique et technique, (32 employés) est responsable de la prestation d'un vaste éventail de services financiers, administratifs, informatiques, de gestion du matériel, de gestion des installations et de santé et de sécurité; de la gestion des activités de soutien scientifique du laboratoire d'analyse, des serres de recherche, de l'édition et des publications scientifiques, ainsi que des bibliothèques et des unités de service de la diffusion des publications.

Le gestionnaire, Ressources humaines, (5 employés) est responsable de la gestion d'un vaste éventail de services de gestion des ressources humaines.

Le conseiller, Programmes scientifiques, (1 employé) est responsable d'analyser et de coordonner les activités scientifiques et de la clientèle du Centre liées à l'ensemble du programme de recherche et de prodiguer des conseils sur ces activités; de diriger et coordonner les fonctions de planification de la science.

Nature et portée des fonctions

Le Ministère assure la gestion des principaux programmes d'orientation, de recherche et de développement scientifique et technique et de soutien à l'industrie d'envergure nationale et internationale concernant la masse continentale du Canada, et les secteurs énergétique, forestier, minier et minéral de l'économie. Le Ministère a pour mandat de promouvoir le développement durable et l'utilisation judicieuse des ressources minérales, énergétiques et forestières du Canada.

Le programme de promotion et de recherche du Service canadien des forêts est mis en oeuvre et coordonné au moyen de cinq réseaux, chaque réseau étant associé à un Centre de foresterie qui joue un rôle de chef de file. Le directeur général, Centre de foresterie du Nord, exerce un leadership national auprès du Réseau de la recherche sur les changements climatiques et les feux de forêt.

C'est dans ce contexte que le directeur général assure le leadership stratégique pour un programme de recherche national visant à cerner les obstacles et les occasions permettant d'adapter les forêts et les pratiques forestières au changement climatique, y compris l'élaboration de méthodes susceptibles de rendre les forêts et les pratiques forestières plus aptes à résister au feu, à la sélection d'essences d'arbres capables de s'adapter aux nouvelles conditions de même que l'amélioration de la conception des plantations d'arbres. Le titulaire assure également la gestion conceptuelle et le leadership des recherches sur les façons de réduire les effets du changement climatique, par exemple, la séquestration du carbone et l'utilisation novatrice des produits du bois pour réduire la consommation des combustibles fossiles.

En plus d'assurer le leadership d'un réseau en particulier, chaque centre participe aux activités de recherche et à l'exécution des programmes des autres réseaux. Le directeur général s'assure d'un apport opérationnel et stratégique à la réalisation des résultats visés par le Réseau sur les processus des écosystèmes forestiers, le Réseau sur l'amélioration de la production et de la protection des forêts, le Réseau sur la santé et la diversité des forêts et le Réseau sur la synthèse des connaissances et de l'information.

Le directeur général planifie, met en oeuvre et évalue l'exécution d'un vaste éventail de programmes du SCF liés aux décisions sur l'établissement des priorités tout en maintenant les objectifs du Réseau de sciences et de technologie. Le titulaire situe ou accroît la pertinence de la recherche au SCF en établissant et en soutenant les réseaux et les relations avec les clients, les intervenants du SCF et les autres organismes gouvernementaux, et en obtenant leur appui relativement aux engagements du SCF en matière de développement durable, de sciences et technologie et de recherche et développement. Le titulaire parraine les initiatives ministérielles sur le développement durable en prônant et en encourageant la participation des intervenants régionaux. Il joue également un rôle de premier plan dans les initiatives de partenariat rurales et économiques des trois conseils régionaux.

Le directeur général joue un rôle de chef de file à l'égard de l'exécution des programmes et des questions sur le plan régional. Le titulaire assure un leadership régional pour l'exécution de trois programmes de forêts modèles en Alberta, en Saskatchewan et au Manitoba en appui aux objectifs des programmes associés à l'élaboration et à la gestion d'outils et de systèmes de gestion durable des forêts, au transfert des connaissances, au renforcement des activités du réseau des forêts modèles et à l'augmentation des possibilités de participation locale dans la gestion durable des forêts. Le titulaire assure également le leadership régional pour les autres programmes principaux (comme le Programme forestier des Premières nations et Produits de bois canadien) et le soutien à l'atteinte des objectifs stratégiques de recherche et de programmes de gestion des ressources du Ministère.

Le directeur général supervise la participation et l'apport régionaux à l'élaboration d'une stratégie nationale de mise en oeuvre dans le contexte du Protocole de Kyoto. Le titulaire gère également la préparation des propositions de projets forestiers visant à aider le Canada à atteindre les objectifs établis à Kyoto, par l'entremise du Réseau de la recherche sur les changements climatiques et les feux de forêt, et assure la liaison avec le Service des terres et des forêts de l'Alberta, la Direction des écosystèmes du Ministère de la gestion de l'environnement et des ressources de la Saskatchewan, la Direction des forêts du Manitoba, le Ministère des ressources renouvelables des Territoires du Nord-Ouest et les représentants de l'industrie afin de soutenir le Protocole et sa mise en oeuvre.

Le directeur général gère l'élaboration et la mise en oeuvre des possibilités d'exécution de programmes et de recherche coopérative avec un vaste éventail de partenaires et d'intervenants (organismes environnementaux, groupes autochtones, industrie, établissements d'enseignement et de recherche, ordres de gouvernement, associations communautaires, animateurs en loisirs et propriétaires fonciers). Le titulaire établit et met en oeuvre des protocoles d'entente avec des universités et des organismes de recherche comme les protocoles d'entente en matière de recherche avec l'Université de l'Alberta, l'Administration du rétablissement agricole des Prairies, le Ministère de la gestion de l'environnement et des ressources de la Saskatchewan, Agriculture Saskatchewan, le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest, la Direction des ressources du Manitoba, et l'Institut canadien de recherches en génie forestier. Le titulaire représente le SCF au sein de comités comme ceux des groupes de travail Sylviculture et gestion de l'Institut canadien de recherches en génie forestier et du Centre de contrôle des feux de végétation à Hinton.

Le directeur général conseille le sous-ministre adjoint et le sous-ministre sur les questions touchant la foresterie et veille à obtenir l'apport coopératif des régions aux travaux comme les fiches parlementaires, la correspondance ministérielle, la documentation, les cahiers d'information et les rapports hebdomadaires au sous-ministre. Le titulaire assure la contribution régionale à la préparation du rapport annuel présenté au Parlement sur l'état des forêts au Canada et en ce qui a trait à la mise à exécution du plan d'action fédéral et du Comité canadien des ministres des forêts pour donner suite à la Stratégie nationale sur la forêt et à l'Accord canadien sur la forêt.

Étendue des responsabilités (en dollars constants)
ETP : 202
Budget de fonctionnement : 2,7 millions $
Subventions et contributions : 450 000 $

Responsabilités particulières

  1. Exercer un leadership national et fournir une coordination en ce qui a trait au Réseau de la recherche sur les changements climatiques et les feux de forêt, et gérer la contribution du Centre de foresterie du Nord aux activités de recherche des autres réseaux.
  2. Représenter et défendre les enjeux nationaux et régionaux auprès des conseils fédéraux de l'Alberta, de la Saskatchewan et du Manitoba; prôner et diriger la participation d'intervenants régionaux, et rencontrer les cadres supérieurs des principales industries forestières afin d'explorer et d'exploiter les possibilités de recherche et d'autres possibilités d'intérêt commun.
  3. Assurer la direction du Centre de foresterie du Nord, et planifier, mettre en oeuvre et évaluer l'exécution d'un vaste éventail de programmes du SCF dans les régions.
  4. Créer des possibilités de recherche coopérative avec les universités et les organismes de recherche pour soutenir le développement durable et renforcer la compétitivité internationale du secteur forestier.
  5. Négocier des partenariats avec les gouvernements de l'Alberta, de la Saskatchewan, du Manitoba et des Territoires du Nord-Ouest, d'autres ministères fédéraux, de l'industrie, des universités, d'autres gouvernements et d'autres groupes d'intérêt et représenter le Ministère auprès d'eux; s'assurer d'une aide au développement régional; présider une variété de comités et y participer.
  6. Fournir le leadership requis dans l'exécution de trois programmes de forêts modèles, dans le cadre d'un partenariat avec l'administration centrale, ainsi que d'autres forêts modèles régionales, et dans l'exécution et l'amélioration du Programme forestier des Premières nations en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba et dans les Territoires du Nord-Ouest.
  7. Conseiller le sous-ministre adjoint et le sous-ministre sur les questions touchant la foresterie et veiller à obtenir l'apport coopératif des régions relativement à une vaste gamme d'exigences en matière de communications et d'information.

Exposé raisonné de l'évaluation

Directeur général, Centre de foresterie du Nord

Compétence

G
Maîtrise des pratiques et des politiques de recherche de sciences forestières et des autres sciences connexes, des techniques et des méthodologies de recherche associées, ainsi que des tendances et progrès d'ordre scientifique et technologique, et des questions socio-économiques et environnementales uniques qui ont des conséquences sur la foresterie et sur la gestion du développement durable des forêts dans les provinces et les territoires.
III
Coordination conceptuelle du Réseau de la recherche sur les changements climatiques et les feux de forêt et soutien essentiel aux quatre autres réseaux nationaux en sciences et technologie. Gestion conceptuelle et opérationnelle des activités de recherche et de transfert de technologie, des programmes opérationnels d'exploitation forestière nationaux et régionaux dans les provinces, y compris du Programme forestier des Premières nations et du Programme de forêts modèles. Gestion d'ententes complexes et fourniture d'une aide au développement régional.
3
Le titulaire doit posséder d'excellentes aptitudes pour gérer un important effectif et pour assurer le leadership dans la région sur les questions de développement durable, la négociation des protocoles d'entente en matière de recherche, des partenariats et d'autres ententes avec l'industrie, les provinces, les territoires et les universités.
700
La cote intermédiaire dénote une excellente maîtrise des sciences forestières et des domaines connexes et une expertise en matière de gestion afin de coordonner un certain nombre de programmes nationaux et régionaux.

Initiative créatrice/réflexion

F
Réflexion en tenant compte des politiques et des lignes directrices générales pour définir et aborder les questions scientifiques, technologiques et de gestion associées aux programmes de recherche et de transfert de technologie et d'autres programmes forestiers à l'échelle nationale et dans la région.
4
Faculté de réflexion analytique, constructive et d'interprétation nécessaire pour élaborer des approches novatrices afin d'assurer la participation du Ministère, des gouvernements provinciaux et territoriaux et de l'industrie dans la défense des enjeux forestiers nationaux et régionaux et de trouver des solutions associées aux grands enjeux horizontaux comme le changement climatique et le développement durable des communautés, de l'industrie et des ressources forestières.
(57) 400
Le pourcentage plus élevé dénote la nature pratiquement non explorée des programmes nationaux gérés, la nécessité d'élaborer de nouvelles approches en ce qui concerne le développement durable de forêts, par l'entremise de recherches de pointe; et la négociation des ententes complexes et des partenariats à l'appui des politiques et des objectifs du gouvernement, des intérêts des collectivités et des besoins de l'industrie.

Finalité/prise de décisions

F
Le titulaire du poste, qui relève du sous-ministre adjoint, Service canadien des forêts, doit, d'une façon générale, se conformer aux politiques et aux objectifs fonctionnels dans l'orientation et la gestion d'un bon nombre de programmes de recherche nationaux et régionaux divers, et dans la négociation et la gestion d'ententes complexes et la prestation d'une aide au développement régional.
3P
Impact dominant sur les activités de recherche du Centre de foresterie du Nord, représenté par le budget annuel de 2,7 millions de dollars (en dollars constants).
460
La cote supérieure traduit l'autonomie dont jouit le titulaire dans la sélection et la direction des activités de recherche dans la région, la grande liberté d'action pour la gestion et la coordination des activités nationales de réseau qui ont un effet sur les activités et les budgets des quatre autres centres de recherche, et l'incidence de la négociation des ententes de financements, des subventions et des contributions sur les organismes partenaires.

Résumé

GIII3 700
F4(57) 400
F3P 460
Total = 1 560 A1
Directeur général, Centre de foresterie du Nord - Numéro : 7 - F - 1
Organigramme du Directeur  général, Centre de foresterie du Nord
Figure : 7 – F – 1 - Version textuelle

Numéro du poste repère : 7 – F – 1

Directeur général, Centre de foresterie du Nord

Le poste en cause est au deuxième niveau de gestion qui relève du sous-ministre adjoint, Service canadien des forêts, et il existe 10 postes de même niveau hiérarchique occupés par des pairs.

Il y a 2 directeurs, 2 gestionnaires et 1 conseiller qui relèvent du Directeur général, Centre de foresterie du Nord.

Organigramme linéaire :

Sous-ministre adjoint, Service canadien des forêts

  • Directeur général, Politiques, planification et affaires internationales
  • Directeur général, Sciences
  • Directeur général, Industrie, économie et programmes
  • 4 Directeurs généraux, Centres de foresterie régionaux pour :
    • Pacifique
    • Grands Lacs
    • Laurentides
    • Atlantique
  • Directeur, Services de gestion
  • Directeur, Communications et services à la haute direction
  • Gestionnaire, Unité des ressources humaines du Service canadien des forêts
  • Directeur général, Centre de foresterie du Nord
    • 2 Directeurs pour :
      • Division des sciences socio-économiques, des systèmes et des programmes nationaux
      • Division de la biologie forestière et de la recherche
    • 2 Gestionnaires pour :
      • Programmes de soutien scientifique et technique
      • Ressources humaines
    • Conseiller, Programmes scientifiques

Poste repère du groupe de la direction - Numéro : 6-F-1

Titre du poste : Directeur régional, Commission géologique du Canada (CGC) - Québec

Responsabilités générales

Diriger et administrer la prestation d'une expertise technologique et professionnelle dans le domaine des études thématiques en géosciences et des levés du substratum rocheux et des dépôts meubles dans l'Est du Canada, veiller au succès du partenariat entre les gouvernements fédéral et provincial et l'Institut national de recherche scientifique (INRS), qui constitue le Centre géoscientifique de Québec (CGQ) pour faire avancer les connaissances en géosciences à l'appui du développement durable.

Structure organisationnelle

Ce poste est l'un des quatre postes au troisième niveau de gestion relevant du directeur général, Géologie sédimentaire et marine. Les autres postes sont les suivants : directeur régional, Commission géologique du Canada (CGC) - Calgary; directeur, Division de la science des terrains; directeur régional, CGC - Atlantique.

Les fonctions des postes suivants relèvent directement du directeur régional, Commission géologique du Canada (CGC) - Québec :

Le coordonnateur scientifique (28 employés) est responsable de la coordination et de la gestion des composantes du programme scientifique de la CGC liées aux géo-ressources, à l'hydrogéologie et à la géologie et à la géo-information environnementales et d'assurer leur intégration dans le programme scientifique de la CGC; de la planification des projets, de la gestion et de la prestation des projets scientifiques, ainsi que de la gestion du personnel scientifique de la CGC.

Le chef hydrogéologue est chargé d'exercer un leadership et d'établir des liens et des partenariats avec des organismes hydrogéologiques provinciaux, nationaux et internationaux ainsi qu'avec des spécialistes de l'industrie, des universités et du gouvernement pour définir, élaborer et mettre en oeuvre le programme national d'hydrogéologie de la CGC.

L'agent de planification scientifique est responsable de fournir une aide scientifique au directeur et au coordonnateur scientifique en ce qui concerne la gestion et la planification des ressources humaines, matérielles et financières et le fonctionnement du programme scientifique; d'aider les chercheurs à gérer leurs projets; de coordonner les activités de communication et de vulgarisation au sein de la CGC afin de promouvoir la visibilité du CGQ et de coordonner l'élaboration de produits d'information généraux.

Nature et portée des fonctions

Le Ministère gère les principaux programmes d'orientation, de recherche et de développement scientifique et technique ainsi que les programmes de soutien à l'industrie d'envergure nationale et internationale concernant la masse continentale du Canada, et les secteurs énergétique, forestier, minier et minéral de l'économie. Le Ministère fait la promotion du développement durable et de l'utilisation judicieuse des ressources minérales, énergétiques et forestières du Canada.

La CGC entreprend et gère des études et des programmes de recherche géoscientifiques sur la taxonomie de surface et la composition géologique du Canada pour appuyer la mise en valeur durable des ressources et des processus de même que l'étude de la Terre afin de mieux comprendre les processus qui ont une incidence sur la surface de la Terre de même qu'un rapport avec des questions environnementales, comme la dynamique et la délimitation des eaux souterraines, les risques naturels, la géochimie environnementale et le changement climatique.

C'est dans ce contexte que le directeur élabore, met en oeuvre et évalue les programmes technologiques et scientifiques requis pour développer et maintenir le CGC - Québec à titre de centre national reconnu d'expertise et de recherche en hydrogéologie et son incidence sur le changement climatique et son adaptation. Le titulaire gère le rôle fédéral de prestation des résultats de recherche scientifique à partir du CGC - Québec qui participe activement à un partenariat avec l'INRS.

Le directeur fournit des évaluations géoscientifiques et offre des solutions technologiques à des problèmes socio-économiques clés en concevant, en planifiant et en gérant des levés géoscientifiques, ainsi que des études minérales et environnementales dans l'Est du Canada à l'appui des programmes et des priorités du Secteur et assure en plus un leadership et une coordination nationale pour les activités du programme hydrogéologique du Secteur.

Le directeur est fréquemment appelé à régler des problèmes complexes de concept et de priorité, à partir d'une grande connaissance des projets géologiques détaillés menés à l'échelle mondiale. Le titulaire établit des liens avec des hauts responsables scientifiques et administratifs du gouvernement fédéral, des organismes scientifiques étrangers, des gouvernements provinciaux, des entreprises privées, des sociétés d'État et des universités; et gère la contribution et la participation du Centre dans des activités de recherche nationales et internationales qui ont une incidence globale. Ces relations débouchent sur des programmes menés conjointement avec d'autres organismes, sur le transfert de technologies et d'idées scientifiques et sur d'importantes interactions entre le personnel de la Division et celui des autres organismes. En plus, le directeur établit et maintient un solide réseau géoscientifique régional axé sur les questions actuelles au Québec, avec l'INRS et d'autres intervenants régionaux du domaine des sciences de la terre afin de contribuer à une solide base de connaissances régionale.

Le directeur planifie, oriente, coordonne et dirige les activités scientifiques sur le terrain et en laboratoire qui portent sur tous les aspects de la géologie du substratum rocheux et des dépôts meubles dans l'Est du Canada, le potentiel des ressources - qu'il s'agisse des métaux, des hydrocarbures ou des eaux souterraines - l'environnement et les processus géologiques (géochimie environnementale, risques géologiques, érosion côtière, glissements de terrain, pergélisol). Le titulaire contribue à la formation de personnel hautement qualifié grâce au programme d'études supérieures en sciences de la terre de l'INRS et de l'Université Laval, en plus d'améliorer les liens avec d'autres universités et d'encourager la participation des étudiants dans des projets de recherche.

Le directeur doit planifier les objectifs de la recherche, fixer des objectifs et établir des priorités, évaluer l'efficacité des plans et des programmes et coordonner l'élaboration de rapports et les évaluer de même que l'information tirée des programmes de la Division en vue de leur diffusion dans la fonction publique fédérale, à d'autres gouvernements, à la communauté scientifique, à l'industrie et au grand public. Le directeur doit relever des défis de taille : assurer la cohésion par rapport aux priorités établies, déterminer les questions critiques, définir les résultats escomptés, recueillir et consigner l'information et les données, et produire et diffuser des rapports pertinents.

Le directeur est membre du Comité de gestion de la CGC et du Comité des programmes du Secteur, chargé d'établir les objectifs de programme et de recherche du Secteur à court et à long terme. Le directeur siège au sein du comité de liaison fédéral-provincial avec le Québec et est coprésident de plusieurs comités comme le Comité consultatif technique. Le titulaire fait aussi partie de comités d'examen comme le Comité de promotion des chercheurs.

Étendue des responsabilités (en dollars constants)
ETP 37
Budget de fonctionnement : 723 000 $

Responsabilités particulières

  1. Contribuer à la planification du programme scientifique de la CGC et du Secteur à titre de membre du Comité de gestion de la CGC et du Comité des programmes du Secteur, et à titre de conseiller principal du directeur général sur les questions de recherche en géosciences actuelles au Québec et à Terre-Neuve-et-Labrador et sur le programme national d'hydrogéologie de la CGC.
  2. Assurer un leadership professionnel et de gestion pour les activités scientifiques de la Division en entretenant des rapports et en collaboration avec les représentants d'autres organismes gouvernementaux fédéraux et provinciaux, de l'industrie, des établissements de recherche et d'enseignement, dans les vastes domaines de la géologie et de l'hydrogéologie et à l'égard des questions connexes d'intérêt commun.
  3. Assurer le maintien de normes élevées de compétence professionnelle et technique en gérant l'examen et l'évaluation des rapports, des projets et des propositions scientifiques préparées par le personnel de la Division.
  4. Coordonner les activités de toutes les sections pour assurer une participation adéquate dans les projets multidisciplinaires et les projets réalisés en collaboration avec d'autres divisions et organismes, en établissant les procédures administratives requises et en planifiant et gérant les besoins en matière de ressources financières et humaines.
  5. Établir et maintenir au Québec un solide réseau géoscientifique régional centré sur des questions actuelles, en collaboration avec l'INRS et d'autres intervenants géoscientifiques régionaux. Contribuer à la formation de personnel hautement qualifié grâce au programme d'études supérieures en sciences de la terre de l'INRS et de l'Université Laval, accroître les liens avec d'autres universités et encourager la participation des étudiants aux projets de recherche, participer à la coordination des activités, à la planification des programmes et à la gestion des installations cohabitées avec l'INRS.

Exposé raisonné de l'évaluation

Directeur régional, Commission géologique du Canada (CGC) - Québec

Compétence

G
Maîtrise des principes et des théories géoscientifiques pour diriger et gérer des projets et des études de recherche sur tous les aspects de la géologie du substratum rocheux et des dépôts meubles dans l'Est du Canada et de l'hydrogéologie au niveau national; connaissance professionnelle approfondie de la recherche portant notamment sur la dynamique et la délimitation des eaux souterraines, les risques géologiques, la géochimie environnementale et le changement climatique, et l'interrelation des divers domaines et leur incidence sur le développement durable, la protection de l'environnement et l'innovation technologique; et vaste connaissance des pratiques de gestion et des programmes et priorités de recherche.
II
La gestion et la coordination opérationnelle des activités et des programmes de recherche scientifique exigés pour développer le CGC et veiller à ce qu'il demeure un centre national d'expertise et le point central pour la recherche en hydrogéologie.
3
L'atteinte réussie des objectifs exige de motiver le personnel de recherche, d'initier des liaisons solides et continues avec les hauts fonctionnaires scientifiques et administratifs du gouvernement fédéral, les gouvernements provinciaux, les organismes scientifiques étrangers, les entreprises privées, les sociétés d'État et les universités, et plus particulièrement avec l'INRS.
608
La cote supérieure reflète la maîtrise des connaissances et du savoir-faire scientifiques en sciences de la terre et la force de l'expertise de gestion et des habiletés de communication requises pour gérer des projets et des programmes de recherche à l'échelle régionale et nationale.

Initiative créatrice/réflexion

F
Réflexion dans le cadre des grands objectifs ministériels et régionaux en vue d'améliorer les connaissances en sciences de la terre et la gestion environnementale à l'appui de la mise en valeur durable des minéraux, de l'énergie et des ressources hydriques, et de faire mieux comprendre les processus du changement climatique et des risques physiques.
4
Faculté de réflexion analytique nécessaire pour harmoniser des facteurs scientifiques ayant trait aux enjeux actuels et aux politiques changeantes, les plans et les programmes d'autres organismes canadiens et les ressources qualifiées, les fonds et les installations disponibles.
(50) 304
Le solide pourcentage reconnaît le degré d'interprétation, de raisonnement analytique et d'évaluation requis pour élaborer et gérer les programmes de recherche.

Finalité/prise de décisions

F
Le titulaire du poste, qui relève du directeur général, Géologie sédimentaire et marine, basé à Ottawa, est responsable du fonctionnement de plusieurs laboratoires et de leurs biens ainsi que de l'élaboration et de la gestion de projets et d'études de recherche.
2P
Le titulaire a un impact dominant sur les activités de programme de la région. L'indicateur choisi pour représenter ces activités est le budget de fonctionnement annuel de 723 000 $ dollars (en dollars constants).
350
La cote élevée reflète la taille du budget et le fait qu'il soit sous la supervision d'un cadre supérieur basé à l'extérieur de la région.

Résumé

GII3 608
F4(50) 304
F2P 350
Total = 1 262 A1
Directeur régional, Commission géologique du Canada (CGC) – Québec - Numéro : 6-F-1
Organigramme du Directeur  régional, Commission géologique du Canada (CGC) – Québec
Figure : 6 – F –1 - Version textuelle

Numéro du poste repère : 6 – F – 1

Directeur régional, Commission géologique du Canada (CGC) – Québec

Le poste en cause est au troisième niveau de gestion qui relève du directeur général, Géologie sédimentaire et marine, et il existe 3 postes de même niveau hiérarchique occupés par des pairs.

Il y a 1 coordonnateur, 1 chef et 1 agent qui relèvent du Directeur régional, Commission géologique du Canada (CGC) – Québec.

Organigramme linéaire :

Directeur général, Géologie sédimentaire et marine

  • Directeur régional, Commission géologique du Canada (CGC) – Calgary
  • Directeur, Division de la science des terrains
  • Directeur régional, Commission géologique du Canada (CGC) – Atlantique
  • Directeur régional, Commission géologique du Canada (CGC) – Québec
    • Coordonnateur scientifique
    • Chef hydrogéologue
    • Agent de planification scientifique

Poste repère du groupe de la direction - Numéro : 4-F-1

Titre du poste : Gestionnaire, Centre Saint-Laurent

Responsabilités générales

Gérer la planification et l'exécution des programmes scientifiques du Centre et plus particulièrement de recherche et de développement visant à protéger, à conserver et à restaurer l'écosystème du Saint-Laurent.

Structure organisationnelle

Ce poste est l'un des sept postes au troisième niveau de gestion relevant du Directeur régional, Conservation de l'environnement. Les autres postes sont : gestionnaire responsable des oiseaux migrateurs au Service canadien de la faune; gestionnaire régional des habitats; gestionnaire régional des programmes intégrés; gestionnaire des évaluations environnementales et du Nord; gestionnaire de l'application des lois concernant les espèces sauvages; et conseiller régional en planification et coordination des programmes.

Les fonctions particulières des postes qui relèvent du gestionnaire du Centre Saint-Laurent sont les suivantes :

Le conseiller scientifique est responsable du service de diffusion de l'expertise scientifique acquise et développée par le Centre et du service de liaison auprès des autres unités de recherche du ministère, des autres ministères fédéraux et provinciaux, du secteur privé et des organismes non-gouvernementaux et des intervenants spécialisés afin de favoriser la collaboration et la gestion intégrée des ressources et d'appliquer l'analyse comparative des connaissances sur la gestion et l'état des grands fleuves dans le monde.

Le chef, section des services scientifiques et techniques, (27 employés) est responsable de fournir l'expertise scientifique et technique en matière d'analyses chimiques et physiques à l'appui des programmes régionaux et nationaux du Centre ainsi qu'aux différentes directions de la région et du ministère.

Le chef, section de l'état du Saint-Laurent, (13 employés) est responsable de mettre à jour les connaissances sur le fleuve, de recueillir, de valider, de synthétiser et de transmettre cette information à l'aide de différents outils; de fournir une information stratégique pour la caractérisation et l'évolution des milieux humides, l'érosion des berges, le transport sédimentaire et le comportement des masses d'eau; d'élaborer et de mettre en oeuvre un programme de diffusion des informations générées par le Centre par l'entremise des rapports, du site Internet et des colloques nationaux et internationaux.

Le chef, section sur les recherches sur les écosystèmes fluviaux, (17 employés) est responsable de réaliser des travaux de recherche sur la dynamique et la structure des écosystèmes fluviaux, la biodiversité aquatique, les milieux humides, les espèces exotiques, la santé des poissons et autres organismes, la contamination des organismes biologiques et l'écotoxicologie fluviale, la géochimie de l'eau et des sédiments afin d'en comprendre les effets et de réduire l'incidence des activités humaines sur les écosystèmes fluviaux.

Nature et portée des fonctions

Le mandat du Ministère est de conserver et d'améliorer la qualité de l'environnement naturel, notamment celle de l'eau, de l'air et du sol; de préserver les ressources renouvelables du Canada, notamment les oiseaux migrateurs, la flore et la faune sauvages en général; de conserver et de protéger les ressources en eau du Canada de fournir des services météorologiques; de coordonner les plans et les programmes fédéraux relatifs à l'environnement; et d'assurer le respect des règles prises par la Commission mixte internationale, un organisme bilatéral ayant pour mission de prévenir et de résoudre les différends entre le Canada et les États-Unis quant à l'utilisation des eaux communes aux deux pays.

C'est dans ce contexte que le gestionnaire du Centre Saint-Laurent gère la planification stratégique, l'organisation, la mise en oeuvre et la gestion des différents programmes de nature scientifique et plus particulièrement de recherche et de développement touchant le Saint-Laurent. Le titulaire contribue de façon scientifique au Plan d'action du Saint-Laurent, une initiative environnementale fédérale-provinciale visant à protéger, à conserver et à restaurer l'écosystème du Saint-Laurent. Le plan d'action englobe les volets industriel, urbain, agricole et touche la biodiversité, la navigation, la santé et la participation de la collectivité.

Le gestionnaire dirige l'élaboration du cadre de responsabilisation, de surveillance et de gestion pour la mise en oeuvre et l'administration des programmes et assure l'intégrité des processus utilisés pour contrôler l'utilisation des sommes affectées dans les services. Le titulaire dirige plusieurs projets de recherche scientifiques, incluant des recherches sur les conséquences de la variation des niveaux d'eau sur l'écosystème, sur la régularisation des Grands Lacs et sur les changements climatiques potentiels; des recherches sur les sources de contamination et leur transport à travers l'écosystème; ainsi que des recherches sur l'introduction d'espèces exotiques.

Le gestionnaire formule des recommandations à ses partenaires gouvernementaux ainsi qu'aux organismes non gouvernementaux, aux communautés riveraines, aux associations scientifiques et autres. Le Centre accorde une attention particulière au partage des connaissances et au transfert technologique et, chaque année, est l'hôte de délégations provenant de pays comme la Chine, le Japon, la Russie et l'Ukraine. Le gestionnaire doit faciliter l'établissement de relations de travail efficaces ainsi que promouvoir des partenariats avec ces scientifiques. Durant ces visites et consultations, le titulaire doit tenir compte du cadre politique, économique, social et culturel des participants afin de bien comprendre l'importance des défis auxquels ceux-ci sont confrontés.

Le gestionnaire établit et dirige un processus de consultations de niveau supérieur avec divers intervenants nationaux et internationaux. Ce réseau inclut les universités, le secteur privé, divers ordres de gouvernement et autres. Le titulaire représente aussi le ministère, le gouvernement fédéral ainsi que le Canada dans divers réunions, comités et colloques. Le gestionnaire est membre du Conseil des gestionnaires de recherche des Grands Lacs et du Saint-Laurent et de la Commission mixte internationale.

Le gestionnaire dirige des équipes de travail et prend part à plusieurs missions à l'étranger ainsi que de nombreuses activités de réseautage avec des représentants des gouvernements provinciaux, des entreprises et des ministères fédéraux. Il représente également la région lors de sa participation à de nombreux comités, à des forums et des groupes de travail.

Étendue des responsabilités(en dollars constants)
ETP : 65
Budget de fonctionnement : 877 000 $

Responsabilités spécifiques

  1. Conçoit, planifie, organise et gère des programmes de recherche et de nature scientifique et plus particulièrement de recherche et de développement visant à protéger, à conserver et à restaurer l'écosystème du Saint-Laurent.
  2. Dirige l'élaboration et la mise en oeuvre d'un cadre de responsabilisation pour la gestion et l'administration des programmes ainsi que l'élaboration de différents processus afin d'identifier les nouveaux enjeux et de contrôler les sommes affectées.
  3. Établit et dirige un processus de consultations de niveau supérieur avec divers intervenants nationaux et internationaux et est membre de différents réseaux et organismes.
  4. Représente le Ministère, le gouvernement fédéral et le Canada et participe à des sessions officielles, des comités, des groupes de travail afin d'établir des liens avec des partenaires et des intervenants.
  5. Fournit des conseils experts à la haute gestion sur les tendances et les enjeux qui pourront exiger sa participation et prépare des notes d'information, des évaluations et des énoncés de politique, des approches innovatrices, des stratégies et des recommandations.

Exposé raisonné de l'évaluation

Gestionnaire, Centre Saint-Laurent

Compétence

F
Connaissance professionnelle des théories, des principes, des méthodes, des pratiques et des techniques rattachées à plusieurs domaines scientifiques et techniques en sciences biologiques, chimiques et physiques qui ont trait à la recherche environnementale; connaissance professionnelle des politiques, des pratiques et des procédés à l'appui de la collecte et de la diffusion évoluées de données scientifiques; connaissance approfondie des priorités de fonctionnement, des positions et des attentes de tous les organismes clients, intervenants et partenaires.
II
Coordonner et gérer les programmes et les activités de recherche du Centre Saint-Laurent, un centre scientifique d'excellence de réputation internationale.
3
Pour atteindre les objectifs fixés, le titulaire doit démontrer une aptitude supérieure à la consultation et à la promotion pour assurer la présentation de résultats scientifiques et la prestation de conseils aux collectivités locales, à des groupes d'intérêts et à des associations; aux administrations municipales, aux gouvernements provinciaux et étrangers; à des organismes des secteurs privé, publics et non gouvernementaux; de même qu'à des organismes scientifiques, de recherche et universitaires nationaux et internationaux; de tels conseils servent à la prise de décisions éclairées.
460
La cote élevée reflète le niveau et l'étendue des connaissances spécialisées en sciences de l'environnement et en gestion des activités connexes dans ces domaines; la prestation de services de coordination à l'échelle régionale pour favoriser l'élaboration de programmes et de plans intégrés, stratégiques et fonctionnels; la gestion des activités de recherche, de transfert de technologie; et la prestation d'aide au développement de concert avec des organismes externes.

Initiative créatrice/réflexion

E
Réflexion en fonction des paramètres et des cadres de fonctionnement généraux définis par les cadres supérieurs et les secteurs scientifiques.
4
Faculté de réflexion évaluative et analytique nécessaire pour évaluer les priorités, les nouveaux besoins en matière de recherche, l'efficacité des programmes et l'affectation des ressources dans un contexte où il y a peu d'expériences ou de précédents en sciences environnementales faisant autorité, tant au pays qu'à l'étranger.
(50) 230
Le pourcentage élevé est conforme à la capacité supérieure de réflexion inhérente à la gestion d'activités de recherche appliquée.

Finalité/prise de décisions

E
Le titulaire du poste, qui relève du directeur général régional et duquel il reçoit une orientation globale, assure la gestion, l'administration et la surveillance des programmes et des initiatives en sciences environnementales à l'échelle régionale.
2P
Les activités du titulaire du poste ont un effet important sur le programme régional. Le budget de 877 000 $ (en dollars constants) est l'indicateur choisi pour représenter ces activités.
230
La cote élevée est conforme au niveau de participation à l'élaboration et à la mise en oeuvre de projets nécessitant l'approbation de la haute direction et à l'importance de l'indicateur choisi.

Résumé

FII3 460
E4(50) 230
E2P 230
Total = 920 0
Gestionnaire, Centre saint-laurent - Numéro : 4 - F - 1
Organigramme du Gestionnaire, Centre Saint-Laurent
Figure : 4 – F – 1 - Version textuelle

Numéro du poste repère : 4 – F – 1

Gestionnaire, Centre saint-laurent

Le poste en cause est au troisième niveau de gestion qui relève du directeur régional, Conservation de l'environnement, et il existe 6 postes de même niveau hiérarchique occupés par des pairs.

Il y a 1 conseiller scientifique et 3 chefs qui relèvent du Gestionnaire, Centre Saint-Laurent.

Organigramme linéaire :

Directeur régional, Conservation de l'environnement

  • Gestionnaire responsable des oiseaux migrateurs au Service canadien de la faune
  • Gestionnaire régional des habitats
  • Gestionnaire régional des programmes intégrés
  • Gestionnaire des évaluations environnementales et du Nord
  • Gestionnaire de l'application des lois concernant les espèces sauvages
  • Conseiller régional en planification et coordination des programmes
  • Gestionnaire, Centre Saint-Laurent
    • Conseiller scientifique
    • 3 Chefs pour :
      • Section des services scientifiques et techniques
      • Section de l'état du Saint-Laurent
      • Section sur les recherches sur les écosystèmes fluviaux

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :