Stratégie pour un gouvernement vert

Les effets du changement climatique deviennent évidents au Canada et à l’étranger. Les incidences comme l’érosion côtière, le dégel du pergélisol, les augmentations des vagues de chaleur, les sécheresses et les inondations, les changements à l’écosystème et les risques aux infrastructures essentielles, ainsi que la sécurité alimentaire et la sécurité en matière d’eau se font sentir au Canada et à l’échelle mondiale. Les données scientifiques sont claires : les activités humaines entraînent des changements sans précédent dans le climat de la terre, ce qui pose des risques importants à la santé humaine, à la sécurité et à la croissance économique.  

La réponse au changement climatique nécessite des mesures afin :
  1. de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) dans l’atmosphère, et
  2. d’augmenter la résilience des actifs, des services et des opérations pour s’adapter au changement climatique.

L’écologisation des opérations gouvernementales appuiera les objectifs de durabilité du Canada qui ont déjà été établis en vertu de l’Accord de Paris sur les changements climatiques et dans le Cadre pancanadien sur la croissance propre et les changements climatiques. Cette Stratégie pour un gouvernement vert est conforme aux programmes de développement durable de 2030 des Nations Unies et à la Stratégie fédérale de développement durable.

Objectif

Le gouvernement du Canada fera la transition vers des opérations à faibles émissions de carbone et résilientes au changement climatique, tout en réduisant l’impact environnemental au-delà du carbone. Dirigé par le Centre pour un gouvernement vert (Le Centre) du Secrétariat du Conseil du Trésor du Canada, le gouvernement du Canada s’assurera que le pays est un chef mondial des opérations gouvernementales à faibles émissions de carbone, résilientes au changement climatique et écologiques. Le gouvernement s’est engagé à :

  • des biens immobiliers à faibles émissions de carbone, durables et résilients au changement climatique;
  • une mobilité et un parc automobile à faibles émissions de carbone;
  • des actifs, des services et des opérations résilients au changement climatique;
  • des produits et services écologiques.

Le Centre pour un gouvernement vert

« Appuyer la lutte contre les changements climatiques et la durabilité des opérations du gouvernement »

Le Centre a pour mandat d’offrir un leadership pour les opérations du gouvernement du Canada à faibles émissions de carbone, résilientes au changement climatique et écologique. Le Centre :

  • dirigera et coordonnera les initiatives de réduction des émissions fédérales, de résilience au changement climatique et d’écologisation du gouvernement;
  • intégrera les connaissances d’autres organisations de premier plan et partagera les pratiques exemplaires;
  • fera le suivi des renseignements sur la performance environnementale et les divulguera de façon centrale;
  • obtiendra les résultats afin de respecter les objectifs environnementaux en matière d’écologisation du gouvernement.

Le Centre collaborera avec les ministèresVoir la note en bas de page 1 afin de mettre en œuvre la Stratégie pour un gouvernement vert.

Engagements

Émissions de gaz à effet de serre (GES)

Émissions de GES directes (portée 1) et indirectes (portée 2) des opérations du gouvernement

  • Le gouvernement du Canada réduira les émissions de GES des portées 1 et 2Voir la note en bas de page 2 des installations et des parcs automobiles du gouvernement fédéral de 80 % sous les niveaux de 2005 d’ici 2050 :
    • Sur cette voie, le gouvernement réduira les émissions de GES des portées 1 et 2 de 40 % sous les niveaux de 2005 d’ici 2030, avec pour but d’atteindre cette cible d’ici 2025.
    • Les deux cibles comprennent l’utilisation d’électricité renouvelable produite sur place où achetée hors site afin de réduire les émissions de GES de la portée 2 provenant de l’utilisation d’électricité.Voir la note en bas de page 3Il existe une préférence, mais non une exigence, d’acheter de l’électricité dans la province ou le territoire qui en fait la consommation.
    • L’énergie propre visant à réduire les émissions de GES de la portée 1 pourrait aussi être produite ou achetée hors site.Voir la note en bas de page 4
    • L’atteinte de la cible de réduction de 80 % des émissions de GES des portées 1 et 2 ne comprend pas l’utilisation de crédits compensatoires de carbone.

Émissions de GES indirectes (portée 3Voir la note en bas de page 5) des opérations du gouvernement

  • Le gouvernement du Canada fera un suivi des émissions des déplacements aériens des fonctionnaires d’ici l’exercice 2019 à 2020 et fera la promotion d’autres solutions à faibles émissions de carbone pour les déplacements aériens liés au travail.
  • Les émissions de nouvelles installations louées et des baux renouvelés seront surveillées dès l’exercice 2019 à 2020. Des rapports seront établis d’ici 2025 sur la majorité des émissions des installations louées. Le gouvernement fera preuve de leadership en s’assurant que les nouveaux baux comprennent des normes améliorées en matière d’énergieVoir la note en bas de page 6 et de rendement durable.
  • Le Centre encouragera les employés à utiliser des moyens de transport à faibles émissions de carbone afin de réduire les émissions des employés qui se déplacent entre leur travail et leur domicile, et il surveillera ces émissions d’ici l’exercice 2021 à 2022.
  • Au moyen de l’approvisionnement écologique, le gouvernement réduira l’intensité des émissions des biens et services qu’il achète.

Émissions de GES liées à la sûreté et sécurité nationale des opérations du gouvernement

Conformément à des pratiques d’autres administrations, certaines émissions de GES sont exclues de la cible de réduction des émissions de GES du gouvernement du Canada pour des raisons de sûreté et de sécurité. Ces émissions proviennent, par exemple, d’opérations militaires, de la garde côtière ou de la Gendarmerie royale du Canada. Ces émissions liées à la sûreté et à la sécurité nationale seront suivies et divulguées publiquement.

D’autres énergies de remplacement seront examinées afin de réduire éventuellement les émissions au moyen de nouvelles technologies, d’efficiences opérationnelles et d’autres processus novateurs.

Biens immobiliers

Le gouvernement s’est engagé à mettre en œuvre des principes de construction verte, et d’assurer la durabilité et la résilience au changement climatique de son portefeuille de biens immobiliers. 

Faibles émissions de carbone

Les ministères où les GES sont les plus importantes entreprendront une évaluation stratégique de leurs portefeuilles de biens immobiliers afin de déterminer les voies les plus rentables en vue de réaliser des opérations à faibles émissions de carbone et de respecter les cibles du gouvernement. De plus, les ministères :

  • évalueront leurs besoins en biens immobiliers afin de déterminer les possibilités de rationalisation du portefeuille, la gestion optimale des biens immobiliers, ainsi que les locaux et les installations partagés;
  • seront des utilisateurs initiaux des normes de bâtiments qui seront établies au moyen du Cadre pancanadien sur la croissance propre et les changements climatiques (par exemple, un code de construction prêt à la consommation énergétique nette zéro sera publié en 2022);
  • s’assureront que tous les nouveaux bâtiments et que toutes les rénovations importantes accordent la priorité aux investissements à faibles émissions de carbone en fonction des principes de conception intégrée, ainsi qu’au cycle de vie et qu’au coût total des évaluations de propriété qui comprennent la « tarification virtuelle du carbone »Voir la note en bas de page 7
    • tous les nouveaux bâtiments devraient être construits pour être « prêts pour le carbone net zéro »Voir la note en bas de page 8 au plus tard à compter de 2022.
  • utiliseront 100 % d’énergie propre d’ici 2025, comme établi dans le Cadre pancanadien sur la croissance propre et les changements climatiques, en produisant ou en achetant des mégawattheures d’électricité renouvelable équivalents à ce qui est produit par la portion à carbone élevé du réseau électrique;
  • devraient surveiller la consommation d’énergie et établir des rapports sur l’intensité de l’utilisation énergétique d’ici 2022 pour les bâtiments appartenant au gouvernement qui font au moins 1 000 mètres carrésVoir la note en bas de page 9.

Eau

Le gouvernement réduira sa consommation en eau et sa charge sur les systèmes municipaux en :

  • surveillant et divulguant sa consommation d’eau potable d’ici 2022;
  • utilisant les meilleures pratiques d’utilisation d’eau dans les nouvelles constructions et les rénovations importantes Voir la note en bas de page 10
  • concevant de nouveaux bâtiments appartenant à l’État afin de gérer efficacement les eaux pluviales.

Matériel

Le gouvernement réduira l’impact environnemental des matériaux de construction au moyen de techniques d’évaluation du cycle de vie afin de :

  • réduire au minimum le carbone intrinsèqueVoir la note en bas de page 11 et l’utilisation de matériaux dangereux lors de la construction et de la rénovation.

Déchets

Le gouvernement réduira l’impact environnemental des matériaux de construction au moyen de techniques d’évaluation du cycle de vie afin de :

  • détournant au moins 75 % par poids de tous les déchets opérationnels non dangereux d’ici 2030Voir la note en bas de page 12
  • détournant au moins 90 % par poids de tous les déchets de construction et de démolition, et en tentant d’atteindre 100 % d’ici 2030Voir la note en bas de page 12
  • réduisant au minimum les matériaux et les produits chimiques dangereux et néfastes pour l’environnement utilisés et éliminés dans les opérations immobilières.

Opérations immobilières

Le gouvernement gérera ses portefeuilles de biens immobiliers en utilisant les principes de développement durable en vue de maximiser leur efficience en matière de ressources et d’énergie.

  • Les ministères déploieront des technologies et mettront en œuvre des procédures afin de gérer l’exploitation des bâtiments, et profiteront des programmes afin d’augmenter le rendement des bâtiments.

Mobilité et parcs de véhicules

Le gouvernement adoptera des solutions de mobilité à faibles émissions de carbone, déploiera des infrastructures à l’appui dans ses installations et modernisera son parc de véhicules comme suit :

  • Dès l’exercice 2019 à 2020, 75 % des nouveaux achats de véhicules légers du parc automobile administratifVoir la note en bas de page 13 seront des véhicules à zéro émission (VZE)Voir la note en bas de page 14 ou hybridesVoir la note en bas de page 15 afin que le parc de véhicules administratif du gouvernement soit composé d’au moins 80 % de VZE d’ici 2030. La priorité doit être accordée à l’achat de VZE.Voir la note en bas de page 16
  • Dès l’exercice 2018 à 2019, tous les nouveaux achats de véhicules des cadres seront des VZE ou des hybrides.
  • La gestion du parc automobile sera optimalisée, notamment en incluant une télématique afin de recueillir et d’analyser des données sur l’usage des véhicules devant être remplacés.
  • D’autres options en matière d’énergie et leur recours possible dans l’exploitation du parc automobile par rapport à la santé et sécurité nationale seront examinés.

Adaptation au changement climatique

Le gouvernement du Canada s’est engagé à devenir un leader dans la résilience au changement climatique. Conformément au Cadre stratégique fédéral sur l’adaptation, les ministères :  

  • comprendront et aborderont un vaste éventail d’incidences du changement climatique qui pourraient toucher les actifs, les services et les opérations du gouvernement fédéral dans l’ensemble du pays;
  • réduiront au minimum les interruptions de service, incluront les incidences du changement climatique à la planification de la continuité des activités, et exploreront les façons dont les incidences du changement climatique et l’adaptation à celui-ci peuvent être intégrées dans les considérations liées à la conception et à l’exécution de programmes;
  • incluront une conception et une exécution résiliente au changement climatique pour tous les projets immobiliers d’envergure;
  • adopteront des codes favorisant la résilience au changement climatique des bâtiments élaborés par le Conseil national de recherches du Canada; 
  • intègreront l’adaptation à la planification des risques ministérielle ou aux processus équivalents.

Approvisionnement

Le gouvernement aidera à faire la transition vers une économie à faibles émissions de carbone au moyen du principe d’achats écologiques ainsi que de l’adoption de technologies propres et de produits et services verts en : 

  • intégrant les principes de durabilité et d’évaluation du cycle de vie aux politiques et aux pratiques d’approvisionnement, y compris la chaîne d’approvisionnement du gouvernement;
  • collaborant avec des fournisseurs importants afin d’encourager la divulgation des renseignements sur leurs émissions de GES et leur performance environnementale;
  • appuyant les ministères dans l’adoption d’une technologie propre et de projets de démonstration de technologie propre;
  • accroissant la formation et le soutien à l’intention des fonctionnaires sur les achats écologiques.

Partenariats sur la durabilité

Dans le cadre de la stratégie d’écologisation, le gouvernement se concentrera sur le bien-être de ses employés et des collectivités dans lesquelles il mène ses activités, en :

  • créant des milieux de travail durables et en mobilisant les employés sur l’écologisation du gouvernement;
  • appuyant des initiatives stratégiques dans l’ensemble du gouvernement afin de participer à une économie à faibles émissions de carbone;
  • travaillant avec les gouvernements provinciaux, territoriaux et municipaux, les Autochtones, l’industrie, le milieu universitaire et les organismes à but non lucratif afin d’atteindre les objectifs environnementaux communs;
  • intégrant la planification de la durabilité avec les collectivités locales, en travaillant avec des partenaires, et en établissant des communautés de pratique.

Politiques

Le gouvernement du Canada :

  • harmonisera les politiques des opérations gouvernementales pertinentes afin de mieux inclure l’écologisation et la résilience au changement climatique;
  • incorporera des priorités d’écologisation aux responsabilités des cadres supérieurs des ministères qui s’assureraient que l’écologisation, les faibles émissions de carbone et l’adaptation soient abordés de façon détaillée dans la planification et les opérations;
  • demandera aux ministères d’inclure la tarification du carbone future (virtuelle) dans les décisions d’investissement importantes en biens immobiliers afin d’obtenir une optimisation des ressources en mettant un coût sur les émissions évitées.

Surveillance et mesure de la performance

Le gouvernement du Canada assurera la responsabilité de la performance environnementale du gouvernement et s’est engagé aux principes de transparence et de données ouvertes.

Afin d’assurer la surveillance, le Centre :

  • divulguera publiquement les renseignements détaillés sur la performance environnementale liée aux opérations du gouvernement, y compris un inventaire complet des émissions de GES et de l’utilisation d’énergie du gouvernement fédéral sur le site Web du Centre;
  • communiquera une lettre d’appel annuelle aux ministères afin de leur demander de présenter des renseignements sur la performance ministérielle quant aux engagements de la Stratégie d’écologisation du gouvernement (comme demandé dans la Stratégie fédérale de développement durable, les ministères continueront d’établir des rapports sur leurs progrès au moyen de leurs stratégies ministérielles de développement durable);
  • élaborera une orientation supplémentaire à l’intention des ministères afin de renforcer l’intégration des considérations en matière de faibles émissions de carbone, de résilience au changement climatique et d’écologisation dans la planification des investissements;
  • mettra à jour un modèle de présentation au Conseil du Trésor et une orientation afin de confirmer que les ministères ont tenu compte d’une optique axée sur le changement climatique;
  • explorera l’intégration de l’optique axée sur le changement climatique dans l’évaluation du rendement des pratiques de gestion du gouvernement du Canada au moyen du Cadre de responsabilisation de gestion.

Le gouvernement déterminera les exigences d’établissement de rapports en fonction de pratiques et de normes acceptées au niveau international, comme les normes de la Global Reporting Initiative afin d’accroître la comparabilité et la qualité des renseignements déclarés, permettant ainsi aux ministères d’avoir une plus grande transparence et responsabilité.

Avantages

La prise de mesures sur le changement climatique permettra de réduire les risques et de créer de nouvelles possibilités économiques et de bons emplois pour les Canadiens. Il existe déjà un marché mondial de biens et services à faibles émissions de carbone. Ce marché vaut plus de 5,8 billions de dollars, et selon les projections, il continuera de croître à un taux de 3 % par année. Au moyen du déploiement et de la promotion de technologies novatrices qui répondent au changement climatique, le gouvernement du Canada contribuera à la capacité concurrentielle mondiale du secteur canadien de la technologie propre.

Le gouvernement est l’un des plus grands propriétaires de biens immobiliers au Canada. L’écologisation continue des actifs fédéraux appartenant à l’État appuiera le développement de l’industrie du bâtiment durable. Les investissements dans l’électricité propre contribueront aux réductions des émissions de GES des opérations fédérales et au développement d’énergie renouvelable au Canada.

Au moyen d’une productivité de ressources accrue et du découplage des émissions des GES de ses opérations, le gouvernement contribuera à une croissance à faibles émissions de carbone responsable sur le plan environnemental et au maintien de nos écosystèmes.

En se consacrant à la durabilité, le gouvernement deviendra un employeur de choix, et contribuer au mieux-être lui permettra d’augmenter la productivité en plus d’attirer et de maintenir en poste les fonctionnaires. Les vastes approches adoptées en matière de durabilité qui sont intégrées à la collectivité appuieront la gestion efficace des objectifs communs.

© Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le président du Conseil du Trésor, 2017,
ISSN : 978-0-660-24165-4

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :