Le gouvernement du Canada lance un plan d’action sur les blessures de stress post-traumatique 

Communiqué de presse

Le 8 avril 2019
Ottawa (Ontario)
Sécurité publique Canada

Tous les jours, le personnel de la sécurité publique met sa vie en péril pour assurer la sécurité des autres. La nature de ce travail les expose à des événements difficiles et traumatisants, ce qui peut avoir de lourdes conséquences. Le gouvernement du Canada s’engage à exercer un leadership national afin de soutenir la santé mentale du personnel de la sécurité publique. À cette fin, il assurera la coordination de ces services, facilitera la collaboration, fera l’échange des pratiques exemplaires et financera la recherche de pointe. Nous devons nous assurer que notre personnel de première ligne demeure fort et en santé afin qu’il puisse continuer de garder les Canadiens en sécurité.

Aujourd’hui, le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile, l’honorable Ralph Goodale, et la ministre de la Santé, l’honorable Ginette Petitpas Taylor, ont annoncé la publication de l’ouvrage Soutenir le personnel de la sécurité publique du Canada : Plan d’action sur les blessures de stress post-traumatique.

Le plan d’action a été élaboré à la lumière de consultations menées auprès des organisations de la sécurité publique, d’autres niveaux du gouvernement, des milieux universitaires, des représentants syndicaux, des professionnels de la santé mentale et des organismes non gouvernementaux. Ce plan appuiera la recherche, la prévention, l’intervention précoce, la réduction de la stigmatisation, les soins et le traitement pour tous les membres du personnel de la sécurité publique partout au pays.

Citations

« Nous devons améliorer la façon dont nous abordons les blessures de stress post-traumatique et la santé mentale de nos agents de la sécurité publique. Le gouvernement du Canada joue un rôle de leadership pour répondre aux besoins en santé mentale de ceux qui nous gardent en sécurité. Je remercie du fond du cœur tous ceux qui ont collaboré à l’élaboration du Plan d’action, surtout ceux qui travaillent sur les premières lignes. »

- L’honorable Ralph Goodale, ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile

« Nous avons jeté des bases solides dans le but de soutenir le personnel de la sécurité publique du Canada. Nous nous employons à mieux intervenir quant aux stress et aux problèmes de santé mentale uniques que les travailleurs de première ligne peuvent vivre lorsqu’ils sont exposés à des événements traumatisants. Ce plan d’action souligne l’importance de mieux comprendre les blessures de stress post-traumatique et de travailler ensemble afin d’aider cette communauté dévouée à accroître la sensibilisation concernant ces blessures, à devenir plus résiliente, à lutter contre la stigmatisation et à améliorer la vie de ceux touchés par le stress post-traumatique. »

- L’honorable Ginette Petitpas Taylor, ministre de la Santé

« Notre association apprécie énormément l’engagement qui a mené à l’élaboration de ce plan d’action, ce qui est d’une importance cruciale sur les blessures de stress post-traumatique. Au Canada, le personnel de la sécurité publique dans nos communautés assure la protection et la sécurité des habitants et sauve d’innombrables vies chaque jour. Ce faisant, ces personnes sont disproportionnellement touchées par les blessures de stress post-traumatique. Ce plan d’action reconnaît les besoins de ces personnes et offre un engagement qui mènera finalement à des mesures factuelles en matière de prévention, d’intervention et de soins pour protéger le bien-être du personnel de la sécurité publique. Nous tenons à remercier le ministre Goodale et Sécurité publique Canada de soutenir ce travail essentiel. »

- Randy Mellow, président, Paramedic Chiefs of Canada

« En plus du stress normal du travail qui touchent tout le monde, le personnel policier est exposé à un ensemble de dangers uniques et difficiles lié à leur travail. Il est essentiel de changer notre façon de penser concernant les problèmes de santé mentale et de bien-être chez la communauté policière, et l’ensemble des premiers répondants, de façon pour mieux prévenir, traiter et répondre à ces problèmes. La santé mentale du personnel policier et des autres premiers répondants, ainsi que leur sécurité, est une priorité de longue date de l’Association canadienne des chefs de police (ACCP). L’ACCP félicite le gouvernement fédéral de reconnaître les risques et les répercussions possiblement dévastatrices des BSPT sur les premiers répondants et d’articuler un plan d’action pour répondre à ces problèmes. Nous sommes reconnaissants d’avoir eu la possibilité de participer au processus de consultation et nous nous sommes impatients de travailler avec le gouvernement en vue de faciliter la mise en œuvre de ces solutions et de concrétiser ce plan. »

- Chef de police Adam Palmer, président, Association canadienne des chefs de police

« L’Association canadienne des chefs de pompiers félicite le gouvernement du Canada d’avoir agi pour répondre à la crise de santé mentale qui sévit dans les premières lignes de la sécurité publique et les communautés que nous servons. Nous voyons les composantes de base requises pour apporter des changements concret pour le personnel de première ligne : le plan d’action; l’effort pour mettre tous les ordres de gouvernement sur la même page; l’annonce récente du service de la prévention du suicide; les microfinancements accordés pour la formation sur la résilience; le cadre fédéral sur les blessures de stress post-traumatique; les fonds promis et l’élaboration des processus pour garantir l’utilisation rapide et utile de la recherche visant à aider les premiers répondants; l’investissement en thérapie cognitivo-comportementale sur Internet; les fonds destinés à la mobilisation des connaissances. »

- Chef des pompiers Ken Block, président, Association canadienne des chefs de pompiers et chef des pompiers d’Edmonton

« Le Plan d’action sur les blessures de stress post-traumatique témoigne du pouvoir de la collaboration. Le nouveau Consortium national de recherche sur les BSPT parmi le personnel de la sécurité publique, composé de l’Institut canadien de recherche et de traitement en sécurité publique (ICRTSP) et de l’Institut de recherche en santé du Canada, agit à titre de centre d’échange de connaissances où le personnel de la sécurité publique, ses dirigeants et ses familles peuvent se fier sur la meilleure recherche factuelle contemporaine en matière de santé mentale. Avec le Plan d’action comme guide, notre collaboration avec le gouvernement, le comité directeur de la sécurité publique de l’ICRTSP, et d’autres partenaires, l’ICRTSP facilite de meilleurs résultats en matière de santé mentale pour tout le personnel de la sécurité publique du Canada. »

- Dr R. Nicholas Carleton, Ph. D., R.D. psychologie, Directeur des sciences, Institut canadien de recherche et de traitement en sécurité publique à l’Université de Regina

« L’Association internationale des pompiers (AIP) est reconnaissant envers le gouvernement du Canada et les ministres Goodale et Petitpas Taylor pour leur annonce aujourd’hui d’un Plan d’action sur les blessures de stress post-traumatique. Les BSPT se tapissent dans l’ombre des services de pompiers pendant trop longtemps. Elles ont eu de lourdes conséquences sur les pompiers et leur famille. Ce problème est une priorité pour notre syndicat et l’engagement continu de la part du gouvernement canadien d’offrir des ressources et de l’aide pour ceux touchés par les BPST complètent nos efforts énormément. Au nom de tous les membres au Canada, l’AIP aimerait aussi remercier le gouvernement du Canada de nous inclure comme principaux intervenants au cours de l’élaboration de cette initiative importante. »

- Harold A. Schaitberger, président général, Association international des pompiers

« Notre communauté est extrêmement préoccupée par le bien-être des paramédics. Ils sont exposés à des facteurs de stress émotionnels tous les jours, que ce soit le décès d’un proche ou un enfant blessés. Nous souffrons. Le Plan d’action national est une initiative excellente qui reconnaît premièrement ce problème qui nécessite une intervention au niveau de la société. Félicitations au gouvernement fédéral pour leur engagement au bien-être des paramédics. »

- Pierre Poirier, Directeur général, Association des paramédics du Canada

« Sans aucun doute, le personnel policier de première ligne est touché de façon disproportionnée par des défis en santé mentale. Ce n’est pas juste le résultat de leur travail, mais aussi du stress et de l’anxiété causés  par des problèmes organisationnels importants, y compris le manque de personnel et de ressources. Ces problèmes ont des répercussions à long terme. Les associations policières ont réussi à obtenir des mesures législatives et à négocier pour plus d’avantages sociaux liés à la santé mentale dans not conventions collectives. Par contre, le rôle du gouvernement fédéral comme leader concernant la santé mentale aidera à coordonner les efforts et à assurer la santé et le bien-être de nos membres de première ligne. »

- Tom Stamatakis, Association canadienne des policiers

Faits en bref

  • L’expression « personnel de la sécurité publique » comprend de façon générale le personnel de première ligne qui assure la sécurité des Canadiens dans toutes les administrations. À titre d’exemple, notons les trois services d’intervention d’urgence (la police – y compris la Gendarmerie royale du Canada (GRC), les services d’incendie et les services médicaux d’urgence), les employés du service correctionnel, le personnel des services frontaliers, le personnel opérationnel et de renseignement, le personnel de recherche et de sauvetage, les gestionnaires des urgences autochtones et les répartiteurs.

  • Le gouvernement du Canada investit 20 millions de dollars sur cinq ans pour soutenir un nouveau consortium de recherche national sur les BSPT chez le personnel de la sécurité publique entre les Instituts de recherche en santé du Canada et l’Institut canadien de recherche et de traitement en sécurité publique. La somme de 11 millions de dollars en financement sous la forme de subventions a déjà été annoncée.

  • Le gouvernement investit 10 millions de dollars sur cinq ans, à compter de 2018-2019 afin de mettre au point un projet pilote de thérapie cognitivo‑comportementale sur Internet dans le but d’améliorer l’accès aux soins et aux traitements pour le personnel de la sécurité publique, surtout pour ceux dans les régions rurales et éloignées.

  • Le gouvernement investit aussi 10 millions de dollars dans une étude à long terme sur la santé mentale des nouvelles recrues de la GRC, qui contribuera à élaborer des stratégies appropriées en bien-être mental et en rétablissement pour la GRC et d’autres organisations d’intervention d’urgence.

  • Sécurité publique Canada a lancé le Programme de subvention commémoratif en 2018. Ce programme honore le service et le sacrifice des premiers répondants qui sont décédés lors de l’exercice de leurs fonctions, y compris les décès attribuables à une blessure de stress post-traumatique.

Liens connexes

Personnes-ressources

Scott Bardsley
Responsable des médias et des communications
Cabinet du ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile
613-998-5681
scott.bardsley@canada.ca

Thierry Bélair
Cabinet de l’honorable Ginette Petitpas Taylor
Ministre de la Santé
613-957-0200

Relations avec les médias
Sécurité publique Canada
613-991-0657
ps.mediarelations-relationsaveclesmedias.sp@canada.ca

Relations avec les médias
Instituts de recherche en santé du Canada
613-941-4563
mediarelations@cihr-irsc.gc.ca


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :