Le gouvernement du Canada appuie la Nation crie de Muskeg Lake afin qu'elle exerce sa compétence sur les services à l'enfance et à la famille

Communiqué de presse

Le 11 février 2021 — Ottawa, Territoire traditionnel algonquin non cédé (Ontario) — Services aux Autochtones Canada

Le gouvernement du Canada poursuit son important travail en partenariat avec les Autochtones pour réformer les services à l'enfance et à la famille afin que chaque enfant autochtone ait la possibilité de grandir dans sa communauté, immergé dans sa culture et entouré de ses proches.

Beaucoup trop d'enfants et de familles souffrent parce qu'ils ont subi les conséquences d'un système des services à l'enfance et à la famille défaillant. Nous nous attaquons aux problèmes systémiques des services à l'enfance et à la famille et nous nous engageons à travailler de concert avec des partenaires autochtones et des communautés pour appuyer les enfants et les familles alors qu'ils continuent leur cheminement vers la guérison. Le gouvernement du Canada s'efforce de soutenir les communautés autochtones afin que les enfants et les familles n'aient plus jamais à subir les conséquences d'un système défaillant.

En juin 2020, le chef et le conseil de la Nation crie de Muskeg Lake, un territoire visé par le Traité no. 6, ont informé l'honorable Marc Miller, ministre des Services aux Autochtones, et le ministre des services sociaux de la Saskatchewan que la Nation franchissait une nouvelle étape vers le plein exercice de sa compétence relative aux services à l'enfance et à la famille dans le cadre de la Loi concernant les enfants, les jeunes et les familles des Premières Nations, des Inuits et des Métis et qu'elle passe ainsi à la mise en œuvre de sa propre loi fondée sur les valeurs cries wâhkôtowin et miyo-ohpikihâwasowin.

Les représentants de la Nation crie de Muskeg Lake, du Canada et de la Saskatchewan vont entamer des discussions sur un accord de coordination afin d'assurer une transition sûre, efficace et respectueuse de la compétence en matière de services à l'enfance et à la famille de la Nation crie de Muskeg Lake. La Nation crie de Muskeg Lake a travaillé en interne pour renforcer et cerner les étapes clés à franchir pour exercer sa pleine compétence relative aux services à l'enfance et à la famille. À cet effet, elle a pris des mesures provisoires pour mettre sur pied un groupe des proches de la Nation crie de Muskeg Lake qui guide cette dernière durant la période de transition.

Le gouvernement du Canada continuera à soutenir les communautés des Premières Nations, des Inuits et des Métis dans l'élaboration de leurs propres modèles de services à l'enfance et à la famille qui correspondent à leurs valeurs et à leurs traditions, et ce, afin que nous puissions atteindre nos objectifs communs, à savoir donner la priorité à l'intérêt supérieur de l'enfant, augmenter le nombre de communautés exerçant leur compétence relative aux services à l'enfance et à la famille, ainsi que diminuer le nombre d'enfants pris en charge.

Citations

« Nous soutenons l'approche adoptée par la Nation crie de Muskeg Lake qui affirme sa compétence en matière de services à l'enfance et à la famille. Les Autochtones ont le droit inhérent à l'autodétermination; de décider eux‑mêmes quels sont les politiques et les programmes qui protégeront au mieux les enfants vulnérables de leurs communautés. Cette démarche dirigée par les Autochtones permettra d'améliorer la santé et le bien‑être des enfants et des jeunes de la Nation crie de Muskeg Lake. Nous nous réjouissons à l'idée de soutenir la Nation crie de Muskeg Lake et de collaborer pour conclure un accord de coordination avec la Nation et avec la Saskatchewan. »

L'honorable Marc Miller
Ministre des Services aux Autochtones

« Nous prenons des mesures pour que notre Nation ait le plein contrôle des services à l'enfance et à la famille, et ce, en tenant compte des directives et des commentaires de nos familles et de notre communauté. Même en ces temps de pandémie, alors que nos familles subissent des pressions et craignent pour le présent et pour l'avenir, notre principale préoccupation demeure nos enfants. Nous devons aller de l'avant et donner une nouvelle forme à nos lois, nos valeurs et nos pratiques avec une nouvelle loi qui appuiera les familles crie de Muskeg Lake. Notre gouvernement a élaboré un projet de loi et défini le mandat d'un groupe des proches qui sera composé de chefs de famille qui éclaireront et guideront toutes les étapes de notre processus. Nous pensons qu'il ne devrait pas y avoir un seul enfant de la Nation crie de Muskeg Lake qui soit placé dans une famille d'accueil étrangère, ni en Saskatchewan ni ailleurs au Canada. Nous utiliserons ces nouveaux outils en reconnaissance de nos droits inhérents et issus de traités que nous avons en tant que gouvernements des Premières Nations. Notre gouvernement agira dans l'intérêt supérieur de nos enfants. Tout notre travail s'appuie sur nos coutumes, traditions et valeurs cries qu'englobent wâhkôtowin et miyo-ohpikihâwasowin, qui nous donnent la responsabilité de veiller à ce que nos enfants soient pris en charge d'une manière culturellement appropriée. En ce moment, nous célébrons certains de nos premiers grands pas dans ce parcours et nous exprimons notre gratitude pour l'aide et le soutien offerts par le Canada, notre partenaire en vertu du traité, dans le cadre de ce travail essentiel. Nous sommes fiers de compter parmi les premiers gouvernements des Premières Nations signataires d'un traité à signifier un avis de prise en charge des services à l'enfance et à la famille, et nous le faisons d'une manière coordonnée et sûre pour nos enfants et nos familles. »

Chef Kelly Wolfe
Nation crie de Muskeg Lake

« Nos familles sont heureuses que le gouvernement fédéral soit prêt à travailler en partenariat dans cette démarche qui nous permettra de faire en sorte que nos enfants soient soutenus et pris en charge par nos propres familles. Nos enfants et petits‑enfants sont au centre de toutes nos activités et, grâce au travail de notre groupe des proches wâhkôtowin au cours des dernières années, nous avons pris des mesures pour affirmer notre plein contrôle sur les enfants et les familles sur la base de nos droits et responsabilités inhérents et ceux prévus par le traité. Il est important de se rappeler que, traditionnellement, nos familles ont toujours élevé nos enfants, et en tant que communauté, nous pensons que nos enfants méritent de vivre une vie sans souci où ils se sentent en sécurité, complètement aimés et ont la possibilité de devenir des adultes sains qui n'ont pas à guérir de traumatismes subis pendant leur enfance. Nos enfants ont le droit de grandir avec notre langue, notre culture et nos relations de parenté. Ce changement visant à reconnaître notre autorité et notre rôle en tant que mères, grand‑mères, tantes et membres de la famille travaillant ensemble est attendu depuis longtemps. »

Tina Arcand
Conseillère, Nation crie de Muskeg Lake

« piyisk! ta-pisiskeyimânanak awâsisak ka ki-môsahkipiticihk ekwa wahyaw e-sipwehtahcihk ta-wîc-âmâyit pîtos-îyiniwa. metoni tipiyawe wahkomâkanak e-tiwanitowak ekwa wanikiskisowatowak. awa awasis piko ta-sakihikot okâwîya ekwa ohtâwiwa ekwa tipiyawe wahkomâkana. mina maskêko-iyiniwak ta sihtoskâwachihk eoko-awasis. »

Traduction : « Il est temps que quelque chose soit fait pour ces enfants arrachés à leur famille et à leur communauté. Ils sont placés dans des foyers non autochtones et reçoivent un abri et de la nourriture. Ce dont ils ont besoin, c'est de l'amour de leur famille et de leur communauté. C'est de cette manière dont ils ont besoin d'être nourris. »

Nora Ledoux
Aînée et matriarche, âgée de 92 ans, Nation crie de Muskeg Lake

Faits en bref

  • Le 1er janvier 2021 a marqué le premier anniversaire de la Loi concernant les enfants, les jeunes et les familles des Premières Nations, des Inuits et des Métis. Cette loi a été élaborée conjointement avec des partenaires et des communautés autochtones qui souhaitent exercer leur compétence relative aux services à l'enfance et à la famille afin de pouvoir déterminer ce qui est le mieux pour leurs enfants, leurs familles et leurs communautés.

  • Dans le cadre du Portrait économique et budgétaire de juillet 2020, le gouvernement du Canada s'est engagé à verser plus de 542 millions de dollars sur une période de cinq ans, à compter de 2020‑2021, pour appuyer la mise en œuvre de la Loi concernant les enfants, les jeunes et les familles des Premières Nations, des Inuits et des Métis en partenariat avec les Autochtones.

  • En date de décembre 2020, un total de 26 corps dirigeants autochtones confirmés ont déposé un avis de demande pour exercer leur compétence relative aux services à l'enfance et à la famille en vertu de la Loi. Ceux-ci représentent 64 groupes et communautés autochtones.

  • Le gouvernement du Canada fournit également un financement de plus de 3 milliards de dollars sur six ans, jusqu'en 2025, afin de poursuivre la mise en œuvre et la réforme du Programme des services à l'enfance et à la famille des Premières Nations. Ce financement reflète la promesse du gouvernement du Canada de soutenir les services à l'enfance et à la famille avec le financement prévisible, souple et à long terme dont ils ont besoin et qu'ils méritent.

Liens connexes

Personnes-ressources

Pour obtenir plus de renseignements, les médias peuvent communiquer avec :

Adrienne Vaupshas
Attachée de presse
Cabinet de l'honorable Marc Miller
Ministre des Services aux Autochtones
adrienne.vaupshas@canada.ca

Relations avec les médias
Services aux Autochtones Canada
819-953-1160
SAC.media.ISC@canada.ca

Restez branchés

Participez à la conversation sur les peuples autochtones au Canada :

Twitter : @GCAutochtones
Facebook : @GCAutochtones
Instagram : @gcautochtones

Facebook : @GCAutochtonesEnSante

Twitter : @Min_ServAutoch

Vous pouvez vous abonner pour recevoir nos communiqués et nos discours par fils RSS. Pour obtenir plus d'information ou pour vous abonner, visitez www.sac.gc.ca/filsrss.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :