Bref résumé de l’activité de consultation tenue à Calgary le 11 octobre 2016

Des responsables de Sécurité publique Canada et du ministère de la Justice Canada ont tenu une activité de consultation à Calgary le 11 octobre 2016. Animée par le Service de police de Calgary, l’activité a donné aux responsables l’occasion de consulter des dirigeants, des universitaires, des étudiants et des représentants de diverses organisations de Calgary et des environs sur toute une gamme de sujets liés à la sécurité nationale.

Les responsables ont présenté un bref aperçu du processus de consultation relatif à la sécurité nationale. Ils ont aussi mis en évidence l’engagement du gouvernement du Canada consistant à créer un bureau de sensibilisation des collectivités et de lutte contre la radicalisation menant à la violence, pour lequel un investissement de 35 millions de dollars sur cinq ans et de 10 millions de dollars par année par la suite a été annoncé dans le budget de 2016.

La discussion a porté en grande partie sur la prévention, c’est-à-dire sur la façon dont remédier efficacement au problème de radicalisation menant à la violence dans les collectivités. Les participants ont soulevé le rôle essentiel des organisations locales à cet effet, ont reconnu le besoin d’activer une coordination et une collaboration entre le gouvernement et les collectivités et ont souligné l’importance de faire participer les jeunes aux activités de prévention de la radicalisation menant à la violence et de lutte contre celle-ci. L’accent a été mis sur la sensibilisation des jeunes par l’intermédiaire des médias sociaux et d’autres moyens pour leur faire prendre conscience des efforts de prévention.

Les participants ont dit souhaiter être tenus au courant et consultés au sujet des progrès dans le domaine de la lutte contre la radicalisation menant à la violence, plus particulièrement au sujet de la création du bureau de sensibilisation des collectivités et de lutte contre la radicalisation menant à la violence.

Plusieurs participants ont reconnu que la marge était mince entre sécurité et droits et ont souligné l’importance de faire participer les collectivités à la discussion. Certains d’entre eux ont soulevé des préoccupations quant à des dispositions précises de la Loi antiterroriste, 2015 (ancien projet de loi C-51). Quelques-uns trouvaient que la définition de « propagande terroriste » était trop vague et devrait être précisée. Il a aussi été question de l’importance de la reddition de comptes en matière de sécurité nationale. Quelques participants se sont dits frustrés que les Canadiens n’aient pas été consultés avant que le projet de loi C-51 soit adopté.

En outre, un certain nombre de participants ont recommandé de publiciser davantage le processus de consultation en matière de sécurité nationale de façon à ce que l’information atteigne le plus de Canadiens possible.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :