Comprendre le rapport de 2018 sur le Système national de surveillance des troubles du spectre autistique

Le 29 mars 2018, l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) a publié le premier examen exhaustif sur la prévalence du trouble du spectre de l’autisme (TSA) au Canada.

Le rapport fournit des résultats sur la prévalence du TSA en 2015 chez les enfants canadiens âgés de 5 à 17 ans selon un diagnostic. Ce rapport comprend des ventilations selon le sexe et la province ou le territoire.

Le présent document présente un résumé du rapport.

Dans le présent document

Provinces et territoires du Canada ayant contribué au rapport

Sept provinces et territoires ont contribué au rapport :

  • Terre-Neuve-et-Labrador
  • Nouvelle-Écosse
  • Île-du-Prince-Édouard
  • Nouveau-Brunswick
  • Québec
  • Colombie-Britannique
  • Yukon

L’ASPC continuera de travailler avec les autres provinces et territoires pour appuyer leur participation aux prochains rapports.

Sources d’information utilisées dans le rapport

Les conclusions du rapport ne tiennent compte que des personnes qui ont reçu un diagnostic de TSA. L’information a été recueillie auprès de sources dans les domaines de l’éducation, de la santé et des services sociaux. Cette information est transmise à l’ASPC par les provinces et les territoires. Aucune association ne peut être faite entre ces données et des personnes.

Prévalence du TSA chez les enfants et les adolescents du Canada

Chez les enfants et les adolescents canadiens âgés de 5 à 17 ans, la prévalence du TSA en 2015 était estimée à 1 sur 66.

Remarque : L’estimation de 1 sur 66 ne s’applique qu’aux enfants âgés de 5 à 17 ans. Elle ne peut pas être utilisée pour estimer le nombre total de Canadiens souffrant de TSA. Le nombre de Canadiens, jeunes ou vieux, souffrant de TSA est inconnu à l’heure actuelle.

Parmi les enfants et les jeunes de 5 à 17 ans figurant dans le rapport, certains avaient été diagnostiqués avant l’âge de 5 ans. Cette information a été consignée dans le rapport afin de pouvoir déterminer leur âge au moment du diagnostic.

Différences dans le cadre de la prévalence du TSA au Canada

Les taux de prévalence signalés par les provinces et les territoires sont différents. Certains sont plus élevés et d’autres sont plus bas. Les provinces et les territoires utilisent des méthodes différentes pour recueillir leurs données et certaines différences de taux résultent probablement de ces méthodes.

Modifications de la prévalence du TSA au Canada au fil du temps

À l’heure actuelle, on ne sait pas si les taux de TSA ont augmenté au pays au fil du temps. Trois provinces (Île-du-Prince-Édouard, Terre-Neuve-et-Labrador et Québec) ont fourni de l’information sur la prévalence du TSA depuis 2003 pour les enfants et les adolescents âgés de 5 à 14 ans.

Les données de ces provinces montrent une hausse de la prévalence des TSA de 2003 à 2015. On ne sait pas, à l’heure actuelle, si les hausses signalées par les trois provinces sont causées par une hausse du taux d’autisme ou si elles sont causées par une plus grande sensibilisation aux signes de l’autisme.

La surveillance et les rapports futurs nous permettront de suivre l’évolution de la prévalence des TSA au fil du temps.

Prévalence du TSA au Canada semblable à celle aux États-Unis.

Bien que les États-Unis utilisent une méthode différente pour estimer la prévalence du TSA, les résultats sont similaires.

La plus récente estimation du taux de TSA chez les enfants âgés de 8 ans aux États-Unis est de 1 pour 68 (2012). L’estimation du taux de TSA chez les jeunes âgés de 5 à 17 ans au Canada est de 1 pour 66 (2015).

Remarque : Les données provenant des États-Unis comprennent les cas où un enfant n’a aucun diagnostic. Aux États-Unis, des cliniciens formés passent en revue les dossiers pour déterminer si un enfant adopte des comportements correspondant au TSA. Environ 18 % des cas signalés aux États-Unis en 2012 n’avaient pas de diagnostic de TSA.

Le suivi des données peut aider les personnes atteintes de TSA.

Le fait de savoir que la fréquence d’un trouble peut aider les décideurs, les fournisseurs de soins de santé, les éducateurs et d’autres intervenants à élaborer des programmes et des plans pour répondre aux besoins des personnes souffrant de TSA et de leur famille. L’information contenue dans le rapport aidera à éclairer les recherches futures sur le TSA.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :