Le Tribunal et les agents d'appel

Table des matières

Le Tribunal de santé et sécurité au travail Canada (ci-après appelé le Tribunal) est situé dans la région de la capitale nationale. Son personnel se compose d'agents d'appel qui ont été désignés par le ministre du Travail pour les fins du paragraphe 129(7) et de l'article 146 du Code canadien du travail, partie II (le Code). Le Tribunal compte aussi un assistant et un coordonnateur / gestionnaire de cas dont la principale responsabilité est de coordonner les communications entre les parties et les agents d'appel et d'organiser les audiences sans que les agents d'appel n'aient à intervenir, afin de protéger leur neutralité et leur impartialité.

Les agents d'appel ont pour mandat d'entendre et de trancher les appels des décisions formés en vertu du paragraphe 129(7) du Code et les appels des instructions présentés en vertu de l'article 146 dans tous les secteurs assujettis à la partie II du Code, tel que le transport aérien, ferroviaire, routier et maritime, les industries du pétrole et du gaz, la fonction publique fédérale, les banques, les traversiers et les élévateurs à grain.

Évolution du rôle de l'agent régional de sécurité

1968

Dès sa première proclamation le 1er janvier 1968, la partie II du Code canadien du travail, alors intitulée le « Canada Labour (Safety) Code » contenait déjà, aux paragraphes 19(2), (3) et (4), des dispositions sur le droit d'en appeler à l'agent régional de sécurité et ses pouvoirs de révision. Cette fonction de révision de l'agent régional de sécurité (qui est aujourd'hui la fonction d'appel de l'agent d'appel) avait été conçue comme un processus purement administratif par les rédacteurs législatifs.

Puisque le ministère du Travail (maintenant le programme du Travail de RHDS) considérait ce processus comme purement administratif, les conseillers techniques régionaux en sécurité et santé au travail se sont vus confier une double responsabilité à l'égard de l'application du Code, soit, d'une part, de conseiller les agents de santé et de sécurité sur tous les aspects du Code et, d'autre part, de réviser les instructions que ces derniers donnaient en s'appuyant sur leurs conseils. Autrement dit, quand un agent de sécurité donnait des instructions à l'employeur ou à l'employé et le renseignait sur son droit d'en demander la révision, la personne qui était chargée de cette révision était son propre conseiller technique, c'est-à-dire celle-là même qui l'avait conseillé au sujet des instructions à émettre. Il y avait évidemment un conflit d'intérêts, étant donné que la personne chargée de réviser les instructions avait joué un rôle dans leur émission. Cette situation dura jusqu'à la fin de 1989.

1989-2000

En décembre 1989, dans Le Procureur général du Canada c. Bonfa, la Cour d'appel fédérale, qui entendait une décision d'un agent régional de sécurité en vertu de l'article 28 de la Loi sur la Cour fédérale, établit que la fonction de révision de l'agent régional de sécurité avait un caractère quasi-judiciaire. C'était là une décision importante, qui impliquait qu'il fallait considérablement modifier le processus de révision des instructions en vigueur jusque-là et y appliquer également des règles d'équité procédurale. Il s'ensuivit une centralisation du processus de révision et la création du Bureau de l'agent régional de sécurité. Cette situation dura jusqu'à septembre 2000.

2000

Des modifications à la partie II du Code canadien du travail entrèrent en vigueur le 30 septembre 2000 pour officialiser le processus d’appel, en dotant les agents d’appel (appelés jusque-là des agents régionaux de sécurité) de certains pouvoirs spéciaux.

Appel des décisions et des instructions des agents de santé et de sécurité

1. Appel des décisions

L'ancienne partie II du Code canadien du travail

Avant l'entrée en vigueur des modifications au Code, en septembre 2000, la Commission des relations de travail dans la fonction publique (CRTFP) pour les employés de la fonction publique et le Conseil canadien des relations industrielles (CCRI) pour les autres employés sous la compétence de la partie II, possédaient en vertu de l'ancien paragraphe 129(5), la compétence exclusive d'entendre les appels des décisions d'absence de danger rendues par les agents de sécurité dans les cas de refus de travailler. Par ailleurs, lorsqu'un agent jugeait qu'une situation constituait un danger pour un employé qui refusait de travailler, il était, et il est encore, obligé, en vertu du paragraphe 129(6), de donner des instructions à l'employeur pour qu'il corrige cette situation. L'agent régional de sécurité était seul habilité à entendre les " appels " des instructions relatives à ces dangers, comme des autres instructions émises. Par conséquent, les questions relatives à la santé et à la sécurité étaient jugées par trois entités différentes, qui avaient des approches distinctes à l'égard de ces questions.

La « nouvelle » partie II du Code canadien du travail

Une modification importante fut apportée au Code en septembre 2000, concernant les appels des décisions relatives à l'absence de danger dans les cas de refus de travailler. Elle figure comme suit au paragraphe 129(7) du Code:

129.(7) Si l'agent conclut à l'absence de danger, l'employé ne peut se prévaloir de l'article 128 ou du présent article pour maintenir son refus; il peut toutefois — personnellement ou par l'entremise de la personne qu'il désigne à cette fin — appeler par écrit de la décision à un agent d'appel dans un délai de dix jours à compter de la réception de celle-ci.

Dans le cadre de ces modifications, on a confié à l'agent d'appel la responsabilité d'entendre les appels des décisions d'absence de danger rendues par les agents de santé et de sécurité à la suite d'enquête sur des refus de travailler, alors que cette responsabilité appartenait exclusivement à la CRTFP et au CCRI selon l'ancien Code. L'agent d'appel est maintenant le seul tribunal administratif fédéral dont les décisions en matière de santé et de sécurité font jurisprudence. Pour des raisons évidentes, le législateur a décidé de confier le règlement des questions de santé et de sécurité à un seul tribunal spécialisé dans ce domaine. La CRTFP et le CCRI conservent quand même les responsabilités en matière de relations du travail que leur confère l'article 133 du Code, en ce qui concerne par exemple les mesures disciplinaires prises par un employeur contre un employé en violation de l'article 147 du Code.

En vertu du paragraphe 129(7), les appels des décisions d'absence de danger rendues par des agents de santé et de sécurité doivent être faits par écrit, comme autrefois. Théoriquement, ces appels ne sont plus envoyés à l'agent de santé et de sécurité, mais à l'agent d'appel. On a assuré le Tribunal de la coopération des agents de santé et de sécurité, qui renseigneront les employés, ou leurs représentants, qui veulent appeler d'une décision d'absence de danger sur la procédure à suivre à cet effet et qui leur donneront l'adresse du Tribunal.

L'employé qui refusait de travailler avait auparavant 7 jours pour appeler de la décision d'absence de danger rendue par l'agent de santé et de sécurité. Il dispose maintenant d'un délai de 10 jours pour contester cette décision, à partir du moment où il la reçoit par écrit. En vertu du paragraphe 129(4), l'agent de santé et de sécurité doit informer par écrit l'employeur et l'employé de sa décision aussitôt qu’il termine son enquête.

2. Appel des instructions

Nature des instructions

Une instruction est un texte réglementaire qui a le même effet qu'un règlement et qui prévoit de fortes amendes en cas de non-conformité. L'agent de santé et de sécurité est habilité à donner, en vertu du paragraphe 145(1), des instructions aux employeurs et aux employés qui enfreignent le Code et les règlements sur la santé et la sécurité.Note de bas de page 1

L'agent peut aussi émettre des instructions en vertu des paragraphes 145(2) et (2.1) dans toute situation qui constitue, à son avis, un danger pour un employé au travail et, en vertu de l'article 141, pour exercer diverses fonctions prévues par le Code.

L'instruction stipule que la personne à qui elle est donnée a commis une infraction et lui ordonne d'y mettre fin immédiatement ou dans un délai prescrit. La non-conformité à une instruction est une infraction grave pouvant donner lieu à une poursuite. Cependant, même si la personne visée par l'instruction a la ferme intention de se conformer à la loi, il se peut qu'elle ne soit pas d'accord avec les conclusions de l'agent de santé et de sécurité et avec ses instructions. Dans ce cas, elle a le droit, en vertu de l'article 146 du Code, d'en appeler de ces instructions à un agent d'appel.

Appel des instructions

Étant donné que le Code donne des pouvoirs extraordinaires aux agents de santé et de sécurité, comme le pouvoir d'entrer dans tout lieu de travail à toute heure convenable, de procéder lui-même ou d'ordonner à l'employeur de procéder à des examens, des tests, des enquêtes et des inspections, d'exiger que l'employeur produise des documents ou de donner des instructions qui influent sur les activités d'une entreprise, il est primordial d'avoir un mécanisme garantissant un traitement équitable aux personnes visées par les décisions d'un agent de santé et de sécurité. Ce mécanisme est le droit d'appel des instructions prévu à l'article 146, qui se lit comme suit :

146.(1) Tout employeur, employé ou syndicat qui se sent lésé par des instructions données par l'agent de santé et de sécurité en vertu de la présente partie peut, dans les trente jours qui suivent la date où les instructions sont données ou confirmées par écrit, interjeter appel de celles-ci par écrit à un agent d'appel.

Selon la nouvelle version du Code, la partie qui se sent lésée peut appeler des instructions par écrit à un agent d'appel. (Le Tribunal compte sur les agents de santé et de sécurité pour renseigner les parties visées par des instructions sur la procédure à suivre pour déposer un appel). En vertu du paragraphe 146(1), la partie qui se sent lésée dispose maintenant de 30 jours pour en appeler des instructions, comparativement à 14 jours selon l'ancienne version du Code. Ce délai débute le jour où les instructions sont données ou confirmées par écrit. Comme le Code exige que les instructions soient données par écrit, le délai débute à la réception du document écrit.

Il importe aussi, quand on veut demander la suspension des instructions, de tenir compte du paragraphe 146(2), qui stipule :

146.(2) À moins que l'agent d'appel n'en ordonne autrement à la demande de l'employeur, de l'employé ou du syndicat, l'appel n'a pas pour effet de suspendre la mise en oeuvre des instructions.

Selon cette disposition, les instructions doivent être respectées même si l'employeur, l'employé ou le syndicat les conteste auprès de l'agent d'appel. Celui-ci peut néanmoins suspendre, pour une durée donnée, la mise en oeuvre des instructions faisant l'objet d'un appel, mais il le fera en tenant compte de critères spécifiques, par exemple de la gravité des infractions, des conséquences de la suspension sur la santé et la sécurité des employés et des mesures intérimaires prises par l'employeur s'il y a lieu. Il consultera l'agent de santé et de sécurité s'il y a lieu et les parties visées par la demande de suspension, mais n'accordera pas automatiquement la suspension demandée.

Pouvoirs de l’agent d'appel

1. Enquête de l’agent d'appel

Le paragraphe 146.1(1) prévoit dans les termes suivants une enquête en cas d'appel d'une décision ou d'instructions d'un agent de santé et de sécurité :

146.1(1) Saisi d'un appel formé en vertu du paragraphe 129(7) ou de l'article 146, l'agent d'appel mène sans délai une enquête sommaire sur les circonstances ayant donné lieu à la décision ou aux instructions, selon le cas, et sur la justification de celles-ci. Il peut :

  • a) soit modifier, annuler ou confirmer la décision ou les instructions;
  • b) soit donner, dans le cadre des paragraphes 145(2) ou (2.1) les instructions qu'il juge indiquées.

Les alinéas 146.1(1)a) et b) donnent à l'agent d'appel le pouvoir de modifier les décisions et les instructions des agents de santé et de sécurité. Ils lui permettent aussi de donner de nouvelles instructions en vertu des paragraphes 145(2) ou (2.1).

2. Décisions de l’agent d'appel

La loi oblige l'agent d'appel à fournir à l'employeur, à l'employé et au syndicat une décision écrite et les motifs sur lesquels la décision s'appuie (voir aussi le point 6. Décisions). Le paragraphe 146.1(2) stipule ce qui suit :

146.1(2) Il avise par écrit de sa décision, de ses motifs et des instructions qui en découlent l'employeur, l'employé ou le syndicat en cause; l'employeur en transmet copie sans délai au comité local ou au représentant.

Les agents d'appel ayant toujours agi ainsi, cette disposition ne changera rien à leur pratique. Pour sa part, l'employeur est tenu, lorsqu'il reçoit la décision, d'en transmettre copie sans délai au comité local ou au représentant à la santé et à la sécurité. En outre, les décisions de l'agent d'appel sont disponibles au Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail (CCHST), au Tribunal, et dans sa base de données sur Internet.

3. Pouvoirs relatifs à la procédure

Le nouveau Code donne à l'agent d'appel un certain nombre de pouvoirs pour faciliter son travail. À part le pouvoir d'émettre des assignations à comparaître, il s'agit des pouvoirs de nature générale que possède tout organisme quasi-judiciaire qui applique les principes de justice naturelle et d'équité procédurale. Ils ont été inscrits dans le Code pour officialiser le tribunal et reconnaître le statut particulier de l'agent d'appel. Les voici :

146.2 Dans le cadre de la procédure prévue au paragraphe 146.1(1), l'agent d'appel peut :

  • a) convoquer des témoins et les contraindre à comparaître et à déposer sous serment, oralement ou par écrit, ainsi qu'à produire les documents et les pièces qu'il estime nécessaires, pour lui permettre de rendre sa décision;
  • b) faire prêter serment et recevoir des affirmations solennelles;
  • c) recevoir sous serment, par voie d'affidavit ou sous une autre forme, tous témoignages et renseignements qu'il juge indiqués, qu'ils soient admissibles ou non en justice;
  • d) procéder, s'il le juge nécessaire, à l'examen de dossiers ou registres et à la tenue d'enquêtes;
  • e) suspendre ou remettre la procédure à tout moment;
  • f) abréger ou proroger les délais applicables à l'introduction de la procédure, à l'accomplissement d'un acte, au dépôt d'un document ou à la présentation d'éléments de preuve;
  • g) en tout état de cause, accorder le statut de partie à toute personne ou tout groupe qui, à son avis, a essentiellement les mêmes intérêts qu'une des parties et pourrait être concerné par la décision;
  • h) fixer lui-même sa procédure, sous réserve de la double obligation de donner à chaque partie la possibilité de lui présenter des éléments de preuve et des observations, d'une part, et de tenir compte de l'information contenue dans le dossier, d'autre part;
  • i) trancher toute affaire ou question sans tenir d'audience;
  • j) ordonner l'utilisation de modes de télécommunications permettant aux parties et à lui-même de communiquer les uns avec les autres simultanément.

Caractère quasi-judiciaire du processus d’appel

1. Un tribunal administratif

Quand il entend un appel d'une décision « d'absence de danger » formé en vertu du paragraphe 129(7) du Code ou un appel d'instructions présenté en vertu de l'article 146, l'agent d'appel agit comme un tribunal administratif.

Un tribunal est « une personne, un conseil ou un organisme qui est chargé par la loi de rendre des décisions qui influent sur les droits, les intérêts ou les privilèges des individus Note de bas de page 2 ». Le Parlement a créé les tribunaux administratifs pour permettre une audition expéditive, peu coûteuse et équitable des appels par des spécialistes de l'application d'une loi.

Cependant, la Cour d'appel fédérale a établi que le processus d'appel de l'agent d'appel (auparavant le processus de révision de l'agent régional de sécurité) revêt un caractère quasi-judiciaire. En d'autres termes, la fonction de l'agent d'appel ressemble davantage à celle d'un tribunal judiciaire, dont les décisions s'appuient sur des règles rigides et influent sur les droits des parties, qu'à un tribunal administratif, dont les règles de procédures sont beaucoup plus flexibles et dont les décisions ne visent que les intérêts économiques des parties. Les décisions de l'agent d'appel sont de nature quasi-judiciaire parce qu'elles influent sur les droits et les intérêts des parties.

Par conséquent, la révision des décisions et des instructions en vertu du Code exige des sauvegardes procédurales strictes, qui sont les règles de justice naturelle et d'équité procédurale.

2. Règles de justice naturelle Note de bas de page 3 et d'équité procédurale

Depuis que la Cour d'appel fédérale a établi que le processus d'appel avait un caractère quasi-judiciaire, l'agent d'appel doit suivre certaines règles, que l'on appelle les règles de justice naturelle et d'équité procédurale. Ces règles ont été élaborées par les tribunaux judiciaires, qui en imposent le respect aux tribunaux administratifs lorsque leur loi constitutive ne prévoit rien d'équivalent.

La distinction est aujourd'hui moins claire qu'autrefois entre les principes de justice naturelle et d'équité procédurale et ceux de justice fondamentale énoncés dans la Charte canadienne des droits et libertés, puisque tous les tribunaux sont tenus d'être équitables. Plus un tribunal est de nature quasi-judiciaire, plus il doit appliquer strictement les règles de justice naturelle et d'équité procédurale.

En somme, même si le paragraphe 146.1(1) stipule que l'agent d'appel doit mener une enquête sommaire, cela ne veut pas dire qu'il doit rendre une justice sommaire. Le processus doit être équitable.

Les deux règles principales de justice naturelle et d'équité procédurale sont (i) la règle relative à la partialité et (ii) la règle relative à la tenue d’une audience équitable.

Règle relative à la partialité

Il existe deux genres de partialité, la partialité réelle et la partialité apparente. La règle relative à la partialité est importante pour l'agent d'appel, parce qu'elle influe sur son indépendance en tant qu'instance décisionnelle.

La règle relative à la partialité réelle exige que l'instance décisionnelle n'ait aucun intérêt matériel direct, d'ordre financier ou autre, dans le résultat de la révision. Dès qu'une instance décisionnelle constate la présence d'un conflit d'« intérêts », elle doit immédiatement se retirer du dossier et informer les parties de sa décision et des motifs sur lesquels elle s'appuie.

La partialité apparente exige non seulement que l'instance décisionnelle n’ait pas d’intérêt dans l’affaire, mais aussi que sa conduite ou ses antécédents ne constituent pas, pour une personne objective ordinaire, un motif raisonnable de douter de son impartialité. L’impartialité joue un rôle majeur dans le processus de révision, parce que si les parties perdent confiance en l’agent d’appel, il y a peu de chances qu’elles en acceptent la décision. Dans ce cas-ci, nul doute que la maxime selon laquelle « justice doit non seulement être rendue, mais doit paraître avoir été rendue » s'applique.

Pour respecter la règle relative à l’apparence de partialité i.e. l’absence de partialité institutionnelle, l'agent d’appel doit agir d'une manière indépendante. C’est pourquoi l’agent d’appel

  • ne joue aucun rôle dans l'application quotidienne du Code canadien du travail;
  • ne rencontre jamais les parties en privé, y compris les agents de santé et de sécurité, avant les audiences;
  • n'a pas accès aux services juridiques de Justice Canada et engage lui-même des avocats à contrat;
  • contrôle son propre budget;
  • contrôle la gestion du Tribunal.

Règle relative à la tenue d’une audience équitable

Selon cette règle, les parties, à savoir la partie appelante et le défendeur, ont droit à une audition équitable de leur cause, c'est-à-dire :

  • le droit à un préavis raisonnable concernant l'endroit, la date et l'heure et l’objet de l'audience,
  • le droit de faire valoir leur point de vue devant le tribunal,
  • le droit de connaître toute l’information versée au dossier (l'agent d’appel divulgue toute la preuve, sauf si la loi interdit d’en divulguer un élément),
  • le droit de contester les éléments de preuve, de contre-interroger les témoins et de demander un ajournement,
  • le droit d'être représentées par un avocat (et de plus en plus par des spécialistes de la santé et de la sécurité au travail),
  • le droit de connaître les motifs du jugement (assuré en vertu du paragraphe 146.1(2)).

3. Traitement des appels des décisions et des instructions

Comme le Code ne prévoit pas de procédure pour le traitement des appels des décisions d'absence de danger et des instructions, il s'ensuit que, en tant que tribunal administratif, l'agent d'appel est maître de sa procédure, pourvu qu'il respecte les principes de justice naturelle et d'équité procédurale.

Le Tribunal a donc constitué son guide de pratique afin d'aider les parties dans leurs demandes.

4. Tenue des audiences

Trois genres d'audience sont possibles, soit l'audience par conférence téléphonique, l'audience sur dossier et l'audience avec audition des parties. Les audiences par modes de télécommunications sont également permises par le Code (alinéa 146.2 j), mais il n'y en a pas encore eu. Rappelez-vous que, aux termes de l'alinéa 146.2 h), l'agent d'appel est maître de sa procédure.

Selon les principes de justice naturelle, il n'est pas toujours nécessaire de tenir une audience avec audition des parties, sauf si la crédibilité des personnes est en jeu, et l'agent d'appel a toute latitude, en vertu de l'alinéa 146.2 i), pour décider de tenir ce type d'audience s'il le juge nécessaire. Le cas échéant, l'agent de santé et de sécurité sera invité à participer à l'audience, pour faciliter l'enquête de l'agent d'appel. On trouvera plus de renseignements sur les audiences dans le guide de pratique élaboré par le Tribunal.

5. Règles de présentation de la preuve

Il importe, à cette étape-ci, de comprendre que lorsque l'agent d'appel révise une décision ou des instructions d'un agent de santé et de sécurité, il agit en tant que tribunal administratif quasi judiciaire. Un tribunal administratif n'est pas une cour de justice et, par conséquent, il n'est pas tenu de respecter les règles qui s'appliquent devant la cour. En fait, la Cour fédérale supervise l'exercice des pouvoirs de l'agent d'appel lorsqu'elle entend les appels qui lui sont présentés.

Le Parlement a établi les tribunaux administratifs pour profiter de l'expertise de spécialistes, dans ce cas-ci de celle de l'agent d'appel en santé et sécurité au travail. La procédure des tribunaux administratifs est beaucoup plus informelle que celle des tribunaux judiciaires, beaucoup plus flexible parce que les règles n'y sont pas aussi rigides et beaucoup plus rapide par rapport au temps requis devant un tribunal judiciaire. C'est pourquoi les tribunaux administratifs, comme l'agent d'appel, ne sont pas tenus d'appliquer aussi strictement les règles de présentation de la preuve.

Il existe bien des raisons valables de ne pas respecter les règles techniques de présentation de la preuve devant un tribunal administratif. Par exemple, l'instance décisionnelle d'un tribunal administratif n'est généralement pas un avocat, mais plutôt un spécialiste du domaine dont relèvent les causes qu'il entend. Cette instance n'a évidemment pas la même formation qu'un avocat qui a étudié pendant des années pour comprendre et appliquer les règles de présentation de la preuve devant les tribunaux judiciaires. En fait, il y aurait peu d'avantages à appliquer les règles techniques de présentation de la preuve, étant donné que les tribunaux administratifs existent dans le but d'accélérer le processus de révision tout en respectant les principes d'équité procédurale.

Cependant, le fait que les règles techniques de présentation de la preuve ne s'appliquent pas dans un contexte administratif ne signifie pas qu'aucune règle ne s'y applique. L'agent d'appel doit tenir ses audiences selon les principes de justice naturelle et d'équité procédurale et, par conséquent, il évaluera les éléments de preuve qui lui sont soumis en fonction de leur pertinence et de leur valeur probante.

C'est pourquoi, selon l'alinéa 146.2 c), l'agent d'appel pourra recevoir des preuves qui ne sont habituellement pas admissibles devant un tribunal judiciaire, par exemple une preuve par ouï-dire. Il lui incombera alors de déterminer dans quel contexte la preuve est soumise et quelle en est la valeur probante.

Par ailleurs, certaines preuves peuvent ne pas être admissibles devant l'agent d'appel. Ainsi, certaines informations privilégiées, comme les avis juridiques, sont protégées par la loi en vertu du secret professionnel de l'avocat. Les secrets de la Couronne peuvent ne pas être admissibles si l'intérêt public est en jeu ou s'ils portent sur des questions de sécurité nationale, par exemple la détection d'un crime ou les délibérations du Cabinet, dont la divulgation serait contraire à l'intérêt public. Les renseignements confidentiels, comme ceux qui sont protégés par le secret commercial, ne sont pas admissibles non plus. Dans tous les cas susmentionnés, l'agent d'appel pourrait décider de rejeter cette preuve et devrait alors en informer les parties en conséquence.

6. Décisions

L'agent d'appel doit rendre une décision qui tient compte de la preuve présentée à l'audience et des représentations des parties. Il doit baser sa décision sur la « prépondérance des probabilités », non sur « l'absence de doute raisonnable » comme dans une poursuite criminelle. Le paragraphe 146(2) du Code stipule qu'il doit énoncer les motifs de ses décisions par écrit, et elles contiendront les points suivants :

  1. une description du problème,
  2. une explication des principales questions à régler,
  3. les conclusions de fait,
  4. les dispositions législatives applicables et la décision comme tel.

On peut consulter les décisions des agents d'appel sur le site Internet du Tribunal, au Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail, et on peut en obtenir copie en écrivant directement au Tribunal.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :