Le Canada annonce un soutien supplémentaire pour l’interdiction des armes chimiques en Syrie

Communiqué de presse

Le 29 juin 2017 – Ottawa, Ontario - Affaires mondiales Canada

Le Canada est déterminé à soutenir le peuple syrien et a condamné à maintes reprises les crimes de guerre flagrants perpétrés par le régime Assad en Syrie, notamment l’utilisation d’armes chimiques contre son propre peuple.

La ministre des Affaires étrangères, l’honorable Chrystia Freeland, a annoncé aujourd’hui une contribution supplémentaire de 2,5 millions de dollars pour renforcer la capacité de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) à enquêter sur l’utilisation d’armes chimiques en Syrie.

Cette annonce est faite le même jour que la publication du rapport de l’OIAC confirmant l’utilisation de sarin, un agent neurotoxique, dans l’attaque survenue le 4 avril 2017 à Khan Cheikhoun, dans le sud de la province d’Idlib, en Syrie. Près de 100 personnes ont été tués et des centaines de civils ont été blessés dans cette attaque brutale.

Grâce à cette contribution, l’OIAC poursuivra son travail essentiel visant à enquêter sur des incidents à l’arme chimique, à recueillir des preuves aux fins de reddition de comptes et à vérifier que le programme d’armes chimiques de la Syrie a été complètement éliminé. Ce financement qui provient du Programme de réduction des menaces liées aux armes de destruction massive du Canada renforce la position du Canada comme l’un des plus grands pays donateurs contribuant aux efforts mondiaux visant à mettre fin à l’utilisation d’armes chimiques en Syrie.

Citations

« L’annonce d’aujourd’hui reflète le soutien indéfectible du Canada envers le peuple syrien. Le travail courageux et dévoué de l’OIAC est essentiel pour établir les faits entourant les attaques à l’arme chimique perpétrées en Syrie, et débarrasser le monde de ces armes cruelles.

« Le Canada condamne avec fermeté l’utilisation d’armes chimiques contre des femmes, des hommes et des enfants dans l’attaque du 4 avril perpétrée par le régime Assad. L’utilisation d’armes chimiques ne sera pas tolérée. Le maintien de l’impunité est inacceptable, et les auteurs doivent répondre de leurs actes. »

- L’hon. Chrystia Freeland, C.P., députée fédérale, ministre des Affaires étrangères

Faits en bref

  • Jusqu’à maintenant, l’OIAC a supervisé l’élimination de 95 % des armes chimiques déclarées dans le monde. Elle a reçu le prix Nobel de la paix 2013 pour ses réalisations.

  • L’OIAC est la seule institution multilatérale chargée d’éliminer une catégorie complète d’armes de destruction massive. Elle inspecte certaines installations industrielles et de recherche partout dans le monde afin de s’assurer qu’elles ne sont pas utilisées pour la production clandestine d’armes chimiques.

  • Le Mécanisme d’enquête conjoint (MEC) attribuant la responsabilité des attaques aux armes chimiques en Syrie des Nations Unies et de l’OIAC a conclu, par le passé, que le gouvernement syrien avait utilisé des armes chimiques contre son propre peuple.

  • Le Canada et les États-Unis sont les principaux pays donateurs du MEC. Ils ont chacun contribué 2 millions de dollars américains pour appuyer les efforts de l’organisme des Nations Unies et de l’OIAC qui vise à identifier les personnes, les entités, les groupes ou les gouvernements qui faisaient partie des auteurs, des organisateurs, des donateur ou toute personne impliquée dans l’utilisation des armes chimiques en Syrie.

  • Le Programme de réduction des menaces liées aux armes de destruction massive du Canada relève d’Affaires mondiales Canada. Il a été établi en 2002 à titre de contribution du Canada au Partenariat mondial du G7 contre la prolifération des armes de destruction massive et des matières connexes. Le partenariat mondial vise à réduire les menaces posées par la prolifération d’armes et de matières chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires, ainsi que l’expertise qui y est associée.

  • Le Canada joue un rôle de premier plan à l’OIAC depuis 1997. À titre du plus grand bailleur de fonds volontaire de l’Organisation, le Canada a versé 25 millions de dollars depuis 2012 pour contribuer à détruire les armes chimiques en Libye et en Syrie, et pour appuyer des missions spéciales et des opérations de contingence liées à l’utilisation d’armes chimiques, aux enquêtes, à la vérification et à la surveillance en Syrie.

Liens connexes

Personnes-ressources

Le Service des relations avec les médias
Affaires mondiales Canada
343-203-7700
media@international.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter : @CanadaPE
Aimez-nous sur Facebook : La politique étrangère du Canada - Affaires mondiales Canada


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :