La violence fondée sur le genre doit cesser

Déclaration

Le 25 novembre 2018 – Ottawa, Ontario – Affaires mondiales Canada

La ministre des Affaires étrangères, l’honorable Chrystia Freeland, et la ministre du Développement international, l’honorable Marie-Claude Bibeau, ont fait aujourd’hui la déclaration suivante à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, qui marque le premier jour des 16 jours d’activisme contre la violence fondée sur le genre :

« Il est tragique qu’une femme et une fille sur trois soit victime de violence à un moment ou l’autre de sa vie.

« La violence fondée sur le genre est présente dans tous les pays, quels que soient la culture ou le statut socio-économique de la population, à la maison, à l’école, dans la rue, sur Internet et au travail. Elle est trop souvent banalisée, et les conséquences pour les victimes, leur famille et leur collectivité sont dévastatrices, car les survivantes et survivants de cette violence peuvent être stigmatisés ou marginalisés.

« Le Canada condamne toutes les formes de violence fondée sur le genre à l’égard des femmes, des filles, et des personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles, transgenres, queer, bispirituelles et de genre non binaire, et ce, partout dans le monde. Il peut s’agir de mariages d’enfants, précoces et forcés; de mutilations génitales féminines et d’excisions, et de violence et d’exploitation sexuelles, y compris en contexte de conflit ou dans un cadre virtuel.

 « Par sa politique étrangère féministe et sa politique d’aide internationale féministe, le Canada s’engage à renforcer la participation des femmes aux processus de paix, à appuyer la tenue d’enquêtes sur les crimes basés sur le genre et à caractère sexiste, à instaurer une paix durable et inclusive, et à promouvoir le renforcement du pouvoir des femmes ainsi que l’égalité des genres dans les pays en voie de développement. Les efforts mis de l’avant par le Canada pour respecter ces engagements mettent en évidence le rôle déterminant que les organisations de femmes peuvent jouer au niveau local dans la stabilisation de leur collectivité et de leur pays.

« Lorsque leurs droits fondamentaux sont respectés, les femmes et les filles – en fait, tous les membres de la société – peuvent transformer le monde pour le rendre meilleur. »

Personnes-ressources

Adam Austen
Attaché de presse
Cabinet de la ministre des Affaires étrangères
Adam.Austen@international.gc.ca

Justine Lesage
Attachée de presse
Cabinet de la ministre du Développement international
343-203-6238
justine.lesage@international.gc.ca

Le Service des relations avec les médias
Affaires mondiales Canada
343-203-7700
media@international.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter : @CanadaPE @DevCanada
Aimez-nous sur Facebook : La politique étrangère du Canada - Affaires mondiales Canada Le développement international du Canada – Affaires mondiales Canada


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :