Le Canada est déçu de la décision de la Hongrie au sujet de l’Université d’Europe centrale

Déclaration

Le 3 décembre 2018 - Ottawa (Ontario) - Affaires mondiales Canada

La ministre des Affaires étrangères, l’honorable Chrystia Freeland, a fait aujourd’hui la déclaration suivante :

« L’annonce d’aujourd’hui selon laquelle l’Université d’Europe centrale (UEC) sera contrainte de déménager après le refus de la Hongrie de lui permettre de poursuivre ses activités à Budapest est une perte considérable.

« Le Canada espérait que la Hongrie prenne les mesures voulues pour trouver une solution permettant à l’UEC de continuer à fonctionner librement à Budapest, surtout en raison des efforts importants qu’elle a déployés pour répondre aux nouvelles exigences imposées par la loi hongroise de 2017 sur l’enseignement supérieur.

« Ce déménagement forcé porte atteinte à la liberté universitaire, qui est un droit fondamental, et il est d’autant plus inquiétant que la Hongrie est un État membre de l’OTAN et de l’Union européenne. L’UEC est un établissement réputé, qui compte de nombreux étudiants et professeurs canadiens. Cette décision aura une incidence négative non seulement sur l’UEC, mais aussi sur l’ensemble du domaine de l’enseignement supérieur en Hongrie. »

Personnes-ressources

Adam Austen
Attaché de presse
Cabinet de la ministre des Affaires étrangères
Adam.Austen@international.gc.ca

Service des relations avec les médias
Affaires mondiales Canada
343-203-7700
media@international.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter : @CanadaPE
Aimez-nous sur Facebook : La politique étrangère du Canada - Affaires mondiales Canada


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :