Le Canada affirme son solide partenariat avec la Banque africaine de développement

Document d'information

Aujourd’hui, le Canada a annoncé son intention d’augmenter temporairement son capital exigible à la Banque africaine de développement (BAfD) d’une somme allant jusqu’à 1,1 milliard de dollars américains, au besoin. Par cet engagement, le Canada appuie les négociations de sa septième augmentation générale de capital.

Les modalités de telles augmentations, négociées par les actionnaires, comprennent le montant de l’augmentation de capital, la part du capital qui sera libérée et la période pendant laquelle il le sera. Les modalités incluent également toutes les réformes et mesures politiques et opérationnelles requises par la BAfD pour améliorer sa capacité et son efficacité. Une fois les modalités de l’augmentation générale de capital acceptées par les actionnaires, le capital exigible temporaire du Canada ne sera plus nécessaire et pourra être retiré.

Le Canada détient actuellement des actions de la BAfD d’une valeur de 4,64 milliards de dollars aux taux de change actuels. De cette somme, 339 millions de dollars sont constitués de capital versé et 4,3 milliards de dollars de capital exigible.

Les investissements du Canada dans les banques multilatérales de développement, dont la BAfD, sont constitués d’un mélange de capital versé (contributions en espèces) et de capital exigible. Le capital exigible est comptabilisé à titre d’élément de passif éventuel dans les Comptes publics du Canada. La plupart des banques multilatérales de développement comptent sur le soutien supplémentaire de leurs actionnaires sous forme de capital exigible. Compte tenu de la solidité de leurs opérations, les banques multilatérales de développement n’ont jamais demandé le paiement de ce type de capital.

À titre de membre actif de nombreuses institutions financières internationales, le Canada a soutenu les efforts visant à fournir les ressources et les outils nécessaires aux banques multilatérales de développement pour contribuer à l’atteinte des Objectifs de développement durable à l’horizon 2030 et de ceux de l’Accord de Paris sur les changements climatiques. La stratégie décennale 2013-2022 de la BAfD guide ses opérations, qui sont axées sur cinq domaines prioritaires : éclairer l’Afrique, nourrir l’Afrique, industrialiser l’Afrique, intégrer l’Afrique et améliorer la qualité de vie des populations africaines.


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :