Déclaration conjointe des ministres des affaires étrangères du Canada et de la Jamaïque, après avoir présidé une réunion historique du Groupe des Amis concernant le financement des ODD au sein de l’ONU

Déclaration

Le 11 avril 2020 – Ottawa (Ontario) – Affaires mondiales Canada

Le ministre des Affaires étrangères, l’honorable François-Philippe Champagne, et la sénatrice et ministre jamaïcaine des Affaires étrangères et du Commerce extérieur, l’honorable Kamina Johnson Smith, ont fait aujourd’hui la déclaration suivante :

« Le vendredi 10 avril, nous avons organisé une vidéoconférence extraordinaire réunissant des ambassadeurs de tous les pays membres des Nations Unies et des représentants de haut niveau de l’ONU, du G20, du FMI, du Groupe de la Banque mondiale et de l’OCDE, pour engager la première discussion véritablement mondiale sur la gestion des incidences socioéconomiques et financières de la COVID-19. Nous remercions les plus de 300 participants à cette réunion.

« Nous avons été impressionnés par l’unité et l’objectif commun de tous pour surmonter le défi sans précédent qui se présente à nous et par la détermination à prendre les mesures nécessaires pour aider à contenir la pandémie de COVID-19, en sachant que l'ampleur de la contraction économique et la vigueur de la reprise ne sont pas encore connues.

« Nous nous sommes félicités de l’engagement pris par les Nations Unies, le G20, le FMI, le Groupe de la Banque mondiale, l’OCDE et les différents pays de coordonner leurs actions pour assurer une réponse efficace, tous les participants reconnaissant qu’aucun pays ou organisation ne peut relever seul le défi de la COVID-19.

« Il nous a également été rappelé les vulnérabilités particulières dont souffrent de nombreux pays. Les petits États insulaires en développement et de nombreux autres pays en développement d’Afrique et de certaines régions d’Asie et d’Amérique latine et les Caraïbes sont confrontés à un défi à plusieurs facettes, notamment la dépendance à l’égard des importations de denrées alimentaires, les plaques tournantes logistiques et de transport dont les activités ont été réduites, les niveaux d’endettement déjà élevés, la perte de sources de revenus primaires, et la nécessité d’utiliser les maigres réserves de devises étrangères pour se procurer des fournitures médicales essentielles.

« Nous avons discuté de la nécessité de prendre des mesures urgentes pour garantir que les chaînes d’approvisionnement mondiales restent ouvertes et que les flux d’envois de fonds puissent se poursuivre avec un minimum de perturbations et à des coûts réduits. Nous avons également souligné l’importance cruciale de soutenir nos secteurs privés en ces temps difficiles, car ils sont la principale source d’emplois et de moyens de subsistance. Sans cela, aucune reprise économique ne sera possible.

« Le Canada et la Jamaïque sont plus que jamais déterminés à faire en sorte que les pays reçoivent le soutien dont ils ont besoin pour surmonter ces défis complexes et ils utiliseront tous les moyens à leur disposition pour faire avancer cette cause. La réunion d’aujourd’hui représente une étape importante vers cet objectif commun.

« Comme cette pandémie touche tout le monde, partout, le monde doit s'unir pour relever et atténuer les défis humains, sociaux et économiques posés par la COVID-19 ».

Liens connexes

Personnes-ressources

Syrine Khoury
Attachée de presse
Cabinet du ministre des Affaires étrangères
Syrine.Khoury@international.gc.ca

Service des relations avec les médias
Affaires mondiales Canada
343-203-7700
media@international.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter : @CanadaPE
Aimez-nous sur Facebook : La politique étrangère du Canada – Affaires mondiales Canada

Détails de la page

Date de modification :