Déclaration de la ministre Gould à l’occasion de la Journée internationale de la fille

Déclaration

Le 11 octobre 2020 – Ottawa (Ontario) – Affaires mondiales Canada

La ministre du Développement international, l’honorable Karina Gould, a fait aujourd’hui la déclaration suivante :

« À l’occasion de la Journée internationale de la fille, nous célébrons les capacités de toutes les filles nées sur cette planète et les perspectives qui s’ouvrent à elles. Le thème de cette année,  « Ma voix, l’égalité pour notre avenir », nous rappelle que peu importe où elle est née, chaque fille mérite de s’épanouir et d’être entendue.

« Depuis le début de la pandémie de COVID-19, j’ai eu l’occasion d’entendre des adolescentes de pays en développement. D’une voix claire et puissante, elles ont reconnu à quel point l’isolement et les mesures de quarantaine rendaient leur vie encore plus difficile. Elles ont exprimé leur inquiétude face au risque accru de violence fondée sur le genre et de pratiques néfastes comme les mariages d’enfants, précoces et forcés.

« Les filles craignent que les fermetures d’écoles et l’interruption de l’enseignement les coupent de leurs réseaux de soutien, les privent de leur éducation et aient des répercussions sur leur nutrition, leur santé et leurs droits sexuels et reproductifs. Malgré tout, elles s’efforcent d’amener dans leurs communautés et au-delà de leurs communautés des changements sociaux positifs pour protéger leurs droits et atteindre l’égalité des genres.

« C’est pourquoi nous appuyons la santé et les droits des femmes et des enfants en accordant un financement de jusqu’à 1,4 milliard de dollars par an à partir de 2023. Grâce à la Politique d’aide internationale féministe du Canada, nous favorisons une approche globale et intégrée de renforcement du pouvoir des adolescentes qui comprend un soutien à l’éducation, au développement des compétences, à la santé, à la nutrition, à la promotion de l’égalité des genres et à l’élimination des obstacles tels que la violence sexuelle et fondée sur le genre, les mariages d’enfants précoces et forcés, et les grossesses précoces.

« Depuis 2016, grâce au Programme mondial de l’UNICEF et du Fonds des Nations Unies pour la population visant à mettre fin aux mariages d’enfants, près de 8 millions de filles de 10 à 19 ans ont participé à des programmes et reçu de l’information sur la santé et le savoir-vivre, des services de protection sociale et de l’aide pour renforcer leur puissance économique.

« Le Canada envisage un monde où les adolescentes sont valorisées et peuvent s’émanciper, où elles contrôlent leur propre vie, où elles participent pleinement aux décisions qui les concernent à la maison et en société, et où elles contribuent à et bénéficient du développement et de la prospérité.

« Il ne faut pas oublier que l’égalité des genres et le renforcement du pouvoir des femmes et des filles dans toute leur diversité sont essentiels pour atteindre chacun des 17 objectifs de développement durable et promouvoir les droits de chaque fille. »

Personnes-ressources

Guillaume Dumas
Attaché de presse
Cabinet de la ministre du Développement international
Guillaume.Dumas@international.gc.ca

Service des relations avec les médias
Affaires mondiales Canada
343-203-7700
media@international.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter : @DevCanada
Aimez-nous sur Facebook : Le développement international du Canada – Affaires mondiales Canada

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :