Communiqué conjoint

Déclaration

New York, le 26 janvier 2021 – À l’occasion de la Conférence de haut niveau sur la reconstitution des ressources, les États membres ont rappelé l’importance de maintenir la paix dans le contexte de la pandémie de COVID-19 et ont capitalisé à hauteur de 439 millions $ US le Fonds pour la consolidation de la paix du secrétaire général.

Aujourd’hui, le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a coprésidé une conférence de haut niveau sur la reconstitution du Fonds des Nations Unies pour la consolidation de la paix, avec S.E. Julius Maada Bio, président de la République de Sierra Leone, S.E. Abdalla Hamdok, premier ministre de la République du Soudan, l’honorable Marc Garneau, ministre des Affaires étrangères du Canada et président de la Commission de consolidation de la paix, et S.E. Heiko Maas, ministre des Affaires étrangères de la République fédérale d’Allemagne. Mme Leymah Gbowee du Libéria, lauréate du prix Nobel de la paix, S.E. Annika Söder de Suède, personnalité éminente et indépendante de l’exercice de révision de l’architecture de la consolidation de la paix des Nations Unies, ainsi que des chefs de file locaux du domaine de la consolidation de la paix provenant de 7 pays ont aussi pris part à la Conférence. Au total, 92 États membres se sont joints à la Conférence. 

La Conférence s’est déroulée dans un contexte où les enjeux n’ont jamais été aussi grands, alors que le monde est confronté aux effets tragiques et immédiats de la pandémie, ainsi qu’aux répercussions alarmantes qu’elle aura à moyen et à long terme. Les chocs économiques sans précédent et les stratégies de réponse inadéquates renforcent les inégalités sociales et économiques et font croître les risques de crise, en érodant au passage les progrès acquis en matière de paix et de développement.

Les coprésidents, profondément convaincus de la nécessité d’investir de façon concertée et urgente afin de mieux rebâtir et de ne pas perdre les acquis précieux des dernières années, ont convoqué une conférence de haut niveau pour la reconstitution du Fonds. Il est essentiel de consacrer, à l’heure actuelle, d’importantes ressources aux activités de consolidation de la paix, pour faire en sorte de travailler ensemble au maintien de la paix et de n’oublier personne.

À cette fin, l’Assemblée générale convoquera une réunion de haut niveau sur le financement de la paix lors de sa soixante-seizième session. D’ici là, les organes et organismes des Nations Unies, y compris la Commission de consolidation de la paix, conformément à leurs mandats respectifs, devront collaborer avec les États membres et d’autres partenaires pour faire avancer des options réalistes en vue d’un financement plus durable et plus prévisible de la consolidation de la paix. Il est nécessaire d’élargir la base de donateurs du Fonds, mais aussi d’aller au-delà du financement volontaire à court terme et d’opter pour des solutions plus prévisibles. Cela inclut les contributions obligatoires et les financements innovants par l’intermédiaire de nouveaux partenariats.

À la Conférence d’aujourd’hui, les États membres ont réitéré l’importance d’investir dans la paix. En tenant compte des fonds reçus pour 2020, 39 États membres ont versé ou promis de verser plus de 439 millions $ US pour consolider la paix et appuyer la stratégie 2020-2024 du Fonds, dont l’objectif a été fixé à 1,5 milliard $ US. Les coprésidents se sont aussi réjouis que les membres reconnaissent à l’unanimité le rôle et l’impact du Fonds. Ils sont reconnaissants envers tous les États membres qui y ont contribué, dont 9 pour la première fois au cours de ce cycle, et 11 dont les contributions sont pluriannuelles. Ce financement est essentiel pour assurer la pertinence et la durabilité du Fonds.

Il s’agit là d’un signe de solidarité multilatérale fort qui arrive à un moment critique, et d’un vote de confiance ferme à l’égard du rôle de catalyseur du Fonds.

Grâce aux engagements pris aujourd’hui, le Fonds est en voie de continuer à apporter un soutien multidimensionnel, intégré, cohérent et à l’échelle de la société aux nombreux pays qui sont engagés dans des processus de paix et des transitions complexes, et qui relèvent les défis actuels sans laisser personne pour compte.

Au moyen de la stratégie 2020-2024, le Fonds visera à mettre davantage l’accent sur les enjeux d’importance capitale et à y apporter le soutien voulu afin de faire face aux défis actuels, souvent sous-financés, en l’occurrence l’inclusion des femmes et des jeunes dans les initiatives de consolidation de la paix, des investissements accrus dans le développement socio-économique, la cohésion nationale et la résilience des communautés, la facilitation des transitions entre les diverses entités des Nations Unies, et l’investissement dans les approches transfrontalières et régionales.

La Conférence d’aujourd’hui est une étape importante sur un chemin bien plus long menant à un financement plus soutenu et plus prévisible des activités et des efforts de consolidation de la paix.

Même si la Conférence a permis d’obtenir un soutien important à l’égard du Fonds, il faudra déployer davantage d’efforts pour pouvoir répondre aux besoins considérables et croissants. Nous appelons tous les États membres à continuer de démontrer leur appui au maintien de la paix en contribuant au Fonds. Investir dans le Fonds pour la consolidation de la paix, c’est investir dans la solidarité multilatérale et la paix.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :