Déclaration commune sur l’étude commandée par l’OMS sur l’origine de la COVID-19

Déclaration

Le texte de la déclaration qui suit a été émis par les gouvernements des États-Unis d’Amérique, de l’Australie, du Canada, de la Tchéquie, du Danemark, de l’Estonie, d’Israël, du Japon, de la Lettonie, de la Lituanie, de la Norvège, de la République de Corée, de la Slovénie et du Royaume-Uni.

Le 30 mars 2021 – Ottawa (Ontario) – Affaires mondiales Canada

Les gouvernements de l’Australie, du Canada, de la Tchéquie, du Danemark, de l’Estonie, d’Israël, du Japon, de la Lettonie, de la Lituanie, de la Norvège, de la République de Corée, de la Slovénie, du Royaume-Uni et des États-Unis d’Amérique restent inébranlables dans leur volonté de travailler avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS), les experts internationaux dont la mission est essentielle, ainsi que la communauté mondiale afin de déterminer l’origine de la pandémie et d'améliorer la sécurité sanitaire mondiale et sa réponse à la pandémie. Nous sommes pour une analyse et une évaluation transparentes et indépendantes, sans interférence ni influence indue, visant à déterminer l’origine de la pandémie de COVID-19. À cet égard, nous nous associons pour exprimer nos préoccupations communes concernant la récente étude commandée par l'OMS en Chine. De même, nous insistons sur l'importance de la collaboration, qui nous permettra de recourir au système rapide, efficace, transparent, fondé sur la science et indépendant que nous développerons pour l’évaluation internationale des éclosions d’origine inconnue à l’avenir.

La mission de l'OMS est essentielle pour faire progresser la santé mondiale et la sécurité sanitaire. Nous appuyons pleinement ses experts et son personnel et reconnaissons les efforts inlassables qu’ils déploient pour mettre fin à la pandémie de COVID-19, en outre le travail qu’ils effectuent pour comprendre comment la pandémie a commencé et s'est propagée. Compte tenu de cet important mandat, il est tout aussi essentiel que nous exprimions nos préoccupations communes concernant le fait que l'étude menée par les experts internationaux sur la source du virus SRAS-CoV-2 a été considérablement retardée et que les responsables n'ont pas eu un accès aux données et aux échantillons complets originaux. Les responsables de missions scientifiques comme celles-ci devraient pouvoir faire leur travail dans des conditions leur permettant de formuler des recommandations et des conclusions indépendantes et objectives. Nous exprimons ces préoccupations communes non seulement parce qu’il importe d'apprendre tout ce que nous pouvons sur les origines de la pandémie, mais aussi pour ouvrir la voie à un processus opportun, transparent et fondé sur des preuves qui sera utile dans la prochaine phase de cette étude, ainsi que dans l’éventualité d’autres crises sanitaires à l’avenir.

Nous prenons note des conclusions et des recommandations, notamment du besoin de mener des études supplémentaires sur les animaux pour trouver la façon dont le virus s’est transmis aux humains, et demandons instamment de lancer des études de phase 2 dirigées par des experts. Dans cette perspective, l'OMS et tous ses États membres doivent maintenant renouveler leur engagement en matière de transparence et du moment opportun de l’accès aux données. En cas d’éclosion grave causée par un agent pathogène inconnu ayant un potentiel pandémique, une évaluation menée par des experts, rapide, indépendante et sans entrave de son origine est essentielle pour mieux préparer les populations, les institutions de santé publique, les industries et les gouvernements à bien réagir aux éclosions et à les empêcher de prendre des proportions pandémiques. Les experts indépendants doivent absolument avoir plein accès à toutes les données et recherches pertinentes sur les humains, les animaux et l’environnement, et à tout le personnel témoin des premiers stades de l'épidémie pour pouvoir déterminer la façon dont la pandémie est apparue. Avec toutes ces données en main, la communauté internationale peut déterminer indépendamment les origines de la COVID-19, tirer des leçons précieuses de la pandémie et empêcher d’autres éclosions dont les conséquences seraient dévastatrices à l’avenir.

Nous insistons sur la nécessité de nous doter d’un mécanisme fiable, complet et dirigé par des experts pour pouvoir enquêter rapidement sur les éclosions d'origine inconnue, avec la collaboration franche et entière de tous les intervenants, conformément aux principes de transparence, de respect de la vie privée et d’intégrité en science et en recherche. Nous travaillerons en collaboration et avec l’OMS pour renforcer les capacités, améliorer la sécurité sanitaire mondiale et inspirer la confiance du public dans la capacité du monde à détecte les éclosions, à s’y préparer et à y répondre à l’avenir.

Personnes-ressources

Syrine Khoury
Attachée de presse
Cabinet du ministre des Affaires étrangères
syrine.khoury@international.gc.ca

Service des relations avec les médias
Affaires mondiales Canada
343-203-7700
media@international.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter : @CanadaPE
Aimez-nous sur Facebook : La politique étrangère du Canada – Affaires mondiales Canada

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :