Déclaration commune de l’Australie, du Canada, des États-Unis, du Royaume-Uni et de l’Union européenne au sujet des décisions des tribunaux russes sur la dissolution de l’organisme Mémorial

Déclaration

Le 31 décembre 2021 – Ottawa (Ontario) – Affaires mondiales Canada

 « Nous déplorons les décisions des deux tribunaux russes de fermer de force l’organisme Mémorial international et son Centre de défense des droits de la personne. Depuis plus de trois décennies, Mémorial joue un rôle unique en documentant les crimes passés et en préservant pour la postérité la mémoire des dizaines de millions de victimes de la répression politique dans le pays. Mémorial a milité également sans relâche pour la protection des droits de la personne en Russie, en dénonçant des violations effroyables, notamment dans le Caucase du Nord, et en tenant à jour une liste de plus en plus longue de personnes qu’il considère comme des prisonniers politiques. L’affirmation des autorités russes selon laquelle le travail pacifique et fondé sur des principes du Centre de défense des droits de la personne de l’organisme Mémorial “justifie l’extrémisme et le terrorisme” ne peut être acceptée. Le travail de Mémorial n’a jamais été aussi nécessaire.

« Ces décisions déraisonnables de réduire Mémorial au silence font suite à plusieurs mois de répression croissante et systématique en Russie contre les défenseurs des droits de la personne, les médias et les journalistes indépendants, les membres de l’opposition politique et les autres voix critiques, ainsi que les minorités religieuses et d’autres groupes marginalisés. Cette situation nuit davantage à la réputation internationale de la Russie, car le respect des droits de la personne, des libertés fondamentales et de l’état de droit constitue l’un des fondements de l’ordre international fondé sur des règles.

« Nous demandons à la Russie de respecter les obligations et engagements internationaux en matière de droits de la personne auxquels elle a souscrit, et nous continuons à condamner la loi russe sur les “agents étrangers”, qui réduit encore au silence les voix indépendantes et restreint la portée de la société civile. Le peuple de Russie, comme tous les peuples du monde, a droit à la liberté d’expression et d’association, y compris pour défendre ses droits de la personne et libertés fondamentales. »

Personnes-ressources

Maeva Proteau
Directrice des communications
Cabinet de la ministre des Affaires étrangères
Maeva.Proteau@international.gc.ca

Service des relations avec les médias
Affaires mondiales Canada
media@international.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter : @CanadaPE
Aimez-nous sur Facebook : La politique étrangère du Canada – Affaires mondiales Canada

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :