Déclaration commune sur les détentions en Éthiopie

Déclaration

Le 6 décembre 2021 – Ottawa (Ontario) – Affaires mondiales Canada

Le texte de la déclaration suivante a été publié par le Canada, le Danemark, les États-Unis d’Amérique, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et l’Union européenne :

Nous sommes profondément préoccupés par les récentes informations faisant état de la détention par le gouvernement éthiopien d'un grand nombre de citoyens éthiopiens sur la base de leur appartenance ethnique et sans qu'aucune charge ne soit retenue contre eux. L'annonce de l'état d'urgence par le gouvernement éthiopien le 2 novembre ne justifie pas la détention massive d'individus appartenant à certains groupes ethniques. 

Des rapports de la Commission éthiopienne des droits de l'homme (CEDH) et d'Amnistie internationale décrivent des arrestations massives de personnes appartenant à l'ethnie tigréenne, notamment des prêtres orthodoxes, des personnes âgées et des mères avec enfants. Ces personnes sont arrêtées et détenues sans avoir été inculpées ou entendues par un tribunal et seraient détenues dans des conditions inhumaines. Nombre de ces actes constituent probablement des violations du droit international et doivent cesser immédiatement. Nous demandons que des observateurs internationaux aient un accès sans encombre et en temps voulu.

Nous réitérons notre vive inquiétude face aux abus et aux violations des droits de la personne, tels que ceux qui impliquent des violences sexuelles liées à des conflits, établis dans le rapport d'enquête conjoint du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme et de la CEDH, et face aux rapports actuels faisant état d'atrocités commises par toutes les parties aux conflits. Toutes les parties doivent se conformer à leurs obligations en vertu du droit humanitaire international, y compris celles concernant la protection des civils et du personnel humanitaire et médical.

Il est clair qu'il n'y a pas de solution militaire à ce conflit, et nous dénonçons toute violence contre les civils, passée, présente et future. Tous les acteurs armés doivent cesser les combats et les forces de défense érythréennes doivent se retirer d'Éthiopie. Nous réitérons notre appel à toutes les parties pour qu'elles saisissent l'occasion de négocier un cessez-le-feu durable sans condition préalable. Fondamentalement, les Éthiopiens doivent mettre en place un processus politique inclusif et établir un consensus national par des moyens politiques et juridiques, et tous les responsables de violations et d'abus aux droits de la personne doivent être tenus de rendre des comptes.

Personnes-ressources

Syrine Khoury
Attachée de presse
Cabinet du ministre des Affaires étrangères
Syrine.Khoury@international.gc.ca

Service des relations avec les médias
Affaires mondiales Canada
media@international.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter : @CanadaPE
Aimez-nous sur Facebook : La politique étrangère du Canada – Affaires mondiales Canada - Home | Facebook

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :