Déclaration commune des femmes ministres des Affaires étrangères à l’occasion de la réouverture des écoles en Afghanistan

Déclaration

Déclaration des ministres des Affaires étrangères de l’Albanie, de l’Allemagne, de l’Andorre, de l’Australie, de la Belgique, de la Bosnie-Herzégovine, du Canada, de l’Estonie, de l’Indonésie, de l’Islande, du Kosovo, du Malawi, de la Mongolie, de la Norvège, de la Nouvelle-Zélande, du Royaume-Uni, du Tonga, de la Suède

Le 25 mars 2022 – Ottawa (Ontario)

« Chaque printemps, la réouverture des écoles en Afghanistan s’accompagne de grands espoirs et de nombreuses attentes pour des millions d’élèves et d’étudiants : retrouver leurs camarades de classe et leurs amis, reprendre l’apprentissage et la formation, et franchir une nouvelle étape dans la vie.

« En tant que femmes et ministres des Affaires étrangères, nous sommes profondément déçues et préoccupées de constater que les filles en Afghanistan se voient refuser l’accès aux écoles secondaires ce printemps. La décision des talibans de suspendre les cours du secondaire jusqu’à nouvel ordre est particulièrement inquiétante, car nous avons entendu à plusieurs reprises leurs engagements d’ouvrir toutes les écoles à tous les enfants.

« Nous exhortons les talibans à respecter leurs engagements envers le peuple afghan et à adhérer aux conventions internationales auxquelles l’Afghanistan a souscrit. Nous demandons aux talibans de revenir sur leur décision récente et d’accorder un accès égal à tous les niveaux d’éducation, dans toutes les provinces du pays. Les difficultés pratiques dans la mise en œuvre d’une politique éducative non discriminatoire doivent être surmontées.

« Nous surveillerons de près les promesses des talibans. Nous les jugerons par leurs actions, pas par leurs paroles. La portée et l’étendue de l’engagement de nos pays en Afghanistan au-delà de l’aide humanitaire seront liées aux réalisations à cet égard.

« L’accès à l’éducation est un droit de la personne auquel chaque femme et chaque fille peut prétendre. Individuellement, l’éducation des filles et le renforcement du pouvoir des femmes mènent à une vie meilleure, contribuent à atténuer les difficultés économiques de leurs familles et constituent la base de l’exercice des droits sociaux et de la représentation politique. Collectivement, les filles et les femmes contribuent par leur éducation au développement et au bien-être du pays, à la paix, à la sécurité et à la justice sociale. Aucun pays ne peut se permettre de ne pas profiter du potentiel et du talent de l’ensemble de sa population.

« Il est primordial de préserver et d’élargir les droits et les perspectives indéniables obtenus pour les filles et les femmes en Afghanistan, et par celles-ci, au cours des dernières décennies. Que leurs espoirs et leurs attentes se concrétisent, en tant que membres véritablement égaux de la société afghane. »

Personnes-ressources

Adrien Blanchard
Attaché de presse
Cabinet de la ministre des Affaires étrangères
Adrien.Blanchard@international.gc.ca

Service des relations avec les médias
Affaires mondiales Canada
media@international.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter : @CanadaPE
Aimez-nous sur Facebook : La politique étrangère du Canada – Affaires mondiales Canada

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :