Document d’information : Le Canada annonce des projets de développement et de paix et sécurité pour le Bangladesh et le Myanmar

Document d'information

Le Canada a annoncé l’octroi de 206,75 millions de dollars pour financer des projets de développement au Myanmar et dans le district de Cox’s Bazar au Bangladesh, ainsi que 2,26 millions de dollars attribués au Mécanisme d’enquête indépendant pour le Myanmar par l’entremise du Programme pour la stabilisation et les opérations de paix. Ce financement fait partie des 288,3 millions de dollars consacrés à la prochaine phase de la stratégie du Canada pour répondre aux crises des Rohingyas et du Myanmar.

Répartition des fonds en aide au développement : Cox’s Bazar, Bangladesh (117,5 millions de dollars)

Organisation internationale du travail : Compétences et moyens de subsistance adaptés au genre (44 millions de dollars)

Ce projet vise à relever les défis liés aux moyens de subsistance des communautés d’accueil et des réfugiés rohingyas au Bangladesh. Il se concentre sur les défis auxquels sont confrontés les femmes, les jeunes, les personnes en situation de handicap et les autres groupes vulnérables. Le projet contribue à atténuer les tensions entre les communautés d’accueil et de réfugiés. Il cherche également à définir des stratégies pour mettre en œuvre et développer des activités pour les réfugiés rohingyas, en particulier les femmes, afin qu’ils gardent l’espoir d’un retour durable au Myanmar tout en étant productifs au Bangladesh. Ce projet est conçu et mis en œuvre conjointement par l’Organisation internationale du travail, le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés et le BRAC.

Organisation internationale pour les migrations : Adapter les objectifs de développement durable à l’échelle locale par les organisations locales (10 millions de dollars)

Ce projet vise à répondre aux priorités de développement définies localement dans le district de Cox’s Bazar. Il permettra de mettre en œuvre 108 projets d’infrastructure à petite échelle. Des fonds de lancement seront établis pour la création de ressources financières communes afin de soutenir les organisations locales et l’entrepreneuriat à petite échelle.

Programme des Nations Unies pour le développement : Lutte contre la dégradation de l’environnement (30 millions de dollars)

Ce projet vise à contribuer à la réhabilitation environnementale et au développement à long terme du district de Cox’s Bazar en soutenant une approche écologiquement durable dans les camps de réfugiés rohingyas et dans les communautés d’accueil. Le projet prévoit fournir des combustibles de remplacement pour la cuisson en continuant à offrir du gaz de pétrole liquéfié à la place du bois de chauffage afin de réduire la déforestation dans le district de Cox’s Bazar; il prévoit aussi restaurer les forêts locales et les bassins versants en vue d’améliorer la résilience climatique relativement aux glissements de terrain, aux inondations et aux sécheresses.

BRAC : Combler les lacunes dans l’accès des réfugiés aux soins de santé (10,5 millions de dollars)

Le projet vise à améliorer l’état de santé des réfugiés rohingyas afin de réduire les vulnérabilités dans les camps de réfugiés du district de Cox’s Bazar et d’augmenter l’utilisation de services de santé complets par les réfugiés ciblés. Le projet soutient le renforcement des capacités de 13 établissements de soins de santé du BRAC afin de fournir des services de soins de santé primaires complets et respectueux de l’environnement, en particulier aux femmes et aux filles, en mettant l’accent sur la santé et les droits sexuels et reproductifs, les handicaps, la santé mentale et la violence sexuelle et fondée sur le genre, ainsi que sur le dépistage de la COVID-19.

Nutrition International : Combattre la sous-alimentation liée à la COVID-19 (6 millions de dollars)

Ce projet vise à améliorer l’état nutritionnel des personnes vulnérables et difficiles à atteindre, notamment les femmes, les nouveau-nés, les enfants et les adolescentes appartenant à des communautés d’accueil dans le district de Cox’s Bazar, au Bangladesh. Le projet offre un soutien en réponse à la sous-alimentation liée à la pandémie de COVID-19 dans ces communautés. Le projet comprend la formation de travailleurs de la santé sur la façon de fournir des services de nutrition de qualité aux femmes, aux hommes, aux filles et aux garçons vulnérables, ainsi que la formation de fonctionnaires sur le développement d’une trousse de communication coordonnée, adaptée au genre et respectueuse de l’environnement pour améliorer le statut nutritionnel des communautés difficiles à atteindre.

Plan International Canada : Des filles en bonne santé et autonomes à Cox’s Bazar (6,5 millions de dollars)

Ce projet vise à faire progresser la reconnaissance de la santé et des droits sexuels et reproductifs (SDSR) des adolescentes et des jeunes femmes dans les communautés d’accueil et les camps de réfugiés de Cox’s Bazar. Les activités du projet comprennent l’organisation de groupes de jeunes femmes mariées et leur formation sur l’égalité des genres et l’inclusion, la SDSR, le soutien en matière de santé mentale, la protection et la prise de décision; la formation de groupes d’hommes sur l’égalité des genres et l’inclusion, la SDSR, la prévention de la violence sexuelle et fondée sur le genre et la santé mentale; et la formation des fournisseurs de services communautaires dotés d’installations sur la prestation de services inclusifs et adaptés au genre et aux adolescents et l’orientation vers la SDSR, la violence sexuelle et fondée sur le genre et la santé mentale.

BRAC : Fonds local de programmes pour les réfugiés (10,5 millions de dollars)

Ce fonds est utilisé au profit des réfugiés rohingyas pour le renforcement des capacités locales et la réalisation d’interventions par des organisations non gouvernementales bangladaises. Le projet comprend notamment le financement et le développement des capacités d’un minimum de 23 organisations bangladaises en matière de gouvernance organisationnelle, d’égalité des genres et d’intégration environnementale, de gestion axée sur les résultats, de prévention de l’exploitation et des abus sexuels, d’inclusion, de principes humanitaires et de transparence, ainsi que de gestion financière et fiduciaire. Il comprend aussi la prestation de services clés tels que l’éducation, les compétences, les moyens de subsistance et la promotion de l’égalité des genres par les intervenants nationaux et locaux.

Répartition des fonds en aide au développement : Myanmar (89,25 millions de dollars)

Inter Pares : renforcement de la société civile au Myanmar (24,65 millions de dollars)

Ce projet vise à améliorer la qualité de la santé et de la liberté politique des personnes marginalisées, touchées par les conflits et faisant partie de groupes ethniques plus vulnérables, en particulier les femmes et les filles, au Myanmar. Le projet offre un soutien technique aux défenseurs des droits de la personne faisant partie de groupes ethniques à risque, pour qu’ils adoptent des technologies et des plateformes numériques afin d’atténuer les risques dans un environnement de sécurité politiquement chargé et fluide. Il vise aussi à innover dans des domaines comme la protection de l’environnement, les projets de développement communautaire, les services de soins de santé et les nouveaux partenariats et nouvelles collaborations.

Bureau des Nations Unies pour les services d’appui aux projets : Moyens de subsistance, nutrition et dialogue intercommunautaire à Rakhine, phase 2 (15 millions de dollars)

Ce projet vise à renforcer la résilience et les moyens de subsistance durables des groupes pauvres et vulnérables au Myanmar, notamment les femmes, les personnes déplacées à l’intérieur du pays, les migrants, les petits exploitants agricoles, les personnes sans terre, les personnes handicapées et les personnes vulnérables à la traite et au travail forcé. Dans le cadre de cette nouvelle phase, le Fonds soutient les populations de l’ensemble du Myanmar, y compris celles de l’État de Rakhine, en augmentant les possibilités économiques, en préservant et en améliorant les résultats en matière de nutrition et en renforçant le pouvoir des femmes et des minorités ethniques. De plus, le projet renforce et améliore la cohésion sociale intercommunale au sein de ces communautés.

Bureau des Nations Unies pour les services d’appui aux projets : Fonds d’accès à la santé (12 millions de dollars)

Le Fonds d’accès à la santé est un programme multidonateurs qui contribue à accroître l’accès à des services de santé de meilleure qualité et plus pertinents pour les populations vulnérables, à renforcer les systèmes de santé et à accroître la cohésion sociale dans les zones touchées par le conflit au Myanmar grâce à une stratégie sensible à l’égalité des genres et fondée sur les droits. La contribution du Canada au Fonds renforce l’accent mis sur l’égalité des genres, surtout en ce qui a trait à la protection de la santé et des droits sexuels et reproductifs, et met l’accent sur le soutien des voix et des partenaires locaux, y compris les organisations dirigées par des femmes et les organisations de défense des droits des femmes.

Plan International Canada : Thanaka – Le pouvoir des filles au Myanmar (8 millions de dollars)

Ce projet vise à améliorer la réalisation des droits de diverses adolescentes et jeunes femmes à des possibilités économiques sûres et inclusives et à des services de santé et de droits sexuels et reproductifs. Il s’agit d’un projet multidimensionnel, fondé sur les droits et porteur de transformation pour les adolescentes et jeunes femmes, qui vise à les préparer à devenir des leaders de l’égalité des genres et à protéger leurs droits dans les domaines du renforcement du pouvoir économique et de la santé et des droits sexuels et reproductifs. Le projet dote les bénéficiaires de connaissances, de compétences et de ressources essentielles, notamment de services de suivi comme le placement ou le développement d’entreprises, afin de renforcer leur statut économique et de devenir des décideurs et des leaders dans leur propre vie, leur foyer et leur communauté.

Oxfam Canada : Les femmes à la tête de solutions durables au Myanmar (8 millions de dollars)

Ce projet vise à renforcer le pouvoir des femmes et des filles, dans toute leur diversité, en les sensibilisant davantage à leurs droits, à l’accès et au contrôle des ressources et au pouvoir de décision, plus particulièrement dans l’État de Rakhine. Cela veut aussi dire s’engager auprès des communautés locales pour favoriser des normes sociales positives, améliorer l’accès équitable aux services et ressources essentiels et accroître la participation et le leadership des femmes et des filles dans les structures de gouvernance. Le projet utilise une approche axée sur 3 domaines pour favoriser le renforcement du pouvoir des femmes en intégrant de manière cohérente l’aide humanitaire, le développement à long terme et la paix et la sécurité afin de répondre aux besoins des femmes, d’atténuer leurs vulnérabilités et de s’attaquer aux facteurs sous-jacents du conflit.

Comité international de secours : Prévention de la violence sexuelle et fondée sur le genre au Myanmar (10 millions de dollars)

Ce projet vise à améliorer l’égalité des genres, la sécurité et le bien-être des femmes et des filles dans les communautés touchées par le conflit au Myanmar. Les interventions mettent l’accent sur une prévention et une réponse sûres, de qualité et intégrées à la violence sexuelle et fondée sur le genre, ainsi que sur des services de santé sexuelle et reproductive. Elles mettent également l’accent sur la communauté de pratique des organisations de femmes pour aborder les inégalités et les défis liés au genre au moyen d’une approche axée sur les femmes et les filles, en insistant sur leur inclusion dans les processus décisionnels.

ActionAid International : Soutenir l’action démocratique au Myanmar (4,6 millions de dollars)

Ce projet vise à soutenir les groupes locaux de la société civile, les journalistes, les chercheurs et les organisations de médias afin d’améliorer la prestation de services et de soutenir la démocratie et la défense des intérêts non violente au Myanmar, particulièrement dans le contexte du récent coup d’État militaire. Il repose sur une stratégie à 3 piliers qui renforce la capacité des personnes et des organisations de la société civile à défendre leurs intérêts et à offrir des services, qui consolide les réseaux et la résilience des mouvements démocratiques et qui soutient la recherche prodémocratique et tenant compte de l’égalité des genres menée par des femmes pour appuyer l’élaboration de politiques à long terme.

Centre de recherches pour le développement international : Protéger les acquis de la démocratie au Myanmar (7 millions de dollars)

Le projet vise à soutenir le développement d’une société civile forte et bien informée qui contribuera à une vision inclusive et prodémocratique d’une fédération du Myanmar, et à préserver les acquis démocratiques obtenus avant le coup d’État. Il cherche à alimenter des discussions politiques publiques et fondées sur des données probantes au sein de la société civile pour une démocratie fédérale, à assurer un filet de sécurité aux universitaires et aux militants pour soutenir leur travail sur la démocratie et la décentralisation et à promouvoir la recherche sur le rôle des communications numériques sur les aspirations démocratiques, tout en luttant contre les inégalités des genres dans les espaces numériques.

 

Répartition des fonds provenant du Programme pour la stabilisation et les opérations de paix : Myanmar

Mécanisme d’enquête indépendant pour le Myanmar (2,26 millions de dollars)

Ce financement contribuera à renforcer les capacités du Mécanisme d’enquête indépendant pour le Myanmar, ce qui permettra d’élargir les enquêtes et les poursuites à l’encontre des auteurs des crimes internationaux et des violations du droit international les plus graves commis au Myanmar depuis 2011.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :