2e Bataillon, Princess Patricia’s Canadian Light Infantry

Princess Patricia's Canadian Light Infantry Badge

Le 2e Bataillon est basé au casernement Kapyong à la Base des Forces canadiennes, Shilo, au Manitoba. Il est une unité d’infanterie mécanisée de la Force régulière et elle est un des quatre éléments de manœuvre assignés au 1er Groupe-brigade mécanisé du Canada. Le Bataillon est composé de trois compagnies de carabiniers (A, B et C), d’une compagnie de soutien au combat et d’une compagnie de commandement et d’administration.

Le 2e Bataillon est bien entraîné et équipé pour des opérations de protection des intérêts canadiens à l’étranger et au pays. L’unité a également joué un rôle déterminant pour aider les autorités civiles pendant les catastrophes nationales au Canada.

  • Commandant - Lieutenant-Colonel J.A. van Eijk
  • Sergent-major régimentaire - Adjudant-chef B.R. Perry

Le PPCLI a été fondé le 10 août 1914 pour servir durant la Première Guerre mondiale. Son premier défilé a eu lieu au parc Lansdowne à Ottawa, le 23 août 1914. Hamilton Gault, homme d’affaires important de Montréal, finança le régiment avec son argent, faisant du PPCLI le dernier régiment canadien mis sur pied par des fonds privés.

Le régiment fut baptisé en l’honneur de la princesse Patricia of Connaught, fille du gouverneur général de l’époque. La princesse conserva des relations étroites avec le régiment pendant toute sa vie. Elle cousit à la main le premier drapeau consacré du régiment, le Ric-a-Dam-Doo, qui se trouva sur tous les champs de bataille de la Première Guerre mondiale où le régiment fut engagé.

Continuez à lire l’histoire du Princess Patricia’s Canadian Light Infantry.

Pour des informations sur les véhicules et les armes utilisés par l'Armée canadienne, visitez notre page d'équipement.

2 PPCLI
C.P. 5000 Station Main
Shilo, MB R0K 2A0

Téléphone : 204-765-3000, Ext. 6041

Soldats en motoneige la nuit

L’opération NANOOK-NUNALIVUT renforce l’état de préparation et le respect

Tuktoyaktuk et Inuvik, Territoires du Nord-Ouest – Les changements climatiques et les progrès technologiques sont deux des principaux facteurs qui rendent l’Arctique de plus en plus accessible, et les Forces armées canadiennes (FAC) doivent être prêtes à faire face aux problèmes potentiels de sûreté et de sécurité à mesure que les activités dans la région augmentent.
Le 8 mars 2022

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :