Favoriser un membre de la famille et éviter une demande en matière de priorité

Article 66 ─ Fondée ─ Omission et conduite irrégulière ─ Favoritisme (relation non divulguée), nomination et mutation pour éviter une demande d’autorisation en matière de priorité et nomination non fondée sur le mérite

Compétence : La présente enquête a été menée en vertu de l'article 66 de la Loi sur l'emploi dans la fonction publique, L.C. 2003, ch. 22, art. 12 et 13.

Objet : L’enquête visait à déterminer si un gestionnaire d’embauche avait favorisé la personne nommée ─ un membre de sa famille ─ pour une nomination. Des préoccupations particulières ont été soulevées selon lesquelles le gestionnaire d'embauche n'aurait pas divulgué sa relation avec la personne nommée, et n’aurait pas évalué 2 critères de mérite.

Conclusions

L'enquête a permis de conclure que :

Faits :

Un processus de nomination avait été mené afin d'établir un bassin de candidats visant à pourvoir divers postes administratifs aux groupes et aux niveaux AS-1 et CR-5. Le gestionnaire d'embauche s’est renseigné pour savoir si le membre de sa famille avait réussi à se qualifier et être inscrit au bassin établi à la suite du processus de nomination. On lui a indiqué qu’il n’était pas encore inscrit au bassin.

Entre-temps, le gestionnaire d'embauche a recruté le membre de sa famille dans le cadre d’un emploi occasionnel, relevant de sa supervision.

Le gestionnaire d'embauche a présenté une demande de candidats en provenance du bassin afin de pourvoir un poste d'adjoint administratif, au groupe et au niveau AS-1, pour une période indéterminée. La demande du gestionnaire d'embauche faisait état de 2 exigences. Plusieurs candidats lui ont ainsi été présentés, y compris le membre de sa famille qui avait depuis été inscrit au bassin.

Le gestionnaire d'embauche a indiqué au conseiller en RH que le membre de sa famille était le bon candidat pour le poste, et qu'il devait agir rapidement du fait qu’il possédait une expérience intéressante pour l'organisation, qu’il répondait aux besoins opérationnels et qu’il avait reçu une offre d'emploi d'une autre organisation.

L'enquête a permis d'établir que le conseiller en RH, le directeur et le gestionnaire d'embauche avaient convenu de nommer le membre de la famille à un poste au groupe et au niveau AS‑1, de durée déterminée, pour ensuite le muter immédiatement à un poste au groupe et au niveau CR‑4, de durée déterminée, afin d’éviter les retards liés à une nouvelle demande d’autorisation en matière de priorité. Le gestionnaire d'embauche a ensuite entamé ces mesures de dotation. Il a également utilisé cette procédure une seconde fois, afin de pouvoir nommer le membre de sa famille au poste au groupe et au niveau AS-1, pour une période indéterminée, puis le muter immédiatement à un poste au groupe et au niveau CR-4 relevant de sa supervision.

La preuve a permis de démontrer que le membre de la famille avait été nommé à un poste au groupe et au niveau AS-1, sans avoir été évalué pour 2 qualifications utilisées pour la nomination. Le conseiller en RH et le directeur n'ont pas pris soin de vérifier, avant la nomination, si le membre de la famille avait été évalué pour chacune des qualifications. De plus, le gestionnaire d'embauche n'avait pas divulgué sa relation avec la personne nommée, avant la nomination.

Mesures correctives :

À la suite des conclusions d’omission et de conduite irrégulière, la Commission a ordonné les mesures suivantes :

No du dossier d'enquête : 19-20-03

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :