La lignée de cellules HEK 293 de Frank Graham et son impact sur la science

Communiqué de presse

Le 25 septembre 2020 — Ottawa (Ontario) — Conseil national de recherches du Canada

Le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) a officiellement reconnu aujourd’hui l’impact de la lignée cellulaire HEK 293 – conçue il y a près de cinquante ans par Frank Graham – pour la science en général et plus particulièrement pour la production de molécules biologiques, dont les futurs vaccins contre la COVID-19.

M. Graham a mis au point sa lignée aux Pays-Bas, dans les années 1970. À présent, les universités s’en servent couramment pour la recherche, tout comme le font les industries pharmaceutique et biotechnologique, un peu partout dans le monde.

M. Graham travaillait dans le laboratoire du scientifique hollandais Alex van der Eb lorsqu’il a développé une nouvelle technique baptisée « transfection par phosphate de calcium » avec laquelle il est parvenu à insérer de l’ADN dans des cellules eucaryotes. C’est avec cette technique qu’il a créé une lignée de cellules appelée « HEK 293 » qui renferme et exprime les gènes transformants de l’adénovirus humain de type 5 (Ad5). 

De retour au Canada, M. Graham a approfondi la caractérisation de sa lignée cellulaire et, en collaboration avec ses élèves de l’Université McMaster, s’en est servie pour développer une riche banque de vecteurs viraux à partir de l’Ad5, en prévision du transfert de gènes et de l’élaboration de vaccins potentiels reposant sur des virus recombinés. M. Graham a généreusement distribué les cellules HEK 293 et les réactifs employés pour construire les vecteurs adénoviraux à d’autres scientifiques pour leur permettre d’étudier les thérapies géniques et la conception de vaccins.

Depuis, la lignée de cellules HEK 293 a connu passablement de changements dans tous les laboratoires du globe. Le CNRC en a lui-même produit une version exclusive, la lignée HEK293-SF-3F6 qui, en raison de ses propriétés particulières, désormais bien connues, s’avère un excellent point de départ pour l’élaboration de vaccins et de thérapeutiques pour la santé humaine. On s’en sert notamment pour fabriquer divers vaccins potentiels contre la COVID-19.

Citations

« Alors que nous nous approchons d’un éventuel vaccin contre la COVID-19, il est bon de faire une pause pour souligner les prouesses comme celles de M. Graham lorsqu’il a mis au point sa lignée de cellules HEK 293. Le CNRC est fier de reconnaître officiellement M. Graham et de souligner ses contributions inestimables à la science. »

– M. Iain Stewart, président du Conseil national de recherches du Canada

« Je tire une profonde satisfaction de savoir que la lignée cellulaire HEK 293, que j’ai créée en 1973, a permis aux thérapies géniques et à la conception de vaccins de tant progresser. Les cellules HEK 293 sont devenues les cellules de mammifère les plus couramment utilisées tant pour la recherche universitaire que dans les industries pharmaceutique et biotechnologique. »

– Frank Graham (Ph. D.), professeur émérite et enseignant, Université McMaster

Liens connexes

Personnes-ressources

Relations avec les médias                                                                                            

Conseil national de recherches du Canada
613-991-1431
1-855-282-1637
media@nrc-cnrc.gc.ca

Restez branchés

Suivez le Conseil national de recherche du Canada dans les médias sociaux.
Twitter :
@cnrc_nrc, Instagram : @nrc_cnrc et LinkedIn.

 

À propos du Conseil national de recherches du Canada

Fondé en 1916, le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) est la plus grande organisation fédérale de recherche et de développement du Canada. Le CNRC s’associe à l’industrie canadienne pour sortir la recherche des laboratoires et lui trouver des applications commerciales. Cette approche axée sur le marché vise à abréger la période qui sépare les débuts de la recherche-développement de l’exploitation commerciale de ses résultats, à rehausser les conditions de vie des Canadiens et à trouver une solution à quelques-uns des problèmes les plus impérieux qui touchent aujourd’hui la planète.

À propos de Frank Graham

Professeur émérite aux départements de biologie, de pathologie et de médecine moléculaire de l’Université McMaster, M. Graham a reçu le prix Robert L. Noble de la Société canadienne du cancer. L’université lui a également rendu hommage en lui conférant le titre de professeur distingué. Membre de la Société royale du Canada, M. Graham a quitté l’Université McMaster en 2003 pour prendre sa retraite au soleil de l’Italie.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :