Le gouvernement du Canada crée un nouveau poste afin d’appuyer les connaissances et la participation des peuples autochtones dans les négociations des Nations Unies relatives aux changements climatiques et pour soutenir la Plateforme des communautés locales et des peuples autochtones

Communiqué de presse

Le 13 décembre 2018 – Katowice (Pologne)

Le Canada reconnaît la valeur des contributions autochtones à l’égard du leadership climatique au pays et partout dans le monde. Leurs connaissances traditionnelles et leurs perspectives uniques de la nature sont essentielles pour surmonter un défi auquel nous sommes tous confrontés : les changements climatiques.

Aujourd’hui, à Katowice, en Pologne, la ministre de l’Environnement et du Changement climatique, Catherine McKenna, a annoncé que le gouvernement du Canada permettra la création d’un point de contact avec les peuples autochtones à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques afin de mettre en valeur le savoir autochtone mondial en matière de changements climatiques. Ce nouveau poste est le premier en son genre et sa création sera rendue possible grâce à un investissement du Canada de 800 000 dollars sur quatre ans.

Le point de contact avec les peuples autochtones est un poste essentiel pour appuyer la Plateforme des communautés locales et des peuples autochtones et accroîtra la participation des peuples autochtones et la prise en compte de leurs connaissances dans la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. Le point de contact avec les peuples autochtones coordonnera et dirigera les travaux sur des questions liées aux peuples autochtones et aux changements climatiques, il fera mieux connaître les points de vue autochtones à l’égard des changements climatiques et il agira à titre d’expert technique et de consultant.

Les connaissances autochtones sont un atout précieux que le monde entier peut mettre à contribution pour mieux comprendre les répercussions des changements climatiques. En préparation à la COP24 et lors de celle-ci, le Canada a joué un rôle actif pour mettre de l’avant la Plateforme des communautés locales et des peuples autochtones. Le Canada continue d’encourager les Parties à respecter, à mettre en valeur et à considérer leurs obligations respectives à l’égard des droits autochtones lors de la mise en œuvre de l’Accord de Paris. Dans le cadre de son engagement inébranlable envers la réconciliation, le Canada continuera de promouvoir et de reconnaître la contribution des peuples autochtones au développement de collectivités résilientes et à la lutte contre les changements climatiques.

Citations

« Nous devons reconnaître que les peuples autochtones possèdent de précieuses connaissances qui leur permettent de bien comprendre l’environnement et la lutte contre les changements climatiques. Les peuples autochtones observent le climat depuis des millénaires. Leur leadership, leur résilience et leur savoir seront de sérieux atouts pour la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques dans le domaine de la lutte contre les changements climatiques et de la protection de nos collectivités.
– Catherine McKenna, ministre de l’Environnement et du Changement climatique

« Cet investissement est important pour donner du poids à la voix des Premières Nations dans la progression de l’action climatique sur la scène internationale. Cette décision concernant la plateforme des peuples autochtones et notre participation à la COP24 sont encourageantes; toutefois, nous devons continuer à insister pour obtenir une pleine participation, plus particulièrement dans l’établissement des règles de mise en œuvre de l’Accord de Paris. En tant que peuples autochtones, nous allons tout mettre en œuvre pour que l’ensemble des Parties respectent, valorisent et concrétisent leurs obligations respectives concernant les droits des peuples autochtones dans la lutte contre les changements climatiques. »
– Kluane Adamek, chef régionale de l’Assemblée des Premières Nations pour le Yukon

« Le Conseil circumpolaire inuit du Canada et l’Inuit Tapiriit Kanatami se réjouissent de l’annonce du Canada et de la reconnaissance du rôle important des peuples autochtones au sein de la CCNUCC. Il est particulièrement important de faire participer les peuples autochtones de l’Arctique, puisqu’ils sont des chefs de file en matière de solutions d’adaptation novatrices, étant confrontés à un rapide taux de réchauffement climatique, qui est en fait trois fois plus élevé qu’à tout autre endroit sur la planète. »
– Monica Ell-Kanayuk, présidente du Conseil circumpolaire inuit du Canada, et Natan Obed, président de l’Inuit Tapiriit Kanatami.

« La Nation métisse aimerait remercier le Canada, et en particulier la ministre McKenna, d’aider les Premières Nations à contribuer à la lutte contre les changements climatiques par le truchement du point de contact avec les peuples autochtones. Nos familles ressentent les effets des changements climatiques beaucoup plus tôt puisqu’elles vivent en symbiose avec la nature, et ce point de contact nous aidera dans notre combat visant à garantir l’avenir de notre planète. »
– Clément Chartier, président du Conseil national des Métis

« La création de la Plateforme des communautés locales et des peuples autochtones et d’un point de contact qui s’y consacre permettra aux peuples autochtones et à leur savoir d’être pris en compte lors des importantes discussions qui se tiennent au titre de la CCNUCC. Le Congrès des peuples autochtones est heureux du leadership dont a fait preuve le gouvernement canadien afin de mettre sur pied la plateforme et de travailler avec les peuples autochtones. »
– Robert Bertrand, chef national du Congrès des peuples autochtones

« L’Association des femmes autochtones du Canada félicite le gouvernement du Canada pour le rôle de chef de file qu’il a joué à la COP24 afin d’assurer la pleine mise en œuvre de la Plateforme des communautés locales et des peuples autochtones, d’une manière qui respecte les droits des Autochtones et l’équilibre entre les sexes.

L’opérationnalisation de la Plateforme des communautés locales et des peuples autochtones est un jalon important des efforts des peuples autochtones pour participer aux mesures internationales de lutte contre les changements climatiques.

La Plateforme des communautés locales et des peuples autochtones et le Groupe de travail connexe auront besoin de soutien pour faciliter la communication des connaissances, des points de vue et des expériences des peuples autochtones dans le domaine des changements climatiques.

L’Association des femmes autochtones du Canada se réjouit de l’engagement du Canada visant à financer l’établissement d’un point de contact avec les peuples autochtones à la CCNUCC. Ce point de contact peut assumer un rôle de soutien et d’assistance technique qui faisait cruellement défaut pour la Plateforme des communautés locales et des peuples autochtones, en plus de mieux faire connaître le savoir autochtone dans le cadre des travaux de la CCNUCC. »
– Francyne Joe, présidente de l’Association des femmes autochtones du Canada

Faits en bref

  • Les peuples autochtones sont des chefs de file dans la lutte et la résilience aux changements climatiques au Canada, bien qu’ils soient les plus vulnérables aux changements climatiques.

  • L’investissement du Canada dans le point de contact avec les peuples autochtones à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques sera versé à compter de 2019.

  • Le Canada a joué un rôle de chef de file dans le lancement de la Plateforme des communautés locales et des peuples autochtones lors de la COP23, dont le rôle consiste à accroître les connaissances; à faciliter l’échange des pratiques exemplaires et des leçons tirées, et à accroître la participation des peuples autochtones au processus de la conférence des Nations Unies sur le climat.

  • Les budgets de 2016 et de 2017 ont annoncé un investissement total de 220,6 millions de dollars pour permettre à Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord Canada de créer cinq nouveaux programmes au titre du Cadre pancanadien sur la croissance propre et les changements climatiques.

Liens connexes

Personnes-ressources

Caroline Thériault
Directrice par intérim des communications
Cabinet de la ministre de l’Environnement et du Changement climatique
613-462-5473
caroline.theriault2@canada.ca

Relations avec les médias
Environnement et Changement climatique Canada
819-938-3338 ou 1-844-836-7799 (sans frais)
ec.media.ec@canada.ca

Page Twitter d’Environnement et Changement climatique Canada

Page Facebook d’Environnement et Changement climatique Canada


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :