Les scientifiques du Canada concluent que les changements climatiques d’origine anthropique ont eu d’importantes répercussions sur les feux de forêt en Colombie-Britannique

Communiqué de presse

Le 8 janvier 2019 – Gatineau (Québec)

Des scientifiques d’Environnement et Changement climatique Canada ont récemment réalisé une étude concernant l’influence des changements climatiques d’origine anthropique sur la saison des feux de forêt de 2017 en Colombie-Britannique. L’étude publiée dans Earth’s Future (en anglais seulement) révèle que l’influence exercée par les humains sur le climat a joué un rôle majeur dans la saison exceptionnelle des feux de forêt de 2017 et qu’elle a considérablement accru le risque de feux de forêt. Au terme de la saison, la superficie brûlée a été de sept à onze fois supérieure à celle attendue lorsque l’influence exercée par les humains sur le climat n’est pas prise en compte.

L’étude a été menée par des chercheurs d’Environnement et Changement climatique Canada et du Pacific Climate Impacts Consortium de l’Université de Victoria, qui ont eu recours à des simulations climatiques pour comparer deux scénarios : un premier comportant un niveau réaliste d’influence humaine sur le climat, et un autre reposant sur un niveau minimal d’influence humaine. Les chercheurs ont ainsi pu déterminer que les changements climatiques d’origine anthropique avaient augmenté de plus de vingt fois la probabilité d’occurrence des températures estivales extrêmes au cours de la saison des feux de forêt de 2017 en Colombie-Britannique. Les températures anormalement élevées, combinées à des conditions sèches, augmentent la probabilité qu’un incendie se déclenche et se propage.

Dans le cadre de la même étude, les chercheurs ont également conclu que l’influence humaine sur les changements climatiques menant à des feux de forêt extrêmes est une tendance susceptible de s’intensifier si aucune mesure n’est prise.

Lors de la saison exceptionnelle des feux de forêt de 2017 en Colombie-Britannique, 65 000 personnes ont dû être évacuées de leur domicile, et des millions d’autres ont été exposées à un air vicié par la fumée dangereux pour la santé humaine. En 2017, 1,2 million d’hectares ont brûlé, et ce nombre record sera battu en 2018.

Citations

« Alors que le climat continue de se réchauffer, nous pouvons nous attendre à de plus en plus de saisons de feux de forêt extrêmes et coûteuses, comme celle qu’a connue la Colombie-Britannique en 2017. Cela aura des répercussions croissantes sur de nombreux secteurs, comme la gestion des ressources forestières, la santé publique et les infrastructures. »

– Megan Kirchmeier-Young, chercheuse, Environnement et Changement climatique Canada

Liens connexes

Personnes-ressources

Sabrina Kim
Attachée de presse
Cabinet de la ministre de l’Environnement et du Changement climatique
819-743-7138
sabrina.kim2@canada.ca

Relations avec les médias
Environnement et Changement climatique Canada
819-938-3338 ou 1-844-836-7799 (sans frais)
ec.media.ec@canada.ca

Page Twitter d’Environnement et Changement climatique Canada

Page Facebook d’Environnement et Changement climatique Canada

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :