Initiative mondiale sur le méthane

Titre officiel : Initiative mondiale sur le méthane (IMM)

Catégorie du sujet :
Changements climatiques
Type d’accord / d’instrument :
Multilatéral
Forme :
Initiative internationale volontaire
État :
Le Canada s’est joint au partenariat en juillet 2005.
Le Canada est devenu coprésident du comité directeur de l’IMM en 2016 pour une période initiale de deux ans. En 2018, le Canada a accepté la coprésidence pour un deuxième mandat de deux ans.
Ministère responsable et ministères partenaires :
Ministère responsable :
Environnement et Changement climatique Canada
Ministères partenaires :
Ressources naturelles Canada, Agriculture et Agroalimentaire Canada, Coalition pour le climat et l’air pur, Commission économique des Nations Unies pour l’Europe
Autres renseignements :
Liens Web :
Personnes-ressources :
Informathèque d’ECCC
L’édition du recueil :
Janvier 2020
Le numéro de référence :
D4/FR

Résumé en langage clair

L’Initiative mondiale sur le méthane (IMM) est un partenariat international qui regroupe 45 gouvernements partenaires et plus de 700 membres non gouvernementaux voués à la réduction des émissions de méthane ainsi qu’à la récupération du méthane et à son utilisation comme source d’énergie propre. Le Canada agit à titre de coprésident depuis 2016 et s’est engagé à le faire jusqu’en 2020. À ce titre, le Canada encourage la prise de mesures à l’échelle nationale et internationale afin de réduire les émissions de méthane, un polluant de courte durée ayant un effet sur le climat et un précurseur de l’ozone troposphérique. Le comité directeur de l’IMM, coprésidé par le Canada, encadre trois sous-comités concernant des secteurs où la réduction des émissions est une priorité, soit : le secteur du pétrole et du gaz, le secteur du biogaz (qui comprend les groupes techniques sur l’agriculture, les sites d’enfouissement municipaux et les eaux usées) et le secteur des mines de charbon.

Objectif

L’IMM vise à réduire les émissions mondiales de méthane et à faire progresser la réduction, la récupération et l’utilisation du méthane en tant que précieuse source d’énergie propre. À cette fin, l’IMM crée un réseau international de gouvernements partenaires, de membres du secteur privé, de banques de développement, d’universités et d’organisations non gouvernementales afin d’effectuer des évaluations, de renforcer les capacités, de créer des partenariats et d’échanger de l’information pour favoriser l’élaboration de projets sur la réduction du méthane dans les pays partenaires.

L’IMM a récemment lancé le Défi mondial sur le méthane, dont l’objectif est d’encourager la prise de mesures ambitieuses pour réduire les émissions de méthane et de mettre en valeur les politiques et les technologies utilisées pour réduire les émissions de méthane dans le monde entier.

En collaboration avec d’autres organisations internationales, l’Initiative a forgé des alliances clés avec des partenaires tels que la Commission économique pour l’Europe des Nations Unies (CEENU) et la Coalition pour le climat et l’air pur (CCAP) (en anglais) afin de réduire les émissions mondiales de méthane. Il est rentable de concentrer les efforts collectifs sur les sources d’émission de méthane afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) et des polluants climatiques de courte durée de vie (PCDV), d’accroître la sécurité énergétique, de renforcer la croissance économique, ainsi que d’améliorer la qualité de l’air et la sécurité des travailleurs.

Le méthane est un puissant gaz à effet de serre, ainsi qu’un précurseur de l’ozone troposphérique, lequel est l’un des principaux constituants du smog. En tant que polluant climatique à courte durée de vie (PCDV), le méthane a une durée de vie dans l’atmosphère plus courte que celle du CO2 et d’autres GES persistants, ce qui signifie qu’une prise de mesures pour réduire les émissions de méthane peut avoir des répercussions bénéfiques sur le climat en quelques années seulement. La réduction des émissions de méthane peut également améliorer la qualité de l’air.

Éléments principaux

En tant que pays partenaire, le Canada est appelé à participer activement aux événements parrainés par l’IMM, à collaborer avec ses partenaires afin de trouver des solutions rentables d’atténuation et à communiquer ses progrès et ses activités aux autres membres.

En tant que coprésident, le Canada s’est engagé à fournir des conseils stratégiques à l’ensemble de l’IMM en établissant des liens entre les partenaires concernés (gouvernements, milieu universitaire, secteur privé, etc.) afin de faire progresser la réduction et l’utilisation du méthane à l’échelle mondiale. Le Canada organise régulièrement des réunions avec les partenaires de l’IMM afin de renforcer les partenariats, d’échanger de l’information et de mettre en vedette les technologies innovatrices visant à réduire et/ou à utiliser le méthane.

Le partenariat est axé sur cinq grandes sources de méthane :

  • agriculture;
  • mines de charbon;
  • déchets solides;
  • eaux usées;
  • réseaux pétroliers et gaziers.

Résultats attendus

Les résultats attendus du partenariat comprennent les suivants :

  • un réseau international de partenaires (États membres, société civile, institutions financières, universités et secteur privé) pour partager l’expérience et l’expertise en technologies de réduction du méthane, renforcer les capacités et régler les problèmes liés à la réalisation de projets;
  • la création d’un centre d’échanges de projets prêts à démarrer partout dans le monde par l’intermédiaire de la réalisation d’études de faisabilité de projets de réduction du méthane dans les cinq principaux secteurs produisant des émissions de méthane;
  • la mise en oeuvre de projets qui réduisent fortement les émissions de méthane;
  • des débouchés commerciaux pour les créateurs et exportateurs de technologies d’énergie propre;
  • le mouvement mondial accru et plus de mesures prises en ce qui concerne le méthane et d’autres polluants climatiques de courte durée de vie par la collaboration avec d’autres organisations internationales, notamment la CCAP et la CEENU;
  • des mesures concrètes, prises de façon volontaire, notamment dans le cadre du nouveau Défi mondial sur le méthane, seront évaluées au moyen d’indicateurs tangibles afin de suivre l’ampleur des progrès réalisés. Cela viendra également compléter les efforts de réduction déjà déployés.

Participation du Canada

Le Canada copréside l’IMM depuis 2018 et en est un membre actif depuis 2005. À la dernière réunion du comité directeur de l’IMM, qui a eu lieu au printemps de 2018, le Canada a accepté un terme supplémentaire de deux ans en tant que coprésident de l’IMM, c’est-à-dire jusqu’en 2020. Des délégués d’ECCC coprésident également les sous-comités de l’IMM sur le pétrole, les gaz et les biogaz, et y participent au nom du Canada.

En avril 2018, le Canada a accueilli, conjointement avec l’IMM et la Coalition pour le climat et l’air pur (CCAP), le Forum mondial sur le méthane (FMM) à Toronto. Le FMM est un événement mondial réputé consacré à la discussion et à l’avancement de la réduction du méthane, de la science, de l’innovation technologique, du financement et de tout autre enjeu pertinent. Près de 400 participants de 51 pays ont participé au FMM de 2018.

Fort de ce succès, le Canada appuie le secrétariat de l’IMM et la Commission économique des Nations Unies pour l’Europe (CENUE) dans la planification du prochain Forum mondial sur le méthane, qui aura lieu à Genève, du 23 au 27 mars 2020.

Par son leadership et sa participation à l’IMM, le Canada soutient des mesures mondiales d’atténuation du méthane grâce à des initiatives de renforcement des capacités, à l’échange de connaissances et d’information, ainsi qu’à la création et à la mise en oeuvre de technologies d’énergie propre issues de projets en partenariat public-privé., À titre de coprésident du comité directeur, le Canada joue également un rôle clé en assurant l’orientation stratégique de l’organisation conjointement avec son coprésident mexicain. Ce travail consiste notamment à appuyer l’engagement de l’IMM et de la CCAP à accroître leur collaboration, en s’inspirant des synergies et en évitant les dédoublements.

Le Canada a accueilli une réunion du comité directeur, à Montréal, en octobre 2014, et appuyé les travaux qui ont mené à l’adoption du nouveau mandat, en mars 2016.

Grâce à sa participation au sous-comité du secteur du pétrole et du gaz, le Canada a aidé la CCAP à créer le Partenariat sur le méthane dans le secteur du pétrole et du gaz (en anglais), qui a vu le jour en 2014. Le Canada continue de prendre part à cette initiative à titre de partenaire principal

Entre 2007 et 2012, le Canada a investi plus de 2,5 millions de dollars dans des projets de réduction des émissions de méthane par l’intermédiaire de l’IMM. À cet investissement se sont ajoutés plus de 12 millions de dollars en contributions d’autres partenaires publics et privés. Ces projets comprennent un vaste éventail d’activités visant à aider à réduire les émissions fugitives de méthane, en particulier dans le secteur pétrolier et gazier en Chine, au Mexique, et dans le secteur des sites d’enfouissement au Mexique.

Résultats et progrès

Activités

  • Prolongation du mandat du Canada à titre de coprésident jusqu’en 2020
  • Accueil du Forum mondial sur le méthane en avril 2018 à Toronto
  • Lancement du Défi mondial sur le méthane en 2018
  • Réunions du comité directeur en 2017, 2018 et 2019

Rapports

Le groupe de soutien administratif de l’IMM hébergé par l’Environmental Protection Agency américaine tient une base de données électronique des rapports, des outils et des ressources (en anglais) des rencontres, conférences et événements de l’IMM.

Résultats

Depuis sa création en 2004, l’IMM a obtenu les résultats suivants :

  • près de 600 millions de dollars obtenus auprès d’entreprises privées et d’institutions financières par les membres du Réseau de développement de l’IMM;
  • la contribution à la réduction des émissions de méthane de plus de 370 Mt d’équivalent CO2 depuis 2004;
  • l’élaboration de plus de 50 outils et publications;
  • la réalisation de plus de 600 évaluations de ressources, études de faisabilité, visites sur place et voyages d’études;
  • nombre de membres en hausse, avec 42 pays membres (dont certaines économies émergentes importantes comme la Chine, l’Inde, le Brésil et le Mexique), qui sont responsables de près de 70 % des émissions de méthane;
  • réseau de projets de plus de 700 partenaires privés participant activement aux activités de l’IMM.
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :