Changements dans les précipitations

Les précipitations annuelles moyennes ont augmenté partout au Canada. En raison des changements climatiques continus, les précipitations futures devraient augmenter dans certaines régions et saisons, mais diminuer dans d’autres.

Concepts relatifs aux précipitations

Toute eau qui tombe des nuages et atteint le sol est une forme de précipitation. Les précipitations peuvent être liquides ou solides et comprennent la pluie, la neige, la pluie verglaçante, la grêle et la bruine.

Les précipitations sont habituellement mesurées en millimètres (mm), mais celles qui tombent sous forme de neige peuvent être mesurées en centimètres (cm), puis converties en l’équivalent en eau en millimètres.

Le changement dans les précipitations correspond à la hausse ou à la baisse des précipitations par rapport à une période de référence donnée. La période de référence nous aide à mesurer la variation au fil du temps.

Régimes des changements de précipitations au Canada

Les précipitations annuelles moyennes ont augmenté au Canada entre 1948 et 2012. Le Nord canadien a connu la plus importante hausse relative en matière de précipitations. Des augmentations importantes au niveau des précipitations ont également été observées dans certaines parties du Sud du Canada, y compris l’Est du Manitoba, l’Ouest et le Sud de l’Ontario et le Canada atlantique.

Les changements futurs en matière de précipitations devraient varier selon la région et la saison. À la différence des précipitations, la température devrait augmenter partout pour toutes les saisons. À court terme, on prévoit une légère augmentation des précipitations pour toutes les saisons, avec des augmentations plus importantes dans le Nord-Est du Canada. Au cours de la deuxième moitié du 21e siècle, les changements projetés dans les précipitations sont influencés par le scénario d’émissions. Dans un scénario de faibles émissions, on prévoit de faibles augmentations des précipitations. Dans un scénario d’émissions élevées, on prévoit une augmentation plus importante des précipitations annuelles et hivernales. Toutefois, on prévoit une légère diminution des précipitations estivales dans les grandes régions du Sud du Canada.

La quantité de précipitations extrêmes de courte durée (un jour ou moins) devrait augmenter, l’augmentation la plus importante correspondant à un réchauffement plus prononcé.

Trouvez des données sur les précipitations dans le répertoire des ressources climatiques.

Figure 1 : Variation (en pourcentage) projetée des précipitations annuelles, par rapport à la période de référence s’étendant de 1986 à 2005. Les variations sont prévues pour la fin du siècle si on applique un scénario à fortes émissions mondiales.

Variation (en pourcentage) projetée des précipitations annuelles, par rapport à la période de référence s'étendant de 1986 à 2005. Les variations sont prévues pour la fin du siècle si on applique un scénario à fortes émissions mondiales.

Cette carte illustre les variations projetées des précipitations annuelles d’ici la fin du XXIe siècle pour l’ensemble de la masse continentale du Canada, par rapport à la période de référence allant de 1986 à 2005. L’ensemble de données employé pour cette carte est un ensemble de données mises à l’échelle de manière statistique à l’aide de la version 2 de la méthode de correction de biais / construction d'analogues, avec reclassification des quantiles (BCCAQ). Le scénario d’émission utilisé est le profil représentatif d’évolution de concentration (RCP) 8.5.

Description longue

Les couleurs sur la carte indiquent l'ampleur de la variation projetée. Les précipitations augmentent d’environ 8 % jusqu’à plus de 70 %. Les augmentations les plus importantes sont dans les régions nordiques, particulièrement sur l’île d’Ellesmere où elles sont supérieures à 70 %. Les augmentations les plus faibles sont constatées dans les Prairies et sur la côte sud-ouest de la Colombie-Britannique. 

Répercussions des changements de précipitations

Les changements dans les précipitations, tout comme les changements de température, peuvent avoir de nombreux effets, dont une hausse de la fréquence et de la gravité des inondations et des sécheresses.

Selon votre lieu de résidence, les inondations pourraient être causées par :

  • des pluies plus fréquentes et plus intenses, comme les pluies torrentielles lors d’orages;
  • davantage d’occurrences de pluie tombant sur la neige;
  • de nouveaux régimes de tempêtes.

Les inondations peuvent surcharger les infrastructures et avoir des incidences locales importantes sur la vie et les moyens de subsistance. Elles peuvent toucher les réseaux de transport, en perturbant l’accès et les chaînes d’approvisionnement, et contaminer l’eau.

Des sécheresses plus fréquentes et plus intenses réduiraient l’accessibilité à l’eau et sa qualité. Elles peuvent mener à une hausse du coût de l’eau ainsi qu’à une concurrence accrue pour l’accès à de l’eau de qualité pour la consommation, les activités liées à l’eau et le tourisme. Les sécheresses ont également des répercussions sur l’agriculture, les écosystèmes et les espèces sauvages.

Même des changements relativement mineurs aux régimes et aux quantités de précipitations peuvent avoir des effets importants, particulièrement si ces changements persistent au fil du temps. Par exemple, certaines plantes sont très sensibles aux fluctuations de l’humidité disponible. Les changements aux régimes et aux quantités de précipitations peuvent mener à des modifications considérables des écosystèmes avec le temps.

S’adapter aux changements de précipitations

Les Canadiens peuvent adopter différentes approches afin de s’adapter aux régimes changeants de précipitations :

  • les administrations municipales peuvent améliorer les infrastructures pour qu’elles résistent aux changements de la fréquence et de l’intensité des épisodes de pluie abondante;
  • les gouvernements peuvent limiter la construction dans les plaines inondables;
  • les collectivités peuvent se préparer à la hausse potentielle des périodes de sécheresse en adoptant de nouvelles technologies et méthodes de gestion de l’eau, telles que la gestion rigoureuse des systèmes naturels de drainage (p. ex. : les milieux humides) afin de conserver l’eau.

Une collaboration entre les collectivités, les gouvernements, l’industrie et les chercheurs est nécessaire pour accroître notre capacité d’adaptation aux sécheresses et aux inondations.

Liens connexes

Références
  • Environnement et Changement climatique Canada. 2017. Données et scénarios climatiques : Synthèse des observations et des résultats récents de modélisation. Gouvernement du Canada.
  • Gouvernement du Canada. 2018. Glossaire. Gouvernement du Canada.
  • Gouvernement du Canada. 2018. Rapport le climat changeant du Canada, (ed.) E. Bush and D.S. Lemmen. Ottawa, Ontario : Gouvernement du Canada.
  • Warren, F. J, et Lemmen, D. S. 2014. Vivre avec les changements climatiques au Canada : perspectives des secteurs relatives aux impacts et à l’adaptation. Ottawa, Ontario : Gouvernement du Canada.
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :