Manuel pour la gestion des populations de bernache du Canada et de bernache de Hutchins dans le sud du Canada : chapitre 1

3. Comprendre la bernache du canada

Avant la fin des années 1960, on considérait la bernache du Canada comme un visiteur temporaire dans le sud du Canada. À partir des années 1970, on a rétabli ou dans certains cas introduit des populations dans plusieurs régions du sud du Canada à des fins de chasse ou d’observation. Depuis, les bernaches du Canada nichant en zone tempérée ont prospérées sur les terres modifiés par les activités humaines dans le sud du Canada, et leur abondance a considérablement augmenté. Le paysage actuel leur fourni tout ce dont elles ont besoin ce qui explique qu’elles ont eu un tel succès. Que l’on pense à l’agriculture moderne qui leur fourni une nourriture de grande qualité en grande quantité disponible sur toute l’année. Le développement du littoral, où les forêts sont abattues pour donner lieu à des pelouses, procure nourriture aux oisons avec la sécurité que procurent les plans d’eau à proximité. Enfin, le développement urbain et suburbain fourni aux bernaches une protection contre les prédateurs naturels et les chasseurs.

Par exemple, dans la vallée du Bas-Fraser de la Colombie-Britannique, le nombre de bernaches du Canada signalées lors du Recensement des oiseaux de Noël de 1995 était 50 fois supérieur au nombre observé lors du recensement de 1965. Dans le sud de l’Ontario, la population nichant en zone tempérée est passée d’environ 2 000 au début des années 1970 à presque un demi-million en 2008. La population nichant en zone tempérée a aussi rapidement augmenté dans les Prairies canadiennes, dans le sud-ouest du Québec et au Nouveau-Brunswick. Ce phénomène n’est pas unique au Canada, mais s’est produit constamment depuis les 30 à 50 dernières années dans les régions habitées partout dans les zones tempérées de l’Amérique du Nord. Les populations de bernaches du Canada nichant dans le Nord ont également profité de la conversion de vastes superficies de forêts en cultures annuelles. De fait, les quantités énormes de nourriture maintenant disponibles sur les terres agricoles, lesquelles accroissent la survie hivernale et la reproduction, ont permis à de nombreuses populations d’oies et de bernaches nord-américaines d’atteindre des niveaux historiques.

La plupart des populations de bernaches du Canada se reproduisent dans des régions nordiques éloignées et migrent vers le sud pour y passer l’hiver : elles ne sont présentes dans le sud du Canada qu’au printemps et à l’automne. On qualifie couramment ces bernaches de migratrices. Par contre, d’autres bernaches du Canada passent toute l’année dans plusieurs régions et sont qualifiées de « résidantes ».  Bien que ces bernaches passent la totalité de l’année dans le sud du Canada, bon nombre d’entre elles peuvent migrer vers le sud durant de courtes périodes au plus fort de l’hiver. Contrairement aux croyances populaires, ces bernaches « résidantes » ne sont pas des bernaches migratrices qui ont cessé de migrer, mais elles résultent simplement de l’accroissement des populations reproductrices locales qui se sont établies à la suite de réintroductions ou de la croissance naturelle des populations. Comme les jeunes bernaches ont tendance à revenir nicher où elles ont été élevées et qu’elles apprennent de leurs parents les voies migratoires, ces populations locales continuent de croître d’une génération à l’autre.

4. Biologie de la bernache du Canada

4.1 Nourriture

Les bernaches du Canada sont herbivores. En milieu naturel, elles se nourrissent de pousses de graminées et autres plantes tendres, de graines et petits fruits ainsi que des plantes aquatiques. En milieu agricole, les bernaches s’alimentent de graminées, des grains cultivés et certaines cultures de légumes. L’été et l’automne, les bernaches consomment de grandes quantités de grains qui leur fournissent de l’énergie et les aident à accumuler des réserves de graisse, mais en été les bernaches adultes en mue et les oisons en croissance ont besoin de jeunes plants de graminées qui sont plus riches en protéine. Comme les graminées plus vieilles et plus grandes sont moins tendres et moins nutritives, les bernaches préfèrent les nouvelles pousses de graminées, d’où leur attirance pour les pelouses tondues. Au printemps, les bernaches en migration peuvent également s’alimenter dans les cultures céréalières, les pâturages fraîchement semés, se nourrir de jeunes plants de légumineuses et de maïs, et accumuler ainsi des réserves en protéines.

4.2 Importance de l'eau

Bien que la bernache se nourrisse surtout en milieu terrestre, elle niche habituellement près de l’eau et préfère les endroits isolés. La bernache utilise l’eau pour boire, se lisser les plumes et se baigner. Un plan d’eau lui offre la meilleure voie pour se sauver lorsqu’elle est menacée, particulièrement s’il s’agit d’un jeune incapable de voler ou d’un adulte en mue. Elle construit habituellement son nid au bord de l’eau ou à proximité; un nid entouré d’eau lui offre une excellente protection contre les prédateurs terrestres. Les îles situées dans des milieux humides constituent donc des sites de nidification de premier choix et peuvent présenter une forte densité de nids. Lorsque leurs oisons sont jeunes et les adultes incapables de voler, les bernaches s’éloignent alors rarement de l’eau. À partir du moment où les oisons commencent à voler, les bernaches se nourrissent le jour de graminées ou de plantes céréalières et passent généralement la nuit sur de grands plans d’eau.

4.3 Nidification

La période de nidification varie selon la région en fonction du climat local. Dans le sud-ouest de la Colombie-Britannique de même que le sud de l’Ontario, qui abritent de grandes populations de bernaches du Canada nichant en zone tempérée, les bernaches s’accouplent et établissent leur territoire du début jusqu’au milieu de mars. Dans les Prairies canadiennes, la nidification commence habituellement au début d’avril. La nidification commence plus tard pour les populations nichant dans le Nord, selon le moment où les conditions printanières s’installent dans leur aire de nidification. Les couples nicheurs ont tendance à utiliser la même aire de nidification d’une année à l’autre. Les bernaches qui se reproduisent pour la première fois (à l’âge de deux ou trois ans) font généralement leur nid à l’endroit où elles ont appris à voler pour la première fois. Le nid est habituellement constitué de graminées et d’autres végétaux grossièrement tissées et peut atteindre un mètre de diamètre. Les bernaches du Canada s’adaptent remarquablement bien à divers sites de nidification. Les habitats de nidification naturels sont les marais, les îles, les falaises et les arbres, mais on a également signalé des bernaches du Canada nichant sur des barges, des pieux, des balcons d’appartement, des boîtes à fleurs et des jardins situés sur des toits.

4.4 Ponte et élevage des oisons

Il prend un peu plus qu’une semaine pour une bernache pour pondre une complète couvée d’œufs. Chez les populations nichant en zone tempérée, les premiers couples peuvent débuter la ponte à la fin mars et les derniers l’auront complété à la fin avril; il est possible que la ponte se poursuivre jusqu’à la fin mai. Certaines années, le temps doux peut permettre la nidification en février. Un nid contient en moyenne cinq ou six œufs (taille d’une couvée), mais il peut parfois en contenir plus de dix. L’incubation dure environ 25 jours, et l’éclosion culmine du début au milieu de mai. On appelle couvée l’ensemble des oisons d’un couple de bernaches. La période d’élevage des oisons, soit de l’éclosion jusqu’au moment où ils peuvent voler, dure environ deux mois.

4.5 Mue

Une fois par année, la bernache doit muer, c’est-à-dire remplacer les plumes de ses ailes, ce qui l’empêche de voler durant plusieurs semaines, soit entre le milieu de mai / début de juin et la fin de juillet. La plupart des bernaches sont en mue à la mi-juin. Durant la mue, les adultes sont incapables de voler pour une période de quatre à six semaines; comme ils sont alors particulièrement vulnérables à la prédation, ils cherchent refuge dans des endroits sûrs. Les bernaches non reproductrices forment souvent de grands rassemblements en période de mue, tandis que les bernaches nicheuses dont les œufs ont éclos avec succès resteront près du nid pour muer tout en élevant leurs oisons. Ces adultes retrouveront leur capacité de voler à peu près au même moment que leurs jeunes apprennent à voler. À ce moment-là, les jeunes et les adultes se déplacent dans des milieux urbains et suburbains et dans des zones agricoles à proximité pour s’y nourrir afin d’accumuler des réserves de gras en vue de l’hiver.

4.6 Migration

Les bernaches du Canada et les bernaches de Hutchins nichant dans le Nord font leur nid dans des régions arctiques et subarctiques et passent l’hiver principalement aux États-Unis. Durant leurs migrations printanière et automnale, elles passent plusieurs semaines dans le sud du Canada pour s’y nourrir et se constituer des réserves. Au printemps, les bernaches migratrices arrivent dans le sud du Canada à partir de la fin mars, et elles repartent habituellement en avril pour leurs aires de nidification dans le nord. Au printemps, elles peuvent se nourrir de jeunes pousses de cultures récemment ensemencées. À l’automne, elles commencent à arriver dans le sud du Canada à la fin de septembre où elles peuvent rester jusqu’à ce que les plans d’eau gèlent. Elles se nourrissent alors surtout dans les champs où on retrouve des grains cultivés tombés au sol. En général, la plupart des cultures ont été récoltées lorsque les bernaches migratrices arrivent à l’automne,  de sorte qu’elles peuvent s’alimenter sur les terres agricoles sans causer de problème. De plus, comme elles sont chassées à l’automne, elles entrent moins en conflit avec les humains qu’au printemps. Les bernaches nichant en zone tempérée n’effectuent pas de migration annuelle sur de longues distances comme leurs congénères nichant dans le Nord, mais les individus nichant en zone tempérée qui ne sont pas encore en âge de se reproduire migrent souvent vers le nord sur plusieurs centaines de kilomètres ou plus pour muer, et certaines peuvent migrer vers le sud l’hiver lorsque les conditions sont rigoureuses et que ni eau libre ni nourriture ne sont disponibles.

4.7 Croissance des populations et facteurs limitatifs

L’abondante nourriture qu’offre l’agriculture moderne a permis à la plupart des populations de bernaches de l’Amérique du Nord de prospérer et d’atteindre des effectifs élevés. Avant que cette quantité de nourriture pratiquement illimitée ne soit devenue disponible, la croissance des populations était restreinte dans une certaine mesure par la faible survie hivernale ou le manque de réserves en nutriments à consacrer à la ponte durant la saison de reproduction. Comme les bernaches du Canada et les bernaches de Hutchins nichant dans le Nord doivent composer avec des conditions météorologiques plus imprévisibles que les bernaches nichant en zone tempérée, leur succès de reproduction est plus variable d’une année à l’autre; la plupart de ces populations tendent à être relativement stables. Les mauvaises conditions météorologiques constituent un facteur moins limitatif pour les bernaches nichant en zone tempérée, de sorte que ces dernières sont plus susceptibles d’avoir chaque année des couvées entières qui éclosent. Cette production constante de jeunes signifie que les populations augmentent rapidement. De plus, les pertes d’adultes, d’œufs et d’oisons tués par les prédateurs sont souvent moins élevées chez les bernaches nichant en zone tempérée, particulièrement dans les zones urbaines.

Le taux de survie des adultes constitue un des plus importants facteurs qui limitent la croissance des populations de bernaches. Les bernaches commencent habituellement à se reproduire à l’âge de deux ou de trois ans et elles peuvent vivre jusqu’à vingt ans ou plus. Elles nichent chaque année et, si elles réussissent leur nidification, elles produisent une nouvelle couvée d’oisons : le nombre de jeunes produits par un couple au bout de vingt ans peut être considérable. Comme la chasse est la plus importante cause de mortalité des adultes, on peut gérer la taille des populations dans une certaine mesure en modifiant les règlements de chasse pour augmenter la récolte. Une des raisons pour lesquelles les populations urbaines augmentent rapidement, c’est que ces bernaches ne subissent pas une pression de chasse aussi forte que leurs congénères ruraux ou migrateurs. On a imposé des restrictions sur la chasse à la bernache ces dernières années en interdisant la chasse dans des secteurs où elle était permise auparavant et en adoptant des règlements municipaux qui interdisent la décharge d’armes à feu dans les zones urbaines et suburbaines, ce qui a beaucoup contribué à la croissance des populations.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :