Manuel pour la gestion des populations de bernache du Canada et de bernache de Hutchins dans le sud du Canada : chapitre 2


5. Gestion des bernaches

Pour gérer les nuisances causées par la bernache du Canada, il faut d’abord identifier les individus qui posent problème, puis choisir et appliquer les bonnes techniques pour les dissuader d’utiliser les lieux. Bien que la quantité d’habitat propice soit un facteur déterminant du nombre de bernaches dans un secteur donné, le nombre de bernaches considérées comme problématiques dépend de la façon dont elles sont perçues par les propriétaires fonciers et les utilisateurs des lieux. Dans certaines situations, comme sur les balcons d’appartement, un seul couple de bernaches nicheuses est considéré inacceptable. Par contre, des bernaches nichant sur de grandes terres humides à accès public limité sont tolérées, voire encouragées.

En plus des différences dans la perception des bernaches comme étant un problème, il y a aussi une nette différence entre les régions urbaines et les régions rurales pour ce qui est de l’opinion publique concernant les méthodes de gestion acceptables. Cette différence, qui est probablement associée à l’ampleur des pertes financières causées par les bernaches dans les zones rurales/agricoles, complique la gestion des bernaches à l’échelle régionale. De plus, des groupes d’intérêt peuvent demander certaines pratiques de gestion et s’opposer à d’autres pratiques.

Par conséquent, la gestion d’une espèce très en vue comme la bernache du Canada nécessite des activités de communication pour justifier les programmes de gestion auprès du public. La gestion de cette espèce doit être une initiative communautaire coordonnée qui est mise en œuvre grâce à la collaboration entre les organismes provinciaux, municipaux, publics et privés concernés. Il est également essentiel de dissuader les bernaches au bon moment et d’adopter une approche intégrant différentes techniques pour bien gérer une population de bernaches.

6. Aspect saisonnier des mesures de dissuasion

En raison des différences de comportement de la bernache selon les saisons, certaines méthodes de gestion sont plus appropriées que d’autres pour une saison donnée. Par exemple, l’effarouchage est une méthode peu efficace lorsque les bernaches couvent leurs œufs ou élèvent leurs petits, car elles sont peu disposées à quitter leur nid ou leurs oisons. De même, les techniques d’effarouchement sont beaucoup moins efficaces lorsque les bernaches muent puisqu’elles sont alors incapables de voler vers un autre endroit. Les mesures de dissuasion les plus efficaces sont celles qui sont appliquées au bon moment.

6.1 Début du printemps: rendre les lieux d'alimentation moins attrayants

  • Cette méthode convient à toutes les saisons, mais il est recommandé de l’appliquer avant que les bernaches arrivent et commencent à établir leurs territoires.
  • Modifiez l’aménagement paysager tel qu’indiqué à la section 7.1.2.
  • S’il n’est pas possible de modifier l’aménagement paysager, comme dans le cas de terres agricoles ou de terrains de golf, commencez à effaroucher les bernaches dès qu’elles arrivent afin de les empêcher de s’habituer à utiliser les lieux.

6.2 Début du printemps: empêcher la nidification

  • Commencez tôt à dissuader les bernaches, car les couples peuvent se choisir un site de nidification dès février. Vers le milieu ou la fin de mars, la plupart des couples ont déjà établi leur territoire de nidification.
  • Découragez la nidification en utilisant des techniques de modification de l’habitat et d’effarouchement (voir les sections 7.1.2 et 7.1.3. Certaines techniques d’effarouchement nécessitent un permis.
  • Éviter de créer des sites propices à la nidification, comme des îles artificielles dans des lacs ou des étangs. Un permis émis par Environnement Canada est requis pour le recours à cette technique.

6.3 Fin du printemps: empêcher l'éclosion des œufs

  • Les techniques pour empêcher l’éclosion des œufs sont présentées dans la section 7.2.2.

6.4 Fin du printemps et début de l'été : éloigner les bernaches en pré-mue en les effarouchant

  • Les bernaches en mue commencent à se rassembler vers la fin de mai. Une fois établies, ces bernaches sont très difficiles à déloger.
  • Cherchez les rassemblements de bernaches sur les plans d’eau et dans les champs qui offrent un accès dégagé vers l’eau.
  • Au début de mai, commencez à examiner le terrain régulièrement afin de trouver des rassemblements de bernaches en prémue.
  • Pour décourager ces rassemblements, il est essentiel d’entreprendre un programme d’effarouchement dès qu’on remarque ces rassemblements et avant que les bernaches ne soient incapables de voler.
  • Il peut être nécessaire de les effaroucher fréquemment (tous les jours) pour s'assurer que les rassemblements de bernaches en mue ne s'installent pas là où leur présence est indésirable.

6.5 Début de l'été : ériger des barrières

  • Les bernaches sont réticentes à voler au-dessus des barrières lorsqu’elles sont accompagnées de leurs jeunes oisons qui ne volent pas encore. Elles marchent plutôt entre l’eau et leurs zones d’alimentation pour ne pas les laisser seuls.
  • Tenez les oisons à l’écart des endroits désignés à l’aide de barrières (voir la section 7.1.2).

6.6 Été : Attirer les bernaches ailleurs

  • Si vous attirez les bernaches vers d’autres aires d’alimentation où poussent les plantes qu’elles préfèrent, les techniques d’effarouchement des bernaches et de modification de leur habitat seront plus efficaces.
  • Ces autres aires d’alimentation peuvent être situées dans des zones de chasse ou dans des endroits où la présence des bernaches n’est pas perçue comme un problème.
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :