Stratégie de conservation des oiseaux de la région 12 : forêt mixte boréale de l'Ontario et du Manitoba

- Version abrégée -

photo de couverture

La version abrégée de la stratégie disponible ici contient un résumé des résultats, mais ne comprend pas une analyse des besoins de conservation par habitat, une discussion sur les problèmes de conservation généralisés, ou l'identification des besoins en matière de recherche et de surveillance.

Préface

Environnement et Changement climatique Canada (ECCC) a dirigé l’élaboration de stratégies pour la conservation de tous les oiseaux dans chacune des régions de conservation des oiseaux (RCO) situées sur le territoire canadien, en ébauchant de nouvelles stratégies qui, avec les stratégies déjà existantes, ont été intégrées à un cadre global de conservation de toutes les espèces aviaires. Ces stratégies intégrées de conservation de tous les oiseaux serviront d’assise à la mise en œuvre des programmes de conservation de l’avifaune au Canada, en plus d’orienter le soutien apporté par le Canada aux mesures de conservation déployées dans les autres pays importants pour les oiseaux migrateurs du Canada. La contribution des partenaires de conservation d’EC aux stratégies est tout aussi essentielle que leur collaboration à la mise en œuvre des recommandations contenues dans les stratégies.

Pour assurer l’emploi d’une méthode uniforme dans toutes les RCO, EC a établi des normes nationales pour la conception des stratégies. Les stratégies de conservation des oiseaux serviront de toile de fond à l’établissement, pour chaque RCO, de plans de mise en œuvre qui s’appuieront sur les programmes actuellement exécutés sous l’égide des plans conjoints ou d’autres mécanismes de partenariat. Les propriétaires fonciers, y compris les Autochtones, seront consultés avant la mise en œuvre des stratégies.

Les objectifs de conservation et les mesures recommandées dans les stratégies de conservation constitueront le fondement biologique qui soutiendra la formulation des lignes directrices et des pratiques de gestion bénéfiques favorisant l’observation des règlements d’application de la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs. De plus, ces stratégies orienteront les mesures de conservation envisagées dans le document État des populations d'oiseaux du Canada, 2012 (Initiative de conservation des oiseaux de l'Amérique du Nord, 2012), qui souligne les fortes influences, tant positives que négatives, de l'activité humaine sur les populations d'oiseaux, et présente des solutions pour faire en sorte que les oiseaux communs le demeurent et pour rétablir les populations en déclin.

Remerciements

Brigitte Collins et Paul Smith sont les principaux auteurs du présent document, qui s’appuie sur des modèles élaborés par Alaine Camfield, Judith Kennedy et Elsie Krebs, avec l’aide des planificateurs des RCO dans chacune des régions du Service canadien de la faune au Canada. Un travail de cette envergure ne pourrait être accompli sans l’apport d’autres collègues qui ont fourni ou validé l’information technique, commenté les versions antérieures de la stratégie et soutenu le processus de planification. Nous tenons à remercier les personnes suivantes : Graham Bryan, Mike Cadman, Alaine Camfield, Lesley Carpenter, Jean-Michel DeVink, Britt Dupuis, Christian Friis, Jeanette Goulet, Krista Holmes, Jack Hughes, Judith Kennedy, Sarah Mainguy, Shawn Meyer, Jocelyn Neysmith, Marie-France Noel, Michele Rodrick, Daniel Rokitnicki-Wojcik, Richard Russell, Paul Watton, Chris Wedeles, Russ Weeber, D.V. Weseloh et Scott Wilson.

Stratégie de conservation des oiseaux pour la région de conservation des oiseaux 12 de la région de l'Ontario et du Manitoba : Forêt mixte boréale

Carte

Description longue pour la carte

Carte des régions de conservation des oiseaux (RCO) du Canada, avec la RCO 12 de la région de l'Ontario : Forêt mixte boréale mise en évidence.  L'étendue de la carte comprend le Canada; l'Alaska, le Groenland et la partie nord des États-Unis y figurent également. La carte est divisée en RCO - il en existe 12 au total au Canada - de couleurs différentes. Leur grandeur et leur emplacement exacts sont difficiles à percevoir, à l'exception de celle de la RCO 12 de l'Ontario.

La RCO 12 de la région de l'Ontario, qui est mise en évidence, est divisée en deux sections. La partie est s'étend du centre de l'Ontario, de Perth (à l'est) jusqu'à New Liskeard (au nord), et tout le long de la rive nord de la baie Georgienne jusqu'à Wawa au bord du lac Supérieur. La partie ouest, elle, s'étend de Thunder Bay (à l'est) jusqu'à Winnipeg (à l'ouest), et de la frontière des États-Unis jusqu'au lac Seul au nord.

Légende : Régions de conservation des oiseaux du Canada. 12ON - Forêt mixte boréale; logo d'Environnement Canada et logo du gouvernement du Canada.

Sommaire

La région de conservation des oiseaux de la Forêt mixte boréale (RCO 12) couvre une superficie d’environ 611 300 km2 s’étendant depuis le Québec jusque dans le Manitoba, et dans le nord des États-Unis. La présente stratégie concerne la partie importante de cette région se trouvant en Ontario, soit environ 28 % de la RCO, et la petite partie se trouvant au Manitoba (2 %), une autre stratégie ayant été élaborée pour la partie québécoise de la RCO 12. Bien que l’information de référence et les données utilisées dans les analyses de cette stratégie se rapportent en grande partie à la seule portion ontarienne de la RCO, nous avons considéré qu’elles étaient suffisamment représentatives de la portion manitobaine de cette RCO. Les stratégies établies pour les RCO offrent un cadre pour mettre en œuvre la conservation des oiseaux à l'échelle nationale, et déterminent en outre les problèmes internationaux de conservation concernant les oiseaux prioritaires au Canada.

La portion ontarienne de la RCO 12 (RCO 12-ON) comprend divers habitats forestiers du Bouclier précambrien, parsemés de nombreux lacs, cours d’eau et milieux humides. Les forêts de la région sont principalement mixtes, et comprennent des éléments des forêts tempérées, au sud, et des forêts boréales, plus au nord. L’avifaune de la région reflète cette transition : on y trouve des espèces d’oiseaux terrestres qui sont caractéristiques des forêts conifériennes et des forêts feuillues. Par ailleurs, les nombreux lacs (dont les lacs Huron et Supérieur), cours d’eau et milieux humides sont utilisés par un assemblage diversifié de sauvagine, d’oiseaux aquatiques et d’oiseaux de rivage.

Dans la RCO 12 ON, deux cent soixante (260) espèces d'oiseaux nichent régulièrement, hivernent, passent toute l'année ou migrent chaque année à travers la région.Footnote[1] De ce nombre, 100 espèces sont désignées prioritaires dans cette RCO. Tous les groupes d’oiseaux sont représentés sur la liste des espèces prioritaires, les oiseaux terrestres y étant les plus nombreux (61 %). La liste comprend aussi des oiseaux aquatiques (15 %), de la sauvagine (17 %) et des oiseaux de rivage (7 %). Plus de la moitié des espèces de sauvagine (55 %) et des oiseaux aquatiques (52 %) présents dans la RCO 12-ON sont désignés prioritaires, comparativement à 36 % des oiseaux terrestres et à seulement 24 % des oiseaux de rivage. Parmi les 100 espèces prioritaires, 24 sont évaluées comme « en péril » par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC), 18 sont inscrites à la liste fédérale de la Loi sur les espèces en péril (LEP), et 23 figurent sur la liste de la Loi de 2007 sur les espèces en voie de disparition de l’Ontario au moment d’écrire la présente stratégie.

La détermination des besoins généraux en matière d’habitat de chaque espèce prioritaire dans la RCO permet de regrouper les espèces qui, sur le plan de l’habitat, présentent les mêmes problèmes de conservation ou nécessitent les mêmes mesures. Les espèces prioritaires utilisent 10 types d’habitats dans la RCO 12-ON. Les milieux humides sont utilisés par le plus grand nombre d’espèces prioritaires (28 %), tandis que les forêts mixtes, feuillues et conifériennes constituent les types d’habitats préférés de 27 %, 15 % et 15 % des espèces prioritaires, respectivement. Les plans d’eau, y compris les lacs Huron et Supérieur, sont utilisés largement par 21 % des espèces prioritaires.

Dans cette stratégie, les objectifs de population prennent la forme de catégories qui sont fondées sur une évaluation quantitative ou qualitative des tendances des populations des oiseaux. Une bonne partie de la RCO 12-ON est bien couverte par des relevés d’oiseaux à grande échelle, de sorte que la situation des populations de plusieurs des oiseaux de la région est suffisamment bien connue. Pour 31 % des espèces prioritaires, les données de surveillance indiquent des déclins avec un degré de certitude suffisant pour justifier l’établissement d’un objectif d’augmentation de la taille de leurs populations. En revanche, une seule espèce prioritaire présente des populations suffisamment abondantes pour justifier un objectif de réduction dans sa population, soit la Bernache du Canada, population nichant dans les zones tempérées dans l'Est du Canada. Maintenir les populations à leurs niveaux actuels est l’objectif pour 25 % des espèces prioritaires dans la RCO 12-ON, tandis que seulement 12 % se voient assigner l’objectif d’évaluer/maintenir leurs populations parce que les données de surveillance les concernant sont insuffisantes pour que puisse être proposé un autre objectif. Un objectif de rétablissement a été assigné à 23 % des espèces prioritaires, toutes des espèces en péril. Enfin, 8 % des espèces prioritaires sont considérées comme ne faisant que migrer à travers la RCO 12-ON et n’ont donc pas reçu d’objectif de population étant donné que les objectifs les concernant sont fixés dans les stratégies établies pour les RCO qui couvrent leur aire de reproduction.

Dans l’évaluation des menaces, un grand nombre et une grande diversité de problèmes de conservation pour les espèces prioritaires ont été identifiés dans les divers habitats de la RCO 12-ON. Les principales menaces affectant les espèces prioritaires concernent la perte et la dégradation d’habitats causées par divers facteurs, dont le développement résidentiel et commercial, l’utilisation des ressources biologiques, la pollution et les perturbations humaines. Pour certaines espèces prioritaires, le manque de données biologiques ou démographiques est aussi considéré comme un problème de conservation important dans la présente stratégie.

Les objectifs de conservation ont été conçus de manière à contrer les menaces affectant les espèces prioritaires de la région, et à combler les lacunes dans l’information les concernant. Pour de nombreuses espèces prioritaires, les objectifs ressemblent aux objectifs actuels d’aménagement forestier qui visent à assurer, dans chaque unité d’aménagement forestier et écorégion, que les divers types d’habitats et les caractéristiques des forêts soient maintenus à l’intérieur de l’échelle estimative de variation naturelle. Cette approche scientifique rigoureuse en matière d’aménagement forestier qui est appliquée dans la RCO 12-ON est considérée comme de toute première importance pour assurer la conservation des oiseaux dans la région. Il est également important de poursuivre les efforts visant à améliorer la surveillance des populations d’oiseaux et de leurs habitats afin de combler les lacunes dans l’information écologique et démographique concernant certaines espèces prioritaires.

Les mesures recommandées ont trait aux activités sur le terrain qui contribueront à l’atteinte des objectifs de conservation. Ces mesures sont établies d’un point de vue stratégique, au lieu d’être hautement détaillées et directives. Dans la mesure du possible, les mesures recommandées ont été élaborées pour bénéficier à plusieurs espèces ou pour lutter contre plus d’une menace. La majorité des mesures visent l’élaboration et la mise en œuvre de politiques et de règlements efficaces, et la promotion de l’élaboration et de l’utilisation de pratiques de gestion bénéfiques, la sensibilisation aux problèmes de conservation, l’établissement de partenariats, l’amélioration des connaissances scientifiques sur lesquelles reposent les décisions de gestion, et l’amélioration de la surveillance aux fins de détermination de l’efficacité des activités de conservation. Les mesures ciblant les menaces liées à l’exploitation forestière dans cette région visent à améliorer la mise en œuvre des lignes directrices existantes, ou à apporter de petites modifications au profit d’espèces prioritaires particulières.

Les espèces prioritaires de la RCO 12-ON sont aussi exposées à des menaces difficiles à analyser avec la méthodologie normalisée qui est utilisée dans la présente stratégie. Ces menaces comprennent des problématiques généralisées qui dans certains cas ne concernent pas qu’un seul type d’habitats (p. ex., les changements climatiques), le manque d’information sur certains oiseaux qui doit être comblé par des activités de recherche et de surveillance, ainsi que les menaces affectant les oiseaux migrateurs quand ils se trouvent à l’extérieur du Canada. Un aperçu de ces menaces, les espèces qu’elles touchent et les mesures de conservation recommandées les concernant sont aussi présentés.

Introduction : Stratégies de conservation des oiseaux

Contexte

Le présent document fait partie d’une série de stratégies régionales de conservation des oiseaux qu’Environnement et Changement climatique Canada a préparées pour toutes les régions du pays. Ces stratégies répondent au besoin qu’a Environnement et Changement climatique Canada d’établir des priorités de conservation des oiseaux qui soient intégrées et clairement formulées, afin de soutenir la mise en œuvre du programme canadien sur les oiseaux migrateurs, tant au pays qu’à l’échelle internationale. Cette série de stratégies prend appui sur les plans de conservation déjà établis pour les quatre groupes d’oiseaux (sauvagineFootnote[2] , oiseaux aquatiquesFootnote[3] oiseaux de rivageFootnote[4] et oiseaux terrestresFootnote[5]) dans la plupart des régions du Canada, et sur des plans nationaux et continentaux, et inclut les oiseaux qui relèvent des mandats provinciaux et territoriaux. De plus, ces nouvelles stratégies uniformisent les méthodes employées partout au Canada, en plus de combler des lacunes, puisque les plans régionaux précédents ne couvrent pas toutes les régions du Canada ni tous les groupes d’oiseaux.

Ces stratégies présentent un recueil des interventions requises selon le principe général préconisant l’atteinte des niveaux de population établis à partir de données scientifiques, principe promu par les quatre principales initiatives de conservation des oiseaux. Ces niveaux de population ne correspondent pas nécessairement aux populations minimales viables ou durables, mais sont représentatifs de l’état de l’habitat ou du paysage à une époque antérieure aux chutes démographiques importantes qu’ont connues récemment de nombreuses espèces, de sources connues ou inconnues. Les menaces dégagées dans ces stratégies ont été établies à partir de l’information scientifique actuellement disponible et d’avis d’experts. Les objectifs et les mesures de conservation correspondants vont contribuer à stabiliser les populations aux niveaux souhaités.

Les stratégies s’appliquant aux RCO ne sont pas des documents hautement directifs. En général, les praticiens devront consulter des sources d’information complémentaires à l’échelle locale afin d’obtenir suffisamment de détails pour pouvoir appliquer les recommandations des stratégies. Des outils comme des pratiques de gestion bénéfiques permettront aussi d’orienter la mise en œuvre des stratégies. Les partenaires qui souhaitent contribuer à mettre en œuvre ces stratégies, comme les participants aux plans conjoints des habitats établis dans le cadre du Plan nord américain de gestion de la sauvagine (PNAGS), connaissent bien le type de planification détaillée de la mise en œuvre nécessaire pour coordonner et accomplir le travail de terrain.

Structure de la stratégie

La Section 1 de la stratégie contient de l'information générale sur la RCO et la sous-région, avec un survol des six élémentsFootnote[6] qui résument l'état de la conservation des oiseaux à l'échelle de la sous-région. La Section 2 fournit des renseignements plus détaillés sur les menaces, les objectifs et les mesures à prendre pour des regroupements d'espèces prioritaires, constitués selon chacun des grands types d'habitats de la sous-région. La Section 3 présente d'autres problématiques généralisées liées à la conservation qui ne s'appliquent pas à un habitat en particulier ou qui n'ont pas été prises en compte lors de l'évaluation des menaces pour une espèce donnée, et traite des besoins en matière de recherche et de surveillance, de même que des menaces affectant les oiseaux migrateurs lorsqu'ils sont à l'extérieur du Canada. L'approche et la méthodologie sont résumées dans les annexes, mais sont exposées plus en détail dans un document distinct (Kennedy et coll., 2012). Une base de données nationale contient toute l'information sous-jacente résumée dans la présente stratégie (migratorybirds_oiseauxmigrateurs@ec.gc.ca).

Caractéristiques de la région de conservation des oiseaux 12 : Forêt mixte boréale

La partie canadienne de la Forêt mixte boréale (RCO 12) occupe la partie sud du Bouclier canadien depuis le Québec jusque dans le Manitoba (Figure 1). La RCO 12 couvre 611 300 km2, une grande portion (170 868 km², 28 %) se trouvant en Ontario (Ontario Partners in Flight, 2008). La portion ontarienne de la RCO 12 (RCO 12-ON) représente environ un cinquième (17 %) de la superficie terrestre de la province et est divisée en deux zones séparées. La zone sud, plus vaste, s’étend depuis le littoral est de la baie Georgienne et du lac Supérieur jusqu’à la rivière des Outaouais (la RCO 12 se prolongeant dans le Québec). La zone ouest s’étend depuis la rive ouest du lac Supérieur jusque dans le sud-est du Manitoba. Les deux zones de la RCO 12-ON et les quelque 12 0 00 km2 de la RCO 12 se trouvant au Manitoba sont traités dans la présente stratégie. Cependant, il est à noter que l’information de référence et les données utilisées dans les analyses de cette stratégie se rapportent en grande partie à la seule portion ontarienne de la RCO, et elles ont été jugées suffisamment représentatives de la portion manitobaine de cette RCO. De même, les objectifs et mesures de conservation recommandés ont été jugés applicables aux paysages de la portion manitobaine de la RCO. Une stratégie distincte a été élaborée pour la portion québécoise de la RCO 12 (Environnement et Changement climatique Canada, 2013).

Figure 1. Carte des modifications apportées aux limites de la RCO 12-ON : Forêt mixte boréale.

Nota : Aux fins de planification de la conservation, les limites des RCO de l'Ontario, définies à l'origine par l'ICOAN, ont été légèrement modifiées afin de correspondre aux limites des écodistricts du ministère des Richesses naturelles de l'Ontario.Footnote[7]

Carte

Description longue de la Figure 1

Carte des changements apportés aux limites des régions de conservation des oiseaux de l'Ontario. La carte montre l'ensemble de l'Ontario, l'est du Manitoba, l'ouest du Québec et la partie adjacente du nord des États-Unis; la baie James et la partie sud de la baie d'Hudson sont aussi visibles.

Les quatre sous-régions de conservation des oiseaux de l'Ontario (7 ON, 8 ON, 12 ON et 13 ON) sont illustrées, et leurs limites initiales et modifiées sont indiquées. Les écodistricts du ministère des Richesses naturelles de l'Ontario sont également mis en évidence.

La physiographie de la région est dominée par le Bouclier précambrien et présente un terrain rocheux accidenté et une topographie variée. La région compte plusieurs hauteurs notables, dont les hautes terres d'Algonquin dans le sud est, les sommets de la région de Temagami dont le chaînon Ishpatina et le mont Maple, les hautes terres d'Algoma à l'est du lac Supérieur, et le chaînon The Nor'Westers à l'ouest du lac Supérieur. La région présente des signes d'une activité glaciaire étendue : les affleurements rocheux, les sols minces et les tills sont communs dans toute la RCO 12 ON. Le paysage naturel de cette région est constitué d'une mosaïque de peuplements forestiers feuillus, mixtes et conifériens, parsemés de milieux humides ouverts, de prairies riveraines et de zones rocheuses dénudées. La matrice forestière renferme aussi nombre de lacs, rivières et ruisseaux (figure 2, Tableau 1).

Figure 2. Couverture terrestre de la RCO 12 ON.

Nota : Les zones riveraines ne figurent pas sur cette carte, car elles représentent une « zone » et non une véritable catégorie de couverture terrestre.

Carte

Description longue de la Figure 2

Carte de la couverture terrestre de la RCO 12 de la région de l'Ontario : Forêt mixte boréale.  La carte englobe une grande partie de l'Ontario, l'est du Manitoba, la partie sud de la baie James, le nord-ouest du Québec et la partie adjacente du nord des États-Unis; les limites des RCO adjacentes sont délimitées.

La RCO 12 de la région de l'Ontario est divisée en deux sections. La partie est s'étend du centre de l'Ontario, de Perth (à l'est) jusqu'à New Liskeard (au nord), et tout le long de la rive nord de la baie Georgienne jusqu'à Wawa au bord du lac Supérieur. La partie ouest, elle, s'étend de Thunder Bay (à l'est) jusqu'à Winnipeg (à l'ouest), et de la frontière des États-Unis jusqu'au lac Seul au nord.

Les différents types d'habitat qui existent dans la région de conservation des oiseaux sont représentés sur la carte, et sont expliquées dans la légende bilingue suivante (qui apparaît à droite de la carte) :

  • Coniferous / conifères
  • Deciduous / feuillus
  • Mixedwood / forêt mixte
  • Shrubs and early successional / arbustes et régénération
  • cultivate and managed areas/zones cultivées et aménagées
  • Wetlands / terres humides
  • Bare areas / denude
  • urban / urbain
  • Water bodies / plans d’eau

Le reste du texte de la légende comprend les sources d’information pour la carte (p. ex. Couverture du sol circa 2000 (CIT, 2009)), la projection de la carte (p. ex. UTM 16 (NAD 1983)) et il y a une représentation visuelle de l'échelle de la carte. Dans la RCO 12 ON, les types d'habitat les plus communs sont les forêts de feuillus (notamment dans la partie est), les forêts de conifères et les forêts mixtes (notamment dans la partie ouest).

Tableau 1. Principales catégories de couverture terrestre dans la RCO 12 ON et leurs proportions au niveau du paysage.
Catégorie d'habitat de la RCOFootnote[1] Catégories de couverture terrestre dans la province Aire (ha) % de la superficie totale
Forêt conifériennes Forêt de conifères dense 2 389 646 13,99 %
Forêt feuillus Forêt de feuillus dense 2 679 992 15,68 %
Forêt mixte Forêt mixte dense
Forêt - claire
7 819 472 45,76 %
Arbustes et régénération Épuisement des forêts - coupes/déboisés

Épuisement des forêts - brûlis

Forêts épuisées - en régénération
443 054 2,59 %
Zones cultivées et aménagées Agriculture - pâturage/champs abandonnés
Agriculture - terres cultivées
385 825 2,26 %
Zones dénudées Sable/gravier/résidus miniers
Substrat rocheux
233 668 1,37 %
Zones dénudées Zone littoraleFootnote[2] 44 807 Sans objet (s.o.)
Urban Agglomération / infrastructure 124 883 0,73 %
Milieux humidesFootnote[3] Marais - à l'intérieur des terres
Marécage - feuillus
Marécage - conifères
Tourbière - ouvert
Tourbière - boisé
404 614 2,37 %
Plans d'eau Eau - claire et profonde
Eau - peu profonde et sédimentée
2 502 402 14,65 %
Zone riveraineFootnote[4] Zone située à moins de 30 mètres du littoral 661 489 s.o.
Autres/inconnues Catégorie inconnue, zone nuageuse/ombrageuse 103 325 0,60 %
Superficie totale - 17 086 881 100 %

Source de données : Spectranalysis Inc., 2004 (Provincial Land Cover [catégorie de couverture terrestre provincial]27)

Cette région fortement boisée marque la transition entre les forêts tempérées du sud et les forêts boréales à dominance coniférienne situées plus au nord (Figure 2). Les forêts de la RCO 12-ON sont une mosaïque de peuplements feuillus, mixtes et conifériens (Ministère des Richesses naturelles de l’Ontario, 2002), des espèces comme l’érable à sucre (Acer saccharum), le hêtre à grandes feuilles (Fagus grandifolia) et le chêne rouge (Quercus rubra) étant communes dans le sud-est de la région, et des espèces boréales comme l’épinette noire (Picea mariana), le bouleau à papier (Betula papyrifera) et le pin gris (Pinus banksiana) étant plus communes dans le nord. L’avifaune reflète ce gradient d’habitats : la diversité aviaire dans la RCO 12-ON est élevée pour le Canada (Ontario Partners in Flight, 2008), les espèces boréales étant les plus communes dans le nord de la région, et les espèces caractéristiques des forêts feuillues étant les plus communes dans le sud.

La RCO 12 ON est aussi caractérisée par la présence de nombreux lacs, rivières, ruisseaux et milieux humides (figure 2). Ces divers habitats aquatiques abritent une grande variété d'oiseaux aquatiques et de sauvagine. Les marécages sont communs et largement répartis dans l'ensemble de la région, et certains lacs de grande taille de l'intérieur (p. ex., le lac des Bois) sont importants pour la nidification d'oiseaux aquatiques coloniaux. Les habitats aquatiques de la région sont aussi très importants pour les oiseaux en migration. Les milieux humides, les plages et les eaux côtiers des Grands Lacs sont des haltes migratoires pour de nombreuses espèces de sauvagine, d'oiseaux de rivage et d'oiseaux aquatiques. Par ailleurs, bien que largement utilisés par un certain nombre d'espèces aviaires, les milieux secs non boisés, comme les alvars, les prairies naturelles, les zones rocheu ses dénudées et les milieux altérés par l'humain sont nettement moins communs dans cette région que dans la RCO 13, située au sud, et que dans la RCO 11, à l'ouest au Manitoba.

Plus de 10 % de la superficie terrestre de la RCO 12 ON est constituée d'aires de conservation comprenant des parcs nationaux, des parcs provinciaux, des réserves de conservation et une réserve nationale de faune (île Eleanor). Ensemble, les trois plus grands parcs provinciaux ontariens, soit les parcs Algonquin, du lac Supérieur et Quetico, assurent la conservation et la protection de plus de 8 % des paysages dans cette portion de la RCO (Figure 3).

Figure 3. Carte des aires protégées et désignées dans la RCO 12 ON.

Nota : cette carte ne donne pas les limites modifiées de la RCO 12 ON (voir la Figure 1).

Carte

Description longue de la Figure 3

Carte des aires protégées et des autres aires désignées dans la RCO 12 de la région de l'Ontario : Forêt mixte boréale. La carte englobe la plus grande partie de l'Ontario, l'est du Manitoba, le sud de la baie James, le nord-ouest du Québec et la partie adjacente du nord des États-Unis. Les frontières des RCO adjacentes sont délimitées.

La RCO 12 de la région de l'Ontario est divisée en deux sections. La partie est s'étend du centre de l'Ontario, de Perth (à l'est) jusqu'à New Liskeard (au nord), et tout le long de la rive nord de la baie Georgienne jusqu'à Wawa au bord du lac Supérieur. La partie ouest, elle, s'étend de Thunder Bay (à l'est) jusqu'à Winnipeg (à l'ouest), et de la frontière des États-Unis jusqu'au lac Seul au nord.

Les différents types d'aires protégées qui existent dans la région de conservation des oiseaux sont représentés sur la carte, et sont expliquées dans la légende bilingue suivante (qui apparaît à droite de la carte) :

Protected areas and other designated areas/Aires protégées et autres aires désignées

  • Agriculture and Agri-Food Canada/Agriculture et Agroalimentaire Canada
  • Fisheries and Oceans Canada/Pêches et Océans Canada
  • Environment and Climate Change Canada/Environnement et Changement climatique Canada
  • Parks Canada/Parcs Canada
  • Aboriginal Affairs and Northern Development Canada/Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
  • Provincial/Provincial

Other designated areas/autres aires désignées

  • Ramsar/Ramsar
  • Important Bird Areas/ Aires d'importance pour les oiseaux

Il y a également une représentation visuelle de l'échelle de la carte dans la légende, ainsi que la projection de la carte (p.ex. UTM 16 (NAD 1983)). Le type d'aire protégée la plus couramment illustrée est l'aire provinciale. Il existe aussi plusieurs petites zones importantes pour la conservation des oiseaux.

Les agglomérations, l’agriculture et les autres formes d’aménagement sont réparties de façon éparse dans la région, ce qui contraste fortement avec la RCO 13, située au sud et très développée. Cependant, les humains ont tout de même eu un effet marqué sur les habitats de l’ensemble de la région du fait des activités forestières. Historiquement, les Autochtones ont altéré les habitats forestiers par le brûlage et la récolte de produits forestiers à petite échelle, mais l’altération à grande échelle de ces habitats a débuté il y a 350 ans avec l’arrivée des Européens (Thompson, 2000; Ontario Partners in Flight, 2008). Dès le début du 18e siècle, de grands pins blancs (Pinus strobus) matures ont été abondamment récoltés pour le commerce britannique du bois équarri, et bien que cette espèce demeure largement répartie dans la région, les grands sujets n’ont jamais retrouvé leur abondance de jadis. L’exploitation forestière s’est accrue en intensité au cours des 19e et 20e siècles en raison de l’expansion des corridors d’accès et de l’accroissement de la mécanisation. La récolte importante d’arbres matures, en combinaison avec la lutte contre les incendies, a favorisé le remplacement des conifères tributaires du feu et intolérants à l'ombre par des espèces feuillues vulnérables aux incendies et tolérant à l’ombre (Carleton, 2000; Ontario Partners in Flight, 2008).

La grande majorité de la RCO 12-ON est boisée (75 %, voir le tableau 1), et 85 % de la forêt productive appartient à la Couronne et est gérée par elle en vertu de la Loi de 1994 sur la durabilité des forêts de la Couronne (Gouvernement de l’Ontario, 1994). La Loi dispose que les forêts de la Couronne de l’Ontario doivent être gérées de manière à préserver des forêts saines, diverses et productives, ainsi que les processus écologiques et la diversité biologique associés à celles-ci (Pearce, 2011). Les lignes directrices en matière de gestion visent les pratiques de récolte à l’échelle locale et à l’échelle du paysage, et concernent tous les aspects allant de la préservation d’arbres utiles aux espèces sauvages à la distribution des classes d’âge dans le paysage. Ces dernières années, des lignes directrices de gestion ont été élaborées pour reproduire les régimes de perturbation naturels et maintenir les caractéristiques des forêts à l’intérieur de l’échelle simulée (ou estimative) de variation naturelle. L’approche scientifique rigoureuse en matière d’aménagement forestier qui est appliquée dans la RCO 12-ON est de toute première importance pour assurer la conservation des oiseaux dans la région.

Les activités de conservation des oiseaux migrateurs doivent être menées sur toute la durée de leur cycle biologique annuel et dans l’ensemble de leur aire de répartition. La conservation des nombreux grands migrateurs qui nichent dans la RCO 12-ON ou la traversent ne peut se faire que par l’entremise d’une coopération à l’échelle de l’hémisphère occidental. À cette échelle, l’établissement des priorités de conservation peut s’avérer difficile; la présente stratégie fournit à cet égard des évaluations préliminaires des menaces affectant les oiseaux migrateurs durant leur cycle de vie annuel.

L’objectif de cette stratégie est de favoriser la conservation de tous les oiseaux de la RCO 12-ON, et de maintenir ou rétablir leurs populations à des niveaux cibles. Dans les dernières décennies, la conservation des oiseaux a fait des progrès importants grâce à diverses initiatives : planification efficace de l’aménagement forestier, programmes d’intendance, élaboration et adoption de pratiques de gestion bénéfiques, plans municipaux et provinciaux d’aménagement du territoire, protection stratégique des terres par des organismes environnementaux non gouvernementaux, et initiatives de partenariat, comme le Plan conjoint des habitats de l’Est. Tirer profit des réalisations passées et renforcer les partenariats sont des buts fondamentaux de la présente stratégie. À n’en pas douter, la mise en œuvre des mesures recommandées ici ne peut se faire qu’au moyen d’un large partenariat entre les administrations publiques, l’industrie et les autres intervenants, engagés ensemble à assurer la conservation de la biodiversité dans la RCO 12-ON.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :