Stratégie de conservation des oiseaux pour la région 11 dans les régions des Prairies et du Nord

- Version abrégée -

Août 2013

Couverture de la publication

La version abrégée de la stratégie disponible ici contient un résumé des résultats, mais ne comprend pas une analyse des besoins de conservation par habitat, une discussion sur les problèmes de conservation généralisés, ou l'identification des besoins en matière de recherche et de surveillance.

Table des matières

Liste des figures

Liste des tableaux

Préface

Environnement et Changement climatique Canada a dirigé l’élaboration de stratégies pour la conservation de tous les oiseaux dans chacune des régions de conservation des oiseaux (RCO) situées sur le territoire canadien, en ébauchant de nouvelles stratégies qui, avec les stratégies déjà existantes, ont été intégrées à un cadre global de conservation de toutes les espèces aviaires. Ces stratégies intégrées de conservation de tous les oiseaux serviront d’assise à la mise en œuvre des programmes de conservation de l’avifaune au Canada, en plus d’orienter le soutien apporté par le Canada aux mesures de conservation déployées dans les autres pays importants pour les oiseaux migrateurs du Canada. La contribution des partenaires de conservation d’Environnement et Changement climatique Canada aux stratégies est tout aussi essentielle que leur collaboration à la mise en œuvre des recommandations contenues dans les stratégies.

Pour assurer l’emploi d’une méthode uniforme dans toutes les RCO, Environnement et Changement climatique Canada a établi des normes nationales pour la conception des stratégies. Les stratégies de conservation des oiseaux serviront de toile de fond à l’établissement, pour chaque région de conservation des oiseaux , de plans de mise en œuvre qui s’appuieront sur les programmes actuellement exécutés sous l’égide des plans conjoints ou d’autres mécanismes de partenariat. Les propriétaires fonciers, y compris les Autochtones, seront consultés avant la mise en œuvre des stratégies.

Les objectifs de conservation et les mesures recommandées dans les stratégies de conservation constitueront le fondement biologique qui soutiendra la formulation des lignes directrices et des pratiques de gestion bénéfiques favorisant l’observation des règlements d’application de la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs.

Remerciements

Scott Wilson, Sue Michaelsky, Katherine Brewster, Paul Smith, Lisa Mahon et John Conkin sont les principaux auteurs du présent document, qui s’appuie sur des modèles élaborés par Alaine Camfield, Judith Kennedy et Elsie Krebs, avec l’aide des planificateurs des RCO dans chacune des régions du Service canadien de la faune au Canada. Un travail de cette envergure ne pourrait être accompli sans l’apport d’autres collègues qui ont fourni ou validé l’information technique, commenté les versions antérieures de la stratégie et soutenu le processus de planification. Nous tenons à remercier les personnes suivantes : Michael Barr, Ron Bazin, Wendy Calvert, Bob Clark, Brenda Dale, Ken de Smet, Jim Devries, Kiel Drake, Dave Duncan, Cynthia Edwards, Mike Gollop, Cheri Gratto-Trevor, Renny Grilz, Karla Guyn, Bob McFarlane, Glen McMaster, Cindy Paszkowski, Dave Prescott, Samantha Song et Troy Wellicome.

Stratégie de conservation des oiseaux pour la région de conservation des oiseaux 11 de la région des Prairies et du Nord : Marmites torrentielles des Prairies

Carte des régions de conservation des oiseaux (RCO) du Canada, avec la RCO 11 de la région des Prairies et du Nord : Cuvettes des Prairies.

Description textuelle pour la carte :

Carte des régions de conservation des oiseaux du Canada (RCO), avec la RCO 11 de la région des Prairies et du Nord : Cuvettes des Prairies surlignée et délimitée. Le Canada (avec l'Alaska, le Groenland et la partie nord des États-Unis d'Amérique apparaissant également) est illustré uniquement pour fournir un contexte à l'emplacement de la RCO 11 mise en évidence. La carte géographique du Canada est divisée par région de conservation des oiseaux (12 RCO au total sur le territoire canadien), toutefois leur emplacement exact et leur taille sont indifférenciables, à l'exception de la RCO 11.

La RCO 11 mise en évidence s'étend des contreforts des montagnes Rocheuses, en Alberta, jusqu'à la vallée de la rivière Rouge au Manitoba, et de la frontière canadienne dans le sud jusqu'aux habitats boisés de la RCO 6 dans le nord.

La légende suivante apparaît dans le coin supérieur droit de la carte : « Régions de conservation des oiseaux du Canada ». 11 RPN - Cuvettes des Prairies; elle comprend également le logo d'Environnement et Changement climatique Canada et le logo du gouvernement du Canada.

Sommaire

La région de conservation des oiseaux des Marmites torrentielles des Prairies (RCO 11) se trouve dans l’écozone des prairies, à la limite nord des grandes plaines de l’Amérique du Nord. La partie canadienne de cette région (467 000 km2) s’étend des contreforts des montagnes Rocheuses, en Alberta, à la vallée de la rivière Rouge, au Manitoba, et de la frontière canadienne, au sud, aux habitats forestiers de la RCO 6, au nord. Le climat de la RCO 11 de la région des Prairies et du Nord est généralement sec et les prairies constituent le type d’habitat naturel dominant, mais on observe dans les parties nord et est de la région un climat plus humide qui favorise un couvert arboré continu. Les prairies indigènes sont en majeure partie mixtes, mais des prairies de fétuques sont également présentes dans l’ouest et au nord, alors qu’on retrouve des prairies à herbes hautes dans certaines parties du Manitoba. La RCO des Marmites torrentielles des Prairies tire son nom des millions de milieux humides peu profonds dispersés à l’échelle du paysage; ces cuvettes en terrain marécageux ont été créées par des dépôts glaciaires irréguliers. Ces habitats naturels abritent un grand nombre d’oiseaux de la région, mais la majeure partie de la couverture terrestre a été convertie en terres cultivées ou en pâturages ou est utilisée à d’autres fins agricoles, si bien que ces habitats ont une valeur réduite pour la plupart des oiseaux.

Au Canada, la RCO 11 fait partie de la région des Prairies et du Nord (RPN) d’Environnement et Changement climatique Canada. Cette stratégie de conservation pour la RCO 11 RPN s’appuie sur les stratégies de conservation des oiseaux existantes et étaye celles créées pour les autres RCO dans l’ensemble du Canada. Ces stratégies de conservation utilisées dans les régions serviront de cadre pour mettre en œuvre la conservation des oiseaux à l’échelle nationale, ainsi que pour déterminer les problèmes de conservation associés aux oiseaux prioritaires au Canada. Cette stratégie ne se veut pas très normative, mais vise plutôt à guider les efforts futurs de mise en œuvre par les divers partenaires et intervenants.

Nous avons évalué 341 espèces d’oiseaux présentes dans la région, parmi lesquelles 118 ont été désignées comme espèces prioritaires admissibles (35 %). Tous les groupes d’oiseaux figurent sur cette liste; 36 % sont des oiseaux terrestres, 25 %, des sauvagines, 21 %, des oiseaux de rivage et 19 %, des oiseaux aquatiques. Parmi les espèces prioritaires, 30 ont été évaluées comme des espèces préoccupantes (ou de statut supérieur) par le COSEPAC, 26 sont inscrites en vertu de la Loi sur les espèces en péril et 18 sont inscrites en vertu des lois provinciales sur les espèces en péril de l’Alberta, de la Saskatchewan ou du Manitoba.

Dans la RCO 11 RPN, la majorité des espèces d’oiseaux prioritaires ont été associées aux milieux humides (78, ou 66 %), suivis des terres cultivées et aménagées (72, ou 61 %) et des plans d’eau (55, ou 47 %). Étant donné que 64 % des oiseaux de la liste des espèces prioritaires sont des sauvagines, des oiseaux de rivage et des oiseaux aquatiques, on s’attend à une forte utilisation des milieux humides et des plans d’eau. En revanche, l’utilisation importante des zones cultivées par les espèces prioritaires ne reflète pas une préférence en soi pour ces habitats, mais est plutôt attribuable au fait que le paysage de la RCO 11 RPN est dominé par ces terres agricoles. De même, le faible nombre d’espèces prioritaires qui utilisent des habitats de conifères, de feuillus et de forêt mixte reflète l’étendue restreinte de ces types d’habitat dans la région.

Les objectifs de population ont été établis à partir des tendances observées. Dans les Prairies canadiennes, la sauvagine est généralement bien surveillée, mais ce n’est pas le cas des autres espèces. Les données des enquêtes sur 26 espèces ou populations (22 %) étaient incomplètes et l’objectif de population « évaluer et maintenir » a été attribué. Parmi les espèces pour lesquelles des objectifs quantitatifs pouvaient être attribués, les populations étaient inférieures aux objectifs dans 33 cas (28 %) et égales ou supérieures aux objectifs dans 24 cas (20 %). Vingt autres espèces prioritaires (17 %) sont des espèces en péril, dont les objectifs sont énoncés dans les plans de rétablissement. Dans l’ensemble des espèces prioritaires de la région, les baisses de population les plus marquées ont été observées chez des espèces des Prairies et de l’armoise argentée, dont la Chevêche des terriers, le Pipit de Sprague, le Plectrophane à ventre noir, le Plectrophane de McCown, le Bruant de Baird et le Tétras des armoises.

Le RCO 11 RPN est un secteur fortement influencé par l’agriculture. Nous avons cerné un grand nombre et une grande diversité de menaces d’origine anthropique et d’autres enjeux liés à la conservation auxquels font face les espèces prioritaires dans la région, mais les problèmes liés directement ou indirectement à l’agriculture étaient les plus nombreux. La conversion des habitats indigènes des zones sèches (p. ex., prairie à herbes courtes, armoise argentée) en terres agricoles, le drainage des milieux humides aux fins de production agricole et certaines autres formes de perte d’habitat demeurent préoccupants, mais les récents efforts de conservation ont contribué à renverser la tendance dans certaines régions. Grâce à ces efforts, les populations de nombreuses espèces prioritaires de sauvagine et d’oiseaux aquatiques sont maintenant stables ou en augmentation dans la RCO 11 RPN.

Les autres menaces importantes pour les habitats des prairies et les espèces d’oiseaux prioritaires qui en dépendent comprennent le surpâturage, l’exploitation pétrolière et gazière, les espèces envahissantes et divers autres problèmes. Les changements climatiques devraient apporter des étés plus secs et plus chauds et des hivers plus chauds et plus humides dans la région, mais la portée globale de ces effets sur les oiseaux est difficile à prévoir.

Ces diverses menaces pour les oiseaux prioritaires nécessitent des mesures tout aussi variées. Les objectifs et les mesures de conservation proposées comprennent l’élaboration et la mise en œuvre de pratiques de gestion bénéfiques pour réduire les effets néfastes de l’agriculture sur les oiseaux, la protection et la restauration de l’habitat, le maintien des processus naturels tels que les incendies et les cycles hydrologiques, des campagnes de sensibilisation et d’éducation visant à favoriser la participation de l’industrie et du public dans la conservation et une variété d’autres mesures de conservation.

La gestion des oiseaux dans la RCO nécessite également des investissements ciblés dans la surveillance afin d’être en mesure de mieux évaluer la situation de la population et de fixer des objectifs de population. De même, des recherches ciblées dans les domaines clés suivants permettront d’établir clairement les causes sous-jacentes du déclin des populations et les mesures de conservation les plus appropriées :

  • Déterminer les principaux facteurs de déclin des populations et les besoins en matière d’habitat, plus particulièrement pour les espèces dépendantes des prairies et de l’armoise argentée.
  • Cartographier les changements de la couverture terrestre pour établir une corrélation entre la perte d’habitat et le déclin des espèces, déterminer les zones prioritaires et établir des objectifs quantitatifs en matière d’habitat.
  • Mener des recherches afin d’élaborer des pratiques de gestion bénéfiques selon les secteurs,
    en mettant l’accent sur la conservation des oiseaux et de la biodiversité.
  • Poursuivre les recherches visant à mieux comprendre les effets des changements climatiques sur l’habitat et les espèces de la RCO 11 RPN.

Ces objectifs de conservation, mesures et recherches pourraient contribuer à la conservation des espèces d’oiseaux prioritaires de la RCO 11 RPN. Cependant, la mise en œuvre des recommandations dans le cadre de cette stratégie nécessitera la coopération du gouvernement fédéral, des gouvernements provinciaux, de l’industrie et des autres intervenants. Favoriser cette vaste collaboration est la plus importante mesure à prendre pour assurer la conservation des oiseaux dans la région des Marmites torrentielles des Prairies au Canada.

Introduction : Stratégies de conservation des oiseaux

Contexte

Le présent document fait partie d’une série de stratégies régionales de conservation des oiseaux qu’Environnement et Changement climatique Canada a préparées pour toutes les régions du pays. Ces stratégies répondent au besoin qu’a Environnement et Changement climatique Canada d’établir des priorités de conservation des oiseaux qui soient intégrées et clairement formulées, afin de soutenir la mise en œuvre du programme canadien sur les oiseaux migrateurs, tant au pays qu’à l’échelle internationale. Cette série de stratégies prend appui sur les plans de conservation déjà établis pour les quatre groupes d’oiseaux (sauvagine Note de bas de page1, oiseaux aquatiques Note de bas de page2, oiseaux de rivage Note de bas de page3 et oiseaux terrestres Note de bas de page4) dans la plupart des régions du Canada, et sur des plans nationaux et continentaux, et inclut les oiseaux qui relèvent des mandats provinciaux et territoriaux. De plus, ces nouvelles stratégies uniformisent les méthodes employées partout au Canada, en plus de combler des lacunes, puisque les plans régionaux précédents ne couvrent pas toutes les régions du Canada ni tous les groupes d’oiseaux.

Ces stratégies présentent un recueil des interventions requises selon le principe général préconisant l’atteinte des niveaux de population établis à partir de données scientifiques, principe promu par les quatre principales initiatives de conservation des oiseaux. Ces niveaux de population ne correspondent pas nécessairement aux populations minimales viables ou durables, mais sont représentatifs de l’état de l’habitat ou du paysage à une époque antérieure aux chutes démographiques importantes qu’ont connues récemment de nombreuses espèces, de sources connues ou inconnues. Les menaces dégagées dans ces stratégies ont été établies à partir de l’information scientifique actuellement disponible et d’avis d’experts. Les objectifs et les mesures de conservation correspondants vont contribuer à stabiliser les populations aux niveaux souhaités.

Les stratégies s’appliquant aux RCO ne sont pas des documents hautement directifs. En général, les praticiens devront consulter des sources d’information complémentaires à l’échelle locale afin d’obtenir suffisamment de détails pour pouvoir appliquer les recommandations des stratégies. Des outils comme des pratiques de gestion bénéfiques permettront aussi d’orienter la mise en œuvre des stratégies. Les partenaires qui souhaitent contribuer à mettre en œuvre ces stratégies, comme les participants aux plans conjoints pour l’habitat établis dans le cadre du Plan nord­américain de gestion de la sauvagine (PNAGS), connaissent bien le type de planification détaillée de la mise en œuvre nécessaire pour coordonner et accomplir le travail de terrain.

Structure de la stratégie

La Section 1 de la stratégie, ci-dessous, contient de l’information générale sur la région de conservation des oiseaux et la sous-région, avec un survol des six éléments Note de bas de page5 qui résument l’état de la conservation des oiseaux à l’échelle de la sous-région. La Section 2, qui fait partie de la version complète de la stratégie, fournit des renseignements plus détaillés sur les menaces, les objectifs et les mesures à prendre pour des regroupements d’espèces prioritaires, constitués selon chacun des grands types d’habitats de la sous-région. La Section 3, aussi partie de la version complète de la stratégie, présente d’autres problématiques généralisées liées à la conservation qui ne s’appliquent pas à un habitat en particulier ou qui n’ont pas été prises en compte lors de l’évaluation des menaces pour une espèce donnée, et traite des besoins en matière de recherche et de surveillance, de même que des menaces affectant les oiseaux migrateurs lorsqu’ils sont à l’extérieur du Canada. L’approche et la méthodologie sont résumées dans les annexes de la version complète, mais sont exposées plus en détail dans un document distinct (Kennedy et coll., 2012). Une base de données nationale contient toute l’information sous-jacente résumée dans la présente stratégie (disponible auprès d’Environnement et Changement climatique Canada).

Caractéristiques de la région de conservation des oiseaux 11

La région des Marmites torrentielles des Prairies est la partie la plus septentrionale des grandes plaines de l’Amérique du Nord. La partie canadienne de cette région recouvre une superficie de 467 000 km2 et s’étend des contreforts des montagnes Rocheuses, en Alberta, à l’ouest, à la vallée de la rivière Rouge, au Manitoba, à l’est (figure 1). Au Canada, la région des Marmites torrentielles des Prairies est bordée par la forêt boréale, au nord, et par la frontière canado-américaine, au sud. Dans le Cadre écologique national pour le Canada, cette région est également connue sous le nom d’écozone des prairies.

La RCO 11 est généralement caractérisée par un climat sec assurant la subsistance des prairies tempérées, mais les climats plus humides dans les parties nord et est favorisent un couvert arboré continu. Les prairies indigènes sont en majeure partie mixtes, mais des prairies de fétuques sont également présentes dans l’ouest et au nord, alors que les prairies à herbes hautes sont limitées à certaines parties du Manitoba. Toutefois, ce sont les millions de milieux humides peu profonds qui ont défini la région des Marmites des Prairies. Créées par des dépôts glaciaires irréguliers, ces cuvettes en terrain marécageux contribuent aujourd’hui de manière considérable à la biodiversité de la région (Godwin et Thorpe, 2010).

L’histoire glaciaire et le climat qui définissent le caractère propice de l’habitat de la région des Marmites torrentielles des Prairies ont également rendu la région particulièrement attrayante pour la colonisation par les humains. En raison de ses sols fertiles et de son climat modéré, la région a été soumise à des pratiques culturales intensives, au drainage des milieux humides et à d’autres formes de modification de l’habitat dès le début de la colonisation européenne. Ces changements historiques à l’échelle du paysage ont entraîné une perte et une dégradation à grande échelle des terrains marécageux et des habitats indigènes. Plus particulièrement, la perte des prairies indigènes est inégalée dans d’autres habitats naturels de l’Amérique du Nord. Malgré les changements importants subis par le paysage, la région des Marmites torrentielles des Prairies demeure l’une des régions les plus importantes en Amérique du Nord pour de nombreuses populations d’oiseaux. Les milieux humides de la région des Marmites torrentielles des Prairies sont reconnus comme importantes pour assurer la subsistance des populations de sauvagine. La densité de la population reproductrice des canards barboteurs dans la région des Marmites torrentielles des Prairies peut dépasser 40 couples par kilomètre carré dans certaines zones au cours des années où les conditions sont favorables au sein des milieux humides et la région englobe le cœur de l’aire de reproduction de la plupart des canards de surface et de quelques espèces de canards plongeurs. La région des Marmites torrentielles des Prairies offre également un habitat de reproduction et de rassemblement clé à plus de 200 espèces d’oiseaux aquatiques, d’oiseaux de rivage et d’oiseaux terrestres, y compris des espèces prioritaires telles que le Pluvier siffleur, le Pipit de Sprague, le Plectrophane à ventre noir, le Bruant de Baird, le Râle jaune, la Mouette de Franklin, le Phalarope de Wilson, la Barge marbrée et l’Avocette d’Amérique (Initiative de conservation des oiseaux de l’Amérique du Nord, Comité des États-Unis, 2010).

La dégradation continue des milieux humides et la fragmentation des autres prairies et habitats indigènes menacent le caractère propice de la région des Marmites torrentielles des Prairies pour l’ensemble de ces oiseaux, mais il existe également d’autres menaces contemporaines. La pollution environnementale, principalement de sources agricoles et industrielles, la concurrence et la prédation par des espèces indigènes et introduites, le développement énergétique et les collisions avec des structures d’origine humaine sont autant de menaces pour une grande proportion d’espèces prioritaires dans la RCO 11 RPN. Un certain nombre d’aires protégées ont été établies dans cette région dans le but d’assurer la subsistance des espèces menacées et de leurs habitats (figure 2).

Figure 1. Couverture terrestre de la RCO 11 de la Région des Prairies et du Nord : Marmites torentielles des Prairies.

Carte de la couverture terrestre dans la RCO 11 de la région des Prairies et du Nord : Cuvettes des Prairies.

Description textuelle pour la figure 1

Carte de la couverture terrestre dans la RCO 11 de la région des Prairies et du Nord : Cuvettes des Prairies. La carte englobe le sud de l'Alberta, de la Saskatchewan et du Manitoba. Les frontières des RCO 10PY, 6PN, 8PN et 12ON sont délimitées. Les frontières de la RCO 11 sont indiquées par une ligne épaisse. Le médaillon dans le coin inférieur gauche représente une carte du Canada avec la RCO 11 mise en évidence.

La RCO 11 s'étend des contreforts des montagnes Rocheuses, en Alberta, jusqu'à la vallée de la rivière Rouge au Manitoba, et de la frontière canadienne dans le sud jusqu'aux habitats boisés de la RCO 6 dans le nord.

Les différents types d'habitat qui existent dans la RCO sont représentés sur la carte, et sont expliquées dans la légende bilingue suivante (qui apparaît à droite de la carte) :

  • Coniferous/conifères
  • Deciduous/feuillus
  • Mixedwood/forêt mixte
  • Shrubs and early successional/arbustes et régénération
  • Herbaceous/herbacées
  • Cultivated and managed areas/zone cultivées et aménagées
  • Lichens and mosses/lichens et mousses
  • Wetlands/terres humides
  • Alpine/alpin
  • Snow and ice/neige et glace
  • Bare areas/denude
  • Urban/urbain
  • Water bodies /plans d'eau
  • Riparian/riverain
  • Coastal/côtier

Le reste du texte de la légende comprend les sources d'information pour la carte (p. ex. Couverture du sol circa 2000 (CIT, 2009)), la projection de la carte (p. ex. UTM 9 (NAD 1983)) et il y a une représentation visuelle de l'échelle de la carte.

Le type d'habitat le plus courant visible à cette échelle dans la RCO 11 correspond aux zones cultivées et gérées, suivies d'une zone modérée d'habitat herbacé (principalement dans le sud-ouest) et de forêt de feuillus (principalement dans le sud-est). De petites zones d'habitat urbain et de petits plans d'eau sont répartis sous forme de mosaïque sur l'ensemble de l'habitat. Les autres types d'habitat ne sont pas évidents à cette échelle et les zones côtières n'y figurent pas.

Figure 2. Carte des aires protégées et désignées dans la RCO de la Région des Prairies et du Nord : Marmites torentielles des Prairies.

Carte de la couverture terrestre dans la RCO 11 de la région des Prairies et du Nord : Cuvettes des Prairies.

Description textuelle pour la figure 2

Carte des aires protégées dans la RCO 11 de la région des Prairies et du Nord : Cuvettes des Prairies. La carte englobe le sud de l'Alberta, de la Saskatchewan et du Manitoba. Les frontières des RCO 10PY, 6PN, 8PN et 12ON sont délimitées. Les frontières de la RCO 11 sont indiquées par une ligne épaisse. Le médaillon dans le coin inférieur gauche représente une carte du Canada avec la RCO 11 mise en évidence.

La RCO 11 s'étend des contreforts des montagnes Rocheuses, en Alberta, jusqu'à la vallée de la rivière Rouge au Manitoba, et de la frontière canadienne dans le sud jusqu'aux habitats boisés de la RCO 6 dans le nord.

Les différents types d'aires protégées qui existent dans la région de conservation des oiseaux sont représentés sur la carte, et sont expliquées dans la légende bilingue suivante (qui apparaît à droite de la carte) :

Protected areas/Aires protégées

  • Agriculture and Agri-Food Canada/Agriculture et Agroalimentaire Canada
  • Fisheries and Oceans Canada/Pêches et Océans Canada
  • Environment and Climate Change Canada/Environnement et Changement climatique Canada
  • Parks Canada/Parcs Canada
  • Aboriginal Affairs and Northern Development Canada/Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
  • Provincial/Provincial

Other designated areas/autres aires désignées

  • Important Bird Areas/ Aires d'importance pour les oiseaux
  • Ramsar/Ramsar

Il y a également une représentation visuelle de l'échelle de la carte dans la légende, ainsi que la projection de la carte (UTM UTM 9 (NAD 1983)).

Le type d'aire protégée le plus courant illustré correspond au niveau provincial et aux aires d'Agriculture Canada et apparaît sous forme de mosaïque de petites aires sur l'ensemble de la région de conservation des oiseaux. Il y a environ une quantité égale de zones importantes pour la conservation des oiseaux, également réparties sous forme de mosaïque. Les autres types d'aires protégées surviennent rarement.

Section 1 : Aperçu des résultats - tous les oiseaux, tous les habitats

Élément 1 : Évaluation des espèces prioritaires

Les stratégies de conservation des oiseaux établissent quelles sont les « espèces prioritaires » parmi toutes les espèces d’oiseaux régulièrement observées dans chaque sous-région de conservation des oiseaux. Les espèces qui sont vulnérables en fonction de la taille de leur population, de leur répartition, des tendances démographiques, de leur abondance et des menaces font partie des espèces prioritaires, puisque leur « conservation » est « préoccupante ». Sont incluses également quelques espèces largement réparties et abondantes, considérées comme des espèces « d’intendance ». Les espèces d’intendance sont incluses parce qu’elles illustrent parfaitement l’avifaune nationale ou régionale, ou du fait qu’une forte proportion de leur aire de distribution ou de leur population continentale se situe dans la sous-région. La conservation de plusieurs de ces espèces peut s’avérer quelque peu préoccupante, alors que d’autres peuvent n’exiger pour l’instant aucun effort particulier de conservation. Les espèces dont la « gestion » est préoccupante sont aussi incluses comme espèces prioritaires lorsqu’elles ont atteint (ou dépassé) l’objectif de population fixé, mais nécessitent une gestion continue en raison de leur importance socioéconomique comme espèces d’intérêt cynégétique ou en raison de leurs effets sur d’autres espèces ou habitats.

Cette opération de détermination des priorités a pour but de focaliser les efforts de mise en œuvre sur les enjeux les plus importants pour l’avifaune canadienne. Le tableau 1 dresse la liste complète de toutes les espèces prioritaires et indique le motif de leur inclusion. Les tableaux 2 et 3 résument le nombre d’espèces prioritaires dans la RCO 11 RPN, par groupe d’oiseaux et selon la justification de leur statut prioritaire. Nous avons évalué 341 espèces d’oiseaux présentes dans la région, parmi lesquelles 118 ont été désignées comme des espèces prioritaires admissibles (35 %, tableau 2). Tous les groupes d’oiseaux figurent sur cette liste; 36 % sont des oiseaux terrestres, 25 %, des sauvagines, 21 %, des oiseaux de rivage et 19 %, des oiseaux aquatiques. Parmi les espèces prioritaires, 28 ont été reconnues comme des espèces préoccupantes (ou de statut supérieur) par le COSEPAC, 25 sont inscrites en vertu de la Loi sur les espèces en péril et 18 sont inscrites en vertu des lois provinciales sur les espèces en péril de l’Alberta, de la Saskatchewan ou du Manitoba (tableau 3).

Tableau 1. Espèces prioritaires dans la RCO 11 RPN, objectifs de population et justification du statut prioritaire.
Version accessible du Tableau 1

Tableau 2. Résumé du nombre d’espèces prioritaires, par groupe d’oiseaux, dans la RCO 11 RPN.
Groupe d’oiseaux Nombre total d’espèces Nombre total d’espèces prioritaires Pourcentage d’espèces désignées prioritaires Pourcentage de la liste d’espèces prioritaires
Oiseaux terrestres 217 42 19 % 36 %
Oiseaux de rivage 39 25 64 % 21 %
Oiseaux aquatiques 36 22 61 % 19 %
Sauvagine 49 29 59 % 25 %
Total 341 118 35 % 100 %
Tableau 3. Nombre d’espèces prioritaires dans la RCO 11 RPN, par motif d’inclusion.
Motif d’inclusiona Oiseaux terrestres Oiseaux de rivage Oiseaux aquatiques Sauvagine
COSEPACb 20 6 4 0
Espèce inscrite à la LEP fédéralec 18 5 3 0
Espèce en péril à l’échelle provincialed 9 4 2 3
PNAGSe - - - 26
Espèce préoccupante à l’échelle nationale/continentale 13 18 15 15
Espèce préoccupante à l’échelle régionale 26 7 0 0
Intendance nationale/continentale 7 - - -
Intendance régionale 14 7 - -

a Une même espèce peut figurer à la liste des espèces prioritaires pour plus d’un motif. Certains motifs d’inclusion ne s’appliquent pas à certains groupes d’oiseaux (indiqué par « - »).

b La mention COSEPAC désigne une espèce considérée comme en voie de disparition, menacée ou préoccupante selon l’évaluation du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada.

c Espèce inscrite à l'Annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril comme étant en voie de disparition, menacée ou préoccupante.

d La mention Espèce en péril à l'échelle provinciale désigne une espèce inscrite comme en voie de disparition, menacée ou préoccupante en vertu de la loi sur les espèces en péril d'Alberta, du Saskatchewan ou du Manitoba.

e La mention PNAGS désigne une espèce classée selon le Plan nord-américain de gestion de la sauvagine (Comité du Plan, 2004) comme présentant un besoin Modérément élevé, Élevé ou Très élevé de conservation ou de surveillance en tant qu'oiseau nicheur ou non nicheur dans la RCO.

Élément 2 : Habitats importants pours les espèces prioritaires

La détermination des besoins généraux en matière d’habitat de chaque espèce prioritaire dans la RCO permet de regrouper les espèces qui, sur le plan de l’habitat, présentent les mêmes problèmes de conservation ou nécessitent les mêmes mesures. Si un grand nombre d’espèces prioritaires associées à la même catégorie d’habitat font face à des problèmes de conservation similaires, alors la mise en place de mesures de conservation dans cette catégorie d’habitat pourrait profiter aux populations de plusieurs espèces prioritaires. Les stratégies s’appliquant aux RCO utilisent une version modifiée des catégories de couverture terrestre standard établies par les Nations Unies (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, 2000) pour classer les habitats, et les espèces ont souvent été assignées à plus d’une catégorie d’habitats.

Dans la RCO 11 RPN, la majorité des espèces d’oiseaux prioritaires ont été associées aux milieux humides (78, ou 66 %; figure 3), suivies des terres cultivées et aménagées (72, ou 61 %) et des plans d’eau (55, ou 47 %). Étant donné que 64 % des oiseaux de la liste des espèces prioritaires sont des sauvagines, des oiseaux de rivage et des oiseaux aquatiques, on s’attend à une forte utilisation des milieux humides et des plans d’eau. En revanche, l’utilisation importante des zones cultivées par les espèces prioritaires ne reflète pas une préférence en soi pour ces habitats, mais est plutôt attribuable au fait que le paysage de la RCO 11 RPN est dominé par ces terres agricoles. De même, le faible nombre d’espèces prioritaires qui utilisent des habitats de conifères, de feuillus et de forêt mixte reflète l’étendue restreinte de ces types d’habitat dans la région.

Figure 3. Pourcentage d’espèces prioritaires utilisant chaque type d’habitats dans la RCO 11 RPN.

Nota : Le total est supérieur à 100 % du fait que chaque espèce peut être assignée à plus d’un habitat.

Un graphique à barres horizontales indiquant le pourcentage d'espèces prioritaires qui est associé à chaque type d'habitat

Description textuelle pour la figure 3
Un graphique à barres horizontales indiquant le pourcentage d'espèces prioritaires (axe x) qui est associé à chaque type d'habitat (axe y, conifères, forêts à feuilles caduques, forêt mixte, arbustes, herbacées, zones cultivées et aménagées, zones dénudées, zones urbaines, terres humides et plans d’eau) dans la RCO 11 de la région des Prairies et du Nord.
Habitat Pourcentage des espèces prioritaires
Conifères 3 %
Feuillus 16 %
Mixte 8 %
Arbustes et régénération 29 %
Herbacées 33 %
Zones cultivées et aménagées 61 %
Zones dénudées 20 %
Urbain 3 %
Milieux humides 66 %
Plans d'eau 47 %

Remarque : Le total est supérieur à 100 %, car chaque espèce peut être assignée à plus d'un habitat.

Élément 3 : Objectifs en matière de population

Les objectifs en matière de population nous permettent de mesurer et d’évaluer les réussites des mesures de conservation. Les objectifs de cette stratégie sont assignés à des catégories et se fondent sur une évaluation quantitative ou qualitative des tendances dans les populations des espèces. Si cette tendance est inconnue pour une espèce, l’objectif choisi est « évaluer et maintenir », assorti d’un objectif de surveillance. Pour toute espèce inscrite en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) ou d’une loi provinciale ou territoriale sur les espèces en péril, les stratégies de conservation des oiseaux renvoient aux objectifs en matière de population établis dans les programmes de rétablissement et les plans de gestion existants. La mesure ultime du succès de la conservation résidera dans le degré d’atteinte des objectifs démographiques au cours des 40 prochaines années. Les objectifs en matière de population actuels ne tiennent pas compte du caractère réalisable de l’atteinte des objectifs, mais sont pris comme des références en regard desquelles le progrès sera mesuré.

Les objectifs de population pour les espèces prioritaires de la RCO 11 RPN sont résumés à la figure 4. La sauvagine des prairies est étudiée, entre autres, dans le relevé à grande échelle international intitulé « Relevé de la population reproductrice et des habitats de la sauvagine ». En comparaison avec d’autres espèces au Canada, la sauvagine des prairies est généralement bien surveillée. Toutefois, pour de nombreuses autres espèces, la surveillance insuffisante. À l’exception des oiseaux de rivage migrateurs, dont les objectifs de population sont définis dans la stratégie de la RCO 3 RPN, environ 38 % des espèces autres que la sauvagine ne sont pas étudiées suffisamment pour nous permettre d’évaluer les tendances démographiques. Ce problème est particulièrement évident chez les oiseaux aquatiques, où seulement 8 des 22 espèces prioritaires sont surveillées adéquatement à l’échelle de la RCO et du continent. Un grand nombre d’oiseaux terrestres sont étudiés, dans une certaine mesure, dans le Relevé des oiseaux nicheurs, mais nous considérons les résultats de ce relevé comme peu fiables puisqu’une variation de 3 % par année dans la taille de la population n’a pu être déterminée à long terme. Parmi les espèces et les populations étudiées de façon fiable (ou pour lesquelles une tendance est démontrée malgré la faible efficacité statistique), 54 sur 68 ont diminué; les objectifs visent donc à ramener les populations à leur abondance antérieure. Pour 19 espèces en péril, des objectifs de population quantitatifs sont publiés dans les programmes de rétablissement. Bon nombre de ces espèces inscrites sont présentes dans les prairies, les prairies mixtes ou les habitats d’armoise argentée. La section 2 dans la version complète de la stratégie examine les menaces qui pèsent sur ces espèces, les efforts de conservation continus pour protéger les populations et les mesures de conservation qui pourraient être nécessaires pour renverser le déclin.

Figure 4. Proportion d’espèces prioritaires par catégorie d’objectifs en matière de population dans la RCO 11 RPN.

Un graphique à barres horizontales indiquant le pourcentage d'espèces prioritaires qui est associé à chaque objectif de population.

Description textuelle pour la figure 4
Un graphique à barres horizontales indiquant le pourcentage d'espèces prioritaires (axe x) qui est associé à chaque objectif de population (axe y, rétablissement jugé irréalisable, objectif de rétablissement, augmenter de 100 %, augmenter de 50 %, maintenir au niveau actuel, évaluer/maintenir, diminuer, migration) dans la RCO 11 de la région des Prairies et du Nord.
Objectif de population Pourcentage des espèces prioritaires
Rétablissement pas possible 0.847458 %
Objectif de rétablissement 16.10169 %
Augmenter de 100% 11.86441 %
Augmenter de 50% 10.16949 %
Augmenter 5.932203 %
Maintenir 12.71186 %
Évaluer/maintenir 22.0339 %
Diminuer 5.084746 %
Migrateur
(aucun objectif de population)
15.25424 %

Élément 4 : Évaluation des menaces pour les espèces prioritaires

Le processus d’évaluation des menaces définit les menaces qui, croit-on, ont un effet sur les populations de différentes espèces prioritaires. Une ampleur relative (faible, moyenne, élevée, très élevée) est assignée à ces menaces en fonction de leur portée (proportion de l’aire de répartition de l’espèce qui est touchée par la menace dans la sous-région) et de leur gravité (impact relatif de la menace sur la population de l’espèce prioritaire). Cette façon de faire nous permet de nous concentrer sur les menaces susceptibles de provoquer le plus grand impact sur des groupes d’espèces ou dans de grandes catégories d’habitats. Dans la documentation, il se peut que certains problèmes de conservation bien connus (comme la prédation par les chats domestiques ou les changements climatiques) ne soient pas recensés comme des menaces importantes pour les populations d’une espèce prioritaire donnée et ne soient donc pas pris en compte dans l’évaluation des menaces. Ces problèmes méritent malgré tout d’être abordés dans les stratégies de conservation, en raison du grand nombre d’oiseaux touchés dans plusieurs régions du Canada. Nous avons incorporé ces enjeux dans une section distincte de la version complète de la stratégie intitulée Problématiques généralisées, sans toutefois leur attribuer une cote, contrairement aux autres menaces.

Comme la RCO 11 RPN est un secteur fortement dominé par les activités agricoles, il n’est probablement pas surprenant que les problèmes liés à l’agriculture, comme la perte et la dégradation de l’habitat, les perturbations et la pollution provenant des effluents agricoles, figurent parmi les menaces les plus importantes pour les oiseaux prioritaires (figure 5, tableau 4). La perturbation de l’habitat ou des oiseaux nicheurs, la perte d’habitat en raison du développement humain et la gestion de l’eau ont également émergé comme des menaces importantes. Une grande variété d’effets anthropogéniques et liés au climat ont influencé les espèces prioritaires à différents degrés (figure 5). Les effets cumulatifs de ces innombrables menaces pourraient être considérables; aux prochaines sections de la présente stratégie, il sera question de leurs répercussions à l’échelle de la population et des mesures de conservation nécessaires pour contrecarrer ces menaces. Les menaces affectant les espèces prioritaires lorsqu’elles sont à l’extérieur du Canada en dehors de la saison de reproduction ont également été évaluées et sont exposées dans la section Menaces à l’extérieur du Canada dans la version complète de la stratégie.

Figure 5. Pourcentage des menaces identifiées pour les espèces prioritaires dans la RCO 11 RPN, par sous-catégorie de menaces.

Nota : Chaque barre représente le pourcentage du nombre total de menaces définies dans chaque sous-catégorie de menaces dans la RCO 11 (par exemple, si 100 menaces étaient recensées au total pour toutes les espèces prioritaires de la RCO 11 et que 10 d’entre elles étaient de la catégorie 1.1 - Zones urbaines et d’habitation, la barre indiquerait 10 %). Les nuances d’ombrage dans les barres (TÉ = très élevée, É = élevée, M = moyenne et F = faible) représentent l’ampleur globale de toutes les menaces dans chaque sous-catégorie de menaces dans la RCO.

Un graphique à barres horizontales indiquant le pourcentage des menaces déterminées pour les espèces prioritaires à l'intérieur de la RCO 11 de la région des Prairies et du Nord par sous-catégorie de menace.

Description textuelle pour la figure 5
Un graphique à barres horizontales indiquant le pourcentage des menaces déterminées pour les espèces prioritaires (axe x) à l'intérieur de la RCO 11 de la région des Prairies et du Nord par sous-catégorie de menace (axe y, p. ex. les loisirs, les sécheresses, etc.).
Menaces Globale Faible Moyen Élevé Très Élevé
1.1 Zones urbaines et d'habitations M   8 %    
1.2 Zones commerciales et industrielles F 2 %      
2.1 Cultures non ligneuses annuelles et pérennes       26 %
2.3 Élevage de bétail É     7 %  
2.4 Aquaculture marine et en eau douce          
3.1 Forage de pétrole et de gaz M   4 %    
3.2 Exploitation minière et de carrières F 1 %      
3.3 Énergie renouvelable F 2 %      
4.2 Réseaux de services publics F 1 %      
5.1 Chasse et récolte d'animaux terrestres F 0 %      
5.3 Coupe forestière et récolte du bois F 1 %      
6.1 Activités récréatives F 1 %      
6.3 Travail et autres activités       2 %
7.1 Incendies et extinction des incendies M   1 %    
7.2 Barrages et gestion/utilisation de l'eau É     9 %  
7.3 Autres modifications de l'écosystème          
8.1 Espèces étrangères/non indigènes envahissantes É     19 %  
8.2 Espèces indigènes problématiques É     4 %  
9.1 Eaux usées résidentielles et urbaines F 2 %      
9.2 Effluents industriels et militaires F 3 %      
9.3 Effluents agricoles et forestiers       8%
9.5 Polluants atmosphériques F 1 %      
11.1 Évolution et altération de l'habitat É     3 %  
11.2 Sécheresses É     6 %  
11.3 Températures extrêmes É     3 %  
11.4 Tempêtes et inondations É     3 %  
11.5 Autres répercussions É     2 %  

Nota : Chaque barre représente le pourcentage du nombre total de menaces définies dans chaque sous-catégorie de menaces dans la RCO 11 (par exemple, si 100 menaces étaient recensées au total pour toutes les espèces prioritaires de la RCO 11, et que 10 d'entre elles étaient de la catégorie 1.1 Zones urbaines et d'habitations, la barre indiquerait 10 %). Les nuances d'ombrage dans les barres (TÉ = très élevée, É = élevée, M = moyenne et F = faible) représentent l'ampleur globale de toutes les menaces dans chaque sous-catégorie de menaces dans la région de conservation des oiseaux.

Tableau 4. Ampleur relative des menaces identifiées pour les espèces prioritaires dans la RCO 11 RPN, par catégorie de menaces et par grande catégorie d'habitats. Version accessible du Tableau 4

Élément 5 : Objectifs en matière de conservation

Des objectifs de conservation ont été conçus en vue de contrer les menaces et de fournir les renseignements manquants sur les espèces prioritaires. Ces objectifs décrivent les conditions environnementales ainsi que le travail de recherche et de surveillance jugés nécessaires pour progresser vers les objectifs démographiques et comprendre les problèmes de conservation sous-jacents pour les espèces aviaires prioritaires. À mesure qu’ils seront atteints, les objectifs de conservation vont collectivement contribuer à l’atteinte des objectifs démographiques. Dans la mesure du possible, les objectifs de conservation ont été élaborés pour profiter à plusieurs espèces et/ou pour lutter contre plus d’une menace.

Dans la RCO 11 RPN, la majorité des menaces sont liées à la perte et la dégradation de l’habitat. Par conséquent, la majeure partie des objectifs de conservation visaient à assurer la disponibilité d’habitats adéquats aux espèces prioritaires (41 %; figure 6). En comparaison, les mesures de gestion directe des espèces individuelles ou les efforts directs pour réduire mortalité ou accroître la productivité étaient rares et ne représentaient 14 % et 9 % des mesures recommandées, respectivement (figure 6). En raison de leurs effets potentiellement graves, les changements climatiques ont émergé comme des menaces d’une grande ampleur globale (tableau 4); les objectifs de conservation axés sur la gestion des effets néfastes des changements climatiques occupent également une place importante dans cette stratégie.

Figure 6. Pourcentage de tous les objectifs de conservation assignés à chaque catégorie d’objectifs
de conservation de la RCO 11 RPN.

Un graphique à barres horizontales indiquant le pourcentage de tous les objectifs de conservation qui est associé à chaque catégorie d'objectif de conservation.

Description textuelle pour la figure 6
Un graphique à barres horizontales indiquant le pourcentage de tous les objectifs de conservation (axe x) qui est associé à chaque catégorie d'objectif de conservation (axe y, p. ex. assurer des habitats adéquats, réduire les perturbations) dans la RCO 11 de la région des Prairies et du Nord.
Objectif de conservation %
1 Assurer un habitat adéquat 41 %
2 Réduire la mortalité et augmenter la productivité 9 %
3 Gestion d'espèces individuelles 14 %
4 Réduire les perturbations 2 %
5 Assurer un approvisionnement en nourriture adéquat 0 %
6 Gestion en fonction des changements climatiques 31 %
7 Améliorer la compréhension 2 %

Élément 6 : Mesures recommandées

Les mesures recommandées ont trait aux activités sur le terrain qui contribueront à l’atteinte des objectifs de conservation (voir la figure 7). Ces mesures sont généralement établies d’un point de vue stratégique, au lieu d’être hautement détaillées et directives. Dans la mesure du possible, les mesures recommandées ont été élaborées pour bénéficier à plusieurs espèces et/ou pour lutter contre plus d’une menace. Les mesures recommandées renvoient à celles présentées dans les documents de rétablissement des espèces en péril à l’échelle fédérale, provinciale ou territoriale (ou étayent ces mesures), mais sont habituellement plus générales que celles élaborées pour une seule espèce.

La conservation dans la RCO 11 RPN nécessite la participation d’une grande variété d’intervenants. Les pratiques de gestion bénéfiques, les politiques et les normes du secteur privé sont d’importants outils dans la conservation des espèces prioritaires de la région, tout comme les campagnes de sensibilisation et de communication auprès des intervenants et du public (figure 7). Cependant, dans cette région fortement modifiée par les humains, la protection des habitats naturels restants a également été ciblée comme un besoin important sur le plan de la conservation.

Figure 7. Pourcentage de mesures recommandées par sous-catégorie de mesures dans la RCO 11 RPN.

Nota : Les sous-catégories « Recherche » et « Surveillance » s’appliquent à des espèces données pour lesquelles on a besoin de plus d’information avant d’établir des mesures de conservation. Voir la section Besoins en matière de recherche et de surveillance des populations dans la version complète de la stratégie.

Un graphique à barres horizontales indiquant le pourcentage de mesures recommandées par sous-catégorie des mesures recommandées.

Description textuelle pour la figure 7
Un graphique à barres horizontales indiquant le pourcentage de mesures recommandées (axe x) par sous-catégorie des mesures recommandées (axe y, p. ex. protection de sites ou de zones, gestion des espèces) dans la RCO 11 de la région des Prairies et du Nord.
Mesure %
1.1 Protection de sites ou de zones 14 %
1.2 Protection des ressources et des habitats 1 %
2.1 Gestion de sites ou de zones 1 %
2.2 Lutte contre les espèces envahissantes ou problématiques 1 %
2.3 Restauration des habitats par des processus naturels 4 %
3.1 Gestion des espèces 0 %
3.2 Rétablissement des espèces 0 %
4.2 Formation 0 %
4.3 Sensibilisation et communications 11 %
5.1 Législation 7 %
5.2 Politiques et règlements 24 %
5.3 Normes et bonnes pratiques du secteur privé 11 %
5.4 Conformité et application de la loi 1 %
6.1 Entreprises liées et alternatives de sources de revenus 0 %
6.2 Substitution 0 %
6.3 Forces du marché 3 %
6.4 Paiements liés à la conservation 7 %
7.2 Création d'alliances et de partenariats 6 %
8.1 Recherche 8 %
8.2 Surveillance 1 %

Références

Donaldson, G.M., C. Hyslop, R.I.G. Morrison, H.L. Dickson et I. Davidson (dir.). 2000. Plan canadien de conservation des oiseaux de rivage. Service canadien de la faune, Environnement et Changement climatique Canada, Ottawa (Ont.). 27 pages.

Kennedy, J.A., E.A. Krebs et A.F. Camfield. 2012. Manuel pour la mise en place des plans pour la conservation de tous les oiseaux à l'intention des régions canadiennes de conservation des oiseaux, version d’avril 2012. Service canadien de la faune, Environnement et Changement climatique Canada. Ottawa (Ont.).

Milko, R., L. Dickson, R. Elliot et G. Donaldson. 2003. Envolées d’oiseaux aquatiques : Plan de conservation des oiseaux aquatiques du Canada. Service canadien de la faune, Environnement et Changement climatique Canada. Ottawa (Ont.). 28 pages.

National Audubon Society. 2010. The Christmas Bird Count Historical Results.

North American Bird Conservation Initiative, U.S. Committee, 2010. The State of the Birds 2010 Report on Climate Change, United States of America. U.S. Department of the Interior, Washington D.C.

Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). 2000. Land Cover Classification System. Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, Rome.

Plan nord-américain de gestion de la sauvagine, Comité du plan. 2004. Plan nord-américain de gestion de la sauvagine 2004. Orientation stratégique : renforcer les fondements biologiques. Service canadien de la faune, U.S. Fish and Wildlife Service, Secretaria de Medio Ambiente y Recursos Naturales, 32 pages.

Prairie Habitat Joint Venture. 2008. Prairie Habitat Joint Venture Implementation Plan 2007-2012. Report of the Prairie Habitat Joint Venture. Environnement et Changement climatique Canada, Edmonton, AB. 34pp. (révisé mai 2009).

Rich, T.D., C.J. Beardmore, H. Berlanga, P.J. Blancher, M.S.W. Bradstreet, G.S. Butcher, D.W. Demarest, E.H. Dunn, W.C. Hunter, E.E. Iñigo-Elias, J.A. Kennedy, A.M. Martell, A.O. Panjabi, D.N. Pashley, K.V. Rosenberg, C.M. Rustay, J.S. Wendt et T.C. Will. 2004. Partners in Flight North American Landbird Conservation Plan. Cornell Lab of Ornithology. Ithaca (NY).

Smith, G.W. 1995. A critical review of the aerial and ground surveys of breeding waterfowl in North America. Biological Science Report 5, National Biological Service, Washington, D.C. 252pp.

Thorpe, J. et B. Godwin. 2010. Prairie EcozonePlus Status and Trends Assessment [Draft #3, March 2010]. Préparé par le Saskatchewan Research Council, Saskatoon, SK.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :