Stratégie de conservation des oiseaux pour la région 7, région des Prairies et du Nord

- Version abrégée -

Mars 2013

Couverture de la publication

Version PDF - 4.42 Mo

La version abrégée de la stratégie disponible ici contient un résumé des résultats, mais ne comprend pas une analyse des besoins de conservation par habitat, une discussion sur les problèmes de conservation généralisés, ou l'identification des besoins en matière de recherche et de surveillance.

 

Pour obtenir une copie de la version complète de la présente stratégie, veuillez contacter migratorybirds_oiseauxmigrateurs@ec.gc.ca.

Table des matières

Liste des figures

Liste des tableaux

Préface

Environnement et Changement climatique Canada a dirigé l'élaboration de stratégies pour la conservation de tous les oiseaux dans chacune des régions de conservation des oiseaux (RCO) situées sur le territoire canadien, en ébauchant de nouvelles stratégies qui, avec les stratégies déjà existantes, ont été intégrées à un cadre global de conservation de toutes les espèces aviaires. Ces stratégies intégrées de conservation de tous les oiseaux serviront d'assise à la mise en œuvre des programmes de conservation de l'avifaune au Canada, en plus d'orienter le soutien apporté par le Canada aux mesures de conservation déployées dans les autres pays importants pour les oiseaux migrateurs du Canada. La contribution des partenaires de conservation d'Environnement et Changement climatique Canada aux stratégies est tout aussi essentielle que leur collaboration à la mise en œuvre des recommandations contenues dans les stratégies.

Pour assurer l'emploi d'une méthode uniforme dans toutes les RCO, Environnement et Changement climatique Canada a établi des normes nationales en matière de conception des stratégies. Les stratégies de conservation des oiseaux serviront de toile de fond à l'établissement, pour chaque RCO, de plans de mise en œuvre qui s'appuieront sur les programmes actuellement exécutés sous l'égide des plans conjoints ou d'autres mécanismes de partenariat. Les propriétaires fonciers, y compris les Autochtones, seront consultés avant la mise en œuvre des stratégies.

Les objectifs de conservation et les mesures recommandées dans les stratégies de conservation constitueront le fondement biologique qui soutiendra la formulation des lignes directrices et des pratiques de gestion bénéfiques favorisant l'observation des règlements d'application de la Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs.

Remerciements

Craig S. Machtans était l'auteur principal du présent document; il a suivi des modèles élaborés par Alaine Camfield, Judith Kennedy et Elsie Krebs, avec l'aide des planificateurs des régions de conservation des oiseaux dans chacune des régions du Service canadien de la faune à l'échelle du Canada. K. Calon, W. Fleming, T.J. Habib, K.C. Hannah, E. Kuczynski, C.L. Mahon et K. St. Laurent ont mené tous les travaux initiaux en vue de peaufiner les listes des espèces prioritaires, d'évaluer les objectifs et les menaces, d'effectuer des recherches sur les associations à un habitat, et de produire la première ébauche de la stratégie et de remplir la base de données. Toutefois, nous tenons également à remercier toutes les personnes qui ont contribué à cette stratégie, car un travail de cette ampleur ne peut être accompli sans la contribution d'autres collègues qui ont fourni des renseignements techniques ou validés, qui ont formulé leurs remarques sur les ébauches précédentes de la stratégie, et qui ont appuyé le processus de planification.

Stratégie de conservation des oiseaux pour la région de conservation des oiseaux 7, région des Prairies et du Nord : Taïga du Bouclier et plaine hudsonienne

Carte

Description textuelle pour la carte de la RCO 7 RPN

Carte des régions de conservation des oiseaux (RCO) du Canada, avec la RCO 7 de la région des Prairies et du Nord : Taïga du Bouclier et plaine hudsonienne mise en évidence en rouge pâle et délimitée en rouge. Le Canada (avec l'Alaska, le Groenland et la partie nord des États-Unis apparaît également en gris) est illustré en très pâle puisqu'il est présenté uniquement pour fournir un contexte à l'emplacement de la RCO 7 PN mise en évidence. La carte géographique du Canada délavée est divisée par région de conservation des oiseaux (12 régions de conservation des oiseaux canadiennes au total), avec différentes couleurs et leurs emplacements exacts. Toutefois, leurs tailles sont indifférenciables, à l'exception de celle de la RCO 7 PN.

La RCO7 PN mise en évidence s'étend de la moitié est des Territoires du Nord-Ouest au sud du Nunavut, jusqu'à la frontière de l'Ontario, le long de la baie d'Hudson. La région de conservation des oiseaux est principalement située dans les Territoires du Nord-Ouest, dans une bande est-ouest au nord de la forêt boréale et chevauche la limite forestière. Ses frontières sud comprennent également les parties les plus au nord de la Saskatchewan et de l'Alberta. La légende suivante apparaît dans le coin supérieur droit de la carte : « Régions de conservation des oiseaux du Canada. RCO 7 RPN - Taïga du Bouclier et plaine hudsonienne » et comprend le logo d'Environnement et Changement climatique Canada, et le logo du gouvernement du Canada.

Sommaire

La partie de la région des Prairies et du Nord (RPN) de la région de conservation des oiseaux 7 (RCO 7) comprend la partie ouest de deux écozones : la taïga du bouclier et les plaines hudsoniennes. Cette sous-région de la région de conservation des oiseaux s'étend du nord-ouest de la côte de la baie d'Hudson, au Manitoba, en passant par les Territoires du Nord-Ouest (T.N.-O.), jusqu'au Grand lac de l'Ours, à l'ouest. Près de la moitié (49 %) de la région de conservation des oiseaux, dont la superficie est d'environ 700 000 km2, se trouve dans les Territoires du Nord-Ouest, avec 28 % au Manitoba, 15 % au Nunavut, 7 % en Saskatchewan, et 1 % de la zone de la stratégie dans le coin extrême nord-est de l'Alberta.

Cette stratégie de conservation pour la RCO 7 RPN s'appuie sur les stratégies de conservation des oiseaux existantes et elle étaye celles créées pour les autres régions de conservation des oiseaux dans tout le Canada. Les stratégies de conservation utilisées dans les régions serviront de cadre pour mettre en œuvre la conservation des oiseaux à l'échelle nationale, ainsi qu'à déterminer les problèmes de conservation associés aux oiseaux prioritaires au Canada. Cette stratégie ne se veut pas très normative, mais elle vise plutôt à guider les futurs efforts de mise en œuvre par les divers partenaires et intervenants.

La grande majorité de la RCO 7 RPN se compose de terres de la Couronne, même si la partie ouest de la région fait partie des terres revendiquées par les Tłįcho. Cette région visée par une revendication territoriale comprend les terres privées où les Tłįcho exercent l'autonomie gouvernementale et une plus grande zone qui se trouve sous un régime de codétermination pour les enjeux relatifs à la faune. La marge nord de la région de conservation des oiseaux s'étend le long des plaines de l'Arctique, principalement en suivant la limite forestière, et la marge sud borde la majeure partie des écozones du bouclier boréal et des plaines boréales. Les parties continentales du nord de la région de conservation des oiseaux sont constituées principalement de forêts conifériennes rabougris parsemées d'étangs et de tourbières qui recouvrent le substrat rocheux de granite du Bouclier canadien. De nombreux lacs et étangs parsèment le paysage. Dans les plaines de la baie d'Hudson, les plaines inondables et les marécages côtiers deviennent dominants, tout comme un climat plus doux qui joue un rôle important dans la composition de la flore et de la faune. Les principaux réseaux hydrographiques et d'évacuation comprennent le nord de la baie d'Hudson (Thelon) et le bassin versant du fleuve Mackenzie, avec des liens vers les rivières de la Paix et Athabasca.

Les perturbations d'origine humaine sont très limitées dans la RCO 7 RPN. Presque tous les établissements se situent à la limite de la région de conservation des oiseaux ou près de cette limite, et le développement industriel y est local et restreint par nature. La zone où il y a de loin le plus d'activité anthropique est située près de Yellowknife, dans les Territoires du Nord-Ouest. La principale activité économique dans la région de conservation des oiseaux est l'exploitation minière, mais à l'heure actuelle, il n'y a qu'une seule mine d'exploitation de quelque nature que ce soit, à savoir la mine de diamants de DeBeers Canada au lac Snap. Il existe de nombreuses petites mines abandonnées, plusieurs endroits avec des mines potentielles à un certain stade de développement, et le potentiel minier est élevé dans l'ensemble de la taïga du bouclier. Il n'y a aucune activité forestière et la suppression des incendies est généralement limitée à la protection des « valeurs à risque » telles que les zones industrielles et les établissements humains. Des incendies brûlent régulièrement de grandes zones dans les deux tiers du sud de la région de conservation des oiseaux.

Parmi les 195 espèces dans la RCO 7 RPN, 62 (32 %) se sont vues accorder une classification prioritaire. Les oiseaux terrestres comptaient le plus d'espèces prioritaires (22 espèces sur 106), suivis des oiseaux aquatiques (15 sur 30), de la sauvagine (13 sur 30) et des oiseaux de rivage (12 sur 29). Neuf espèces sont prioritaires, car elles ont été évaluées comme étant « en péril » par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC); sept d'entre elles sont inscrites sur la liste de l'annexe 1 de la Loi sur les espèces en péril du gouvernement fédéral, tandis que cinq d'entre elles sont inscrites à l'échelle provinciale. Les milieux humides et les plans d'eau étaient les habitats utilisés le plus souvent en ce qui concerne toutes les espèces prioritaires.

Il y a un important problème de conservation dans la RCO 7 RPN : la surabondance de la Petite Oie des neiges et la croissance rapide des populations d'Oie de Ross. Ces oiseaux sont devenus extrêmement nombreux au cours des quelques dernières décennies, principalement en raison des pratiques agricoles le long des routes migratoires et dans les aires d'hivernage, qui leur offrent une source de nourriture illimitée. Les immenses volées de ces oiseaux ont des effets dévastateurs sur l'habitat naturel des pâturages côtiers et de la toundra pendant la saison de reproduction et la migration, ce qui, à son tour, a une incidence sur un grand nombre d'autres oiseaux. Dans la RCO 7 RPN, cet effet se limite aux zones côtières le long de la baie d'Hudson, dans les colonies d'oies blanches et près de celles-ci, et dans leurs aires de halte migratoire avoisinantes. Même si ledit effet est grave, il est localisé à l'échelle de la région de conservation des oiseaux. Étant donné que cette menace et les autres menaces pour les espèces prioritaires sont de faible ampleur, on n'a pas élaboré d'objectifs de conservation ni de mesures recommandées dans le cadre de cette stratégie.

La seule problématique généralisée qui s'applique clairement à la RCO7 RPN est celle des changements climatiques. Les répercussions de la pollution, les collisions d'oiseaux avec les structures et la prédation par les chats ont été considérées comme des menaces mineures. D'autres menaces peuvent se trouver à l'extérieur de la région de conservation des oiseaux, en particulier pour les oiseaux migrateurs de longue distance qui peuvent être touchés dans leur habitat d'hivernage ou dans d'importantes haltes migratoires aux États-Unis, en Amérique centrale et du Sud, ou dans les îles des Caraïbes. Les principales menaces internationales comprennent l'aménagement côtier, la déforestation, ainsi que l'expansion et l'intensification de l'agriculture.

Les objectifs de population et les besoins de conservation sont difficiles à déterminer avec précision, car il y a très peu de surveillance des oiseaux dans la RCO 7 RPN. La surveillance se limite à deux relevés localisés d'oiseaux terrestres, à une étude locale sur la productivité de la sauvagine à long terme, ainsi qu'aux transects aériens annuels pour la sauvagine effectués au printemps. Toutes ces activités de surveillance sont réalisées à l'extrémité ouest de cette région de conservation des oiseaux. Par conséquent, il n'existe aucune donnée de qualité sur la saison de reproduction à l'échelle de la région de conservation, quelle que soit l'espèce. Le résultat net de ce manque de surveillance complète est que bon nombre des objectifs de population sont définis sur l'évaluation ou le maintien, car on ne connaît pas la tendance de la population de la région de conservation des oiseaux.

Dans l'ensemble, les messages clés pour la conservation des oiseaux dans la RCO 7 RPN sont les suivants :

  • La pression exercée par le développement est faible à l'heure actuelle, on l'observe principalement le long des marges de la RCO, et dans un avenir prévisible, sa gestion devrait demeurer optimale, étant donné que les préoccupations propres aux sites sont gérées par l'entremise du système de réglementation existant pour les évaluations environnementales.
  • La préoccupation existante en matière de conservation est liée à la surabondance d'oies blanches près de la baie d'Hudson; elle a soulevé l'attention internationale en matière d'approches de gestion.
  • Les données de surveillance sont si limitées que les données sur les tendances de la population propres aux sous-régions de la RCO ne peuvent pas être produites; il s'agit d'une nécessité primordiale pour déterminer l'état des populations à l'échelle régionale.

Introduction : Stratégies de conservation des oiseaux

Contexte

Le présent document fait partie d'une série de stratégies régionales de conservation des oiseaux qu'Environnement et Changement climatique Canada a préparées pour toutes les régions du pays. Ces stratégies répondent au besoin qu'a Environnement et Changement climatique Canada d'établir des priorités de conservation des oiseaux qui soient intégrées et clairement formulées, afin de soutenir l'exécution du programme canadien sur les oiseaux migrateurs, tant au pays qu'à l'échelle internationale. Cette série de stratégies prend appui sur les plans de conservation déjà établis pour les quatre groupes d'oiseaux (sauvagineNote de bas de page[1], oiseaux aquatiquesNote de bas de page[2], oiseaux de rivageNote de bas de page[3] et oiseaux terrestresNote de bas de page[4]) dans la plupart des régions du Canada, et sur des plans nationaux et continentaux, et inclut les oiseaux qui relèvent des mandats provinciaux et territoriaux. De plus, ces nouvelles stratégies uniformisent les méthodes employées partout au Canada, en plus de combler des lacunes, puisque les plans régionaux précédents ne couvrent pas toutes les régions du Canada ni tous les groupes d'oiseaux.

Ces stratégies présentent un recueil des interventions requises selon le principe général préconisant l'atteinte des niveaux de population établis à partir de données scientifiques, principe promu par les quatre principales initiatives de conservation des oiseaux. Ces niveaux de population ne correspondent pas nécessairement aux populations minimales viables ou durables, mais sont représentatifs de l'état de l'habitat ou du paysage à une époque antérieure aux chutes démographiques importantes qu'ont connues récemment de nombreuses espèces, de sources connues ou inconnues. Les menaces dégagées dans ces stratégies ont été établies à partir de l'information scientifique actuellement disponible et d'opinions d'experts. Les objectifs et les mesures de conservation correspondants vont contribuer à stabiliser les populations aux niveaux souhaités.

Les stratégies s'appliquant aux régions de conservation des oiseaux (RCO) ne sont pas des documents hautement directifs. En général, les praticiens devront consulter des sources d'information complémentaires à l'échelle locale afin d'obtenir suffisamment de détails pour pouvoir appliquer les recommandations des stratégies. Des outils comme des pratiques de gestion bénéfiques permettront aussi d'orienter la mise en œuvre des stratégies. Les partenaires qui souhaitent contribuer à mettre en œuvre ces stratégies, comme les participants aux plans conjoints pour l'habitat établis dans le cadre du Plan nord-américain de gestion de la sauvagine (PNAGS), connaissent bien le type de planification détaillée de la mise en œuvre nécessaire pour coordonner et accomplir le travail de terrain.

Structure de la stratégie

La Section 1 de la stratégie, ci-dessous, contient de l'information générale sur la RCO et la sous-région, avec un survol des six élémentsNote de bas de page[5] qui résument l'état de la conservation des oiseaux à l'échelle de la sous-région. La Section 2, qui fait partie de la version complète de la stratégie, fournit des renseignements plus détaillés sur les menaces, les objectifs et les mesures à prendre pour des regroupements d'espèces prioritaires, constitués selon chacun des grands types d'habitats de la sous-région. La Section 3, également partie de la version complète de la stratégie, présente d'autres problématiques généralisées liées à la conservation qui ne s'appliquent pas à un habitat en particulier ou qui n'ont pas été pris en compte lors de l'évaluation des menaces pour une espèce donnée, et traite des besoins en matière de recherche et de surveillance, de même que des menaces affectant les oiseaux migrateurs lorsqu'ils sont à l'extérieur du Canada. L'approche et la méthodologie sont résumées dans les annexes de la version complète de la stratégie, mais sont exposées plus en détail dans un document distinct (Kennedy et coll., 2012). Une base de données nationale contient toute l'information sous-jacente résumée dans la présente stratégie (disponible auprès d'Environnement et Changement climatique Canada).

Caractéristiques de la région de conservation des oiseaux 7 - Région des Prairies et du Nord

La partie de la région de conservation des oiseaux 7 de la région des Prairies et du Nord (RCO 7 RPN) comprend des portions de deux écozones canadiennes : la moitié ouest de la taïga du bouclier et la partie ouest des plaines hudsoniennes. La sous-région de la RCO 7 RPN est d'environ 700 710 km2, soit 40 % du total de la RCO 7 au Canada. Elle borde les eaux de la baie d'Hudson et les plaines de l'Arctique du Nunavut et des Territoires du Nord-Ouest vers le nord, par la région du bouclier de résineux boréal au sud, et à l'ouest par les plaines de la taïga boréale, en Alberta et dans les Territoires du Nord-Ouest (figure 1). La partie de la RCO 7 RPN qui comprend les basses terres côtières de la baie d'Hudson est principalement constituée de marais salés abritant la zostère et d'autres espèces tolérant le sel qui suivent la bordure des régions côtières. Ces habitats influencés par l'océan se transforment en tourbières minérotrophes, tourbières oligotrophes et zones de toundra plus à l'intérieur des terres. La partie continentale intérieure de la RCO 7 RPN se trouve dans l'écozone de la taïga du bouclier. La partie ouest de la sous-région de la région de conservation des oiseaux s'étend sur la partie sud du Nunavut (15 % de la sous-région), puis dans les Territoires du Nord-Ouest (49 % de la sous-région), et elle borde l'écozone de l'Arctique près du Grand lac de l'Ours. Les 36 % de la sous-région restants se trouvent dans le nord des provinces des Prairies; le Manitoba possède la deuxième plus grande partie de la zone (28 %), suivi de la Saskatchewan (7 %), et d'une minuscule partie de l'Alberta (1 % de la sous-région).

Figure 1 : Carte de la RCO 7 indiquant l'emplacement des revendications territoriales réglées des Premières nations, les collectivités et les frontières provinciales et territoriales par rapport à la limite de la région de conservation des oiseaux.

Carte

Description textuelle de la Figure 1

Carte de la RCO 7 de la région des Prairies et du Nord : Taïga du Bouclier et plaine hudsonienne, illustrant l'emplacement des revendications territoriales réglées des Premières nations, les collectivités et les frontières provinciales et territoriales par rapport à la limite de la région de conservation des oiseaux. La carte comprend les zones aux alentours immédiats de la région de conservation des oiseaux dans les Territoires du Nord-Ouest, au Nunavut, en Ontario, au Manitoba, en Saskatchewan et en Alberta. Les frontières des RCO 3 PN, 6 PN, 7 ON, 8 PN et 8 ON sont délimitées. La RCO 7PN est en couleur (ses frontières sont indiquées par une ligne rouge épaisse) tandis que les autres apparaissent en gris. Le médaillon dans le coin inférieur gauche représente une carte du Canada avec la RCO 7 PN mise en évidence en rouge. La RCO 7 PN s'étend de la moitié est des Territoires du Nord-Ouest, du Nunavut et du nord du Manitoba, à la frontière de l'Ontario, le long de la baie d'Hudson. La région de conservation des oiseaux est principalement située dans les Territoires du Nord-Ouest, dans une bande est-ouest au nord de la forêt boréale et chevauche la limite forestière. Ses frontières sud comprennent également les parties les plus au nord de la Saskatchewan et de l'Alberta. La plupart des collectivités sont situées le long des frontières ouest et sud de la RCO7 PN, et les deux revendications territoriales indiquées se trouvent dans la partie centrale des Territoires du Nord-Ouest, au nord de Yellowknife.

Cette carte présente deux légendes bilingues. La première est encadrée et indique : « Legend/Légende, Wek'èezhii Settlement Boundary/Limite de l'établissement Wek'èezhii, Tlicho Private lands/Terres privées de Tlicho ». La deuxième légende apparaît sous la carte et indique : « Geopolitical information/Information géopolitique. Sources : Wek'èezhii Renewable Resources Board, Wek'èezhii Renewable Resources Board »

Il y a également une représentation visuelle de l'échelle de la carte dans la légende, qui indique 0, 100, 200 et 400 km. La projection UTM est 13 (NAD, 1983).

L'habitat dans la RCO 7 RPN est dominé par des forêts d'épinettes noires ou de pins gris de la taïga du Bouclier, qui est interrelié à un réseau de tourbières, de rivières et d'innombrables étangs et lacs (figure 2). La couverture terrestre générale est résumée aux figures 3 et 4. Les lecteurs intéressés doivent consulter le groupe de classification des écosystèmes (Ecosystem Classification Group, 2008) pour obtenir des descriptions détaillées et des images de tous les aspects de la géographie, de la végétation et d'autres caractéristiques de l'écozone de la taïga du bouclier dans les Territoires du Nord-Ouest. Le saule et le bouleau sont d'importants habitats feuillus dans de nombreuses zones littorales et basses terres là où il y a développement du sol. Les zones de basses terres ont des sols organiques posés sur une fondation de substrat rocheux en granite du Bouclier canadien qui s'est formée au cours de la période du Précambrien. Ces basses terres saturées se transforment en zones arbustives en altitude, puis dans les zones de hautes terres exposées, qui sont constituées de landes de toundra colonisées par de petites plantes vasculaires, de lichens, ainsi que de mousses. De vastes zones n'ont pas de sol continu recouvrant le substrat rocheux exposé. Le climat froid à l'intérieur des terres se réchauffe et devient un climat côtier tempéré se déplaçant vers l'est vers la baie d'Hudson. Ce paysage diversifié de l'étendue ouest de l'écozone des plaines hudsoniennes est fortement influencé par des influences océaniques venant de l'est en se transformant en des étangs d'eau douce, de la toundra et des forêts à croissance arrêtée à partir de l'ouest, et il est important pour de nombreuses espèces d'oiseaux qui vivent dans cette grande zone à la fois de manière saisonnière et tout au long de l'année.

Les perturbations naturelles dans la RCO 7 RPN sont semblables à celles qui se produisent dans la région boréale vers le sud, mais souvent sans les restrictions imposées par les humains, notamment la suppression des incendies. Les incendies, les infestations d'insectes et les phénomènes météorologiques extrêmes (p. ex., les bourrasques, les fortes chutes de neige) ont une incidence sur la végétation régionale, tout comme le pâturage et le broutement de mammifères (p. ex., des troupeaux de caribous). Des incendies brûlent régulièrement de vastes portions des deux tiers du sud de la région de conservation des oiseaux (figure 5). Les changements climatiques mondiaux auront une incidence sur ces régimes de perturbations naturelles (GIEC, 2007).

La population humaine de toutes les zones de peuplement dans la RCO 7 RPN est d'environ 28 000 personnes, dont la grande majorité vit dans les Territoires du Nord-Ouest, à Yellowknife en particulier (20 000 personnes). Les plus grands établissements humains dans les provinces dans la partie sud de la RCO contiennent chacun mille habitants ou moins. Presque tous ces établissements se trouvent en réalité sur la frontière de la région de conservation des oiseaux (figure 1) ou à proximité de celle-ci, ce qui en fait l'une des régions de conservation des oiseaux les plus faiblement peuplées au Canada. Il existe de nombreuses aires protégées dans la RCO (figure 6). La plupart se trouvent dans les trois provinces et elles sont protégées en vertu de lois provinciales. Il existe des propositions relatives à deux nouvelles aires protégées par le gouvernement fédéral pour les secteurs au-dessus des régions du Grand lac des Esclaves.

Figure 2 : Une vue aérienne d'un habitat typique de la RCO 7 dans les Territoires du Nord-Ouest.

Territoires du Nord-Ouest

© Environnement et Changement climatique Canada - Photo : Craig Machtans

Figure 3 : Couverture terrestre dans la RCO 7 de la région des Prairies et du Nord.
Les milieux humides sont difficiles à distinguer sans dominer l'image; la figure 4les affiche de manière préférentielle.

Carte

Description textuelle de la Figure 3

Carte de la couverture terrestre de la RCO 7 de la région des Prairies et du Nord : Taïga du Bouclier et plaine hudsonienne. La carte comprend les zones aux alentours immédiats de la région de conservation des oiseaux dans les Territoires du Nord-Ouest, au Nunavut, en Ontario, au Manitoba, en Saskatchewan et en Alberta. Les frontières des RCO 3 PN, 6 PN, 7 ON, 8 PN et 8 ON sont délimitées. La RCO 7 PN est en couleur (ses frontières sont indiquées par une ligne rouge épaisse) tandis que les autres apparaissent en gris. Le médaillon dans le coin inférieur gauche représente une carte du Canada avec la RCO 7 PN mise en évidence en rouge.

La RCO7 PN s'étend de la moitié est des Territoires du Nord-Ouest, au sud du Nunavut et au nord du Manitoba, jusqu'à la frontière de l'Ontario, le long de la baie d'Hudson. La région de conservation des oiseaux est principalement située dans les Territoires du Nord-Ouest, dans une bande est-ouest au nord de la forêt boréale et chevauche la limite forestière. Ses frontières sud comprennent également les parties les plus au nord de la Saskatchewan et de l'Alberta. Les différents types d'habitat qui existent dans la région de conservation des oiseaux sont représentés sur la carte avec différentes couleurs, qui sont expliquées dans la légende bilingue suivante (qui apparaît à droite de la carte) :

  • Coniferous/conifères
  • Deciduous/feuillus
  • Mixedwood/forêt mixte
  • Shrubs and early successional/arbustes et regeneration
  • Herbaceous/herbacées
  • Cultivated and managed areas/zone cultivées et aménagées
  • Lichens and mosses/lichens et mousses
  • Wetlands/terres humides
  • Alpine/alpin
  • Snow and ice/neige et glace
  • Bare areas/denude
  • Urban/urbain
  • Water bodies/plans d'eau
  • Riparian/riverain
  • Coastal/côtier

Les types d'habitat les plus courants visibles à cette échelle dans la RCO 7 PN sont herbacés (dont la toundra; plus répandue dans le nord), des forêts de conifères (plus répandues dans le sud) et des plans d'eau un peu partout. Il y a une quantité modérée d'habitat d'arbustes et de régénération dans les deux tiers au sud de la région de conservation des oiseaux qui correspond plus ou moins aux zones brûlées. Les zones riveraines apparaissent en fortes concentrations dans l'est de la région de conservation des oiseaux (plaine hudsonienne). Les autres catégories d'habitat ne sont pas évidentes à cette échelle.

Le reste du texte de la légende est le suivant : Sources : Carte de la couverture terrestre du Canada en 2005 (Centre canadien de télédétection, 2008), couverture terrestre vers les années 2000 (Committee on Internal Trade, 2009), Canvec version 9.0 (Committee on Internal Trade, 2011), données-cadres nationales de l'Atlas du Canada à l'échelle de 1/1 000 000 - Hydrologie (Centre canadien de télédétection, 2008). Sources : Land Cover Map of Canada 2005 (CCRS, 2008), Land Cover circa 2000 (CIT, 2009), Canvec v 9.0 (CIT, 2011), Atlas of Canada1,000,000 National Framework Data - Hydrology (CCRS, 2008). Il y a également une représentation visuelle de l'échelle de la carte dans la légende, qui indique 0, 100, 200 et 400 km. La projection UTM est 13 (NAD, 1983).

Figure 4 : Couverture terrestre dans la RCO 7 de la région des Prairies et du Nord où les milieux humides sont présentés de manière préférentielle.

Carte

Description textuelle de la Figure 4

Carte de la couverture terrestre de la RCO 7 de la région des Prairies et du Nord : Taïga du Bouclier et plaine hudsonienne, avec terres humides davantage mises en évidence. La carte comprend les zones aux alentours immédiats de la région de conservation des oiseaux dans les Territoires du Nord-Ouest, au Nunavut, en Ontario, au Manitoba, en Saskatchewan et en Alberta. Les frontières des RCO 3 PN, 6 PN, 7 ON, 8 PN et 8 ON sont délimitées. La RCO 7 PN est en couleur (ses frontières sont indiquées par une ligne rouge épaisse) tandis que les autres apparaissent en gris. Le médaillon dans le coin inférieur gauche représente une carte du Canada avec la RCO 7 PN mise en évidence en rouge.

La RCO7 PN s'étend de la moitié est des Territoires du Nord-Ouest, au sud du Nunavut et au nord du Manitoba, jusqu'à la frontière de l'Ontario, le long de la baie d'Hudson. La région de conservation des oiseaux est principalement située dans les Territoires du Nord-Ouest, dans une bande est-ouest au nord de la forêt boréale et chevauche la limite forestière. Ses frontières sud comprennent également les parties les plus au nord de la Saskatchewan et de l'Alberta. Les différents types d'habitat qui existent dans la région de conservation des oiseaux sont représentés sur la carte avec différentes couleurs, qui sont expliquées dans la légende bilingue suivante (qui apparaît à droite de la carte) :

  • Coniferous/conifères
  • Deciduous/feuillus
  • Mixedwood/forêt mixte
  • Shrubs and early successional/arbustes et regeneration
  • Herbaceous/herbacées
  • Cultivated and managed areas/zone cultivées et aménagées
  • Lichens and mosses/lichens et mousses
  • Wetlands/terres humides
  • Alpine/alpin
  • Snow and ice/neige et glace
  • Bare areas/denude
  • Urban/urbain
  • Water bodies/plans d'eau
  • Riparian/riverain
  • Coastal/côtier

Les types d'habitat les plus courants qui sont visibles à cette échelle, dans la RCO 7 PN, sont herbacés (dont la toundra, plus répandue dans le nord), des forêts de conifères (plus répandues dans le sud), et des plans d'eau et des terres humides un peu partout. Les terres humides, puisqu'elles sont davantage mises en évidence, s'affichent en concentration élevée dans toute la partie est de la région de conservation des oiseaux (plaine hudsonienne) et également dans le centre de la partie nord. Il y a une quantité modérée d'habitat d'arbustes et de régénération dans les deux tiers au sud de la région de conservation des oiseaux qui correspond plus ou moins aux zones brûlées. Les zones riveraines s'affichent en fortes concentrations dans l'est de la région de conservation des oiseaux et sont associées aux terres humides (plaine hudsonienne). Les autres catégories d'habitat ne sont pas évidentes à cette échelle.

Le reste du texte de la légende est le suivant : Sources : Carte de la couverture terrestre du Canada en 2005 (Centre canadien de télédétection, 2008), couverture terrestre vers les années 2000 (Committee on Internal Trade, 2009), Canvec version 9.0 (Committee on Internal Trade, 2011), données-cadres nationales de l'Atlas du Canada à l'échelle de 1/1 000 000 - Hydrologie (Centre canadien de télédétection, 2008). Sources : Land Cover Map of Canada 2005 (CCRS, 2008), Land Cover circa 2000 (CIT, 2009), Canvec v 9.0 (CIT, 2011), Atlas of Canada1,000,000 National Framework Data - Hydrology (CCRS, 2008). Il y a également une représentation visuelle de l'échelle de la carte dans la légende, qui indique 0, 100, 200 et 400 km. La projection UTM est 13 (NAD, 1983).

Figure 5 : La superficie de la RCO 7 de la région des Prairies et du Nord brûlée par les incendies de forêt (zones en rouge) au cours des 30 à 80 dernières années.
La couverture va de 1965 à 2010 pour les Territoires du Nord-Ouest, de 1931 à 2009 pour l'Alberta, de 1945 à 2010 pour la Saskatchewan, de 1980 à 2008 pour le Manitoba.

Carte

Description textuelle de la Figure 5

La superficie de la RCO 7 de la région des Prairies et du Nord brûlée par les incendies de forêt (zones en rouge) au cours des 30 à 80 dernières années. La carte comprend les zones aux alentours immédiats de la région de conservation des oiseaux dans les Territoires du Nord-Ouest, au Nunavut, en Ontario, au Manitoba, en Saskatchewan et en Alberta. Les frontières des RCO 3 PN, 6 PN, 7 ON, 8 PN et 8 ON sont délimitées. La RCO 7 PN est en couleur (ses frontières sont indiquées par une ligne rouge épaisse) tandis que les autres apparaissent en gris. Le médaillon dans le coin inférieur gauche représente une carte du Canada avec la RCO 7 PN mise en évidence en rouge. La RCO 7 PN s'étend de la moitié est des Territoires du Nord-Ouest, du Nunavut et du nord du Manitoba, à la frontière de l'Ontario, le long de la baie d'Hudson. La région de conservation des oiseaux est principalement située dans les Territoires du Nord-Ouest, dans une bande est-ouest au nord de la forêt boréale et chevauche la limite forestière. Ses frontières sud comprennent également les parties les plus au nord de la Saskatchewan et de l'Alberta. Un grand pourcentage de la région de conservation des oiseaux a été brûlé, selon une distribution par parcelle; la majorité des brûlures étant le long des deux tiers inférieurs de la région de conservation des oiseaux. Une légende apparaît sous la carte et indique : « Forest fires>200 hectares / Incendies de forêt>200 hectares. Sources : Government of the Northwest Territories; Canadian National Fire Database, Natural Resources Canada. Gouvernement des Territoires du Nord-Ouest; Base nationale de données sur les feux de forêt du Canada, Ressources naturelles Canada. Il y a également une représentation visuelle de l'échelle de la carte dans la légende, qui indique 0, 100, 200, 400 et 600 km. La projection UTM est 13 (NAD, 1983).

Figure 6 : Zones protégées et désignées dans la RCO 7 de la région des Prairies et du Nord et à proximité de celle-ci.
Le site Ramsar est le delta des rivières de la Paix et Athabasca, à l'extrémité sud-ouest de la RCO. Des renseignements sur les zones importantes pour la conservation des oiseaux sont disponibles à Zones importantes pour la conservation des oiseaux au Canada. Les aires protégées sont numérotées : 1. Parc national du Canada Wood Buffalo; 2. Parc provincial sauvage La Butte Creek; 3. Parc provincial sauvage Colin-Cornwall Lakes ; 4. Zone spéciale de gestion de Tazin Lake; 5. Zone spéciale de gestion de Chappuis-Fontaine Lakes; 6. Zone spéciale de gestion de Misaw Lake; 7. Parc provincial Colvin Lake; 8. Parc provincial Nueltin Lake; 9. Réserve écologique de Baralzon Lake; 10. Parc provincial Caribou River; 11. Réserve du parc provincial Sand Lakes; 12. Parc provincial Numaykoos Lake; 13. Parc national Wapusk; 14. Zone de gestion de la faune de Kaskatamagan Sipi; 15. Zone de gestion de la faune de Kaskatamagan; 16. Refuge faunique Thelon. Non illustré : Trois parcs territoriaux près de Yellowknife, une proposition relative à la réserve du parc national Thaidene Nene qui couvre une partie du bras est du Grand lac des Esclaves, et une réserve nationale de faune candidate dans le bras nord du Grand lac des Esclaves.

Carte

Description textuelle de la Figure 6

Carte des aires protégées et autres aires désignées de la RCO 7 de la région des Prairies et du Nord : Taïga du Bouclier et plaine hudsonienne. La carte comprend les zones aux alentours immédiats de la région de conservation des oiseaux dans les Territoires du Nord-Ouest, au Nunavut, en Ontario, au Manitoba, en Saskatchewan et en Alberta. Les frontières des RCO 3 PN, 6 PN, 7 ON, 8 PN et 8 ON sont délimitées. La RCO 7 PN est en couleur (ses frontières sont indiquées par une ligne rouge épaisse) tandis que les autres apparaissent en gris. Le médaillon dans le coin inférieur gauche représente une carte du Canada avec la RCO 7 PN mise en évidence en rouge.

La RCO7 PN s'étend de la moitié est des Territoires du Nord-Ouest, au sud du Nunavut et au nord du Manitoba, jusqu'à la frontière de l'Ontario, le long de la baie d'Hudson. La région de conservation des oiseaux est principalement située dans les Territoires du Nord-Ouest, dans une bande est-ouest au nord de la forêt boréale et chevauche la limite forestière. Ses frontières sud comprennent également les parties les plus au nord de la Saskatchewan et de l'Alberta.

Les différents types d'aires protégées qui existent dans la région de conservation des oiseaux sont représentés sur la carte avec différentes couleurs, qui sont expliquées dans la légende bilingue suivante (qui apparaît à droite de la carte) :

Protected areas/Autres aires désignées

  • Environment and Climate Change Canada/Environnement et Changement climatique Canada
  • Parks Canada/Parcs Canada
  • Aboriginal Affairs and Northern Development Canada/Affaires autochtones et Développement du Nord Canada
  • Provincial and territorial/Provincial et territorial

Other designated areas/Autres aires désignées

  • Ramsar/Ramsar
  • Important Bird Areas/Aires d'importance pour les oiseaux

Le type d'aire protégée le plus courant illustré est provincial et apparaît sous forme de mosaïque dans toute la partie est de la région de conservation des oiseaux. On retrouve deux grands parcs nationaux, l'un dans la région de conservation des oiseaux située à proximité de la baie d'Hudson, et l'autre à proximité du coin sud-ouest de la région de conservation des oiseaux. Il existe plusieurs petites zones importantes pour la conservation des oiseaux dans l'ensemble, et une zone d'Affaires autochtones et Développement du Nord Canada évidente.

Il y a également une représentation visuelle de l'échelle de la carte dans la légende, qui indique 0, 100, 200 et 400 km. La projection UTM est 13 (NAD, 1983).

Figure 7 : Projets d'exploration minérale actifs dans la partie nord de la RCO 7 de la région des Prairies et du Nord à compter de 2012.
La mine de diamants du lac Snap appartenant à Debeers Canada est la seule mine active. Plusieurs mines sont en phase d'évaluation environnementale, tandis que d'autres propriétés actives ne sont pas à un stade aussi avancé.

Carte

Description textuelle de la Figure 7

Projets d'exploration minérale actifs dans la partie nord de la RCO 7 de la région des Prairies et du Nord à compter de 2012. La carte comprend les zones aux alentours immédiats de la région de conservation des oiseaux dans les Territoires du Nord-Ouest, au Nunavut, en Ontario, au Manitoba, en Saskatchewan et en Alberta. Les frontières des RCO 3 PN, 6 PN, 7 ON, 8 PN et 8 ON sont délimitées. La RCO 7 PN est en couleur (ses frontières sont indiquées par une ligne rouge épaisse) tandis que les autres apparaissent en gris. Le médaillon dans le coin inférieur gauche représente une carte du Canada avec la RCO 7 PN mise en évidence en rouge. La RCO 7 PN s'étend de la moitié est des Territoires du Nord-Ouest, du Nunavut et du nord du Manitoba, à la frontière de l'Ontario, le long de la baie d'Hudson. La région de conservation des oiseaux est principalement située dans les Territoires du Nord-Ouest, dans une bande est-ouest au nord de la forêt boréale et chevauche la limite forestière. Ses frontières sud comprennent également les parties les plus au nord de la Saskatchewan et de l'Alberta. La plupart des projets se trouvent dans deux aires générales : tout juste au nord du Grand lac des Esclaves et dans la partie de la région de conservation des oiseaux située au Nunavut. Il y a plusieurs projets d'or, deux projets d'éléments de terres rares, deux projets de diamants, deux projets de métaux de base et une mine active dans la région au nord du Grand lac des Esclaves. Il y a plusieurs projets d'or, un projet d'uranium et un projet d'éléments de terres rares dans la portion de la région de conservation des oiseaux située au Nunavut.

Cette carte présente deux légendes bilingues. La première est encadrée et indique : « Commodity/produit. Uranium/uranium, Rare Earth Elements/éléments des terres rares, Base Metals/ métaux communs, Active Mine/mine active, Gold/or, Diamonds/diamants ». La deuxième légende apparaît sous la carte et indique : « Active mineral exploration projects / projets d'exploration minière actifs. Source : Aurora Geosciences Ltd, Aurora GeosciencesLtd ». Il y a également une représentation visuelle de l'échelle de la carte dans la légende, qui indique 0, 100, 200, 400 et 600 km. La projection UTM est 13 (NAD, 1983).

La seule revendication territoriale réglée dans la RCO est celle des Tłįcho, qui se trouve à l'extrémité ouest (voir la figure 1). L'importance de cette revendication territoriale pour la conservation des oiseaux peut être résumée comme suit :

  • Les Tłįcho ont une revendication de l'autonomie gouvernementale, de sorte qu'ils ont un statut et des responsabilités en matière de gestion qui sont identiques à ceux d'une province sur leurs terres privées.
  • Dans les limites plus vastes de l'établissement, un régime officiel de codétermination de la faune est en place avec l'Office des ressources renouvelables du Wek'éezhìi. L'Office est doté d'une compétence juridique qui lui permet d'établir une limite des prises totales pour les espèces dans sa zone de gestion (si jamais un plafond supérieur était nécessaire pour les prises, par opposition à chaque maximum de prises). Le Service canadien de la faune a un membre à l'Office et il le consulte sur les questions de gestion des espèces sauvages, y compris les stratégies visant les régions de conservation des oiseaux.
  • L'Office du Wek'éezhìi doit être consulté au sujet des listes proposées en vertu de la Loi sur les espèces en péril et il formule une recommandation à l'intention du ministre de l'environnement.

Tant dans la taïga du bouclier que dans les plaines hudsoniennes de la RCO 7 RPN, les répercussions directes de l'activité humaine sur le paysage environnant sont toujours faibles comparativement à celles des régions du sud du pays, où l'industrie et la population humaine sont présentes à une beaucoup plus grande échelle. Les exploitations minières font partie du paysage depuis des décennies dans la taïga du bouclier riche en minerais, où l'exploitation minière de gisements de minerais d'or, de nickel et de fer est utilisée pour diriger l'économie. Plus récemment, une mine de diamants est en exploitation, à savoir la mine de diamants du lac Snap, et les promoteurs cherchent un potentiel lié à différentes nouvelles mines comme des métaux des terres rares et des gisements d'uranium (figure 7). La mine de diamants du lac Snap est une mine souterraine, et la totalité de son infrastructure, y compris une piste d'atterrissage, couvre moins de 500 hectares de terres. Celle-ci contraste avec les plus vastes activités combinées à ciel ouvert et souterraines dans les deux autres mines de diamants à proximité dans la RCO 3.

Présentement, trois mines sont en phase d'évaluation environnementale ou en début de processus; elles se trouvent toutes dans la partie de la RCO située dans les Territoires du Nord-Ouest. Ces activités d'exploitation minière à l'échelle industrielle ont généralement des répercussions locales sur le paysage du Nord, en raison de la lixiviation des minerais et d'autres sous-produits toxiques de l'exploitation minière, de la destruction de l'habitat pendant l'exploitation de la mine, et de la création de bassins de résidus par certains types de mines. La remise en état et les dépôts financiers à cette fin sont détenus par le gouvernement fédéral après l'approbation du projet et ils constituent une exigence pour les mines modernes.

Certaines parties de la RCO 7 RPN, tout particulièrement dans les régions côtières, mais plus récemment dans les zones de la toundra des plaines hudsoniennes, font l'objet de fortes pressions en raison de la surabondance des populations de la Petite Oie des neiges et de la croissance rapide des populations d'Oie de Ross. Le terme « surabondance » est légalement défini dans le Règlement sur les oiseaux migrateurs (article 23.1) comme « ...une espèce d'oiseaux migrateurs considérés comme gibier qui, du fait de leur surabondance ou de leur taux d'accroissement, deviennent dommageables à l'agriculture, à l'environnement ou à d'autres intérêts similaires ». Les populations d'oies sont devenues extrêmement grandes, principalement en raison des vastes zones agricoles le long de leurs voies de migration qui offrent un approvisionnement en nourriture pratiquement illimité. L'approvisionnement en nourriture augmente de façon spectaculaire pendant l'hiver, et il permet également aux oies d'arriver dans les aires de reproduction dans un excellent état physique. Les répercussions sur les écosystèmes fragiles où ces oies se reproduisent et se reposent peuvent être dévastatrices. À l'heure actuelle, il s'agit de la seule question de conservation urgente impliquant des oiseaux directement dans la sous-région de conservation des oiseaux.

Figure 8 : Le Grand Chevalier est une espèce prioritaire dans la RCO 7 de la région des Prairies et du Nord en raison des préoccupations à l'échelle nationale et régionale. On le trouve dans l'ouest et le sud-ouest de la RCO, où il peut facilement être confondu avec le Petit Chevalier, une espèce semblable et plus commune (espèce prioritaire également).

Oiseau (Grand chevalier)

© Environnement et Changement climatique Canada - Photo : Craig Machtans

Section 1 : Aperçu des résultats - tous les oiseaux, tous les habitats

Élément 1 : Évaluation des espèces prioritaires

Les stratégies de conservation des oiseaux établissent quelles sont les « espèces prioritaires » parmi toutes les espèces d'oiseaux régulièrement observées dans chaque sous-région de conservation des oiseaux. Les espèces qui sont vulnérables en fonction de la taille de leur population, de leur répartition, des tendances démographiques, de leur abondance et des menaces font partie des espèces prioritaires, puisque leur conservation est « préoccupante ». Sont incluses également quelques espèces largement réparties et abondantes, considérées comme des espèces « d'intendance ». Les espèces d'intendance sont incluses parce qu'elles illustrent parfaitement l'avifaune nationale ou régionale, ou du fait qu'une forte proportion de leur aire de distribution ou de leur population continentale se situe dans la sous-région. La conservation de beaucoup de ces espèces peut s'avérer quelque peu préoccupante, alors que d'autres peuvent n'exiger pour l'instant aucun effort particulier de conservation. Les espèces dont la gestion est préoccupante sont aussi incluses comme espèces prioritaires lorsqu'elles ont atteint (ou dépassé) l'objectif de population fixé, mais nécessitent une gestion continue en raison de leur importance socioéconomique comme espèces d'intérêt cynégétique ou en raison de leurs effets sur d'autres espèces ou habitats.

Cette opération de détermination des priorités a pour but de focaliser les efforts de mise en œuvre sur les enjeux les plus importants pour l'avifaune canadienne. Le tableau 1 dresse la liste complète de toutes les espèces prioritaires et indique le motif de leur inclusion. Les tableaux 2 et 3résument le nombre d'espèces prioritaires dans la RCO 7 RPN, par groupe d'oiseaux et selon la justification de leur statut prioritaire.

Tableau 1 : Espèces prioritaires dans la RCO 7, région des Prairies et du Nord, objectif en matière de population, et motif du statut prioritaire. Version accessible de Tableau 1.

Tableau 2 : Résumé des espèces prioritaires, par groupe d'oiseaux, dans la RCO 7 de la région des Prairies et du Nord.
Groupe d'oiseaux Nombre total d'espèces
Nombre total d'espèces prioritaires Pourcentage d'espèces désignées prioritaires Pourcentage de la liste d'espèces prioritaires
Oiseaux terrestres 106 22 21 % 36 %
Oiseaux de rivage 29 12 41 % 19 %
Oiseaux aquatiques 30 15 50 % 24 %
Sauvagine 30 13 43 % 21 %
Total 195 62 32 % 100 %


Tableau 3 : Nombre d'espèces prioritaires dans la RCO 7 de la région des Prairies et du Nord, par motif du statut prioritaire.
Liste d'espèces prioritairesNote de bas de page[1] Oiseaux terrestres Oiseaux de rivage Oiseaux aquatiques Sauvagine
COSEPACNote de bas de page[2] 6 0 3 0
Espèces inscrites sur la liste fédérale de la LEPNote de bas de page[3] 5 0 2 0
Espèces inscrites sur la liste provincialeNote de bas de page[4] 3 0 1 1
PNAGSNote de bas de page[5] - - - 12
Préoccupation nationale ou continentale 11 10 13 9
Préoccupation régionale 0 12 14 10
Intendance nationale ou continentale 9 - - -
Intendance à l'échelle régionale 10 6 7 8
Préoccupation en matière de gestionNote de bas de page[6] 0 0 0 1

Élément 2 : Habitats importants pour les espèces prioritaires

La détermination des besoins généraux en matière d'habitat de chaque espèce prioritaire dans la RCO permet de regrouper les espèces qui, sur le plan de l'habitat, présentent les mêmes problèmes de conservation ou nécessitent les mêmes mesures. Si un grand nombre d'espèces prioritaires associées à la même catégorie d'habitats font face à des problèmes de conservation similaires, alors la mise en place de mesures de conservation dans cette catégorie d'habitats pourrait profiter aux populations de plusieurs espèces prioritaires. Les stratégies s'appliquant aux RCO utilisent une version modifiée des catégories de couverture terrestre standard établies par les Nations Unies (Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, 2000) pour classer les habitats, et les espèces ont souvent été assignées à plus d'une catégorie d'habitats.

La figure 9 fournit un résumé des habitats utilisés par les espèces prioritaires. L'utilisation de l'habitat pour chaque espèce n'a pas été classée, de sorte que la figure ne représente pas une importance générale correspondante d'habitats précis dans la RCO. Il montre uniquement, par exemple, que de nombreuses espèces prioritaires utilisent des milieux humides ou des plans d'eau comme l'un de leurs principaux choix d'habitat.

Figure 9 : Pourcentage d'espèces prioritaires qui sont associées à chaque type d'habitat dans la RCO 7 de la région des Prairies et du Nord. Le nom complet de la catégorie d'habitat urbain est « Zone urbaine (et surfaces artificielles) ».

Nota : Le total dépasse 100 %, car chaque espèce peut être attribuée à plus d'un habitat.

Graphique

Description textuelle de la Figure 9

Un graphique à barres horizontales indiquant le pourcentage d'espèces prioritaires (axe x) qui est associé à chaque catégorie d'habitat "(axe y, conifères; feuillus; forêt mixte; arbustes et régénération, herbacées; lichens et mousses; zones dénudées; urbain; milieux humides; plans d'eau, neige et glace; et zones côtières) dans la RCO 7 de la région des Prairies et du Nord. Remarque : Le total est supérieur à 100 %, car chaque espèce peut être assignée à plus d'un habitat.

Pourcentage d'espèces prioritaires qui sont associées à chaque type d'habitat dans la RCO 7 de la région des Prairies et du Nord.
Catégorie d'habitat Pourcentage des espèces prioritaires
Conifères 26
Feuillus 11
Mixte 15
Arbustes et régénération 34
Herbacées 18
Lichens et mousses 6
Zones dénudées 15
Urbain 18
Milieux humides 73
Plans d'eau, neige et glace 45
Zones côtières 2

Élément 3 : Objectifs en matière de population

Les objectifs en matière de population nous permettent de mesurer et d'évaluer les réussites des mesures de conservation. Les objectifs de cette stratégie sont assignés à des catégories et se fondent sur une évaluation quantitative ou qualitative des tendances dans les populations des espèces. Si cette tendance est inconnue pour une espèce, l'objectif choisi est « évaluer et maintenir », assorti d'un objectif de surveillance. Pour toute espèce inscrite en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP) ou d'une loi provinciale ou territoriale sur les espèces en péril, les stratégies de conservation des oiseaux renvoient aux objectifs en matière de population établis dans les programmes de rétablissement et les plans de gestion existants. La mesure ultime du succès de la conservation résidera dans le degré d'atteinte des objectifs démographiques au cours des 40 prochaines années. Les objectifs actuels en matière de population ne tiennent pas compte du caractère réalisable de l'atteinte des objectifs, mais sont pris comme des références en regard desquels le progrès sera mesuré.

La figure 10 résume la proportion des objectifs de population pour les espèces prioritaires présentes dans la RCO 7 RPN. Les données étaient insuffisantes pour la grande majorité des espèces en ce qui concernait les renseignements sur les tendances régionales. Si on n'a pu trouver aucune solution de substitution défendable, il faut « évaluer/maintenir », tel qu'indiqué dans l'objectif de population. Même si une cohérence avec les régions de conservation des oiseaux adjacentes (surtout la RCO 7 - région de l'Ontario et la RCO 3 - région des Prairies et du Nord) était souhaitable, il y a des exceptions lorsque les espèces n'ont pas des objectifs identiques. Par exemple, le Bruant à face noire a un objectif fixé sur « Augmenter de 100 % » dans la RCO 7 RPN, où se trouve la majeure partie de son aire de reproduction. Les données sur les tendances sont tirées des recensements des oiseaux de Noël, probablement une représentation valable étant donné l'important chevauchement de l'aire de répartition de cette espèce sur les limites de la RCO. En comparaison, la RCO 7 de la région de l'Ontario chevauche une très petite partie de l'aire de répartition de cette espèce et elle a établi « évaluer/maintenir » comme cible appropriée. La base de données nationale contient des remarques sur ces différences et les raisons sous-jacentes.

Figure 10 : Pourcentage d'espèces prioritaires qui sont associées à chaque catégorie d'objectif de population dans la RCO 7 de la région des Prairies et du Nord.
De nombreuses espèces ont pour objectif « Évaluer/maintenir » en raison de l'insuffisance de données de surveillance au sein de la RCO.

Graphique

Description textuelle de la Figure 10

Un graphique à barres horizontales indiquant le pourcentage d'espèces prioritaires (axe x) qui est associé à chaque objectif de population (axe y; augmenter de 100 %, augmenter de 50 %, évaluer/maintenir, maintenir, objectif de rétablissement, diminuer) dans la RCO 7 de la région des Prairies et du Nord.

Pourcentage d'espèces prioritaires qui sont associées à chaque catégorie d'objectif de population dans la RCO 7 de la région des Prairies et du Nord.
Objectif de population Pourcentage des espèces prioritaires
Augmenter de 100% 6.5
Augmenter de 50% 19.4
Évaluer/maintenir 66.1
Maintenir 1.6
Objectifs de rétablissement 4.8
Diminuer 1.6

Élément 4 : Évaluation des menaces pour les espèces prioritaires

Le processus d'évaluation des menaces définit les menaces qui, croit-on, ont un effet sur les populations de différentes espèces prioritaires. Une ampleur relative (faible, moyenne, élevée, très élevée) est assignée à ces menaces en fonction de leur portée (proportion de l'aire de répartition de l'espèce qui est touchée par la menace dans la sous-région) et de leur gravité (impact relatif de la menace sur la population de l'espèce prioritaire). Cette façon de faire nous permet de nous concentrer sur les menaces susceptibles de provoquer le plus grand impact sur des séries d'espèces ou dans de grandes catégories d'habitats. Dans la documentation, il se peut que certains problèmes de conservation bien connus (comme la prédation par les chats domestiques ou les changements climatiques) ne soient pas recensés comme des menaces importantes pour les populations d'une espèce prioritaire donnée et ne soient donc pas pris en compte dans l'évaluation des menaces. Ces problèmes méritent malgré tout d'être abordés dans les stratégies de conservation, en raison du grand nombre d'oiseaux touchés dans plusieurs régions du Canada. Nous avons incorporé ces enjeux dans une section distincte de la version complète de la stratégie intitulée Problématiques généralisées, sans toutefois leur attribuer une cote, contrairement aux autres menaces.

Étant donné que l'exploitation est aussi limitée dans la RCO 7 RPN, on n'a relevé aucune menace à un niveau qui a une incidence sur les populations d'espèces prioritaires. Toutefois, les menaces suivantes ont été déterminées au départ et prises en compte :

  • Expansion urbaine des collectivités dans la sous-région de conservation des oiseaux
  • Exploitation des mines et des carrières
  • Surabondance d'espèces indigènes
  • Développement de barrages et de centrales hydroélectriques
  • Routes

L'exploitation forestière, la coupe de récupération et l'exploitation minière des tourbières ne sont pas présentes dans la RCO; ces activités ne sont donc pas répertoriées comme des menaces. La suppression des incendies se limite principalement à la protection des collectivités et des sites industriels ou de certaines ressources forestières localisées. La plupart des incendies se propagent sur de vastes zones dans des conditions naturelles (figure 5), sauf s'ils se rapprochent de propriétés humaines, donc on n'a pu relever aucun effet d'origine humaine sur les populations d'oiseaux causé par l'extinction des incendies. Conformément à la méthodologie dans Kennedy et coll. (2012), les menaces définies comme étant « faibles » ne sont pas prises davantage en considération pour les objectifs de conservation ou les mesures recommandées. Étant donné que toutes les menaces dans la RCO 7 ont été jugées « faibles », cette stratégie n'a aucun résultat « Élément 5 ou 6 ». Cependant, il y a deux enjeux liés à la conservation dans la RCO, les deux à une échelle relativement locale : la surpopulation de deux espèces d'oies, la Petite Oie des neiges et l'Oie de Ross, et la surpopulation du Grand Corbeau autour de Yellowknife et à proximité des zones de peuplement.

Surabondance d'oies blanches

Les écosystèmes au sein de la RCO 7 RPN, tout particulièrement dans les régions côtières, mais plus récemment dans les zones de la toundra des plaines hudsoniennes, font l'objet de fortes pressions en raison d'une importante surabondance des populations de petites oies des neiges (figure 11) et de la croissance rapide des populations d'Oies de Ross. Une publication spéciale du Plan conjoint des Oies de l'Arctique (Leafloor et coll., 2012) est un examen courant et exhaustif de la situation et des options de conservation pour la prise en charge de cette question. Les populations de Petites Oies des neiges ont augmenté à une vitesse remarquable, jusqu'à 7 % par année depuis le début des années 1960 jusqu'au milieu des années 1990, principalement en raison des ressources alimentaires agricoles disponibles tout au long de leurs voies de migration et dans leurs aires d'hivernage (Abraham et coll., 2005). L'abondance de ces herbivores dans les aires de reproduction de la RCO 7 RPN est à l'origine de la perte ou de la dégradation de l'habitat pour toute une série d'autres espèces d'oiseaux, et elle peut, au fil du temps, entraîner des changements dans les communautés d'oiseaux dans les habitats touchés. Par exemple, le Bruant des prés et son habitat herbacé/arbustif ont montré des pertes importantes, jusqu'à 77 %, sur une période de 25 ans comprise entre 1976 et 2001 dans une zone adjacente aux marais salés côtiers dans le nord du Manitoba (Rockwell et coll., 2003). Ces pertes sont attribuables aux activités destructrices de quête de nourriture des oies des neiges, qui ont provoqué des changements dans les propriétés du sol et l'érosion des sols sans végétation, ce qui a entraîné potentiellement des changements irréversibles (Jefferies et coll., 2006). La diminution du nombre d'oies des neiges et d'oies de Ross nécessitera probablement des efforts de gestion intensifs à grande échelle, étant donné que des preuves récentes laissent entendre que l'augmentation des maximums de prises et la saison de conservation spéciale (chasse printanière) ne réduisent pas la croissance de la population autant que prévu (Leafloor et coll., 2012).

Figure 11 : Il y a une surabondance de petites oies des neiges et elles endommagent gravement leurs habitats de reproduction.

Foule d'oies (petites Oies des neiges)

© Environnement et Changement climatique Canada - Photo : Craig Machtans

La question de la surabondance de petites oies des neiges et de l'augmentation destructrice similaire des populations d'oies de Ross est un problème grave, mais local dans la RCO (il se limite à la zone située près de Churchill, au Manitoba). La RCO 3 de la région des Prairies et du Nord comporte de nombreuses autres colonies d'oies blanches, et cette stratégie comporte à la fois des objectifs de conservation et des mesures recommandées pour ces espèces qui s'appliqueraient également aux oies blanches dans la RCO 7 RPN.

Surabondance de corbeaux

Yellowknife compte le nombre le plus élevé de grands corbeaux (figure 12) en Amérique du Nord sur le Recensement des oiseaux de Noël, avec 2 613 et 2 221 individus présents dans les dénombrements en 2010 et en 2011, respectivement. Cette surpopulation locale a été liée à la diminution de la réussite de la nidification dans plusieurs études menées sur des espèces d'oiseaux aquatiques et de sauvagine dans la région, vraisemblablement en raison de l'augmentation de la prédation des nids (Fournier et Hines, 1999, 2001, Service canadien de la faune, données non publiées). Par exemple, le taux de réussite de la nidification du fuligule avoisine les 58 %, et il exclut les corbeaux, mais il est de 18 à 21 % sur des terres ou des îles accessibles aux corbeaux (bien que ces endroits n'abritent pas de prédateurs terrestres). Des effets semblables ont été observés sur la sauvagine et les oiseaux aquatiques nichant dans la région de Yellowknife.

Figure 12 : Les grands corbeaux sont devenus très nombreux dans la région de Yellowknife, ce qui entraîne des effets négatifs sur la réussite de la nidification de la sauvagine à l'échelle locale.

ue latérale d'un oiseau noir (grand corbeau).

© Environnement et Changement climatique Canada - Photo : Craig Machtans

Exploitation minière

L'exploitation minière est l'industrie principale dans la sous-région de conservation des oiseaux, tel que mentionné précédemment. Bien que la menace de l'exploitation minière pour les oiseaux dans la RCO 7 RPN soit probablement en deçà du seuil de considération à l'échelle régionale, cette activité a toujours été plus active et elle est susceptible d'augmenter avec les trois nouvelles mines potentielles qui vont être exploitées. Les répercussions resteront toujours locales et elles peuvent être prises en charge par la participation au processus d'évaluation environnementale et la conformité par rapport aux conditions réglementaires des permis et autorisations.

La figure 13 résume les six sous-menaces qui ont une incidence sur les espèces prioritaires dans la RCO 7 RPN. L'« Exploitation minière et des carrières » fait généralement référence à la perte directe de l'habitat et aux effets indirects provenant des mines sur l'habitat, notamment la poussière et le bruit. Les « activités récréatives » sont principalement celles impliquant l'utilisation de lacs et de milieux humides et le sillage des bateaux, le bruit ou la pollution qui y sont liés. Une « espèce indigène problématique » représente généralement une menace causée par la surpopulation d'oies blanches, mais elle comprend un nombre exceptionnellement élevé de grands corbeaux autour de Yellowknife et une déprédation associée des nids mentionnée ci-dessus. La sous-catégorie des « effluents industriels et militaires » englobe le mercure, le sélénium et d'autres métaux, ainsi que des complexes des produits chimiques tels que les polychlorobiphényles ou les produits ignifuges. Ils sont déposés à l'échelle locale par l'industrie ou le transport atmosphérique à grande distance et se bioaccumulent chez les oiseaux. Les « ordures ménagères et déchets solides » se passent d'explication et ils ont été évalués pour les goélands. Enfin, les « polluants atmosphériques » ont été utilisés pour les dépôts aériens des composés qui acidifient l'environnement.

Figure 13 : Pourcentage de menaces identifées pour les espèces prioritaires dans la RCO 7, région des Prairies et du Nord, par sous-catégorie de menace.
Chaque barre représente le pourcentage du nombre total de menaces définies dans chaque sous-catégorie de menaces dans la RCO 7-RPN (par exemple, si 100 menaces étaient recensées au total pour toutes les espèces prioritaires de la RCO 7-RPN et que dix d'entre elles étaient de la catégorie 3.2 - Exploitation minière et des carrières, la barre indiquerait 10 %). Les nuances d'ombrage dans les barres (TÉ = très élevée, É = élevée, M = moyenne et F = faible) représentent l'ampleur globale de toutes les menaces dans chaque sous-catégorie de menaces dans la RCO.

Graphique

Description textuelle de la Figure 13

Un graphique à barres horizontales indiquant le pourcentage de menaces déterminées pour les espèces prioritaires (axe x) à l'intérieur de la RCO 7 de la région des Prairies et du Nord par sous-catégorie de menace (axe y, p. ex. exploitation minière et de carrières, polluants atmosphériques, etc.).

Chaque barre représente le pourcentage du nombre total de menaces définies dans chaque sous-catégorie de menaces dans la RCO 7-RPN (par exemple, si 100 menaces étaient recensées au total pour toutes les espèces prioritaires de la RCO 7-RPN, et que 10 d'entre elles étaient de la catégorie 3.2 - Exploitation minière et des carrières, la barre indiquerait 10 %). Les nuances d'ombrage dans les barres (TÉ = très élevée, É = élevée, M = moyenne et F = faible) représentent l'ampleur globale de toutes les menaces dans chaque sous-catégorie de menaces dans la région de conservation des oiseaux.

Pourcentage de menaces identifées pour les espèces prioritaires dans la RCO 7, région des Prairies et du Nord, par sous-catégorie de menace.
Sous-catégorie de menaces % Faible
3.2 Exploitation minière et de carrières 44.6
6.1 Activités récréatives 5.76
8.2 Espèces indigènes problématiques 35.6
9.2 Effluents industriels et militaires 10.4
9.4 Ordures ménagères et déchets solides 1.8
9.5 Polluants atmosphériques 1.4

Les menaces ont été résumées pour la sous-région de la stratégie dans le Tableau 4. Comme les données présentées ci-dessus, les sous-catégories 2. Production d'énergie et exploitation minière et 8. Espèces et gènes envahissants et autrement problématiques constituent les deux principales menaces. Cependant, le tableau indique qu'on a évalué que ces deux menaces ayant une cote faible étaient présentes dans la plupart des catégories d'habitat. Le classement général des menaces pour chaque habitat se trouve dans la première rangée, tandis que le classement général des menaces pour chaque menace se trouve dans la dernière colonne.

Tableau 4 :Ampleur relative des menaces identifiées pour les espèces prioritaires dans la RCO 7, région des Prairies et du Nord, par catégorie de menace et grande catégorie d'habitat. Version accessible de Tableau 4.

Les menaces affectant les espèces prioritaires lorsqu'elles sont à l'extérieur du Canada en dehors de la saison de reproduction ont également été évaluées et sont exposées dans la section Menaces à l'extérieur du Canada de la version complète de la stratégie.

Élément 5 : Objectifs en matière de conservation

Des objectifs de conservation ont été conçus en vue de contrer les menaces et de fournir les renseignements manquants sur les espèces prioritaires. Ces objectifs décrivent les conditions environnementales ainsi que le travail de recherche et de surveillance jugés nécessaires pour progresser vers les objectifs démographiques et comprendre les problèmes de conservation sous-jacents pour les espèces aviaires prioritaires. À mesure qu'ils seront atteints, les objectifs de conservation vont collectivement contribuer à l'atteinte des objectifs démographiques. Dans la mesure du possible, les objectifs de conservation ont été élaborés pour profiter à plusieurs espèces ou pour lutter contre plus d'une menace.

Pour la RCO 7 RPN, on n'a défini aucune menace « moyenne » ou supérieure, pour chaque espèce. Par conséquent, conformément à Kennedy et coll. (2012), aucun objectif ou mesure connexe précis n'a été mis au point. Se reporter à la stratégie de la RCO 3 de la région des Prairies et du Nord relative aux objectifs de conservation et aux mesures recommandées pour la surabondance des populations d'oies blanches.

Élément 6 : Mesures recommandées

Les mesures recommandées ont trait aux activités sur le terrain qui contribueront à l'atteinte des objectifs de conservation. Ces mesures sont généralement établies d'un point de vue stratégique, au lieu d'être hautement détaillées et directives. Dans la mesure du possible, les mesures recommandées ont été élaborées pour bénéficier à plusieurs espèces ou pour lutter contre plus d'une menace. Les mesures recommandées renvoient à celles présentées dans les documents de rétablissement des espèces en péril à l'échelle fédérale, provinciale ou territoriale (ou étayent ces mesures), mais sont habituellement plus générales que celles élaborées pour une seule espèce.

Pour la RCO 7 RPN, on n'a défini aucune menace « moyenne » ou supérieure, pour chaque espèce. Par conséquent, conformément à Kennedy et coll. (2012), aucun objectif ou mesure connexe précis n'a été mis au point. Bon nombre des menaces affectant les espèces d'oiseau prioritaires dans la RCO 7 RPN ne sont pas bien comprises; cela peut être lié à une surveillance insuffisante pour la plupart des espèces qui donne lieu à une incertitude dans les tendances des populations au sein de la RCO, ou à un manque de preuves établissant des liens de causalité entre les activités humaines et les déclins des populations. Ces lacunes dans les connaissances seront souvent mieux gérées à l'aide d'une approche de gestion adaptative qui utilise de façon itérative des mesures de gestion comme des expériences scientifiques pour mettre à l'essai des hypothèses précises qui éclaireront les futures décisions en matière de gestion (Walters et coll., 1992).

Références

Abraham, K.F., Jefferies, R.L., Alisauskas, R.T. 2005. The dynamics of landscape change and snow geese in mid-continent North America. Global Change Biology 11:841-855.

Donaldson, G.M., Hyslop, C., Morrison, R.I.G., Dickson, H.L., Davidson, I. (éd.) 2000. Plan canadien de conservation des oiseaux de rivage. Ottawa (Ont.) : Service canadien de la faune, Environnement et Changement climatique Canada. 27 p.

Ecosystem Classification Group. 2008. Ecological regions of the Northwest Territories - Taiga Shield. Yellowknife (T.N.-O.) : Ministère de l'Environnement et des Ressources naturelles, Gouvernement des Territoires du Nord-Ouest. viii + 146 p.+ cartouche.

[FAO] Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture. 2000. Land cover classification system. Rome (Italie) : Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture. (en anglais seulement)

Fournier, M.A., Hines, J.E. 1999. Breeding ecology of the Horned Grebe Podiceps auritusin subarctic wetlands. Publication hors série numéro 99, Service canadien de la faune, Ottawa (Ont.)

Fournier, M.A., Hines, J.E. 2001. Breeding ecology of sympatric Greater and Lesser Scaup (Aythya marila and Aythya affinis) in the Subarctic Northwest Territories. Arctic 54:444-456.

[GIEC] Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat. 2007. Changements climatiques 2007 : Rapport de synthèse. Contribution des Groupes de travail I, II et III au quatrième Rapport d'évaluation du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat [équipe de rédaction principale, Pachauri, R.K., Reisinger, A. (éd.)]. Genève (Suisse) : Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat. 103 p.

Jefferies, R.L., Andrew, P.J., Abraham, K.F. 2006. A biotic agent promotes large-scale catastrophic change in the coastal marshes of Hudson Bay. Journal of Ecology 94:234-242.

Kennedy, J.A., Krebs, E.A., Camfield, A.F. 2012. A Manual for Completing All-bird Conservation Plans in Canada. Version d'avril 2012. Service canadien de la faune, Environnement et Changement climatique Canada. Ottawa (Ont.)

Leafloor, J.O., Moser, T.J., Batt, B.D.J. (éd.) 2012. Evaluation of special management measures for midcontinent lesser snow geese and Ross's geese. Arctic Goose Joint Venture Special Publication. Washington (DC) : U.S. Fish and Wildlife Service; Ottawa (Ont.) : Service canadien de la faune.

Milko, R., Dickson, L., Elliot, R., Donaldson, G. 2003. Envolées d'oiseaux aquatiques : Plan de conservation des oiseaux aquatiques du Canada. Ottawa (Ont.) : Service canadien de la faune, Environnement et Changement climatique Canada. 28 p.

Plan nord-américain de gestion de la sauvagine, Comité responsable. 2004. North American Waterfowl Management Plan 2004. Implementation Framework: Strengthening the Biological Foundation. Service canadien de la faune, U.S. Fish and Wildlife Service, Secretaria de Medio Ambiente y Recursos Naturales. 115 p.

Registre public des espèces en péril. Annexe 1 : Liste des espèces en péril. [consulté le 4 avril 2012].

Rich, T.D., Beardmore, C.J., Berlanga, H., Blancher, P.J., Bradstreet, M.S.W., Butcher, G.S., Demarest, D.W., Dunn, E.H., Hunter, W.C., Iñigo-Elias, E.E., Kennedy, J.A., Martell, A.M., Panjabi A.O., Pashley, D.N., Rosenberg, K.V., Rustay, C.M., Wendt, J.S., Will, T.C. 2004. Partners in Flight North American Landbird Conservation Plan. Cornell Lab of Ornithology. Ithaca (NY).

Rockwell, R.F., Jefferies, R.L., Weatherhead, P.J. 2003. Response of nesting savannah sparrows to 25 years of habitat change in a snow goose colony. Ecoscience 10(1):33-37.

Walters, C., Gunderson, G., Holling, C.S. 1992. Experimental policies for water management in the Everglades. Ecological Applications 2:189-202.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :