Mesures visant à soutenir la survie et le rétablissement de l’épaulard résident du Sud

Le gouvernement du Canada met en œuvre un ensemble de mesures de protection d’urgence pour soutenir la survie et le rétablissement de l’épaulard résident du Sud (ERS). Ces mesures résultent d’une annonce faite en mai 2018 dans le cadre de laquelle la ministre responsable de l’Agence Parcs Canada et le ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, à titre de ministres compétents en vertu de la Loi sur les espèces en péril (LEP), ont formulé l’opinion que des menaces imminentes pesaient sur la survie et le rétablissement de l’ERS. Les 3 principales menaces qui pèsent sur la population ont été déterminées comme étant la disponibilité des proies, les perturbations acoustiques et physiques et les contaminants environnementaux.

Les mesures nécessaires pour s’attaquer à ces 3 menaces interdépendantes clés qui pèsent sur l’ERS ont été entreprises par le gouvernement du Canada et d’autres partenaires, mais d’autres mesures sont proposées par Pêches et Océans Canada, Transports Canada, l’Agence Parcs Canada et Environnement et Changement climatique Canada (ECCC) pour améliorer les activités en cours et mettre en œuvre une protection supplémentaire. On s’attend à ce que cette initiative donne lieu à une capacité améliorée et continue de protéger les cétacés, plus particulièrement l’ERS. L’initiative aura un effet positif sur l’environnement et sur la santé des océans et des littoraux du Canada grâce à la mise en œuvre d’un ensemble de mesures visant à s’attaquer à la disponibilité des proies et aux perturbations acoustiques et physiques ainsi que de mesures réglementaires visant à réduire les contaminants qui menacent la survie et le rétablissement de l’ERS.

ECCC a proposé de renforcer la réglementation sur les polluants organiques persistants, qui sont des contaminants préoccupants pour l’ERS, ses proies et son habitat. À l’heure actuelle, le Ministère s’affaire à proposer une réglementation plus stricte pour 7 substances et/ou groupes de substances comprenant des produits ignifuges et des substances imperméables à l’huile et à l’eau qui sont déjà désignés comme étant toxiques aux termes de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (LCPE). Le Ministère élabore aussi des mesures réglementaires pour d’autres produits ignifuges récemment évalués comme étant toxiques, en vue d’interdire leur fabrication, leur importation, leur utilisation, leur vente, leur offre pour la vente et les produits qui les contiennent. En outre, dans le cadre du financement existant de l’Initiative pour la protection des baleines du budget de 2018, ECCC a effectué des activités complémentaires pour les cétacés en péril, notamment l’ERS, comme le suivi et la surveillance des concentrations de contaminants dans l’air, l’eau douce, les lixiviats de décharge et les sites d’immersion en mer pour améliorer notre compréhension quant aux contributions des contaminants.

La réduction des menaces qui pèsent sur l’ERS avantagera aussi d’autres espèces en péril et empêchera que d’autres espèces deviennent en péril. Ces mesures s’accordent avec une approche écosystémique du rétablissement, contribueront à la santé de l’environnement, plus particulièrement les océans, pour le bien de toutes les espèces, dont les humains.

Le renforcement de la réglementation contribuera aux objectifs et aux cibles de la Stratégie fédérale de développement durable SFDD, notamment des côtes et océans sains et des populations d’espèces sauvages en santé. Les mesures contribueront aussi à l’objectif de développement durable du Programme de développement durable à l’horizon 2030 de l’ONU (en anglais seulement) no 14 sur la vie aquatique, qui vise la conservation et l’utilisation durable des océans, des mers et des ressources marines aux fins du développement durable.

Pour veiller à ce que l’approche soit pangouvernementale et à ce que son application soit cohérente et complémentaire par rapport à d’autres initiatives ciblant l’ERS, notamment le Plan de protection des océans et l’Initiative pour la protection des baleines du budget de 2018, un comité a été formé de sous-ministres adjoints (SMA) des ministères responsables du rétablissement de l’espèce. Ce comité des SMA sera responsable de rendre des comptes sur les progrès et les résultats de l’initiative sur l’ERS aux ministres et aux Canadiens.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :