Bulletin trimestriel des impacts liés au climat et aperçu saisonnier pour la région du golfe du Maine : septembre 2014

PDF; 3,20 MB

Septembre 2014

Événements météorologiques majeurs de la région du Golfe du Maine - de juin à août 2014

En juin, des pluies abondantes se sont abattues sur toute la région. Au Nouveau-Brunswick, de 50 à 80 mm (2 à 3 po) de pluie sont tombés entre le 5 et le 7 de ce mois, le total le plus élevé, soit 95 mm (3,75 po), ayant été enregistré à Grand Manan. Les 25 et 26 juin, certaines régions du Maine et du New Hampshire ont reçu jusqu'à 118 mm (4,66 po) de pluie, ce qui a entraîné des crues soudaines.

On a observé plusieurs jours consécutifs de chaleur et d'humidité élevée à la fin de juin et au début de juillet. Des avertissements de chaleur accablante ont été émis au Nouveau-Brunswick durant une période allant jusqu'à une semaine. À Miramichi (N.-B.), le 2 juillet s'est révélé la journée la plus chaude, la température ayant ce jour-là grimpé à 34,5°C (94°F). En revanche, à Caribou (Maine), le thermomètre indiquait 21,7°C (71°F) : on a ainsi égalé la température du plus haut minimum jusqu'ici atteinte dans cette ville en période estivale. Par ailleurs, Caraquet (N.-B.) a connu le mois de juillet le plus chaud enregistré (depuis 1889).

L'ouragan Arthur a traversé la région du 4 au 6 juillet. Au Nouveau-Brunswick, dans l'est du Maine et dans la région côtière du Massachusetts, des pluies abondantes ont dépassé 100 mm (3,94 po) à certains endroits. Les précipitations totales les plus abondantes, soit 192 mm (7,56 po), ont été observées à Upsalquitch Lake (N.-B.). Les rafales de vent ont dépassé 90 km/h (56 mi/h) dans une trentaine de secteurs des Maritimes, la rafale maximale ayant atteint 138 km/h (86 mi/h) à Greenwood (N.-É.). Vous trouverez plus de renseignements sur le sujet à la rubrique Impacts régionaux du présent bulletin.

Des vents à trajectoire rectiligne ont balayé le Maine, le New Hampshire et le Massachusetts à une vitesse allant jusqu'à 161 km/h (100 mi/h) au début et au milieu de juillet, endommageant des centaines d'arbres. Le 15 juillet, une tornade d'intensité EF1 a provoqué des dommages dans le comté de Somerset (Maine), puis une autre, d'égale intensité, a frappé le comté de York (ME) le 28 du même mois. Le 28 juillet également, une tornade d'intensité EF2 s'est abattue sur le comté de Suffolk (MA). Il s'agissait de la première tornade qu'enregistrait le comté depuis le début de la consignation des données météorologiques en 1950.

Événements météorologiques majeurs de la région du Golfe du Maine - de Juin à Août 2014

Longue description

Cette carte montre toutes les provinces et les aires marines représentées dans ce rapport, y compris les États américains du Massachusetts, du New Hampshire et du Maine et les provinces canadiennes du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse. Elle comprend les aires marines de l’océan Atlantique bordant ces États et provinces. Les faits saillants notés sur la carte comprennent les suivants : au début juillet, les grands vents de l’ouragan Arthur ont causé des pannes d’électricité à l’échelle de la région, alors que ses pluies abondantes ont déclenché des crues soudaines dans certaines parties du Nouveau-Brunswick, du Maine, et du Massachusetts. Les précipitations extrêmes ont établi des records et ont causé des crues soudaines à la mi-août dans certaines parties de la région.

En raison du temps sec observé dans la plus grande partie de la Nouvelle-Écosse, la zone brûlée cet été par les feux de forêt représente plus du double de la moyenne récente établie sur cinq ans (mais moins de la moyenne établie sur dix ans). Comme il a plu en revanche au Nouveau-Brunswick, la superficie détruite dans cette province par les feux de forêt équivaut environ à la moitié des moyennes récentes établies sur cinq et sur dix ans. Dans certaines régions du Massachusetts, on a relevé des conditions anormalement sèches qui ont persisté tout l'été.

Des pluies extrêmes ont entraîné des crues soudaines dans certaines parties de la région les 13 et 14 août. Le 13 août, Portland (ME) a reçu 163 mm (6,43 po) de pluie, soit la précipitation quotidienne la plus importante pour une région non tropicale, tous jours civils confondus. On a enregistré un nouveau record horaire lorsque 65 mm (2,57 po) de pluie sont tombés entre 21 h et 22 h ce jour-là. La pluie a persisté, si bien que 42 mm (1,64 po) se sont ajoutés entre 22 h et 23 h. On a noté une accumulation totale de 107 mm (4,21 po) en deux heures consécutives, ce qui constitue également un record. Le Nouveau-Brunswick a reçu jusqu'à 111 mm (4,37 po) de pluie. Dans le sud du Maine, le ruissellement a donné lieu à des débordements d'égouts et provoqué la fermeture de certaines battures de palourdes et de certaines plages en raison du risque de contamination de l'eau.

Vue d'ensemble du climat régional de juin à août 2014

Précipitations

Pourcentage de la normale : Du 1er juin au 31 août 2014

Pourcentage de la normale : Du 1er juin au 31 août 2014

Longue description

La carte Précipitation : Pourcentage de la normale de la région du golfe du Maine (Massachusetts, New Hampshire, Maine, Nouveau-Brunswick et Nouvelle-Écosse) montrant le pourcentage de précipitations normales pour la période du 1er juin au 31 août 2014. La carte utilise une gamme de couleurs du blanc aux nuances de brun plus foncé pour les précipitations sous la normale et du blanc aux nuances de vert foncé pour celles au-dessus de la normale. Cette carte pour la période estivale indique que la région a reçu de 50 à 200 % des précipitations normales. Le Massachusetts, le nord-ouest et le nord du Nouveau-Brunswick ont été plus secs que la normale. La plus grande partie du Maine, du New Hampshire et du Nouveau-Brunswick ont reçu plus de précipitations que la normale.

Au cours de l'été, on a enregistré dans la région 50 à 200 % des précipitations de pluie normales. Au Massachusetts, dans le nord-ouest du Nouveau-Brunswick et dans le nord de la Nouvelle-Écosse, le temps s'est avéré plus sec que la normale. Il a été en revanche plus humide que la normale dans la majeure partie du Maine, au New Hampshire et au Nouveau-Brunswick. En juin, les précipitations particulièrement variables ont fluctué entre 25 % et 225 % relativement à la normale. Les zones les plus sèches se trouvaient au Massachusetts et dans le sud du New Hampshire, alors que les plus humides se situaient dans le sud du Nouveau-Brunswick et dans l'ouest de la Nouvelle-Écosse. Aux États-Unis et au Nouveau-Brunswick, on a enregistré en juillet 150 à 300 % des quantités de pluie normales, un état de fait attribuable en partie au passage de l'ouragan Arthur. Les trois états américains ont figuré en juillet au classement des 15 états les plus humides. Au sud de la Nouvelle-Écosse, on a relevé des précipitations proches de la normale alors que dans les régions du nord, les quantités de pluie se sont situées entre 25 et 75 % relativement à la normale. En août, on a observé dans la majeure partie de la région 25 à 110 % des précipitations normales; ces précipitations ont toutefois atteint jusqu'à 275 % dans certaines zones du sud de la côte du Maine.

Les niveaux de températures et de précipitations normales sont établis selon les données recueillies de 1981 à 2010. Données sur les précipitations océaniques et au Canada : Analyse canadienne des précipitations. Données sur les précipitations aux États-Unis : des données interpolées des stations.

Température

Écart par rapport à la normale : Du 1er juin au 31 août 2014

Écart par rapport à la normale : Du 1er juin au 31 août 2014

Longue description

La carte Température : Écarts de température par rapport à la normale de la région du Golfe du Maine (Massachusetts, New Hampshire, Maine, Nouveau Brunswick et Nouvelle Écosse) montrant les écarts de température par rapport à la normale en degrés Celsius et en degrés Fahrenheit, en moyenne au cours de la période du 1er juin au 31 août 2014. La carte utilise une gamme de couleurs du blanc aux nuances de violet plus foncé pour les températures sous la normale et du blanc aux nuances de rouge foncé pour les températures au-dessus de la moyenne. Cette carte pour la période estivale indique que les températures ont été près des normales au Massachusetts et au New Hampshire, mais étaient en hausse de 2 °C (3,6 °F) au-dessus des normales dans certaines parties du Maine. Il a fait plus chaud de 1 °C (1,8 °F) à 3 °C (5,4 °F) que la normale dans les Maritimes.

Si les températures estivales se sont situées près de la normale au Massachusetts et au New Hampshire, elles ont atteint jusqu'à 2°C (3,6°F) de plus que celle-ci dans certaines régions du Maine. Dans les Maritimes, on a enregistré des températures de 1°C (1,8°F) à 3°C (5,4°F) plus chaudes que la normale. En juin, les températures oscillaient entre un niveau proche de la normale et de 2°C (3,6°F) au-dessus de celle-ci. Juillet s'est révélé légèrement plus chaud, les températures se situant jusqu'à 3°C (5,4°F) au-dessus de la normal. En août, on a observé des écarts de températures marqués. La plus grande partie du Massachusetts et du New Hampshire a connu des températures entre 0,5°C (0,9°F) et 2°C (3,6°F) plus fraîches que la normale. Dans le Maine, les températures sont passées de 2°C (3,6°F) sous la normale à 2°C (3,6°F) au-dessus de celle-ci. Dans les Maritimes, les températures variaient de 1°C (1,8°F) sous la normale à 1°C (1,8°F) au-dessus de celle-ci.

Niveaux de températures et de précipitations normales selon les données recueilles de 1981 à 2010. Données sur les précipitations au Canada et mer : Analyse canadienne des précipitations. Données sur les précipitations aux États-Unis : données interpolées des stations.

Températures à la surface de la mer

Écart par rapport à la normale : Du 1er juin au 31 août 2014

Écart par rapport à la normale : Du 1er juin au 31 août 2014

Longue description

La carte Température de la surface de l’océan : Écarts de température par rapport à la normale de la région du Golfe du Maine (Massachusetts, New Hampshire, Maine, Nouveau-Brunswick et Nouvelle-Écosse et les régions océaniques adjacentes) montrant les écarts de température par rapport aux températures de surface de l’océan normales en degrés Celsius et en degrés Fahrenheit, en moyenne au cours de la période du 1er juin au 31 août 2014. La carte utilise une gamme de couleurs du blanc aux nuances de bleu plus foncé pour les températures sous la normale et du blanc aux nuances de rouge foncé pour les températures au-dessus de la moyenne. Cette carte pour la période estivale indique que les températures de surface de l’océan étaient généralement plus chaudes que la normale dans la région. Des anomalies de chaleur de +0,5 °C (+0,9 °F) à +1,0 °C (1,8 °F) ont dominé la plate-forme néo-écossaise, la baie de Fundy et le golfe du Maine. Les exceptions aux tendances de réchauffement se trouvaient dans la baie du Massachusetts et directement à l’est de Cape Cod, avec des anomalies de froideur autour de -0,5 °C (-0,9 °F).

Au cours de l'été, les températures à la surface de la mer se sont dans l'ensemble révélées plus chaudes que la normale. Des températures anormalement chaudes de 0,5°C (0,9°F) à 1°C (1,8°F) supérieures à la normale ont prédominé dans la plate-forme néo-écossaise, la baie de Fundy et le golfe du Maine. Les écarts les plus élevés, qui avoisinaient +1,5°C (+2,7°F), ont été relevés le long de la zone côtière de la plate-forme néo-écossaise. C'est dans les eaux profondes du bassin Jordan et du banc de Georges que ces températures exceptionnellement chaudes étaient les plus faibles. La baie du Massachusetts et la région immédiatement à l'est de Cape Cod ont toutefois fait exception à cette règle, puisqu'on y a observé des températures anormalement fraîches se situant aux environs de 0,5°C (0,9°F) sous la normale. Les températures plus fraîches ou à peine plus chaudes que la normale qu'ont connues ces régions résultent essentiellement des refroidissements enregistrés en juillet et en août.

Anomalies de température à la surface de la mer basées sur les températures de 1985 à 2014. Anomalies de températures moyennes à la surface de la mer tirées des données du radiomètre perfectionné à très haute résolution du National Oceanic and Atmospheric Administration. Crédit : University of Maine School of Marine Sciences et la Northeastern Regional Association of Coastal and Ocean Observing Systems

Impacts régionaux de juin à août 2014

Ouragan Arthur

s

Longue description

La carte des précipitations totales (en mm) du 4 au 6 juillet provenant d’Arthur se concentre sur le Nouveau Brunswick et la partie continentale de la Nouvelle Écosse. La carte utilise les nuances et les contours de couleur par gradations de 20 mm pour indiquer les précipitations totales. Le contour de 100 mm est en gras. Les emplacements des mesures de précipitations sont marqués. La carte montre également le trajet de l’ouragan Arthur et les emplacements de son œil à des intervalles de 3 heures. Elle donne également la vitesse maximale soutenue du vent en km/h à des intervalles de 3 heures. La carte montre que l’œil se dirigeait vers le nord-est au-dessus de l’ouest de la Nouvelle Écosse, la baie de Fundy, l’est du Nouveau Brunswick et dans le golfe du St Laurent. Cette carte montre que les plus grandes quantités d’au-delà de 100 mm ont été signalées à l’ouest de la trajectoire, au-dessus de l’extrême est du Maine, ainsi que dans une large bande au-dessus du sud-ouest, du centre et du nord-est du Nouveau Brunswick. Dans cette bande se trouvent les zones où plus de 140 mm ont été enregistrés. Le maximum de plus de 180 mm était situé dans la région du centre-nord du Nouveau Brunswick. La carte monte les quantités de plus de 40 mm au-dessus de certaines parties de l’ouest de la Nouvelle Écosse, tout près et à l’est de la trajectoire, avec les plus grandes quantités de plus de 60 mm à Kentville, en Nouvelle Écosse. La vitesse maximale soutenue du vent était de 111 km/h lorsque l’œil de la tempête était au-dessus de l’ouest de la Nouvelle Écosse et tout juste au-dessus de 100 km/h après qu’elle ait passé le Nouveau Brunswick.

Ci dessus : Les précipitations totales (en mm) du 4 au 6 juillet pour l’ouragan Arthur.

Ci dessous : Un orme déraciné et des lignes électriques tombées à Fredericton, au N. B., le 6 juillet. Photo : Rick Fleetwood 

The photo shows an uprooted elm tree lying across a sidewalk and street, with a knocked over power pole and downed power lines  in the background.

Longue description

La photo montre un orme déraciné couché sur la rue et le trottoir. En arrière-plan nous apercevons un poteau et ligne électrique brisés.

Lorsqu'il a frappé le Canada à l'ouest de la Nouvelle-Écosse le 5 juillet, le cyclone post tropical Arthur avait presque la force d'un ouragan. Les vents soutenus atteignant une vitesse maximale de près de 110 km/h (68 mi/h) ont arraché des arbres et des lignes électriques sur tout le territoire des Maritimes. Environ 200 000 clients ont été privés d'électricité au Nouveau-Brunswick : il s'agissait de la panne la plus importante de l'histoire de la province. En Nouvelle-Écosse, près de 245 000 personnes ont également manqué d'électricité au cours de cette tempête, la plus puissante qu'ait connue la province depuis l'ouragan Juan en 2003. On a rétabli l'électricité en quelques jours, mais la panne s'est prolongée durant au moins une semaine dans certains secteurs. Les vents générés par Arthur ont rendu les vergers des Maritimes plus vulnérables à une maladie du pommier appelée le feu bactérien. Cette infection a touché plus de 90 % des vergers de la Nouvelle-Écosse, endommageant gravement beaucoup de jeunes arbres. Les pluies diluviennes ont en outre provoqué des crues soudaines et causé des dommages aux infrastructures. Les bureaux du gouvernement provincial à Fredericton sont demeurés fermés durant une journée. (Sources: CBC News, 14 juillet et 3 septembre)

Acidification des océans

Au printemps, le Maine est devenu le premier état américain de la côte Est à transformer en loi le projet de loi sur l'acidification des océans. En vertu de la nouvelle loi, le Maine a formé un comité sur l'acidification des océans, lequel a tenu sa première réunion le 1er août. Le groupe se penchera sur les conséquences de l'acidification des océans sur l'environnement et sur l'économie du Maine et tentera d'apporter des solutions. L'acidification des océans est attribuable à la dissolution, dans l'eau de la mer, du dioxyde de carbone que contient l'atmosphère, ce qui a pour effet de créer de l'acide carbonique et d'abaisser le pH de l'eau (accroissant ainsi son niveau d'acidité). Un niveau élevé d'acidité risque d'entraver la croissance de la coquille des crustacés - homard, palourdes, huîtres et autres - en plus de nuire à la création du squelette corallien. Le comité remettra en décembre un rapport sur le résultat de ses observations. (Sources: Portland Press Herald, 27 juin et Gulf of Maine Research Institute)

Espèces envahissantes

Des populations envahissantes de crabe vert ont assailli le golfe du Maine en 2012 et 2013 à la suite des records de chaleur enregistrés quant à la température de l'eau. Leur nombre a toutefois diminué dans le Maine en 2014, vraisemblablement en raison du refroidissement de la température de l'eau le long de la côte au cours de l'hiver 2013-2014. Des populations de crabe sont cependant réapparues au Massachusetts en juillet. Les crabes verts se nourrissent de myes, l'une des principales pêches commerciales du Maine, et de zostère marine, aire de croissance de nombreuses espèces aquatiques. Les spécialistes prévoient un nouvel accroissement des populations de crabe vert, compte tenu des changements climatiques qui risquent d'augmenter le réchauffement des eaux du golfe. (Sources: Bangor Daily News, 14 août et Massachusetts Division of Marine Fisheries)

Cette carte de prévisions saisonnières d’Environnement Canada montre le pourcentage de probabilités de températures au-dessus des normales dans les Maritimes au cours de l’automne 2014. Cette carte utilise les nuances de couleur et les contours. L’échelle varie entre 40 % (jaune) et 100 % (rouge) en gradations de 10 %. La carte monte la probabilité que les températures soient au-dessus des normales est de 60 à 70 % dans la moitié nord du Nouveau Brunswick, augmentant à 70 à 80 % dans la moitié sud du Nouveau Brunswick et de la majorité de la Nouvelle Écosse. La probabilité que les températures soient au-dessus des normales est de 80 à 90 % au-dessus du sud de la Nouvelle Écosse.

au dessus de la normale

Carte d'Environnement Canada produite le 31 août.

Longue description

Cette carte de prévisions saisonnières d’Environnement Canada montre le pourcentage de probabilités de températures au-dessus des normales dans les Maritimes au cours de l’automne 2014. Cette carte utilise les nuances de couleur et les contours. L’échelle varie entre 40 % (jaune) et 100 % (rouge) en gradations de 10 %. La carte monte la probabilité que les températures soient au-dessus des normales est de 60 à 70 % dans la moitié nord du Nouveau Brunswick, augmentant à 70 à 80 % dans la moitié sud du Nouveau Brunswick et de la majorité de la Nouvelle Écosse. La probabilité que les températures soient au-dessus des normales est de 80 à 90 % au-dessus du sud de la Nouvelle Écosse.

 

Cette carte de prévisions saisonnières de la NOAA montre la probabilité que les températures dépassent les normales dans la région s’étendant du Massachusetts au Maine. La carte utilise les nuances de couleur et les contours. L’échelle varie entre 0 et au-dessus de 60 %, avec des intervalles à 33 %, 40 %, 50 %, 60 %, et davantage. La carte montre que la probabilité que les températures soient au-dessus des normales est de 40 à 50 % pour la majorité de la région, sauf pour le nord du Maine qui est de 33 à 40 %.

Probabilité de températures au dessus de la normal

A: Au dessus de la normale
40: Probabilité de températures au
dessus de la normal

Carte du Climate Prediction Center produite le 21 août.

Longue description

Cette carte de prévisions saisonnières de la NOAA montre la probabilité que les températures dépassent les normales dans la région s’étendant du Massachusetts au Maine. La carte utilise les nuances de couleur et les contours. L’échelle varie entre 0 et au-dessus de 60 %, avec des intervalles à 33 %, 40 %, 50 %, 60 %, et davantage. La carte montre que la probabilité que les températures soient au-dessus des normales est de 40 à 50 % pour la majorité de la région, sauf pour le nord du Maine qui est de 33 à 40 %.

Aperçu saisonnier - Automne 2014

Température

Environnement Canada et le Climate Prediction Center de NOAA s'attendent à une augmentation de la probabilité des températures au-dessus de la normale dans la région du golfe du Maine de septembre à novembre. Les modèles climatiques semblent confirmer ces prévisions. De plus, les températures enregistrées à la surface de la mer dans la région des Maritimes et du golfe du Maine sont supérieures à la normale, ce qui contribue au maintien du temps chaud.

Précipitations

Environnement Canada et le Climate Prediction Center de NOAA prévoient en outre que le niveau de précipitations pourrait se situer tant sous la normale qu'au-dessus ou près de celle-ci de septembre à novembre.

El Niño

Bien que l'on ait noté un certain réchauffement des eaux tropicales de l'océan Pacifique en août, les conditions El Niño sont demeurées neutres depuis le début de septembre. Les modèles de prévisions continuent toutefois d'annoncer un développement à ce chapitre. Selon la NOAA, El Niño risque de se manifester en septembre et octobre et d'atteindre une force maximale de faible intensité vers la fin de l'automne et le début de l'hiver. L'organisme estime entre 60 à 65 % la probabilité de voir El Niño se développer au cours de l'automne et de l'hiver. (Sources: Climate Prediction Center El Niño forecast et El Niño blog)

Saison des ouragans de l'Atlantique

Publié le 7 août, le tout dernier aperçu de la NOAA sur la saison des ouragans dans l'Atlantique évalue à 70 % la possibilité d'une saison aux niveaux inférieurs à la normale. L'aperçu initial, publié en mai, estimait cette probabilité à 50 %. L'aperçu le plus récent, qui prend en considération les ouragans Arthur et Bertha, prévoit de 7 à 12 tempêtes nommées, de 3 à 6 ouragans et entre 0 et 2 ouragans particulièrement dévastateurs. À titre de comparaison, l'aperçu de mai annonçait entre 8 et 13 tempêtes nommées, de 3 à 6 ouragans et 1 à 2 ouragans particulièrement puissants. Ce changement de perspective est attribuable au développement de conditions atmosphériques et océaniques empêchant la formation de tempêtes, à la probabilité de voir les conditions défavorables persister durant toute la saison, ainsi qu'au développement vraisemblable d'El Niño. (Source: Climate Prediction Center Hurricane Outlook)

Personnes-ressources

NOAA :
Ellen Mecray
Samantha Borisoff

Environnement Canada :
1-800-668-6767 (au Canada seulement)
819-997-2800 (des frais interurbains s'appliqueront)
enviroinfo@ec.gc.ca

Il s'agit d'une nouvelle publication visant à aider d'autres personnes à comprendre les tendances climatiques ainsi que leurs répercussions. Faites-nous part de vos commentaires.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :