Rapport annuel de 2016 à 2017 sur la Loi sur les ressources en eau du Canada : chapitre 3

3. Indicateurs canadiens de durabilité de l’environnement

Le programme des indicateurs canadiens de durabilité de l’environnement (ICDE) fournit des rapports sur l’état et les tendances des principaux enjeux environnementaux. Les indicateurs portent sur la qualité de l’air, les changements climatiques, la qualité et la quantité d’eau ainsi que la faune et l’habitat.

Quantité d’eau

L’indicateur national de la quantité d’eau fournit un résumé des tendances pour ce qui est de la quantité d’eau dans les cours d’eau du Canada, de 2001 à 2015 (figure 5). À l’échelle des régions de drainage et des stations de surveillance, les indicateurs révèlent si les débits d’eau ont été normaux, faibles ou élevés de 2001 à 2015.

Principaux résultats nationaux

  • De 2001 à 2015, une quantité d’eau normale s’est écoulée dans la plupart des cours d’eau canadiens.
  • Depuis 2010, on a constaté une augmentation du nombre de stations ayant enregistré une quantité d’eau supérieure à la normale.
  • Le pourcentage de stations ayant enregistré une quantité d’eau inférieure à la normale a diminué depuis 2001.

Figure 5 : Quantité d’eau aux stations de surveillance du Canada de 2001 à 2015

Longue description pour la figure 5

Le graphique à colonnes proportionnelles indique le pourcentage de stations qui ont enregistré une quantité d’eau faible, normale et élevée, sur une base annuelle, de 2001 à 2015. Au cours de cette période, le débit de l’eau dans les cours d’eau du Canada était en général normal. Voir les résultats majeurs à l’échelle nationale ci-dessus.

Qualité de l’eau

L’indicateur de la qualité de l’eau permet d’obtenir, grâce à certaines stations de surveillance au Canada, une mesure globale de la capacité des rivières de soutenir la vie aquatique (plantes, invertébrés et poissons). L’indicateur de la qualité de l’eau est calculé à l’aide de l’indice de qualité de l’eau, entériné par le Conseil canadien des ministres de l’Environnement afin de dresser le sommaire de l’état de la qualité des eaux douces de surface au Canada. Cet indicateur reflète la mesure dans laquelle les valeurs recommandées de qualité de l’eau pour la protection de la faune et de la flore aquatiques sont respectées à certains sites de surveillance des rivières un peu partout au Canada. La qualité de l’eau dans une station de suivi est considérée comme excellente lorsque la mesure des substances dans une rivière ne dépasse que très rarement les niveaux établis dans les lignes directrices. À l’inverse, la qualité de l’eau est mauvaise lorsque les mesures dépassent habituellement les niveaux établis dans les lignes directrices, parfois de façon marquée.

Le plus récent indicateur de la qualité de l’eau se fonde sur des données recueillies entre 2012 et 2016 à 322 stations de surveillance de la qualité de l’eau au Canada, et il tient compte de la diversité des bassins versants au pays. Les données ont été réunies à partir de 21 programmes fédéraux, provinciaux, territoriaux et conjoints de surveillance de la qualité de l’eau. Les valeurs de l’indicateur national de la qualité de l’eau ont été calculées au moyen d’un réseau central national de 178 stations fluviales, sélectionnées en raison de leur représentativité de la qualité de l’eau douce de surface dans le sud du Canada, où la pression humaine est la plus forte (figure 6a).

La qualité de l’eau mesurée à ces sites fluviaux partout au Canada a été jugée mauvaise à 4 sites, douteuse à 28 sites, passable à 74 stations, bonne à 63 stations et excellente à 9 sites. La qualité de l’eau a tendance à être pire là où il y a de l’agriculture, de l’exploitation minière ou des zones urbaines combinées à ces activités (pressions mixtes) (figure 6b).

Catégories de qualité de l’eau

Excellente = La qualité de l’eau est protégée, et il n’y a pratiquement aucun risque de dégradation; les conditions sont très proches de l’état naturel ou intact.

Bonne = La qualité de l’eau est protégée, et il n’existe qu’un risque minime de dégradation; les conditions sont rarement différentes des niveaux naturels ou souhaitables.

Satisfaisante = La qualité de l’eau est habituellement protégée, mais elle est occasionnellement menacée ou dégradée; les conditions s’éloignent parfois des niveaux naturels ou souhaitables.

Douteuse = La qualité de l’eau est souvent menacée ou dégradée; les conditions s’éloignent souvent des niveaux naturels ou souhaitables.

Mauvaise = La qualité de l’eau est presque toujours menacée ou dégradée; les conditions s’éloignent habituellement des niveaux naturels ou souhaitables.

Figures 6a et 6b : Indicateur national de la qualité de l’eau douce pour le Canada, de 2014 à 2015

Remarque : La qualité de l’eau a été évaluée à 178 sites dans le sud du Canada au moyen l’indice de la qualité de l’eau du Conseil canadien des ministres de l’Environnement. L’utilisation des terres de deux sites n’a pas été catégorisée en raison de leur proximité avec la frontière canado-américaine ou l’océan. Ils n’ont pas été inclus dans l’indicateur d’utilisation des sols. Les pourcentages ayant été arrondis, leur somme peut ne pas correspondre à 100.

Source : Données réunies par ECCC à partir des programmes fédéraux, provinciaux, territoriaux et conjoints de surveillance de la qualité de l’eau. Les statistiques sur la population, les mines et la couverture terrestre pour l’aire de drainage de chaque site ont été fournies par Statistique Canada.

Longue description pour les figures 6a et 6b

La figure 6a est un graphique à barres qui présente la cote de qualité de l’eau douce dans des rivières sélectionnées pour être représentatives des régions du Canada où les activités humaines sont les plus concentrées, pour la période de 2012 à 2015. Les barres indiquent un pourcentage de sites où la qualité de l’eau douce a été jugée excellente (5), bonne (39), passable (37), médiocre (18) et mauvaise (2,5). Les cotes sont basées sur les données de 178 sites sous surveillance.

La figure 6b est un graphique à barres qui montre la répartition de la qualité de l’eau par industrie dans la zone du site, afin de mettre en évidence comment la qualité de l’eau tend à être pire dans les secteurs de l’agriculture (excellente 2 %, bonne 4 %, passable 12,5 %, médiocre 5,5 %), de l’exploitation minière (bonne 4,5 %, passable 7 %, médiocre 2 %, mauvaise 1 %), des pressions mixtes (bonne 7 %, passable 12 % médiocre 9,5 %, mauvaise 2 %) et non développés (excellente 4 %, bonne 24 %, passable 4,5 %).

Dans l’ensemble, la qualité de l’eau n’a pas changé dans la majorité des sites du sud du Canada entre 2002 et 2016. Sur les 178 sites principaux, la qualité de l’eau s’est améliorée dans 10 % des sites et s’est détériorée dans 9 % des sites (figure 7).

Figure 7 : Évolution de l’indicateur national de la qualité de l’eau pour le Canada, de 2002 à 2015

Remarque : La tendance au chapitre de la qualité de l’eau entre la première année où les données ont été déclarées pour chaque site et 2015 a été évaluée à 178 sites dans le sud du Canada. Un ensemble cohérent de recommandations et de paramètres en matière de qualité de l’eau a permis d’analyser les tendances au fil du temps. Les changements touchant la qualité de l’eau à partir de la première année de collecte des données au site jusqu’en 2015 sont évalués en divisant la concentration de chaque paramètre de la qualité de l’eau à un site par la valeur recommandée pour chaque date d’échantillonnage. Une moyenne annuelle a été calculée afin d’obtenir le ratio d’écart d’un site donné. Un test de Mann‑Kendall a été réalisé pour déterminer s’il y avait une tendance à la hausse ou à la baisse statistiquement significative au niveau des ratios d’écart par rapport aux recommandations sur une base annuelle à un site.

Source : Les données ont été recueillies par Environnement et Changement climatique Canada à partir de programmes fédéraux, provinciaux, territoriaux et conjoints de surveillance de la qualité de l’eau.

Description longue pour la figure 7

La figure 7 est un diagramme à barres qui indique que la qualité de l’eau s’est améliorée dans 11 % des sites, que la qualité de l’eau se détériore dans 6 % des sites et qu’il n’y a aucun changement dans la qualité de l’eau dans 83 % des sites.

On peut trouver d’autres indicateurs de l’eau en ligne.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :