Liste des documents de l’étude du basin des lacs Turkey : 2018

18-01 Buttle, J.M., K.L. Webster, P.W. Hazlett and D.S. Jeffries. 2018. Quickflow response to forest harvesting and recovery in a northern hardwood forest landscape. Hydrological Processes doi: 10.1002/hyp.13310

Résumé : La réaction hydrologique à l’exploitation forestière a été étudiée en évaluant l’écoulement rapide du bassin versant (les eaux captées rapidement acheminées vers le chenal de cours d’eau), un paramètre des épisodes d’écoulement rapide qui peut avoir une influence sur les déplacements de sédiments et de produits chimiques d’un bassin hydrographique. La présente étude présente 31 ans d’observation de l’écoulement rapide des eaux captées sur des sites exploités (coupe à blanc, exploitation sélective, exploitation progressive) et des sites de contrôle (non exploités) sur le site expérimental de récolte du BLT. Avant le bûcheronnage, on n’a remarqué aucune augmentation significative de l’écoulement rapide avec un niveau de précipitations en dessous de 35 à 45 mm. En revanche, on a observé une forte corrélation entre l’écoulement rapide et les précipitations en dessous de ce seuil après le bûcheronnage pour tous les types d’exploitation. Par rapport aux autres types d’exploitation, les coupes à blanc ont augmenté le nombre d’événements d’écoulement rapide pour toute la période suivant le bûcheronnage pour une période de 9 ans. Néanmoins, les données ne permettaient pas d’affirmer avec certitude l’existence de différences entre les différents types d’exploitation en matière de profondeur de l’écoulement rapide provenant de la captation des eaux pendant la période végétative.

18-02 Buttle, J.M., F.D. Beall, K.L. Webster, P.W. Hazlett, I.F. Creed, R.G. Semkin and D.S. Jeffries. Hydrologic response to recovery from differing silvicultural systems in a deciduous forest landscape with seasonal snow cover. Journal of Hydrology doi: 10.1016/j.jhydrol.2018.01.006

Résumé : La présente étude détaille sur une période de 31 ans les résultats d’un examen de la réaction et de la récupération hydrologiques entraînées par les différentes stratégies de récolte appliquées dans une forêt de feuillus à couverture neigeuse saisonnière du BLT. Une méthode quantitative d’évaluation de la récupération hydrologique à la suite de la récolte a également été mise au point. La coupe à blanc a mené à la hausse du ruissellement par année hydrologique, et entraîne une augmentation du ruissellement en toutes saisons, les augmentations relatives les plus importantes étant l’été. Le ruissellement et le débit de base direct du traitement des bassins versants augmentaient habituellement après la récolte, bien que le pic annuel du débit n’ait pas augmenté. Les augmentations les plus importantes du ruissellement par année hydrologique, saisonnier et direct et du débit de base ont été observées dans le bassin versant de la récolte sélective, probablement en raison d’une interception du ruissellement en pente par une route d’accès à la forêt et de la redirection vers le chenal. La récupération hydrologique semble s’être amorcée à la fin de la période expérimentale de 31 ans, mais était incomplète pour toutes les stratégies de récolte, 15 ans après leur mise en œuvre. La récolte renforce l’importance relative des voies d’eau de surface et de faible profondeur sur les pentes des bassins versants, et ce pour tous les traitements, le bassin versant de la coupe à blanc ayant eu la réaction la plus prononcée et prolongée.

18-03 Senar, Ó.E. 2018. Causes and consequences of soil carbon mobilization and lake brownification in northern forested landscapes. 2018. PhD Thesis, Western University, London. 148 pp, 3 appendices.

Résumé : La présente dissertation s’intéressait aux causes de la déstabilisation du carbone dans le sol et aux conséquences de la mobilisation du carbone dans le sol pour les réseaux alimentaires des lacs dans le bassin 38 du BLT. Les transferts de carbone augmentaient avec l’augmentation des températures. Les changements de la connectivité hydrologique interagissaient avec la topographie pour moduler le moment, l’ampleur et le sort des transferts de carbone du sol. L’augmentation des températures entraînait des changements de la non-connectivité hydrologique qui favorisaient le transfert du carbone du sol des zones humides riches en carbone à l’atmosphère. Toutefois, les épisodes de précipitations extrêmes saturaient les sols et augmentaient la fréquence des épisodes de connectivité hydrologique du bassin au réseau de drainage, ce qui augmentait le transfert de carbone dans les cours d’eau, rivières et lacs. Un contenu accru en carbone dans les lacs entraînait une diminution de la disponibilité de la lumière et une augmentation des bassins de nutriments dans les lacs. L’assombrissement des lacs oligotrophes transparents augmentait la productivité primaire pélagique, mais favorisait les cyanobactéries capables de s’adapter aux conditions plus sombres. Les changements dans la biomasse et la composition des communautés de phytoplancton affectaient le transfert de carbone et l’efficacité des réseaux alimentaires dans les lacs.

18-04 Senar, Ó.E., K.L. Webster and I.F. Creed. 2018. Catchment‐Scale Shifts in the Magnitude and Partitioning of Carbon Export in Response to Changing Hydrologic Connectivity in a Northern Hardwood Forest. Journal of Geophysical Research: Biogeosciences doi: 10.1029/2018JG004468

Résumé : D’après les résultats d’une étude de cinq ans réalisée dans un bassin versant de forêts de feuillus nordique, la connectivité hydrologique avait eu à la fois des répercussions sur l’ampleur et le sort des exportations de carbone. L’exportation de carbone atmosphérique était la principale voie d’exportation du bassin versant; son taux était régulé par la position topographique, mais renforcé ou restreint par les changements survenus dans l’humidité des sols et la connectivité hydrologique. Les tendances antérieures suggèrent une évolution vers un climat plus chaud et des changements dans le temps, la durée et l’intensité de la connectivité hydrologique, ce qui entraîne une hausse des exportations annuelles de carbone atmosphérique, mais une baisse des exportations annuelles du carbone aquatique, en dépit de l’intensification des tempêtes automnales. La hausse des exportations de carbone atmosphérique crée une rétroaction positive pour le réchauffement climatique, ce qui perturbera davantage la connectivité hydrologique et l’exportation de carbone aquatique, avec des conséquences pour les lacs et les cours d’eau d’aval.

18-05 Yeung, A.C.Y., J.L. Musetta-Lambert, D.P. Kreutzweiser, P.K. Sibley and J.S. Richardson. 2018. Relations of interannual differences in stream litter breakdown with discharge: bioassessment implications. Ecosphere doi: 10.1002/ecs2.2423

Résumé : La présente étude visait à quantifier la contribution des différences hydrologiques interannuelles à la variabilité spatio-temporelle du taux de décomposition de la litière et de ses composants (fragmentation λf; et dissolution et décomposition microbienne λm) dans les cours d’eau permanents peu touchés de trois régions tempérées du Canada au climat semblable (y compris le BLT). Contrairement aux hypothèses émises, la variabilité hydrologique interannuelle n’était pas liée à la λf; et très peu à la λm et au taux de décomposition de la litière dans les sacs de feuilles (kc) de ces régions à l’automne. Les différences temporelles et spatiales au sein d’une région pour ce qui est des kc approchaient ou dépassaient la variabilité naturelle suggérée pour caractériser les conditions de base par un cadre de bioévaluation. Il est nécessaire d’inclure des indicateurs fonctionnels et structuraux pour veiller à ce que les bioévaluations des cours d’eau soient complètes.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :