Accroître la capacité à protéger les espèces en péril sur les terres de la réserve de la bande de la basse Similkameen

[PDF; 337 Ko]

Avec l’appui du Fonds autochtone pour les espèces en péril (FAEP) du gouvernement du Canada (volet des espèces en péril), la Lower Similkameen Indian Band (LSIB) a mené sur une période d’un an, en 2014-2015, un projet de restauration de l’habitat, de surveillance des espèces et de mobilisation, axé sur le petit-duc des montagnes et la riche biodiversité des terres de la réserve du Lower  Similkameen.

Pourquoi ce projet est-il essentiel?

Les terres de la réserve du Lower Similkameen dans l’Okanagan Sud en Colombie-Britannique comportent des milieux humides intacts et des écosystèmes riverains de peupliers qui contiennent une biodiversité rare et précieuse sur le plan écologique. On s’inquiète en particulier d’une espèce en voie de disparition, le petit-duc des montagnes (sous-espèce du Megascops kennicottii macfarlanei), espèce en péril qui figure sur la liste de la Loi sur les espèces en péril (LEP) du gouvernement fédéral. Cet oiseau est menacé en raison de la perte de l’habitat boisé riverain adéquat, car la région est vulnérable à la perte, à la dégradation et à la fragmentation des habitats attribuables aux activités humaines.

Ce qui a été fait

La LSIB a travaillé avec son comité de planification des connaissances écologiques traditionnelles (CET) pour intégrer les CET dans l’amélioration de l’habitat, le rétablissement des espèces en péril et la planification de l’utilisation des terres pour la collectivité.  Des stratégies de conservation et de gestion des bovins ont été élaborées et des activités de restauration dans les zones de conservation et les milieux humides de la région ont été entreprises. Le projet s’est appuyé sur un programme axé sur les espèces en péril appelé Trekking Out Our Land (TOOL),  crée par la LSIB avec le soutien antérieur du FAEP pour sensibiliser les jeunes aux espèces en péril (identification, habitats, savoir autochtone et importance culturelle) et pour créer un lien entre les jeunes et les détenteurs du savoir. Une équipe composée de jeunes et de membres de la collectivité a utilisé le programme TOOL pour examiner la menace des espèces envahissantes dans les habitats indigènes; elle a retiré les plantes envahissantes de trois hectares de terre et replanté des herbes indigènes sur un autre hectare. Des données sur des nichoirs du petit-duc des montagnes ont été collectées, afin d’estimer la répartition de la population sur 40 hectares de terres de la réserve du Lower Similkameen. Ce projet a  amélioré la sensibilisation sur les habitats des espèces en péril et sur les menaces qui pèsent sur elles, ainsi que sur le travail de surveillance et de restauration grâce à des rencontres communautaires.

Réalisations dans le cadre de ce projet

  • Tenue de quatre réunions du comité de planification des CET pour échanger des connaissances sur la gestion des terres de la réserve du Lower Similkameen.
  • Élaboration d’un plan de durabilité environnementale de la faune et contribution à un programme de planification communautaire complet de la LSIB à des fins de transfert des connaissances et d’orientation quand vient le moment d’envisager la conservation durant la planification de l’utilisation des terres.
  • Embauche de 525 personnes dans des activités de mobilisation sur le désherbage, la plantation et la restauration, dans le but d’examiner des initiatives sur les espèces en péril et la restauration de l’habitat au moyen du programme TOOL, notamment des visites de reconnaissance sur le terrain.
Photo d'un petit-duc des montagnes
Photo: Petit-duc des montagnes ( Megascops kennicottii macfarlanei) © Getty Images

Importance de ce projet

La LSIB a participé aux programmes de conservation et de rétablissement des espèces en péril en intégrant les CET et les comités de planification des CET et au moyen de la participation à des programmes de surveillance des espèces et de la mobilisation de membres de la collectivité dans l’acquisition de connaissances sur les espèces en péril.

Investissement: 2014 à 2015
Investissement: 2013-2014 à 2015-2016 Total des fonds
Fonds du FAEP : 57 580 $
Investissement recueilli auprès de partenaires : 24 850 $
Total : 82 430 $


Fonds autochtone pour les espèces en péril - Volet des espèces en péril
Email: ec.faep-afsar.ec@canada.ca

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :