Épisodes de smog majeurs au Québec

Alors que le smog est un enjeu qui peut se produire à tout moment de l’année, ses causes, son intensité et sa durée peuvent varier. Voici quelques épisodes marquants que le Québec a connus au cours des 15 dernières années.

4 au 9 juillet 2010

Une masse d’air chaud et humide en provenance des Grands Lacs se déplace sur le sud du Québec et persiste tout au long de la semaine. Cette vague de chaleur est accompagnée de smog particulaire affectant plusieurs régions du Québec.

27 mai au 1er juin 2010

La fumée des feux de forêt situés au nord de la région de La Tuque est responsable de la mauvaise qualité de l’air sur plusieurs régions du Québec.

15 au 18 août 2009

Un épisode de smog de 4 jours est dû principalement à des concentrations élevées de particules fines sur le sud-ouest du Québec.

Hiver 2008-2009

L’hiver est marqué par un nombre record de 47 jours avec avertissement de smog pour la région de Montréal.

6 au 8 septembre 2007

Un épisode de smog tardif survient alors qu’un avertissement de chaleur et d’humidité accablante est en vigueur en raison de la présence d’une masse d’air chaud et humide qui s’étend sur tout le sud-ouest du Québec.

8 au 13 juin 2005

Le sud-ouest du Québec connaît 6 jours consécutifs avec une concentration élevée de particules fines causée par la fumée provenant des nombreux feux de forêt qui font rage plus au nord; 153 000 hectares de forêt sont détruits par une soixantaine de feux.

31 janvier au 8 février 2005

Une masse d'air stagnante, ce qui est rare à cette période de l'année, s’installe au-dessus du Québec. Une inversion thermique emprisonne des particules fines au niveau du sol et plusieurs régions du sud sont affectées par ce smog dont Montréal qui connaît un épisode de 9 jours, le plus long de l'histoire jamais observé au Québec.

9 au 12 octobre 2003

Aidée par une circulation d’air en provenance du sud-ouest, une concentration élevée de particules fines est observée sur le sud du Québec alors que la température atteint 20°C au cours de cette fin de semaine de l’Action de Grâces.

26 février au 2 mars 2003

La région de Montréal et les alentours connaissent 5 jours consécutifs avec une concentration élevée de particules fines.

11 au 14 août 2002

Plusieurs régions du Québec, allant de Montréal jusqu’en Beauce en passant par la Mauricie, connaissent 4 jours consécutifs de canicule avec des concentrations élevées d’ozone et de particules fines.

2 au 9 juillet 2002

La fumée causée par des feux de forêt dans la région de la Baie James est responsable de la concentration élevée de particules fines observée dans les régions plus au sud. Au cours de son déplacement, le panache de fumée s’étire jusqu’au sud de New York et touche l’ensemble des régions du sud du Québec.

12 et 13 juin 1999

Un épisode de smog est causé par une concentration élevée d’ozone dans la région de Montréal. Paradoxalement, des avertissements de smog sont émis alors que se tient le Grand Prix de Formule 1 du Canada.

Été 1998

Plusieurs épisodes de smog affectent la grande région de Montréal au cours de cet été en raison de concentrations élevées d’ozone.

10 et 11 février 1998

En raison de nombreuses pannes d’électricité causées par la tempête de verglas de janvier, un grand nombre de personnes chauffent leurs résidences avec des poêles à bois, ce qui a pour effet d’augmenter les concentrations de particules fines au point de former un smog dans la région de Montréal et les alentours.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :